Véronique ne fait pas grève… avant le 5 mars

Faire grève pour un personnel de l’ESR n’est pas chose simple. Il n’y a pas de tradition syndicale ; le taux de syndicalisation très faible ((Deux fois inférieur à la moyenne nationale – source à retrouver.)). Faute d’être productif ou productive, la grève des enseignant-es ne semble que pénaliser les étudiant-es, et ne pas affacter notre employeur. Il est ainsi heureux que les non-grévistes choisissent de s’exprimer, car, si nous partageons le même constat sur l’état de l’université et de la recherche, et le besoin d’un contre-projet  il nous faut collectivement inventer des modalités de résistance.

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.