Quand l’Université s’engage dans la voie de l’excellence : 384 heures de cours de philosophie pour un salaire d’ATER

tortue_sous_elephantDe qui se moque-t-on : des enseignants ou des étudiants ? C’est la question que ne manquera pas de se poser quiconque prendra connaissance de l’annonce de poste diffusée discrètement  par l’université Montpellier-III [1]. Cette annonce scandaleuse, est parue sur la liste des doctorants de l’université de Paris-1, le 19/6/2013 :

Pour la rentrée 2013-2014, le département de philosophie de l’Université Montpellier III – Paul Valéry doit pourvoir un poste d’enseignant contractuel devant assumer 384h/an, pour un salaire d’ATER. Ce poste est susceptible d’être reconduit une année supplémentaire. Il peut être assumé par des enseignants ayant déjà épuisé leur quota d’années d’ATER. Les enseignants du second degré souhaitant se présenter à ce poste doivent demander une mise en disponibilité. Pour toute demande de renseignement et/ou dépôt de dossier de candidature (CV+ lettre de motivation), merci de vous adresser au directeur du département […]. Les candidatures doivent avoir été reçues avant le 27 juin 2013 (le plus tôt étant le mieux).

Un salaire d’ATER s’élève à 1665,98 € nets/mois, auxquels s’ajoute la prime de recherche et d’enseignement supérieur annuelle de 1 244,98 € bruts. Ce salaire, parmi les plus faibles de l’enseignement supérieur français, sans même parler des pays de l’OCDE, est toutefois proposé pour un statut exigeant d’assurer 192h de cours[2]. Ici, le même salaire est proposé pour une charge de cours doublée et pour un statut n’offrant pas les mêmes garanties : qui dit mieux ?! On reste ébahi qu’une telle annonce puisse même être diffusée… Assurément, ce n’est pas une première depuis le vote de la LRU, mais c’est une première en philosophie[3].

N’accablons toutefois pas les collègues du département de philosophie de Montpellier. Ils ont d’abord refusé ce poste avec détermination ; mais la Présidence de l’université Montpellier-III n’a rien voulu savoir et a fini par le leur imposer.

Bien sûr, la situation budgétaire de plusieurs universités est gravissime et découle directement de la loi LRU[4]. Bien sûr, la Présidence de l’Université montpelliéraine cherche probablement à assurer son offre de formation avec les moyens du bord sans trop pénaliser les étudiants.

Mais on avait connu la Présidente de Montpellier-III plus courageuse et, surtout, on s’attendait, de sa part, à un peu plus de rigueur dans les principes. D’Anne Fraïsse, en effet, les opposants à la LRU avaient plutôt gardé un bon, voire un très bon souvenir : elle faisait partie de ces Présidents et Présidentes d’université courageux-ses qui avaient pris position à de multiples reprises contre les effets délétères de la loi[5]. Particulièrement lucide, elle avait même interpellé publiquement F. Hollande sur les problèmes de l’enseignement supérieur[6]. SLU et SLR relayaient ses appels et on se disait qu’au Sud, une petite communauté universitaire résistait à l’envahisseur comptable et continuait à se battre[7].

Las, il semble que l’on se soit résigné à Montpellier ; il est d’autant plus désespérant que ce soit cette université qui, parmi les premières dans nos disciplines, s’insère résolument dans la logique managériale consistant à faire travailler plus pour gagner moins, tout en sabordant les principes du travail et de l’enseignement universitaires, consistant à appuyer les enseignements sur la recherche.

Avec 384 heures par an à assurer, soit, en raison de la semestrialisation, environ 16h de cours par semaine, qui pourra bien encore mener une quelconque activité de recherche ? On peut s’attendre à ce que les titulaires d’un concours de l’enseignement secondaire se garderont bien de postuler, puisque ce contrat les contraindra à se mettre en disponibilité et leur faire perdre le bénéfice de l’avancement ; on peut donc s’attendre à ce que ce soient  les personnels les plus précaires qui candidateront, notamment les étrangers. Ils se retrouveront dans le cercle vicieux consistant à assurer le double service d’un.e maître de conférences sans pouvoir réaliser la moindre recherche qui leur permettrait précisément de pouvoir prétendre aux postes de maître de conférences ! Sachant par ailleurs que la situation de l’emploi universitaire est dans un état de marasme avancé, avec seulement 7 postes de maîtres de conférences proposés au concours en section 17 (Philosophie) cette année[8].

