Recherchenseignement: deux regards sur l’Université française

Le métier des enseignants-chercheurs a changé. Depuis plusieurs années, les conditions de travail des enseignants-chercheurs, et partant, celles des étudiant.e.s se sont dégradées. A qui la faute?logo-liberation-311x113

Deux tribunes, parues dans Libération, présentent deux visions: celles de deux étudiants – qui jugent insupportables le mépris dans lequel la fonction du service d’enseignement est tenu; de l’autre, de jeunes chercheur.ses ou enseignant.e.s-chercheus.es qui déplorent les effets stérilisants de la compétition à outrance qu’implique le financement  par projet.

Lire la suite

Enseigner l’histoire dans le supérieur: enquête sur les pratiques pédagogiques

Que veut dire, en pratique, enseigner l’histoire à l’Université aujourd’hui? La désaffection progressive des étudiant.e.s change la donne. Ceux-ci n’optent plus nécessairement vers la voie des métiers de l’enseignement, mais ont élargi leurs perspectives, mettant en cause la formation aux exercices canoniques du commentaire de documents et de la dissertation comme la répartition entre cours magistral en amphi et les travaux dirigés.

Academia veut signaler dans ses pages consacrées aux métiers de l’enseignement supérieur l’initiative de quatre maîtres.se.s de conférences à l’Université de Paris-1, soucieux de partager leurs expéaggioriences pédagogiques. Lire la suite

Le doctorat, un atout? Table-ronde, Ehess-Paris, 3 juin 2015

Le Ministère de l’Enseignement supérieur a chargé Patrick Fridenson, directeur d’études à logo-EHESSl’EHESS, de rédiger un rapport et de propositions sur l’insertion du doctorat dans les entreprises et la haute fonction publique. À l’occasion de la publication du rapport, l’Association des anciens élèves de l’École des hautes études en sciences sociales organise une table-ronde, le mercredi 3 juin, de 18h à 20h30. Lire la suite

La plume et le genre: une expérience historique

The Quill and Ink Lab (c) Amanda E. Herbert

The Quill and Ink Lab (c) Amanda E. Herbert

En feuilletant un des carnets d’Hypothèses, the Recipes project, je suis tombée sur une expérience pédagogique britannique assez fascinante. Dans le cadre d’un cours sur la construction sociale de la différence sexuelle dans l’Angleterre moderne, entre 16e et 18e siècle, l’enseignante et auteure de l’article, Amanda E. Herbert  propose un exercice pratique: apprendre à écrire avec une plume comme le faisaient les écoliers et les écolières anglais.e.s Le résultat est saisissant: http://recipes.hypotheses.org/4337

A quand une expérimentation pour comprendre comment est construit le genre de l’universitaire?

 

Recul sur la loi de 1983? Pétition

En passant

sosegalitePROEn France, en 2015, les femmes touchent 27% de salaire en moins que les hommes, 1 sur 3 travaille à temps partiel, elles sont majoritaires dans les métiers les moins bien rémunérés, aucune femme n’est à la tête d’une entreprise du CAC 40, elles touchent 40% de retraite en moins et 1 sur 5 est victime de harcèlement sexuel en entreprise

#SOS Egalité professionnelle

François Rebsamen, ministre du Travail, prépare en ce moment un projet de loi sur le dialogue social et l’emploi. Ce texte sera présenté fin mai  aux députées et députés. Dans les multiples articles du projet de loi, on découvre des propositions… étonnantes :  le texte prévoit de supprimer purement et simplement tous les outils de l’égalité professionnelle du Code du travail.

Lien vers la pétition Change.org

Travail et emploi scientifiques: un colloque au Collège de France (11 mai 2015)

CollegedeFranceAprès la sortie d’un excellent numéro de la Revue économique, consacré à “Compétition, productivité, incitations et carrières dans l’enseignement supérieur et la recherche“, Pierre-Michel Menger accueille collègues et étudiant.e.s dans les murs prestigieux du Collège de France,afin de poursuivre la réflexion.

Lire la suite

Génération (moins?) précaire: modifications du décret Unedic

Un lecteur attentif d’Academia nous signale l’élargissement des droits du droit d’option, sur lequel l’Unédic a fait une communication fin mars 2015.

“Cette évolution règle-t-elle le problème ?”, demande-t-il.

Un retour d’expérience des diplômés chômeurs serait le bienvenu.

Lien:

http://www.unedic.org/actualite/droits-rechargeables-elargissement-de-l-acces-au-droit-d-option-7706

Agrégation du supérieur: péché capital ou grande porte du recrutement universitaire?

