Le CNU y’a p’u, vive le CNU !

cnuL’autre nouvelle de la semaine à l’université, pour ceux qui ne me lisent pas sur les listes de diffusion, c’est l’annonce d’un amendement du Sénat qui, s’il est suivi par l’Assemblée Nationale, conduira à la suppression du CNU, ou du moins à supprimer sa principale fonction, qui est de décider de la qualification des docteurs, autrement dit de leur donner le feu-vert pour candidater aux quelques postes ouverts dans nos disciplines.


Comme l’indique le courrier d’Esther Benbassa, il s’est agi d’une « bévue », qui devrait être corrigée dès la semaine prochaine. Il semble de fait indiscutable que la discussion de l’amendement au Sénat a été extrêmement légère. Je ne doute pas cependant que cet amendement avorté entraînera des discussions à n’en plus finir entre mes chers collègues. De manière anticipée, je récapitule donc les arguments qu’on va lire ad nauseam ici et là :

[Mise à jour le 23 juin, 18.00 : ça y est, les réactions commencent…]

[Mise à jour le 25 juin, 11.00 : Bruno nous signale une mise au point sur le site d’Isabelle Attard]

1) Pro CNU

– Un argument de principe : le CNU est le seul garde-fou contre le « fléau endémique » du localisme et la « malédiction » du clientélisme.

– Un argument d’autorité : le CNU est la seule instance nationale représentative des disciplines, c’est une sorte d’observatoire des avancées que chaque discipline opère chaque année, dans chaque domaines.

– Un argument pratique : sans le CNU, les Comités de sélection seront débordés, car ils crouleront sous une avalanche de dossiers.

2) Contra CNU

– Un argument de principe : il faut faire confiance aux universités et aux universitaires, faisons réellement le pari de leur autonomie, et d’ailleurs qui pourrait avoir intérêt à recruter un.e mauvais.e candidat.e pour trente-cinq ans ?

– Un argument d’autorité : la France serait la seule à avoir ce système compliqué, qui d’ailleurs favoriserait l’inertie, freinant l’émergence de disciplines nouvelles mais aussi la reconnaissance des recherches interdisciplinaires.

– Un argument pratique : le CNU est une dépense inconsidérée de temps, d’argent et de moyens.

Nul doute aussi qu’on verra fleurir les anecdotes, qui expliquant que malheureusement telle candidate remarquable n’a pas été qualifiée, qui racontant qu’heureusement que ce candidat exécrable n’avait pas été qualifié, car il avait un poste promis par son université pour les tâches administratives qu’il avait accomplies.

Je n’ai quant à moi pas de position absolument arrêtée sur la question, mais je voudrais faire remarquer que tous ces arguments manquent singulièrement d’une sensibilité  empirique à deux égards :

1) L’extrême diversité des disciplines. Si l’on regarde les statistiques du Ministère, voir par exemple ce document, p. 10, on constate que le monde universitaire connaît des situations très différentes, les sections de droit qualifiant très peu (1/5e des candidat.e.s pour la section 02), les sections de lettres qualifiant environ une moitié des candidat.e.s, les sections de sciences qualifiant de manière variable, mais dans certains cas presque tou.te.s les candidat.e.s (sections 25-26, de maths pures et appliquées, sections 29-30, de physique, respectivement Constituants élémentaires et Milieux dilués et optiques). Nul doute que dans les sections « qualifiantes », le CNU n’a en pratique aucune fonction, alors qu’il a dans les sections « disqualifiantes », manifestement une fonction, en ce sens élémentaire qu’il fait quelque chose.

2) La question à ce point est de savoir si la fonction que le CNU a dans les disciplines disqualifiantes (ne serait-ce que pour moitié) est plutôt positive, ou bien plutôt négative. C’est sur ce point aussi qu’il me semble que nous manquons cruellement de données empiriques, en particulier quant aux pratiques de recrutements endogènes, et quant à leurs effets exacts, puisque le principal argument des « Pro-CNU » est que ce dernier constitue un rempart contre le localisme, ou encore un contre-pouvoir national contre les pouvoirs locaux.

Pour commencer, je voudrais raconter une expérience. J’ai été quatre ans membre d’une section CNU, et ça m’a, à titre personnel, beaucoup intéressée (incomparablement plus intéressée que d’être membre d’un jury de concours) : c’était un moyen d’apprendre ce qui se faisait dans la discipline en question. Néanmoins, je me suis livrée dès la première année à une petite expérience, un peu perverse, il faut bien le reconnaître : prédire, en ayant connaissance seulement des membres du jury de thèse, quels seraient les dossiers qualifiés et quels seraient les dossiers non qualifiés dans le lot de dossiers qui m’étaient attribués. (Pour les thèses faites à l’étranger, je m’autorisais à ne rien prédire.) Croyez-le ou non, mes prédictions ont toujours été exactes.

Je signale ensuite, pour qu’on ne me dise pas que j’ignore mes classiques, qu’il y a eu, il y a quelques années, un débat argumenté et quantifié sur les effets du localisme des candidats à la suite de la publication d’un article de Godechot-Louvet, voir ici et.

Je remarque pour continuer que nos collègues anglo-saxons jugeraient absurde que les membres d’un département ne soient pas totalement maîtres de leurs recrutements, et pratiquent sans hésitation un localisme total des décisions. Mais ils savent qu’un département faisant des recrutements endogènes perd de sa valeur sur le marché des départements, donc sont opposés en principe au localisme des candidats, du moins au stade MCF (le système du tenure track est clairement un système localiste pour le passage de MCF à Pr. ; et, comme je le dis pour finir, il me semble que nous manquons de données statistiques là encore sur ce qu’il en est vraiment dans les autres pays.)

Ce qui semble par comparaison remarquable à cet égard dans le système français actuel, c’est la présence de deux sortes d’injonctions :
— d’une part, une injonction au contrôle central via des dispositifs anciens, qui sont supposés garantir l’impartialité et la qualité des recrutements (le CNU, la présence d’extérieurs dans les comités chargés du recrutement),
— d’autre part, depuis la LRU, une injonction à l’autonomie des équipes et des établissements, qui doivent avoir des projets et des stratégies propres. (Remarquez que, là encore, ce n’est pas le cas des départements anglo-saxons, qui n’ont pas à faire de projets d’équipe pour garantir leur unité et leur identité.)
Quand tout va bien, on dit que des injonctions de ce genre constituent un équilibre subtil entre ceci et cela. Quand ça va un peu moins bien, c’est une contradiction qui conduit à des crises.

Finalement, je me pose quelques questions. Tapez « localisme universitaire » sur Google, vous trouverez « fléau », « plaie », « tare », « mal endémique », « clientélisme », « népotisme pervers », j’en passe, c’est ce qui explique les guillemets que j’ai mis à ces expressions. Je me demande donc :

— s’il y a des chiffres montrant que le localisme des candidats est particulièrement élevé en France. Par rapport à quels pays (c’est-à-dire à des pays de quel taille et avec quel statut pour les universités) ? Si oui, est-ce que ça a toujours été le cas ? Sinon, pourquoi cette obsession en France du « fléau du localisme » ? Est-ce vraiment un problème quantitativement décisif pour les recrutements universitaires ?

— à quel moment, en France, on a commencé à parler du localisme en ces termes, qui paraissent relever de l’invective plus que de l’analyse. J’ai le sentiment que c’est récent. Pour ce que j’en sais, jusque dans les années 60-70, les carrières se décidaient de toutes façons à Paris. La centralisation des décisions était justifiée par la conjonction de l’idée qu’il devait y avoir une certaine homogénéité de doctrine et de méthode sur tout le territoire de la République, et par l’idée que, dans ce territoire, Paris et la province sont fortement distingués. Une hypothèse, si mon sentiment était confirmé, serait que le discours sur le localisme est une réaction du centre à une certaine dépossession de ses pouvoirs historiques.

Je ne veux pas dire en avançant cette hypothèse que le localisme des candidats est une bonne chose. Simplement, que le discours sur le localisme devrait s’affiner par des études empiriques, prenant en compte la variété des disciplines. Il me semble par exemple que la structure des disciplines conditionne beaucoup plus qu’on ne le dit usuellement la possibilité de refuser le localisme. En France, la structure des maths (il y a de grandes UMR dans toutes les villes universitaires) n’est ni celle de la philosophie (qui est une toute petite discipline, où l’on est presque toujours local en quelque manière, et où il y a quoiqu’on en ait une différence entre Paris et la province, Lyon faisant exception) ni celle de la physique (qui dépend d’équipements locaux). En témoigne par exemple cette intéressante discussion ouverte par les élus FSU de l’université de Grenoble 1.

On aura compris que je ne suis pas sûre de savoir ce qu’il faut rationnellement penser. Mais, dans ce genre de circonstances, j’ai tendance à m’en rapporter à la coutume, conformément à un passage du Discours de la méthode, qui explique bien pourquoi il est toujours dangereux de se lancer dans des réformes radicales concernant des institutions que l’usage a peu à peu équilibrées les unes par les autres — ou bien alors, mais Descartes ne l’envisage pas, il faudrait une réforme pensée d’emblée comme systématique de toutes les institutions, semblable à celle qu’il entreprend, mais qu’il présente comme valant pour lui seul !

« Car, bien que je remarquasse en ceci diverses difficultés, elles n’étoient point toutefois sans remède, ni comparables à celles qui se trouvent en la réformation des moindres choses qui touchent le public. Ces grands corps sont trop malaisés à relever étant abattus, ou même à retenir étant ébranlés, et leurs chutes ne peuvent être que très rudes. Puis, pour leurs imperfections, s’ils en ont, comme la seule diversité qui est entre eux suffit pour assurer que plusieurs en ont, l’usage les a sans doute fort adoucies, et même il en a évité ou corrigé insensiblement quantité, auxquelles on ne pourroit si bien pourvoir par prudence; et enfin elles sont quasi toujours plus insupportables que ne seroit leur changement; en même façon que les grands chemins, qui tournoient entre des montagnes, deviennent peu à peu si unis et si commodes, à force d’être frequentés, qu’il est beaucoup meilleur de les suivre, que d’entreprendre d’aller plus droit, en grimpant au-dessus des rochers et descendant jusques aux bas des précipices. »


75 réflexions au sujet de « Le CNU y’a p’u, vive le CNU ! »

  1. Ping : Les femmes restent sur le seuil de l’Université: bilan de la campagne de recrutement 2012 | Academia

  2. [Publié sur educasup et Theuth le 28 juin 2013 12:04]

    Ayant suivi de loin ce débat sur différentes listes de discussion, je suis surpris de ce que les enjeux de débat varient fortement d’un lieu de discussion à un autre.

    Le communiqué du bureau de la CP‐CNU dénonçait la forme, un amendement-surprise apparu tardivement dans la discussion au Sénat, en l’absence de concertation. Quelles que soient les orientations prises, c’est toujours une mauvaise manière de procéder.

