Après des propos indignes, M. Blanquer doit partir, par Sauvons l’Université !

Version .pdf

https://www.lopinion.fr/sites/nb.com/files/styles/w_838/public/styles/paysage/public/images/2018/01/vidal-blanquer.jpg?itok=M4pb6Mwv

Jean-Michel Blanquer (à gauche), Frédérique Vidal…© Sipa Press

Saisir le CSA en cas d’abominations audiovisuelles

Les petites fiches d’Academia n°1

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel, en application de la Loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication (Loi Léotard), garantit la liberté de communication audiovisuelle par tout procédé de communnication électronique.

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel garantit l’honnêteté, l’indépendance et le pluralisme de l’information et des programmes qui y concourent, sous réserve de l’article 1er de la présente loi. […] Il veille à ce que la diversité de la société française soit représentée dans les programmes des services de communication audiovisuelle et que cette représentation soit exempte de préjugés. […]

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel contribue aux actions en faveur de la cohésion sociale et à la lutte contre les discriminations dans le domaine de la communication audiovisuelle. Il veille, notamment, auprès des éditeurs de services de communication audiovisuelle, compte tenu de la nature de leurs programmes, à ce que la programmation reflète la diversité de la société française et contribue notamment au rayonnement de la France d’outre-mer. […]

Il assure le respect des droits des femmes dans le domaine de la communication audiovisuelle. À cette fin, il veille, d’une part, à une juste représentation des femmes et des hommes dans les programmes des services de communication audiovisuelle et, d’autre part, à l’image des femmes qui apparaît dans ces programmes, notamment en luttant contre les stéréotypes, les préjugés sexistes, les images dégradantes, les violences faites aux femmes et les violences commises au sein des couples. Dans ce but, il porte une attention particulière aux programmes des services de communication audiovisuelle destinés à l’enfance et à la jeunesse.

Pour mener à bien ces missions et prendre des mesures à l’encontre des contrevenant·es à ses obligations, le CSA a créé un service de signalement.

Alertez-nous sur un programme

Vous souhaitez alerter le CSA sur un programme ou une publicité diffusés à la télévision, à la radio, ou accessibles sur un service à la demande ?

Vous pouvez saisir le CSA, en application des dispositions des articles L. 112-7 et suivants du code des relations entre le public et l’administration, relatifs au droit de saisine des administrations par voie électronique et aux modalités de ces saisines.

Le CSA examine tous les signalements des auditeur·rices et des téléspectateur·rices ; il intervient auprès de la chaîne, de la station ou du service s’il constate de leur part une infraction au cadre juridique de l’audiovisuel.

THE protocole de soin par vent mauvais, par Marie DaSylva

Aux concerné·es

  • D’après @napilicaio, 19 octobre 2020 – avec sa permission

1. Limitez/ coupez les médias
Les discours racistes et islamophobes ne sont pas une information , ils sont anxiogènes. Le but : vous faire inérioriser le fait que vous devez prouver que vous n’êtes pas des éléments criminogènes.

2. Pas de réseaux sociaux en se levant ni au coucher

3. Votre entourage
Parfois il faudra dire : Venez on parle d’autres choses un peu !

4. Au taf :
Ne rentrez même pas dans cette discussion par pitié.
Vous ne serez pas gagnants car soit vous vous justifierez soit vous serez coupable de nuancer donc PAS DE CONVO AU TAF, de vague discussion sur le sujet.
Technique : ayez toujours votre téléphone sous la main, pour qu’une conversation urgente puisse venir vous délivrer de l’enfer.

5. Créez des groupes de paroles non mixtes encadrés
L’idée est évidemment d’y lâcher tout ce qui vous pèse, mais aussi de partager vos ressources de survie.

Kapwani Kiwanga, Flowers for Africa Nigeria © ADAGP/Kapwani Kiwanga/Courtesy Galerie Jérôme Poggi. Photo Nicolas Brasseur – K. Kiwanga vient d’être honorée du prix Marcel Duchamp 2020

6. S‘organiser politiquement
Bien évidemment, s’organiser politiquement
sera plus que nécessaire. Il faut répondre à l’injonction de se désolidariser par de l’organisation autonome et politique, sans vous sentir tenu·e par des façons de poser les problèmes qui vous sont étrangères. Ne vous sentez pas concerné·es, mais agissez selon ce qu’il vous semble juste et pertinent.
C
‘est ça, réaffirmer son humanité.