Chercher à faire des économies budgétaires est un principe général par les temps qui courent. Mais où est passé le respect des enseignants, des docteurs, des étudiants et des valeurs universitaires brillamment défendues, il y a quelques mois encore, par Anne Fraïsse ? L’université de Montpellier-III, désormais désespérée, chercherait-elle à se saborder ?

L’équipe de rédaction d’Academia

Liens:

    • Annonce de l’Université de Clermont-Ferrand:
      De : Dacia DRESSEN-HAMMOUDA <Dacia.HAMMOUDA@univ-bpclermont.fr>
      Date : 14 juin 2013 14:49
      Objet : [membres@geras.fr] JOB: CONTRACTUEL Université Blaise Pascal Clermont-2Le département d’anglais à L’UFR Langues Appliqués, Commerce et Communication à l’Université Blaise Pascal (Clermont 2) recrute un contractuel en anglais pour l’année 2013-2014.
      La personne recrutée assurera 384 heures de cours (environ 20 heures hebdomadaires) dans les filières professionnalisées de l’UFR (LEA, Commerce International, Sciences de l’Information et de la Communication), aux niveaux licence et master:
      – langue écrite
      – langue de spécialité
      – langue orale (Espace Langue Hypermédia http://englishlab.univ-bpclermont.fr)
      Le candidat doit être titulaire d’un master ou d’un concours (Agrégation, CAPES). Des compétences en apprentissage des langues et en TICE seraient un plus. La rémunération est de 1480 euros mensuels (brut).
      Merci d’envoyer un CV à Dacia.Hammouda@univ-bpclermont.fr

      Dacia Dressen-Hammouda
      Directrice, Master Ingénierie de la documentation
        technique multilingue
      Directrice, Département d’anglais à l’UFR LACC
      Maître de Conférences en Anglais de Spécialité
      Docteur en Linguistique
      UFR LACC
      Université Blaise Pascal, Clermont 2
      34, avenue Carnot
      63037 Clermont-Ferrand Cedex
      FRANCE
      Tél. (+33)(0) 473 406 420
      Fax (+33)(0) 473 406 424
      Laboratoire ACTé: http://acte.univ-bpclermont.fr/article70.html
      Master IDTM: http://www.lacc.univ-bpclermont.fr/article193.html
  • Section 17 du CNU: Prise de position de la section 17 sur la publication d’un poste d’enseignant contractuel à l’Université de Montpellier III-Paul Valéry

« Pour la rentrée 2013-2014, le département de philosophie de l’université Montpellier III – Paul Valéry doit pourvoir un poste d’enseignant contractuel devant assumer 384h/an, pour un salaire d’ATER.
Ce poste est susceptible d’être reconduit une année supplémentaire. Il peut être assumé par des enseignants ayant déjà épuisé leur quota d’années d’ATER. Les enseignants du second degré souhaitant se présenter à ce poste doivent demander une mise en disponibilité.
Les candidatures doivent avoir été reçues avant le 27 juin 2013 »

Certaines UFR et certains départements de Philosophie, contraints par la mise en place des maquettes de la future Licence, le plus souvent à moyens constants, ou plus généralement par les difficultés financières de plus en plus criantes que connaissent la plupart des Universités en France,  ont opté pour des solutions, budgétairement satisfaisantes au regard des services centraux mais d’une extrême gravité pour notre discipline et d’un coût humain inacceptable. A la pratique déjà contestable de créer des postes de PRAG en lieu et place de postes de Maître de conférences, s’ajoute aujourd’hui la création d’enseignants contractuels,  (384 h dans les deux cas au lieu de 192h). Cette situation va de pair avec le peu de postes de MCF mis au concours cette année (7), et revient à « offrir » à tous les candidats qui n’ont pu être recrutés une « solution » qui ajoute la précarité à la pénurie. Agir ainsi revient purement et simplement à supprimer des postes d’enseignants-chercheurs dans notre discipline, et à prêter la main à une politique qui ne donne pas aux établissements d’enseignement supérieur les moyens de la réforme mise en place par le Ministère, pas plus que ceux d’assurer les missions traditionnelles de l’Université, dont celle d’un enseignement adossé à la recherche. La section 17 tient à manifester sa très vive opposition à de telles mesures, le recrutement d’un PRAG revenant de fait à supprimer deux postes de MCF, et celui d’un enseignant contractuel, effectuant un service de 384h pour un salaire d’ATER, créant un précédent qui déshonore l’Université.