Répartition des candidatures par année de soutenance de la thèse

Répartition des candidatures par année de soutenance de la thèse

Faut-il supprimer l’agrégation du supérieur? Un blog qui y est favorable propose une série de billets intéressants sur ce concours universitaire. Concours national sur dossier et examen oral, il permet l’accession au grade de professeur de universités pour les  titulaires d’un doctorat ou d’une habilitation à diriger les recherches en droit, économie et en gestion. A l’occasion de la publication du décret sur les personnels enseignants-chercheurs en septembre 2014, l’agrégation se trouve placée en concurrence toute relative avec le recrutement opérant dans les autres sections universitaires; cette concurrence est toute relative, puisqu’une majorité des postes ouverts au concours de professeurs des universités doit revenir à l’agrégation. Le débat autour de la suppression de ce concours invite à réfléchir à nouveaux frais sur l’ensemble des procédures de recrutement en œuvre à l’Université.

Lire la suite

Le recrutement des enseignants-chercheurs en France (rapport CP-CNU, 2015)

Dans un document diffusé aujourd’hui, la CP-CNU propose un ensemble d’informations statistiques sur les opérations de qualification et de recrutement des enseignants-chercheurs, la publication des documents de présentation des différentes sections ainsi que des propositions pour l’avenir.

Sans surprise, elle réaffirme la nécessité de la qualification:

“La qualification est autre chose : elle est la première phase du recrutement pour les docteurs qui décident de s’engager dans la carrière universitaire. Elle est une « phase d’admissibilité » dans le cadre particulier de la sélection des futurs enseignants-chercheurs de l’université. Si l’on se place de ce point de vue, la qualification est l’étape au cours de laquelle est étudiée l’adéquation des compétences des candidats à la fonction d’enseignant-chercheur.

Le second temps est une phase de « sélection », maitrisée par les établissements, qui évalue l’adéquation des candidats à un profil de poste, ce qui n’est pas du tout la même chose. Ces deux étapes sont une garantie de qualité du recrutement. Penser qu’il faille en favoriser une au détriment de l’autre est une mauvaise piste”. (p. 96)

Cette nécessité de la qualification réaffirmée comme un principe fondamental, un inventaire à la Prévert de recommandations est proposé, à partir de la page 99:

  • Proposition 1. Conditionner les exceptions à la qualification à l’évaluation scientifique du CNU
  • Proposition 2. Revoir la procédure de traitement des dossiers “Hors section”
  • Proposition 3. Harmoniser le contenu du dossier de demande de qualification
  • Proposition 4. Renforcer la déontologie
  • Proposition 5. Donner à la CP-CNU des moyens techniques pour améliorer la transparence
  • Proposition 6. Donner à la CP-CNU les moyens d’harmonisation
  • Proposition 7. Reconstruire le fichier national des enseignants-chercheurs
  • Proposition 8. Revoir la taille des sections et leur périmètre
  • Proposition 9. Réattribuer au CNU les changements de section
  • Proposition 10. Réfléchir à la présence des suppléants et aux nominations
  • Proposition 11. Réattribuer à l’administration l’étude de la recevabilité des dossiers
  • Proposition 12. Harmoniser les textes réglementaires
  • Proposition 13. Elaborer un vrai statut de l’élu
  • Proposition 14. Revoir le calendrier pour l’envoi des pièces complémentaires
  • Proposition 15. Développer une programmation pluriannuelle d’emplois
  • Proposition 16. Recruter au plus près de la thèse
  • Proposition 17. Revoir la composition et le fonctionnement des comités de sélection
  • Proposition 18. Instaurer un concours national pour les disciplines rares
  • Proposition 19. Supprimer le recrutement dit “au fil de l’eau”
  • Proposition 20. Eviter le fléchage trop ciblé des postes
  • Proposition 21. Harmoniser les pratiques des Écoles Doctorales et des commissions Recherche
  • Proposition 22. Harmoniser l’autorisation d’encadrer et co-encadrer masters et doctorats
  • Proposition 23. Proposer expérience et formation à la pédagogie aux doctorants qui le souhaitent
  • Proposition 24. Revoir la durée des contrats doctoraux et préciser les attendus des HDR
  • Proposition 25. Développer les Congés pour Recherches et Conversion Thématique (CRCT)
  • Proposition 26. Mettre en place la formation continue des EC
  • Proposition 27. Transformer en PR, les MCF-HC, HDR et qualifiés
  • Proposition 28. Augmenter les taux de promotions
  • Proposition 29. Développer une vraie politique de mutation
  • Proposition 30. Supprimer le « plafond de verre » qui freine la carrière des femmes

 

Lire la suite

Chômage des jeunes docteurs: effets de la réforme de l’UNEDIC

Academia publie une alerte à destination des étudiants qui seraient en contrat partiel ou les docteur-e-s contractuelles qui s’inscriraient pour des périodes transitoires au chômage entre deux contrats. Et bien sûr, les enseignants-chercheurs qui les emploieraient.

