Jouer individuel ou refuser sa prime au « mérite ». Une tribune

En ces temps de beau jeu et de travail d’équipe, dans la rue et sur les pelouses, il n’est pas inutile de rappeler que la recherche universitaire est aussi une entreprise collective. Samuel Alizon, chargé de recherches au CNRS, le sait: il vient de refuser sa prime individuelle  « au mérite ». Le motif: ces primes participent d’une politique JeuCollectifde précarisation et de privatisation de la recherche.

Academia reproduit ici sa tribune publiée dans le Monde (22/06/2016), avec l’autorisation de son auteur.

Depuis 2010, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) octroie une prime aux chercheurs ayant obtenu une des énormes bourses de l’European Research Council (ERC), une agence de moyens qui finance des projets de 1,5 à 2,5  millions d’euros. Cette prime, l’indemnité spécifique pour fonctions d’intérêt collectif (Isfic), s’élève à 50 000  euros sur cinq ans. Bénéficiaire de l’un de ces pactoles, j’ai pourtant demandé à ne pas toucher cette Isfic, demande à laquelle, après beaucoup de résistance (et d’incompréhension), le CNRS a fini, exceptionnellement, par accéder.

Accepter cette prime – qui représente presque deux ans de mon salaire – me poserait en effet un problème éthique. Lire la suite

Politique des sciences: université, précarité, mobilisations (2 juin, EHESS, Paris)

PDSLe séminaire Politique des sciences organise le 2 juin 2016 une séance de son séminaire intitulée « L’université sous pression » (96, Bd Raspail, Paris; Salle Lombard; 18h-21h).

A cette occasion, aura lieu une présentation de l’enquête « Précarité » CNU-AFSP-ANCMSP auprès de 25 établissements.

L’ensemble des séances – cette année est disponible en texte ou en fichier audio sur le carnet du séminaire. Cette année, se sont tenues:

 

Doctorat et fonction publique: des ouvertures au Journal officiel

 

Chargé de mission sur l’insertion des docteurEs dans la fonction publique (cf. table-ronde de mai 2015 à l’EHESS) Patrick Fridenson Legifrancesignale de la parution de deux décrets au Journal officiel, portant modification des conditions d’accès au corps des Inspecteurs généraux de l’éducation nationale et de la recherche, d’une part, et des professeurs agrégés du second degré.

Selon P. Fridenson, « ces deux décrets appliquent les dispositions de la loi sur l’enseignement supérieur et la recherche du 22 juillet 2013 appelant à un élargissement du recrutement des docteurs dans les corps et cadres d’emploi des trois fonctions publiques. A [s]on sens, ils impliquent aussi une évolution des fonctions des corps concernés ». (tlm@ehess.fr (25 mai 2016, 17:04)

À défaut de préciser quelle serait les caractères d’une telle évolution, les textes prévoient une prise en compte de l’ancienneté liée à la préparation du diplôme.

Lire la suite

Emploi universitaire, qualité de l’encadrement et crédit impôt recherche. Une pétition

Les collègues du Département de sciences de l’éducation de l’Université de Saint-Etienne, très inquiets pour la survie quotidienne de leur activité pédagogique, lancent l’alerte. Désormais, moins d’une heurManifEnsSupe de cours sur 5 est assuré par un enseignement titulaire, sans perspective d’amélioration à court terme. Dans ce contexte, ils reposent à bon droit la question de la finalité du Crédit impôt recherche.

Il y a urgence à créer des postes d’enseignants-chercheurs titulaires à l’université

Pétition sur Change.org

Les effets sur l’emploi des politiques d’austérité se font cruellement sentir à l’université. Parce que, depuis quelques années, les universités ne créent quasiment plus de postes d’enseignants-chercheurs titulaires et qu’elles tendent par ailleurs à en geler ou à en supprimer, la situation est devenue catastrophique dans de nombreux départements.

Nous, enseignants du département des sciences de l’éducation de l’université de Saint-Étienne, qui exerçons dans un des départements universitaires les plus sous-encadrés en France, nous voulons, en prenant appui sur notre situation, alerter sur les effets de l’absence de recrutement d’enseignants-chercheurs titulaires.

Lire la suite

L’accès ouvert ne menace pas les revues de sciences humaines et sociales

Tribune parue dans L’Humanité du 1er avril 2016.

Selon le Syndicat national de l’édition (SNE) et quelques collèguelHumas auteurs de deux tribunes parues dans Le Monde (12 janvier 2016) et Libération (17 mars 2016), si les chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS)  obtiennent le droit de mettre leurs articles en ligne au bout d’un an, les revues vont disparaître.

Or, en réalité, les auteurs français de revues françaises ont déjà, et depuis de nombreuses années, le droit de mettre librement leurs articles en ligne, dès avant leur parution. Même si ce droit est méconnu, bon nombre le font effectivement. Un exemple récent en témoigne : deux articles du récent numéro de la Revue d’histoire moderne et contemporaine sur l’«Économie et politique de l’ »accès ouvert » : les revues à l’âge numérique» sont déjà librement accessibles en ligne. Lire la suite

Publications scientifiques: on vaut mieux que cela!

 

Aplogo-liberation-311x113rès la réponse québécoise de Jean-Claude Guédon, un collectif de chercheurs publie ce 28 mars 2016, une tribune en réponse sur Libération.

Academia la reproduit.