Texte adopté à l’unanimité (46 votants, 44 votes exprimés, 44 oui)

  • Communiqué de la coordination nationale des directeurs/trices de Départements et UFR de philosophie (27 juin 2013) :

    La coordination nationale des directeurs et directrices d’UFR et de départements de philosophie a pris connaissance de créations de postes d’enseignants contractuels dans plusieurs disciplines et plusieurs universités, notamment en philosophie, postes qui consistent à proposer des services de PRAG, 384 HETD, rémunérés à hauteur d’un salaire temps plein ATER, voire beaucoup moins. La situation financière catastrophique dans laquelle se trouve un certain nombre d’universités pousse de plus en plus les services centraux de ces dernières à développer des postes de ce type, qui visent à assurer à moindre coût les offres de formation proposées. Nous, directeurs, directrices de départements et d’UFR de philosophie, avons fait approuver par l’ensemble des membres titulaires de nos départements et UFR la motion suivante votée par la section 17 du CNU (Philosophie) :

    « Certaines UFR et certains départements de Philosophie, contraints par la mise en place des maquettes de la future Licence, le plus souvent à moyens constants, ou plus généralement par les difficultés financières de plus en plus criantes que connaissent la plupart des Universités en France,  ont opté pour des solutions, budgétairement satisfaisantes au regard des services centraux mais d’une extrême gravité pour notre discipline et d’un coût humain inacceptable. A la pratique déjà contestable de créer des postes de PRAG en lieu et place de postes de Maître de conférences, s’ajoute aujourd’hui la création d’enseignants contractuels,  (384 h dans les deux cas au lieu de 192h). Cette situation va de pair avec le peu de postes de MCF mis au concours cette année (7), et revient à « offrir » à tous les candidats qui n’ont pu être recrutés une « solution » qui ajoute la précarité à la pénurie. Agir ainsi revient purement et simplement à supprimer des postes d’enseignants-chercheurs dans notre discipline, et à prêter la main à une politique qui ne donne pas aux établissements d’enseignement supérieur les moyens de la réforme mise en place par le Ministère, pas plus que ceux d’assurer les missions traditionnelles de l’Université, dont celle d’un enseignement adossé à la recherche. La section 17 tient à manifester sa très vive opposition à de telles mesures, le recrutement d’un PRAG revenant de fait à supprimer deux postes de MCF, et celui d’un enseignant contractuel, effectuant un service de 384h pour un salaire d’ATER, créant un précédent qui déshonore l’Université. »

    A l’heure actuelle, et sans présager de certains votes qui n’ont pu être encore effectués, cette motion a été approuvée par 17 départements et UFR de philosophie en France. Forts de cet élan, nous invitons tous nos collègues universitaires, philosophes ou non, à résister à la tentation d’accepter ces solutions qui ne feront que ruiner l’idée que nous nous faisons d’une université digne de ce nom et qui ne manqueront pas de mettre en péril les postes statutaires et pérennes dont l’université a besoin.

    Premiers signataires :

    – UFR de philosophie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne,
    – Faculté de philosophie, Université de Strasbourg,
    – Département de philosophie, Université de Franche­ Comté,
    – Département de philosophie, ENS Ulm,
    – Département de sciences humaines, ENS Lyon,
    – Département de philosophie, Université de Picardie Jules Vernes,
    – Département de philosophie, Université de Bourgogne,
    – Département de philosophie, Université de Nantes,
    – Département de philosophie, Université de Rouen,
    – Département de philosophie, Université de Toulouse II ­Le Mirail,
    – Département de philosophie, Université de Poitiers,
    – Département de philosophie, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3,
    – Département de philosophie, Université Blaise Pascal, Clermont -Ferrand,
    – Département de philosophie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense,
    – Département de philosophie, Université Paris 8,
    – Faculté de philosophie, Université Jean Moulin Lyon 3,
    – Département de philosophie, Université François Rabelais, Tours.


    [1]. Cette annonce ne figure en effet nulle part sur le site de ladite université : http://www.univ-montp3.fr/

    [3]. Voir par exemple : http://www.fabula.org/actualites/postes-lru-cdd-7-mois-1800-e_43878.php. Ou encore l’annonce faite par l’Université de Clermont-Ferrand (384h de cours annuels; 1480€ bruts mensuels) reproduite en Liens.  L’université de Bretagne-Sud semble recourir sans vergogne à ces postes et publie en ligne les annonces d’emploi dans d’autres disciplines: http://sud.education56.ouvaton.org/IMG/pdf/Tract_26-11-12.pdf; exemples profil-cdd-lru-0100-1-sis; profil-cdd-lru02-379; poste-cdd-lru-7587-7588-biologie. La relative discrétion de l’université de Montpellier-III en la matière peut laisser supposer que d’autres universités pourvoient d’autres postes contractuels de 384h sans recourir à la publication des offres d’emploi.

