La Présidente de l’UT2J Toulouse, porte-parole de la mobilisation ?

Lundi 3 février, 17h24

Cher·ère·s collègues,
Cher·ère·s étudiant·e·s,

    Le texte du projet de Loi de programmation pluriannuelle de programmation de la recherche, annoncée par le gouvernement, n’est pas encore connu, mais les rapports préparatoires ont déjà été publiés, soulevant des interrogations et des inquiétudes fortes chez l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche au niveau national. Au sein de notre université, des réactions nombreuses se sont exprimées, dans différents cadres, unanimes dans leur rejet d’un grand nombre de propositions contenues dans les rapports.

     En tant que présidence, nous réaffirmons que la vision de l’enseignement supérieur et de la recherche que nous portons et que nous déployons au sein des instances de l’UT2J ne correspond pas aux perspectives tracées par les rapports préparatoires au projet de loi.

    Notre vision de la recherche ne cherche pas à accélérer la concurrence entre unités de recherche ou entre chercheur·e·s ; elle n’a pas pour objectif d’allouer les ressources sur la base d’une évaluation surplombante et discriminante ; elle ne vise pas à affaiblir le statut des enseignant·e·s chercheur·e·s et à accentuer la précarité. Dans un contexte budgétaire et d’emploi de plus en plus contraint, nous cherchons à préserver et soutenir les collectifs de recherche que sont les unités de recherche qui constituent le terreau des activités scientifiques, à leur apporter des moyens (dotations récurrentes, services mutualisés développés par la DAR, personnels d’appui, accompagnement des études doctorales, etc.), à veiller, autant que possible, à l’équilibre entre les aspirations et projets individuels et la nécessaire implication dans la formation et les responsabilités administratives collectives. Nous partageons le refus exprimé par les communautés scientifiques de dispositions qui viendraient aggraver la précarisation et l’insécurisation, remettre en question le statut des enseignant·e·s chercheur·e·s, accentuer la mise en concurrence par une allocation des ressources financières faisant prévaloir la logique des appels à projets au détriment des dotations pérennes.

    Concernant la précarité, l’UT2J travaille depuis plusieurs années à améliorer ce qui relève de son pouvoir, particulièrement l’amélioration du processus de traitement des rémunérations. Nous entendons poursuivre cet effort pour sécuriser davantage les conditions de vie et de travail des personnels concernés. Cela suppose que nous engagions aussi une réflexion avec l’ensemble des parties prenantes pour réfléchir à nos pratiques et à nos modes d’organisation et pour explorer les pistes qui permettraient de limiter la précarité de certains emplois dans l’ensemble de nos activités.

    Dans l’attente que soit rendu public le texte de loi, nous relaierons, tant auprès du ministère que de la CPU, les différentes prises de position afin que soient entendues les craintes exprimées, mais aussi l’attachement de notre communauté aux principes qui fondent le service public d’enseignement et de recherche. Par ailleurs, notre université prendra part, selon des modalités qui restent à définir, à la journée « L’université et la recherche s’arrêtent » prévue le 5 mars prochain.

      Cordialement,

     Pour la Présidence,
     Emmanuelle Garnier

Update (14 février 2020)

Depuis la publication de cette correspondance, plusieurs réactions ont paru :


5 réflexions sur « La Présidente de l’UT2J Toulouse, porte-parole de la mobilisation ? »

  1. Message du président de l’Univeresité de Paris-3 Sorbonne-Nouvelle

    ——– Message transféré ——–
    Sujet : [Etudiants] LPPR – Communiqué du Président
    Date : Fri, 7 Feb 2020 19:26:19 +0100
    De : Présidence
    Pour : personnel , etudiants

    Cher.e.s collègue.s,
    Cher.e.s étudiant.e.s,

    Les propositions présentées dans les trois rapports préparatoires à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) et les informations ayant filtré des rencontres entre la Ministre de l’Enseignement Supérieur et les organisations syndicales provoquent une inquiétude légitime au sein de notre communauté. Cette inquiétude, en tant que Président de la Sorbonne Nouvelle, je la partage car je m’oppose fermement à toute remise en cause des fondements du système de financement de la recherche publique en France.

    En pareil contexte, et à l’encontre de plusieurs des préconisations contenues dans ces trois rapports, je tiens à vous redire mon attachement à une université de service public, et à vous confirmer mon opposition à toute mise en concurrence des établissements d’enseignement supérieur, des unités de recherche et des chercheur.e.s.