Le projet de loi pour une République numérique adopté par l’Assemblée nationale, sera prochainement examiné par le Sénat. Son article 17 introduit une nouveauté importante pour les chercheurs. Actuellement, pour publier leurs résultats, ils doivent concéder, sans contrepartie de rémunération, l’exclusivité de leurs droits d’auteur à des éditeurs privés, qui facturent ensuite l’accès à ces articles, souvent fort cher, aux organismes de recherche, aux universités et aux enseignants. Les éditeurs interdisent souvent aux chercheurs de diffuser leur propre production scientifique sur leur site web ou celui de leur établissement : ainsi, le lecteur est obligé de passer par le site de l’éditeur, parfois à un tarif prohibitif.

Avec la nouvelle loi, pareilles clauses léonines seront réputées non écrites. Les auteurs auront alors la possibilité (mais pas l’obligation) de déposer, même après publication en revue, leurs articles dans une archive ouverte telle que HAL, recommandée et gérée par de grands organismes de recherche publique dont le CNRS.

 
Lire la suite

Revues et accès ouverts à la française : un point de vue québécois

canada-quebec-drapeauxAlors qu’une campagne médiatique sans précédent a lieu autour de la rédaction de l’article 17 de la loi numérique prévoyant le dépôt en archive ouverte des contributions scientifiques, un texte vient de circuler sur la liste Revues SHS le lundi 21 mars à 17h01, en réponse à un message intitulé « Tribune; iInquiétude pour l’avenir des revues SHS de langue française »

Son auteur, Jean Claude Guédon, nous a autorisés à le reproduire ci-desss.

Je profite du message de Philippe Minard pour effectivement encourager les lecteurs de cette liste à lire, étudier et méditer les articles du N°spécial de la RHMC.

Il faudrait y ajouter les articles de la Revue Européenne des sciences sociales de 2014 (vol. 52 No 1).  Ces deux ensembles forment une sorte de tout, en fait.

Il sera important, à un moment donné, d’écrire une synthèse critique de ces deux numéros et de la littérature récente, française – je dis « française » parce que, fidèle à une tradition bien établie en diplomatie française -, ce numéro met plusieurs fois en jeu une variante de « l’exception culturelle ». Il faudra écrire cette synthèse pour en arriver à une analyse un peu plus solide de ce qui est en train de se passer en France et ailleurs.

Lire la suite

Quand le CNU utilise les réseaux sociaux

La 70e section du CNU [Sciences de l’éducation] a désormais son compte FB. Pour suivre en temps réel les décisions de la section et interagir avec ses membres?

De leurs côtés, les géographes de la 23e section ont ouvert un wiki autonome de leur page officielle du site du CNU.
Lire la suite

Communiqué de l’AFSP relatif à la campagne synchronisée de recrutement de MCF en science politique

Communiqué de l’AFSP du 12 janvier 2016 relatif à la campagne synchronisée de recrutement de MCF en science politique

L’application Galaxie du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche publiera dans quelques semaines la liste des postes de MCF et de PRU ouverts au recrutement synchronisé de 2016 dans la section 04.

 
Lire la suite

18 octobre: fin de la consultation « Projet de loi pour une République numérique »

L’Etat conRepubliquenumeriquesulte: il a lancé une consultation en ligne à propos du projet de Loi pour une République numérique. Cette consultation – à laquelle vous pouvez répondre après inscription – se terminera le 18 octobre 2015.

A cette occasion, un débat anime l’enseignement supérieur français à propos des archives électroniques ouvertes, qui font l’objet de l’article 9 (Libre accès aux publications scientifiques de la recherche publique).

Lire la suite

Concours de l’EHESS: conseils aux candidat.E.s

EHESS_electionsDu fait la particularité du mode de nomination de ses enseignant.e.s-chercheur.ses (désormais EC), de la visibilité de l’EHESS dans le champ des sciences sociales françaises, et du sexisme de son recrutement, le concours a fait l’objet d’analyses remarquées, dont la notoriété a entraîné une modification des procédures d’élection depuis 2009.

Parmi les mesures les plus importantes adoptées, il faut noter :

  • La parution d’un vademecum pour éclairer les arcanes du concours;
  • L’interdiction de faire « campagne », pratique qui consistait pour les candidat.e.s à se présenter individuellement aux EC électeur/trices;
  • L’avancement du calendrier – le concours débutant à l’automne et se clôturant par des élections fin mars-début avril, soit un avancement de près de 6 mois par rapport au calendrier précédent);

Alors que la campagne 2016 vient de s’ouvrir (dépôt des candidatures au 1e octobre 2015),  Academia vous propose une lecture et une explicitation de la candidature et des procédures d’évaluation en place par le Conseil scientifique en 2014 pour clarifier à la fois les modalités de constitution du dossier  et des pratiques d’évaluation de celui-ci.

Lire la suite

Recherchenseignement: deux regards sur l’Université française

Le métier des enseignants-chercheurs a changé. Depuis plusieurs années, les conditions de travail des enseignants-chercheurs, et partant, celles des étudiant.e.s se sont dégradées. A qui la faute?logo-liberation-311x113

Deux tribunes, parues dans Libération, présentent deux visions: celles de deux étudiants – qui jugent insupportables le mépris dans lequel la fonction du service d’enseignement est tenu; de l’autre, de jeunes chercheur.ses ou enseignant.e.s-chercheus.es qui déplorent les effets stérilisants de la compétition à outrance qu’implique le financement  par projet.

Lire la suite