Le CNRS et la parité en temps réel (II): le cadeau du 8 mars

La veille de la journée internationale des droits des femmes, les collègues CNRS ont été pour le moins surpris de recevoir le message suivant de la part de leur président-directeur général : 

—————————- Message original —————————-
Objet:    Journée internationale pour les droits des femmes: message d’Antoine Petit, PDG du CNRS
De:       « CNRS Communique Presidence » <infodircom.noreply@cnrs.fr>
Date:     Jeu 7 mars 2019 14:09
À:       « communication_presidence@services.cnrs.fr »
<communication_presidence@services.cnrs.fr>
————————————————————————–

Madame, Monsieur,
Chères et chers collègues,

La place des femmes au sein du CNRS est au coeur de mes priorités. Nous progressons en matière d’égalité entre les femmes et les hommes mais l’horizon de la parité est encore lointain !
Attirer plus de femmes dans les carrières scientifiques est indispensable. Leur permettre des carrières analogues à celles de leurs collègues masculins tout autant.
Nous avons déjà pris des mesures concrètes (parité dans les attributions des médailles du CNRS, promotion de chercheuses au prorata, au moins, du pourcentage de femmes promouvables).
Cette nécessaire prise de conscience passe aussi par des actions symboliques comme celle de quitter son poste de travail le 8 mars à 15h40, heure à partir de laquelle les femmes commencent à travailler gratuitement.

Mais il appartient bien sûr à chacun et chacune d’entre vous de s’associer à cette démarche.

Bien à vous tous et toutes.
Antoine Petit
Président-directeur général du CNRS

En tout logique, la conclusion d’Antoine Petit aurait dû être de rassembler les fonds pour accorder une prime exceptionnelle de 23% du salaire annuel pour compenser les inégalités de salaire/promotion au CNRS. Mais ce n’est pas ce qu’il a fait : il propose ainsi à ses collègues masculins de partir plus tôt du travail.

Laissant sans doute le travail qui reste à faire à plus tard, quand les collègues féminines auront retrouvé leur poste.

L’affaire ne s’arrête pas là.

Le 8 mars, comme nous le signale une internaute, les collègues CNRS reçoivent un message complémentaire:

« À la suite du préavis de grève déposé par les syndicats dans le cadre de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes.

Nous sommes « invités » à recenser les personnels qui seront absents pour fait de grève.

Je vous remercie de bien vouloir m’indiquer (au plus tard à 15h) si vous vous déclarez « absent pour fait de grève » ce jour.

Pour information, ou pour mémoire, les agents grévistes se verront appliquer une retenue sur traitement pour fait de grève.

La retenue effectuée sera d’une journée de rémunération même si cette grève est d’une durée moindre. »

Donc on se déclare en grève à partir de 15h40 pour protester contre les salaires plus bas, et alors on nous enlève une journée de salaire.

En un sens, le CNRS dépasse pour une fois les frontières : dommage que ce soit celles de l’ignominie.

 

Deux rapports sur les équilibres hommes-femmes dans l’ESR

Vers l’égalité hommes-femmes, brochure ESR 2018, p. 26

Le ministère vient de publier une brochure “Vers l’égalité femmes-hommes.

Le rapport vise à “éclairer l’action ministérielle” en établissant la place défavorable de la France dans les classements européens. Il rappelle ainsi que 76% des professeur-e-s d’universités sont des hommes; et 63% des chargés de recherches, maître-e-s de conférences et assimilé-e-s; 94% des organismes de recherches et 88% des universités sont dirigées par des hommes. Trente mois après l’obtention de leur Master (hors Master enseignement), l’écart de salaire de 13% entre les hommes et les femmes. Cette opération de communication du 8 mars “Le ministère s’engage” n’est malheureusement pas accompagnée de mesures concrètes.

Continuer la lecture

Concours CNRS : les CV contre les projets de recherche ?