    Sur le fond, 5 arguments sont énoncés dans ce communiqué :
    1) En l’absence de qualification par le CNU, le nombre de candidats pour chaque poste augmenterait, ce qui renchérirait le coût global des procédures de recrutement.
    2) L’évaluation par le CNU est censée porter sur l’ensemble des activités scientifiques, pédagogiques et administratives (contrairement au doctorat)
    3) En l’absence de qualification par le CNU, il y aurait un risque de hausse des pratiques de localisme.
    4) Le CNU assure une « veille scientifique ».
    5) La qualification par le CNU garantit « le statut national des enseignants-chercheurs et de la recherche universitaire publique ».
    (cf http://www.cpcnu.fr/documents/36459/259740/Communiqu%C3%A9%20du%20bureau%20CP-CNU%20sur%20l%27amendement%20pr%C3%A9voyant%20la%20suppression%20de%20la%20qualification)

    Le débat sur cette liste s’est surtout concentré sur les questions d’équité entre candidats (mandarinat, localisme, et « écurie ») et sur la qualité de l’évaluation par le CNU (points 2 et 3) alors que les interventions d’universitaires engagés dans les luttes syndicales se sont surtout concentrées sur le point 5, replaçant l’amendement visant la suppression de la qualification du CNU dans la perspective d’ensemble du projet de loi ESR, qui vise d’après eux à régionaliser le service public de l’Enseignement Supérieure et la Recherche.
    (Cf par exemple le communiqué du SNESUP-FSU : http://www.snesup.fr/Le-Snesup/L-actualite-du-SUP?aid=6749&ptid=5)

    [Un autre message] va encore plus loin en ce sens en invitant à lire un billet de Bernard Friot, [sociologue et économiste à Paris 10
    http://blogs.mediapart.fr/blog/pascal-maillard/270613/emploi-public-contre-fonction-publique%5D qui situe la suppression de la qualification dans un contexte encore plus général d’attaque contre la fonction publique d’Etat.

    Entre ceux qui parlent d’enjeux locaux à certaines sections du CNU (comme les intervenants sur ce fil à propos de la section 72), ceux qui parlent d’enjeux quant à l’architecture d’ensemble de l’ESR (les syndicats), et ceux qui parlent des rapports de force politiques dans l’ensemble de la société française (tel Bernard Friot), il y a une pluralité d’argumentations difficiles à articuler.

    Je me permet de relayer un communiqué de l’Association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP) qui a le mérite de penser les enjeux locaux et nationaux d’une réforme du CNU, disponible ici : http://ancmsp.com/communique-qualification-2013. L’ANCMSP propose notamment le recrutement national des maîtres de conférences sur le modèle du CNRS et l’élection de l’intégralité des membres du CNU. Cette position me semble intéressante en ce qu’elle ouvre le débat enfermé dans une fausse alternative suppression pure et simple de la qualification ou statu quo insatisfaisant.

    • Point 1) le taux global de qualifiés est de 70%. Si on enlève les sections de droit autour de 45%, on est même plutôt à 80%. Certaines sections qualifient à plus de 90%.
      Bref, même si tous les non-qualifiés étaient autorisés à postuler, on passerait typiquement de 40 à 50 dossiers à expertiser (je parle pour mes sections, il semble que ça soit plus élevé ailleurs). A priori, ça ne serait pas les dossiers les plus « chronophages » (si le CNU est si bon qu’il le dit).
      Quant aux questions de coût, sachant que les comités de sélection sont, que je sache, bénévole, ce qui n’est pas le cas des experts CNU (coût de la qualif à la louche estimé à plusieurs millions d’€/an), j’ai du mal à saisir.

      Point 2) En quoi ce travail ne peut-il pas être fait par un comité de sélection supposé honnête? (je suis d’accord, c’est un changement radical de paradigme par rapport au discours ambiant disant que les comités de sélection sont des vendus, expérience qui n’est pas la mienne).

      Point 3) Le localisme représente environ 20% des recrutés. Ce chiffre est relativement élevé. Il est relativement constant depuis des années, il ne semble pas que le CNU qui existe depuis des lustres ait cet effet de rempart qu’on nous vend tout à coup. La baisse légère (de 25% à 20%) des 10 dernières années est probablement plus dû à l’AERES qui a quantifié les non-publiants et/ou à l’ANR comme le dit David Monniaux et a permis de distinguer entre le « localisme de complaisance » (trouver un boulot à un pas bon qui trouverait pas ailleurs) du « localisme scientifiquement viable » (un mec compétent qui n’aura pas de problèmes d’adaptation et en plus ne la ramènera pas trop en voulant faire des trucs nouveaux).

      Point 4) Je ne vois pas très bien le rapport; le CNU peut continuer.

      Point 5) Avec la LRU et les compétences élargies, la schizophrénie est à son comble: les Universités font ce qu’elles veulent, mais il y a quand même des instances nationales qui leur disent qui recruter, comment gérer leur pognon etc.

    • Je réponds sur le point suivant:  » 3) En l’absence de qualification par le CNU, il y aurait un risque de hausse des pratiques de localisme. »

      Ce serait encore plus vrai si le CNU avait conservé son rôle de filtre en qualifiant, comme il le fit pendant deux ans je crois, entre la pré-selection des candidats faite par les Universités, et le classement final à partir de la liste des qualifiés renvoyés par le CNU. Cette pratique n’a pas fait que des heureux, mais il est certain qu’elle a réservé naguère quelques surprises aux instances locales.

      On a remplacé ça par une nécessité de se qualifier tous les 4 ans (que l’on me corrige si je fais erreur, ça peut être utile), ce qui est une procédure lourde et contestable: un dossier d’un collègue qualifié peut-il diminuer et, qualifié une année peut-il être « disqualifié » 4 ans plus tard?

      Si le CNU est l’instance-nationale-qu’il-nous-faut, alors pourquoi ne déciderait-il pas qui doit être nommé sur tel ou tel poste d’EC? Au nom de l’autonomie des Universités? Mais alors pourquoi le CNU si les comités de sélection sont responsables? A mon avis, si l’on est Jacobin, autant l’être sans demi-mesure; ou alors ne pas l’être du tout. Il n’est d’ailleurs pas certain qu’une telle procédure de recrutement via le CNU uniquement, serait plus injuste et plus contestable que celle qui existe actuellement.

  3. Au sujet de l' »enseignement punition », du CNRS etc.: certes, un aussi grand nombre de postes de chercheurs « permanents » est une exception française, mais il me semble que de toute façon, dans de nombreuses grandes universités étrangères, les professeurs en pointe en recherche font un service d’enseignement bien inférieur à celui d’un maître de conférence français, sans parler du support administratif bien supérieur.

    J’ai à l’esprit ce professeur d’Oxford qui m’avait invité à faire un exposé devant son équipe, et qui m’a expliqué qu’il faisait à peine quelques heures de cours spécialisé par an…

    • @DM et Joseph Vidal-Rosset: Il est intéressant de consulter le bilan social parité CNRS disponible ici http://www.cnrs.fr/mpdf/spip.php?article225 et de repérer la place minoritaire des femmes aux fonctions de recherche (30% chercheurs, 17% DR; 44% ingénieurs), ce qui renforce l’idée que ce sont les hommes qui sont structurellement démis des tâches d’enseignement. Le rapport précise d’ailleurs aux pages 35 et 37 les écarts de rémunérations à même grade – moins importants il est vrai que dans l’enseignement supérieur en général. CF. http://academia.hypotheses.org/819
      Nous pouvons désormais espérer qu’à défaut de concevoir des lois illisibles, les différentes missions parité vont pouvoir s’atteler aux vrais problèmes de discriminations dans l’enseignement supérieur.

        • Les chiffres ne sont pas « convaincants »: ils sont publiés par le CNRS lui-même, dont vous pouvez, il est vrai, contester la fiabilité de l’étude. Mais les analyses que j’en tire peuvent l’être. Ou non.
          Vous trouverez – peut-être – une réponse à votre interrogation ici: http://academia.hypotheses.org/1164
          Dans le cas contraire, je vous invite à consulter les rapports sur les ressources humaines du Ministière de l’Enseignement supérieur.

    • Les études en sciences humaines et sociales, jusqu’au doctorat inclus, ne donnent pas de « faux espoirs »: elles apportent des méthodes d’analyse critique, de synthèse, des capacités rédactionnelles et une ouverture sur le monde. A ce titre, la formation devrait constituer un atout pour le service public en général, mais aussi pour le secteur privé: c’est d’ailleurs le cas dans bien des pays de l’OCDE. Rendre à nos formations universitaires leur juste valeur d’employabilité (cela vaut aussi pour les mathématiques http://academia.hypotheses.org/1108#comment-20234), c’est le défi qu’il nous faut relever dans les prochaines années.

  4. Merci, chère collègue, pour ce billet. Je crois que je partage totalement votre position, et que je serais favorable à l’interdiction pure et simple, au niveau national, du recrutement endogène (interdiction par exemple aux Universités de recruter un MCF comme Professeur à titre de « promotion interne »). Mais existe-t-il un seul syndicat enseignant qui demande l’instauration d’une telle obligation légale? A ma connaissance non, mais je peux me tromper.

    Il faut préciser, pour ne pas accabler notre système, qu’il est largement plus ouvert aux candidats étrangers que certains systèmes voisins (je pense à l’Italie par exemple, où il est, paraît-il, complètement impossible à un étranger d’obtenir un poste universitaire). Idéalement, c’est à mon avis au niveau européen qu’il serait bon de repenser le système. Mais ça ne serait pas une mince affaire…

    Si l’on reste au niveau national, il serait plus que souhaitable, je crois, que les candidats qui n’ont pas eu la chance de passer par la voie royale (je veux dire la voie ENS + IUF, celle où la case « Lycée » est soigneusement évitée) aient malgré des possibilités qui leur laissent une chance réelle de recrutement… Pourquoi par exemple les normaliens n’auraient-ils pas l’obligation d’enseigner deux ou trois ans en Lycée? Au nom de quoi un système qui les rétribue pour qu’ils puissent passer l’agrégation dans de bonnes conditions, pour enseigner dans le secondaire, les épargne-t-ils ensuite d’une telle obligation? Personnellement je ne vois pas ce qui justifie ce traitement spécial qui, au passage, désavantage tous les autres concurrents. Mais qui réclame vraiment l’abolition des privilèges?

    Mais je vous laisse, il faut que je consolide mon dossier en vue d’une candidature prochaine dans la 17ème section du CNU, j’ai un livre à écrire.. 🙂

    Bien cordialement

    • Dans certaines universités, il y a obligation de mobilité pour pouvoir postuler PR; cela peut s’apprécier diversement (par exemple, PR pas au même endroit que MdC, ou encore avoir fait un post-doc à l’étranger avant d’avoir été MdC). Cela pose d’ailleurs de gros problèmes aux personnes en couple, qui à l’âge de devenir PR ont des enfants et la contrainte de trouver deux emplois au même endroit..

      Et en France, contrairement à d’autres pays, il n’y a guère de moyen de négocier deux emplois pour résoudre le « two body problem ».

    • Alors là!! Mr Joseph Vidal-Rosset, vous mettez le doigt là où ca fait mal. Les Normaliens font tellement bloc qu’on préférera toujours, à CV et publi équivalents, recruter un normalien. Mais au départ, l’ENS, c’est pas fait pour enseigner dans le secondaire?
      oui, à l’étranger, l’herbe n’est pas forcément plus verte, mais on auait beaucoup à apprendre de ces pays pour lesquels l’ENS est d’une absurdité sans nom (et coûteuse, de surcroît!)

      • Je n’ai pas voulu lancer une polémique, mais simplement souligner le point suivant: si on veut accorder une place réelle à l’importance de l’enseignement, comme un élément à prendre en compte dans un recrutement universitaire, on ne peut pas considérer comme une bonne chose que le système encourage certains candidats très brillants à enseigner le moins possible.

        • S’il s’agit d’accorder une place réelle à l’importance de l’enseignement universitaire, en quoi l’expérience en collège ou en lycée serait-elle plus utile qu’une véritable formation pratique et une expérience de l’enseignement supérieur?
          Pour ceux – ayant réussi un des concours des Ecoles normales supérieures [extrêment exigeant mais caractérisé, en sciences humaines et sociales, par une forte reproduction sociale], et/ou heureux titulaires d’un concours de la fonction publique, comme moi – qui ont eu la chance d’enseigner en collège ou en lycée, comme moi, le projet pédagogique est très différent, et pas seulement par ce que l’auditoire est adulte et les problématiques moins orientées vers le maintien d’un certain niveau de calme propice à l’apprentissage (ou « discipline »). Formée aussi à l’enseignement supérieur à l’étranger, je ne peux qu’abonder dans le sens d’Emmanuelle Picard (https://academia.hypotheses.org/1108#comment-20245) sur l’utilité d’une réflexion pratique sur la pédagogie dans l’Université française.