Suite à la réforme de l’assurance chômage des intermittents et des intérimaires, des changements sont intervenus dans l’indemnisation du chômage. C’est à dire que le calcul des droits suite à un nouveau contrat n’est pas pris en compte. Pour faire réévaluer ses droits il faut avoir épuisé l’ensemble de ses droits préalablement enregistrés au Pôle Emploi : le “reliquat de droit”. Traduisons: si vous avez touché plus lors de votre nouveau contrat, les droits qui y correspondent ne seront pas pris en compte sauf si vous avez épuisé tous vos droits précédents.
Pour illustration  voici un cas typique et très concret.
Une chercheuse contractuelle se rend au pôle emploi pour commencer une période transitoire de chômage, entre deux contrats. Sa dernière inscription datait du mois d’avril 2014 correspondant à un temps d’inactivité entre deux contrats : un mi-temps post doc (2012-2104) et un plein temps CDD chercheur (2014-2105) – mieux payé pas seulement parce que c’est un temps plein mais parce que les grilles de salaires des CDD chercheur tiennent compte de l’expérience… 

Lire la suite

Concours CNRS : recommandations de la section 36

La section 36 nous communique la version actualisée de ses recommandations aux candidat-e-s. On y apprend que les auditions auront lieu du mardi 7 au lundi 13 avril 2015 (week-end exclu), et ces quelques éléments supplémentaires sur le déroulement de l’audition :

Lors de la deuxième phase des concours, les candidat.e.s admissibles sur dossier sont auditionné.e.s par le jury d’admissibilité du concours. L’audition est organisée en sous-jurys. Le nombre de sous-jurys est passé de quatre à deux en 2014. La période de présélection des candidat.e.s autorisés à être auditionnés a en effet permis une évaluation plus approfondie des dossiers et ainsi conduit à une sélection plus importante des candidat.e.s admis.es à poursuivre le concours. Notons que la composition des sous-jurys n’obéit pas à une logique disciplinaire : la section 36 couvrant à la fois les sciences du droit et la sociologie, les candidat.e.s doivent s’attendre à être auditionné.es par des sous-jurys comprenant à la fois des juristes et des sociologues.
La durée de l’audition est communiquée aux candidat.e.s lorsqu’elles/ils reçoivent leur convocation. L’année passée comme la précédente, les candidat.e.s ont disposé de 10 minutes pour présenter leur parcours et leur projet, avant qu’une discussion s’engage avec les membres du jury pendant 15 minutes.
Au terme des auditions, le jury d’admissibilité comprenant l’ensemble des membres de la section 36 se réunit pour établir un classement des candidat.e.s déclaré.e.s admissibles. Ces résultats sont consultables sur le site du CNRS.
Le jury d’admission siège ensuite au niveau de l’InSHS et établit les classements définitifs des concours.

L’ensemble du document est téléchargeable ici. Et pour mémoire, pour les sections 37, 38, 39 et 40, c’est là.

Pour mémoire, quelques conseils sur la préparation et le déroulement de l’audition au concours du CNRS sont rassemblés dans un billet de Claire Lemercier de 2013 (une époque où il n’y avait pas encore de pré-sélection significative des candidat-e-s auditionné-e-s).

Bon courage à tout-e-s les candidat-e-s.

Contrats d’ATER : le travail gratuit qui ne se dit pas

travailgratuitPlusieurs collègues ont attiré l’attention d’Academia sur une pratique dont certains employeurs universitaires semblent affectionner : le travail gratuit.

La requête lue sur Sauvons l’Université:  À l’Université d’Aix-Marseille, un certain nombre d’ATER ont été recrutés avec des contrats commençant au 1er octobre, et se terminant le 31 août. 11 mois, au lieu des 12 habituels.
À la suite d’un effort de remue-ménage, deux « solutions » sont proposées, sachant qu’aucun avenant au contrat n’est envisageable du point de vue de la direction de l’université.
Solution 1: déduire 1/12e des 192h de leur service, et le ramener à 176h, charge aux départements de gérer les heures manquantes comme ils le peuvent
Solution 2: payer les 16h non couvertes par le contrat de 11 mois au titre du mois de septembre (où les ATER ne sont pas officiellement employés) en vacations (soit environ 650€).
Seule la seconde solution n’est acceptable que dans le cas où les 192h ont DÉJÀ été effectuées. Autrement, c’est juste du vol. Et cela par ailleurs n’enlève rien à la diminution des droits qu’entraîne un contrat de 11 mois et non de 12 (notamment en termes de droit au chômage).
D’autres universités connaissent-elles le même genre de problèmes ?

Lire la suite