    [7]. Pour une analyse, voir I. Bruno. À vos marques®, prêts… cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche. Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2008.

    [8]. Voir l’appel et l’analyse du conseil scientifique du CNRS : https://academia.hypotheses.org/1017


25 réflexions au sujet de « Quand l’Université s’engage dans la voie de l’excellence : 384 heures de cours de philosophie pour un salaire d’ATER »

  1. Ping : » Focus sur l’enseignement dans le supérieur pendant le doctorat Humanithèses

  2. Bonjour,
    Il faut savoir que l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 est devenue pionnière dans la destruction progressive du statut d’enseignant chercheur depuis quelques années, pas seulement avec cette incroyable histoire de poste précaire d’enseignement en philosophie créé à des conditions d’exigence et de rémunération inférieures à celles des postes de l’enseignement secondaire.
    L’effet pervers de la LRU joue ici à pleine : la Présidente, qui a lutté courageusement contre la LRU, en endosse désormais pleinement la logique en gérant la pénurie. Au prétexte du risque de ne plus pouvoir financer les départements ou sections à petits effectifs, il n’y a désormais plus de différence entre CM et TDs pour les CM masters et pour la plupart des CM de licence : une heure de CM master ou même, le plus souvent, un heure de CM licence, sont comptabilités TD. En pratique nos heures d’enseignement ont augmenté sans contrepartie de salaire. L’encadrement des masters, celui qui demande le plus de qualification disciplinaire et le plus de disponibilité des mémoires, est sous-payé… Et la présidente s’efforce désormais de faire passer une baisse de la rémunération des heures d’enseignement à distance – alors que l’on sait que ces heures sont chronophages. Son argument final : ces heures étaient trop payées jusqu’ici !!! Précresse ou Fioraso, ou n’importe quel petit manager ou cost-killer, ne diraient pas mieux.

  3. Je viens de recevoir une annonce du même type (j’ai juste enlevé les mails pour éviter le spam).

    —————-

    Le Département des Etudes du Monde Anglophone de l’université Toulouse
    le Mirail recrute un enseignant contractuel en anglais pour l’année
    2013-2014.

    Le candidat recruté effectuera un service de 384h de cours, dans les
    filières LANSAD (principalement), et / ou LEA et / ou LCE.

    Les besoins en matière d’enseignement et d’encadrement sont les suivants:

    Enseignement en LANSAD (étudiants spécialistes d’autres disciplines
    que l’anglais) du L1 au M2, du niveau A1 au niveau C2,
    Coordination d’UE,
    Participation à la passation et à la correction du CLES,
    Enseignement oral et / ou Enseignement en LEA, et / ou Enseignement en LCE,
    Coordination d’UE.

    Le candidat doit être titulaire du M2 et / ou du doctorat et / ou des
    concours de l’enseignement (CAPES ou agrégation). Si le candidat est
    fonctionnaire, le contrat ne pourra pas être conclu pour une période
    supérieure à dix mois et prendra fin obligatoirement le 30 juin 2014.

    Le dossier de candidature comporte:
    * un curriculum vitae
    * une copie du diplôme le plus élevé possédé par le candidat

    Ces documents doivent être envoyés par mail aux deux adresses
    suivantes: mail et mail , au plus
    tard le mardi 2 juillet 2013, délai de rigueur.

    Les candidats dont le dossier sera retenu seront auditionnés le
    mercredi 10 juillet, au matin.

      • Bonsoir!

        Non le salaire n’était pas communiqué dans l’annonce, les rumeurs disent « un salaire d’ater ». Je peux vous donner les mails des gens à contacter pour cette annonce si jamais 🙂

  4. C’est en gros un poste de PRAG, mais sans le statut de fonctionnaire ni la paye associée (qui augmente avec l’ancienneté)?

  5. Cher monsieur Ambroise,

    Il y a un moment où il faut arrêter avec les procès d’intention.

    Vous êtes à l’origine, après votre collègue sociologue Matthieu Grégoire membre comme vous de l’UMR CURAPP de l’université de Picardie, de la rumeur qui atteint l’université Paul Valéry Montpellier 3.

    Vous avez relayé le 21 juin en l’attribuant à « l’Université Montpellier 3 », sans la moindre vérification et sans le moindre esprit critique un mail envoyé sur une liste de discussion par des collègues dont je dirais, par charité, qu’ils étaient mal informés. Aucun communiqué, ni aucune annonce, et pour cause, n’a été faite par l’université contrairement à ce que vous avez prétendu. Au lieu de reconnaître votre erreur, vous cherchez à tout prix à légitimer votre indignation.

