Etre candidat.e au CNRS, 2- L’audition

par Claire Lemercier

Attention, ceci est un premier jet, qui sera sans doute enrichi, comme l’avait été la note sur la préparation du projet, par les commentaires de collègues. Vous avez donc intérêt à revenir sur cette page dans la semaine du 11 mars pour lire la nouvelle version ! [edit : voyez en effet les riches commentaires et le nouvel exemple à lire ci-dessous ]

Il n’est pas simple de donner des conseils par écrit sur les auditions. D’abord parce que le meilleur conseil, c’est de passer une audition blanche. C’est le meilleur usage que vous puissiez faire du soutien d’un laboratoire si vous l’avez obtenu. Si des auditions blanches ne sont pas déjà prévues, demandez poliment à ce qu’on en organise ! Et par ailleurs, faites-en avec des personnes que vous connaissez au CNRS, des ami.e.s, etc. La meilleure organisation, à laquelle on pense pourtant rarement mais que j’ai testée de nombreuses fois, c’est d’avoir non seulement plusieurs membres pour le jury simulé, mais aussi plusieurs candidat.e.s qui écoutent mutuellement leurs auditions blanches. En effet, on comprend beaucoup mieux ses propres défauts et qualités en découvrant ceux des autres. En particulier, l’élément clé étant, comme à l’écrit et plus encore, de se rendre compte qu’on ne doit vraiment pas parler pour les seul.e.s spécialistes de son sujet, constater qu’on ne comprend rien à l’exposé d’un.e autre candidat.e travaillant sur un thème très différent du sien peut inciter à se poser des questions sur la clarté de son propre propos…

Par ailleurs, comme pour toute audition concernant un recrutement, l’objectif est de donner envie au jury de vous avoir pour collègue (même s’ils et elles ne seront pas tous dans votre laboratoire, loin de là). Et comme pour l’écrit, il faut montrer que vous êtes à la fois réaliste et ambitieux.se, pointu.e sur votre sujet et capable d’en expliquer le caractère passionnant, voire prioritaire à des non spécialistes. Si votre projet écrit n’était pas parfait en la matière, c’est le moment de redresser la barre…

Voici donc une petite déclinaison de ces conseils très généraux.

 Faire court et convaincre : tout un travail

Le temps alloué varie selon les années et les sections, vérifiez-le donc bien. Il sera de toute façon trop court. Ce n’est pas la faute du comité national : cela vient du nombre de candidat.e.s. Il faut donc utiliser ce temps au mieux, et, comme pour tout oral, essayer de se mettre dans la peau du jury. Auditionner des dizaines de candidat.e.s en une semaine, puis défendre des dossiers devant des collègues qui n’ont pas entendu tout le monde (puisque le travail en sous-jurys s’impose souvent) est extrêmement difficile. Il faut en tenir compte et penser à capter l’attention, à présenter un propos clair et à profiter au mieux du temps de questions-réponses.

Il faut donc scrupuleusement minuter l’exposé pour ne pas du tout dépasser le temps, sans couper pour autant une partie ou accélérer absurdement à la fin. Cela impose de faire des répétitions et, pour la plupart des candidat.e.s, d’écrire son texte. Veillez toutefois à l’écrire pour qu’il soit dit (phrases courtes, vocabulaire oral, etc.) et à le lire, si besoin est, en regardant tout de même le jury…

Le plan doit être très simple et très apparent : deux, trois ou quatre morceaux, annoncés rapidement mais clairement au début, avec une explicitation au cours de l’exposé du fait qu’on passe au morceau suivant. Il faut bannir les fleurs de rhétorique, la recherche de synonymes et périphrases compliqués : le plus clair sera toujours le mieux, la répétition peut être pédagogique. Si votre projet écrit était trop foisonnant, c’est le moment de vous concentrer sur le morceau qui est vraiment en son cœur. Vous aurez peut-être des questions sur le reste, mais ce n’est vraiment pas le moment de perdre le jury en voulant tout dire. Repartez de votre résumé écrit, si vous l’avez fait suivant nos conseils ; sinon, c’est le moment de les appliquer…

Pour faire court, il faut notamment éviter les « peut-être semble-t-il que ». Plus encore qu’à l’écrit, vous devez apparaître sûr.e de vous (oui, Mesdames, c’est à vous que je pense en particulier). Si le jury trouve que vous n’avez pas assez fait dans la nuance, vous aurez une question et il sera temps, à ce moment, de préciser. Ne le faites pas en amont, ce qui risquerait de rendre votre propos inaudible. En outre, on recrute un.e futur.e collègue : vous n’êtes plus en situation d’étudiant.e. Il ne vous pas trop vous rabaisser. Bien sûr, l’arrogance peut aussi être un défaut, mais statistiquement, elle est plus rare (surtout chez les femmes). Écoutez vos ami.e.s ou collègues s’ils ou elles vous disent que vous avez été trop arrogant.e à la suite d’une audition blanche. Dans tous les autres cas, révisez plutôt votre texte pour montrer plus de certitude.

Dans ce cadre, votre objectif principal est de capter dès le départ l’attention du jury en « vendant » bien votre projet. C’est la quadrature du cercle propre à l’oral : dans notre milieu, il ne faut pas avoir l’air de faire de la communication pure ; mais le temps limité de l’exercice impose en réalité de « vendre », bien plus que dans toute autre circonstance universitaire. Ce qui est bien, c’est qu’il faut « vendre » le projet, bien plus que vous-même comme candidat.e.

