Sébastien explique les retraites à un collègue

« Notre système de retraites n’a pas de problème de financement… »

Alors on répète : notre système de retraites actuel n’a pas de problème de financement. C’est le très officiel Conseil d’Orientation des Retraites qui l’illustre : voir ses deux derniers rapports : Évolutions des retraites et perspectives en France (juin 2019) et Perspectives des retraites à l’horizon 2030 (novembre 2019)

Actuellement il y a ZÉRO déficit

  • Vers 2027 le déficit sera à son max : une somme ridicule comprise entre 0.3 et 0.7% du PIB (deux fois plus faible en moyenne que la somme allouée au CICE chaque année, et pourrait être comblé en seulement 3 années de rétablissement de l’impôt sur la fortune ISF).
  • Et surtout, sans réforme, ce déficit n’est que temporaire et le régime serait excédentaire d’ici 2040 / 2060 (pour les cas de croissance les moins pessimistes, y compris avec les comptabilités défavorables) .

Et le système dispose de fonds disponibles dont certains ont été créés spécifiquement pour absorber les déficits momentanés :

  1. Le Fond de Réserve des Retraites (32 Mds actuellement, 3 fois le déficit moyen attendu).
    Source :
    «Ce trésor de guerre qui pourrait faciliter la réforme des retraites », par Solveg Godeluck, Les Échos, 26 février 2018.
  2. Mais aussi les autres fonds spéciaux des retraites (+ de 130 Mds, 10 fois le déficit moyen attendu)
    Source : Évolutions des retraites et perspectives en France, juin 2019.
  3. Sans oublier la disponibilité de la Caisse d’amortissement de la dette sociale CADES1
    Source : « L’extinction de la Cades libérera €24 mds à l’horizon 2024», Reuters, 11 décembre 2018.

Par contre, la réforme assécherait le financement des retraites :

  1. Forte baisse des cotisations pour les salaires annuels entre 120000 et 324000 euros → manque à gagner de l’ordre de 3,7 milliards d’euros par an.
    Source : « Retraites : la fin des cotisations sur les hauts salaires coûterait 3,7 milliards par an pendant 15 ans », par Solveig Godeluck, 22 janvier 2020
  2. Alignement vers le bas du taux de cotisation patronale public / privé ⇒ manque à gagner de 42 milliards d’euros par an (3.5 fois le déficit max attendu, par an !). Source : « Retraites : salariés, fonctionnaires, indépendants… qui va cotiser plus, qui va cotiser moins », par Solveig Godeluck, 21 janvier 2020.

Et la réforme et baisserait fortement le montant des retraites :

  1. Prise en compte de l’ensemble de la carrière et non plus des 25 meilleures années : baissera des pensions de tout le monde, en particulier des personnes ayant connu le chômage ou le temps partiel et les femmes..
    …et supprimera la dimension méritocratique au calcul de la retraite (un ouvrier qui aurait gravit tous les échelons pour devenir cadre en fin de carrière aura une pension moindre qu’un cadre au salaire identique mais qui aura cotisé dès le début de sa carrière comme cadre)
  2. La réforme sera particulièrement impactant pour les femmes mères de famille (on parle de pertes jusqu’à 15%).
    Source : « 
    Réforme des retraites: chute de pension en vue pour les mères de famille », Marie-Cécile Renault, Le Figaro, 26 novembre 2019
  3. Perte de garantie sur le montant des pensions à l’avenir, qui pourra baisser, par ajustement de la valeur point :
    Source :
    François Fillon 😀 

    Geoffroy Roux de Bezieux, president du MEDEF (c) Le MOnde

  4. Baisse du niveau des pensions qu’il va falloir compléter par capitalisation … auquel même le MEDEF est opposé pour ses hauts cadres.
    Source : « 
    Le patronat réclame le maintien de la retraite par répartition pour les hauts salaires », par Solveig Godeluck, Les Échos, 31 janvier 2020
  5. Décalage du départ à la retraite, qui augmentera à chaque génération. Partir avant entraînera une décote pour toute la retraite de 7 à 8% par année de départ anticipé (et non pas 5%).
    Source : « 
    Réforme des retraites : les simulations confirment le rôle capital de l’âge pivot », par Adrien Sénécat, Le Monde, 21 janvier 2020.

Le tout sur fond de malhonnêteté gouvernementale :

  • Les chiffres donnés par les « cas types » du gouvernement sont … faux : ils ne tiennent pas compte du texte du projet de loi (!) et omettent la prise en compte de l’âge pivot et de sa décote.
    Source : « 
    Etude d’impact sur la réforme des retraites: le gouvernement accusé de calculs malhonnêtes», BFMTV, 25 janvier 2020.
  • Sans parler qu’en plus de ça les cas sont choisis jusqu’à l’absurde pour être favorables (carrière pleine sans aucune augmentation de salaire).
    Source : « 
    Retraites : comment le « simulateur » du gouvernement embellit la réforme », par Adrien Sénécat, Le Monde, 20 décembre 2019

Le site @MacronWatch  maintient un jour une page plus détaillée avec plus de détails sur les arnaques et régressions portées par ce projet de réforme. Également sourcé … sans oublier l’excellent et indispensable travail de @nosretraites

 

Liens

  1. L’extinction de la CADES en 2024 obligeait à transférer comme prévu par la Loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) 15 milliards d’euros de dette supplémentaire de la Sécu entre 2020 et 2022 et à doter la Cades des recettes nécessaires pour y faire face.Créée en 1996 pour financer et amortir la dette sociale, la Cades dispose pour cela de trois ressources actuellement sous la forme de la CRDS (Contribution au redressement de la dette sociale), de 0,6 point de CSG et d’une contribution annuelle de 2,1 milliards d’euros du Fonds de réserve des retraites.en 2024 : 24 Mds net + 18 Mds tous les ans.   Reuters, op. cit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.