Tribunes de l’enseignement supérieur et dde la recherche : un débat politique à péage

Pendant la semaine écoulée, du 10 au 16 février 2020, Academia a privilégié une ligne éditoriale autour de l’emploi précaire et des conséquences à la fois sur la santé et la sécurité des personnels Biatss et enseignants-chercheurs.

L’Université de Tours mobilisée nous a envoyé des témoignages d’enseignant·es précaires, de Biatss traité·es de façon humiliante, d’enseignant·es-chercheur·ses titulaires qui ont désormais des sérieux doutes sur leur métier, au vu de la souffrance qu’il engendre. Un collègue, Olivier Ertzscheid, a choisi la date du 11 février 2020, consacrée aux précaires, pour tirer les conséquences de la dissociation cognitive qu’il vivait à l’Université de Nantes. Dans « Pourquoi je démissionne de toutes mes fonctions (administratives) à l’Université de Nantes », le maître de conférences relate son plaisir d’enseigner, dans une équipe pédagogique aussi fragilisée que possible, mais dévouée, et les injonctions financières de son administration, voire de sa direction de Département, pour être rentable — en acceptant en priorité des étudiant·es avec contrat plutôt qu’avec un projet de formation défini — tout en payant les personnels temporaires au lance-pierre. Voire, alors qu’ils ou elles sont déjà rémunérés 23 centimes en dessous du SMIC horaire, en leur réclamant des trop-perçus de façon brutale, mettant en danger financier certain·es d’entre eux. Et accessoirement, asséchant le vivier d’enseignant·es expérimenté·es et dévoué·es avec qui il travaillait1.

Ont pu ainsi être mis en évidence que l’unité mixte de service Openedition Centre, dont ce carnet utilise les outils, repose sur le travail de contractuel·les à près de 60%, travail précaire renforcé encore par le recours à des prestataires, souvent d’ancien·nes contractuel·les. Une tribune signée par Cécile Sorin, administratrice provisoire des Presses de l’Université de Vincennes,  et Damien de Blic, que nous venons de publier, a justement souligné combien nos recherches avaient besoin d’un investissement massif dans l’édition numérique publique, sans recourir à des bouts de ficelles Freemium, comme les tensions et contradictions qui existaient entre les temporalités des appels à projet et celles de l’écriture et de l’édition scientifiiques.

Codes couleur. rouge – sous péage : vert – accès ouvert ; bleu : Academia

À côté de ces textes, en libre accès pour la communauté universitaire, plusieurs collègues, ou collectifs de collègues ont eu recours à un autre moyen de publication : la tribune. Les moins expérimenté·es d’entre elleux ont choisi le journal Libération qui permet de lire quatre articles à titre gratuit 2, ou le site AOC, qui en autorise trois. La plupart des signataires ont opté pour Le Monde, dans une formule réservée aux abonné·es.

Banderole, place des Fêtes, 16 février 2020

Ainsi la Ministre Vidal s’est fendue d’une tribune le lundi 10 février, intitulée « À mes collègues scientifiques, je veux dire que le gouvernement a entendu leur appel à réinvestir massivement dans la recherche » où elle réussit le tour de force consistant à reconnaître que ses contradicteurs et contradictrices ont raison (sur l’emploi pérenne, les rémunérations, les appels à projets) et promouvoir sa politique qui l’aggrave en mentant sur l’investissement public en jeu. On peut s’interroger sur l’usage que fait la Ministr — qui dispose de tous les canaux officiels de l’appareil d’État et d’une presse nationale friande de ses interventions audiovisuelles — d’un quotidien, fût-il aussi prestigieux que Le Monde, comme medium du discours gouvernemental et du recours, assez curieux, à la médiatisation à péage pour atteindre ses « collègues ».

Le Monde met en regard pas moins de cinq tribunes : Sauvons l’Université, un collectif d’universitaires spécialistes du genre, 700 directeurs et directrices de laboratoires de recherche, Philippe Froguel, également directeur d’unité INSERM, mais se déclare faisant partie des 1% qui se sont opposés au précédent texte.  À ces tribune, s’ajoute une autre un peu particulière, intitulée « La Loi de programmation pluriannuelle pour la recherche ne doit pas consacrer une seule forme d’excellence » sur les modèles de carrières par Christine Musselin, sociologue, directrice de recherche au CNRS3. Ce dispositif a interrogé plus d’un : s’agit-il de mettre en scène le débat contradictoire — avec ce qu’il y a d’absurdre d’organiser un débat contradictoire dans les pages d’un quotidien avec la Ministre qui porte et implémente les réformes ? Y a-t-il une soudaine urgence des collègues à faire entendre leur voix, tant l’unanimité est générale et les dissonances inaudibles ? Il faudrait certainement aussi tenter de comprendre — ce que je n’ai pas fait — les motivations qui ont poussé les unes et les uns à s’adresser à ce quotidien plutôt qu’à un autre, plus populaire comme Le Parisien, sans péage pour l’essentiel4 ; et la part de décision des rédactions des quotidiens elles-mêmes5.

La question des destinataires de ces textes devrait pourtant être au cœur de la réflexion, comme celle de leur diffusion. À qui voulons-nous nous adresser ? À nos collègues ? Nous avons d’autres voies pour le faire, notamment les listes de diffusion internes aux UMR et aux universités, celles qui sont organisées autour d’une spécialité ou d’une association professionnelle, le blog La Vie des idées6 ou encore la liste ad hoc créée pour la mobilisation7. Les collègues étrangers ou étrangères ? Là encore, les listes de diffusion étrangères ou internationales auront un impact bien plus fort.

