Suppressions et déclassements au CNRS: une tribune des travailleurs et travailleuses précaires

Parmi les nombreuses réactions aux déclassements (et suppressions de poste) par le jury d’admission du CoNRS, il en est une qui propose une analyse un peu différente: la situation de crise récente n’est que le symptôme des évolutions structurelles récentes où les docteur.e.s qui se proposent de travailler dans l’enseignement supérieur et la recherche – consentant pour cela bien des sacrifices personnels et familiaux – sont tenu.e.s dans un mépris structurel, induit par le nombre inflationniste de contrats courts inversement proportionnel à la raréfaction des postes statutaires. Nous remercions le collectif d’avoir accepté sa republication dans son intégralité. Ajoutons que cette situation qui s’aggrave de façon continue depuis le début des années 2000 est une façon bien grossière de s’assurer d’une population travailleuse  soumise, parce que jetable. Pas nécessaire la recherche la meilleure qu’il soit.

Cette année, le jury d’admission de l’INSHS a procédé à plusieurs déclassements, reclassements voire suppressions de postes dans les sections 32, 35, 36 et 39 [NDLR et 53] du CNRS. Sont passés sur des listes mails professionnelles des messages s’indignant, à juste titre, de la remise en cause du travail du jury d’admissibilité. Ces pratiques s’inscrivent dans une casse des procédures de recrutement des concours de la fonction publique dont ceux de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) ne sont pas les seuls à faire les frais. Par leurs justifications, ces déclassements expriment une fois de plus un développement nocif vers l’ « excellence » qui participe au retrait de l’égalitarisme dans l’ESR. Enfin, toute l’affaire relève surtout d’un problème cardinal : le manque de postes [NDLR: statutaires permanents].

Le Collectif des travailleur·e·s précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche, dont une majeure partie de ses membres est candidat·e ou futur·e candidat·e à ces concours, est en premier lieu concerné par la remise en cause du fonctionnement collégial et par ce manque de postes. Et pour les « candidat·e·s malheureux·ses » la violence de ces déclassements ou de la non obtention d’un poste après des années de sacrifices est sans commune mesure avec celle que semblent exprimer les membres des différents jurys d’admissibilité. S’il semble que cela soit une première au CNRS, nous, précaires-chômeurs·es-candidat·e·s depuis plusieurs mois ou années à des postes, vivons ces « dysfonctionnements » à chaque campagne de recrutement, de manière plus ou moins publicisée.

Lire la suite

À Besançon, les personnels en appellent au respect des candidat.e.s et du travail des personnels

Citation

Les collègues de Besançon nous font parvenir la lettre ouverte qu’ils ont envoyée à leur Président d’université vendredi 23 juin 2017, signée par plus de 110 membres de la communauté universitaire bisontine. Ils se sont indignés de la décision de ne pas pourvoir des postes d’ATER une fois la campagne d’emploi arrivée à son terme, c’est à dire après réunion des commissions ATER et validation des classements par le Conseil Académique;  et demandent le respect des candidat.e.s et des personnels qui ont procédé au recrutement. 

Besançon, le 23 juin 2017

Objet : Lettre ouverte concernant la campagne emploi ATER 2017

Destinataire :         Monsieur Jacques BAHI, Président de l’Université de Franche-Comt

En copie :              

  • Monsieur Christophe DE CASTELJAU, Directeur général des services
  • Monsieur Stéphane CROVELLA, Directeur des ressources humaines
  • Monsieur Eric PREDINE, Vice-Président chargé des relations humaines et du dialogue social
  • Monsieur André MARIAGE, Doyen de l’UFR SLHS, Université de Franche-Comté

Monsieur le Président de l’Université de Franche-Comté,

 

Réussir ensemble…sans les ATER ?

Dans votre profession de foi de mars 2016, lors des élections pour le CA qui allait vous conduire à un second mandat à la tête de notre université, vous vantiez les mérites de votre précédente mandature au cours de laquelle l’UFC avait « montré qu’elle était capable d’anticiper ». Ces belles qualités, celles du président-gestionnaire, se sont-elles dissipées dans les brumes de la chaleur du printemps ? Où sont passés les « efforts fondés sur une vision politique et stratégique anticipant l’avenir », ainsi que la « maîtrise des problématiques budgétaires » ? Certainement pas dans la gestion de la campagne ATER 2017.

