Une nouvelle Peur rouge? Domination et oppression sur les campus américains

En cette fin d’année 2016, Academia inaugure une nouvelle série de billets, qui s’intéressent aux uscollegeconditions de travail académique hors des frontières françaises. Le premier billet porte sur les États-Unis.

Son autrice, Chanelle Adams est chercheuse en études des sciences. Actuellement financée par la Commission franco-américaine Fullbright, Chanelle Adams est accueillie à l’EHESS. Au cours de ses études à Brown University, Adams s’est impliquée dans l’organisation étudiants et les manifestations contre le racisme et le sexisme sur le campus. Elle a été éditrice pour pour BGD Press and Bluestockings Magazine.

Sur les campus américain, la mise en œuvre de safe-spaces s’est répandu non sans contestation. Reconnaissant la nécessité de protéger les victimes passées et futures de safe-spacedifférentes formes d’oppression et de domination – racisme, sexisme, homophobie, etc. – le safe-space organise un espace public – environnement de travail et de parole – respectueux vis-à-vis de l’ensemble de ses membres, en parole et en pratique. Si ce safe space constitue, aux yeux des conservateurs, une attaque envers la liberté d’expression, le débat a rapidement porté sur le fait de savoir qui devait être protégé contre qui. En retournant l’expression comme un gant, les mêmes critiques des « campus sanctuaires » (sanctuary campuses) et des « safe-spaces », cherchent à obtenir leur propre safe-space.

Professor Watchlist, créé par Turning Point USA, une association à but non lucratif, entend « dénoncer, de manière documentée, les enseignant.e.s universitaires qui pratiquent une discrimination contre les étudiants conservateurs et qui font œuvre de propagande gauchiste dans leurs cours ». L’organisation affirme que les « étudiants, parents, et alumni (anciens élèves) méritent de connaître les incidents précis et les noms des professeurs qui se donnent des objectifs politiques radicaux dans les amphithéâtres ».

Lire la suite

Jouer individuel ou refuser sa prime au « mérite ». Une tribune

En ces temps de beau jeu et de travail d’équipe, dans la rue et sur les pelouses, il n’est pas inutile de rappeler que la recherche universitaire est aussi une entreprise collective. Samuel Alizon, chargé de recherches au CNRS, le sait: il vient de refuser sa prime individuelle  « au mérite ». Le motif: ces primes participent d’une politique JeuCollectifde précarisation et de privatisation de la recherche.

Academia reproduit ici sa tribune publiée dans le Monde (22/06/2016), avec l’autorisation de son auteur.

Depuis 2010, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) octroie une prime aux chercheurs ayant obtenu une des énormes bourses de l’European Research Council (ERC), une agence de moyens qui finance des projets de 1,5 à 2,5  millions d’euros. Cette prime, l’indemnité spécifique pour fonctions d’intérêt collectif (Isfic), s’élève à 50 000  euros sur cinq ans. Bénéficiaire de l’un de ces pactoles, j’ai pourtant demandé à ne pas toucher cette Isfic, demande à laquelle, après beaucoup de résistance (et d’incompréhension), le CNRS a fini, exceptionnellement, par accéder.

Accepter cette prime – qui représente presque deux ans de mon salaire – me poserait en effet un problème éthique. Lire la suite

Recherchenseignement: deux regards sur l’Université française

Le métier des enseignants-chercheurs a changé. Depuis plusieurs années, les conditions de travail des enseignants-chercheurs, et partant, celles des étudiant.e.s se sont dégradées. A qui la faute?logo-liberation-311x113

Deux tribunes, parues dans Libération, présentent deux visions: celles de deux étudiants – qui jugent insupportables le mépris dans lequel la fonction du service d’enseignement est tenu; de l’autre, de jeunes chercheur.ses ou enseignant.e.s-chercheus.es qui déplorent les effets stérilisants de la compétition à outrance qu’implique le financement  par projet.

Lire la suite

Concours CNRS : quand « sélectionner » devient un réflexe

Par Karim Hammou, Milena Jakšić et Claire Lemercier

10391455_794437207256902_351480939199050857_nIl est devenu coutume, depuis quelques années, qu’un nombre croissant d’UMR publient la procédure selon laquelle elles choisiront quels candidat·e·s aux concours CNRS ils « soutiendront »1. Ces procédures engagent en règle générale les candidat·e·s à solliciter en amont les unités, à leur envoyer CV, rapport de thèse, publications significatives, projet de recherche dans un état plus ou moins abouti, et parfois « priorité du vœu d’affectation » dans ce laboratoire.