    Oui il y avait une équipe de recherche en philosophie de grande réputation. Oui cette équipe a éclaté à la suite d’un violent conflit entre ses membres. Oui, à notre grand regret et malgré nos efforts, l’université Paul Valéry a perdu une équipe de recherche en philosophie. Oui il n’y a plus de recherche dans le département de philosophie. Oui certains membres du département se sont rattachés à d’autres équipes en France. Oui certains ont intégré des équipes de l’université, EPSYLON, CRISES qui sont, pour la première une équipe de psychologie associée au département de psychologie et, pour la seconde une équipe, une équipe pluridisciplinaire rattachée au département d’histoire. Alors oui Monsieur Ambroise, il n’y a plus de recherche dans le département de philosophie.

    Et Oui M. Ambroise, même si cela ne « colle pas » avec la rumeur que vous colportez ces équipes et ces départements ont des postes d’ATER. Seulement la philosophie n’y est pas la discipline dominante et les postes d’ATER vont plutôt vers d’autres disciplines plus sous-encadrées. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avions attribué en plus du contingent normal 1 poste d’ATER financé par l’université au département de philosophie.

    L’université Paul Valéry Montpellier 3 diffusera en début de semaine un démenti officiel.
    cordialement

    Yann Bisiou
    vice-président du conseil d’administration
    Université Paul Valéry Montpellier 3

    • Cher Monsieur,

      Il est parfaitement vain d’accuser Bruno Ambroise, qui a pris le temps de vous répondre longuement hier, et plus vain encore de mettre en cause son UMR, en faisant comme si les membres de cette dernière étaient engagés on ne sait pour quelle raison dans une entreprise de diffamation de l’Université de Montpellier 3 ; le billet était signé par l’Equipe de Rédaction d’Academia, c’est elle qu’il convient de vilipender, si tant est que cela soit légitime.
      Celle-ci n’a cependant, dans son billet initial, colporté aucune rumeur : elle a simplement rendu publique l’existence d’un poste rendu possible par la LRU, tenté d’expliquer en quoi ce poste paraissait ouvrir une brèche dangereuse dans nos disciplines, et souligné pour quelles raisons le coup paraissait dur venant de Montpellier 3. Comme l’a remarqué Christelle Rabier dans la première réponse qu’elle vous a adressée, notre propos s’inscrivait dans un questionnement plus général, et, d’ailleurs, nous signalions dans les notes du billet que Montpellier 3 n’est pas la seule à avoir mis en place ce genre de postes. Nous avons depuis hier reçu d’autres témoignages sur des postes de ce genre, et nous les avons postés.
      J’aurais simplement une question à vous poser, après toutes les précisions que vous nous avez aimablement apportées sur les circonstances dans lesquelles vous avez mis en place ce poste : faisons l’hypothèse, d’une part, que la LRU n’existe pas (donc que ce genre de poste soit impossible), et d’autre part, que les finances de Montpellier 3 soient florissantes, qu’auriez-vous fait pour que les cours soient assurés à Montpellier 3 ?

  6. @Yann Biziou : 384h de cours, c’est un marathon, pourquoi pas 2 postes (192h chacun) qui raviraient deux fois plus de précaires et permettraient de participer à la Recherche à Montpellier ? (dont moi si je postule :-D)

    @ autres : oué, ayant été payé 40€ brut de l’heure comme vacataire et traité comme un pestiféré (ailleurs, mais en philo), rêvant d’être ATER, la seule chose qui me pose problème c’est bien la quantité de travail à fournir (une heure de cours, ça se prépare, et quand on veut faire dans la qualité, on peut aisément multiplier par 8 ce temps) et le fait que le travail n’est pas « partagé ». Les conditions salariales sont honnêtes, et on ne peut pas en dire autant de toutes les facs qui utilisent des armées de vacataires.

    Cordialement,

  7. L’université n’a publié aucune offre d’emploi et nous ne savons pas, au niveau de la présidence, qui a publié une annonce ni même quel est le contenu de cette annonce! Ce sont les départements qui gèrent les recrutements comme pour les chargés de cours.

    À aucun moment nous n’avons obligé un département à utiliser ces contrats. Si les collègues préfèrent avoir recours aux heures complémentaires ou à des chargés de cours, ils peuvent le faire. D’autres départements très sous-encadrés sont, en revanche, très favorables à ces contrats qui stabilisent pendant 1 an des collègues plutôt que de gérer une multitude de chargés de cours.