Nous apprenons en effet le mardi 20 juin 2017 qu’une réunion d’arbitrage a eu lieu la veille entre la présidence et les directeurs de composantes. Cette réunion d’arbitrage, alors que la campagne d’emploi ATER 2017 (dont le calendrier a été fixé par la présidence) est terminée depuis le 30 mai, exige de l’UFR SLHS qu’elle renonce à trois postes d’ATER temps plein.

Peut-être, pour humaniser un peu cette histoire, vaut-il la peine de rappeler en quoi consiste une campagne ATER. Les ATER sont des attaché.e.s temporaires d’enseignement et de recherche, généralement recruté.e.s pour un an, dont le contrat est renouvelable une à trois fois selon les situations. Ces postes permettent à des doctorant.e.s ou à des docteur.e.s de maintenir un pied dans l’université en attendant de décrocher un jour un poste de maître.sse de conférences.

Lorsque les postes sont affichés (sur un portail dédié que met en place le ministère de l’enseignement supérieur sur le site Galaxie), et ils ne le sont qu’après une procédure stricte mise en place par les universités pour retenir les postes mis au concours, des candidat.e.s en grand nombre se lancent dans une campagne difficile et ingrate. Il faut mettre son C.V. à jour, présenter son dossier de publications et d’enseignements. Nombreux.ses sont les candidat.e.s puisque les départements reçoivent souvent plus de 60 candidatures pour un seul poste.

En face, c’est-à-dire dans les départements, des commissions de recrutement se mettent en place : elles réunissent des membres du département concerné, mais aussi des collègues d’autres départements puisque ces commissions, normalisées dans leur fonctionnement depuis quelques années, doivent compter 8 membres. Il va de soi que les postes d’ATER font l’objet au préalable d’une procédure d’éligibilité difficile, passent par différents conseils de l’Université avant que la campagne ne soit validée à l’échelon de la présidence. Tout ceci a été fait dans les règles de notre université : postes validés, affichage des postes sur Galaxie, candidatures, commissions tenues courant mai, et enfin validation lors d’un Conseil Académique des classements des candidat.e.s retenu.e.s par chaque commission ATER. Ce travail mobilise, on s’en doute, toute une chaîne de personnels : personnels administratifs et enseignant.e.s chercheur.e.s.

Cette lourde procédure de recrutement accomplie, l’université doit ouvrir sur Galaxie l’étape définitive par laquelle les candidat.e.s déclarent accepter le poste. Or cette étape, qui aurait dû être franchie dès les premiers jours de juin, n’a jamais été actée, sans qu’à aucun moment la présidence ne communique sur les raisons expliquant un tel blocage. Derrière une telle décision, prise dans la plus grande opacité, ce sont des candidat.e.s qui sont placé.e.s dans une situation d’attente anxiogène. Car pour ces candidat.e.s, un tel poste – malgré toutes les conditions de précarité qu’il comporte – est vécu comme une première forme de reconnaissance du travail déjà accompli à l’université.

Derrière une telle décision, il y a des candidat.e.s qui doivent souvent obtenir un détachement auprès d’un recteur d’académie lorsqu’ils sont enseignant.e.s dans le secondaire et qui, évidemment, laissent passer les étapes de vœux d’affectation dans le secondaire, assuré.e.s qu’ils ou elles sont d’avoir été classé.e premier sur un poste d’ATER. Il y aussi des candidat.e.s qui comptaient sur ce poste précaire pour assurer leurs revenus pendant un an.

Derrière une telle décision, il y a des candidat.e.s qui se sont projeté.e.s dans la fonction d’ATER, dans la mesure où le calendrier des emplois du temps à l’Université oblige les directeurs.trices de département qui les recrutent à anticiper la validation définitive du recrutement pour mettre en place les services à effectuer, établir les emplois du temps.

Derrière une telle décision, en somme, il y a des êtres humains qui se font une joie de venir enseigner et faire de la recherche à l’Université de Franche-Comté pendant une année ! Ces ATER sont, de fait, la garantie pour l’avenir de la recherche à l’Université de Franche-Comté.