          * Il y a encore peu les élèves des Ecoles normales supérieures étaient fortement incités – avant leur engagement dans une formation doctorale – à passer les concours de la fonction publique, notamment ceux de l’Education nationale, afin d’assurer leur avenir sur le plan financier à la sortie de l’ENS. C’est sans doute là, dans ce souci de l’avenir des élèves, qui sont par ailleurs formés à plusieurs disciplines, une dimension non négligeable de l’atout qu’ont les « normaliens ». En période de pénurie de postes, c’est d’ailleurs un avantage non négligeable que celui de disposer d’un poste stable, correctement sinon bien rémunéré, dont beaucoup d’anciens élèves des ENS font usage.

          • @Christelle Rabier. Vous écrivez : « S’il s’agit d’accorder une place réelle à l’importance de l’enseignement universitaire, en quoi l’expérience en collège ou en lycée serait-elle plus utile qu’une véritable formation pratique et une expérience de l’enseignement supérieur? »

            La réponse à mon avis est simple. (Je parle pour le cas de la philosophie, mais il est probable que l’on pourrait étendre la réponse à d’autres disciplines.) Un élève de terminale n’est pas par essence différent d’un étudiant. Il est par définition moins intéressé par la philosophie qu’un étudiant, puisqu’il n’a pas choisi cette discipline. D’autre part il s’agit de l’initier à la philosophie. Enseigner, on l’oublie trop souvent, est une pratique difficile, exigeante et fatigante: tout le monde sait à quel point des heures de cours fatiguent et qu’ensuite il est difficile de se remettre à un projet de recherche (quand, évidemment, on fait attention à son auditoire) . Par conséquent un normalien qui passe par la case Lycée apprend une pratique. On n’apprend à enseigner qu’en enseignant et, de grâce, qu’on nous épargne le discours pédagogique des sciences de l’éducation à l’Université, car « la science de la pédagogie » est à mon avis une sorte de discours qui permet d’éviter de penser les contenus (lire Hegel sur ce point).
            Revenons aux faits: enseigner est une pratique difficile qui s’apprend au fil des ans, avec de la pratique. Or on épargne à une certaine élite la douleur de devoir faire cet effort, et ce tort que l’on fait à l’enseignement se poursuit dans les refuges français pour les « purs chercheurs », je pense au CNRS, ainsi que dans les institutions prestigieuses qui, dès lors qu’on y accède, permettent la décharge des cours, je pense à l’IUF. Bref, nous sommes dans un système où: « l’enseignement est devenu une variable d’ajustement ». Entendez une variable d’ajustement pour le calcul des heures de service. Dans un tel contexte, il ne faut pas s’étonner du fait que l’Université française soit le dernier lieu où les parents ont envie de voir aller leurs enfants.

          • Ce qui est vrai de la philosophie – et des sciences sociales et économiques – ne l’est pas des autres disciplines du secondaire, sans même parler de celles (droit, psychologie, etc.) qui n’y sont pas enseignées : en histoire-géogrpahie, lettres, anglais, etc. L’essentiel des services en début de carrière se fait en collège. Et un collègien, ce n’est pas un étudiant. La seconde différence – vous le soulignez, à mon sens critique, mais souvent oublié par les collègues – c’est que l’étudiant CHOISIT de faire des études: certes, ce choix peut être très fortement contraint, par l’origine sociale notamment. Dans ma discipline, l’histoire, la totalité des étudiants arrivait en 1e année parce qu’ils « aimaient l’histoire ». Malheureusement, la forte minorité d’entre eux ne survivait pas à la première année. A méconnaître le saut que constitue le choix de partir à l’université, on se trompe aussi de ce que doivent y être les enseignements. Je me rappelle les combats d’un autre âge, mené avec certains MCF et ATER au cours de mes années de monitorat pour refuser que les élèves de 1e année soient évalués sur des QCM – qui facilitait la tâche des correcteurs peut-être, mais qui aurait définitivement dénié à notre discipline la valeur critique qui est la sienne à l’université.
            Dernière chose: sur « enseigner est une pratique difficile ». Enseigner est un plaisir et aussi défi, différent selon que les étudiants sont en reprise d’études, ou en fonction de leur formation initiale – et comme TOUS LES METIERS, s’acquiert AUSSI avec l’expérience. Ce qui ne doit pas lui enlever – au prétexte qu’on a passé avec succès des concours du secondaire, ou même exercé dans le supérieur – la possibilité de l’apprendre, par la mise en commun des pratiques innovantes, des choses qui marchent ou qui permettent d’enrichir les techniques pédagogiques (cf. le cours que je suis ce matin à la LSE « Flipping lectures » ou comment transformer les cours d’amphi en moment actif pour les étudiants présenté ici: http://www.youtube.com/v/KqCFGiNoVVA?start=49.5&end=78.5&version=3&autoplay=1 et http://www.youtube.com/v/Z2TPP7UQYdM?start=32&end=80&version=3&autoplay=1).
            L’évitement des tâches pédagogiques – souvent le fait de ceux qui n’y excellent pas, et en prennent le prétexte qui ériger l’activité de recherche en valeur supérieure et tenir les étudiants dans un certain mépris – n’est pas le fait de tous et de toutes, et je ne pense pas que les « normaliens » puissent continuer à faire ici l’objet de critiques infondées, sans disposer d’études sérieuses sur qui fait quoi à l’université, selon le genre, l’âge, l’origine sociale et géographie, la qualification initiale; à mon sens, le genre et l’origine sociale a une influence autrement plus grande que la réussite d’un concours des Ens. Mes camarades de promotion – enseignant.e.s en classes préparatoires ou en lycée technique, déjà professeure des universités, ou plus souvent maîtresses de conférences étouffées par la préparation de l’agrégation qui leur revient bien souvent en raison de la qualité de leur formation initiale, où de multiples tâches d’enseignement, où enseigner devant un groupe n’est qu’une partie des obligations de service et d’encadrement des étudiants, tâches chronophages qui leur reviennent parce que ce sont des femmes – ce qui, en pratique, les empêchent non de faire de la recherche, mais de passer leur HDR – ne peuvent continuer à être ainsi villipendées.

          • PS: il n’est pas dans mes habitudes de mobiliser des arguments d’autorité, sans expliciter en quoi l’idée, loin d’être un lieu commun, est originale et puissante. En l’occurrence, je ne vois pas comment Hegel peut être une référence en termes de techniques pédagogiques au 21e siècle.

          • PS2: et comme mon sentiment sur la charge d’enseignement pesant différemment sur les hommes et les femmes dans l’enseignement supérieur n’est pas uniquement fondé sur mon expérience personnelle ou celles de mes relations professionnelles, je me permets de renvoyer les lecteurs d’Academia au rapport Strengthening Canada’s Research Capacity: the Gender Dimension (2012), aux pages 92 et suivantes (et à tout le chapitre 5. « Institutional Practices and the Research Environment » d’ailleurs) http://www.scienceadvice.ca/en/assessments/completed/women-researchers.aspx. Cf.

  5. Publié originellement sur Educasup (27 juin 2013, 8:59)

    Je suis Docteur en Philosophie depuis 2007, je suis revenu tard aux études, et j’ai cru que j’allais pouvoir postuler normalement pour un poste de maître de conférence. Las! J’ai appris qu’il fallait passer l’épreuve redoutable de la Qualification… que je n’ai pas eue en 2008. J’avais tenté la section 17 et 72. Quatre thèses papiers envoyées, etc… Je suis par ailleurs bilingue français/anglais. J’ai pu constater que je pouvais postuler dans n’importe quel pays au monde sans passer par cette épreuve humiliiante. Les cris épouvantés de certains membres de la communauté scientifique quant à la disparition de cette anomalie mondiale finissent par me procurer un sentiment d’indécence.

    La France est le seul pays au monde où, quand on a Bac +8, il faut demander l’autorisation à une instance spéciale pour avoir éventuellement le droit d’accéder à des offres d’emplois. Dans le cas où cette accès est refusé, le candidat ne peut tout simplement pas accéder à la visibilité même de ces offres! Quand bien même il en aurait la possibilité, une prise de contact avec une université serait rapidement rendue caduque par l’absence de cette patente honorifique. Je ne comprends pas que le système universitaire français soit tellement attaché à cette aberration intellectuelle.
    Il y a là, certainement, une tradition élitiste française qui me dépasse. J’ai appris, de source sûre, que de nombreux rapporteurs ne lisent pas les thèses, par manque de temps, mais seulement les rapports de soutenance. J’ai appris, de source sûre, qu’un rapport de soutenance qui ne ferait pas état des félicitations unanimes du jury ne vaut pas tripette. J’ai appris, de source sûre, que de nombreux postes sont fléchés, ou réservés pour d’autres. Je constate, depuis des années, que ceux qui franchissent toutes les étapes sont ce qu’on appelle des « poulains », pris en mains par des professeurs puissants. Que les autres, les docteurs qui ne sont pas dans une écurie de prestige, qui ne sont pas pris en main par des professeurs puissants, ne vont nulle-part. Tout cela est vrai, et tout cela est scandaleux.

    La communauté universitaire française est repliée sur elle-même et n’accepte en son sein que les jeunes pousses qui ont les labels ad hoc, généralement normal sup, agrégation, etc… Le reste peut aller se faire voir. On le voit bien quand on reçoit les annonces de colloques en France. La plupart, en philo, ne font jamais l’objet d’un appel public, on reste entre nous, on cause entre nous, et point. Le procesus élitaire et faussement démocratique de l’accès aux postes universitaires français finit par dégoûter et démoraliser toute personne normalement constitutée, qui croyait avoir une chance… En philosophie, il y a en moyenne 200 candidats par an, les rapporteurs en gardent 100. Et cette rentrée prochaine il n’y aura que sept postes dans toute la France ??? Mais ne voyez-vous pas l’absurdité d’une telle situation? On va encore engager des tas de procédures administratives uniques au monde pour savoir qui aura l’insigne honneur de pouvoir postuler à 7 emplois au niveau national? Suis-je le seul à trouver cette démarche absurde? Une philosophe très bien placée dont je tairai le nom et que j’ai rencontré il y a quelques années, m’a dit que, vu mon CV, je n’aurai jamais la qualification. Elle m’a conseillé de publier 4 à 5 articles par ans et au bout de trois/quatre ans de tenter l’HDR…. Fastoche!

    Je ne sais pas combien nous sommes, de docteurs en France à subir le couperet de cette sélection anomale (en regard du monde extérieur), je ne sais pas combien de docteurs ont renoncé à tout et fait autre chose.. Pour ma part, je suis devenu un « chercheur » indépendant. Je n’ai pas renoncé à la recherche, mais j’avoue que je me sens bien seul. Aussi je décide d’écrire ici ce que je pense de tout cela, et de voir ce que cela va donner. J’imagine que je vais me prendre une volée de bois vert, des réponses méprisantes, de la compassion, je ne sais quoi… Mais ça fait longtemps, longtemps que j’ai tout cela sur le coeur, et les cris d’orffraie de l’élité privée de ses privilèges archaïques m’en a donné l’occasion.

    Je pense qu’il serait temps de nettoyer les écuries d’Augias, de rendre l’accès aux postes universitaires vraiment démocratique. L’affirmation que la qualification permet d’être contrôlé et jugé par des experts de la même discipline ne tient pas. Quand on est convoqué pour un entretien à un poste, si on est docteur en philosophie, on n’est pas reçu par des pharmaciens!

