Après la Motion, les actions !

Lu sur Université ouverte

  1. Calendrier
  2. Actions

1. Calendrier de mobilisation

établi par la coordination nationale des facs et labos en lutte réunie les 1er et 2 février 2020 à Saint-Denis :

5 février : Actions et rassemblements pour célébrer les deux mois de la mobilisation (à l’occasion d’une mobilisation particulière de la fonction publique)
6 février : Formation de cortèges des Facs et Labos en Lutte dans les manifestations interprofessionnelles
11 février : Journée de mobilisation sur la précarité,à l’appel de l’assemblée générale nationale des précaires, avec la mise en place en piquets de grève devant les Facs et Labos – anniversaire de la mort d’Ambroise Croizat
17 février : Formation de cortèges des Facs et Labos en Lutte dans les manifestations interprofessionnelles ou réalisation d’actions dans les campus, selon les contextes locaux
5 mars : « L’université et la recherche s’arrêtent »notre objectif collectif : aucune fac ni aucun labo en fonctionnement
6 et 7 mars : Deuxième coordination nationale des Facs et Labos en Lutte
8 mars : Formation de cortèges des Facs et Labos en Lutte dans les mobilisations et les grèves féministes

2. Actions

La coordination nationale appelle à la tenue d’assemblées générales locales (de laboratoires, de départements, d’UFR et d’universités ; de catégories d’usager·es et de travailleur·ses) afin d’organiser la grève notamment grâce aux modalités d’action suivantes.

https://www.flickr.com/photos/imagingcube/15037554266/in/photolist-oUPoZ1-23eQUn6-APxpDj-6FyqNX-2hdKsih-AdAGv5-9MRU7y-FjUGfb-2hdLnfW-LgjsmH-AdjzpJ-NLYG5L-Q3ZLHd-BVFwMP-YJmk8f-2ijvksj-2ijyUds-aXfumv-eVkZZP-282Pt9Q-K47ApL-2aRsSRE-NARFgo-r37exT-G68JZ2-2hdLB4c-LNSpjP-xMeB7s-2gzmwJ5-LYs8a8-28339zE-Ycr9nu-XsaLvH-4Zj7Qu-LZaujL-2hdXhCs-KYXTTn-pUUcJj-2ikNRHT-2hLfG25-2ijyU5r-2hdUGxo-r4zMtx-LYoYt6-2hdLB3W-r374Zz-x7YvoX-27YX3Gq-MaacD6-Yxe4md

Action, de Duy Vo Lap (Ryan), 2014

Voici la liste des différentes propositions d’action issues des assemblées générales et des ateliers de la coordination nationale des 1er et 2 février 2020.

1. Mise en place d’une grève réelle et effective

  • Bloquer et dénoncer toutes les sanctions pédagogiques et disciplinaires ainsi que les pressions hiérarchiques contre les lycéen·nes, étudiant·es et travailleur·ses mobilisé·es.
  • Mettre fin aux heures complémentaires pour tou·tes les travailleur·ses titulaires.
  • Se réunir en rencontres inter-catégorielles, inter-disciplinaires, inter-composantes, inter-labos pour discuter de la mobilisation.
  • Appeler les travailleur·ses de l’enseignement et de la recherche titulaires à :
    • ne plus donner cours pour libérer à tou·tes du temps pour la mobilisation
    • refuser d’organiser les partiels en modifiant si nécessaire les règles de contrôle des connaissances.
    • pratiquer la rétention des notes et cesser toute forme d’évaluation.
    • cesser la remontée des maquettes.
    • refuser de participer aux jurys semestriels.
    • cesser toute activité de recherche (terrains, expériences, traitements de données, rédactions…).
    • interrompre l’activité des revues scientifiques.
    • annuler l’organisation ou la participation à tous les événements et réunions scientifiques.
    • suspendre jusqu’à nouvel ordre tout appel à communication ou à contribution.
    • n’assurer le travail d’encadrement de la recherche qu’en réponse à des demandes explicites des étudiant·es ou des doctorant·es concerné·es.
    • refuser de recruter des vacataires pour la prochaine rentrée.
    • refuser tout contrat LRU, CDI chantier, contrat trop court et vacations abusives ; exiger à la place des contrats de travail en bonne et due forme.
    • participer à l’alimentation des caisses de grève, notamment en reversant des jours de salaire lorsqu’ils ne sont pas prélevés.
    • bloquer ParcourSup.
    • refuser de participer aux corrections et aux jurys du baccalauréat et de tous les concours de l’Éducation Nationale.
    • arrêter de gérer les contrats
    • boycotter et démissionner des systèmes d’évaluation (HCERES, ANR, etc.).
    • démissionner des responsabilités collectives.

2. Actions de pression et de visibilisation

  • Envoyer massivement des articles aléatoires aux revues prédatrices.
  • Fabriquer un mini-mémo avec les droits et l’explication des réformes.
  • Faire des séances de mobilisation avec les étudiant·es.
  • Faire signer un contrat d’engagement individuel à tout arrêter.
  • Signer les publications « Université publique » ou « Service public de l’enseignement et de la recherche ».
  • Facturer le temps de travail pour l’ANR et l’envoyer à l’ANR

3. Pour une mobilisation interprofessionnelle

  • Organiser et animer des universités ouvertes et populaires permanentes.
  • Rejoindre et participer activement aux actions interprofessionnelles.

4. Pour une mobilisation inclusive et solidaire

  • Mener des actions juridiques et solidaires des travailleur·ses et étudiant·es étrangèr·es de l’enseignement et de la recherche.
  • Mener des actions juridiques et solidaires des réprimé·es du mouvement social.
  • S’opposer aux contrôles des titres de séjours des étudiant·es dans les universités.
  • Dénoncer toutes les discriminations dans les procédures de recrutement en France.