Enfin, derrière cette gestion déplorable de la campagne ATER 2017, il y a tou.te.s les candidat.e.s classé.e.s sur les différents postes mis au concours, qui n’ont toujours pas été contacté.e.s officiellement et qui attendent un hypothétique appel de l’Université de Franche-Comté… Ou bien plutôt qui, dans la plupart des cas, ne l’attendent plus et ont accepté un poste ailleurs pour la rentrée de septembre. Combien de candidat.e.s disponibles restera-t-il sur les listes de classement remontées avant le 11 mai dernier ? Et combien de postes ne seront finalement pas pourvus, faute de candidat.e.s ?

 

Nous, directeurs, directrices de département, directeurs, directrices de diplômes, directeurs, directrices de laboratoire, enseignant.e.s-chercheur.se.s, personnels administratifs et techniciens à l’Université de Franche-Comté tenons à manifester par cette lettre ouverte notre indignation et notre colère.

L’Université doit traiter tous ses personnels, y compris ceux qui se trouvent dans les situations de précarité comme le sont les ATER, avec le respect qui leur est dû. L’Université doit respecter le travail qui a été fourni par les personnels administratifs, les enseignant.e.s chercheur.se.s de notre université pour mener à bien la campagne d’emploi ATER.

Lire la suite

Déclassements & CNRS: motions votées par les sections du Comité national de la recherche scientifique

Suite à l’information et l’analyse que nous avons faite des déclassements opérés par les jurys d’admission la semaine dernière,nous restituons ici les motions et messages transmis par les sections 19, 36, 39 et 40. Et les motions complémentaires de la secttion 19 du CNU.

Lire la suite

Déclassements en série au CNRS

Dans les universités, les recrutements sont effectués par les comités de sélection puis confirmés, ou pas, par les conseils d’administration : confirmés le plus souvent, mais il y a chaque année quelques déclassements. Un peu de la même façon, au CNRS, les sections du comité national, qui auditionnent les candidat.e.s, ne sont légalement qu’un jury d’admissibilité. Quelques mois après se réunit le jury d’admission (un seul pour l’ensemble des sciences humaines et sociales, ou SHS), qui comprend des représentant.e.s de certaines des sections et d’autres chercheur.se.s ou enseignant.e.s-chercheur.se.s choisi.e.s par la direction de l’Institut des SHS (InSHS), ainsi que le directeur de l’Institut et la directrice générale déléguée à la science du CNRS (qui siège aussi dans les jurys d’admission en chimie, physique, etc.). La composition du jury de l’InSHS peut être consultée ici, pages 249-250 du document pdf pour les chargé.e.s de recherche (CR), un peu plus loin pour les directeur.trice.s de recherche (DR, avec un seul jury pour tout le CNRS) ; toutefois, nous ne savons pas exactement qui des titulaires et suppléant.e.s a effectivement siégé.

Toujours est-il que le jury d’admission 2017 a opéré des modifications sans précédent par leur nombre et surtout leur ampleur. Les années précédentes, il n’y en avait souvent qu’une ou deux, et qui se bornaient en général à intervertir le dernier nom de la liste principale et le premier de la liste complémentaire. Ce n’est évidemment déjà pas anodin pour les personnes concernées – et cela d’autant plus que trop de comités de sélection universitaires, considérant à tort le classement d’admissibilité comme définitif, s’interdisent d’auditionner pour des postes MCF les personnes classé.e.s en liste principale comme CR.

Nous vous proposons ici un bilan factuel des déclassements que nous avons pu constater (signalez-nous si nous en avons oublié ; le détail nominatif des résultats est ici). Nous ajoutons en italiques des esquisses d’interprétations qui ne sont pas encore parfaitement recoupées ou ne reposent pas encore sur des éléments publics, mais qui nous paraissent solides, et des commentaires reposant sur des éléments factuels précis. Les informations complémentaires sont évidemment les bienvenues : n’hésitez pas à utiliser les commentaires ou nous écrire (adresses sur la page de contact).

Lire la suite

Alerte parité: section 39 du CNRS

#ParitéCNRS. On nous signale les choix faits par le jury d’admission parmi les candidats admissibles de la section 39.

En directions de recherche, la femme classée en 4e position est déclassée. Ce qui fait 4 hommes sur 4 postes.

« Les femmes sont de moins en moins nombreuses au fur et à mesure que l’on progresse dans la hiérarchie, mettant en évidence l’effet du plafond de verre. Ainsi elle représentent un quart des directeurs/trices de recherche (27,1%). » Source :« La parité dans les métiers du CNRS 2013 », paru en décembre 2014, dont les contenus sont consultables de manière interactive via l’URL : http://bilansocial.dsi.cnrs.fr/ rubrique Parité

En chargé de recherche 1e classe, la femme classée n°1 est déclassée sur liste complémentaire. Ce qui fait 1 homme sur 1 poste.