Il n’est vraiment pas utile de revenir longuement sur votre parcours à l’oral. Le jury dispose de votre CV, et il est très facile de feuilleter un CV pour trouver les renseignements clés qu’on y cherche – bien plus facile que de feuilleter un projet. Contentez-vous donc de prévoir dans votre exposé de rappeler 2 ou 3 points vraiment valorisants de votre parcours ; pas valorisants en soi (les gens auront vu votre magnifique concours ou publication dans le CV), mais valorisants dans l’optique du projet : ce que vous avez déjà fait et qui le rend plus crédible mérite d’être mentionné, brièvement et sans rompre le fil de l’exposé.

En revanche, il faut bien réfléchir à la manière de « vendre » le projet et notamment aux toutes premières phrases d’accroche, avant la brève annonce de plan. Ces phrases, il faut les tester avec le plus de monde possible en amont : cela prend quelques minutes et c’est vraiment utile. Il y a mille façons d’entamer l’exposé, tout dépend en fait du projet lui-même, mais il faut trouver quelque chose qui parle immédiatement en sa faveur : rapport avec une question d’actualité ? ancrage dans un paradoxe manifeste ? dynamitage de toute une littérature bien installée ? croisement jamais tenté auparavant entre deux approches que tout le monde pensait incompatibles ? possibilité de montrer des images, voire des objets, que vous avez apportés (voir l’exemple ci-dessous pour des images, et je connais un cas avec des objets !) ? démarrage possible sur une anecdote (cela reste un art délicat : il ne faut pas qu’elle soit trop longue ni qu’elle vous décrédibilise, il ne s’agit pas non plus d’arriver avec une pancarte « riez ! » ; mais si des tests ont marché avec des collègues, n’hésitez pas) ? Encore une fois, imaginez-vous dans un jury qui navigue toute la journée de la céramique chinoise du IIIe siècle aux tribunaux de commerce en passant par les stratégies patrimoniales de la noblesse d’Ancien régime. Si vous partez du principe que votre sujet est intéressant et prioritaire, sans prendre le temps de dire pourquoi, ou simplement parce que personne ne l’a étudié avant, il y a un gros risque de ne pas vous distinguer… Or, pour les sections que je connais, il y a facilement chaque année plusieurs dizaines de très bons CV accompagnés d’un très bon projet. Trancher entre eux est très difficile, et cela se joue en bonne partie sur la capacité des candidat.e.s à expliquer à l’oral pourquoi leur sujet est important.

 Réfléchir à l’avance à la discussion

Cela se joue aussi beaucoup lors de la séance de questions et réponses (même si elle ne se passera bien que si vous avez précédemment éveillé l’attention du jury). De ce point de vue, s’il est important de ne pas dépasser le calibre prévu pour l’exposé, c’est pour garder tout le temps alloué aux questions. Votre objectif doit ensuite être d’obtenir le plus de questions possibles. Dans toutes les auditions blanches auxquelles j’ai participé, les réponses étaient trop longues. C’est désagréable pour le jury, qui reste avec des questions rentrées, et ce n’est pas bon pour vous, qui perdez l’occasion de rattraper une réponse par l’autre ou d’aborder d’autres aspects de votre projet. Si votre réponse est trop laconique, on vous relancera et ce ne sera pas un problème. N’hésitez donc pas à faire assez simple et court.

Pour anticiper les questions, bien sûr, documentez-vous sur les membres de votre section et notamment du sous-jury devant lequel vous passerez le cas échéant. Mais plus encore, faites des auditions blanches avec des non spécialistes, des gens qui si possible ne connaissent pas par cœur vos recherches et votre projet et qui pourront ainsi vous surprendre. Les questions les plus « piège », qui peuvent vous bloquer, et donc auxquelles il faut se préparer, sont souvent les plus simples – celles que vous ne vous posiez plus. Mais au fond, pourquoi étudier ce sujet sur cette période, sur ce lieu, plutôt que sur tel autre ? Pourquoi avec ces références bibliographiques, théoriques, méthodologiques, alors que XYZ semblerait au moins aussi bien adapté ? Plus rédhibitoires encore, les questions de précision de vocabulaire, propres à chaque discipline : mais quand vous dites « global », est-ce que vous ne voulez pas dire « transnational » ? Quand vous parlez de « stratégie » des acteurs, qu’est-ce que vous entendez vraiment par là ? Pourquoi dire « relation » quand ce sont des interactions que vous nous présentez ? Quand vous parlez de « l’État », est-ce que vous incluez les administrations locales ? Ce sont des questions qu’il faut autant que possible empêcher d’advenir en présentant un propos liminaire très clair, qui définit bien votre approche et ses raisons et qui n’emploie pas un mot pour un autre. Mais comme on ne peut jamais toutes les désamorcer, pensez que vous en aurez de ce type et entraînez-vous à y répondre vite, bien, fermement, calmement et même avec le sourire.

Bien sûr, d’autres questions auront pour objectif de s’assurer de la faisabilité du projet – notamment de la part de votre rapporteur.trice, qui en général parle en premier lieu. Reportez-vous à ce sujet aux conseils donnés pour le projet écrit.