5. N’hésitez pas à compléter ce fil avec vos méthodes de survie contre l’islamophobie. Vous êtes la ressource.

6. Appliquer sans faillir le principe des 300 secondes

Alors les 300 secondes : c’est un « crédit oppression » qui dure 24 h et qui est spécialement fait pour celles et ceux qui n’arrivent pas à gérer l’injonction de pédagogie des Dominants.

Vous avez 300 secondes DANS LA JOURNÉE pour parer aux interactions racistes, sexistes, validistes.

Vous n’avez pas le droit d’utiliser ses 300 secondes en une fois.

Votre temps est limité. Au lieu de faire des exposés en espérant en vain que Jean Mi comprenne, vous allez le tacler pour qu’il ne recommence pas… De toute façon, soit il veut comprendre – et ce serait déjà fait – soit cela ne l’

Le but vous l’avez compris est de limiter de manière drastique le cout émotionnel lié à l’injonction de pédagogie.

Les femmes ne sont pas sélectionnées dans la course à la publication en temps de Covid. Un preprint

En passant

Pas de tickets pour les femmes dans la course COVID-19 ? Une étude sur les soumissions de manuscrits et les évaluations dans 2347 revues publiées par Elsevier durant la pandémie

Au cours des derniers mois de la pandémie COVID-19, le taux de soumission aux revues scientifiques a augmenté de façon anormale (par exemple, plus de 90% dans les revues de santé et de médecine Elsevier). Étant donné que la plupart des universitaires ont été obligé∙es de travailler chez elleux, les femmes ont pu voir leur productivité scientifique pénalisée, alors qu’elles assuraient le suivi de l’enseignement des enfants, les soins à leur apporter, et d’autres tâches relevant du care. Pour tester cette hypothèse, nous avons examiné les manuscrits soumis et les activités d’évaluation par les pairs pour toutes les revues Elsevier entre février et mai 2018-2020, y compris des données sur près de 6 millions d’universitaires. Les résultats établissent que les femmes ont soumis proportionnellement moins de manuscrits que les hommes pendant les mois de blocage de COVID-19. Ce déficit a été particulièrement prononcé chez les femmes à un stade plus avancé de leur carrière. La différence selon le genre est moins prononcée pour ce qui touche aux propositions d’évaluation (peer-review), en dehors de la santé et de la médecine, où les femmes étaient également moins enclines à accepter d’évaluer les articles somis. Nos conclusions indiquent que la pandémie a déjà avantagé les hommes de manière cumulative.1

https://www.flickr.com/photos/kecko/24434785490/in/photolist-DedEr1-2jspEiM-envkrH-RGWDXk-RGWE1g-2enoZbu-2enoZgu-5u18Ud-2enoZcS-2e5sv7D-2e5sv8F-2enoZfs-ekYK1J-2e5svae-2hXHx1m-KFX84b-8o7b9j-8LJehm-8WhdVi-pLPGGv-4tshrT-v574A-efoEAE-v58NZ-7HfLAN-2iAYJTH-2iiJSDg-J718f8-jR1PuL-2iwoPKo-2hkKGYn-YkPaeW-SR6sMo-2hkHRns-UZL8gt-2gnWCi9-civqTC-nvxU8N-5xh7AV-9Ax1ex-Zfug2i-ezhCoo-dwmcyj-2AuGsp-2aZScd-FnB4sy-YNxwb-FKQbj4-6MWCeJ-xxTM8j

Parity Church, Thal, Suisse (c) Kecko, 2018

  • Lien : Squazzoni, Flaminio and Bravo, Giangiacomo and Grimaldo, Francisco and Garcıa-Costa, Daniel and Farjam, Mike and Mehmani, Bahar, No Tickets for Women in the COVID-19 Race? A Study on Manuscript Submissions and Reviews in 2347 Elsevier Journals during the Pandemic (October 16, 2020). Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=3712813
  1. Résumé traduit avec l’aide  www.DeepL.com/Translator (version gratuite). []

