Contre les petits arrangements entre sociétés savantes et éditeurs rapaces : un appel pour l’accès ouvert de la recherche

Dans une lettre récente adressée à la Maison-Blanche [datée du 18 décembre 2019], un groupe d’éditeurs et d’organisations universitaires a imploré le président de ne pas modifier les accords actuels entre les chercheurs financés par l’État et l’industrie de l’édition. Leur lettre est la dernière étape d’une lutte qui dure depuis des décennies entre les chercheurs.ses et les éditeurs pour savoir qui contrôle les fruits du travail de la recherche.

Traduit gracieusement par Frédérique Reibell, avec l’aimable autorisation de Bjorn Björn Brems

16 janvier 2020 – Source : https://medium.com/@brembs/learned-societies-lean-to-the-green-f904336f51ad

De nos jours les chercheur∙ses sont pris comme des rats  dans un piège de pratiques éditoriales lentes, trop chères, non éthiques et dysfonctionnelles. Piégés par les règles de l’emploi universitaire, les accords de financement et les lois sur le droit d’auteur, nous avons longtemps essayé, sans succès, d’arracher le contrôle des connaissances universitaires aux grandes maisons d’édition. La lutte remonte au moins aux années 1980, lorsque les physiciens ont commencé à faire circuler leurs découvertes par courriel pour accroître la vitesse de la communication universitaire. Elle a pris une dimension éthique lorsque les chercheurs∙ses ont commencé à exiger que leurs recherches financées par l’État, soient rendues gratuitement accessibles au public.

https://www.flickr.com/photos/26676383@N00/37041227760/in/photolist-YrcYvW-2hzpKp1-UpBg2V-UpBqQc-Tb3q3v-Tb3mMH-Tb3kQc-UaySeA-TPCK1Y-TPCH5y-bmGhF9-Ud59ER-UpBeJz-2hbPncL-2hP8Rh2-2i8gHyX-UpBuh2-Ud5bFp-UayPEs-24BUjRs-2i7iYbt-Q4JoTS-2hVakKw-nUDLmU-dRTrkH-YDA3Jc-2hdrcsH-JZXPFt-2i2LbFU-BcbWWU-Tfzfm5-p2h4oD-25v3QoG-2gLMVJx-2idLHNC-2hKbQYo-T7vu3A-2i7iXDS-2hqZ1qs-2i11Q89-2ibmLGi-2igZs1B-2g96pHA-2hjxxSm-2hSS4Uy-2hKbQkV-2h6JeA4-RMXGS6-2hzpKur-2idLGSz

Academic journals, by L. H Wilkinson, 2017

C’est ce qu’on a appelé le mouvement du « accès ouvert ». Comme chaque nouvelle découverte universitaire n’est publiée qu’une fois et que cette publication ne peut être réitérée ailleurs, l’éditeur en détient le monopole, ce qui lui permet de surfacturer les consommateurs (principalement les bibliothèques universitaires) d’au moins 9 milliards de dollars par an. Comme dans d’autres marchés monopolistiques, il y a peu d’incitation à innover ou à offrir un service de haute qualité dans l’édition universitaire. Par exemple, pour respecter le format papier sur lequel les éditeurs continuent d’insister, nous, les chercheurs, devons réduire nos visualisations de données à des images statiques et plates, parfois même, en noir et blanc. Ce que les éditeurs fournissent aujourd’hui n’est pas beaucoup plus opérationnel que le papier, mais il est beaucoup plus coûteux. Ils pourraient tout aussi bien graver nos recherches sur des feuilles d’or. Le public en est doublement victime : d’abord, on lui fait payer trop cher la lecture des résultats des recherches scientifiques qu’il a lui-même financées. Deuxièmement, le système conçu pour protéger les profits des éditeurs finit par ralentir le progrès scientifique et par diminuer la qualité des recherches publiées de multiples façons. Par exemple, des nouveaux composés chimiques pourraient être identifiés beaucoup plus rapidement et plus facilement si la littérature scientifique n’était pas balkanisée et protégée par les embargos des éditeurs, empêchant l’information contenue dans les articles d’être automatiquement regroupée. De tels gaspillages préjudiciables pour la science et préjudiciables pour le public. Ils ne profitent qu’aux éditeurs, et pourtant ceux-ci restent en place.

De nombreux chercheurs, y compris les auteurs et autrices de ce billet, sont membres de sociétés savantes dont la mission est d’appuyer la recherche et de faire progresser les valeurs universitaires. À la fin de l’année dernière, nous avons vu ces valeurs trahies lorsque plus de 100 sociétés ont joint leur signature à celle de l’Association of American Publishers dans une lettre à la Maison-Blanche. Il n’est pas surprenant que les grandes maisons d’édition résistent à la réforme. Pour elles, toute modification des règles menace leurs profits. Mais pourquoi les sociétés savantes, qui prétendent représenter les chercheurs, signeraient-elles ? L’une des raisons est que certaines sociétés savantes en sont venues à dépendre de l’activité lucrative de l’édition de revues pour subventionner leurs frais de fonctionnement. Dans le cas de l’un des signataires, l’American Psychological Association, les revenus de publication représentent environ 80% de leurs revenus. Ces sociétés savantes font face à un dilemme : leur mission déclarée est de soutenir la recherche, mais les fonds nécessaires à cette fin proviennent d’un système d’édition qui va à l’encontre des valeurs universitaires depuis plus de trois décennies. Nous sommes attristés que ces sociétés aient décidé de se ranger du côté des éditeurs contre l’intérêt général.