Souvenez-vous enfin que vous avez le droit de répondre « je ne sais pas » : tant que ce n’est pas à toutes les questions, ce sera une preuve d’honnêteté et un moyen de passer à une autre question dont vous aurez la réponse. Vous avez aussi le droit de ne pas être d’accord : on recrute un.e collègue qui prend des positions cohérentes et avec qui on peut avoir une vraie discussion scientifique, pas un.e béni-oui-oui. Tout est alors dans la manière de répondre : ferme mais respectueuse. Oui, on pourrait sans doute aussi utiliser XXX pour traiter ce sujet, mais en me fondant plutôt sur YYY, je pense apporter telle et telle choses précises que XXX ne permet pas et qui manquent complètement dans la littérature actuelle.

Malheureusement, je n’avais pas écrit le texte de ma propre audition et ne peux donc pas le mettre en ligne, mais voici un très bel exemple (recrutement en 2005, section 32) et, comme pour l’écrit, on peut espérer que d’autres collègues accepteront de mettre les leurs à votre disposition.

En voici déjà un second (recrutement en 2011, section 40), assorti de ces utiles commentaires  de son auteur, Etienne Nouguez :

“- Il s’agit en fait d’un condensé de mon projet de recherche et l’architecture des deux textes est la même.

- Je me suis rendu compte en la relisant que mes phrases étaient très longues… Pas mal dans le genre “Faites ce que je dis, pas ce que je fais” ! Mais cela rend encore plus essentiel de bien scander son propos.

- J’avais fait sauter de cette présentation le quatrième volet de mon projet de recherche, sur les consommateurs. J’ai donc eu droit à deux questions du jury me demandant si je comptais faire ce quatrième volet. Après avoir répondu une première fois que le projet me semblait déjà très ambitieux en termes de durée sans ce quatrième volet, j’ai répondu à la seconde question en développant ce quatrième volet, ce qui a semblé satisfaire les membres du jury.

- La phrase “Depuis une quinzaine d’années sont apparus sur les rayons des supermarchés des margarines enrichies en oméga 3 ou en phytostérols censées diminuer le cholestérol et prévenir les maladies cardio-vasculaires, des yaourts contenant des prébiotiques et probiotiques qui favoriseraient la digestion et préviendraient le cancer du colon, ou encore des céréales riches en fibres et en vitamines qui compenseraient les carences nées d’un régime alimentaire déséquilibré… “, qui peut paraître un peu triviale, a en fait accroché les deux jurys de 36 et de 40, provoquant des rires et quelques brefs échanges, d’autant que j’avais adopté un ton badin pour la dire. Je pense donc comme toi qu’il faut vraiment rendre son sujet de recherche accessible à des non-spécialistes. Un collègue m’avait conseillé d’amener des boîtes et des emballages à l’audition. J’avais trouvé sur le coup la proposition assez osée mais en fait cela aurait peut-être fonctionné…”

Voici un exemple de audition CNRS 2013 section 38 (recrutement en 2013).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Conseils aux candidats and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

46 Responses to Etre candidat.e au CNRS, 2- L’audition

  1. candidat L says:

    Comment pourrait-on comprendre une audition – en sciences humaines – en apportant des photos que l’on distribue au jury ?

    • Christelle Rabier says:

      Si et seulement si la convocation précise que vous y êtes autorisés. Par sécurité, demandez à la présidente si vous pouvez vous en servir.

      • candidat L says:

        la convocation parle seulement de fichier PPT. Je me demandais si les photos imprimées – qui montrent des objets de mes recherches – peuvent être comme le fichier PPT. Ou le donner éventuellement à la fin du discours?

    • Christelle Rabier says:

      Les photos, c’est mieux au mieux au début. Demandez à la présidente du sous-jury…

  2. Marie says:

    Merci pour tous ces conseils.
    Une question pratique: l’heure indiquée sur la convocation est-elle celle de l’heure de passage ou celle du début de la demi-journée d’audition, l’heure de passage pouvant être plus tardive?

    • Christelle Rabier says:

      Réponse à obtenir auprès des secrétariats. Dans mon souvenir, les convocations pouvaient inviter un, deux ou trois candidats.

      • Marie says:

        Je viens de prendre des renseignements. La section 35 convoque les candidats une demi-heure avant le début de l’audition.

        Le secrétariat des concours nous informe que le temps imparti pour présenter nos recherches est de dix minutes et non vingt comme indiqué sur la convocation.
        [NDLR: ATTENTION. Les durées sont très variables (par ex, en 38, c'est 15 min. C'est ce qui est porté à la convocation qui fait foi, le secrétariat devant rééditer les convocations en cas d'erreur.]

