Chômage des jeunes docteurs: effets de la réforme de l’UNEDIC

Mis en avant

Academia publie une alerte à destination des étudiants qui seraient en contrat partiel ou les docteur-e-s contractuelles qui s’inscriraient pour des périodes transitoires au chômage entre deux contrats. Et bien sûr, les enseignants-chercheurs qui les emploieraient.

Suite à la réforme de l’assurance chômage des intermittents et des intérimaires, des changements sont intervenus dans l’indemnisation du chômage. C’est à dire que le calcul des droits suite à un nouveau contrat n’est pas pris en compte. Pour faire réévaluer ses droits il faut avoir épuisé l’ensemble de ses droits préalablement enregistrés au Pôle Emploi : le “reliquat de droit”. Traduisons: si vous avez touché plus lors de votre nouveau contrat, les droits qui y correspondent ne seront pas pris en compte sauf si vous avez épuisé tous vos droits précédents.
Pour illustration  voici un cas typique et très concret.
Une chercheuse contractuelle se rend au pôle emploi pour commencer une période transitoire de chômage, entre deux contrats. Sa dernière inscription datait du mois d’avril 2014 correspondant à un temps d’inactivité entre deux contrats : un mi-temps post doc (2012-2104) et un plein temps CDD chercheur (2014-2105) – mieux payé pas seulement parce que c’est un temps plein mais parce que les grilles de salaires des CDD chercheur tiennent compte de l’expérience… 

Lire la suite

Concours CNRS : recommandations de la section 36

La section 36 nous communique la version actualisée de ses recommandations aux candidat-e-s. On y apprend que les auditions auront lieu du mardi 7 au lundi 13 avril 2015 (week-end exclu), et ces quelques éléments supplémentaires sur le déroulement de l’audition :

Lors de la deuxième phase des concours, les candidat.e.s admissibles sur dossier sont auditionné.e.s par le jury d’admissibilité du concours. L’audition est organisée en sous-jurys. Le nombre de sous-jurys est passé de quatre à deux en 2014. La période de présélection des candidat.e.s autorisés à être auditionnés a en effet permis une évaluation plus approfondie des dossiers et ainsi conduit à une sélection plus importante des candidat.e.s admis.es à poursuivre le concours. Notons que la composition des sous-jurys n’obéit pas à une logique disciplinaire : la section 36 couvrant à la fois les sciences du droit et la sociologie, les candidat.e.s doivent s’attendre à être auditionné.es par des sous-jurys comprenant à la fois des juristes et des sociologues.
La durée de l’audition est communiquée aux candidat.e.s lorsqu’elles/ils reçoivent leur convocation. L’année passée comme la précédente, les candidat.e.s ont disposé de 10 minutes pour présenter leur parcours et leur projet, avant qu’une discussion s’engage avec les membres du jury pendant 15 minutes.
Au terme des auditions, le jury d’admissibilité comprenant l’ensemble des membres de la section 36 se réunit pour établir un classement des candidat.e.s déclaré.e.s admissibles. Ces résultats sont consultables sur le site du CNRS.
Le jury d’admission siège ensuite au niveau de l’InSHS et établit les classements définitifs des concours.

L’ensemble du document est téléchargeable ici. Et pour mémoire, pour les sections 37, 38, 39 et 40, c’est là.

Pour mémoire, quelques conseils sur la préparation et le déroulement de l’audition au concours du CNRS sont rassemblés dans un billet de Claire Lemercier de 2013 (une époque où il n’y avait pas encore de pré-sélection significative des candidat-e-s auditionné-e-s).

Bon courage à tout-e-s les candidat-e-s.

Contrats d’ATER : le travail gratuit qui ne se dit pas

travailgratuitPlusieurs collègues ont attiré l’attention d’Academia sur une pratique dont certains employeurs universitaires semblent affectionner : le travail gratuit.

La requête lue sur Sauvons l’Université:  À l’Université d’Aix-Marseille, un certain nombre d’ATER ont été recrutés avec des contrats commençant au 1er octobre, et se terminant le 31 août. 11 mois, au lieu des 12 habituels.
À la suite d’un effort de remue-ménage, deux « solutions » sont proposées, sachant qu’aucun avenant au contrat n’est envisageable du point de vue de la direction de l’université.
Solution 1: déduire 1/12e des 192h de leur service, et le ramener à 176h, charge aux départements de gérer les heures manquantes comme ils le peuvent
Solution 2: payer les 16h non couvertes par le contrat de 11 mois au titre du mois de septembre (où les ATER ne sont pas officiellement employés) en vacations (soit environ 650€).
Seule la seconde solution n’est acceptable que dans le cas où les 192h ont DÉJÀ été effectuées. Autrement, c’est juste du vol. Et cela par ailleurs n’enlève rien à la diminution des droits qu’entraîne un contrat de 11 mois et non de 12 (notamment en termes de droit au chômage).
D’autres universités connaissent-elles le même genre de problèmes ?