    Voilà, en écrivant ces lignes je me suis bien grillé j’imagine. Mais je n’ai rien à perdre, à part un statut de professeur contractuel. Car l’humiliation elle est bien là aussi: Faire partie des plus haut diplômés de France, ne pas pouvoir accéder à la moindre fonction universitaire (pour être Chargé de TD il faut déjà avoir un emploi ailleurs!), et se retrouver, quand on n’a pas les concours, se retrouver précaire! Quand on est passé par là, quand on y est, on se dit qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans ce pays. Comment se fait-il qu’un docteur se retrouve précaire? Toutes les questions que je pose, je ne les pose pas que pour moi, mais pour tous ceux et celles que j’apellerais les victimes, les dupes de l’accès à l’emploi universitaire, les amoureux de la connaissance, qui sont une communauté, comme le disait Locke et Peirce, par exemple. Tous ces amoureux de la connaissance que la procédure administrative française aura dégoûté… Quel gâchis de l’intelligence! Parce que c’est cela à quoi toute cette procédure d’écurie élitaire aboutit: au gâchis de l’intelligence. Et ne parlons pas de la fuite des cerveaux…
    Je suis très heureux d’être docteur en philosophie, je ne regrette rien.

    • Le problème, donc, c’est bien : surtout, qu’il y ait 7 postes pour 100 ou 200 candidats ; aussi, que certains de ces postes soient pourvus par des systèmes mandarin-poulain. Je vois mal en quoi le CNU plutôt qu’un recrutement local direct aggrave l’un ou l’autre de ces problèmes (même si on peut discuter sur le point auquel il aide concernant le second).

  6. Réponse à Joël Pothier, publiée sur slu-interne, 27/6/2013 8:16, en réponse à  »

    Je pense que nous devrions essayer analyser ce qui a motivé cette émotion dans la profession des EC (surtout?). Ce serait sûrement utile pour cette suite. Je n’ai raiment pas de réponse à cette question, mais nous devrions questionner nos collègues, faire une petite enquête pour voir si ils ont pensé être laissés ‘tous seuls’ devant leur présidence locale sans le garde-fou du CNU, ou si c’est autre chose qui a déclenché une telle réaction allergique. »

    Je vais me permettre de commencer en donnant une réponse personnelle.
    Apres avoir été très mobilisée en 2009, comme beaucoup, j’ai levé le pied, et je me suis remise à faire des maths et à m’occuper de ma vie personnelle. Là, la reforme Fioraso arrive. J’ai suivi (de plus loin qu’en 2009) la cata des ESPE, avec une formation CAPES grandement amputée. J’ai écouté d’une oreille cette réforme, et tout ce que je lisais m’inquiétait mais sans chose clairement et nettement pire que la précédente LRU. Ce n’est pas propice à la mobilisation, qui se fait plus facilement quand il y a des mesures phares, à la fois symboliques, dangereuses, et dont le danger est rapide a comprendre. Là, le gouvernement bavasse en prétendant que ce sera mieux, quand on se plonge dedans on peut craindre que ça empire. Le gouvernement PS, en qui beaucoup de collègues universitaires avaient confiance, n’a manifestement pas compris que la LRU ne plaisait pas.

    Je n’arrive pas à être très claire, mais tout ça n’incite pas à la mobilisation : mesure technique à expliquer à des collègues fatigués, bercés de l’idée que le PS, ça devait forcément être mieux, et qui voudraient bien parler de maths (ou d’autre chose) plutôt que de parler d’une énième réforme.

    Le CNU, et la qualif, c’est justement quelque chose de simple, emblématique, facile à discuter. Les mathematiciens sont pour beaucoup opposés à la suppression de la qualif, alors que nos sections 25.26 sont les moins sélectives. Mais je vois cela plutôt comme un symbole du fait que notre discipline est très menacee à l’échelon local, et que seules les instances nationales sont à même de la défendre.

    En réalité, si maintenant je parle spécifiquement du milieu mathématicien, qui était tres mobilisé en 2009, il y a autre chose qui est perçu comme bien plus grave et menaçant pour nous qu’une énième réforme. Notre discipline est assez souvent décrite comme un fleuron de la recherche francaise et mondiale. Mais nous n’avons plus d’étudiants. Plus d’étudiants.

    Plus d’étudiants. Nulle part; ils partent en prépa, ecole d’ingé, les écoles d’ingénieurs pourries (avec des enseignants vacataires, des docteurs aux thèses médiocres recrutés là à defaut d’ailleurs, etc) fleurissent depuis une dizaine d’année.
    Les étudiants les moins bons preparent le CAPES (où il y a plus de places que de candidats…) . Les meilleurs (parmi très peu d’étudiants) se répartissent entre des filières qui toutes manquent d’étudiants (masters, agreg, …) Nos masters, aux debouchés immédiats et nombreux, ne vivent que grâce aux étudiants étrangers attirés par le prestige des maths françaises.

    Les universites « autonomes » au bord de la faillite ne peuvent pas garder des postes pour nous. Ils fondent litteralement partout. (exemple: environ 34 postes PR25 en 2012, 18 en 2013, en MCF c’est pas mieux, et tout le monde est pessimiste sur 2014 qui devrait être pire. ) Aucun débouché pour les jeunes docteurs.

    Et je crois qu’à court terme, c’est le devenir de notre discipline, à tous les niveaux (réforme des lycées, licence, CAPES, agreg, masters recherche, thésards, etc.) qui soucie le plus les collègues.

    Évidemment, on peut relier cela à la reforme en cours. Notre discipline aurait besoin d’un plan national, qui préserverait un minimum de débouchés, et empêcherait les universités de faire n’importe quoi, et par exemple de remplacer les MCF par des PRAG… Au lieu de ca, le gouvernement promeut les prépas à tout crin, et fait une énième réforme des CAPES qui détourne encore plus nos étudiants du métier d’enseignant.

    Bref, tout ça pour dire, même si ce n’est pas très construit, qu’il me semble que les collègues (et je m’inclus dedans) se soucient, me semble t il, d’abord de problèmes apparemment distincts de cette réforme en cours. Ce qui rend la mobilisation
    peut être difficile sur l’ensemble de la réforme.

    Mais le CNU, c’est l’emblème d’un statut national, d’un pilotage national, qui est le bon échelon pour tenter de préserver la qualité de la recherche, en maths ou ailleurs, et c’est peut-être pour ca qu’il y a un sursaut contre la suppression de la qualif.

    [NDLR] Publié avec l’accord de son auteure

  7. Suite d’un long fil de commentaires :
    DM dit « Quelles sont les conséquences négatives concrètes pour une équipe LSHS qui recrute un mauvais chercheur ? »
    J’aurais tendance à répondre « un peu plus de temps à passer pour écrire des rapports qui ne le montrent pas » (et à penser que cela vaut aussi dans les autres disciplines…).

    • L’essentiel des commentaires porte sur la mauvaise qualité potentielle des recherches menées par le candidat passé entre les mailles du filet du CNU. Curieusement, la question de l’évaluation de ses activités d’enseignement n’est pas posée dans cette discussion sur le CNU. Implicitement, on fait comme si le bon chercheur, ou du moins le qualifié, sera automatiquement un bon enseignant. Il existe encore moins de critères pour juger de la qualité potentielle de l’enseignant que du chercheur. Un des griefs avancés par beaucoup d’enseignants chercheurs est la non prise en compte de leurs investissements pédagogiques. On pourrait aussi se demander, en retournant la question de DM, quelles sont les conséquences lorsqu’on recrute un « mauvais » enseignant, qui risque non seulement de faire des dégâts en termes de formation que les collègues devront aussi pallier…

    • J’ai cru constater qu’en 27, certains labos naguère célèbres pour leur recrutement local pas toujours très bon ont cessé cette pratique, peut-être en raison de l’AERES et du financement par projet.

      En effet, comme vous le dites, ça finit par devenir difficile de dissimuler les « non publiants » derrière le travail des autres.

      J’ai aussi constaté un effort certain pour rembarquer en recherche des MdC qui s’étaient trop laissés entraîner dans la gestion de l’enseignement, avec d’ailleurs des succès.

      • A mon sens, le recrutement de PR médiocres (parce que le recrutement des MCF médiocres, c’est moins grave immédiatement) a pour conséquence 1° des cours désastreux et le dégoût profond des étudiants dans nos disciplines 2° des nombreux abus d’autorités (sur l’affectation des cours, l’affectation des budgets de recherche (missions, etc.), sur la gestion des ressources humaines au sein des départements) 3° de mauvais recrutements MCF et PR 4° des évaluations (promotion, candidatures sur des programmes de recherches, etc.) de mauvaise qualité 4° de très sérieuses conséquences sur le rayonnement et la réputation de la discipline à l’échelon local, celle de l’Université victime du mauvais recrutement, et de la discipline au niveau national et international. Or la structure démographique des recrutements – large fenêtre pour des PR en sous-nombre; étroitesse du goulot pour les MCF en surnombre, doublement victimes du concurrence numérique et de conditions de recrutement exécrables (cf. http://academia.hypotheses.org/849#comments) – laisse présager le pire dans les années à venir. C’est systémique.

      • En fait, je suis doublement en désaccord (mais bien contente de ces clarifications) : comme Eric Verdeil, je ne pense pas que l’enseignement soit à négliger. On a besoin de gens qui s’en occupent sérieusement (et aussi de meilleurs moyens d’évaluer ce sérieux qu’uniquement la quantité d’heures données…) et pas seulement de publiants. Tous les bons chercheurs ne sont pas nécessairement de mauvais enseignants comme je l’entends trop souvent, mais pas nécessairement des bons non plus, et il faut bien allouer son temps entre les deux. Par ailleurs je suis bien plus pessimiste que DM : je pense qu’on peut toujours arriver à cacher les mauvais (et même à les faire publier aux bons endroits). Donc je ne crois pas du tout à la sanction magique par l’AERES ou autre a posteriori et je plaide pour des garde-fous en amont.

        • Ce matin, discussion avec une enseignante de la faculté de pédagogie de Sherbrooke très engagée dans la formation pédagogique des universitaires, au niveau national et international. Il existe une association internationale de pédagogie universitaire (http://aipu.etsmtl.ca/index.asp) de laquelle la France est absente.
          Quand on voit le travail réalisé à Sherbrooke, Liège ou Lausanne pour mettre en place de réelles formations et réflexions sur la pédagogie à l’université, on peut s’interroger sur le chemin qu’il reste à parcourir ici. Du coup, on est bien loin d’avoir des outils pour une réflexion informée sur l’évaluation de la dimension pédagogique de nos enseignements.

  8. Merci beaucoup pour cet article qui est assez objectif. Vous posez de bonnes questions, à commencer par : « pourquoi autant de débats sur le localisme? »

    Je ne peux m’empêcher de penser (maintenant que je vois les choses depuis l’extérieur, c-à-d. une autre fonction publique) que le débat en question n’est que l’arbre qui cache la forêt.

    J’ai été qualifié dans 5 sections CNU (!). Ce qui tend en tout cas à montrer que le CNU n’enlève rien à un profil qui se voudrait pluri-disciplinaire. Et au contraire je n’ai entendu qu’une seule critique vis-à-vis de cette multi-qualification, provenant justement d’un membre d’un jury de recrutement qui voulait absolument me placer dans une seule case.

