Enquête sur la situation étudiante : “l’enseigement supérieur face au corona”, par LesÉtudiantsVontBien

Des faits et des fantasmes dans l’ESR. Un dimanche de février 2021

Une du JDD, 21 février 2021

Précisons pour la pleine information de nos lecteurs et de nos lectrices que toute information touchant au gouvernement publié dans le Journal du Dimanche est visée directement par l’Élysée.

“Respecter les principes fondamentaux de la production de la recherche scientifique”. Communiqué de l’ANCMSP, 18 février 2021

Signer la pétition →

 

Pétition : Vidal démission !

Tribune publiée par Le Monde le 20 février 2021 et sur Université ouverte
Premier·es signataires ci-dessous. Vous pouvez signer sur WeSign.it

Le mardi 16 février, à l’Assemblée nationale, la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal confirmait ce qu’elle avait annoncé deux jours plus tôt sur la chaîne Cnews : le lancement d’une « enquête » sur l’ « islamogauchisme » et le postcolonialisme à l’université, enquête qu’elle déclarait vouloir confier au CNRS à travers l’Alliance Athéna. Les raisons invoquées : protéger « des » universitaires se disant « empêchés par d’autres de mener leurs recherches », séparer « ce qui relève de la recherche académique de ce qui relève du militantisme et de l’opinion » ainsi que … « l’apparition au Capitole d’un drapeau confédéré ».

Si le propos manque de cohérence, l’intention est dévastatrice : il s’agit de diffamer une profession et, au-delà, toute une communauté, à laquelle, en tant qu’universitaire, Frédérique Vidal appartient pourtant et qu’il lui appartient, en tant que ministre, de protéger. L’attaque ne se limite d’ailleurs pas à disqualifier puisqu’elle fait planer la menace d’une répression intellectuelle, et, comme dans la Hongrie d’Orban, le Brésil de Bolsonaro ou la Pologne de Duda, les études postcoloniales et décoloniales, les travaux portant sur les discriminations raciales, les études de genre et l’intersectionnalité sont précisément ciblés.

Chercheur·es au CNRS, enseignant·es chercheur·es titulaires ou précaires, personnels d’appui et de soutien à la recherche (ITA, BIATSS), docteur·es et doctorant·es des universités, nous ne pouvons que déplorer l’indigence de Frédérique Vidal, ânonnant le répertoire de l’extrêmedroite sur un « islamo-gauchisme » imaginaire, déjà invoqué en octobre 2020 par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Mais, plus encore, nous nous insurgeons contre l’indignité de ce qu’il faut bien qualifier de chasse aux sorcières. La violence du projet redouble la lâcheté d’une ministre restée silencieuse sur la détresse des étudiant·es pendant la pandémie comme elle avait été sourde à nos interpellations sur une LPR massivement rejetée par tout·es celles et ceux qui font la recherche, y contribuent à un titre ou un autre.

La crise économique et sociale la plus grave depuis 1945 assombrit l’avenir des jeunes adultes, l’anxiété face à la pandémie fissure la solidarité entre les générations, la pauvreté étudiante éclate aux yeux de tous·tes comme une question sociale majeure, les universités – lieux de vie et de savoirs – sont fermées. Mais pour Frédérique Vidal, le problème urgent de l’enseignement supérieur et de la recherche, celui qui nécessite de diligenter une « enquête » et d’inquiéter les chercheur·es, c’est la « gangrène » de l’ « islamo-gauchisme » et du postcolonialisme.

Amalgamant un slogan politique douteux et un champ de recherche internationalement reconnu, elle regrette l’impossibilité de « débats contradictoires ». Pourtant, et nous espérons que la ministre le sait, nos universités et nos laboratoires déploient de multiples instances collectives de production et de validation de la connaissance : c’est bien dans l’espace international du débat entre pair·es que la science s’élabore, dans les revues scientifiques, dans les colloques et les séminaires ouverts à tous·tes. Et ce sont les échos de ces débats publics qui résonnent dans nos amphithéâtres, comme dans les laboratoires.

Contrairement à ce qu’affirme Frédérique Vidal, les universitaires, les chercheur·es et les personnels d’appui et de soutien à la recherche n’empêchent pas leurs pair.es de faire leurs recherches. Ce qui entrave notre travail, c’est l’insincérité de la LPR, c’est le sous-financement chronique de nos universités, le manque de recrutements pérennes, la pauvreté endémique de nos laboratoires, le mépris des gouvernements successifs pour nos activités
d’enseignement, de recherche et d’appui et de soutien à la recherche, leur déconsidération pour des étudiant·es ; c’est l’irresponsabilité de notre ministre. Les conséquences de cet abandon devraient lui faire honte : signe parmi d’autres, mais particulièrement blessant, en janvier dernier, l’Institut Pasteur a dû abandonner son principal projet de vaccin.

Notre ministre se saisit du thème complotiste « islamo-gauchisme » et nous désigne coupables de pourrir l’université. Elle veut diligenter une enquête, menace de nous diviser et de nous punir, veut faire régner le soupçon et la peur, et bafouer nos libertés académiques. Nous estimons une telle ministre indigne de nous représenter et nous demandons, avec force, sa démission.

Vous pouvez signer la pétition ici.

Premier·es signataires

Continuer la lecture

“Une vague de pyromanie”. Revue de presse internationale

Plusieurs journaux étrangers publient des articles sur l’option proposée par Frédérique Vidal, à la demande d’Emmanuel Macron et de Gérald Darmanin qui a envoyé hier la police sur un campus, à l’occasion de l’hommage rendu par la communauté universitaire de l’Université Paris-Nanterre à Guillaume, à l’origine du mouvement #MeTooGay. The New York Times avait déjà titré le 18 février 2021 sur « La France entend nettoyer les universités des ‘idées qui corrompent la société’ ». Academia recense les article à mesure qu’elle en a connaissance.

