J’ai fait un rêve : la vie du CNU après la suppression de la qualification

leroiestmortLundi matin, grisaille londonienne : seules perspectives de la journée – aller écouter Craig Calhoun, directeur de la London School of Economics, faire son rapport sur la Strategic Review – et valider les commentaires qui n’allaient pas manquer d’arriver sur Academia. L’actualité politique du WE – entre la découverte des postes contractuels LRU à 384h[1], au salaire indécent; la suppression de la qualification, suivie par celle du CNU, au Sénat[2] – avait été riche, les débats houleux, le tout sur une vague d’analyses sur le sexisme dans l’enseignement supérieur[3]. La perspective de respirer l’atmosphère feutrée de la Shaw Library allait me faire des vacances et réfléchir à la suppression de la qualification – à laquelle je suis très favorable – et celle du Conseil national des universités, autrement plus problématique[4].

La raison pour laquelle je me rendais à une réunion à destination des administratifs, c’est que je voulais enfin entendre celui qui achève en fanfare sa première année de mandat. Calhoun n’a pas encore perdu l’aura qui a précédé son arrivée. Après le scandale Khadafi et la démission du précédent directeur[5], la gestion magistrale de la très grave crise par Judith Rees, sa nomination se voulait le signe d’une reprise en mains du projet politique de la LSE. Calhoun, politologue de renom, connu pour ses travaux sur l’opinion publique, avait pour feuille de route de restaurer en profondeur l’image passablement écornée de la School.

J’y voyais également un autre intérêt. Je suis point d’achever mon contrat de recherches de trois ans, je quitte la LSE avec le sentiment d’avoir énormément appris the hard way, sur le mode d’observation participante. Bénéficiant du statut privilégié de Principal Investigator, ce qui voulait dire en pratique maîtrise complète de mon budget de recherche – j’y ai d’abord découvert une université haute en couleurs – par son activité militante, les origines géographiques très diverses de ses étudiants et de ses enseignants; j’y ai bénéficié de formations qui m’ont permis d’améliorer mes présentations orales, le style de mes articles, la réception de mes cours et d’acquérir une formation à la gestion humaine et technique d’un projet de recherche; de l’assistance toujours aimable d’un magnifique personnel administratif et technique ; de longues conversations avec  mes collègues en histoire économique, en sociologie ou en développement international – qui ont ouvert ma recherche sur le monde ; une bibliothèque splendide, à la recherche constante de nouveaux services à rendre à ses enseignants et ses étudiants ; et des étudiants exigeants venus du monde entier, dont l’évaluation en fin de cours était aussi juste que précieuse pour améliorer mon enseignement à l’avenir. Pourtant mon expérience est loin d’avoir été idyllique : j’y ai découvert une très mauvaise communication interne et externe ; un sexisme plus flagrant qu’ailleurs ; le mépris dans lequel certains collègues tenaient les contractuels – qui pouvaient pourtant être des chercheurs plus talentueux qu’eux – ou les étudiants étrangers, véritables vaches à lait encore davantage pressurisé avec le triplement des frais de scolarité l’année précédente ; les formes subtiles ou caricaturales de discrimination à l’embauche, conduisant à la reproduction des profils Oxbridge masculins existants ; une compréhension quelquefois inepte du Research Exercice Framework, procédure nationale d’évaluation des chercheurs pour maintenir l’arrivée de 10% du budget de la School; ou encore des bassesses académiques que je n’aurais pas imaginé de la part de ce que je considérais encore il y a trois ans comme une des plus belles institutions de sciences sociales européennes.

Trois ans après une induction week qui m’avait laissé entrevoir que j’étais véritablement accueillie dans une institution dont la politique était conduite par ses membres, élus et investis dans les différents comités de l’Ecole, une institution très présente dans le débat public, qui plaçait l’enseignement comme une dimension fondatrice de sa mission – ayant remonté en quelques années les niveaux calamiteux de l’opinion des étudiants dans les enquêtes nationales, par une formation continue de ses enseignants – mon enthousiasme initial pouvait s’assembler à de la naïveté ; il n’en restait pas moins que c’était la grande qualité intellectuelle et humaine de ses personnels – et de son directeur – qui faisait la force de la School. L’intervention de Craig Calhoun, à cet égard, allait me permettre de prendre une certaine température de l’institution qui a peut-être tiré des leçons de la crise qu’elle vient de vivre.