    Par contre je me souviens clairement certains comptes-rendus de mes propres dossiers au CNU. Selon les sections et selon les membres, ces comptes-rendus sont plus ou moins bien faits (il faudrait peut-être harmoniser la méthode, mais cela a du changer depuis 7 ans, déjà!), mais il reste que parmi eux, certains faisaient clairement un inventaire quantitatif :
    1) des publications et des communications
    2) de l’expérience d’enseignement
    3) du temps de la thèse (et éventuellement du post-doc) et de l’expérience transnationale (il faut avouer qu’entendre , lors d’un jury, que ses recherches ne sont pas assez franco-françaises est plutôt risible à l’heure de la mondialisation)
    4) de l’âge du candidat

    Ces quatre critères devraient être à mon sens les *seuls* pris en compte lors d’un recrutement et faire cesser les recrutements « à thème » ou pire ceux nécessitant une agrégation sans toutefois le dire. Le problème vient qu’il est à mon sens proprement stupide de recruter quelqu’un parce qu’il est « spécialiste de l’histoire de la biologie France-Angleterre de la seconde moitié du 19e siècle »…. serait-il à ce point incapable de s’intéresser à l’histoire de la physique nucléaire, ne serait-ce que pour assurer un cours et participer à un projet de recherche dans ce domaine? Comment justifier que pendant toute sa carrière cette personne soit censée travailler sur le même thème (même avec de petites variations)? Quel ennui ! Et que dire de la possibilité de passer de l’histoire à l’économie et de l’économie à la psychologie ? Pourquoi ne tenir aucun compte des variations entre les disciplines ? Tout cela parce qu’un labo a un contrat quadriennal dans lequel il a énuméré les thèmes de recherche en cours et qu’on prétend que pour s’insérer dans une équipe il faudrait travailler sur les mêmes thèmes… quelle ouverture d’esprit…

    Bref, le discours du localisme est fait le reflet de très mauvaises méthodes de recrutement. Les profils, en termes objectifs, sont tellement divers qu’il est difficile de dire vraiment comment on peut devenir MCf, même pour celui qui fait tout ce qu’on lui demande de faire… absolument tout.
    Cela va:
    – du jeune normalien-docteur-agrégé avec peu de publications (mais vu son palmarès il doit forcément être un bon chercheur)
    – au doctorat + ATER + 4 post-doc d’un an à mi-temps + 2 années pénibles de petites vacations avec une liste énorme de publications et conférences (en 10 ans, on a tout de même plus de chances de publier qu’en 4).

    Ne serait-il pas temps de n’admettre en doctorat qu’un nombre raisonnable d’étudiants au vu du faible nombre de recrutements possible? Est-ce vraiment sérieux de faire miroiter à des jeune doctorants les possibilités de recrutement qu’ils n’auront jamais?

    Elle est là, la question du localisme. Attendre 10 ans pour espérer obtenir un premier poste tout en se pliant aux « règles » du milieu? mettre de côté, dans bien des cas, sa vie privée dans l’espoir d’obtenir ce Graal -parce-que-sinon-on-a-raté-sa-vie?

    Un doctorat en formation initiale ne devrait pouvoir se faire qu’assorti d’une formation plus précise adaptée au marché du travail. Quand aux doctorats effectués par des personnes disposant déjà de concours de l’EN ou autre, ils posent beaucoup moins de problèmes. Donc, en somme, pourquoi continuer ce recrutement de jeunes docteurs si les postes ne sont pas assez nombreux?… je le sais: c’est parce qu’ils publient… et à ce titre, on préfère bien souvent les garder en local (mais pas en poste durable).

    Pour tout dire, en réalité, le titre de docteur (à part dans quelques disciplines bien identifiées) ne sert strictement à rien. Il est même un handicap lorsqu’on se dirige dans une autre voie, en particulier en étant issu des sciences humaines. Donc pourquoi ne pas *recruter* des doctorants? c’est à dire conclure un contrat avec un doctorant sur tel ou tel thème (puisqu’il parait que c’est mieux ainsi) pour que, une fois son diplôme obtenu (on peut fixer une date limite) il devienne automatiquement enseignant-chercheur. Cela aurait le mérite:
    – d’ouvrir des doctorats uniquement en fonction du nombre de postes d’enseignant-chercheur disponibles
    – de former des enseignants-chercheur ultra-spécialisés (et cesser de recruter des profils aussi différents les uns des autres)
    – Ajouter dans le contrat des clauses qui obligent le docteur d’effectuer des périodes de coopération internationale
    – Ajouter des clauses qui permettent la mobilité entre labos différents (imaginer de pouvoir échanger des jeunes chercheurs)

    Ce serait très simple à mettre en place et éviterait largement la honte de voir autant de docteurs pointer aux chômage….

    • J’avais déjà discuté la proposition que vous faites en octobre 2009 sur la liste de diffusion Theuth. Un collègue s’indignait du rapport entre nombre de qualifiés et nombre de postes dans la 72e section, après avoir lu l’article suivant :
      http://profdefac.over-blog.com/article-37179015.html
      Je lui répondais ceci :
      Il y a actuellement dans un certain nombre de sections, dont les disciplines que recouvre la 72 mais pas seulement, un déséquilibre flagrant entre le nombre de postes et le nombre de docteurs. On peut se dire (c’est ce que vous avez l’air de dire) qu’il faudrait pour pallier ce déséquilibre instaurer un numerus clausus à une des étapes antérieures suivantes :
      1 — l’inscription en thèse,
      2 — la qualification.
      Je voudrais juste remarquer que ni l’une ni l’autre ne constituent des panacées universelles :
      1 — il vaut mieux juger sur pièces (la thèse) qu’anticiper (et laisser jouer des mécanismes sociaux pas forcément limpides).
      2 — le CNU qualifie et reconnaît la valeur d’une thèse. Faudrait-il qu’il soit plus interventionniste et qu’il « disqualifie » ? Ca aurait un coût humain, cela aussi.
      De ce point de vue, la stratégie de la section 72 ne me paraît pas nécessairement « dérailler ».

      Le problème n’est pas ce que fait ou ne fait pas la section 72, mais bien, pour revenir au début, le petit nombre de postes (1) par rapport au nombre de docteurs (2).

      Sur (1) il y a évidemment un combat institutionnel à mener, puisqu’un tas de gens font de l’histoire et de la philosophie des sciences à la James dans toutes sortes d’institutions.

      Sur (2) il me semble que nous sommes (pas seulement la section 72) dans une situation de transition totalement non-régulée entre plusieurs régimes :
      a — autrefois (il me faudrait des chiffres pour dater cela) la plupart des docteurs avaient passé un concours de recrutement du secondaire. Cela avait au moins deux effets : ceux qui réussissaient à faire une thèse devaient s’acharner un peu pendant leurs vacances, donc un effet de sélection ; s’ils ne réussissaient pas à avoir un poste, ça se voyait moins, donc un effet de moindre visibilité.
      Il y a maintenant quantité d’allocations. Je ne veux pas dire que c’est mal, mais je pense que ça augmente mécaniquement le nombre de docteurs, avec une part d’entre eux qui n’auront pas le filet des concours pour se rattraper s’ils n’ont pas de poste.
      b – autrefois un certain protectionnisme, en ce sens qu’on voyait peu dans les disciplines humaines et sociales des recrutés ayant fait leur thèse à l’étranger.
      Ca évolue lentement, mais ça évolue : là encore, je pense que toutes les enquêtes quantitatives seraient bienvenues pour y voir clair (et savoir si je raconte n’importe quoi). »

      Mon analyse d’alors me semble toujours juste. La solution que vous proposez est assurément simple, mais je ne suis pas du tout sûre que quiconque soit capable d’identifier celui ou celle qui fera un bon chercheur. Il y a des choses qui se révèlent petit à petit.

      Vous posez par ailleurs la question : « en somme, pourquoi continuer ce recrutement de jeunes docteurs si les postes ne sont pas assez nombreux? » Il me semble qu’une des réponses, qui n’est pas facile à éliminer, est que même ceux que l’on prévient qu’avoir un poste est vraiment difficile ont envie de tenter leur chance.

      • Quelques commentaires au commentaire de Camille:
        – sur la définition étroite des profils de poste: je suis d’accord, c’est un double scandale. 1° parce que souvent derrière l’étroitesse du profil de poste, il y a un candidat 2° parce que l’essentiel des discussions porte sur l’adéquation du candidat potentiel au profil. On pourrait ajouter 3° c’est l’argument (adéquation du candidat au profil) utilisé par les CA pour ne pas valider les classements qui ne siéent pas aux mandarins locaux. (cf. les billets Academia sur la question, notamment http://academia.hypotheses.org/293).
        Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas de définition – mais comme au CNRS, il peut être indicatif, tout en précisant que le candidat doit pouvoir assurer les enseignements de la maquette ou, à terme, en proposer d’autres.
        – sur les critères de sélection: il est indispensable que les sections de CNU affichent les critères de leur sélection – dans l’hypothèse où elles assurent la qualification. C’est bien si vous avez réussi à les inférer de vos rapports (sont-ils accessibles?); c’est encore mieux que les sections les explicitent.
        – sur l’adéquation nombre de doctorants/ nombre de postes: c’est un mauvais problème. Il y a beaucoup de raisons de faire une thèse, ce qui n’implique aucunement de devenir un candidat à l’enseignement supérieur ou la recherche. A mon sens, un doctorat, en ce qu’il invite à développer une autonomie critique par rapport un sujet, est même une excellente formation, bien supérieure à celles des ingénieurs. Ce qu’il faut, c’est 1° améliorer la formation des doctorants, en les invitant – comme vous le suggérez – à séjourner à l’étranger, acquérir des méthodes spécifiques, des langues, etc. 2° améliorer l’employabilité des docteurs en sciences humaines et sociales – un critère très important outre-Manche – et sans doute ailleurs en Europe. En informatique, comme me le faisait remarquer un de mes correspondants, la question ne se pose même pas, vu l’attractivité du marché privé pour beaucoup de docteurs, qui ont de fait le choix, et la possiblité de circuler entre entreprise et université. L’employabilité ne signifie pas adéquation au marché du travail, mais capacité à faire accepter une formation par un employeur. Et ce, à un niveau de rémunération adaptée.

        • Juste une précision sur « nombre de postes/nombre de docteurs », puisque, comme Sophie, j’ai écrit ça. Tout à fait d’accord avec Christelle sur le fait qu’il faut aussi prendre en compte, et améliorer, les débouchés du doctorat hors recherche et enseignement supérieur. Mais Sophie, comme moi, parlait en réalité en raccourci du ratio « nombre de postes/nombre de docteurs qui voudraient devenir MCF ». Et celui-ci reste problématique !
          Quant aux critères, il faudra décidément que Christelle et moi écrivions un billet à deux voix sur ce que cela peut vouloir dire. Tout à fait d’accord pour qu’on en affiche s’ils sont du type « avoir des publications sur des supports scientifiques », pas d’accord (je pense que ce n’est pas ce que Christelle veut dire, mais d’autres le pensent) si c’est « avoir au moins 2 articles dans une liste étroite de revues. Ad lib pour les autres critères.

          • Le problème des listes et des classements de revues se pose dans bon nombre de domaines.

            Il me semble qu’il ne faut pas avoir une idée trop rigides de ce genre de choses, mais qu’il y a tout de même une certaine pertinence à distinguer la petite revue ou conférence locale où publient les amis du comité éditorial et quelques égarés, et la grosse revue ou conférence internationale avec comité éditorial qui applique strictement les règles de conflit d’intérêts, sollicite des avis variés et ne garde que des choses, sinon très bonnes (il y a tout de même une bonne dose d’aléa), du moins assurément bonnes.

            À ce sujet, je ne sais pas comment se débrouillent les disciplines à fonctionnement franco-français, mais de mon point de vue la publication internationale a l’immense mérite d’éviter les situations embarrassantes, comme l’on a déjà avec l’ANR, l’AERES etc. (X évalue le projet de Y, mais Y doit prochainement évaluer le labo de X, et de toute façon X et Y se connaissent depuis 30 ans; ou pour prendre une situation qui m’est arrivée, X est rapporteur de la thèse du doctorant de Y qui est voisin de bureau du rapporteur du dossier de X comme DR CNRS).