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jesus_Lundakarnevalen.jpg

Carnaval à Lunda (Suède). Photo: Linus Bohman (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jesus_Lundakarnevalen.jpg)

Academia a proposé dès le 16 juin 2017 une liste des déclassements opérés par le jury d’admission du CNRS dans cinq sections relevant des sciences humaines et sociales (SHS). Par la suite, la mobilisation en sociologie, discipline la plus touchée (perte d’un poste de CR2 et déclassement de l’ensemble des sociologues classé.e.s par la section 36), s’est accentuée. Un long texte d’analyse centré sur les conflits internes à cette discipline, mais mettant aussi en cause plus globalement un « management autoritaire de la recherche en sciences sociales », est paru le 3 juillet, s’ajoutant à la pétition signée par plus de 3 000 personnes. Continuer la lecture

Suppressions et déclassements au CNRS : une dernière motion

La C3N, structure qui représente les élu.e.s et nommé.e.s des différentes instances scientifiques du CNRS (toutes disciplines confondues : les SHS y sont très minoritaires), s’est réunie le 7 juillet dernier. Sa motion adoptée à l’unanimité est une des réactions les plus efficaces, dans sa concision, aux déclassements et suppressions de postes qui ont marqué le concours en SHS. Continuer la lecture

Déclassements en série au CNRS

Dans les universités, les recrutements sont effectués par les comités de sélection puis confirmés, ou pas, par les conseils d’administration : confirmés le plus souvent, mais il y a chaque année quelques déclassements. Un peu de la même façon, au CNRS, les sections du comité national, qui auditionnent les candidat.e.s, ne sont légalement qu’un jury d’admissibilité. Quelques mois après se réunit le jury d’admission (un seul pour l’ensemble des sciences humaines et sociales, ou SHS), qui comprend des représentant.e.s de certaines des sections et d’autres chercheur.se.s ou enseignant.e.s-chercheur.se.s choisi.e.s par la direction de l’Institut des SHS (InSHS), ainsi que le directeur de l’Institut et la directrice générale déléguée à la science du CNRS (qui siège aussi dans les jurys d’admission en chimie, physique, etc.). La composition du jury de l’InSHS peut être consultée ici, pages 249-250 du document pdf pour les chargé.e.s de recherche (CR), un peu plus loin pour les directeur.trice.s de recherche (DR, avec un seul jury pour tout le CNRS) ; toutefois, nous ne savons pas exactement qui des titulaires et suppléant.e.s a effectivement siégé.

Toujours est-il que le jury d’admission 2017 a opéré des modifications sans précédent par leur nombre et surtout leur ampleur. Les années précédentes, il n’y en avait souvent qu’une ou deux, et qui se bornaient en général à intervertir le dernier nom de la liste principale et le premier de la liste complémentaire. Ce n’est évidemment déjà pas anodin pour les personnes concernées – et cela d’autant plus que trop de comités de sélection universitaires, considérant à tort le classement d’admissibilité comme définitif, s’interdisent d’auditionner pour des postes MCF les personnes classé.e.s en liste principale comme CR.

Nous vous proposons ici un bilan factuel des déclassements que nous avons pu constater (signalez-nous si nous en avons oublié ; le détail nominatif des résultats est ici). Nous ajoutons en italiques des esquisses d’interprétations qui ne sont pas encore parfaitement recoupées ou ne reposent pas encore sur des éléments publics, mais qui nous paraissent solides, et des commentaires reposant sur des éléments factuels précis. Les informations complémentaires sont évidemment les bienvenues : n’hésitez pas à utiliser les commentaires ou nous écrire (adresses sur la page de contact).

Continuer la lecture

Trois recommandations votées lors du Conseil scientifique du CNRS des 24 et 25 avril 2017.

Le Conseil scientifique du CNRS vient d’émettre trois recommandations importantes: 1° manifester leur solidarité avec l’universitaire turque Pinar Selek 2° suspendre tous les échanges avec l’organisme de recherche Tübitak 3°demander le soutien à l’emploi et la limitation des financements sur projets

 

Informations sur la composition du CS et son mandat ici : http://www.cnrs.fr/comitenational/cs/cs_acc.htm
1. Solidarité avec Pinar Selek

Le conseil scientifique du CNRS exprime sa profonde solidarité envers notre collègue, la sociologue turque Pinar Selek, réfugiée politique en France et membre associée de l’UMR8245 « Migrations et société » (CNRS-IRD-Université de Nice), victime depuis 19 ans d’un insupportable harcèlement judiciaire dans son pays.