« Director Craig », comme vient de le présenter Susan Schofield, responsable talentueuse des services administratifs, était censé « faire part de ses réflexions sur son expérience à la fin de la première année de son mandat et présenter les perspectives d’avenir » : il l’a fait avec le talent rhétorique enchanteur d’un homme formé à l’histoire et à la science politique à Oxford. L’objet de son exposé, nous indique-t-il, après un peu d’humour sur le temps que prennent les choses dans l’institution, celui des décisions de ses innombrables comités ou celui des ascenseurs, est l’état d’avancement de la Strategic Review, vaste enquête menée depuis son arrivée, afin de savoir d’établir un état des lieux de la LSE et prendre les décisions stratégiques qui semblent nécessaires pour l’avenir à moyen et long terme de l’institution. L’initiative vient du Board of Governors, comité composé d’une centaine de personnalités internes et externes à la LSE – à la fois charity et company, qui assiste le Governing Body, le comité exécutif.

Selon Calhoun, la LSE a un « fort sens du devoir » et de son engagement, même si l’Ecole montre une certaine imprécision sur ses missions. Quelques exemples : s’agit-il, pour la LSE, de faire avancer le savoir par la recherche ? de prendre à bras le corps les problèmes sociétaux majeurs ou d’atteindre une place élevée dans la plupart des classements internationaux auxquels on peut penser ? s’agit-il d’accueillir les étudiants talentueux les plus divers, quelles que soit leurs origines sociales ou géographiques ou d’être sélectifs ?

Une des missions de la LSE, souligne Craig Calhoun, c’est de former les étudiants qui vont changer le monde. Comment attirer les étudiants les moins fortunés, qui n’ont eu accès qu’à des lycées publics[6], ou les étudiants internationaux les plus talentueux – pas seulement ceux qui peuvent se permettre de payer les frais de scolarité ?

Pour conduire à bien ce projet encore mal défini, il faut avoir conscience des fortes contraintes financières. Le gouvernement a décidé de limiter ses investissements dans l’enseignement supérieur ; dans l’hypothèse où cela change dans un avenir plus ou moins lointain, il y a peu de chances que les universités de Londres, qui plus est, la LSE, soient prioritaires.

Les principales sources de financement restent donc :

  • Les étudiants : sans revenir sur les niveaux élevés de frais de scolarité – car il semble plus juste de faire payer davantage les familles qui peuvent se le permettre – il convient de conduire une politique ambitieuse de bourses et de financement des étudiants d’origine modeste. Pour autant, il faut que les étudiants et leurs familles soient satisfaits de la formation qu’ils acquièrent dans nos murs, en assurant une excellente qualité de notre enseignement et du financement adéquat des services techniques qui participent à cette mission.
  • Une politique de recrutement ambitieuse : à l’automne passé, un programme ambitieux de recrutement a permis d’accueillir 26 nouveaux enseignants. Cela ne doit pas s’arrêter là : il faut améliorer la place des femmes et des minorités ethniques dans l’institution ; limiter leur sous-représentation, comme les écarts injustifiés de salaire ; éviter que les meilleurs faculty (enseignants-chercheurs) ou administratifs ne quittent la LSE pour décrocher une promotion.
  • Une politique budgétaire adéquate : quels investissements sont utiles ? lesquels le sont moins ?
  • Les financements de recherche extérieurs : la LSE a acquis une certaine expertise sur l’administration des projets de recherche, ce qui limite désormais le coût induit, quelquefois très élevés. Comment assister les différents Départements et Centres de recherche dans leur recherche d’argent, tout en limitant au maximum leur coût humain et technique d’administration ?
  • La philanthropie : considérant que les inégalités se sont considérablement accrues ces dernières années, la LSE peut faire valoir comme argument que nous n’avons moins besoin limité en yachts mais un besoin illimité en connaissances, et inviter les riches donateurs à participer financièrement au projet de la LSE, notamment en aidant les étudiants les moins fortunés à réussir leur scolarité.  Développer cette source de financement ne changera sans doute pas la LSE – mais peut changer la vie des étudiants – et partant, changer le monde.