Heureusement, l’homme et les 2 femmes classées sur les poste de CR2 mis au concours voient leur classement en liste principale confirmée, le plafond de verre reste intact.

Lire la suite

Sur la toile et en son: la production du savoir, l’enseignement et la recherche

Citation

À l’automne 2016, Pierre-Michel Menger a proposé un cours au Collège de France sur la production des savoirs, l’enseignement et la recherche.Fondés sur une littérature internationale de différentes disciplines, et nourrie d’une réflexion de longue date sur le travail créateur, ces leçons jettent la lumière sur la novlangue utilisée depuis plus de dix ans par l’Enseignement supérieur et la Recherche.

Celui-ci a été produit sous forme de 10 épisodes sur France Culture.

Lire la suite

Appel au boycott du système d’enseignement supérieur turc

Citation

NE SOYEZ PAS COMPLICES DES CRIMES DANS L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR TURC

Contexte

En janvier 2016, 2 212 universitaires travaillant en ou sur la Turquie signaient une pétition appelant le gouvernement turc à mettre un terme à la guerre dans la région kurde, à rechercher une solution pacifique à la question kurde, irrésolue depuis des décennies,  et à autoriser des observateurs internationaux à suivre la situation dans les villages et villes détruits par les forces de sécurité. Depuis, les signataires, connus sous le nom d’Universitaires pour la paix  ont été soumis à des attaques vindicatives et punitives ordonnées par le président de la République, Recep Tayyip Erdoğan, et appliquées conjointement par le gouvernement et les institutions de l’enseignement supérieur.

Les Universitaires pour la paix ont été accusés de trahison pour avoir appelé le gouvernement turc à mettre un terme à la violence contre ses propres citoyens. Suivant les instructions du président, le gouvernement, la police, le Conseil de l’enseignement supérieur et les présidents d’université ont uni leurs forces pour faire payer un lourd tribut aux Universitaires pour la Paix. La campagne de lynchage se poursuit et s’est traduite par de nombreuses mesures de rétorsion : vagues d’enquêtes criminelles et administratives, détentions, licenciements, annulations de passeport et interdictions de sortie du territoire, suppression des droits à la retraite et exclusion du marché de travail via une liste noire des numéros de sécurité sociale. Lire la suite

Menace sur les lettres et les sciences humaines aux USA

traduit du site du National Endowment for the Humanities

Washington, D.C. (23 mai 2017)— Margaret Plympton, vice-présidente du National Endowment for the Humanities (NEH) fait la déclaration concernant le budget de l’agence qui suit:

Aujourd’hui, l’administration Trump a rendu public le budget complet du gouvernement fédéral pour l’année fiscale 2018. La Maison Blanche a demandé au Congrès d’attribuer environ 42 millions 42 millions de dollars à la NEH afin de procéder à la fermeture en règle de la NEH. Cette somme inclut des fonds permettant d’honorer les financements en cours au 1e octobre 2017, ainsi que des fonds pour couvrir les dépenses administratives et les salaires concernés par la fermeture.

Alors que le NEH attend le résultat des délibérations du Congrès au sujet du budget proposé par la Présidence, l’agence va continuer ses opérations normalement et attribuera les financements de l’année fiscale 2017 après la réunion de son Conseil national en juillet. Lire la suite

Conflits d’intérêt

La procédure de recrutement d’un.e MCF sur le poste de théorie politique allemande de l’université de Paris 8 a été interrompue avant l’audition des candidat.e.s retenu.e.s. En cause, la présence d’un conflit d’intérêt, induit par la présence au sein du comité du directeur de thèse d’un candidat, qui y occupait même la fonction de président, ce qui signifiait que son retrait, en l’absence d’un vice-président, empêchait de fait la tenue dudit comité.