    • LL says:

      Je trouve ce blog très intéressant et très bien écrit : du beau travail ! Cependant, permettez moi de douter avec force de ce que vous écrivez. Je sais que certains ne jouent pas le jeu. Cela arrive que l’équipe d’accueil soutienne tellement un candidat, qu’elle va même jusqu’à donner des résultats au candidat, que ce dernier présente comme ses propres travaux et ça passe devant un jury de soit disant spécialistes. Le monde des bisounours est révolu et même si les textes sont clairs, et bien pécher par ignorance, ce n’est pas pécher semble-t-il ! Il n’y aucune recette pour y rentrer, car il n’y a aucune règle. Bon courage à vous tous, je vous souhaite de réussir et de vous épanouir dans cette merveilleuse profession. Un petit conseil toutefois. Si vous échouez, le monde ne s’écroulera pas. Il y a pas mal d’imposteurs dans ce métier, donc, cela n’a rien à voir avec vos qualités intrinsèques. Sachez persévérer…

  3. Claire Lemercier says:

    Suite des informations par ouï dire pour 2014 : “je viens d’appeler la personne qui suit la 36 au service central des concours (qui est citée dans les commentaires de ton billet d’ailleurs, Florence Brulu) : le président du jury a donné pour instruction de ne donner aucune indication sur la composition des jurys ou sous-jury – y compris la simple information concernant son organisation en sous-jury de 4, en semi-plénière ou en plénière.”

  4. Claire Lemercier says:

    Une indication glanée sur une liste de diffusion pour cette année 2014 :
    “- Impossible de connaître son sous-jury cette année en section 36, donc a
    priori pas la peine de harceler le contact qui se trouve sur votre
    convocation ! Il semblerait que les jurys soient élargis cette année à plus de quatre
    membres (j’ai entendu parler de 8 mais rien n’est moins sûr…) et que les
    candidats aient potentiellement plusieurs rapporteurs.
    – pour la 40, les règles semblent globalement identiques à l’an dernier :
    des sous-jurys de 4 membres, et un rapporteur a priori. Et on peut
    connaître son jury d’audition en envoyant un mail à l’adresse de contact
    qui se trouve sur les convocations (après maintes tentatives, le téléphone
    ne semble pas vraiment efficace…). On ne connaît pas en revanche son
    rapporteur à l’avance.”

  5. Pingback: Histoire des mondes du travail – Recrutement de chercheurs

  6. Alba says:

    Bonjour,

    j’ai passé mon audition en 33.
    J’ai juste appris après coup qu’il aurait été possible de savoir avant de passer qui était mon rapporteur. Est-ce vrai? Dans toutes les sections?
    Par ailleurs, il paraît que les résultats circulent assez rapidement via des mailings listes. Existe-t-il quelque chose de ce type en 33?
    Merci!

    • Christelle Rabier says:

      Je viens de poser la question au service des concours à titre personnel, pour les concours 33 et 53 en particulier, qui m’a fait savoir que “Les rapporteurs ne sont pas communiqués dans le cadre des concours”. Certains jurys appliqueraient-ils une politique différente?
      Pour un candidat, il est sans doute possible de deviner qui pourrait être son rapporteur, mais dans l’hypothèse où le rapporteur change d’une année sur l’autre, cela devient plus compliqué.
      De plus, comme (au moins en 33), la composition du sous-jury n’est connue et affichée que le matin même du concours (dixerunt les gestionnaires du concours), il serait donc impossible d’avoir une idée des rapporteurs. Quelqu’un peut-il me détromper?
      Enfin, pour ce qui est des résultats, ils circulent sans doute – mais ils sont de toute façon très rapidement disponible sur le site du concours.

      • Claire Lemercier says:

        Pour les sections que je connais, le rapporteur n’est jamais annoncé d’avance (en revanche, il est parfois possible de connaître le sous-jury).
        Pour les résultats, dans certaines disciplines ils circulent sur les listes dès qu’ils sont affichés physiquement au CNRS, et parfois avant qu’ils soient sur le site web concours CNRS. En histoire, il existe la page de suivi des recrutements, qui centralise les infos sur les MCF et PR, mais aussi CR et DR :
        http://afhe.hypotheses.org/suivi-des-recrutements
        Mais l’info n’y est que lorsque quelqu’un d’informé l’a transmise…

        • Alba says:

          Merci beaucoup. Ca confirme aussi les éléments que j’avais.
          Les candidats expérimentés en 33 savent-ils également quelles sont les coutumes de l’ “après-résultat”? Je m’explique : c’est ma première candidature donc je n’ai guère d’illusion sur l’issue. Je sais que dans d’autres sections il se fait de contacter ensuite son rapporteur pour un débrieff. Cela se fait-il aussi en 33?
          Merci en tout cas pour tous les éléments fournis ici qui permettent justement à tous ceux qui n’ont pas un réseau officieux très fourni d’avoir quelques ficelles.

          • Claire Lemercier says:

            De rien.
            Je crois qu’il n’y a pas trop de règles pour les contacts post-concours. En gros, cela reste officieux car un retour officiel notamment du président du jury pourrait, je crois, donner des arguments pour “casser” le concours [j'en suis sûre pour des concours ITA CNRS].
            Je dirais que vous pouvez toujours contacter le rapporteur, ou tel ou telle membre du jury avec qui le contact a été bon à l’oral (si vous ne connaissez personne en amont) mais de façon ultra polie, sur le thème “excusez-moi de vous demander pardon, je sais bien que vous n’êtes pas tenu.e de me faire un rapport, mais j’aimerais m’améliorer”. Comme ça, si ça marche, c’est bien, si ça ne marche pas, personne n’est fâché.

        • Christelle Rabier says:

          La CID 53 vient de me faire parvenir spontanément la composition du sous-jury. S’agit-il du même sous-jury pour tous les candidats? Rien n’est indiqué en ce sens – ou dans l’autre.