Choses vues … en amphithéâtre

  • par Anne-Sophie Chambost, historienne du droit, Sciences Po Lyon,  Chrystelle Gazeau, historienne du droit, université Jean Moulin Lyon 3, Soazick Kernéis, historienne du droit, université Paris Nanterre, Grégoire Bigot, historien du droit, université de Nantes, Myriam Biscay, historienne du droit, université Jean Moulin Lyon 3.
https://www.flickr.com/photos/cubn6/2634138204/in/photolist-51LDvW-qrgZy3-ortPuE-2i9vHgH-E7HqPD-nj5Ue2-ed4kAY-FpmkbQ-2amdm4s-qrbVrY-4q4MEP-9RFWyN-XWUHP7-cXsgCG-2iFPnvy-rV4Nq3-RcnAGF-2jPehvL-bYEux9-23JsKuK-22Aa5dg-2jDccpn-88ruxJ-2jKHVwn-24r7u1T-9QhaM6-MbTrfu-9PfbqH-77N3fW-2hHmpjD-MVxEb-9nT9gP-7gqL2G-2gboDco-4MkQyp-4eXnGs-2jCycCV-NaXx37-9AavY-WZZgmy-2hvYemE-9jcxpv-2jzYwbB-XF9DGQ-huTEKJ-SrCQSm-K1S97q-P4V6uf-5w5dDp-27gnzVW

(c) Martin Gervais, 2008

Conscients de ce que les évènements tragiques survenus à Conflans-Saint-Honorine pourront perturber la réception de notre analyse de la situation provoquée par des propos proférés en amphithéâtre, nous tenons à rappeler que si l’intolérance a revêtu dans l’histoire des formes variables, le fait que notre société soit aujourd’hui régulièrement confrontée à ses manifestations les plus extrêmes appelle une dénonciation ferme de ces horreurs. Cela ne doit donc, a fortiori, pas empêcher de réfléchir à la portée de certains discours énoncés dans le cadre universitaire, lequel est, au même titre que l’école, le lieu de l’apprentissage de la tolérance.

Depuis la dernière rentrée universitaire, la presse s’est fait le relai des inquiétudes de néo-étudiants confinés dans des amphithéâtres bondés, qui documentaient « en live » la situation chaotique de certains cours à grand renfort de vidéos circulant ensuite sur les réseaux sociaux. Cette même presse, qui fait généralement peu de cas de l’activité pédagogique des historiens du droit et de leur rôle dans la diffusion des savoirs juridiques, n’a pas manqué non plus de se faire l’écho de l’émoi suscité récemment par des propos tenus dans un amphithéâtre, qui eux aussi ont agité les réseaux sociaux1. Ceux qui connaissent le monde de la justice ont déjà entendu l’adage « la plume est serve mais la parole est libre ». Force est de constater qu’à l’ère des smartphones et des réseaux sociaux, la parole captée par un auditoire choqué, échappe au locuteur qui pense — naïvement — la retenir dans le secret de l’amphithéâtre.

Dans le cas d’espèce, on objectera bien sûr que l’universitaire, professeur ou maître de conférences, est protégé par son statut, auquel sont attachées un certain nombre de libertés. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que

« le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique » (Code de l’éducation, L.141-6).

On rappellera aussi que le Conseil Constitutionnel a constitutionnalisé les libertés universitaires (Décision n°83-165 du 20 janvier 1984). Statut et liberté dont la récente Loi de Programmation de la recherche 2021-2030 montre toutefois combien ils sont fragiles dès lors que le périmètre de ceux qui en bénéficient se réduit. À charge donc, pour celles et ceux qui jouissent encore d’un tel statut — que d’aucuns ne manqueront pas bientôt de qualifier de privilège — de ne pas le rabaisser inconsidérément.

« Les enseignants-chercheurs, les enseignants et les chercheurs jouissent d’une pleine indépendance et d’une entière liberté d’expression dans l’exercice de leurs fonctions d’enseignement et de leurs activités de recherche, sous les réserves que leur imposent, conformément aux traditions universitaires et aux dispositions du présent code, les principes de tolérance et d’objectivité » (Code de l’éducation, L.952-2).

