Les femmes restent sur le seuil de l’Université: bilan de la campagne de recrutement 2012

Source: Observatoire de l'emploi scientifique, rapport 2009, p. 72 et 74

Source: Observatoire de l’emploi scientifique, rapport 2009, p. 72 et 74

Baptiste Coulmont vient de proposer une analyse du « Portrait des recrutements universitaires » sur son blog, à partir de l’analyse « Campagne de recrutement et d’affectation des maîtres de conférences et des professeurs des universités. Session 2012 « , mis en ligne en juin 2013 DGRH-A1 du Ministère de l’enseignement supérieur.

Le sociologue en tire plusieurs analyses intéressantes sur l’âge moyen des recrutements Mcf et PR, qu’il désagrège pour établir des dynamiques de carrière par discipline – et reprend une conclusion du rapport sur la mobilité des McF parisiens qui partent en province quelques années comme PR, avant de rentrer en région parisiennne.

Un fil d’analyse touche à la place des femmes dans ce recrutement 2012 et établit les différentes formes de discrimination à l’oeuvre.

1. « La féminisation du corps de Pr se ralentit »: alors que 33,7 % en 2011 étaient des femmes, seules 28.61% se trouvent promues au grade de PR, et ce, malgré le fait que les femmes représentent 30% des candidats qualifiés. Lorsqu’on observe par discipline (rapport, p. 87): la sociologie fait preuve d’un comportement radicalement différent des autres disciplines puisque 41% des nouveaux professeurs sont des femmes (qualifiées: 25%).  L’histoire (sections 21 &  22) fait montre d’une certaine schizophrénie, puisqu’en 21 (Histoire ancienne et médiévale), on trouve 42% des professeur.es recrutées (qualifiées: 44%) et qu’en 22 (Histoire moderne et contemporaine), seules 31% deviennent professeur.es (qualifiées: 38% ). Parmi les autres sciences humaines et sociales, la philosophie détient le triste record de la moindre place faite aux femmes: seules 20% des postes de PR pourvus vont aux femmes, qui sont pourtant 32% à se faire qualifiées. Seule consolation: cela peut être pire ailleurs, par exemple en  mathématiques pures (section 25) à une seule femme est promue à l’un des 26 postes mis au concours (3,85%, qualifiées: 15%).

2. Le phénomène d’érosion du nombre de candidates/maîtresses de conférences recruté s’observe également à l’échelon Mcf: en dépit de 45% de femmes parmi les qualifiées, le recrutement féminin ne dépasse pas 44,11%. Le DGRH-A1 parle de « stabilité » de cette part des femmes MCF, autour de 42% depuis plusieurs années (p. 2). Il serait certainement utile d’analyser si la discrimination joue dès la qualification, le recrutement inéquitable ne faisant que prolonger une dynamique pré-existante. Autre consolation: la situation est plus grave au CNRS (http://academia.hypotheses.org/1108#comment-20259), et les recrutements 2013 ne semblent pas avoir commencé à inverser la tendance.

3. Dernière analyse très intéressante de Baptiste Coulmont: le retard de carrière. L’entrée des femmes dans l’Université au statut de maîtresse de conférences est retardé de 2 ans par rapport aux hommes: 34 ans par rapport à 32 ans. Ce qui, cumulé avec la durée rallongée de la promotion, ne peut manquer d’avoir des conséquences très importantes sur les niveaux de salaire en fin de carrière – et partant, sur les niveaux de retraites.

Il ne reste plus qu’à comprendre comment la discrimination sexiste au recrutement opère en pratique. Mais, sur ce point, ce n’est plus du ressort des ressources humaines, mais bien de la Mission parité.

Liens:


Une réflexion au sujet de « Les femmes restent sur le seuil de l’Université: bilan de la campagne de recrutement 2012 »

  1. Dimanche soir: un collègue me fait suivre ces liens, sérieux, et/ou imagés:
    http://rachelgliese.wordpress.com/2010/06/28/professeur-des-universites-un-metier-d%E2%80%99homme/
    http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2010/93/8/Etat_des_lieux_emploi_scientifique_rapport_2009_136938.pdf
    qui me permet de faire d’une pierre deux coups: trouver la source (déjà ancienne) sur l’emploi scientifique, que j’espèrais actualisée; agrémenter mon billet d’une image…

Laisser un commentaire