  7. Agnès Sarthe says:

    Bonjour,
    Une question “pratique” : les présidents de comités peuvent-ils être rapporteurs ?

  8. Jeune chercheur X says:

    Vous oubliez le point essentiel des concours : le piston. Quels que soient la qualité et le nombre de vos publications, post-doctorats, collaborations, etc., vos chances de réussite sont très faibles si votre directeur de thèse n’est pas un adepte des réseaux voire tripatouilleur à tout-va et si vous-même n’êtes pas de ce genre-là.
    Regardez le CV des candidats qui ont obtenu des postes et comparez-les avec ceux de certains candidats recalés : c’est édifiant.
    Les jeux sont faits avant même les auditions.
    Bon courage à ceux qui y croient encore. Mais quel gâchis de temps et d’espoir.

    • LC says:

      Mmhh…. Oui… sans doute…. mais peut-être pas systématiquement…. Peut-être que c’est idéaliste ou même naïf mais, c’est ce que je me dis…..

    • Claire Lemercier says:

      On pourrait très longuement discuter sur ce que vous appelez “piston” exactement, or c’est la clé de votre raisonnement. En effet, les gens qui n’ont aucune relation avec personne ne sont pas recrutés ; en même temps, ils n’existent pas. Par ailleurs, au moins, au CNRS, le recrutement local ne joue pas. Bien évidemment, en observant les recrutements des dernières années, on observe certains profils récurrents et je ne dis pas que je trouve tous les recrutements justes. Mais mon pari est que la récurrence de certains profils est en partie liée au fait qu’ils permettent d’apprendre les règles du jeu, celles que j’essaye d’expliciter ici pour égaliser un peu les chances. “Un peu” parce que bien sûr, d’autres choses jouent. Mais je connais aussi de nombreux contre-exemples. A commencer par moi. J’ai été repérée à mon premier passage, sur le projet et plus encore l’audition, notamment par un collègue que je ne connaissais pas du tout avant, et qui a largement oeuvré à mon recrutement l’année suivante (recrutement qui est intervenu sur un poste fléché créé au départ pour quelqu’un d’autre). Mes conseils visent précisément à vous permettre de vous créer des relations efficaces sur la base du concours lui-même.

      • Christelle Rabier says:

        Dire que le recrutement “local” ne joue pas au CNRS est faux – puisque les membres de la commission ont quelquefois (beaucoup) oeuvré à classer des candidats demandant leur laboratoire – ce qui devenait, de facto, un atout dans un concours difficile. Même s’il est arrivé que la direction nomme les nouvelles recrues ailleurs. Savoir si la pratique persistera avec les nouvelles commissions, c’est à avoir…
        Il n’en reste pas moins que je suis d’accord avec Claire: autant mettre toutes les chances de son côté – et bénéficier des heureux hasards du concours.

        • Etienne Nouguez says:

          Pour répondre à Christelle Rabier, il me semble que les choses sont plus compliquées que cela. En effet, s’il peut-être intéressant pour un membre du jury de favoriser un candidat qui demande son laboratoire, il peut tout autant avoir envie de défendre un candidat issu de son laboratoire ; et il est rare qu’il puisse défendre les deux dossiers en même temps. Par ailleurs, le jury est composé de membres avec des intérêts et des ressources très différents dans la négociation. Ainsi, la capacité du rapporteur à défendre un candidat (mais aussi le fait qu’il a déjà été “servi” ou non lors des précédentes campagnes) peut jouer un rôle très important. Et puis il y a les fléchages qui peuvent aussi modifier les conditions de négociation. Quand on discute avec des membres des jurys du CNRS, ils nous disent que les résultats sont dans certains cas très prévisibles mais qu’il y a aussi des surprises, des candidats “coup de coeur” (au sens où les personnes qui défendent ce candidat ne le connaissaient pas avant mais sont littéralement tombés sous le “charme” de son projet) qui peuvent surprendre tout le monde.
          Cela ne veut pas dire que tout le monde a les mêmes chances d’avoir le CNRS, cela veut simplement dire que le pool d’admissible est plus large que l’on ne croit (et donc aussi que le classement final parmi ce pool est plus “incertain” qu’on ne pense) et que le projet de recherche et l’audition sont loin d’être anodins dans la décision.
          Enfin, je voudrais signaler un dernier point. Même si on n’est pas pris au CNRS, le projet de recherche qu’on a élaboré peut-être valorisé et en particulier pour les postes de Maître de Conférence. Ainsi, j’ai été face à la même personne dans une des deux audition au CNRS puis dans trois auditions pour des postes de Maître de Conférence. Cette personne a donc eu l’occasion de découvrir mon dossier et de se faire une opinion sur mon travail.

      • Jeune chercheur X says:

        Le problème avec les concours CNRS, c’est qu’ils sont censés être des concours.
        Vous écrivez que « les gens qui n’ont aucune relation avec personne ne sont pas recrutés ; en même temps, ils n’existent pas ». Il y a une différence, me semble-t-il, entre n’avoir aucune relation avec personne et ne connaître personnellement aucun des membres du jury. Sans être un ours, c’est tout à fait possible, notamment dans les disciplines avec un large spectre. Et les chances se réduisent d’autant plus si l’on a fait sa thèse en province puis un ou deux post-doctorats à l’étranger. Le fameux post-doctorat à l’étranger… Qui vous permettra de cocher la petite case du dossier, et plus sûrement encore de vous faire oublier du milieu tandis que les malins continueront à grenouiller à Paris.

