Échouer à une candidature, c’est rater sa vie ?

schuman_why2Pourquoi l’échec académique marque-t-il aussi profondément ceux qui le subissent ? C’est la question que pose Rebecca Schuman à l’occasion d’un article dans le Chronicle of Higher Education.

Qu’il s’agisse d’une candidature ratée ou du refus d’un article, elle a recueilli les témoignages d’universitaires profondément blessés par ce rejet:

Academic failure felt like the death of a substantial part of my identity

Plusieurs explications sont avancées, qu’il s’agisse du temps passé à la constitution d’un dossier, du fait qu’il faille souvent attendre une année pour le round suivant, etc. Mais bien plus, la dureté du coup viendrait de l’investissement personnel des universitaires dans leur travail, ce dernier devenant “la plus haute expression de ce qu’ils sont”, et par là, le rejet d’une candidature s’apparente au rejet de la personne elle-même. Phénomène d’autant plus marqué que le champ se représente comme une pure méritocratie.

Dans la plainte des victimes du rejet se lisent des problèmes de forme : les formules standardisées et impersonnelles, les regards fuyants des collègues qui viennent juste de voter contre vous, mais surtout et le plus souvent le “silence assourdissant” de l’institution ou de la revue sollicitée.

L’auteure pointe qu’il serait vain de penser éviter le rejet, alors que sans être – loin de là – spécifique à la profession, il est constitutif de son activité même. Pour autant, ce “rituel annuel de haine de soi  et de souffrance morale” n’est peut-être pas nécessaire, et un peu de compassion ne peut pas nuire, ce que même “le plus auto-satisfait des méritocrates universitaires pourrait admettre”…

À lire:

Why Is Academic Rejection So Very Crushing?, by Rebecca Schuman

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.