Les laboratoires, de leur côté, peuvent arbitrer entre soutien plein et entier via une longue lettre argumentée, soutien de pure forme via une lettre plus courte, et refus de soutien – un refus qui peut être signalé dans certains cas quelques semaines, voire quelques jours avant la date limite de candidature aux concours. Cette procédure s’apparente souvent de ce point de vue à une forme de pré-sélection.

Lire la suite

  1. Voir les quelques exemples indiqués sur le site de L’AFSP. []

Conflit d’intérêts, vous avez dit conflit d’intérêt ?

Usbek à son ami Rustan, à Ispahan

Nos précepteurs nous ont souvent dit, tu t’en souviens sûrement, que nous étions nés dans le plus beau pays du monde. Ils nous disaient aussi que, chez nous, seul le mérite était récompensé, mais qu’au-delà de l’Océan, il y a beaucoup trop d’autres choses qui sont à tort prises en compte : l’argent qui ouvre les portes, le prestige des établissements où l’on a fait ses études, une renommée facilement acquise sur des sujets à la mode.
Lire la suite

Des docteur-e-s sous-employé-e-s: passer des discours aux actes

Citation

logo-liberation-311x113Chargé fin janvier d’une mission sur l’accroissement de la reconnaissance du doctorat hors emploi scientifique public par le ministère, mission d’appui à l’application des articles 78, 79 et 82 sur le sujet qui font partie de la loi sur l’enseignement supérieur de 2013, Patrick Fridenson, ancien directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, explicite son analyse dans le quotidien Libération daté du 23 octobre, dont nous reproduisons ici le texte.

La France diplôme chaque année plus de 12 000 docteurs, dont 42 % d’étrangers. C’est une richesse pour le potentiel du pays et pour sa position internationale. Or la proportion de docteurs employés dans les trois fonctions publiques comme dans les entreprises est inférieure à celle des plus grands pays occidentaux, auxquels la France ne cesse de se comparer. Pourtant pour les fonctions publiques un avis du Conseil d’Etat au gouvernement émis le 4 septembre souligne qu’il y a lieu de prendre « en considération ce que les docteurs peuvent apporter au bénéfice de l’administration en termes non seulement de compétences, mais aussi de méthodologie et de savoir-faire découlant de leur formation ». La raison d’accroître le nombre de docteurs dans les entreprises comme dans les fonctions publiques est bien celle-là : diversifier ainsi les compétences et les profils de l’encadrement et des métiers les plus qualifiés. Lire la suite

Les vacataires précaires de l’Université Lyon 2 en lutte

Alors que la mobilisation de Sciences en marche attire l’attention sur les enjeux de l’emploi scientifique, les vacataires précaires de Lyon 2 se mobilisent pour leur conditions de travail. Ils remettent aussi en cause la précarisation et l’exploitation croissantes qui font des membres les plus vulnérables de l’enseignement supérieur et de la recherche les premières cibles des logiques libérales qui détruisent l’université et la recherche publique au nom de « l’excellence ».

Leurs témoignages sont éloquents sur la réalité du travail des vacataires à Lyon 2 comme ailleurs – à Strasbourg, à Tours, à Toulouse, etc. Lire la suite

J’ai fait un rêve : la vie du CNU après la suppression de la qualification

leroiestmortLundi matin, grisaille londonienne : seules perspectives de la journée – aller écouter Craig Calhoun, directeur de la London School of Economics, faire son rapport sur la Strategic Review – et valider les commentaires qui n’allaient pas manquer d’arriver sur Academia. L’actualité politique du WE – entre la découverte des postes contractuels LRU à 384h[1], au salaire indécent; la suppression de la qualification, suivie par celle du CNU, au Sénat[2] – avait été riche, les débats houleux, le tout sur une vague d’analyses sur le sexisme dans l’enseignement supérieur[3]. La perspective de respirer l’atmosphère feutrée de la Shaw Library allait me faire des vacances et réfléchir à la suppression de la qualification – à laquelle je suis très favorable – et celle du Conseil national des universités, autrement plus problématique[4].