Les libertés universitaires et les garanties de l’enseignant-chercheur – pas plus que le port de la robe -, ne protègent en somme du ridicule d’un point de vue2 amené au renfort d’une démonstration maladroitement assénée du haut de la chaire. Pour le dire autrement : le métier d’universitaire impose la construction d’une argumentation objectivement étayée et le respect des lois de la République ; non moins fort, le respect de l’étudiant exige qu’on ne lui impose pas un point de vue discriminant, même au prétexte d’une démonstration. Car les usagers de ce service public qu’est — encore — l’enseignement supérieur jouissent aussi de garanties (Code de l’éducation, L. 811-1, alinéa 2).

Continuer la lecture

  1. NDLR: àce sujet sur Academia, voir Caméra au poing, par Christelle Rabier, 11 octobre 2020. []
  2. On est loin du « subtile (sic) questionnement philosophico-juridique » rapporté par les auteurs d’un article de soutien contre un professeur victime de la « bien-pensance » ; droit de réponse de l’auteur des propos auxquels les précédents admettent que ne revient sans doute pas la « palme de la délicatesse ». []

« L’inaction n’est plus une option ». Les étudiant·es interpellent écoles et universités sur les violences sexuelles et sexistes

Étudiantes et étudiants ne font pas confiance à leur établissement pour les protéger des agressions sexuelles et des viols. L’inaction n’est plus une option, pour l’Observation des Violences sexistes et sexuelles, qui publier aujourd’hui son rapport à l’issue d’une enquête conduite auprès de 10 000 étudiant·es.

Quelques résultats :

Présentation des conclusions par Iris Maréchal, de l’OVSS.

https://www.brut.media/fr/news/un-rapport-montre-l-ampleur-des-violences-sexuelles-dans-l-enseignement-superieur-e2fe0011-6735-4848-971e-ad968e76234a

Interview Brut d’Iris Maréchal, Observatoire des violences sexuelles et sexistes, 12 octobre 2020

Lien :

Caméra au poing

Omerta mode d’emploi #2

← Article précédent

Article suivant →

Gouverner Paris-1 S2 épisode 3

 

Le 30 septembre, une vidéo du professeur agrégé des facultés de droit, membre de l’École de droit de la Sorbonne (EDS), historien du droit, Aram Mardirossian devient virale sur les réseaux sociaux. À l’occasion d’un « cours » de L1 sur l’histoire de la famille, M. Mardirossian énonce un certain nombre d’énormités, que plusieurs qualifient d’homophes et de transphobes.

https://www.pantheonsorbonne.fr/communique-ladministrateur-provisoire-thomas-clay-30-septembre-2020

Communiqué de l’administrateur provisoire Thomas Clay – 30 septembre 2020

Le lendemain, 30 septembre, l’administrateur provisoire se fend d’un communiqué, condamnant les propos du professeur. Il indique que la référente égalité femmes-hommes, harcèlement et non-discrimination de l’université, Anne-Marie Leroyer — collègue dudit professeur au sein de l’EDS — a été saisie de cet incident.

Très rapidement, la rumeur enfle sur des blogs, jusqu’à un article dans Le Monde1, précisant que le parquet de Paris s’était saisi de l’affaire, afin de vérifier la légalité des propos tenus.

La veille, 1e octobre, C à vous consacre une émission entière à ce cours problématique de l’Université de Paris-1, en présence du Garde des sceaux. Après avoir projeté les séquences filmées en amphi ou sur les ordinateurs des étudiant·es à distance et mentionné le bref communiqué de Thomas Clay, la rédaction interviewe Luana, une étudiante de 2e année de droit, filmée place de la Sorbonne, précise que l’enseignant « avait une réputation ». Bien qu’avertie, Luana est partie au milieu du cours, blessée par les propos tenus. Elle ajoute que ce n’est pas la première année  que les étudiant·es se plaignent de ce professeur auprès de la scolarité de l’École de droit de la Sorbonne, une cinquantaine d’entre elleux demandant à changer de groupe pour « ne pas faire la matière avec lui », Elle conclut en disant que « ce serait bien que l’Université prenne ses responsabilités (…) par des sanctions disciplinaires, d’abord pour nous protéger ».

