Guide de candidature (officieux) au CNRS – section 36

Les membres actuels de la section 36 du Comité National ont été élus sur liste syndicale ou nommés par la direction en 2012 pour quatre ans. Chaque renouvellement de section est l’occasion d’une redéfinition partielle de la politique de sélection. Ce billet propose quelques remarques sur les grandes lignes du fonctionnement de la commission actuelle, issues d’échanges sur le concours 2013 avec des membres du syndicat majoritaire (SNCS-FSU).

Pré-sélection sur dossier

Depuis deux ans, les sections scientifiques ne sont plus tenues d’auditionner tous les candidats. Une première sélection peut être faite sur la base du dossier de candidature. Jusqu’à présent, cette première sélection a écarté peu de dossiers en raison, notamment, des difficultés matérielles pour la section à examiner avec suffisamment d’attention l’ensemble des dossiers dans des délais très courts (voir la motion Présélection adoptée le 31 octobre 2012 par la section 36)

Lors du concours 2013, une sélection minimale a été faite : pour 240 candidatures (aux concours CR et DR), environ 180 auditions ont été menées. Le critère de rejet était l’absence dans le dossier de certaines pièces demandées, ou leur trop grande « légèreté » (un projet de recherche deux pages par exemple). Quelques rejets supplémentaires correspondaient à des candidatures hors champ.

Comment l’évaluation est-elle menée ?

L’évaluation est conduite par deux rapporteur-e-s lors de la présélection des dossiers, mais dépend aussi fortement de l’audition devant un sous-jury.

La section 36 évalue à la fois des candidat-e-s juristes et sociologues, mais les sous-jury d’audition ne sont pas composés de façon disciplinaire (d’autant qu’il y a un déséquilibre important entre le nombre de candidat-e-s issus de chacune de ces deux disciplines). En 2013, deux sous-jurys d’audition étaient composés de deux sociologues et de deux juristes, un de trois sociologues et un juriste, et le dernier était composé de quatre sociologues.

Ce caractère « mixte » de la section ne doit pas conduire les candidat-e-s à introduire de façon artificielle du droit dans un projet sociologique, ou l’inverse. Mais elle renforce la nécessité de se montrer convaincant-e, à l’écrit comme à l’oral, auprès de personnes qui ne sont pas spécialistes du sous-champ ou de l’objet de recherche visé par le projet.

Dans tous les cas, le projet de recherche et l’audition ont un rôle crucial dans la sélection des candidat-e-s.

Photo de Ronn aka « Blue » Aldaman (CC by-nc-nd)

Se présenter en CR2 ou CR1 ?

L’existence de deux concours, l’un pour le grade de chargé-e de recherche deuxième classe (CR2) et de CR première classe (CR1) est un héritage de l’époque où il existait une limite d’âge pour candidater au concours CR2 (30 ans). La distinction entre les deux concours est désormais problématique, et de nombreux candidat-e-s présentent ces deux concours sans distinction.

Pour se présenter au concours CR1, il faut présenter plusieurs années d’expérience de recherche, entendu par la section 36 actuelle comme des années d’expérience après la thèse (quatre à cinq ans au minimum), que la thèse ait été financée ou pas. La date de soutenance de thèse fait office d’indicateur de « l’âge » professionnel des candidat-e-s.

Ces critères sont interviennent lors de l’étape de la pré-sélection des dossiers en 2013 : un certains nombre de candidat-e-s présentant à la fois le concours CR2 et CR1 n’ont ainsi pas été admis-e-s à poursuivre en CR1 en raison de ce manque « d’expérience de recherche » (après thèse). Les candidatures non retenues à l’issue de l’étape de présélection sur dossier ne sont pas comptabilisées dans le quota maximum de trois candidatures au concours CR1.

Pour être admis au concours CR1, le niveau et la qualité de publications rentrent en ligne de compte (quel que soit leur format), rapportés à « l’âge » professionnel des candidat-e-s. La section tient compte, en outre, d’une différence dans les pratiques habituelles en sociologie et en droit – dans cette dernière discipline, publier pendant la thèse est rare.

Une fois recruté en CR2, il est possible de faire reconnaître son expérience professionnelle auprès de la DRH du CNRS au moyen d’une procédure de reconstitution de carrière. Attention, il n’est pas possible de passer au grade de CR1 avant 4 ans après le recrutement (via un concours interne dont le taux de réussite est proche des 100%), ce qui signifie parfois, selon l’expérience de recherche antérieure, rentrer à l’indice maximum (environ 2.000 euros nets) sans aucune augmentation pendant 4 ans.

Éventuels conflits d’intérêt

Pour éviter les possibles conflits d’intérêt dans le processus de sélection, la section 36 s’est imposée certains principes généraux. La répartition des dossiers vise à ce que les candidat-e-s ne soient pas évalué-e-s par un rapporteur-e ou auditionné-e-s en sous-jury :

  • par son directeur/trice de thèse ;
  • par un membre d’un laboratoire demandé en vœu d’affectation ;
  • par un membre de son entourage familial.

Fléchages et coloriages

Les postes peuvent être orientés sur une thématique, de manière stricte (concours dit « fléché ») ou de manière indicative (concours dit « colorié »).

Les postes fléchés relèvent d’un concours spécifique, où ne sont classés en théorie que des candidats dont le projet et le profil correspondent à cette thématique.

Les postes coloriés relèvent du concours général, avec un classement commun des candidats correspondant à cette thématique et ceux qui ne le sont pas.

Contrairement à la direction du CNRS, qui préfère souvent les postes fléchés ou coloriés pour mener à bien sa politique scientifique sur des thématiques prioritaires, les sections préfèrent les concours généraux ou « blancs », afin de privilégier la qualité des candidat-e-s et les projets émergents (voir la motion Coloriage adoptée le 31 octobre 2012 par la section 36).

Information aux candidat-e-s

Le nom des rapporteurs n’est pas communiqué. Par contre, la composition du sous-jury avant audition peut être connue en téléphonant au service des concours du CNRS.

Le jury d’admissibilité de la section établit un classement, qui est en général confirmé (sauf exception) par le jury d’admission (inter-section), où la direction de l’InSHS est représentée.

Après le jury d’admission, les candidats classés en liste complémentaire peuvent demander des informations sur les rapports liés à leur dossier, tout en sachant que les membres des jurys sont tenus au secret des délibérations.

Liens


Laisser un commentaire