Lire la suite

Des papillons au plafond: en attendant l’audition

Par Anne Baillot, rédactrice du carnet Digital intellectuals. A blog accompanying the production of the digital edition « Letters and texts. The intellectual Berlin around 1800

DigitalIntellectuals

La situation d’attente de l’audition pousse au cauchemar. La nuit passée, j’avais ainsi deux concurrentes préalablement déclarées meilleures que moi avant même l’audition, je levais les yeux et trouvais, au plafond, une multitude de papillons, les uns petits, les autres plus grands, blancs, avec des taches noires. Sans savoir ce qu’ils symbolisent, l’image ne me quitte plus dans mes préparatifs pour cette audition allemande, qui s’avère bien différente de l’audition francaise. Lire la suite

Appel à soutien : Sexisme dans l’enseignement supérieur, la fin d’un tabou qui n’en finit pas…

En 2002, le CLASCHES (Collectif de Lutte Anti-sexiste contre le Harcèlement Sexuel dans l’Enseignement Supérieur) dénonçait publiquement les violences sexistes dans le monde universitaire. Depuis, si des avancées législatives ont été obtenues, les pratiques tardent à changer.

Lire la suite

Ode au travail universitaire

Par Dr Dumont
Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les membres de la commission,
des auditions, j’en ai fait dans ma vie. Des auditions à plusieurs tours, des auditions à 7h du matin, des auditions avec un numéro sur le dos, des auditions de danse classique, des auditions de danse contemporaine et même des auditions pour Le roi lion

Malgré tout ça et dans la mesure où je n’ai jamais eu l’honneur d’être auditionnée par votre honorable institution et puisque je suis libre ici, voici ce que j’ai à vous dire.  Lire la suite

L’organisation des assises de l’enseignement supérieur et de la recherche : une opportunité pour promouvoir la pérennisation des emplois précaires d’enseignants-chercheurs historiens de la physique (Jérôme Viard)

Voici une lettre adressée par Jérôme Viard à un certain nombre de physiciens et d’historiens de la physique. La position exprimée me paraît me paraît valoir bien plus largement que pour les historiens de la physique.

La décision de la ministre en charge de ces questions d’organiser des « Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche » n’a pas déclenché de torrent médiatique, et en dehors d’un article du “Monde” en date du 12 de ce mois sous le titre : « Des assises pour revoir la réforme de l’université», elle n’aura pas eu un grand retentissement dans la presse. Les difficultés du ministre responsable de l’enseignement primaire et secondaire à recruter des enseignants notamment en mathématiques ont suscité un peu plus d’échos dans les médias. Curieusement cependant aucune relation n’a été établie entre les deux domaines abordés presque simultanément : la difficulté à recruter des enseignants du second degré et la «réforme de l’université ». Je me propose de revenir sur cette relation manquante mais auparavant il me semble nécessaire d’évoquer un troisième point qui sous-tend les deux premiers : la perception sociétale de l’activité scientifique.

Lire la suite

Une réforme des CS, mais quelle réforme ?

Dans leur billet, Pour une réforme des comités de sélection, Claire Crignon et Véronique Le Ru prennent l’occasion de l’annulation de deux recrutements par les CA des universités concernés pour appeler à une, je les cite « révision du statut des comités qui viserait, toujours en respectant la parité entre membres internes et externes, à leur donner un réel pouvoir décisionnaire et non pas simplement consultatif ». Il me semble que cette proposition pose deux questions :
Lire la suite

Pour une réforme des comités de sélection (Claire Crignon, MCF Philosophie Université Paris-Sorbonne, Véronique Le Ru, MCF habilitée, Université de Reims)

Nous voudrions témoigner par ce billet d’une situation désastreuse sur le plan institutionnel et humain.
Une série d’annulations de recrutements de maîtres de conférences ou de professeurs vient en effet de frapper le milieu universitaire. D’abord à la faculté de lettres de Strasbourg, ensuite au département de philosophie de l’Université d’Aix-Marseille et en histoire de l’art à Clermont-Ferrand.
Lire la suite

Un nouveau cas d’élections cassées : que faire ?

Les communiqués fleurissent sur la manière dont le classement d’un comité de sélection pour un poste de Professeur en littérature française a été cassé par le CA de l’université de Strasbourg. Une affaire analogue fait beaucoup de bruit ces jours-ci dans le petit milieu des historiens de la philosophie et des sciences du XVIIe siècle.
Lire la suite