Bercée par la douce voix d’un Américain qui concluait son discours devant un auditoire conquis, je ne me suis pas endormie. Au moment des questions, j’ai d’ailleurs demandé quelle était la position de la School sur les formes de discriminations sexuelles ou ethniques : sa réponse, à destination des personnels administratifs, marquait un certain embarras, sur la difficulté à faire remonter des données ; et la nécessité de trouver des modes de rémunération indexée sur la « performance ».  Il avait pourtant dans son discours, les réponses aux questions – comme celle sur les tuition fees, qu’il jugeait utiles de maintenir à un niveau élevé en développant les bourses, système qu’il jugeait plus équitable que d’abaisser les frais d’inscription pour tous ; ou encore son souci de mettre les étudiants et le service qui leur est dû, dans le but supérieur de « changer le monde », à la fois une ambition, une bonne analyse des changements sociétaux et politiques récents ainsi que le souhait d’infléchir, en tant qu’universitaire, le cours des choses.

À repenser aux combats de l’enseignement supérieur français, je me suis demandé où se trouvait cette adéquation entre une compétence solide en sciences humaines et sociales et une vision de la politique – pratique – à conduire pour atteindre des buts politiques supérieurs. Passé la Manche, on pourrait appeler cela le rêve d’une Université française qui retrouve le sens et les moyens de ses mission : former des étudiants issus de toutes les origines sociales et géographiques afin qu’ils changent le monde, plutôt qu’ils ne s’y conforment ; répondre aux grands problèmes de société en préparant la société de demain sur des bases d’équité et à des fins d’émancipation.

En pratique, je me suis dit que nous avions finalement un outil pour cela, si tant est que ses membres élus veuillent s’en emparer : le Conseil national des universités. L’élection, si tant qu’elle a un enjeu véritablement politique, donne une grande légitimité à des membres dont la redéfinition des missions pourraient accroître encore l’investissement dans ces tâches collectives indispensables.

Débarrassé de la qualification, activité chronophage qui ne règle aucun des problèmes évoqués dans nos pages – localisme, sexisme, mauvaise qualité des recrutements[7] –  le CNU pourrait investir d’autres missions que, du reste, il effleure désormais – offrir des consultations sur certaines pratiques abusives – le refus de validation des classements d’audition par les CA ; les contrats d’enseignement iniques ; la veille sur la publicité et l’équité des recrutements, comme la formation des évaluateurs ; une réflexion sur les formes de discriminations dans les carrières du supérieur. Instance nationale, dotée de la légitimité de l’élection – doublée par l’investissement de ses membres – le CNU pourrait s’occuper de trois grandes missions : le recrutement équitable, fondé sur une évaluation adéquate de l’expérience recherche et enseignement, de ses personnels ; la qualité de la formation doctorale, première étape – critique – du recrutement universitaire ; proposer et mettre en pratique une politique ambitieuse pour l’Université française, avec un véritable rayonnement international, notamment auprès des pays francophones des cinq continents. En participant à la redéfinition des missions du CNU, et en lui donnant les moyens et en faisant confiance à la créativité et au sens de l’engagement des universitaires, Sénat et Assemblée pourraient, en un mot, changer l’Université française – et, partant, le monde.