        « J’ai été repérée à mon premier passage, sur le projet et plus encore l’audition, notamment par un collègue que je ne connaissais pas du tout avant, et qui a largement œuvré à mon recrutement l’année suivante (recrutement qui est intervenu sur un poste fléché créé au départ pour quelqu’un d’autre) ». Vous reconnaissez donc deux choses :
        1. Certains postes CNRS sont créés pour des individus précis. Où est le concours alors ?
        2. Votre recrutement est en partie dû à un des membres du jury, d’une année sur l’autre. C’est un contrôle continu ou un concours ? Imagine-t-on le même scénario pour l’agrégation ou tout autre concours ?

        Je crois qu’un grand nombre de chercheurs sont foncièrement tiraillés entre deux pôles inconciliables. Le premier est un idéal d’intégrité, morale et scientifique, tout à fait honorable et indispensable pour la validité des travaux. Le second est la réalité des tripatouillages constants pour le moindre financement ou poste, conséquence du nombre limité de ces derniers. D’où des tentatives de justification, de dénégation de l’évidence, de fuite parfois. Et pendant ce temps, certains mettent tout leur cœur pour peaufiner leur audition après avoir passé plusieurs années à se constituer un dossier riche en expérience et en publications. Pour rien, parce qu’ils ont cru que le recrutement était un concours et dépendait de la qualité de leur dossier, pas de leur capital social.
        Tout ce gâchis de temps et d’argent, mais surtout d’intelligence et de motivation m’attriste profondément. J’aimerais, comme vous, croire aux « heureux hasards du concours », mais quelques années d’observation m’en ont rendu incapable.

        • Amélie says:

          Bonjour,

          après une thèse en province et 5 ans de contrats postdoctoraux à l’étranger, sans plus aucun réseau en France, sans connaître aucun des membres du jury, j’allais au concours sans rien à perdre et rien à gagner, juste le plaisir de défendre mon projet qui avait mûri ces 3 dernières années.

          C’est cela qui a convaincu le jury : enrichir le débat francophones avec des approches étrangères, un projet longuement réfléchi, tenter le coup de passionner le jury avec un thème nouveau pour la discipline en France, à l’oral un dialogue convivial entre pairs.

          Certes, beaucoup d’enseignants-chercheurs talentueux ne trouvent malgré tout pas de postes; certes, aucun système de garanti que “le/la” meilleur.e décroche le meilleur poste. Le “mérite” est certes un mensonge car les jurys ne sont pas divins, la candidature est un jeu, non pas une rétribution des services.

          bonne chance,
          amélie

  9. Etienne Nouguez says:

    Bravo à Claire pour ce superbe travail.
    Je souscris à tout ce qu’elle a écrit et j’aimerais rajouter deux-trois choses sur la base de ma propre expérience des auditions en section 36 et 40 (mais aussi pour les postes de Maîtres de Conférence qui diffèrent par le contenu mais pas par la forme) :
    - Je suis d’accord avec Claire pour dire qu’il est très important de respecter le temps imparti et, pour cette raison, je pense qu’il est préférable de rédiger intégralement le texte de présentation. Cela évite les hésitations, blancs, digressions et autres pertes de temps qui risquent de vous faire perdre l’attention du jury. Attention cependant à ne pas “trop” écrire votre texte : cela reste une présentation orale et il vaut mieux donc faire des phrases courtes. Petite astuce : on compte environ 1000 signes, espaces compris, par minute donc un peu moins de 15 000 signes pour 15 mn.
    - Il est par ailleurs essentiel d’ “oraliser” (càd de répéter à voix haute) plusieurs fois sa présentation la veille de l’audition afin de ne pas être collé le nez sur sa feuille et de pouvoir regarder les membres du jury (et il est essentiel de tous les regarder, surtout ceux qui semblent avoir la tête ailleurs) mais aussi de rythmer votre texte et d’éviter une lecture monotone. N’hésitez pas éventuellement à inscrire sur votre texte les moments de pause et de respiration ou à souligner les phrases-clé de votre texte. Ne faites pas l’économie de ce temps d’oralisation sous prétexte d’améliorer la version écrite. Il vaut mieux un texte avec quelques imperfections mais dit avec rythme et emphase qu’un texte parfait prononcé à toute vitesse ou sur un ton monocorde.
    - Concernant les questions du jury, je suis totalement d’accord avec Claire. J’ai personnellement passé trop de temps à répondre aux questions du jury en 36 et n’ai donc eu que deux questions ; j’ai par contre fait l’effort de répondre de manière concise aux questions en 40 et j’ai eu des questions de tous les membres du jury, certains membres revenant sur une question où j’avais été évasif, ce qui m’a donné l’occasion de modifier ma réponse en fonction des attentes que j’ai cru percevoir parmi les membres du jury.
    - Même s’il ne s’agit pas de rédiger totalement sa réponse comme c’est le cas pour une audition, il me semble utile de noter quelques éléments de réponse en prévision des questions les plus probables. Cela permet de ne pas perdre trop de temps à élaborer sa réponse et évite les digressions. Par ailleurs, il ne faut répondre qu’à la question qui est posée, et ne pas redéployer tout le projet de recherche, sous peine de perdre un précieux temps.
    - Un dernier point essentiel, qui prolonge ce qu’a écrit Claire : je pense que la clé d’une audition réussie est de faire en sorte que les membres du jury se disent : “J’aimerais être à sa place et traiter cette question”. Cela veut dire selon moi deux choses : tout d’abord, comme l’a dit Claire, il est essentiel de raccrocher les membres du jury à des points qui font sens pour eux, soit des enjeux quotidiens, soit des enjeux politiques (ce qui ne veut pas dire qu’il faut politiser sa présentation !), soit des enjeux théoriques. Mais surtout, il me semble essentiel de faire preuve d’ouverture dans les réponses que l’on donne au jury. Les membres du jury ont en effet leur propre vision ou leur propre interprétation de votre sujet, qu’ils donnent souvent à voir à travers leurs questions ; il est ainsi important d’être ouvert à cette perception pour essayer de la raccorder à la vôtre. Cela signifie concrètement qu’en fonction de la composition du (sous-)jury et des questions qui vous sont posées, il peut être judicieux d’insister sur certains aspects de votre projet de recherche plutôt que sur d’autres. Et surtout, ne répondez pas aux questions comme s’il s’agissait d’un interrogatoire mené par des personnes mal-intentionnées ; la plupart du temps, le jury essaye de mettre en valeur les points forts et les points faibles de votre travail pour vous donner la possibilité de vous défendre ; essayez de percevoir ce qui est en jeu dans la question et répondez avec bonne humeur.
    J’espère que ces quelques remarques vous seront utiles. Bon courage !