    Cette proposition est plus coûteuse pour l’université ( la rémunération est plus élevée que celle d’un chargé de cours et correspond à un EC début de carrière) et garantit une protection sociale, ce qui n’est pas le cas des vacations.

    Enfin, et puisque le débat porte aussi sur la question de la précarité, il y a à mon sens des degrés dans la précarité. Les vacataires sont de ce point de vue les plus défavorisés et nous avons tous en tête des exemples de collègues contraints de recourir à une association (ou aujourd’hui à un statut dévoyé d’auto-entrepreneur) pour pouvoir enseigner à l’université.

    Nous avons cru, en proposant un vrai contrat, certes limité à 1 an et certes avec une charge de 384 heures, offrir à la fois un statut et une reconnaissance à certains de ces vacataires ; il est dommage que cette initiative ait été mal interprétée.
    cordialement
    yann Bisiou
    vice-président du conseil d’administration
    Université Paul Valéry Montpellier 3

  8. Je suis très surpris du ton et du contenu. Je suis également surpris que la présidente du CNU n’ait pas voulu se renseigner avant d’attaquer une des rares universités qui refuse la logique de la loi LRU.
    Il y a 18 postes d’ATER (seulement) à l’université Paul Valéry Montpellier 3, tous ouverts au recrutement. L’université finance sur ses fonds propres 5 postes d’ATER dont 1 pour le département de philosophie.
    Dans le même temps certaines disciplines très sous-encadrées font appel à de multiples vacataires payés 40 € brut de l’heure 2 fois par an pour assurer les TD ou mobilisent leurs enseignants-chercheurs avec des centaines d’heures complémentaires.
    C’est pour résoudre ce problème de précarité que nous avons mis en place ces contrats d’un an et 384h payés sur la base de la rémunération de début de carrière soit 1.670 € net/mois sur 12 mois. Demandez aux vacataires qui cumulent les heures payées au lance-pierre si cette mesure est une régression ou un progrès.
    Un poste a été proposé au département de philosophie pour éviter aux collègues de faire des heures complémentaires ou de gérer plusieurs vacataires. Ils ne le souhaitent pas? Il suffit de le dire. D’autres en seront très satisfaits et nos collègues philosophes feront des heures complémentaires. Ainsi tous les enseignements de philosophie seront assurés par des enseignants-chercheurs.

    cordialement
    Yann Bisiou
    Vice-président du Conseil d’administration
    Université Paul Valéry Montpellier 3

    • Merci d’ouvrir le débat, qui pour Academia, avait commencé ici: http://academia.hypotheses.org/657
      Ma remarque préalable porte sur le mode de publication de l’annonce: aucune trace sur le site de l’Université de Montpellier-III; publication en revanche sur une liste de doctorants; délai d’une semaine pour remettre les dossiers. Quelle est la raison de ce choix?
      Les doctorant.es, à l’inster des étudiant.es de premier cycle, tout le monde le sait bien, ont quelquefois du mal à joindre les deux bouts, tout spécialement s’il.elles ne disposent pas d’une aide financière de leur famille, ou font l’objet, sans en avoir toujours conscience, de différentes formes de discriminations à l’embauche ou à l’accès à des formes de contrats de recherche.
      Sans douter un instant que les universités aient d’énormes contraintes budgétaires et sachant qu’elles ont jusqu’à présent usé d’expédients, ie des vacations sous-rémunérées, ou les heures supplémentaires effectuées par les enseignants-chercheurs. Il n’en reste pas moins que l’enseignement unviersitaire français a pour principe d’être fondé sur l’actualité et la pratique de la recherche. C’est cette valeur que nous défendons; c’est aussi le service que nous devons aux étudiant.es.
      Notre rôle de membres de l’Université consiste aussi à nous assurer que leur formation ne soit pas dévalorisée sur un marché du travail devenu tendu: et cela commence par la qualité de l’emploi à l’Université, ce qui veut dire la qualité et l’équité des recrutements, l’équité des financements de la recherche, comme les niveaux décents de salaire et de charge horaires d’enseignement.

    • Cher Monsieur,
      Il est peut-être vrai qu’un contrat de 384h payées sur la base de la rémunération de début de carrière soit 1.670 € net/mois sur 12 mois peut valoir mieux que 384h payées sur la base d’une rémunération de 61, 35 € (Cours) et de 40, 91 € (Travaux dirigés) l’heure. Encore cela se dispute-t-il car de telles heures sont selon la loi payables seulement, vous le savez bien, à des personnes disposant déjà d’une rémunération. Mais de cette vérité on ne peut en aucun cas inférer qu’un tel contrat soit une bonne chose. Comparé à deux postes d’ATER, c’est une mauvaise chose ; considéré comme une première dans les disciplines dont il est question sur ce Carnet de recherches, c’est un précédent qu’il faut dénoncer.