S’il s’agit de convaincre la Ministre ou le gouvernement, on peut dire que c’est d’ores et déjà peine perdue, puisque toutes les instances à de très rares exceptions près ont vivement manifesté leur désaccord. Peut-être un travail de lobbying serait-il à faire auprès de ces présidents qui prétendent nous représenter au sein de la Conférence des présidents d’université ou de la Curif — qui semblent décidément hors sol par rapport aux missions de l’enseignement supérieur et de la recherche. Vis-à-vis du gouvernement, il faut déjà faire tomber ce projet de modification du système des retraites, qui est la priorité pour l’ensemble de la population. Le relatif désintérêt de certain·es collègues à l’endroit du projet de loi Retraites peut sans doute s’expliquer sans doute par le patrimoine qu’ils ou elles possèdent déjà et qui les rend moins inquiètes sur l’avenir.

S’agirait-il d’informer les étudiant·es, d’autres canaux auraient déjà été pris. D’abord, l’information dans le cadre des cours ou des universités ouvertes, qui, comme l’a rappelé Catherine Kikuchi, a le double mérite de clarifier notre compréhension des politiques de l’enseignement supérieur et de préciser missions et valeurs qui doivent l’habiter. Ensuite, les différents réseaux sociaux, moins efficaces si le lien n’a pas été établi auparavant. Enfin, l’information dans le cadre de journées banalisées. Cela serait-il symptomatique, pour suivre la pique de Véronique Beaulande8, du relatif mépris dans lequel sont tenu·es les étudiant·es ? Les enseignant·es précaires n’ont d’ailleurs pas attendu les titulaires pour s’emparer des halls et des portes des facultés pour communiquer. Et les titulaires peinent à s’emparer de la question de la pauvreté ou relégation étudiante comme à celle de la précarité des jeunes collègues au stade doctoral, quand ils ou elles ne l’ignorent pas, tout simplement.

https://www.liberation.fr/debats/2020/02/12/une-reforme-a-l-encontre-des-attentes-des-chercheurs_1778182

Photo: Denis Allard, Libération

Il reste alors le grand public ou plutôt le « grand public », considérant la complexité sociale de ce groupe qui recouvre tout autant des professions libérales qui abhorrent l’Université, à l’exception des filières droit et médecine ; celles et ceux qui ont cessé de croire en la possibilité de faire des études supérieures un jour ; et le large groupe des parents, présents ou à venir, qui ont légitimement des inquiétudes à formuler à l’encontre des conditions d’études que les Universités offrent à leurs enfants et qui ont, ces dernières années, commencé à déserter les bancs des amphi, soit par croyance dans la meilleure qualité des écoles qui ont récemment fleuri ; soit parce que leurs enfants ont été empêché d’accéder à l’Université — merci Parcoursup ! Pour eux, pour nous, recourir à la presse régionale ou locale serait certainement une meilleure idée. Si tant est qu’il s’agisse bien de nous appuyer sur le corps électoral pour sanctionner une politique ambitieuse pour l’enseignement supérieur et la recherche.

Quant à celles et ceux qui souhaitent publier des contributions à la réflexion collective  — je pense ici à Sylvie Bauer, présidente du Conseil national des universités, pour « Il faut défendre le Conseil national des universités », du 12 février, et à l’historien Christophe Charle, pour « À la conquête du « meilleur des mondes » – à propos de la Loi de programmation pluriannuelle sur la recherche (LPPR) », du 17 février 2020 — textes parus sur le média à péage Analyse Opinion Critique — qu’ils sachent que les pages d’Academia leur sont ouvertes. Si tant est qu’il s’agisse bien de contribuer au débat collectif sur l’enseignement supérieur et sur la recherche en rendant leurs contributions accessible en accès ouvert.

 

  1. Texte originellement publié sur le blog affordance.info, le 11 février 20. []
  2. C’est le cas d’un collectif de jeunes chercheurs et chercheuses, qui a autorisé Academia à reproduire leur tribune « « Désabusés et en colère » : les jeunes chercheuses et chercheurs et la LPPR » ; c’est aussi le cas d’universitaires proches du Parti socialiste ou d’une gauche large. Parmi les signataires de ce dernier texte, intitulé « Une réforme à l’encontre des attentes des chercheurs », on trouve notamment Pierre Ouzoulias, archéologue et sénateur, et infatigable critique des projets gouvernementaux en matière d’enseignement supérieur et de recherche. []
  3. La chercheuse s’était faite déjà remarquer la semaine précédente  par son souhait de supprimer le Conseil national des universités, au motif que ce ne serait « pas une réforme néolibérale » publié sur AOC. []
  4. Si j’étais méchante, je parlerai de réflexes de classe. []
  5. J’ai ainsi entendu « Le Monde n’en voulait pas ; alors on l’a publié sur Mediapart ». []
  6. Voir, par exemple, « Profession : universitaire  Entretien avec Emmanuelle Picard » par Marieke Louis , paru le 11 février 2020. []
  7. Pour vous inscrire à la liste de diffusion MobilisationEmploiESR, écrire à sympa@framalistes.org avec comme sujet subscribe MobilisationEmploiESR. []
  8. «Chères et chers collègues, essayez de placer au moins une fois le mot « étudiant » dans vos tribunes, quand même», en réponse à la publication d’une tribune dans Libération, Tweet du 13 février 2020. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.