[1] http://academia.hypotheses.org/1077

[2] http://academia.hypotheses.org/1108

[4] Puisqu’il faut préciser ici d’où je parle, je suis historienne, qualifiée par les sections 11 (Anglais), 19 (sociologie), 22 (histoire) et 72 (histoire des sciences) du CNU. Après un doctorat acquis en 2008, une quarantaine de candidatures sur des programmes de recherche et aux postes de chargés CNRS, entre 2009 et 2013 et des maîtrises de conférences universitaires, m’étant présentée à toutes mes auditions (25 environ), classée une fois admissible en position non admise en CR1 (2011) sur un poste coloriée ‘Histoire comparée de l’Europe ») et 2e à l’Ecole normale supérieure de Lyon (« Histoire de l’éducation dans les sociétés modernes), je n’ai décroché qu’un programme de recherche finance par le Wellcome Trust au Department of Economic History de la LSE depuis 2008. À la mi-juin 2013, j’ai été élue maîtresse de conférences de l’Ecole des hautes etudes en sciences sociales par l’Assemblée de ses enseignants. Pour information, mes présentations d’auditions 2013 sont désormais en ligne, à la rubrique Conferences or Workshop items: http://eprints.lse.ac.uk/view/lseauthor/Rabier,_Christelle.html

[6] En Angleterre, ce sont les public schools, très coûteuses, qui fournissent le gros des contingents d’Oxbridge-LSE.

[7] http://academia.hypotheses.org/1108#comment-20181


6 réflexions au sujet de « J’ai fait un rêve : la vie du CNU après la suppression de la qualification »

  1. [Envoyée sur la liste de l’AHMUF, association des historiens modernistes des universités françaises le 27/6]

    Cher(e)s collègues,

    La communauté historienne se mobilise à juste titre contre l’amendement visant à supprimer les procédures nationales de qualification aux fonctions d’enseignant-chercheur. Considérer toutefois que la préservation du rôle du CNU dans ce domaine suffirait, comme l’avance M. Philippe Bourdin, président de la 22e section, à faire obstacle au clientélisme qui, je le cite, « s’instaure toutes les fois que les décisions recouvrant de forts enjeux personnels sont uniquement confiées aux instances locales, hors de tout contrôle », est un peu court. Il faudrait pour qu’une réelle transparence existe que le CNU aille un peu plus loin dans sa réflexion et s’inquiète aussi du fonctionnement des comités de sélection qui opèrent les recrutements dans les universités. Les règles définies dans le cadre de la LRU (que peu de gens semblent aujourd’hui remettre en cause malgré la mobilisation de 2009) permettent à ceux qui contrôlent ces comités (qui sont encore moins satisfaisants que les anciennes commissions de spécialistes), quand ils sont animés – ce n’est heureusement pas la majeure partie des cas – par des soucis clientélistes de recruter qui ils veulent grâce à la détermination de profils de postes étroits – dont il est tenu plus ou moins compte lors de l’audition des candidats – et par le choix bien étudié des membres – locaux et « extérieurs » – de ces instances, ce qui compromet le caractère national des recrutements, et est particulièrement choquant dans une période où les postes mis au concours dans l’enseignement supérieur sont rares. Des recours sont déposés ici ou là quand les manoeuvres sont trop voyantes – comme à Nantes en histoire moderne cette année – mais ils n’aboutissent généralement pas du fait du refus de certains présidents de s’immiscer dans des querelles internes ou par peur de se voir taxer d’autoritarisme, par difficulté aussi de démontrer sur le plan juridique les libertés prises avec les règles du service public.

    Notre profession aspire à plus de transparence comme le prouve notamment la publication par l’AFHE [http://afhe.hypotheses.org/suivi-des-recrutements] des listes de postes mis au concours, de la composition des différents comités de sélection et des résultats des différentes étapes des procédures de sélection. Réunir de l’information ne suffit pourtant pas et il faudrait aussi l’analyser et en tirer des conséquences. Une instance nationale de contrôle de la régularité des recrutements – le CNU s’il veut vraiment lutter contre le clientélisme pourrait s’emparer de ce dossier – devrait ainsi voir le jour pour contrôler la composition des comités (ce contrôle est aujourd’hui de la seule compétence des présidents d’université), s’assurer du caractère national du recrutement et juger les litiges qui pourraient survenir. Des règles de fonctionnement de ces comités devraient être définies imposant notamment lors de l’audition d’un candidat le retrait du professeur qui a dirigé ces travaux, la sélection rigoureuse des membres extérieurs qui doivent être des personnalités vraiment indépendantes dont on devrait veiller à ce qu’elles ne puissent siéger plusieurs années dans un même comité ni être présentes dans plusieurs comités à la fois (un seul est suffisant) ni appartenir au même laboratoire de recherches que les enseignants locaux. L’audition des candidat(e)s par les comités pourrait être publique comme cela se passe lors des jurys de thèse ou d’habilitation…