La rédaction conclut sur le parcours professionnel de Mardirossian, et sur la lettre qu’il a fait parvenir à la rédaction, car il refusait d’apparaître filmé à la télévision. Pour justifier les termes prononcés, il invoque notamment la liberté d’expression, soustrayant l’amphithéâtre du politique où les étudiant·es l’avaient fait entrer.

https://www.flickr.com/photos/96828128@N02/18609730312/in/photolist-umtJtb-RBKg1b-26TMxqN-37FXQc-HFi9jN-5jpvTd-Yvtwru-b2M8hi-Cu4B67-hLGkqY-7Qk8UY-66bAoV-5PHa9Y-HJU4hY-21kvwGm-KepQh-mfqjY-6zCzxA-87fgS8-otyiCY-Fo8A5k-nHRiJ-4JeWhy-4VBKiw-7DY1G5-2A9ez3-8mB4VM-6erp5G-7rAsQs-zjQcxn-jbM9TJ-4WhvXA-FPe3Qz-64e8Tj-27Wgdef-HQrgUp-pBnyuA-4NaY4b-zqB1A-daXxK5-wMNzK-5gkzZW-bDvq1K-a8w4YD-MS2Yq-29KfvXm-86bpwg-S3V78X-8xyUHu-2bdKs7C

Dead tree (c) Jimmy B. , 2015

Continuer la lecture

  1. NB: Le Monde a corrigé en ligne la titraille initiale qui parlait de “propos équivoques”. []

« Manifestants, pas criminels » : de la négation active des droits constitutionnels par l’appareil d’État et des conséquences à en tirer

« France : Comment des milliers de manifestants pacifiques ont été arbitrairement arrêtés et poursuivis » : tel est le titre, acide, du rapport qu’Amnesty a rendu public le mardi 29 septembre 2020. Au terme d’une enquête de 18 mois, l’association établit que, depuis la fin 2018, en France, la répression des manifestations a été d’une ampleur inédite. Manifester pacifiquement expose au risque de violences policières, mais aussi à celui de finir en garde-à-vue. Les autorités, précise-t-elle, ont instrumentalisé des lois contraires au droit international pour verbaliser, arrêter arbitrairement et poursuivre en justice des milliers de personnes qui n’avaient commis aucune violence. .

Démontant les mécanismes de “maintien (sic) de l’ordre”, les usages abusifs de lois pour organiser, à l’instar de pays totalitaires, les arrestations préventives, les condamnations abusives, l’usage d’armes létales et asphyxiantes, l’État français a empêché l’expression démocratique des opinions et de la constestation. Jusqu’à se voir condamnée à l’interdiction de manifester, comme Odile. Dans cette répression, la communauté universitaire n’a pas été épargnée :  on se souvient de Gilles Martinet, doctorant de l’UPEC, blessé au visage sur le Parvis des droits de l’homme  le 21 janvier, à l’occasion d’une contre-manifestation lors de voeux de Frédérique Vidal. L’an passé, le sociologue Nicolas Jounin jugé et relaxé. En 2018, les collègues de Nanterre condamnés en première instance pour avoir participé à une assemblée générale à Nanterre évacuée violemment par les CRS le 9 avril. Ils seront jugés en appel demain (13 octobre) à la Cour d’appel de Versailles1.

Continuer la lecture

  1. Pour exiger la relaxe de Victor et Roga, et contre la répression qui s’abat sur de nombreux·euses militant·es des mouvements sociaux, appel à un rassemblement de soutien le 13 octobre à 12h30 devant la cour d’appel de Versailles ! []

Démerdentiel, le bordel des aides

Conscient·es que les aides n’aident nullement à sortir de la précarité, et demandent souvent un lot de paperasses, formalités, justificatifs (et d’énergie!),nous tentons quand même réunir dans cet article (que nous espérons compléter avec vous) les différentes aides pour les étudiants et les plus précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nombreuses sont les aides non demandées, comme le soulignait Gwendal Rannou dans son dernier billet sur la prime d’activité. Les démarches sont longues et répétitives, dans l’attente d’un salaire étudiant et d’une revalorisation salariale de tous les personnels de l’université, voici quelques aides que vous pouvez peut-être demander :

♦ Nous invitions toute personne qui le souhaite à compléter ou
à corriger ce billet de se manifester auprès de la rédaction d’Academia

Les aides administrées par le CROUS (et Action Logement)

  • Les bourses sur critères sociaux « L’attribution et le montant de ces bourses dépendent surtout de la situation et des revenus familiaux. » Le simulateur, ici: https://simulateur.lescrous.fr  Depuis la rentrée 2020, les boursiers bénéficient du repas à 1 euro dans les restaurants universitaires.

