#3 -Chroniques de grève- Je ne suis « que fonction support » alors je grève

 

INHA en lutte

Via Bibliothèques en lutte

Je ne suis que fonction administrative, technique, financière
Pas de démission de celles-ci possible
Pas de « service fait », pas de paye
Alors je grève perlée

Je ne suis qu’étudiante salariée dans les années 80
Jonglant entre cours et petits boulots
Sans bourse, sans RSA
Alors je rame

Six ans pour gravir Deug, licence, maitrise
Jonglant entre cours, lectures et crise
Alors je cane
DEA, doctorat ne sera pas pour moi

Je ne suis que travailleuse
Entre petits boulots, CDD courts et fin de droits
Alors j’écris nouvelles et poésie
Et j’agis, réagit, parfois sur-réagit

Je ne suis que contractuelle de la fonction publique
CDD de trois ans qui s’enchainent depuis 14 ans
Alors je trime et dis toujours oui
La peur au ventre, peur du chômage

Je suis quasi quarante ans, femme seule avec enfant
Négociant une augmentation, salaire gelé depuis 8 ans
Pas de grille, pas de prime, dalaire de B pour travail de A
Pas d’espoir, salaire plat, alors je frappe aux portes des syndicats

Plan de résorption de l’emploi précaire, et je me bats
Négociation, formation, reclassement, concours
Nous sommes devenus des « sapins » et sapinettes »
De catégorie C, B ou A

Attachée désormais d’administration
Détachée de la précarité
Je ne vois pas cette novlangue
Qui envahit les esprits

Performance, cost control, optimisation
Faire plus avec moins
Tenir par tous les bouts cette fonction publique
Qui s’amenuise sous les coups

Je suis 57 ans, carrière longue
Je trime depuis mes 18 ans
Mais précaire toujours deter’, car c’est ce qui m’a construit
Alors j’écris, je lis, j’agis

La claviste

Ce texte est dédié à @Affordanceinfo2
11 fév 2020 – Pourquoi je démissionne de toutes mes fonctions (administratives) à l’université de Nantes
dont la lecture hier m’a profondément remuée

Capture écran Affordance Info

Capture écran


6 réflexions sur « #3 -Chroniques de grève- Je ne suis « que fonction support » alors je grève »

  1. sur le site de SLR, cet « appel des invisibles » que j’ai écrit en mai 2008
    http://sauvonslarecherche.fr/spip.php?page=commentaires&id_article=1889

    ************************************************
    Appel des invisibles : nous demandons la solidarité des statutaires

    26 mai 2008, par Eliane Daphy

    Appel des invisibles

    Nous sommes la recherche et l’université

    Nous sommes la partie d’un tout

    Nous sommes fiers de nos métiers

    Nous sommes fiers de nos disciplines, de nos savoirs et de nos savoir-faire

    Nous sommes les petits, les clandestins, les précaires

    Nous sommes invisibles

    Nous sommes en danger. Nous sommes en colère

    Nous ne nous laisserons pas faire

    Nous sommes la partie d’un tout. Nous sommes la recherche et l’université

    Nous avons bien constaté que certains des privilégiés nous ont déjà laissés tomber

    Ces mandarins trop occupés à protéger leur notoriété

    Nous les petits, les clandestins, les précaires

    Nous les CDD les sans-statuts les sans-droits

    Nous appelons à la solidarité des statutaires

    Nous demandons la fin du travail gratuit, des CDD

    Nous demandons la fin des concours bidons

    Nous demandons de travailler dans la dignité

    Nous demandons la fin des DU et chefs de service méprisants exploiteurs

    Nous sommes la recherche et l’université

    Nous sommes la partie d’un tout

    Nous sommes des milliers

    Des masques blancs derrière nos visages

    Pour bien monter notre existence

    Nous nous donnons rendez-vous

    Le 27 mai dans la rue

    A l’Academic Pride – Marche de tous les savoirs

    Texte écrit par Eliane Daphy, ingénieure d’études CNRS 2e classe, intégrée au CNRS à 50 ans en 2002, après 20 années de bons et loyaux service comme chercheure hors-statut précaire dans l’enseignement supérieur et la recherche, et comme bonne à tout faire bénévole dans un labo CNRS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.