*
*   *

La coordination nationale appelle également à ce que les assemblées générales locales se prononcent collectivement sur les revendications suivantes pour mandater sur ces points des délégué·es à la prochaine coordination nationale des Facs et Labos en Lutte qui se tiendra les 6 et 7 mars 2020.

https://www.flickr.com/photos/117536176@N08/26312363579/in/photolist-G68JZ2-2hdLB4c-LNSpjP-xMeB7s-2gzmwJ5-LYs8a8-28339zE-Ycr9nu-XsaLvH-4Zj7Qu-LZaujL-2hdXhCs-KYXTTn-pUUcJj-2ikNRHT-2hLfG25-2ijyU5r-2hdUGxo-r4zMtx-LYoYt6-2hdLB3W-r374Zz-x7YvoX-27YX3Gq-MaacD6-Yxe4md-qMb4rC-qMh5yV-MaJD1b-VW8qaz-qKFiDr-b34F6k-Lw12Mq-Xh86tF-azZStk-Wx5sYd-M8oJDg-6vGFt4-LYyq6b-eFvfpA-Y2oJbL-bkDyaj-4GtbBW-Xndfj4-2hdLB3L-XsaLjF-UHw1EG-6F2boS-Kdgdtv-YdzwQ6

Action, de elinerjipers, 2017

Voici la liste des différentes propositions de revendications issues des assemblées générales et des ateliers de la coordination nationale des 1er et 2 février 2020.

Le retrait des réformes et des projets de réforme suivants

  • Réforme des retraites.
  • Réforme de l’assurance chômage.
  • Sélection à l’université (ParcourSup).
  • Augmentation des frais d’inscription, en particulier pour les étudiant·es extra-européen·nes (« Bienvenue en France »).
  • Projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR).
  • Loi de Transformation de la Fonction Publique.
  • Réforme de la formation des enseignant·es.

Pour un monde de la recherche et une université égalitaires et non-discriminantes

  • Mettre un terme aux discriminations dans les recrutements et instaurer l’égalité dans les rémunérations et les responsabilités.
  • Abroger les critères de nationalité dans l’accès aux études, aux postes et aux financements.
  • Garantir à tou·tes les étudiant·es étrangèr·es le droit d’étudier en sécurité administrative et juridique (renouvellement du titre de séjour pendant toute la durée des études).
  • Garantir à tou·tes les chercheur·ses étrangèr·es un visa.
  • Imposer le respect effectif du droit à utiliser un prénom d’usage.
  • Développer les programmes d’accueil des étudiant·es et chercheur·ses en danger dans leurs pays de résidence.
  • Avoir dans toutes les instances de décision des représentant·es de tou·tes les membres de l’enseignement et de la recherche (précaires, étudiant·es, etc.).
  • Appliquer des sanctions réelles contre les personnes coupables de harcèlement sexuel et/ou moral.
  • Mettre en place des crèches gratuites dans les universités et les établissements de recherche.
  • Recruter des soignant·es et des travailleur·ses sociales·aux.

Pour l’amélioration des conditions de travail et d’étude dans l’enseignement et la recherche

  • Une université gratuite pour tou·tes et ouverte à tou·tes.
  • Le respect du droit du travail.
  • La rémunération de toutes les activités invisibles effectuées par les travailleur·ses administratif·ves, techniques et ingénieur·es (BIAT.O.SS et ITA), les enseignant·es et/ou chercheur·ses non-titulaires, les étudiant·es.
  • La revalorisation immédiate des bourses étudiant·es et la mise en place d’un salaire étudiant pour toutes et tous.
  • L’arrêt de la sous-traitance et la réintégration des services externalisés dans nos établissements.
  • La revalorisation des grilles de salaires de toutes les catégories de travailleur·ses et l’augmentation du point d’indice (gelé depuis 10 ans avec un retard de 17%).
  • L’alignement immédiat des salaires des non-titulaires sur ceux des statutaires.
  • Un plan massif de recrutement et de titularisation dans toutes les catégories de travailleur·ses de l’enseignement et de la recherche, sur statut de fonctionnaire avec respect des grilles salariales.
  • La titularisation de tou·tes les contractuel·les et vacataires employé·es sur des fonctions pérennes.
  • L’alignement des primes sur le reste de la fonction publique pour toutes les catégories de travailleur·ses et la transformation des primes en rémunérations pérennes.
  • La fin des primes au mérite.
  • Le dédoublement systématique des TD à partir de 30 étudiant·es.
  • Une vraie formation continue à la pédagogie (avec un temps de travail réservé à cela) pour tou·tes les enseignant·es.
  • Le passage à 128h d’enseignement en présentiel pour les enseignant·es, afin de dégager du temps pour l’encadrement des étudiant·es, la réflexion sur la pédagogie et la recherche ainsi que pour partager le travail entre plus de titulaires.

Pour une redistribution égalitaire des budgets de la recherche

  • La suppression du Crédit impôt recherche.
  • La suppression de l’ANR.
  • La suppression de l’HCERES.
  • La suppression de l’IUF.
  • L’arrêt des Idex, Labex et autres structures « d’excellence ».
  • La garantie que chaque instance de financement soit composée à majorité d’élu·es.
  • La redistribution égalitaire des budgets des différentes agences, pour arriver à 14 000 euros par an et par travailleur·ses.
  • La gestion collective dans les laboratoires de l’ensemble des financements.
  • Le refus de la logique d’évaluation individuelle généralisée, notamment pour les BIAT.O.SS et ITA qui y sont déjà soumis.e.s.

Pour un service public de la publication de la recherche

  • Refuser la bibliométrie comme outil d’évaluation.
  • Défendre la science ouverte et la libre diffusion des travaux de recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.