Tableau et autres informations sur le site https://www.etudiant.gouv.fr/

  • L’aide spécifique annuelle est attribuée sur des contions similaires à la bourse sur critères sociaux mais s’adresse à des étudiant·es dont « l’autonomie est avérée ». Il s’agit alors de justifier son indépendance et la nécessité d’une telle aide.
  • Une “aide au mérite” peut venir compléter une bourse sur critères sociaux ou une aide spécifique annuelle en ayant obtenue une mention très bien au baccalauréat.
  • Il existe également des aides spécifiques ponctuelles qui peuvent-être demandées via un·e assitant·e social·e du CROUS (je ne sais pas si c’est toujours d’actualité mais il y a quelques années, on m’avait demandé de justifier ma situation avec mes derniers relevés de comptes bancaires…).
  • L’aide à la mobilité en master peut vous être attribuée si vous changez de région académique de la licence au master ET SI vous bénéficiez déjà de la bourse sur critères sociaux ou de l’aide spécifique annuelle.
  • Action Logement peut aussi se porter garant pour votre logement via VISALE et propose des prêts… à taux 0 pour avancer le dépôt de garantie (LOCA-PASS).
  • Il existe des bourses ERASMUS pour le départ à l’étranger dans le cadre du programme.
  • Le CROUS dispose aussi de logements étudiants (principalement chambre universitaire) souvent très demandées, la demande est à faire au même moment que le Dossier Social Étudiant.
  • Pour des séjours de courte durée (moins d’un mois) le service Bed&Crous propose des logements pour des escales dans toute la France. Parfois, il est également possible de s’adresser directement à une résidence universitaire pour savoir s’il est possible d’obtenir un logement sur une courte durée (passage de partiels par exemple).
https://www.flickr.com/photos/stanzim/27926733595/in/photolist-JxMNWP-22QzJm1-2bydSMM-2Sog85-HdzDDM-24cJgcN-rCsGKL-roPQ7N-26DXzAx-GSkXGU-26mj5Vd-tuj1zF-2HQYJL-x8LyNv-y3Khtx-21wEY5v-y6Cs8x-UBZQzu-22ZW7tF-24v2SxE-JsNUaE-ziww8t-yTk4vr-29iJ7NE-27nVZjF-U9BkQY-CDByf2-vgogcQ-25eDKEk-24syPa4-E2MbBJ-291ajja-Q3u83f-skeGSL-HfYW93-25buKAj-HEXA4b-qs8HLX-YWF5Ub-ucyBZB-FtJbQ2-2bchUZB-uBSSAf-x9CeZR-oNbqSu-2899SbZ-246ky7o-vmMTvM-TkW3mS-JkKYbs

(c) Steven Zimny, 2015

Continuer la lecture

L’évaluateur évalué (6). Ne pas publier : qui ? pour quelles raisons ?

