#2 – Chroniques de grève – L’emploi à OpenEdition Center (USR 2004)

Parce que rien ne vaut la réalité sèche des chiffres et des faits

11 février 2020État de l’emploi à OpenEdition Center USR 2004 (AMU, CNRS, EHESS, Université d’Avignon) : 58% de non titulairesNon à l'Unibersité

53 personnes :

  • 25 non titulaires (dit personnels non permanents) + 4 postdoc, stagiaires ou contrat d’apprentissage, soit 29 non titulaires ;
  • 23 titulaires.

Des personnels non titulaires rémunérés sur :

  • dotation globale de fonctionnement des tutelles ;
  • fonds issus d’appel à projets ;
  • revenus issus de la filiale d’AMU, Protisvalor (financement par les recettes générées par le laboratoire).

Des CDD financés sur dotation de fonctionnement et appel à projet renouvelés par période d’un an, avec des durées variables suivant les tutelles (AMU et CNRS) , mais toujours « remerciés » avant l’ouverture de droit au CDI (pour rappel au bout de six ans de CDD la Cdéisation est obligatoire)

Des CDI financés par un Equipex, bref des « CDI de chantiers ».

Des CDI financés sur fonds propres du laboratoire.

Chaque année des demandes de création postes de titulaires (ITA) effectuées auprès des tutelles, chaque année peu de postes accordés.

Visibilisons la précarité dans l’ESR !


4 réflexions sur « #2 – Chroniques de grève – L’emploi à OpenEdition Center (USR 2004) »

  1. Ping : Recherche ET ENSEIGNEMENT en danger – Feuilles de Géographie

  2. Ping : Sciences en danger, revues en lutte | Academia

  3. Ajoutons également les conditions de renouvellement des CDD qui quelques semaines avant la fin de leur contrat ne savent pas s’ils doivent faire leurs cartons… Situation au combien confortable que de devoir demander si l’on revient après ses congés…
    Que dire du remplacement poste pour poste… On joue sur quelques mots et on repart avec un CDD frais et dispo. Pour combien de temps, ça…
    Entre les « dates de péremption » et ceux qui fuient le navire dès que possible il y a en effet un bel élan de pots de départ !
    Heureusement la qualité humaine des collègues est une vraie bonne thérapie dans cette hypocrisie organisée. 🙂

  4. On pourrait ajouter les anciens personnels CDD devenus prestataires de service pour OpenEdition ensuite. Certain•es effectuant parfois des missions faites en interne jusque là. Combien de stagiaires? Stagiaires et presta qui tendent à devenir une solution proposée durant des périodes tendues en terme de charge de travail comme si ça ne posait aucun problème de jouer la complaisance avec ce système tout en faisant porter la responsabilité sur l’équipe. Combien de pots de départs tous les ans ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.