Apparemment préoccupés par le fait qu’un décret pourrait rendre les articles scientifiques plus accessibles, les éditeurs et les sociétés soutiennent que leur monopole donne aux États-Unis un avantage sur le reste du monde. Un tel esprit de clocher protectionniste est l’antithèse du savoir. Il représente un nouveau recul dans une lutte où les éditeurs ont souvent employé des manœuvres douteuses. La science est mondiale. Non seulement les lois scientifiques s’appliquent partout sur la planète, quelle que soit la nationalité de leur auteur ou autrice, mais les connaissances créées par les chercheurs profitent aux gens à travers le monde entier, que ce soit par des percées médicales, des innovations techniques ou simplement parce que quand ce que lorsque plus de gens ont plus de connaissances, l’humanité dans son ensemble s’en porte mieux. En particulier en cette période de défis mondiaux urgents tels que les extinctions de masse, la crise climatique, les maladies épidémiques, les migrations, le capitalisme de surveillance, la montée des fake newset la guerre électronique, nous avons besoin de la science pour servir l’humanité. Les signataires de la lettre de l’APP (Association of American Publishers) placent les profits avant la science, le nationalisme avant les Lumières, et l’étroitesse de l’esprit avant son ouverture. Leur lettre porte sur le sujet relativement étroit, celui de savoir qui a accès aux ouvrages savants, mais en fait, toute l’infrastructure de la science financée par les fonds publics aujourd’hui est imbriquée avec une industrie de l’édition qui entrave la science au lieu de la faciliter. Pour obtenir des emplois, obtenir la titularisation et faire financer leurs recherches, les scientifiques doivent en jouer le jeu. En s’associant aux éditeurs, les sociétés savantes se rangent du côté de la surfacturation du contribuable, ce qui empêche le public de percevoir le rendement de ses investissements dans la recherche, et qui entrave les progrès de la science pour soutirer davantage de dividendes à ces intermédiaires. Nous avons désormais une liste officielle et publique des opposants au progrès scientifique. Nous  percevons comme un encouragement le nombre de nos sociétés savantes, grandes et petites, qui n’ont pas signé la lettre des éditeurs.

Qu’un ordre exécutif soit prévu ou quel que soit son contenu, une chose est certaine : Tout comme les nations dépendent de leur infrastructure physique, la science dépend aussi de son infrastructure numérique. Actuellement, nos efforts pour moderniser cette infrastructure sont entravés par l’ancien système de publication scientifique, qui empêche la circulation de l’information et détourne les fonds de la recherche et de l’éducation.

Should Open Access Be The Dominant Publishing Platform In Canada? @mgeist & G.Rollans debate #, by Giulia Forsythe, 2014

Une société savante au moins reconsidère actuellement le problème. L’Association for Computing Machinery a publié une déclaration le 9 janvier, disant qu’elle regrettait d’avoir signé la lettre des éditeurs et réitérait son engagement envers le libre accès. Nous espérons que les lecteurs de cet essai communiqueront avec les dirigeants de leurs propres sociétés savantes pour exprimer leur soutien à une science ouverte et leur opposition au maintien du modèle d’édition actuel. Afin de résoudre les défis auxquels le monde fait face aujourd’hui, le public a besoin d’une science fiable et à un prix abordable. Pour la produire, il faudra des institutions scientifiques – y compris des systèmes d’édition scientifique – qui soient au service de la science au lieu de la rançonner.

Autrices et auteurs, par ordre alphabétique :

Dr. Juan Pablo Alperin, Assistant professor scholarly communications, Simon Fraser University, Canada

Dr. Simon Batterbury, associate professor of environmental studies, University of Melbourne and Lancaster University, Australia and United Kingdom

Dr. Sylvie Benzoni-Gavage, Professor of mathematics, Université Claude Bernard Lyon 1, France, Member of the academic advisory board of MathOA

Dr. Björn Brembs, Professor of neurogenetics, University of Regensburg, Germany, Open science practitioner

Dr. Pamela Davis-Kean, Professor of Psychology, University of Michigan, Ann Arbor, MI, USA

Dr. Alex Holcombe, Professor of psychology, University of Sydney, Australia

Dr. Benoît R. Kloeckner, Professor of mathematics, Université Paris-Est Créteil, France, Founding member of MathOA

Dr. Richard Lucas, Professor of Psychology, Michigan State University, East Lansing, MI, USA

Dr. Maryann Martone, Professor emerita of neuroscience, University of California, San Diego, CA, USA, scholarly commons avantgarde

Dr. Erin McKiernan, Professor of biophysics, Universidad Nacional Autónoma de México, Mexico, open scholarship practitioner

Dr. Marcus Munafó, Professor of Biological Psychology, University of Bristol, United Kingdom, Meta-research

Dr. Brian Nosek, Professor of Psychology, University of Virginia, Charlottesville, VA, USA, co-founder and CEO of the Center for Open Science

Dr. Ahmed Ogunlaja, Medical Doctor, Open Access Nigeria, Nigeria

Dr. Johan Rooryck, Professor of French linguistics, Leiden University, Netherlands, OA Champion, cOAlition S

Dr. Barbara W. Sarnecka, Professor of Cognitive Science, University of California-Irvine, Irvine, CA, USA

Dr. Peter Suber, Director, Office for Scholarly Communication, Harvard University, Boston, MA, USA

Dr. Moin Syed, Associate Professor of Psychology, University of Minnesota, Minneapolis, MN, USA

Dr. Alexa Tullett, Associate Professor of Psychology, University of Alabama, Tuscaloosa, AL, USA

Dr. Simine Vazire, Professor of Psychology, University of California, Davis, Davis, CA, USA

Dr. Mark Wilson, Senior lecturer in computer science, University of Auckland, New Zealand, Founder Free Journal Network

Dr. Tal Yarkoni, Research Associate Professor of Psychology, University of Texas at Austin, TX, USA


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.