Alerte parité – concours CNRS 35

Citation

Journée d’études “Les femmes philosophes” – Aix-Marseille Université – 30 mars 2015

A la demande du collectif PhilospheEs, Academia publie le texte qui suit.

Le CNRS proposait cette année 5 postes de chercheurs en philosophie, littérature et sciences de l’art. À l’issue des auditions, les résultats d’admissibilité viennent d’être rendus publics : les 5 candidats classés en liste principale sont des hommes, choisis à partir d’un vivier de 224 candidat-e-s composé de 46% de femmes. 5 postes, 5 hommes.  

Parmi les sciences humaines et sociales, la philosophie a longtemps détenu le triste record du privilège masculin. Ces dernières années, nous constations que cette tendance s’inversait : le ratio femme-homme dans les recrutements se rapprochait des proportions rencontrées dans les candidatures, tant au CNRS (chargé-e-s de recherche) que dans les universités (maître-sse-s de conférences). Soulignons, en outre, qu’au CNRS la section 35 du Comité national, chargée du recrutement, comprend aussi les sciences philologiques et les sciences de l’art, où la présence féminine est traditionnellement plus élevée qu’en philosophie.

Continuer la lecture

Concours CNRS : recommandations de la section 36

La section 36 nous communique la version actualisée de ses recommandations aux candidat-e-s. On y apprend que les auditions auront lieu du mardi 7 au lundi 13 avril 2015 (week-end exclu), et ces quelques éléments supplémentaires sur le déroulement de l’audition :

Lors de la deuxième phase des concours, les candidat.e.s admissibles sur dossier sont auditionné.e.s par le jury d’admissibilité du concours. L’audition est organisée en sous-jurys. Le nombre de sous-jurys est passé de quatre à deux en 2014. La période de présélection des candidat.e.s autorisés à être auditionnés a en effet permis une évaluation plus approfondie des dossiers et ainsi conduit à une sélection plus importante des candidat.e.s admis.es à poursuivre le concours. Notons que la composition des sous-jurys n’obéit pas à une logique disciplinaire : la section 36 couvrant à la fois les sciences du droit et la sociologie, les candidat.e.s doivent s’attendre à être auditionné.es par des sous-jurys comprenant à la fois des juristes et des sociologues.
La durée de l’audition est communiquée aux candidat.e.s lorsqu’elles/ils reçoivent leur convocation. L’année passée comme la précédente, les candidat.e.s ont disposé de 10 minutes pour présenter leur parcours et leur projet, avant qu’une discussion s’engage avec les membres du jury pendant 15 minutes.
Au terme des auditions, le jury d’admissibilité comprenant l’ensemble des membres de la section 36 se réunit pour établir un classement des candidat.e.s déclaré.e.s admissibles. Ces résultats sont consultables sur le site du CNRS.
Le jury d’admission siège ensuite au niveau de l’InSHS et établit les classements définitifs des concours.

L’ensemble du document est téléchargeable ici. Et pour mémoire, pour les sections 37, 38, 39 et 40, c’est là.

Pour mémoire, quelques conseils sur la préparation et le déroulement de l’audition au concours du CNRS sont rassemblés dans un billet de Claire Lemercier de 2013 (une époque où il n’y avait pas encore de pré-sélection significative des candidat-e-s auditionné-e-s).

Bon courage à tout-e-s les candidat-e-s.

Misère des postes, recrutements misérables? Une journée de débats le 31 janvier 2015

Les sections 36 et 40 continuent leur contribution salutaire à la réflexion sur les pratiques de recrutements. À l’occasion d’une journée organisée par l’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP), l’Association Française de Sociologie (AFS), l’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCSMP), l’Association des Sociologues Enseignant.e.s du Supérieur (ASES), certains membres des commissions de sociologie et sciences du droit (36) et de Politique, pouvoir et organisation (40) participent à plusieurs tables rondes le 31 janvier.