Lire la suite

Misère des postes, recrutements misérables? Une journée de débats le 31 janvier 2015

Les sections 36 et 40 continuent leur contribution salutaire à la réflexion sur les pratiques de recrutements. À l’occasion d’une journée organisée par l’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP), l’Association Française de Sociologie (AFS), l’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCSMP), l’Association des Sociologues Enseignant.e.s du Supérieur (ASES), certains membres des commissions de sociologie et sciences du droit (36) et de Politique, pouvoir et organisation (40) participent à plusieurs tables rondes le 31 janvier.

Programme disponible ici: Journee_ASES_31janvier2015

Academia se fera un plaisir de publier un compte rendu des discussions

Concours CNRS : quand “sélectionner” devient un réflexe

Par Karim Hammou, Milena Jakšić et Claire Lemercier

10391455_794437207256902_351480939199050857_nIl est devenu coutume, depuis quelques années, qu’un nombre croissant d’UMR publient la procédure selon laquelle elles choisiront quels candidat·e·s aux concours CNRS ils « soutiendront »1. Ces procédures engagent en règle générale les candidat·e·s à solliciter en amont les unités, à leur envoyer CV, rapport de thèse, publications significatives, projet de recherche dans un état plus ou moins abouti, et parfois « priorité du vœu d’affectation » dans ce laboratoire.

Les laboratoires, de leur côté, peuvent arbitrer entre soutien plein et entier via une longue lettre argumentée, soutien de pure forme via une lettre plus courte, et refus de soutien – un refus qui peut être signalé dans certains cas quelques semaines, voire quelques jours avant la date limite de candidature aux concours. Cette procédure s’apparente souvent de ce point de vue à une forme de pré-sélection.

Lire la suite

  1. Voir les quelques exemples indiqués sur le site de L’AFSP. []

Conseils aux candidats : le dossier de qualification CNU

cnuException institutionnelle mondiale, la France exige de ses docteur.e.s une certification de la valeur du diplôme de doctorat permettant de candidater aux fonctions de maître.sse de conférences (MCF) – et de professeur.e des universités (PR). Cette barrière, dont les potentiels candidats étrangers sont peu au fait, explique peut-être, le peu de candidat.e.s étranger.e.s aux concours d’enseignants des Universités, contrairement à certaines grandes écoles et au CNRS. La qualification dans une section du CNU suffit pour candidater sur les postes universitaires, quelle que soit la section. Toutefois, obtenir le précieux sésame n’est pas automatique. Loin s’en faut.

Lire la suite

À propos des fléchages et coloriages : conseils aux candidat.e.s au CNRS (section 40, mais pas seulement)

Cette année, en sciences humaines et sociales, une forte minorité des postes sont “coloriés” (une thématique précise est conseillée), mais surtout “fléchés” (le poste est affecté à un laboratoire précis, avec un numéro de concours distinct). Cette pratique, qui a connu des hauts et des bas (elle était répandue aussi quand j’ai été recrutée en 2003, mais depuis elle avait quasi disparu, en tout cas pour les fléchages), est à peu près unanimement réprouvée par les sections du comité national (qui font office de jury de recrutement) comme par les autres disciplines au sein du CNRS (math, physique, biologie, etc.). C’est un choix politique de l’Institut des SHS du CNRS – avec des objectifs de politique scientifique, mais aussi d’aménagement du territoire, qui pèsent ainsi sur les candidat.e.s à un concours déjà très difficile. Lire la suite

Conflit d’intérêts, vous avez dit conflit d’intérêt ?

Usbek à son ami Rustan, à Ispahan

Nos précepteurs nous ont souvent dit, tu t’en souviens sûrement, que nous étions nés dans le plus beau pays du monde. Ils nous disaient aussi que, chez nous, seul le mérite était récompensé, mais qu’au-delà de l’Océan, il y a beaucoup trop d’autres choses qui sont à tort prises en compte : l’argent qui ouvre les portes, le prestige des établissements où l’on a fait ses études, une renommée facilement acquise sur des sujets à la mode.
Lire la suite

Des docteur-e-s sous-employé-e-s: passer des discours aux actes

Citation

logo-liberation-311x113Chargé fin janvier d’une mission sur l’accroissement de la reconnaissance du doctorat hors emploi scientifique public par le ministère, mission d’appui à l’application des articles 78, 79 et 82 sur le sujet qui font partie de la loi sur l’enseignement supérieur de 2013, Patrick Fridenson, ancien directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, explicite son analyse dans le quotidien Libération daté du 23 octobre, dont nous reproduisons ici le texte.