      • Sauf qu’il n’y a plus d’équipe de recherche en philosophie (malgré tous nos efforts) et que la philosophie ne devait pas avoir de postes d’ATER.
        Nous avons malgré tout créé un poste, il n’était pas possible d’en créer un second pour un département qui n’a plus d’activité scientifique dans l’université.
        yann Bisiou
        Vice-président du Conseil d’administration
        Université Paul Valéry Montpellier 3

        • Je ne suis pas philosophe, mais on ne peut pas dire que le département de philosophie de montpellier 3 n’a plus d’activité dans l’université, c’est proprement insultant pour nos collègues et parfaitement malhonnête, les philosophes sont simplement disséminés dans plusieurs laboratoires et nouent des recherches avec d’autres disciplines, ce qui est une marque de dynamisme contrairement à l’ordinaire entre-soi disciplinaire !

          • Cher collègue,
            si vous relisez mes réponses vous verrez qu’il n’y a rien d’insultant dans ma remarque: nos collègues sont dans d’autres labos qui bénéficient, du moins à Paul Valéry, de postes d’ATER.
            cordialement
            yann Bisiou

    • Cher Monsieur,

      Je vous remercie également d’avoir pris la peine de répondre pour expliciter le choix de l’Université Montpellier 3.
      Je commence immédiatement par vous rassurer : le « débat »n’agite pas que les philosophes ; en effet, les réactions à l’annonce du poste se sont immédiatement fait connaître sur les listes de diffusion de sociologie et de sciences politiques, tout aussi émues.

      Pour reprendre le fond de l’argumentaire, nous sommes tout à fait conscients que l’Université Montpellier 3 a fait tous les efforts pour se battre contre la LRU, comme l’article posté sur le site le rappelle, en évoquant les très beaux textes de sa Présidente. Nous sommes également conscients que l’Université doit faire face à des problèmes comptables, comme de plus en plus d’universités françaises.
      Reste que, à titre personnel, l’argument de la précarité que vous semblez nous opposer ne me convainc pas – pour ne pas dire qu’il me choque carrément.
      Il est tout à fait certain que la multiplication des heures de vacation n’est pas la solution – sachant toutefois que celles-ci sont encadrées un miminum et qu’il faut généralement avoir déjà un salaire pour les dispenser (sauf cas des étudiants de moins de 28 ans inscrit en thèse, mais là encore, il y a un maximum légal, à ce qu’il me semble).
      Toutefois, j’oserai vous suggérer qu’à ce titre, il toujours possible d’aller trouver au Bangladesh des individus acceptant de faire ce travail pour encore moins cher et qui seront bien contents de le trouver… On trouve toujours situation plus critique pour justifier une position critiquable.
      J’imagine par ailleurs que l’Université Montpellier 3 aurait déjà pu créer un poste de PRAG (ce n’est certainement pas l’idéal, mais il y a au moins des garanties statutaires et un salaire correspondant), voire 2 autres postes d’ATER…
      Probablement que certaines contraintes financières vous en ont empêché – mais c’est là précisément reconnaître que c’est un problème financier et que l’Université Montpellier 3 a cédé, pour des raisons financières, sur les principes que défendaient vigoureusement sa Présidente, quand elle critiquait il y a peu de temps encore la « précarisation et la paupérisation » (http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article5335).
      Or c’est là, vous ne nous empêcherez pas de le penser (tout comme visiblement une bonne partie de nos collègues), créer un précédent fâcheux qui risque de porter atteinte à nos statuts (je n’oserai pas vous demander si vous accepteriez de faire 384 heures de cours pour 1670 euros nets/mois…)
      J’espère que vous comprendrez donc tout à la fois notre émoi et notre déception, notre tristesse que ce soit l’Université de Montpellier 3 qui s’engouffre dans la brèche…

      Bien cordialement,
      Bruno Ambroise

      • Cher collègue,
        si vous lisez ma précédente réponse vous constaterez qu’il n’y a pas d’économie, mais un surcoût pour l’établissement. Ensuite, et c’est le point qui nous oppose, vous comparez ces contrats aux contrats d’ATER alors que nous les mettons en parallèle avec les vacations. Encore une fois, il n’y a pas d’activité de recherche dans le département de philosophie à Paul Valéry (nos collègues sont dans des labos extérieurs à l’établissement) et seulement des charges d’enseignement à assurer.
        Quant à la rémunération, souhaitez-vous que je vous indique la mienne et que je vous donne le montant de ma prime de vice-président? Je n’y vois aucun inconvénient.
        cordialement
        yann Bisiou

        • Cher Collègue,

          je ne comprends tout simplement pas : s’il y a surcoût pour l’établissement, pourquoi ne pas avoir créé un poste de PRAG ???
          Un tel poste, aussi critiquable soit-il, bénéficie de certaines garanties, tout comme les EC qui assurent des heures complémentaires.