Programme disponible ici: Journee_ASES_31janvier2015

Academia se fera un plaisir de publier un compte rendu des discussions

À propos des fléchages et coloriages : conseils aux candidat.e.s au CNRS (section 40, mais pas seulement)

Cette année, en sciences humaines et sociales, une forte minorité des postes sont “coloriés” (une thématique précise est conseillée), mais surtout “fléchés” (le poste est affecté à un laboratoire précis, avec un numéro de concours distinct). Cette pratique, qui a connu des hauts et des bas (elle était répandue aussi quand j’ai été recrutée en 2003, mais depuis elle avait quasi disparu, en tout cas pour les fléchages), est à peu près unanimement réprouvée par les sections du comité national (qui font office de jury de recrutement) comme par les autres disciplines au sein du CNRS (math, physique, biologie, etc.). C’est un choix politique de l’Institut des SHS du CNRS – avec des objectifs de politique scientifique, mais aussi d’aménagement du territoire, qui pèsent ainsi sur les candidat.e.s à un concours déjà très difficile. Continuer la lecture

Concours CNRS: conseils de la section 38

Après les guides officiel et officieux de la section 36, le guide du candidat de la section 40, et celui des sections 37 et 39, les préconisations de la section 38 du CoCNRS vient de soLogoCNRSrtir.

Il est ici:

Preconisations pour les candidats section 38.

A quand ceux des sections 33 et 35?

C’est l’automne – pour les candidats aussi!

feuille-automneLes feuilles commencent à tomber – et vous vous rappelez qu’il est temps de mettre la dernière main à votre dossier CNRS, préparer votre dossier CNU, contacter différents laboratoires de recherche, explorer les sites d’emploi.

Academia a mis à jour et enrichi  ses billets de conseils aux candidats, avec de nouveaux exemples issus de la campagne 2013; des recommendations proposées par les sections elles-mêmes – et plus encore : n’hésitez pas à vous en emparer!

Parmi les pistes à ne pas négliger, les laboratoires ont développé ces dernières années des pratiques de préparation de leurs docteurs ou des candidats dont ils souhaitent soutenir la candidature, soit en leur faisant parvenir des lettres de soutien, soit en relisant avec eux leurs dossiers de candidature, soit encore, quelques semaines avant les auditions, en les préparant activement. Pensez-y!

“Plafonds de verre” et “chausse-trappes” dans l’enseignement supérieur: rapport du rapport d’information de la délégation aux droits des femmes au Sénat

Le rapport d’information de la délégation aux droits des femmes examine le projet de loi rapport_informationrelatif à l’enseignement supérieur et à la recherche (n° 614, 2012-2013) en réponse à la saisine de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication, et conformément à ses attributions. Le rapport note que de fortes disparités entre les sexes subsistent dans l’enseignement supérieur et la recherche. Celles-ci témoignent de la persistance de barrières implicites qui affectent les parcours des étudiantes, des enseignantes-chercheuses, et des chercheuses. Continuer la lecture

Emploi scientifique français: y a-t-il un pilote dans l’avion?

Le 29 mai dernier, le Conseil scientifique du CNRS a voté à LogoCNRSl’unanimité une « adresse » à Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, publié par Sylvestre Huet dans son Blog Science2, le 4 juin, et Médiapart, le 6 juin 2013.  Academia la reproduit ici. 

 Emploi scientifique : adresse à Madame la Ministre Geneviève Fioraso par le Conseil scientifique du CNRS

La situation de l’emploi dans les universités et organismes de recherche souffre aujourd’hui de la conjonction de quatre facteurs :

Continuer la lecture

Etre candidat.e au CNRS, 2- L’audition

par Claire Lemercier

Attention, ceci est un premier jet, qui sera sans doute enrichi, comme l’avait été la note sur la préparation du projet, par les commentaires de collègues. Vous avez donc intérêt à revenir sur cette page dans la semaine du 11 mars pour lire la nouvelle version ! [edit : voyez en effet les riches commentaires et le nouvel exemple à lire ci-dessous ] Continuer la lecture