    Si l’objectif est d’augmenter la part de notre PIB consacrée à nos activités scientifiques, au delà des effets d’annonce, de renforcer durablement celle-ci, les solutions présentées, au cas où elles seraient retenues, iraient à l’encontre de l’effet escompté. Depuis trop longtemps, la recherche fondamentale est négligée au profit d’une logique de performance immédiate. Depuis trop longtemps, les modèles et les temporalités qui régissent les sciences exactes et expérimentales sont artificiellement plaqués sur les ALL-SHS.

    Là où les mesures envisagées consistent à concentrer les moyens, renforcer une logique d’appels à projets et introduire un nouveau dispositif d’entrée dans la carrière universitaire avec les tenure tracks, il me semble à l’inverse nécessaire de donner la part belle aux crédits récurrents et de réhabiliter le temps long d’une recherche prise en charge, dans des conditions plus sereines, par des enseignants-chercheurs fonctionnaires.

    En tant que Président d’université, je considère que ma mission est de combattre sans relâche toutes les formes de précarisation qui frappent les métiers et les carrières de l’enseignement supérieur et de la recherche ainsi que nos étudiant.e.s.

    Afin qu’un débat le plus ouvert et constructif possible puisse s’engager au sein de notre communauté, je souhaite, en accord avec toute l’équipe présidentielle, organiser deux temps forts, de réflexion et d’échanges : une journée banalisée le jeudi 5 mars prochain ainsi qu’une demi-journée d’étude sur les enjeux des réformes en cours. Et vous pouvez compter sur moi pour relayer nos préoccupations auprès de la CPU et de nos tutelles.

    Bien cordialement,

    Jamil Jean-Marc DAKHLIA

    Président de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

    17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris Cedex 5
    Tél. : 01 40 46 28 84

  2. Chère Academia, nous avions beaucoup apprécié votre post “Biatss, ITA et CDI de chantier dans l’ESR”. Celui-ci en revanche nous laisse un goût amer. “La présidente de l’UT2J porte parole”… vraiment ?
    L’ironie de la formulation nous échappe certainement. Notamment quand Mme Garnier se place en chantre de la lutte contre la précarité : “Concernant la précarité, l’UT2J travaille depuis plusieurs années à améliorer ce qui relève de son pouvoir, particulièrement l’amélioration du processus de traitement des rémunérations.”
    Travaillant à l’UT2J, on a quelques échos de la précarité vécue par les personnels du site. On a souvenir que l’année dernière, la bibliothèque avait été bloquée pour défendre deux bibliothécaires qui avaient été embauchés en CDD de 11 mois avec rupture du contrat pendant les vacances d’été et renouvellement du contrat en septembre. On a connaissance de la continuité de telles pratiques encore aujourd’hui : des contrats sur plusieurs années, renouvelés tous les ans pour 11 mois et non 12, pour économiser un mois de salaire. Ces pratiques indignes avaient été condamnées par Mme Garnier. Mais pourtant elle les avalise en tant que présidente, encore aujourd’hui.
    Lutter contre la précarité à l’UT2J. Cela semble tout à fait d’actualité : un collectif des précaires est en pleine mobilisation actuellement sur le site. Leur expérience n’est pas à l’honneur de la présidence avec notamment des salaires versés tous les 6 mois et autres fantaisies dont se satisfait Mme la présidente.
    Une présidente qui affirme “l’attachement de notre communauté aux principes qui fondent le service public d’enseignement et de recherche” alors qu’elle-même est en pleine tourmente dans sa propre université concernant, ce qu’ici on appelle, le “saltogate” :
    http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8596
    De manière étrange, sa prise de position à ce sujet est moins véhémente que la tribune ici adressée.
    Mme Garnier, porte-parole de la mobilisation? Vraiment?
    Sur place, nous n’avons pas trop cette impression.

  3. Mais concrètement qu’organisez vous dans votre université pour lutter contre la lppr . Continuerez vous accompagner les réformes ou vous y opposerez vous réellement. Il est quand même amusant que lorsqu’il s’agit de défendre votre statut vous décidiez de vous positionner aussi clairement. Alors que depuis des semaines des étudiants, enseignants précaires et des personnels administratifs sont mobilisés contre la précarité dans l’ESR ou contre la réforme des retraites sans que vous réagissiez. Dire que madame Garnier est la chefe de file de la contestation je rigole

  4. Tout à fait d’accord avec vous.
    Mais que va t il se passer, mouvement de grève, cours annulés, semestre 2 mis en difficulté, en péril.. Et les étudiants leur circus, leur études, leur finances…
    Que faire ?
    Pour ne pénaliser personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.