    Des règles devraient être fixées aussi en matière de recrutement. Le président de l’université de Besançon dans un courrier adressé cette année aux membres des comités de sélection de son établissement précise que « à dossier équivalent, la préférence devrait aller à la candidature externe et/ou celle ayant affectué une mobilité. Tout recrutement endogène d’un Maître de conférences doit être dûment justifié pour que le CA puisse en prendre connaissance ». Cette initiative locale (qui montre que local et clientélisme ne sont pas synonymes comme ce qui est « national » n’est pas forcément transparent ni à l’abri de l’influence de réseaux) pourrait fournir matière à réflexion et à définition de principes dont il faudrait veiller ensuite au respect.

    Il faudrait établir ainsi clairement si l’on peut devenir maître de conférences dans l’université ou l’on a fait sa thèse et professeur là où l’on était maître de conférences. Si cela peut se produire, il ne faudrait pas que ceux qui effectuent une mobilité soient pénalisés comme cela est le cas aujourd’hui, surtout quand ils ne peuvent être résidents dans la ville de leur université d’accueil (pour des raisons familiales ou autres) et ne sont pas, par exemple – c’est une absurdité parmi d’autres -, remboursés de leurs frais (d’hôtel ou de transport) quand ils organisent un colloque ou une journée d’études alors que les collègues qu’ils invitent le sont. Toute mobilité doit être encouragée (elle a des conséquences positives sur le plan de la recherche et sur le plan personnel) et valorisée et ne pas se traduire par une baisse, comme c’est le cas actuellement, des revenus de ceux qui l’effectuent. Des primes de mobilité existent dans d’autres secteurs de la fonction publique et l’on ne voit pas pourquoi elles ne bénéficieraient pas aux acteurs du monde universitaire. Les conditions font qu’aujourd’hui il vaut mieux faire carrière sur le plan local… ce qui nourrit inévitablement le localisme (avec le paradoxe que ce sont ceux qui font toute leur carrière dans une même université qui sont avantagés !).

    Le CNU dont l’une des fonctions est d’assurer le suivi des carrières des enseignants du supérieur pourrait avant d’établir des distinctions – hors-classe, 1ère classe des professeurs voire classe exceptionnelle (la voie qui mène à l’excellence historienne est une course d’obstacles – aux modalités variables et impénétrables – à laquelle tout le monde se prête et qui serait comique si elle n’avait à la longue de lourdes incidences financières) – et de participer à un processus de différenciation paradoxal dans une profession qui revendique par ailleurs son unité par l’appartenance à une même communauté scientifique, s’attacher à combattre les abus les plus criants (il faudrait aussi se demander à quoi servent ces habilitations – de plus en lourdes en histoire – dont le CNU revendique justement la qualification mais dont il faut bien reconnaître que si elles permettent éventuellement à ceux qui les font de devenir professeurs n’entraînent pas vraiment de reconnaissance, même pas matérielle, et de ce fait des collègues n’en font pas ou ne cherchent pas à la valoriser dans une mobilité aux profits discutables) et définir des règles de fonctionnement claires et admises par tous.

    Il y a tellement de problèmes à résoudre – dont certains très anciens – que le CNU ne devrait pas, me semble-t-il, limiter son action à cette protestation contre un amendement sénatorial. Les conditions sont peut-être réunies, sinon pour une refondation de notre métier, du moins pour la suppression de certains de ses travers. Il faudrait ne pas la laisser échapper. Tout le monde ne s’en portera que mieux d’autant que les conditions actuelles de recrutement continuent à entretenir des rancoeurs et des tensions qui nuisent à la recherche.

