Démissionner des comités de visite HCERES qu’elles disaient

Courrier électronique envoyé ce vendredi 31 janvier :

Chère collègue, cher M.***,

Il y a maintenant presque quinze ans, j’ai fait partie de ceux et celles qui ont critiqué le type d’évaluation mis en en place à l’AERES puis poursuivi par l’HCERES, une critique qui a trouvé une expression publique sur le carnet de recherche Evaluation en SHS (https://evaluation.hypotheses.org/). M’efforçant d’être cohérente, j’ai pendant des années refusé de participé à quelque comité de visite que ce soit : j’avais été absente lors de la visite de mon EA en 2010 (http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3507) et j’ai systématiquement décliné les invitations à être membre de comité de visite de l’AERES puis de l’HCERES.

Début 2018, la visite de l’ED 540 dont je suis directrice m’a fait évoluer. Etant directrice, je ne pouvais évidemment pas m’absenter et il est à tout à votre honneur, Mme ***, que de pouvoir vous écrire que cette visite, très bien organisée, avait eu des effets positifs : non seulement le travail accompli pour structurer rapidement cette ED avait été reconnu, mais des pistes d’amélioration avaient été dégagées dans une discussion véritablement collective. Suite à cette expérience, il m’a paru normal d’accepter de participer au comité de visite des ED 483, 484 et 487 de la COMUE de Lyon et de présider le comité de visite de l’ED 487 : il s’agissait de rendre ce qui m’avait été donné.
 
La conjoncture politique singulière dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui – entre la mobilisation sur la réforme des retraites, la candidature de Th. Coulhon à la présidence de l’HCERES, et l’accélération des réformes en cours depuis quinze ans qui nous est promise via la LPPR – me conduit à démissionner de ce comité de visite. J’ai hésité, parce qu’il me semble qu’on ne doit pas démissionner à la légère d’une fonction qu’on a acceptée, surtout quand, comme c’était mon cas, on ne l’avait acceptée qu’après mûre réflexion. Mais je suis convaincue que l’HCERES post-LPPR ne sera pas celui qui a permis la visite de l’ED 540 en 2018 et, soyons fous, il y a peut-être une chance historique pour que les universitaires refusent une idéologie à laquelle non seulement ils n’ont pas su résister collectivement, mais qu’ils ont contribué à mettre en œuvre, en participant à toutes sortes de comités, et pour qu’ils dessinent les contours d’une Université plus raisonnable. En tout état de cause, il ne serait pas cohérent avec les positions que je défends depuis plus d’un mois que de participer à ce comité. Vous voudrez bien accepter ma démission.
 
En vous remerciant encore pour la manière dont vous aviez mis en place la visite de l’ED 540, bien cordialement à vous,
 
Sophie Roux

Resignation, by Darwyn, 2012

 
Il m’a été répondu que l’on respectait ma décision, mais que
– le comité de visite était organisé dans le même esprit et avec la même volonté d’accompagnement des collègues de la COMUE de Lyon que celui qui était venu évaluer l’ED 540 en 2018 ;
– que ma démission était surtout préjudiciable aux collègues de Lyon qui ont passé plusieurs mois à préparer leur dossier d’autoévaluation et attendent de cette visite des pistes en
vue d’élaborer leur projet post-COMUE ;
– qu’il était contradictoire de défendre sur des textes de pétitions des principes de fonctionnement que le HCERES s’efforce de mettre en œuvre avec constance et de ne pas les défendre sur le terrain.
 
 
J’ai donc répondu à ces réponses ce dimanche 2 février :

Chers et chères collègues,

Je ne souhaite pas polémiquer par mail, l’expérience montre que c’est rarement productif, et toujours fatiguant.
 
Je me permets cependant quelques remarques, pour tenter de diminuer les risques de malentendus :
 
– En ce qui concerne les collègues de Lyon, les expertises de certaines des unités concernées ont été suspendues en accord avec les principaux intéressés ou à leur demande (http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8628). Il n’est pas impossible que d’autres unités se joignent aux centre Max-Weber et à Triangle dans les semaines qui viennent. Même si ça n’était pas le cas, cela montre qu’on peut très bien avoir beaucoup travaillé à un rapport et estimer qu’il est aujourd’hui nécessaire de suspendre les visites HCERES.
 
– Je n’ai aucun doute que vous effectuerez cette expertise avec beaucoup de bienveillance. L’enjeu n’est pas selon moi l’état d’esprit qui sera le vôtre, mais le principe même des comités et de l’HCERES. Comme je le rappelais rapidement dans le courrier que je vous ai envoyé, j’ai été très critique de l’AERES. Sommairement, la question de l’évaluation des structures et des individus de l’ESR se ramène au dilemme suivant :
  • ou bien cette évaluation n’a pas de conséquence pour l’attribution de moyens, et alors son coût est démesuré par rapport à ses effets.
  • ou bien cette évaluation a des conséquences pour l’attribution de moyens, et alors ses effets seront délétères pour l’ensemble de la communauté.
 
– La résistance des enseignants-chercheurs il y a maintenant dix ans a conduit, aussi bien aux niveaux des individus que des structures, à différer le principe d’une évaluation-sanction, de sorte qu’il y actuellement évaluation, mais pas sanction. Considérant que, d’une part, les évaluations coûtent cher en bureaucratie, en monnaie sonnante et trébuchante et en temps d’enseignants-chercheurs, et que, d’autre part, l’idéologie actuelle consiste à donner beaucoup à ceux qui ont déjà, rien à ceux qui n’ont pas beaucoup, croyez-vous que des évaluations qui ne prêtent pas à conséquence soient destinées à durer ? Je ne me réfère pas ici seulement aux propos d’Antoine Petit sur la nécessité d’une loi inégalitaire et darwinienne, mais à ceux de Thierry Coulhon (https://academia.hypotheses.org/7705) et du Président de la République ( https://academia.hypotheses.org/7865). Plus généralement, c’est vraiment une vague de fond : ces quinze dernières années, l’évaluation-sanction a été mise en place comme critère ***darwinien*** de sélection dans un certain nombre de structures (les hôpitaux par exemple) et dans les systèmes d’ESR de la plupart des pays européens.
 
– Eu égard à cette analyse politique de la situation, ce qui me paraîtrait contradictoire, ce serait de défendre des positions en signant des tribunes et de n’en tirer aucune conséquence dans la vraie vie. C’est la raison pour laquelle je vous ai envoyé ma démission.
 
 
En vous souhaitant un bon dimanche,
 
 
Sophie Roux
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.