Protesters burn an effigy of French President Emmanuel Macron during an anti-France demonstration in Pakistan last November. Photo: DIBYANGSHU SARKAR/AFP via Getty Images (Couverture de l’article de Vice)

L’ “islamogauchisme” — et le HCERES — au tapis. Jean Chambaz et Pap Ndiaye — et Thierry Coulhon — sur Radio France

L’islamogauchisme, concept de Pierre-André Taguieff au début des années 2000 pour signaler des formes de dérives d’une extrême-gauche pro-paléstinienne tendant à des discours antisémites, se trouve désormais récupéré par l’extrême-droite à des fins d’anathème.

Deux interventions matinales très claires de Jean Chamblaz, président de Sorbonne Université, et de Pap Ndiaye, professeur à Sciences po.

  • Jean Chamblaz, France info, 8h30

  • Pap Ndiaye, Invité du Grand entretien, “L’islamogauchisme n’a aucune réalité à l’université”, France inter, 19 février 2021

 

À l’occasion du journal de 13h-14h, après l’intervention de Jean Chamblaz, Thierry Coulhon, président (du collège) du HCERES, invité à commenter la présence d’ “islamogauchisme” à l’université, explicite comment le HCERES ne sert à rien et fait faire ce rien à d’autres.

  • Jean Chamblaz (11′) et Thierry Coulhon, 13h/14h, France inter, jeudi 18 janvier 2020 – Ecouter le 13/14

Écouter aussi

“La France entend nettoyer les universités des ‘idées qui corrompent la société'”. The New York Times, 18 février 2021

President Emmanuel Macron and some of his top ministers have spoken out forcefully against what they see as a destabilizing influence from American campuses in recent months.Credit…Francois Mori/Agence France-Presse — Getty Images

The government announced an investigation into social science research, broadening attacks on what it sees as destabilizing American influences.

PARIS — Stepping up its attacks on social science theories that it says threaten France, the French government announced this week that it would launch an investigation into academic research that it says feeds “Islamo-leftist’’ tendencies that “corrupt society.’’

News of the investigation immediately caused a fierce backlash among university presidents and scholars, deepening fears of a crackdown on academic freedom — especially on studies of race, gender, post-colonial studies and other fields that the French government says have been imported from American universities and contribute to undermining French society.

While President Emmanuel Macron and some of his top ministers have spoken out forcefully against what they see as a destabilizing influence from American campuses in recent months, the announcement marked the first time that the government has moved to take action.

It came as France’s lower house of Parliament passed a draft law against Islamism, an ideology it views as encouraging terrorist attacks, and as Mr. Macron tilts further to the right, anticipating nationalist challenges ahead of elections next year.

Frédérique Vidal, the minister of higher education, said in Parliament on Tuesday that the state-run National Center for Scientific Research would oversee an investigation into the “totality of research underway in our country,’’ singling out post-colonialism.

Étudiantes et étudiants de santé, c’est de la chair à pâté !

@lamanonette, février 2021

Étudiantes et étudiants en PACES n’obtiennent aucune réponse à faire l’objet d’un traitement équitable depuis mars 2020. Après avoir bâclé sa réforme, la Ministre Frédérique Vidal ne répond pas aux inquiétudes de la promo 2020. ,

#VidalDemission

Sur Academia

Sortir toute armée de la cuisse de Jupiter. Communiqué de l’Alliance Athéna, 18 février 2021

Communiqué de l’alliance Athéna du 18 février 2021

Fév 18, 2021 | Communiqué de presse

L’alliance thématique nationale des sciences humaines et sociales (Athéna) est un lieu de concertation et de coopération stratégique entre les universités et les organismes de recherche. Elle a pour mission d’organiser le dialogue entre les acteurs majeurs de la recherche en sciences humaines et sociales, sur des questions stratégiques pour leur développement et leurs relations avec les autres grands domaines scientifiques. L’alliance porte les positions partagées qui émergent de ce dialogue auprès des instances de décision et de financement de la recherche, de niveau national et européen notamment. L’alliance Athéna consacre ainsi exclusivement ses réflexions aux questions de recherche avec pour objectif constant de servir le débat scientifique, de préserver les espaces de controverses et de favoriser la diversité des questions et des méthodes. A cet égard, il n’est pas du ressort de l’alliance Athéna de conduire des études qui ne reposeraient pas sur le respect des règles fondatrices de la pratique scientifique, qui conduiraient à remettre en question la pertinence ou la légitimité de certains champs de recherche, ou à mettre en doute l’intégrité scientifique de certains collègues.

Tirer les conséquences (1). Communiqué du Lest (AMU-CNRS), 18 février 2021

Non à la chasse aux sorcières ! Communiqué de la CP-CNU, 17 février 2021

La CP-CNU demandait la démission de Vidal dès le 6 novembre 2020 en ces termes 
« Madame Frédérique Vidal ne dispose plus de la légitimité nécessaire pour parler au nom de la communauté universitaire et pour agir en faveur de l’Université.
 
C’est pourquoi, Monsieur le Président de la République, nous vous posons la question de la pertinence du maintien en fonctions de Madame la Ministre dans la mesure où toute communication semble rompue entre elle et la communauté des enseignants-chercheurs. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre respectueuse considération. »
Les choses étant dites, elles n’ont pas été répété dans le communiqué de 17 février 2021

Pour approfondir