          Je précise encore une fois que c’est une question de principe : étant donné que vous (en tant que représentant de Montpellier 3) les professez également, comment pouvez-vous admettre qu’un tel poste soit créé (quelles que soient les raisons contingentes qui vous y ont contraint) ?
          C’est la remise en cause de ces principes qui conduira à une remise en cause des statuts de EC : si on accepte ce genre de poste, pourquoi continuer à recruter des EC par voie statutaire ? En fonction de quels principes le défendrez-vous (et je ne remets pas en cause votre bonne foi) ?

          Cordialement,
          Bruno Ambroise

          • Concernant les postes de PRAG vous ne savez peut-être pas que le ministère a avancé la date des voeux dans le secondaire ce qui interdit cette année aux universités de relancer une campagne de recrutement de PRAG une fois connus les mutations des enseignants-chercheurs.

        •  » Ensuite, et c’est le point qui nous oppose, vous comparez ces contrats aux contrats d’ATER alors que nous les mettons en parallèle avec les vacations.  »
          Nous sommes bien d’accord que c’est le point qui nous oppose.

          « Encore une fois, il n’y a pas d’activité de recherche dans le département de philosophie à Paul Valéry (nos collègues sont dans des labos extérieurs à l’établissement) et seulement des charges d’enseignement à assurer. »
          Tous ? En ce cas, un poste de PRAG aurait été souhaitable.

        • Cher collègue,

          je reviens vers vous car il semblerait que plusieurs des membres (sinon tous) du département de philosophie de Montpellier 3 fassent de la recherche… dans une équipe de Montpellier 3 !
          Si, si : je vous invite à comparer la liste des membres de l’équipe CRISES (EA 4424, U. Montpellier 3, ce n’est pas moi qui le dit, c’est votre site), ici : http://crises.upv.univ-montp3.fr/equipe/chercheurs-et-enseignants-chercheurs-rattaches-a-titre-principal/
          avec celle des membres du département de philosophie, ici : http://philosophie.univ-montp3.fr/?page_id=49
          Au moins 7 personnes figurent sur les deux listes, si je compte bien…
          L’argument selon lequel vous ne pouviez pas recruter d’ATER car il n’y a pas de recherche en philosophie menée dans ce département me semble donc légèrement vacillant, sauf à considérer que l’équipe CRISES ne fait pas de recherche !

          Par ailleurs, vous n’avez pas répondu sur la question des principes mis en cause dans cette affaire, qui est décisive.

          Cordialement,
          Bruno Ambroise

          • Si on prend le département de philosophie de Montpellier 3, sur 11 enseignants chercheurs, 8 appartiennent à Crises, 1 à Epsylon et 1 au laboratoire lyonnais Triangle (pour la dernière personne c’est plus confus), les 9 premiers sont donc membres d’équipes montpelliéraines.

  9. Je vous trouve un peu sévère. Après tout, le jeune chercheur qui acceptera ce contrat s’offrira une belle ligne de CV supplémentaire (peu de collègues enseignent autant en un an), ce qui lui permettra très vraisemblablement de prétendre un jour décrocher un vrai contrat d’Ater. C’est déjà ça.

    • Le poste semble destiné à des anciens ATERs, c’est écrit noir sur blanc, et non à des doctorants qui se destineraient à devenir ATER les années suivantes.
      Et l’idée des lignes de cv est proprement absurde: combien de lignes de publications pour une ligne de job ou inversement ? Et quel jury y accorderai de l’importance après une ou deux années d’ATER, ce qui est assez pour avoir fait ses preuves avec 192h ?

      Par contre, un doctorant avec 384h ne peut pas finir sa thèse dans des conditions simplement dignes et cela détruit deux postes à 192 h soit ATER, soit MCF; c’est proprement inacceptable!

      Pour réduire les coûts de main d’oeuvre, puisque c’est le coeur du sujet (depuis la LRU), on dispose bien d’un statut, déjà détestable, celui de PRAG avec 384 h et payé moins qu’un MCF… Point la peine d’innover dans la précarisation des postes en détruisant à la fois des postes d’enseignement et la production de recherche…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.