Vers la fin de l’externalisation ? À propos de la sous-traitance propreté

Des témoignages d’Aix-Marseille Université et de l’Université de Toulouse Jean Jaurès permettent de saisir comment les personnels universitaires en sont venus à soutenir les salarié-es en sous-traitance et réfléchissent à remettre en cause l’externalisation des services de propreté, restauration, etc.

1. Aix-Marseille Université : une victoire intersyndicale

« Nous avons été confronté à la même situation il y a quelques jours à l’Université d’Aix-Marseille, également avec les salarié.es de la société Arc-en-Ciel.
En gros les salarié.es ont refusé qu’on leur impose une réduction d’heures. Ils ont reçus pour 6 d’entre eux.elles des convocations en vue de licenciements.
Ils.elles se sont donc mis.es en grève, avec piquet de grève sur le parvis du site d’Aix ALLSH.

Les camarades de la CGT Propreté 13 avaient déjà pris contact avec nous plusieurs jours auparavant, ce qui nous a permis d’être très réactifs.
Nous avons immédiatement lié leur lutte à la mobilisation en cours et les avons invité à s’exprimer en AG centrale de l’université.
Une motion à été lue et votée à l’unanimité, appelant à un rassemblement au siège de l’université le lendemain à l’occasion de la rencontre entre le président d’AMU et la directrice de la société Arc-en-ciel.

Une soixantaine de personnes présentes, delà société en question et également personnels et étudiant.es de l’université.
Nous avons été reçu en délégation intersyndicale.

Victoire à la clé : AMU à cassé le contrat avec la société dès le lendemain, empêchant ainsi les licenciements (en référence à l’article 7 de la convention collective des sociétés de propreté).
Un nouvel appel d’offre va être lancé, et AMU a accepté de mettre plus de fric dans le marché.
Deux  éléments ont été favorable pour nous :

  • la mobilisation retraites /LPPR qui nous a permis d’ avoir immédiatement du soutien et une audience.
  • L’élection toute récente du président qui se voyait mal commencer son mandat en laissant les licenciements des personnels d’entretien se faire.Le communiqué que nous avons fait en PJ.
    On va travailler plus profondément maintenant sur la question des personnels d’entretien, la sous-traitance, les conditions de travail etc.

2. Université Toulouse Jean Jaurès (UT2J)

Depuis ce mardi 12 février 2020, les personnels de la société de ménage Arc en Ciel sont en colère et le font savoir.
La société Arc en Ciel est prestataire de service pour notre université dans le cadre d’un marché public.

En tout début de matinée, les personnels de la société Arc en Ciel, principalement des femmes (3 à 4 hommes sur un effectif d’une quarantaine de personnes), étaient rassemblés devant le PC sécurité.
À l’entrée de l’université, un panneau, “Arc en Ciel en grève – NON à l’esclavage – NON aux voleurs”.

 

La CGT était très rapidement parmi ces travailleuses et travailleurs pour affirmer le soutien des personnels de l’établissement et pour leur faire plusieurs propositions : se rendre au bâtiment de la présidence et rencontrer la présidence et/ou s’inviter à la réunion du CHSCT qui avait lieu ce matin-là et à laquelle nous siégions.
L’ensemble du groupe s’est donc rendu au bâtiment de la présidence. Nous avons réussi à faire passer le sas des vigiles à tout le monde et nous sommes montés à l’étage de la présidence.
Nous avons demandé à être reçu·es par la présidente.

Soucieuse de son image et ayant sans doute d’autres choses plus importantes à faire, notre présidente “rebelle” a décliné l’invitation et a orienté le groupe vers le Vice-président en charge du Patrimoine.

Ce dernier nous a installé·es dans une salle où l’ensemble du groupe a pu rentrer.
Pendant une bonne partie de la matinée ces hommes et ses femmes ont pu témoigner de la violence de leurs conditions de travail et de l’inhumanité des relations qui leur sont imposées dans leur travail par leur employeur et ses représentant·es.
Sous l’impulsion d’une camarade du syndicat, la parole des travailleuses et des travailleurs s’est posée, sans limitation de temps ni contraintes. Ils et elles ont pu dire leur souffrance et leur mal-être éprouvé·es pour certain·es depuis 10, 20 ou 30 ans.

Cette parole était dure, dense et douloureuse. Originaires d’Afrique noire, du Maghreb et de pays asiatiques, ces femmes et ces hommes nous ont expliqué, parfois crûment, comment leur patron usait et abusait de leur situation sociale, de leur précarité et de sa position dominante.