          • Bonjour

            A 99,9% d’accord avec ce que vous dites. Le 0,1% vient à propos du « recrutement de doctorant » que je propose.
            A mon « époque » il y avait encore les DEA. Dans l’Ecole Doctorale où j’ai fais ma thèse, voici comment étaient sélectionnés les doctorants:
            1. avoir la meilleure note au DEA (vu qu’il n’y avait qu’une allocation doctorale pour la promo « histoire et socio des sciences »). Comme le DEA est censé sanctionner la capacité à mener des recherches, je pense que c’est déjà un bon indicateur pour savoir si la personne peut-être un chercheur efficace.
            2. avoir un projet de recherche « qui tient la route » et évalué par les enseignants en place (en équipe).

            Ensutie, j’ai eu droit au couple « allocation du Ministère + monitorat ». Grâce au moitorat j’ai obtenu un papier presque jamais pris en compte dans les jury, à savoir le « Certificat d’aptitude à l’enseignement supérieur ». Il est censé valider la formation annexe que j’ai eue et montre que je suis capable d’enseigner à l’université.

            Jusqu’ici, le contribuable a payé :
            – ma formation initiale
            – mon encadrement en thèse
            – mon salaire doctoral
            – mon complément de salaire de moniteur
            – mes déplacements (colloques) et autres frais

            Comme il me fallait compléter car j’ai soutenu ma thèse en 3,5 ans et non 3 ans comme prévu dans le contrat, j’ai obtenu un pose d’ATER à mi temps. — première baisse de salaire. Prêt à accepter de amnière transitoire.

            jusqu’ici, j’étais pesuadé qu’en ayant tout-fait-comme-on-me-le-demandais, et habituée que je suis (culture judéo-chrétienne) au fait que lorsqu’on fait des efforts, il y a un gain au bout du compte.

            Premiers concours… infructueux, mais bons classements. Pas grave… je rempile sur un ATER et je publie des articles. Seconds concours… infructueux, mais bons classement. Grave: plus de contrat à se mettre sous la dent. Assedics et je publie des articles (!!). Troisièmes concours… infructueux, mais bons classement et même encouragements. Un post doc… je prends! Quatrièmes concours…infructueux, mais bons classement. Pas grave car second post-doc. Je publie et même je varie mes champs de recherches. Quatrièmes concours…infructueux, retour aux Assédics.

            J’arrête là avec mon CV, mais, juste une question: à partir de quand on peut dire qu’on fera un bon chercheur? A mon actif, je publiais proportionnellement presque trois fois plus que certains déjà bien en place. Seulement, au bout d’un moment on ouvre les yeux sur ces « chers collègues » qui vous encouragent et on a la très mauvaise impression d’avoir été pris pour une bille. C’est là que j’ai arrêté les frais, avec beaucoup d’amertume non seulement pour moi, mais pour ce domaine de recherche que je pensais pertinent et profitable à l’humanité (rien que ca).

            Mais dans tout ceci, le contribuable a payé très cher ma formation et mes emplois successifs. Est-il vraiment normal que, même en ayant aujourd’hui un métier tout à fait satisfaisant, je ne sois plus dans le monde académique de la recherche et enseignement supérieur?

            Donc effectivement, on ne fait pas une thèse pour avoir un emploi. Mais je reste persuadé qu’il est parfaitmeent possible de n’admettre en doctorat qu’un nombre suffisant de personnes pour remplir les postes. Pour les autres qui font des doctorat « pour le fun », quel besoin ont-ils d’obtenir ce diplôme : pourquoi ne pas tout simplement les accueillir dans les instituts comme chercheurs associés et laisser le titre à ceux pour qui le contribuable et le législateur ont jugé souhaitable de financer la matière grise ?

            Un autre paramètre à prendre en compte est aussi la pléthode de doctorants qui ne disposent d’aucun financements et naviguent entre plusieurs petits boulots (entre vacations d’enseignements, diverses charges administratives ou purement alimentaires). Là, c’est le rôle des directeurs de thèse de cesser de jouer les mandarins et refuser tout doctorat non financé (et de plus ayant un risque énorme d’échec).

  9. Contre le CNU, outre le fait qu’il filtre en effet assez peu, on pourrait rajouter les pratiques scandaleuses d’autopromotion qui sont parfois observées. Même si le cas de la section 19 lors de la session précédente était sans doute extrême, il peut se trouver de nombreuses configurations où les pratiques d’évaluation y sont contestables et régies par des rapports de force (professionnels, syndicaux, politiques) qui n’ont rien à voir avec la science. De ce point de vue là, les logiques locales ne sont d’ailleurs pas plus recommandables. Comme c’était indiqué plus haut dans ce billet, dans un cas comme dans l’autre, la raison en est que ces pratiques incestueuses n’ont en définitive, quasiment pas d’effets sur la situation individuelle et collective des universitaires qui s’y adonnent, et de leur condition de travail.
    Pour moi, le principal argument pour garder le CNU actuellement, c’est que son travail de filtrage, même s’il est sans doute insuffisant, est néanmoins utile pour éviter d’avoir à refaire ce travail dans les commissions, qui se distinguent (par l’expérience que j’en ai) par la médiocrité, voire la superficialité, de l’examen scientifique des dossiers de candidature, et où l’on manque terriblement de temps.

    • Si le principal intérêt de la qualification est de pallier les déficiences des comités de sélection, il serait plus simple et plus efficace (me semble-t-il) de réformer les procédures usuelles dans ces derniers !

        • C’est une vraie question et on pourrait, à partir de toutes les discussions engagées ces derniers jours, dire qu’elle est vraiment la question centrale. La procédure de recrutement à la française m’a toujours semblé d’une brutalité très grande, car elle permet des effets de manipulation très importants: juger sur un CV et des publis que seuls les rapporteurs survolent induit qu’il y a la possibilité de mobiliser efficacement des arguments relatifs à d’autres sources d’information (le/la candidat/e serait comme ceci ou comme cela… en matière d’enseignement ou de recherche) assez imparables. Des arguments d’autorité en quelque sorte. J’ai toujours été très intéressée par les modes de recrutement longs et complexes mis en oeuvre dans de nombreux autres pays, et dont il a déjà été question dans les discussions: présentation dans les séminaires, cours, discussions, rencontres avec l’équipe pédagogique et de recherche… Dans certains pays, des représentants des étudiants sont impliqués dans la procédure. On m’a raconté qu’aux Pays-Bas, au moins dans une des universités, leur avis était vraiment pris en compte dans la décision finale.
          J’avais signalé (je ne sais plus où) ce billet titré « un autre monde est possible » décrivant une forme de détournement en France des procédures de recrutement pour les rapprocher de leurs homologues étrangers: http://jfmoyen.free.fr/spip.php?article305

  10. @Claire Lemercier: Il est possible de dispenser de qualification un candidat qui a déjà un poste équivalent à l’étranger (ce qui impose d’ailleurs de se donner une espèce de table d’équivalence, pour chaque pays, entre leurs titres et notre division MdC/PR), mais ça ne couvre pas tous les cas (p.ex. premier recrutement « permanent »).

    J’ignore complètement ce qui se fait à ScPo, mais cet établissement est de toute façon réputé pour s’affranchir des règles normales du fonctionnement des emplois universitaires…

  11. Les données concernant le localisme existent dans les documents ministériels (par exemple si je me souviens bien en fouillant dans les rapports fournis à ces liens http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid22661/origine-des-enseignants-chercheurs-recrutes.html).
    De mémoire, le taux de localisme est d’environ 20-25% toutes sections confondues, sachant que c’est plutôt université par université qu’il faudrait regarder. Il faudrait aussi voir quelle est la définition du localisme pour le ministère (de mémoire c’est la définition la plus basique: recrutement dans l’université qui a délivré le doctorat, sans tenir compte d’éventuelles années passées ailleurs et/ou de changements de laboratoires, possibles dans les gros centres).

    Je ne sais pas si de tels chiffres sont disponibles pour l’étranger, mais il me semble qu’aux USA, ce n’est même pas envisageable de candidater dans le département dans lequel on a fait son doctorat. Dans mon département, il y avait un Prof qui avait obtenu son diplôme dans la même université mais dans un autre département, et c’était déjà son « signe distinctif » (le truc que tout le monde disait de lui au bout de 2 minutes de discussion genre « tu sais quoi? »).

    • Ces données sont effectivement citées dans la discussion FSU que j’évoquais dans mon billet ; elles ont été évoquées dans le débat suscité par l’article de Godechot-Louvet. On constate à tout le moins qu’elles sont variables selon les disciplines… Le problème, me semble-t-il, est que le discours général sur le « mal endémique » du localisme est très largement déconnecté d’un examen pondéré de ces données : pour tout dire, il me semble largement idéologique.
      En fait, je pensais aussi à des données montrant les effets délétères du localisme. Yves Gingras m’avait par exemple signalé un article, où il montrait, à u nmoment où ça avait été la mode de recruter des chercheurs non-canadiens, que, contrairement à une croyance largement répandue, ses données – extraites de plus de 5 000 dossiers – ne révèlent aucune différence statistiquement significative par rapport à l’impact scientifique (mesuré par le nombre de citations) attribuable au lieu d’obtention du doctorat. Par ailleurs, la productivité des titulaires d’un doctorat obtenu au Canada est supérieure à celle des titulaires d’un doctorat obtenu à l’étranger, une différence qui pourrait s’expliquer par l’application d’un processus de sélection plus rigoureux lorsqu’on choisit un candidat « local ». Voir ainsi :
      http://www.affairesuniversitaires.ca/la-fin-du-mouvement-de-canadianisation.aspx
      Finalement, je me demande de plus en plus pourquoi, s’il n’y a ne serait-ce qu’un soupçon de problème, on n’interdit pas tout simplement le recrutement endogène.

      • Je serais tout à fait pour qu’on l’interdise… il peut y avoir des règles assez simples, du style: + de 3 ans dans un labo = « local », + de 3 ans « ailleurs » = « reset »…

        Quels sont les arguments, que je ne peux qualifier de quantitatifs mais au moins de qualitatifs, contre le « localisme »:
        – on recrute des gens qui ont été formés sur place, donc qui ont acquis une méthodologie, des méthodes déjà sur place. Bref, pas quelqu’un qui apportera a priori spontanément des idées neuves, des manipes neuves, des problématiques neuves.
        – on recrute quelqu’un « qui nous doit beaucoup », donc pas forcément quelqu’un qui saura prendre son indépendance, discuter les décisions, imposer des directions, etc. Le mandarinat se nourrit me semble-t-il du localisme.

        On me dit qu’on peut perdre quelqu’un de bien: oui, mais un autre laboratoire le gagnera, où il pourra contribuer à la diversification des thématiques. Et a priori on ne risque pas de n’avoir personne à recruter, je ne pense pas qu’il y ait pénurie de gens compétents et méritant un poste…

        Je pense qu’effectivement cela ne se voit pas forcément dans la bibliométrie: les labos faisant la même chose depuis 30 ans sont généralement compétents dans le domaine.
        Par contre, on peut le voir dans l' »ambiance » de travail (pas toujours marrante), dans la capacité à se reconstruire quand le ou les grands pontes partent ou quand le sujet « historique » devient complètement has been… je connais des exemples concrets de tous ces cas.

          • je suis trop jeune… peut-être qu’il y a eu une époque avec 50% de recrutements locaux qui a marqué les esprits…

          • Il y a 10 ans, certains laboratoires étaient célèbres pour leur recrutement local et pas toujours très bon. Ça a beaucoup changé (sans doute effet ANR/AERES: quand on recrute local mais pas bon, on a de mauvais résultats, donc mal noté, donc pas de sous).