    Cordialement

    Dominique Le Page
    Professeur d’Histoire moderne, Université de Dijon

  2. Transmis sur la liste de slu-interne, 29 juin 2013, 11:14

    Article 43 ter (Texte de la commission mixte paritaire)
    Dans un délai de deux ans suivant la promulgation de la présente loi, le Gouvernement remet au Parlement un rapport formulant des propositions en vue d’améliorer le recrutement, la formation et le déroulement de la carrière des enseignants-chercheurs. Ce rapport analyse les mesures mises en oeuvre ou envisagées afin de renforcer la transparence des procédures de sélection des enseignants-chercheurs et lutter contre le phénomène de localisme dans leur recrutement.

    Il n’y a plus qu’à espérer que les mesures commencent aujourd’hui.

  3. @Baptiste: je ne savais pas qu’il n’y avait aucun moyen au CNU, dont je n’ai jamais été membre, même si je suppose qu’il y a des moyens pour la conduite des élections à l’échelon national, ce qui n’est pas rien. J’ai envie de répondre « la logistique suivra ». Redéfinir et de façon ambitieuse, les missions d’une institution que tous identifient avec une unique fonction, la qualification, alors que ses missions pourraient être autrement plus riches, diverses et utiles à la communauté universitaire, suppose une volonté politique collective. Si celle-ci existe, que les missions nouvelles sont définies, discutées et portées par une instance nationale élue, le CNU trouvera les moyens de ses missions – en requérant des analyses de la DGESIP, des chargés de missions du ministère parité, et autres. L’inverse n’est pas vrai.

    @Correspondant qui m’indique que la LSE, c’est 90% Science-po, je répondrais comme DM que je ne connais pas Science-Po, qu’il me semble que c’est une institution à 95% blanche. Mais qu’un billet sur pourquoi Science-Po est un exemple intéressant pour débattre du recrutement et de l’emploi universitaire est le bienvenu.

    @Nathalie Jas: en démocratie, un des fondements de la légitimité reste le suffrage, même si le charisme et la force, autres sources d’autorité, ne sont pas absentes; le charisme surtout dans nos disciplines – fondé sur le travail, la créativité et quelquefois des qualités humaines de respect de l’autre et d’engagement politique/intellectuel – est une part importante de la légitimité des universitaires. Le fait qu’une partie de nos collègues aient délaissé cet outil de définition des politiques universitaires – dans lesquels j’inclus des listes CoCNRS – me semble problématique et surtout lié au fait que, sous couleur de « corriger les problèmes », le Ministère prive les instances élues de l’essentiel de leur possible pouvoir. Reprendre collectivement la main, préciser l’ordre du jour politique pratique – par ex. lutte contre le sexisme, qualité des auditions et des recrutements, formation continue des EC – de la façon la plus efficace possible, il est possible que les élections CNU redeviennent un enjeu.

  4. En attendant de répondre sur le fond aux commentaires ci-dessous – et aux autres – je voulais préciser que l’institution à laquelle je pense pour les missions, les modes de gouvernance et la grande capacité d’action acquise au cours des dernières années, c’est l’association Couperin: http://www.couperin.org/

  5. Membre (nommée) d’une section de CNU -la 72- , je suis surprise de voir que vous considériez que l’élection comme un gage de légitimité et de bon fonctionnement d’une institution. Je vous invite à lire les travaux d’un champ qui s’appelle la sociologie électorale…. Il n’y a aucune raison qui ferait que ses résultats ne s’appliquent pas au CNU -à moins de prêter aux universitaires et à leurs institutions des vertus différentes de celles des autres humains et des autres institutions…. Pour ma part, je considère qu’il faut une réforme en profondeur qui aille de la formation doctorale au recrutement et qui s’accompagne d’une nouvelle politique de l’emploi universitaire… Croire que la qualification ou même le CNU constituent des remparts contre les politiques actuelles catastrophiques en cours est un véritable leurre. La suppression de la qualification aurait peut-être agi comme un électrochoc, son maintien va contribuer à ce que nombre de nos collègues continuent à tourner en rond dans un ensemble de fictions institutionnelles aussi rassurantes que finalement destructrices…

Laisser un commentaire