Le VP Patrimoine a eu l’air d’entendre ce cri collectif de désespoir et de colère et en a été très ému.

Après plus de deux heures à deux heures et demi, nous avons proposé à ces collègues de se rendre en face, dans la salle du conseil où avait lieu le CHSCT.
Malgré la mauvaise humeur et l’agressivité du président du CHSCT, tou·tes les mandaté·es du CHSCT ont voulu entendre ces personnels et la séance a été interrompue.
Les personnels de la société de ménage Arc en Ciel ont ainsi pu s’exprimer devant les membres du CHSCT, le VP-CA président du CHSCT, la DRH et le DGS par intérim.
Là aussi la parole a été libre, imposée par les organisations syndicales, pendant près de 3/4h après que le VP Patrimoine a fait une présentation synthétique et pertinente des échanges qui avaient précédé.
Le président du CHSCT a été mis en difficulté à plusieurs reprises.

À l’issue du CHSCT, les membres du CHSCT ont décidé de déposer un droit d’alerte. Après une discussion animée, il a été décidé d’un dépôt du droit d’alerte par tou·tes les membres du CHSCT qui le souhaitaient.
L’après-midi, les représentant·es du personnel siégeant au CHSCT qui étaient disponibles se sont réuni·es et ont élaboré la trame générale du droit d’alerte qui a été finalisé en soirée.
Rendez-vous était pris pour le déposer le lendemain à 10h.
Le droit d’alerte en pièce jointe a été déposé et signé ce matin par toutes les organisations syndicales présentes au CHSCT et quasiment tou·tes les membres.

Ce matin, à 8h30, une alerte nous informait que le patron de la société Arc en Ciel avait agressé vers 6h15 l’une de ses employées pour l’obliger à signer son contrat avec 3h par mois alors que depuis le 7 janvier elle travaille 4h par jour.
Elle a tenu bon et a refusé de signer jusqu’au bout. Elle était très éprouvée et très craintive de se retrouver à nouveau en présence de son patron.

Le syndicat l’a accompagnée pour le dépôt d’un signalement dans un registre SST de l’établissement.

Ce matin le directeur Sud-Ouest de la société Arc en Ciel était à Toulouse. Il a voulu rencontrer les personnels de la société toulousaine.
Les organisations syndicales ont appelé les personnels de l’UT2J à se rassembler pour soutenir les personnels de la société de ménage.
Après une discussion collective assez houleuse, le directeur Sud-Ouest a demandé à chacun·e des employé·es de la société de venir le voir individuellement pour lui faire part de ses doléances.
Ces entrevues se sont succédées pendant tout le reste de la matinée au milieu de tous les autres personnels (UT2J et Arc en Ciel) qui restaient pour une éventuelle assistance si nécessaire.

Le directeur Sud-Ouest devait rencontrer cet après-midi la direction de l’UT2J à 14h.

Les organisations syndicales ont appelé à se rassembler devant le bâtiment de la présidence pour exprimer leur soutien aux personnels de la société Arc en Ciel qui travaillaient sur d’autres lieux de travail ou d’autres employeurs.

L’UT2J s’orienterait vers une rupture du marché public.

On parle de saisie du procureur de la République et de l’inspection du travail mais pour l’instant nous n’avons aucune confirmation.

Lors d’une réunion intersyndicale cet après-midi, nous avons réaffirmé les principes que nous défendrions devant la direction :

  • La protection et le respect des droits des personnels dans la phase de rupture du marché.
  • La garantie que dans la période de latence entre la fin de ce marché et la passation d’un nouveau marché ils conservent leurs emplois et salaires.
  • La garantie que le nouvel attributaire du marché reprenne tous les personnels actuels ayant un contrat ou ayant travaillé sans contrat jusqu’au 11 février 2020.
  • L’assurance de la direction que le CHSCT soit associé à la réécriture du cahier des charges du prochain marché public de ménage.

Par ailleurs, la majorité des organisations syndicales était d’accord pour que cette situation débouche sur la remise à plat du principe d’externalisation du service de ménage et que soit réexaminée la possibilité de (re)créer un service du ménage interne à l’université Toulouse Jean Jaurès.

Nous en saurons sans doute un peu plus demain.

Toutes les propositions de soutien dont les modalités restent à définir seront bien entendu les bienvenues.
La mobilisation de la force CGT et son affichage seraient une très bonne chose.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.