L’évaluation quantitative promue par le HCÉRES et de plus en plus nombreux jurys de recrutements et organismes de recherche, repose sur l’idée que les meilleur(e)s sont ceux qui publient beaucoup et dans de « bonnes» revues1. Pour tester la qualité de cet indicateur, il est indispensable de répondre à la question en suspens : qui ne publie pas ou plus, et pourquoi.
C’est à ce problème de sociologie des sciences que c’est attelé Louis Gabrysiak, dans le dernier numéro de la revue Zilsel.
« Publish or What? Identité professionnelle et position dans le champ universitaire français d’enseignants-chercheurs peu ou pas publiants », en accès libre pour une dizaine de jours, a mené une enquête auprès d’une quarantaine d’enseignant·es-chercheur·ses hommes et femmes d’une université non parisienne, décrite comme « 1 des 10 premières en nombre d’étudiant-es ».  Parmi elleux, l’auteur repère un douzaine de personnes peu publiantes et en dessine le profil : pour l’essentiel, des hommes et des femmes aux origines sociales plus modestes, dominé·es selon des critères de classe et de race, qui ont mis leur carrière au service du couple – plus précisément du mari. Considérant qu’ils ou elles ne pouvaient pas être promus (localement)  ils ou elles se sont investis sur d’autres activités (enseignement, associatif, famille, etc.). Le faible nombre de publications permet ainsi de repérer les dominations sociales internes et externes à l’université, qui, selon le Code de l’édudcation (article L 123-2), en ses points 3 et 3 bis pour mission de lutter contre les discriminations et construire une société inclusive2.
https://www.flickr.com/photos/stanzim/36660477435/in/photolist-XRywHa-9Frsog-quo1dr-FuWyHL-rEJq34-5JBBWa-LFyZSC-azhEon-HiN1qg-uaC4vA-uqNZd-2TW42y-woUp1W-22mmFSf-zkRRHc-ELTCkD-XKsp6S-zAMbLL-be9np2-74vpt-cJg4gS-9qFzJx-6jRLH5-hJU6bS-5De4EU-hBt2TR-g98JKJ-913rMY-FSdXnk-7285tr-3bg5d3-9YF3Su-76R81j-TvRjqF-Sk4M-dJjnGQ-3kwkNA-5x5B5n-79wjmo-JkKYbs-4VwXHd-a8g3Ne-JmXVVX-aVA4Sr-tYFK-rnSaAR-5DLmFe-2v5E9-aCEZcg-CqaaP

Spring trees, by Stanley Zimmy, 2015

  1. Je renvoie ici à l’introduction de Faire revue, hors-série 2019 de Tracés. Revue de sciences humaines qui renvoie à d’autres références. []
  2. Sur les objectifs et les missions de l’enseignement supérieur, voir le billet de rappel d’Academia. []

Les discriminations dans l’enseignement supérieur : une enquête de l’UNEF

Enquête sur les discriminations dans l’enseignement supérieur : il faut mettre fin à l’inertie et agir concrètement pour l’égalité !

Alors que les jeunes se mobilisent de plus en plus fortement contre les discriminations (récemment contre le racisme et les violences policières), celles-ci se matérialisent aussi dans l’enseignement supérieur. Si depuis le début du quinquennat Frédérique Vidal s’est exprimée plusieurs fois sur le sujet, aucun dispositif contraignant n’a été créé. Il était donc essentiel de faire un état des lieux précis des dispositifs mis en place. Ainsi, pour le première fois, l’UNEF s’est penchée en détail sur les dispositifs de lutte contre le sexisme, le racisme et les LGBTI+phobies mis en place par les universités.

Les discriminations, un frein au quotidien à la réussite des étudiant·e·s

Nos universités ne sont pas imperméables à la société : les oppressions systémiques qui s’y expriment le font également dans nos établissements. Le racisme, les lgbti+phobies et le sexisme sont bel et bien présent dans nos établissements. Ces discriminations nous empêchent d’étudier sereinement, rompent l’égalité face à la réussite, freinent notre émancipation, affectent notre santé mentale et vont parfois jusqu’à nous ôter la vie. Elles ne nous garantissent pas tou·te·s les mêmes conditions de vie et le même avenir. Démocratiser nos universités doit donc passer à la fois par l’accession de tou·te·s à la formation de son choix et une protection sociale de qualité, par la lutte contre la reproduction sociale et par la lutte contre tous les déterminismes et toutes les discriminations. Pour cela la première étape est de pouvoir recueillir la parole des étudiant·e·s victimes. Les cellules de veille et d’écoute, au départ mise en place pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, ne sont toujours pas une réalité puisque 45,1% de nos universités n’en disposent pas.