  10. Claire Lemercier says:

    Pour LC à propos des phrases d’accroche : oui, c’est un peu bizarre, on est vraiment en situation de “vendre” une recherche. Et cela va contre toute la tradition dissertative française, qui serait plutôt d’intriguer le lecteur ou l’auditeur pour révéler la solution à la fin… Mais c’est ainsi, et ça le restera tant qu’il y aura autant de candidat.e.s à auditionner : il faut d’abord accrocher l’attention. Après, rassurez-vous, le temps total (incluant les questions-réponses) est assez long pour permettre de réintroduire de la subtilité, une vraie discussion scientifique, etc. Ceux qui ne sauraient que se vendre ne seront pas pris. Mais c’est une étape nécessaire.

  11. MB says:

    Pour la section 36, message envoyé par le service concours en réponse à la question sur l’absence de support (réponse à SA) :
    “Après confirmation du président, je vous informe que dans la note que vous avez reçu la mention “aucun support” lors de auditions renvoie exclusivement aux supports numériques du type power point, PDF etc. ce qui n’exclut pas l’usage des notes (Manuscrites ou dactylographiées)”.

  12. Karim Hammou says:

    Merci pour ce billet très instructif !
    Je viens d’appeler le service central des concours du CNRS pour la section 36 qui m’a confirmé que la consigne “aucun support n’est autorisé” n’inclut PAS les notes (manuscrites ou tapuscrites) du ou de la candidat-e. On peut donc venir sereinement avec ses notes pour l’audition !
    Cette confirmation, ainsi que la composition du sous-jury de la section 36 peut être obtenu en téléphonant à la personne qui suit le dossier au service central des concours, et dont le numéro est indiqué sur la convocation à l’audition.

  13. LC says:

    Bonjour. Pour répondre à SA, j’ai contacté le Service Central des Concours (0145075297) et c’est Florence Brulu qui s’est informée : florence.brulu@dr5.cnrs.fr

  14. LC says:

    Bonsoir, j’ai oublié une question. Vous parlez de “lire le texte”. Mais en section 38, on ne peut avoir que des documents manuscrits. Est-ce que ça se fait de lire un texte écrit à la main?

    • Christelle Rabier says:

      Documents manuscrits incluent les “tapuscrits” – mais excluent les images et les présentations électroniques (style .ppt).

      • LC says:

        Merci, merci!!!!!! J’ai pris “manuscrit” au premier sens du terme et je me préparais à apprendre le texte par coeur!

        • LC says:

          A propos de “ces notes manuscrites” autorisées en section 38, j’ai téléphoné ce matin au service central des Concours du CNRS pour être certaine que “manuscrit” incluait tapuscrit. On m’a répondu que c’était une excellente question vu que de nombreux candidats avaient posé la même question. On a alors contacté le président du jury pour lui demander. Pour tous les candidats auditionnés : effectivement, on peut amener pour sa présentation des notes manuscrites et imprimées mais pas de tablette ou d’ordinateur portable….

          • MR says:

            Par contre, la section 36 ne prévoit aucun support. Ce qui semble un fait difficile à comprendre (surtout pour les étrangers)

          • SA says:

            Merci bcp pour toutes ces infos, qui ne sont en général obtenues que via son stock perso de capital social… Une autre question pratico-pratique toutefois : sur les convocations des auditions en 36, il est indiqué qu’on n’a le droit à AUCUN support, ce qui laisse entendre même pas les notes de notre speech. Qqn sait ce qu’il en est ? Ou qui il faut contacter (je n’arrive pas à trouver qui est le secrétaire scientifique de la section 36…) ? Merci d’avance !

