Le doctorat comme acquisition de compétences

caricature-cervelle-V21-550x515Le doctorat est-il un diplôme inutile quand il s’agit de s’insérer sur le marché de l’emploi non académique ? Non, bien au contraire, car il permet de développer de nombreuses compétences très recherchées par des employeurs publics et privées. Pour autant, ces compétences sont mal connues par les potentiels employeurs, et surtout très peu valorisées par les jeunes diplômés.

Sur la demande du Bureau d’aide à l’insertion professionnelle de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Sébastien Poulain a accepté d’offrir aux lecteurs d’Academia une étude originale et stimulante publiée en 2011. Il invite à un changement de point de vue sur la thèse de doctorat en sciences humaines, en soulignant les qualités d’un apprentissage par la recherche. Sébastien Poulain propose ainsi une évaluation des causes qui limitent une bonne insertion sur le marché de l’emploi des diplômés français – contrairement, par ex., à certains pays anglo-saxons – en montrant notamment les registres de vocabulaire distincts pour désigner les compétences requises ou acquises dans la sphère académique et les autres mondes du travail. En conséquence, il propose une « nouvelle dynamique du doctorat », dont le moteur porte sur l’éducation des doctorants à la valorisation des compétences. Il en liste vingt :

  1. Expertise scientifique et technique de haut niveau
  2. Gestion des problématiques complexes, de l’incertitude et du changement
  3. Souplesse, adaptabilité, mobilité, rapidité
  4. Capacité de mener une veille informationnelle et technologique
  5. Habitude de travail transversal, interdisciplinaire et inter-culturel
  6. Forte capacité d’analyse et de synthèse
  7.  Créativité, travail prospectif et démarche innovante
  8. Maîtrise de la gestion du projet
  9. Responsabilités multiples et importantes
  10. Capacité de conviction, d’argument, de négociation
  11. Capacité relationnelle
  12. Capacité de communication
  13. Maîtrise des langues étrangères
  14. Profils internationalement reconnus
  15. Capacité d’auto-évaluation et de remise en question
  16. Connaissance et pratique des outils numériques
  17. Motivation, détermination, persévérance, courage, passion
  18. Grande capacité de travail et de concentration
  19. Honnêteté, probité, rectitude intellectuelle
  20. Respect, attention, compréhension, circonspection

Sébastien Poulain conclut son rapport, en prenant 5 exemples de docteurs issus de disciplines variées, et des sujets allant du multilatéralisme au féminisme. Il suggère, avec acuité, que les écoles doctorales ont un rôle très important à jouer en matière de formation professionnelle non-académique, comme dans la capacité à valoriser l’apprentissage par la recherche. Espérons que celles-ci poursuivront leurs efforts, car la démarche inaugurée par Sébastien Poulain doit conduire à revaloriser la formation qui est aussi quelquefois le premier emploi de moyenne durée.

La démarche et le changement de perspective sur le doctorat devrait inciter les docteurs trouvent emploi pour leurs compétences. De fait, outre des compétences, qui plus est, le doctorat conduit – ou du moins doit le faire – à penser le monde contemporain de façon critique et informée.

Document:

S. POulain, Bilan de compétences, Univ. Paris-I (2011)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.