Cette décision tardive, en l’occurrence la veille de l’audition, s’explique par la découverte d’une évolution de la jurisprudence en matière de conflit d’intérêt: jusqu’en 2016, il suffisait, semble-t-il, que le membre du comité impliqué dans le conflit d’intérêt reste silencieux lorsque l’on examinait le cas du/de la candidat.e auquel il/elle était lié.e. mais n’était pas empêché.e de participer aux délibérations. Un arrêt du Conseil d’Etat d’octobre 2016, confirmé par un nouvel arrêt le 3 mai 2017, en donne une lecture beaucoup plus restrictive:

« Considérant, en troisième lieu, que la seule circonstance qu’un membre du jury d’un concours connaisse un candidat ne suffit pas à justifier qu’il s’abstienne de participer aux délibérations de ce concours ; qu’en revanche, le respect du principe d’impartialité exige que, lorsqu’un membre du jury d’un concours a avec l’un des candidats des liens, tenant à la vie personnelle ou aux activités professionnelles, qui seraient de nature à influer sur son appréciation, ce membre doit s’abstenir de participer aux interrogations et aux délibérations concernant non seulement ce candidat mais encore l’ensemble des candidats au concours »

Pour respecter cette règle, il convient donc que le membre du comité renonce à sa participation, choix en l’occurrence opéré à Paris 8. Je pense qu’il est très important de donner de l’écho à cette décision particulièrement « éthique ».

Préparer une audition MCF en SHS : le vade-mecum de la candidate et du candidat

J’ai rédigé la première version de ce vade-mecum pour de jeunes collègues dont la première campagne a commencé en mars 2017 et qui, pour toutes sortes de raisons (étudiant-e-s étrangers et étrangères, docteur-e-s de l’EHESS ou de petites facs de province) ne possédaient ni les codes de l’audition de recrutement à un poste de MCF, ni les ressources (l’entourage) pour les acquérir rapidement. Les semaines passant, j’ai été de plus en plus convaincue que nombre d’entre nous gagneraient à la publication de ce vade-mecum et à sa discussion. 

Le 24 mai 2017, une dizaine de jours après publication, et après avoir reçu ou lu un certain nombre de commentaires sur les réseaux sociaux, j’ai décidé d’ajouter quelques considérations et précisions supplémentaires, notamment sur l’écriture du discours et la gestion, disons, émotionnelle et morale de l’exercice. Afin de conserver la logique du billet, j’ai inséré ces nouvelles remarques dans le texte original, précédées d’un astérique.

L’autrice de ces lignes a passé neuf auditions MCF en histoire, une quarantaine d’auditions blanches pour son propre compte, une quinzaine pour celui des autres. Le but du texte ci-dessous est simplement de récapituler les conseils dont j’ai moi-même bénéficié au fil de cette expérience. Il expose d’abord « l’esprit » d’une audition MCF (très différent – justement – d’une audition CNRS ou post-doc) avant de revenir longuement sur le travail de préparation à la rédaction du texte et à la séance de questions.

Ce vade-mecum sert aussi à faire comprendre qu’une audition n’est, au fond, qu’un exercice, qui a ses règles. Bien sûr, la qualité du dossier compte, mais au moment de l’audition, le dossier est ce qu’il est. Il faut donc préparer à fond l’audition. Comprendre comment le faire, apprendre à séduire un jury, lui tendre des perches, voire lui faire des appels du pied (et presque, le manipuler), présenter son dossier, un jour comme un dossier  « d’histoire politique de la Bretagne » et la semaine suivante, comme une candidature en « histoire culturelle internationale »  – tout cela finit par avoir, comme tous les exercices dont on finit par maîtriser (et jouer avec) les règles, un côté ludique. Il faut donc dédramatiser à fond (malgré les enjeux) en séparant clairement sa propre valeur d’enseignant-chercheure, d’un côté, et sa réussite de l’exercice, de l’autre.

Combien de temps prend la préparation de cet exercice ? Il n’y a pas de règle – ça dépend du degré d’élaboration du profil (qui doit être absolument décortiqué comme s’il faisait l’objet d’un commentaire de document) et de sa motivation pour le poste. En règle générale, je dirais qu’il faut s’y mettre minimum cinq jours à l’avance pour avoir le temps de réfléchir à sa stratégie d’auto-présentation de soi et aux réponses aux questions, sachant qu’on a déjà commencé ce travail au moment de la rédaction du CV analytique. La recherche stricto sensu (points 2 à 4) prend une journée de travail minimum ; davantage si on juge nécessaire de faire des lectures, par exemple en regardant les publications (enfin, des recensions) de certains membres du jury qui travaillent sur des sujets proches de siens et qu’on ne connaît pas, ou encore pour se renseigner sur certains aspects du poste pour lesquels on n’est pas très compétent-e (humanités numériques, concours qu’on n’a pas passés, etc.). Il faut avoir une v1 du discours plusieurs jours avant pour le tester en audition blanche et avoir le temps de le réécrire : en général, pour mes premières auditions, je réécrivais tout mon topo intégralement après chaque audition blanche. Au bout d’un moment, ça va plus vite, mais tout dépend, encore une fois, du degré de complexité du poste et de sa motivation. Au final, néanmoins, le temps de préparation nécessaire n’a rien d’extravagant par rapport à un poste équivalent en termes de compétences dans le privé.