          • Comme a dû l’écrire Godechot à l’époque (mais je suis paresseuse pour chercher), un taux de localisme de 20-25%, c’est totalement énorme si on le pense en termes de chances relatives. C’est-à-dire que si on est local, les chances de recrutement sont multipliées par un facteur gigantesque, et vice versa si on n’est pas local. Cela dit, ce n’est évidemment pas ce chiffre qui explique les perceptions. De ma fenêtre, elles s’expliquent par le fait 1/ qu’on connaît tous des exemples de gens vraiment mauvais, recrutés simplement parce que locaux (ce qui ne dit évidemment rien de l’extension du phénomène et prouve que le CNU ne filtre pas tout…) mais aussi 2/ qu’on a, en tout cas dans les disciplines que je connais, régulièrement une impression qui a été bien objectivée par les wiki de scpo, socio, histoire. On a un groupe de candidat.e.s auditionné.e.s un peu partout et qui finissent par passer, après avoir accumulé les places 2, 3, 4, 5. On va dire que ce sont les gens qui sont reconnus dans l’ensemble dans leur discipline [après, on pourrait entrer dans un grand débat pour savoir si c’est sur des critères légitimes]. Et régulièrement, ils sont classés 2, 3, 4, 5 derrière une personne qui n’a candidaté qu’à un poste et que personne d’autre ne connaît. Je crois que ça, ça fait beaucoup pour la dénonciation du localisme. Alors que par ailleurs il peut arriver que cette personne soit tout à fait « au niveau » et simplement ne veuille pas bouger pour raisons personnelles ou autre et ne soit pas très connue alors qu’elle a fait une thèse magnifique.
            Last but not least, comme je dis toujours, le vrai problème c’est qu’il n’y a pas assez de postes (ou trop de docteur.e.s) dans nos disciplines. Un recrutement local contestable sur 100 recrutements, ça ne heurterait personne. Quand il y a une dizaine de postes avec souvent 100 candidat.e.s par poste (histoire contemporaine), ça coince.

          • @ Claire, je repense à ce que tu écrivais : « dans les disciplines que je connais, régulièrement une impression qui a été bien objectivée par les wiki de scpo, socio, histoire. On a un groupe de candidat.e.s auditionné.e.s un peu partout et qui finissent par passer, après avoir accumulé les places 2, 3, 4, 5. On va dire que ce sont les gens qui sont reconnus dans l’ensemble dans leur discipline [après, on pourrait entrer dans un grand débat pour savoir si c’est sur des critères légitimes]. Et régulièrement, ils sont classés 2, 3, 4, 5 derrière une personne qui n’a candidaté qu’à un poste et que personne d’autre ne connaît. »
            C’est vraiment dommage qu’il n’y ait personne au Ministère ou ailleurs pour objectiver et quantifier cela, discipline par discipline… 

          • Le « discours du le localisme » date en fait du XIXe siècle et il est à l’origine de la fondation de la procédure de qualification préalable dans les années 1880-1890. A l’époque, la répartition des candidats sur les postes disponibles était entre les mains des mandarins parisiens.

  12. merci Sophie, il est très bien ton article, mais ta conclusion est vraiment surprenante. Je ne suis pas contre les arguments conservateurs en principe, mais au regard de tout ce que tu as dit avant, et de l’argument de DM qui me semble également très juste, la balance pense franchement contre le CNU. Parler de « réforme radicale » et de « grand corps » pour quelque chose comme le CNU, c’est vraiment une exagération : on n’est pas en train de toucher aux institutions de base de la société, et on ne peut pas dire que ce soit une réforme franchement cavalière. Si pour quelque chose d’aussi mineur que cela, la prudence l’emporte sur les arguments, on n’est pas près de réformer quoi que ce soit.

    PS: l’argument d’autorité (« nul part ailleurs ») contre le CNU est bidon, par contre il est une bonne réponse à l’argument pratique en faveur du CNU (« avalanche de dossiers »): si les copains y arrivent, on doit pouvoir le faire.

    • Ma conclusion était plus nuancée : non pas ne touchons pas au CNU, mais n’y touchons pas sans l’avoir remplacé par quelque chose.
      Ce qui me frappe maintenant, i.e. après avoir écrit le billet et lu les déclarations « pro-cnu » qui ont été faites hier, c’est que l’argument central est vraiment la lutte contre le localisme. C’est au nom de cet argument que le CNU existe, mais aussi qu’il faut des membres extérieurs des Comités de sélection. S’il était avéré que le localisme constitue réellement un problème (mon article demandait des données empiriques), alors il serait beaucoup plus simple d’interdire tout recrutement local, en définissant ce dernier assez strictement.
      (Il y aurait encore à persuader les sections « disqualifiantes ».)
      La levée actuelle de boucliers pour défendre le CNU, alors que la mobilisation universitaire post-2009 a été minimaliste, me semble indiquer qu’il s’agit désormais d’un symbole : il est présenté comme un contre-pouvoir national contre les pouvoirs locaux, alors que ses pouvoirs réels sont minimaux et en tout cas insuffisants pour empêcher le localisme. C’est assez mauvais signe en fait, parce que les symboles sont toujours des choses mortes.

      • Je ne suis pas très au fait des pratiques de toutes les sections « disqualifiantes », mais pour ce que je sais de l’histoire, il s’agit vraiment d’un filtre qui permet de ne pas qualifier des gens qui ont soutenu des choses qui ne sont pas des thèses (e.g. l’hagiographie de leur grand-père – on a le droit de travailler sur son grand-père, hein ! je précise « hagiographie »). Le problème de fond est évidemment qu’on laisse soutenir ces thèses (comme le souligne la Verte auteure de l’amendement), mais empiriquement, c’est bien souvent le cas. Je trouve ça pas mal, du coup, qu’il y ait un filtre après. En outre, interdire le localisme n’interdira pas le localisme croisé (échange entre fac X et fac Y), qui la plupart du temps n’est pas bien grave, mais peut permettre de récupérer de vraiment mauvaises thèses. Donc, tant qu’on n’a pas d’idée sur comment faire que les conseils scientifiques des facs n’autorisent pas la soutenance de n’importe quoi, le CNU me semble un moindre mal.

        • Il me semble que le problème n’est pas tant qu’on laisse soutenir des thèses médiocres mais qu’on recrute des gens ayant soutenu des thèses médiocres .

          Pour prendre un cas que je connais, en informatique il y a des thèses par des gens qui feraient sans doute de bons ingénieurs dans l’industrie, et qui ont fait un travail raisonnable, mais qui n’ont pas l’inventivité et l’autonomie intellectuelle pour faire chercheur. Il est raisonnable de leur décerner le titre de docteur, il n’est en revanche pas raisonnable de les recruter comme chercheur ou enseignant-chercheur.

          Maintenant, le problème du recrutement. À lire de nombreuses personnes ici, on a l’impression que si on laisse les universités gérer elles-mêmes leur recrutement, elles ne vont pas se gêner et prendre des « locaux » médiocres (et si on interdit le pur localisme, elles vont se faire des échanges de bons procédés). Soit. Mais quelles sont les conséquences concrètes pour une université si elle recrute un médiocre?

          Le comportement des humains et des organisations est influencé par les récompenses positives ou négatives de leurs actions. Quel est donc l’intérêt pour une université, un département, un laboratoire de recruter un médiocre? N’y a-t-il vraiment aucune conséquence négative?

          Il me semble que, si vous voulez vraiment lutter contre le localisme et les « magouilles », il faudrait qu’il y ait des conséquences négatives réelles et sévères pour ceux qui recrutent des « bras cassés ». Ceci suppose donc une certaine évaluation de la qualité de la recherche, a posteriori, au lieu de se concentrer sur un filtre a priori.

          (On m’a raconté les modalités d’attribution de crédits de fonctionnement au Royaume-Uni: ceux-ci sont fonction de la productivité en recherche des laboratoires. Les universités sont libres de recruter qui elles veulent ou presque, mais si elles font un mauvais choix, elles en souffrent financièrement ensuite… J’ai trouvé assez excessifs certains aspects du procédé, mais peut-être y a-t-il du bon là-dedans.

          En sciences, en France, des laboratoires naguère célèbres pour leur localisme médiocre ont été « calmés » par les évaluations AERES et le financement par projets.)

        • @ Claire, j’ai quand même des doutes sur le fait qu’on recrute l’hagiographe ; je pense qu’il y a une différence entre deux choses :
          i) ne pas recruter le meilleur absolument (si tant est que ça soit définissable),
          ii ) recruter quelqu’un de mauvais.
          J’ai vraiment le sentiment qu’il y a un truc qui ne va pas en France, pas dans les procédures de recrutement, mais dans la perception de ce qui est fait, comme si les collègues passaient automatiquement de i) à ii) dès que leur candidate n’était pas élue…
          Je trouve aussi que ce que tu appelles le localisme croisé serait beaucoup moins grave que le localisme « simple », d’abord parce qu’il serait beaucoup plus difficile à mettre en place (le local et son patron jouent sur des solidarités locales), ensuite parce qu’il ne fait pas tant d’embrouilles humaines.

          • En fait, c’est bien du recrutement de l’hagiographe que je parlais. Je n’ai aucun problème avec i) car je ne crois pas à une échelle unique d’excellence. Mon souci, c’est qu’on essaye de ne recruter que des candidats « suffisamment bons ». Or j’observe empiriquement dans ma discipline que ce n’est pas toujours le cas (même si c’est quand même en majorité le cas), et ce alors même que le CNU filtre la plupart des hagiographes et assimilés. Je pense vraiment que si le CNU ne filtrait pas, on aurait chaque année plusieurs recrutement de gens que 90% de la communauté considérerait comme « mauvais » – et « plusieurs », sur une petite douzaine, c’est beaucoup. Mais ce n’est bien sûr qu’une spéculation…

          • Quelles sont les conséquences négatives concrètes pour une équipe LSHS qui recrute un mauvais chercheur ?

  13. Merci Sophie d’ouvrir largement le débat sur l’évaluation ex-post des doctorats. Il me semble qu’on pourrait élargir davantage à l’évaluation de la formation doctorale en tant que telle. Car revoir en profondeur celle-ci permettrait sans doute d’obérer le « besoin » d’une qualification.
    Prenons les différents problèmes induits par la formation actuelle: rôle prépondérant de la personne qui dirige la thèse – moins d’ailleurs dans la recherche elle-même que dans la réputation qu’elle lui donne; forte relation de dépendance induite par la direction unique (allant de l’absence complète de direction au harcèlement sexuel); report de l’encadrement effectif sur des collègues non habilité.es -sans la prime doctorale qui devrait aller avec, et en privant la MCF qui s’y colle du temps nécessaire pour rédiger sa propre HDR – quand ce ne sont pas les autres doctorants qui assurent la direction proprement dite. Autre effet tout aussi désagréable: le patronage, puisqu’une direction de thèse inepte peut tout à fait aller de pair avec la maîtrise de la future carrière du doctorant. Cette année, c’est particulièrement le cas des doctorant.es recrutés six mois après leur thèse par des comités où siégaient leur directeur de thèse, les transformant magré eux en véritables créatures qui auront beaucoup de mal à arriver dans le département avec la légitimité nécessaire; et à disposer d’une vraie autonomie d’action.
    Sur ces questions, pourtant critiques, la qualification n’a aucun effet, positif ou négatif: on pourrait donc sans passer. En revanche, on ne peut plus se passer d’une direction collégiale; de l’abandon de l’habilitation à diriger les recherches – qui sont, de fait, dirigés souvent par des non-habilités. Quant à savoir s’il faut aussi abandonner le rapport de thèse qui peut tuer une excellente recherche ou gonfler artificiellment les qualités d’une autre – je laisse à d’autres le soin de répondre.
    Ps: la différence de pression pour le recrutement des Mcf et des Pr pour comprendre l’intérêt dans certaines de nos disciplines de supprimer l’HDR.