La France diplôme chaque année plus de 12 000 docteurs, dont 42 % d’étrangers. C’est une richesse pour le potentiel du pays et pour sa position internationale. Or la proportion de docteurs employés dans les trois fonctions publiques comme dans les entreprises est inférieure à celle des plus grands pays occidentaux, auxquels la France ne cesse de se comparer. Pourtant pour les fonctions publiques un avis du Conseil d’Etat au gouvernement émis le 4 septembre souligne qu’il y a lieu de prendre « en considération ce que les docteurs peuvent apporter au bénéfice de l’administration en termes non seulement de compétences, mais aussi de méthodologie et de savoir-faire découlant de leur formation ». La raison d’accroître le nombre de docteurs dans les entreprises comme dans les fonctions publiques est bien celle-là : diversifier ainsi les compétences et les profils de l’encadrement et des métiers les plus qualifiés. Lire la suite

Rapport d’activité – CNU 19

cnuLa section 19 (sociologie, démographie) du CNU a publié son rapport d’activité 2014. Il est diffusé largement par l’intermédiaire de nombreuses listes, tout comme l’est en général le rapport d’activité de la section 04 (science politique). Quid des autres sections? J’ai essayé de savoir si la rédaction de ce rapport était une obligation, mais je n’ai rien trouvé en ce sens dans le décret sur le CNU ou sur le portail de la CP-CNU. Pourtant, sur les pages de sections sur le site du CNU, on trouve bien un onglet “rapports d’activité et documents” (voir ici pour la section 22) mais qui est le plus souvent vide. Cela ne contribue pas à donner aux jeunes chercheurs les éléments nécessaires à la compréhension des critères qui président à leur entrée dans les carrières académiques et on ne peut que souhaiter que davantage de sections du CNU se livrent à l’exercice.

Ou même aillent encore plus loin en réunissant et en publiant l’ensemble des informations, qu’il s’agisse de résultats individuels ou de discussions sur les procédures mises en oeuvre, comme le propose la section 34 d’astronomie, astrophysique.

Des nouvelles de Sciences en marche

Citation

Notre collègue, Michel Barthélémy, envoie ce soir quelques nouvelles sur la liste tlm@ehess.fr. Il a autorisé Academia à reproduire ici son courriel daté du 16/10/2014 à 12:01.sciencesenmarche

Cher.e.s collègues,

Les grandes manœuvres de regroupement des universités, établissements et organismes de recherche et d’enseignement supérieur, dans des ensembles bureaucratiques complexes, sont accompagnées de leur cortège de discours tantôt triomphants (les avancées que ces regroupements représenteraient), tantôt lénifiants (la minoration du sérieux des questions et problèmes qu’ils soulèvent), qui sont le fait des inspirateurs et promoteurs de ces “réformes”, au pouvoir tant dans l’Académie que dans les ministères. A côté de ce forum, qui bénéficie de toutes les attentions, on assiste, parfois, à un événement constitué par le “regroupement” autogéré du petit peuple des labos.
Ne comptant pour rien ou quasiment aux yeux des puissants, habituellement situés en-dessous de la couverture radar des médias, traditionnellement vilipendés par les bien-pensants (pour lesquels ils s’appliqueraient fondamentalement à la recherche…de lumière et de chauffage), les membres de cette multitude silencieuse se font parfois entendre Lire la suite

Être jeune chercheur-se aujourd’hui: un appel à communication

Plusieurs chercheurs organisent les 10 et 11 mars prochain un colloque pour examiner les vies professionnelles vécues et imaginées par les jeunes chercheurs et chercheuses. Un appel à communication vient de paraître sur Calenda (clôture: 5 décembre).

Argumentaire

Ce colloque propose de réfléchir à ce que l’université, en tant qu’institution et lieu de carrières scientifiques, fait à celles et ceux qu’elle forme et qui en font un horizon professionnel désiré. Cette réflexion participe d’une analyse de la place et du rôle de la recherche et de l’université dans notre société. Mais elle porte moins le regard sur la « science » que sur celles et ceux qui la produisent au quotidien. Lire la suite

Les vacataires précaires de l’Université Lyon 2 en lutte

Alors que la mobilisation de Sciences en marche attire l’attention sur les enjeux de l’emploi scientifique, les vacataires précaires de Lyon 2 se mobilisent pour leur conditions de travail. Ils remettent aussi en cause la précarisation et l’exploitation croissantes qui font des membres les plus vulnérables de l’enseignement supérieur et de la recherche les premières cibles des logiques libérales qui détruisent l’université et la recherche publique au nom de « l’excellence ».

Leurs témoignages sont éloquents sur la réalité du travail des vacataires à Lyon 2 comme ailleurs – à Strasbourg, à Tours, à Toulouse, etc. Lire la suite

L’Université : une bande de trafiquants

AfonsoFigure4-1024x767Les systèmes universitaires reposent sur l’existence d’une réserve d’outsiders qui sont prêts à renoncer à leur salaire et à la sécurité de l’emploi en échange de perspectives mal assurées sur les postes tenure-track et ce qu’ils garantissent : la sécurité, le prestige, la liberté et des salaires relativement élevés. En s’appuyant sur des données portant sur les États-Unis, l’Allemagne et le Royaume-Uni, Alexandre Alfonso examine comment le marché du travail universitaire est, par bien des aspects, structuré comme celui d’une bande de trafiquants, qui dispose d’une masse toujours croissante d’outsiders et d’un noyau de plus en plus réduit d’insiders.
Lire la suite