Un exemple de texte d’audition (passée avec succès) est joint, en espérant que d’autres se dévoueront pour partager leurs propres textes.

 

1. Comprendre ce qu’est une audition de recrutement MCF et comment se positionner face au comité

En un temps record (de 10 à 15 minutes d’exposé suivies de 10 à 15 minutes de question), le ou la candidat-e doit convaincre une assemblée d’une dizaine de professeur-e-s qu’il ou elle 1) est compétent-e pour faire tout et absolument tout ce que ses futur-e-s collègues lui demanderont en cas de recrutement, et encore avec bonheur car; 2) il ou elle sera un-e collègue idéal-e : sympa, dynamique mais humble, collectif, responsable. Lire la suite

Alerte parité *philo* à Nantes: 5 auditionnés, 5 hommes

Suite à la publication de la liste des candidats auditionnés pour un poste de philosophie contemporaine à l’Université de Nantes, le collectif PhilosopheEs tient à exprimer son étonnement. Dans un département déjà très majoritairement masculin, les candidats auditionnés sont tous des hommes. Faut-il penser que les femmes, nombreuses parmi les 144 candidats, comme récemment au CNRS (concours 2017 de la section 35), ont toutes été incapables de remplir les critères de recrutement ?
Nous appelons les comités à se montrer attentifs à la question de la parité et à faire tout leur possible pour dépasser les biais cognitifs empêchant une juste appréciation des dossiers.
Le collectif PhilosopheEs
 
#ParitePhilo 
#PariteCNU

Condamnations à la mort civile: Turquie après le référendum

Alerte Arrestations ! 

Sur une liste de diffusin en soutien aux hommes et aux femmes universitaires en Turquie, Tuna Altinel nous alerte.

« Si le 16 juillet 2016 a marqué les esprits de certains en Turquie comme le premier jour d’un coup d ‘état en continu, le 29 avril 2017 aura été l’une des dates où la mise en place de la dictature erdoğanienne a atteint des tailles irrationnelles,mais malheureusement réelles, un peu comme les gratte-ciels qui minent les paysages de grandes villes de Turquie. On a commencé la journée en apprenant que l’accès au Wikipedia était bloqué sous prétexte de… devinez!
Cette nouvelle était aussi ridicule que celle qui annonçait l’arrivée du soir était douloureuse. Deux nouveaux décrets ont coûté leurs postes à près de 4000 fonctionnaires dont 484 enseignant-chercheurs. Parmi les enseignants-chercheurs 65 sont signataires de la pétition pour la paix. « 

Tuna Altinel ajoute que, parmi le millier de fonctionnaires limogés par décret (justice, armée, etc.), on trouve 65 signataires de la pétition Universitaires pour la paix. Certains d’entre eux avaient déjà été licenciés, mais le limogeage par décret qui leur interdit désormais de sortir du territoire.

« Colonne après colonne vous y verrez nombres, noms d’universités, noms de femmes et d’hommes, de disciplines universitaires. C’est comment des milliers en Turquie découvrent que, sinon eux-mêmes, des proches, parents, amis, collègues ont été condamnés à la mort civile. La peine capitale est déjà en vigueur en Turquie! »

Merci à Tuna Altinel de continuer à nous alerter. Reste à savoir comme nous, citoyens européens, pouvons contribuer à aider les universitaires turcs et les citoyens turcs touchés par la chappe de plomb.

#IstandwiththeTurkishPeople

Message du 1e mai 2017, 15h15

Depuis ce matin, ont été mis en détention des signataires à Diyarbakır qui étaient exclus par le décret de samedi dernier.
Les noms qui nous sont parvenus sont :

  • Mustafa Sinemillioğlu
  • Yılmaz Turgut
  • Murat Kızıl
  • Emine Meşe
  • Fikret Uyar
  • Süleyman Kızıl
  • Tahsin Söğüt
  • Yasin Bedir .
  • Doğan Kurt n’était pas chez lui quand les forces de sécurité sont venues. Espérons qu’ils soient vite libérés.