    • Chère Christelle,
      Il me semble que tu commences un autre billet, sur les pratiques d’encadrement de la thèse et du soutien dans la carrière par les directeurs de thèse… En un sens, cela confirme ce que j’écrivais, à savoir qu’il est difficile de toucher à une institution sans toucher à une autre.

      • D’accord. C’est le début d’un autre billet – qui viendra peut-être en son temps. A défaut d’une suppression non d’une institution, mais d’une de ses fonctions – la qualification – il serait peut-être utile que les sections clarifient ce qu’elles « font » – c’est le cas en 36, je crois. Justifier le maintien de la qualification par le plaisir d’apprendre ce qui se fait en matière de recherche pour les enseignants-chercheurs qui y siègent – bien légitime – me semble un peu court pour les candidats, en particulier ceux qui se voient refuser le sésame d’accès aux fonctions universitaires.

        • Le CNU fait également des promotions de grade (MC HC, PR1, PRCE). Il était par ailleurs question de lui confier une évaluation des EC, un peu comme le CoNRS évalue les chercheurs CNRS, mais ça a fait hurler et je ne sais pas où cela en est; d’ailleurs, en raison du surcroît de travail, on a mis en place une indemnité pour les membres du CNU.

        • Je suis évidemment d’accord que la justification par le plaisir qu’on en tire en tant que membre du CNU est courte ! Pour être plus précise :
          1) Si j’ai mentionné au passage le plaisir que j’en ai tiré, c’est contre une représentation qui court les rues, qu’une réunion d’une section du CNU serait une sorte de foire d’empoignade entre des camps prédéfinis, ou, ce qui revient au même, de petite sauterie intellectuelle entre copains-coquins. Mon expérience me semble montrer que les réunions sont dans l’ensemble sérieuses et honnêtes.
          2) J’ai lu, je crois que c’est dans le communiqué de la CP-CNU, qu’une section exerçait une sorte de veille scientifique. Cela, je ne suis pas d’accord : si c’était le cas, il faudrait des rapports substantiels chaque année (ou même chaque mandature) sur l’évolution scientifique de la section… le moins qu’on puisse dire est que ça n’est jamais le cas !

  14. Permettez une idée simple:

    Chaque section CNU vote, après son installation (soit tous les 4 ans?), pour décider si la qualification MC et la qualification PR s’appliquent ou non dans son domaine.

    On me dira sans doute que c’est impossible parce qu’unicité du corps MC et du corps PR, mais je constate que certaines sections (1 à 6, si je ne m’abuse) recrutent déjà leur PR par des moyens différents des autres…

  15. Plus généralement, il ne faut pas surestimer le niveau de connaissance des collègues étrangers sur le système universitaire français. Ceux-ci connaissent des personnes, des équipes, des laboratoires, mais pas forcément les établissements de rattachement. J’ai à peu près systématiquement la question « quel est votre rapport avec l’INRIA » alors que je ne suis pas lié à l’INRIA; d’autres ne comprennent pas que je puisse diriger des thèses sans être professeur à l’université; etc.

    Je n’ai rien contre les particularismes en tant que tels, mais force est de constater que nos procédures sont un peu obscures. Par exemple, si je ne m’abuse, il est quasi obligatoire de contacter le laboratoire d’accueil et d’y faire un séminaire avant l’audition officielle, et il est très fortement recommandé de fournir des lettres de motivation; or la procédure officielle mentionne juste un dossier et une audition, et dit qu’aucune autre pièce que celles officiellement demandées ne doit être jointe au dossier. C’est un peu surprenant, pour des gens venant de pays bien ordonnés, qu’il y ait une procédure bureaucratique officielle et une procédure officieuse!

    • Ce que vous rapportez est tellement officieux que cela est variable d’une discipline à l’autre. Il ne faut pas se faire d’illusions ; il y a partout de l’officiel et des formes d’officiosité.

      • Puisque tout dépend de la discipline, pourquoi ne pas en tenir compte et adopter des procédures différentes dans des disciplines différentes? Que celles qui trouvent la qualification la conservent, que celles qui la trouvent inutile s’en passent, et tout le monde sera heureux!

        • En pratique, il me semble que, par définition, une section ne se démettra jamais des pouvoirs qu’elle vient d’acquérir, même quand ceux-ci sont inexistants.
          En théorie, il me semble que cela irait contre l’idée d’un statut identique dans toutes les disciplines. Vous me direz que ce statut est déjà enfreint pour les Pr. de droit : je suis d’accord. Malgré tout, j’ai tendance à penser que le statut est tout ce qui reste aux universitaires français.

          • J’ai entendu une membre du CNU expliquer, comme vous, que ça a le mérite de donner une vision globale sur une discipline.

            Est-ce que l’évaluation des EC par le CNU a été maintenue? Si oui, ça va donner du boulot aux sections et elles pourraient être tentées de se débarrasser des tâches jugées inutiles.

          • L’évaluation systématique des EC faisait partie de la LRU. L’année dernière, il y a une tentative pour mettre ça en place, mais qui a tourné court avec l’arrivée des élections. Depuis c’est en sursis, voir ici.
            Les qualifications sont donc la grande tâche des sections du CNU ; l’autre tâche, c’est d’évaluer les dossiers des collègues qui demandent des promotions, mais c’est beaucoup moins lourd, en particulier parce que cette évaluation ne repose que sur un dossier administratif (aucune publication).

  16. Merci pour cet article instructif. Je voudrais simplement apporter une information sur la situation en Allemagne, où une institution comme le CNU n’existe pas. En effet, on considère d’une part que la thèse et, le cas échéant, notre équivalent à l’habilitation à diriger des recherches, sont des preuves nécessaire et suffisantes pour postuler à un poste académique correspondant, et que les départements académiques savent évaluer de manière autonome les candidats et décider qui mettre sur un poste. D’autre part, il n’est pas possible de postuler pour un poste situé à l’université de laquelle on a reçu son doctorat ou son habilitation, règle aussi simple que draconienne et qui est censée éviter tout localisme.

    • Le CNU semble en effet une institution assez peu partagée ; il s’agit d’une des traces d’un vieux jacobinisme. Il me semble que la manière même dont vous présentez le système allemand montre que ce qui en tient lieu, en Allemagne, c’est la règle draconienne qui interdit tout recrutement endogène. J’ai expliqué ici : http://academia.hypotheses.org/359 pourquoi je pensais que cette règle serait une bonne chose ; et, de fait, comme vous le notez, elle ferait office d’une des principales vertus attribuée au CNU, la vertu d’empêcher des candidatures exagérément locales. Deux remarques à ce point :
      – le site auquel je renvoyais (http://www.fsu-univ-grenoble.fr/post/2013/02/Recrutements-exog%C3%A8nes,-recrutements-endog%C3%A8nes,-mobilit%C3%A9s) montre combien cette règle serait difficile à imposer dans certaines disciplines,
      – surtout — surtout — cela confirme ce que j’essayais de dire à travers la citation de Descartes, à savoir qu’il y a une sorte d’holisme des institutions propres à chaque pays, de sorte qu’il est très hasardeux de toucher à une institution sans toucher à d’autres.
      Autrement dit, s’il fallait supprimer le CNU en France, il faudrait faire d’autres réformes encore.

  17. Je vois, quant à moi, un argument anti-qualification relatif à l’international mais qui n’est pas un argument d’autorité:

    La nécessité d’une qualification préalable, nécessitant une inscription en septembre-octobre, est une très mauvaise surprise pour les candidats venant d’hors de France qui s’attendent généralement à un système de candidature fonctionnant ainsi:
    1. L’établissement publie une annonce de poste (Web, revues scientifiques, etc.; inutile de dire qu’en revanche les étrangers ne pensent pas à consulter le JORF)
    2. Il reçoit des candidatures.
    3. Il fait venir une partie des candidats pour discussion.

    Une personne hors du système français n’a aucune raison de penser que, 6-7 mois auparavant, elle aurait dû s’inscrire sur un site Web pour s’engager dans une procédure qui, dans bon nombre de disciplines, n’est pas sélective et relève donc largement du « coup de tampon ».

    • L’argument me semble assez faible, car on pourrait attendre d’une candidate venant hors de France qu’elle ait quelques mois avant sa candidature des contacts en France, susceptibles de lui expliquer les procédures… Si vraiment rien n’est connu du système français en décembre de l’année n pour une candidature en mars de l’année n+1, je crains un certain décalage !
      De surcroît, je crois deviner à l’arrière-plan de cet argument une idée que j’ai entendu plusieurs (curieusement seulement chez les physiciens), à laquelle je ne crois pas du tout, l’idée qu’il y aurait des étoiles filantes (« big shots » ou « grosses pointures ») qu’il faudrait attraper avant qu’elles ne s’évanouissent de nos cieux ; plus exactement, je crois que les étoiles filantes de ce genre, il y en a tout au plus une tous les dix ans…

      • @Sophie Roux: Ce n’est pas en décembre de l’année n qu’il faut être au courant, mais au moment de la clôture des inscription en ligne pour la qualification, soit il me semble début octobre.

        Il me semble que les doctorants, avant la fin de leur thèse, sont surtout occupés par la fin de leur rédaction et la soutenance et par leur recherche de post-doc. Je trouve donc assez plausible le cas du doctorant qui soutient en juin, se trouve un post-doc débutant en septembre, puis au cours de ce post-doc cherche son premier poste « permanent », apprend en mars l’existence d’un poste ouvert au concours par exemple à l’UJF, et ensuite se rend compte qu’il aurait dû, au début de son post-doc, s’inscrire sur un obscur site Web pour ensuite envoyer un dossier en décembre…

        Ceci dit, le fait que la très grande majorité des postes de MdC supposent la maîtrise du français limite de toute façon forcément le recrutement international… sans parler du niveau très faible des salaires proposés.

        • Effectivement, c’est fin octobre, j’avais oublié cette étape. Je modifie donc : « Si vraiment rien n’est connu du système français fin octobre de l’année n pour une candidature en mars de l’année n+1, je crains un certain décalage ! »

          • Je suis plutôt d’accord avec DM. La différence avec le CNU des années 1990, c’est l’importance de la circulation internationale des doctorants et contractuels, au hasard des colloques, des contrats, et des grands programmes de recherche qui recrutent à l’international. Dans ces cadres, les chercheurs candidatent parce qu’ils ont vu un profil de poste qui leur correspondaient ou les intéressaient. Qaund on double ces pratiques d’emploi autour de la thèse et des premières années post-thèses de la rédaction de « profils » pour les postes de MCF, dont l’étroitesse de certains peu étonnés, la fonction de qualification pose problème. Il ne s’agit plus de distinguer le bon grain de l’ivraie – avant candidature sur des postes très ouverts [mon recul historique est mince, mais dans ma spécialité histoire moderne en 10 ans on est passé d’intitutlé « HIstoire moderne, 16e-18e » à des intitulés « Famille, femmes, genre dans les sociétés occidentales aux XVIIIe et XIXe siècles »]; la pratique est en profond décalage avec les formes de recrutement internationaux, à un moment où la circulation international obligée après le doctorat, rend aussi les postes de Mcf potentiellement accessibles aux étrangers ou plutôt potentiellement intéressants pour les docteurs étrangers.

          • La critique est tout à fait juste, mais il me semble qu’il existe maintenant des procédures pour obtenir un équivalent de qualification pour les candidat.e.s étranger.e.s, en faisant « pré-circuler » le poste dans ce but (ou est-ce que ça ne se fait qu’à Sciences Po ?).

Laisser un commentaire