          • Christelle Rabier says:

            Comment trouver les noms des membres du jury et la composition du bureau?
            Pour la section 36, c’est ici
            http://www.cnrs.fr/comitenational/contact/annuaire.htm?instance_36

            et vous pouvez explorer les autres sections grâce au bandeau.

            Pour ce qui est de la gestion administrative:

            http://www.cnrs.fr/comitenational/sgcn/organ.htm
            Le numéro de chaque gestionnaire est indiqué en passant la souris sur le nom.

            Bon courage

  15. LC says:

    Merci pour ce billet consacré cette fois-ci aux auditions…. Comme le premier billet, il est très clair et instructif. Par exemple, je n’ai pas du tout pensé aux premières phrases d’accroche… Je pense que j’étais dans la catégorie “si vous partez du principe que votre projet est prioritaire sans prendre le temps de dire pourquoi”… C’est qu’en fait, je suis toujours gênée avec ce qui est directif… Je trouve que ce n’est pas subtil… C’est comme ceux qui devant une oeuvre d’art nous la montrent en disant “tu as vu comme c’est beau”. Ou encore comme ceux qui affirment ” les producteurs se vendent moins cher que leurs marchandises” en hurlant dans un micro. Le texte se suffit à lui-même, pas besoin de hurler…. Mais bon, je vais faire un effort sur moi. Ah oui et aussi, super pour le CV qu’il est inutile de commenter. Je ne savais pas et ça m’arrange car ce n’est pas très intéressant de commenter un cv à l’oral….

  16. Christelle Rabier says:

    Merci Claire, pour ces indications très utiles! Je souscris à l’entame publicitaire du projet comme aux réponses courtes, discipline salutaire à la fois pour gérer son propre stress et faire tourner la parole. Faites-vous une note ‘Réponses courtes’ à la fin de votre texte.
    Les candidats doivent savoir aussi – je peux être corrigée sans doute – que les membres du (sous-)jury qui auditionnent ont accès à la totalité du dossier, mais souvent n’ont eu le temps de prendre connaissance que des résumés. La formulation étranges de certaines questions peut ainsi s’expliquer par une écoute imparfaite – et une complète ignorance du dossier: c’est l’occasion de mieux présenter (rapidement) l’intérêt du projet, en reformulant l’interrogation et en profitant de cette perche pour présenter mieux ce qui aura titillé un des évaluateurs.

    • Claire Lemercier says:

      Oui, c’est seulement le rapporteur/la rapportrice qui est tenu.e d’avoir lu le projet in extenso. Ce serait difficile de faire autrement avec plus de 200 candidats dans bien des sections ! Même si on peut espérer que les autres membres du (sous-)jury aient aussi déjà jeté un oeil, mieux vaut partir du principe que non, et en revanche leur donner envie de lire ensuite !

      • Christelle Rabier says:

        Pour la métaphore commerciale, c’est à voir: comment faites-vous pour susciter l’attention d’un amphi, ou d’étudiants exigeants? Commencer par un paradoxe, une référence à l’actualité, ou encore un exemple qui présente de manière imagée la subtilité de votre proposition, est un moyen rhétorique (réutilisé par les agents marketing talentueux) pour susciter l’adhésion puis la conviction de votre auditoire. De l’autre côté de la Manche, c’est bien cette tradition rhétorique de “laver plus blanc que blanc” se décline en 5 points: ATTENTION (capter l’attention d’un auditoire fatigué), INTEREST (montrer l’intérêt du projet), COMMITMENT (pourquoi vous êtes le.a meilleur.e pour ce faire, puisque ça fait des années que vous y travailler avec intelligence), DESIRE (plus compliqué dans un environnement académique, pour moi, cela consistait à montrer les résultats conte-intuitifs de ma recherche), ACTION (conclusion = recrutez-moi). A cela, j’ajouterai 3 trucs: imprimer le topo en paysage (facile la “lecture” qui ne doit pas en être une à l’oral; les réponses courtes (que je n’ai pas toujours appliquée malheureusement) et l’idée qu’on “aime” le jury en entrant dans la salle (cf. “Desire” plus haut, cela aide à instaurer une situation de confiance et facilite l’échange).
        Si ces tours rhétoriques ne m’ont pas permis de me faire recruter, j’ai connu tout de même de très belles auditions – et cela n’a pas de pris, rien que pour la qualité des questions dont j’ai pu ainsi bénéficier.

  17. sgollac says:

    Il ne faut pas hésiter à appeler le service du concours du CNRS (des coordonnées vous sont indiquées sur votre convocation) pour connaître les membres de votre sous-jury. Certain-e-s candidat-e-s se sont déjà vu refuser cette information, mais en sections 36 et 40, votre interlocuteur-rice devrait vous en donner la liste sans difficulté dès qu’il-elle en a connaissance (il faut pour cela que les emplois du temps des épreuves soient bouclés, ce qui est normalement le cas dès lors que vous avez reçu votre convocation).

    • luz_paris says:

      Oui en section 38 il n’est pas possible d’obtenir la composition du sous-jury

    • severine says:

      Lorsque j’ai appelé l’an dernier en section 40, la personne m’a donné la composition du sous-jury avec beaucoup de réticences, et elle m’a dit que cela ne se ferait plus les années suivantes… Qu’en penser?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">