Information à jour (2 mai 2017) – les 13 collègues arrêtés auraient été relâchés; un téléphone portable aurait été saisi.

LIens:

Femmes et hommes en sociologie: deux sexes, deux corps?

Olivier Martin vient de déposer sur une archive ouverte l’article qu’il a publié dans le Bulletin de l’Association des Sociologues Enseignant-e-s du Supérieur, n°63, dans un numéro consacré à « Genre et sociologie à l’université ».

Ancien président de la section 19 du CNU (mandat 2012-2015), Olivier Martin analyse la chance respectives des hommes et des femmes d’accéder à différents grades du supérieur en sociologie – discipline où la répartition  en termes de rapports de sexe est déjà bien plus équilibrée que bien d’autres disciplines des sciences humaines et sociales.

Les docteures ont-elles des chances équivalentes à leurs homologues masculins d’être qualifiées aux fonctions de maître.sse de conférences des universités ? Les maitresses de conférences ont-elles des chances vraiment comparables à celles des maîtres de conférences d’obtenir une qualification aux fonctions de professeur.e.s ? Et, une fois entrés dans l’un ou l’autre de ces deux corps, les hommes et les femmes ont-ils des chances identiques d’être promus dans les diverses classes existant au sein de chacun de ces corps ?

Lire la suite

Trois recommandations votées lors du Conseil scientifique du CNRS des 24 et 25 avril 2017.

Le Conseil scientifique du CNRS vient d’émettre trois recommandations importantes: 1° manifester leur solidarité avec l’universitaire turque Pinar Selek 2° suspendre tous les échanges avec l’organisme de recherche Tübitak 3°demander le soutien à l’emploi et la limitation des financements sur projets

 

Informations sur la composition du CS et son mandat ici : http://www.cnrs.fr/comitenational/cs/cs_acc.htm
1. Solidarité avec Pinar Selek

Le conseil scientifique du CNRS exprime sa profonde solidarité envers notre collègue, la sociologue turque Pinar Selek, réfugiée politique en France et membre associée de l’UMR8245 « Migrations et société » (CNRS-IRD-Université de Nice), victime depuis 19 ans d’un insupportable harcèlement judiciaire dans son pays.

PPCR : nouveaux échelonnements indiciaires pour les personnels de catégorie A du MENESR (JO)

Citation

De la source News Tank Higher Ed & Research (POGO – Paris – jeudi 20 avril 2017 – Actualité n° 91761)

Les nouveaux échelonnements indiciaires prévus par le protocole PPCR pour les personnels de catégorie A du MENESR sont publiés par un décret du 18/04/2017 qui parait au Journal officiel, le 20/04/2017. Ils prennent effet au 01/01/2017 et seront donc appliqués rétroactivement sur les fiches de paie des personnels des corps suivants :

  • assistants-ingénieurs,
  • ingénieurs d’études,
  • ingénieurs de recherche des filières ITA et ITRF,
  • chargés de recherche des établissements publics scientifiques et technologiques,
  • maîtres de conférences et des personnels appartenant à un corps assimilé à celui des maîtres de conférences, professeurs
  • professeurs de l’Ensam (Arts et Métiers),
  • bibliothécaires et des conservateurs des bibliothèques.

Au total, 105 000 personnels de la catégorie A dans l’enseignement supérieur et la recherche sont concernés par le protocole PPCR. Tous les échelons de tous les corps sont revalorisés progressivement à effet du 01/01/2017 et jusqu’en 2019.

« La revalorisation des carrières est concrètement de 130 M€ [d’ici 2020], et se traduit par une hausse de la rémunération en début de carrière, une revalorisation de tous les échelons, et par une transformation des primes en points d’indices, afin de bénéficier d’une pension de retraite plus favorable », déclarait Najat Vallaud-Belkacem, à l’issue de la réunion sur le volet « enseignement supérieur et recherche » du protocole PPCR dans la fonction publique organisée avec Thierry Mandon, secrétaire d’Etat chargé de l’ESR et les organisations syndicales, le 12/01/201

 

Lire la suite