Les universités carrefour de la société : agir dans l’enseignement supérieur pour transformer la société

L’égalité réelle revendiquée dans la rue par des milliers de jeunes à plusieurs reprises cette année doit se construire d’abord dans nos universités. Comment lutter efficacement contre des comportements collectifs sans former la génération de demain ? Nos universités sont au carrefour de la société, c’est par elles qu’il faut pourvoir déconstruire les stéréotypes et permettre l’émancipation de chacun·e. C’est dans nos universités qu’il faut étudier le genre pour mieux le déconstruire, c’est dans nos universités qu’il faut pouvoir développer une analyse critique de la colonisation par le biais des études postcoloniales, c’est dans nos universités qu’il faut étudier l’histoire des luttes LGBTI+ (comme vient de la décider l’Irlande). En ce sens nos établissements doivent être exemplaire dans la lutte contre les discriminations, cette enquête démontre que ce n’est pas le cas. Au total, 7% des universités ne communiquent sur aucun dispositif de lutte contre les discriminations.

Continuer la lecture

Aucune université française ne souhaite « décoloniser » ses cursus

Un cinquième seulement des universités britanniques indiquent qu’elles sont actuellement en train de « décoloniser» leurs programmes de cours

24 des 128 universités interrogées à propos des réformes à apporter pour traiter de l’héritage colonial se sont engagées à ce projet

Lire l’article du Guardian : Only a fifth of UK universities say they are ‘decolonising’ curriculum, by David Batty, The Guardian, 11 juin 2020.

Mais l’hypocrisie deumeure:

Il n’en reste pas moins que le  contraste avec le gouvernement et les universités françaises, restés silencieux, est assourdissant.

Le 10 juin, les universitaires appellent à l’arrêt des universités en soutien des vies noires aux Etats-Unis

Scientists Call for Academic Shutdown in Support of Black Lives

La science et l’enseignement supérieur sont pétris de suprémacie blanche, depuis le discours raciste qui imprègne les manuels jusqu’à la culture qui exclut les universitaires Noirs d’innover et d’avancer au m^me rythme que leurs collègues.  Mais davantage que des déclarations mielleuses et des actions pour plus de diversité, les chercheur·ses veulent de l’action. Les organisateurs et organisatrices demandent que la communauté scientifique participe à un arrêt de travail ce mercredi 10 juin  pour porter l’attention au racisme dans le monde de la recherche [aux États-Unis].

Lire la suite (en anglais) →

Pour en savoir davantage

Racisme dans l’ESR : où en est-on (au CNRS) ?

L’immense rassemblement pour la vérité pour Adama Traoré dans plusieurs villes de France ce mardi 2 juin 2020, ainsi que la dénonciation de la discrimination systémique pratiquée par la police pour le Défenseur des droits1, amène Academia à reposer la question du racisme dans une autre institution républicaine : l’Université. Nous avons commencé, timidement, à faire émerger cette question dans nos pages, en inaugurant une collection “The Elephant in the Room: Racisme et discriminations dans l’ESR” en mai dernier.

Au lendemain de cet événement anti-raciste majeur en France, et par solidarité avec nos collègues universitaires états-unien·nes, n’est-il pas temps de nous demander où nous en sommes en France?

Pas très loin. Sans doute est-il temps de recenser les travaux qui portent sur l’ESR et le racisme. Soulignons tout de même le léger frémissement venu du CNRS, à l’Institut national des sciences humaines et sociales (INSHS). À l’occasion d’un colloque « Quelle politique postcoloniale et genrée des carrières scientifiques et universitaires et quels mots pour le dire? » le 2 octobre 2018, le Conseil scientifique de l’INSHS a émis des recommendations transmises non seulement au PDG Petit, gagné depuis au darwinisme social, mais aussi aux autres CS du CNRS.

L’InSHS en tant qu’institution de recherche dédiée notamment à l’analyse des sociétés contemporaines devrait se donner pour mission de promouvoir la recherche sur ces sujets, ce serait la première phase d’un édifice à construire.
Actuellement, en effet, on ne dispose pas de travaux historiques et sociologiques sur la question de la contribution des étrangers et des nationaux d’origines étrangères (et tout particulièrement des citoyens descendants des anciennes colonies françaises). (p.3)

Les conclusions sont de la même eau.

Continuer la lecture

  1. Sur ce point, voir Didier Fassin, La Force de la police, Paris, Le Seuil, 2011. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search