Les enseignant∙es de l’EHESS appellent à la grève le 5 mars

En passant

Motion adoptée par l’Assemblée des enseignant∙es de l’EHESS le 29 février 2020

Les membres de l’Assemblée des enseignant∙es de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales expriment leur plus vive inquiétude quant à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) en cours de rédaction sur la base des trois rapports commandés par la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) et remis le 23 septembre 2019. Celle-ci est d’autant plus vive que la LPPR n’est pas un projet, mais un programme déjà mis en œuvre par les votes des lois de transformation de la fonction publique (août 2019) et Pacte (décembre 2019) ou encore la publication au Journal officiel de l’arrêté du 27 janvier 2020 relatif au cahier des charges des grades universitaires de licence et de master (désormais accessibles aux établissements privés) et du décret n°2020-172 du 27 février 2020 relatif au contrat de projet dans la fonction publique. La LPPR s’annonce comme une loi purement budgétaire. Or, les annonces ministérielles concernant les salaires et les postes ne répondent pas au chiffrage effectué par le deuxième rapport sur la LPPR, nécessaire pour renforcer l’attractivité de la recherche française.

L’Assemblée partage avec les rapports préparatoires de la loi le constat de la nécessité d’un effort budgétaire réel. Mais elle s’étonne que ces rapports se positionnent dans la droite ligne des réformes imposées à l’ESR depuis 2003. Alors qu’ils ne cessent de mettre en avant « évaluation »et « performance », ces textes ne s’appuient pas sur une évaluation des politiques publiques appliquées à la recherche durant ces quinze dernières années, notamment le Crédit impôt recherche (CIR) qui représente un quart du budget de notre ministère de tutelle. Leurs auteurs prétendent ne pas « méconnaître le rôle clé de l’environnement de recherche », mais leurs propositions visent à accroître encore davantage la compétition entre les établissements, entre les unités de recherche et entre les enseignant∙es-chercheur∙ses ou chercheur∙ses sur la base d’une évaluation quantitative. Ils condamnent ainsi les enseignant∙es-chercheur∙ses et les chercheur∙ses à passer l’essentiel de leur temps à trouver des financements et à remplir des objectifs bibliométriques plutôt qu’à produire des savoirs. Le renforcement du financement de la recherche sur projets, l’accentuation de la technocratie et la concentration des moyens visent également à orienter et limiter leurs objets de recherche. Bien que les rapports affirment l’importance de la recherche fondamentale (« Blue Sky Research »), ils privilégient la recherche appliquée et partenariale (avec les entreprises) et tiennent très peu compte des spécificités des sciences humaines et sociales.

Si l’Assemblée partage le diagnostic sur l’emploi scientifique du deuxième rapport, qui dénonce des rémunérations inférieures aux normales dans l’OCDE, l’érosion de l’emploi permanent et des entrées dans la carrière très défavorables, elle désapprouve les solutions proposées pour y remédier parce qu’elles tendent à accentuer encore davantage la précarisation grandissante des jeunes enseignant∙es-chercheur∙ses et chercheur∙ses, ainsi que des personnels d’appui et de soutien à la recherche. L’Assemblée considère également que, « pour relancer l’emploi scientifique permanent », le nombre d’emplois statutaires, pour toutes les catégories de personnel, ne devrait pas seulement être stabilisé mais augmenté et que la revalorisation des rémunérations ne devrait pas être indemnitaire mais indiciaire. Au même titre que la LPPR, le devenir du système de retraite, de l’assurance chômage, des minimas sociaux définit les conditions de possibilité de nos collectifs de travail. L’Assemblée se déclare préoccupée par les conditions de vie et de travail des étudiants, qu’il s’agisse du montant des bourses et contrats doctoraux ou des conditions de leur accompagnement pédagogique. Une recherche de qualité ne peut être envisagée si elle n’est pas articulée à un système d’enseignement supérieur ambitieux.

Enfin, l’Assemblée des enseignant·es réaffirme la nécessité d’un accès à l’enseignement supérieur et à des conditions d’étude de qualité en se conformant au préambule de la constitution de 1958 : « La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État ». Enfin, elle affirme son attachement à la vocation humaniste et universaliste de l’enseignement supérieur et de la recherche et au rôle critique et émancipateur des sciences humaines et sociales. La recherche doit demeurer un service public œuvrant au bénéfice de la société dans son ensemble. Afin de garantir la liberté de la recherche, celle-ci doit bénéficier de budgets récurrents, s’appuyer sur des emplois pérennes de fonctionnaires et reposer sur une évaluation qualitative par les pairs. S’il est nécessaire, en effet, d’établir des priorités, la détermination des politiques scientifiques doit revenir, pour l’essentiel, aux enseignant∙es -chercheur∙ses et chercheur∙ses, aux unités de recherche et aux établissements.

L’Assemblée des enseignant·es affirme sa solidarité avec les initiatives de défense des services publics et s’engage à participer à l’action commune « Le 5 mars. L’université et la recherche s’arrêtent ».Votants: 75 – Pour : 63 – Contre:11- Blanc et nul:1

Version .pdf : Motion votée en Assemblée des enseignant·es de l’EHESS, le 29 février 2020

Motions des Centres de recherche :

Continuer la lecture

#9 -Chroniques de grève – Kan ha diskan, respons à Mona R

war ar maez \vaʁaʁˈmɛːs\ à la campagne

war ar maez \vaʁaʁˈmɛːs\ à la campagne – Crédit Catherine Guillou

Merci Mona R, 22 ans pour ta « Lettre ouverte à Tes enseignant.e.s de l’Université Rennes 2 dont la lecture m’a touchée. Et dont tu nous a autorisé la publication dans la huitième Chronique de grève.

Alors pour montrer qu’on est nombreuses et nombreux quel que soit notre âge et notre statut à s’y retrouver, comme dans un Kan a Diskan  à deux voix je fait un respons que vous reprendrez, j’espère, enseignant.es et chercheur.es, personnels techniques et administratifs de l’ESR.

 

 

Parents paysans du Finistère nord
Grands parents paysans
Née dans les années 60

La précarité d’une étudiante avec les petits jobs, j’ai connu
Mais dans les années 80 le parcours a été moins chaotique
Par contre l’idée d’un doctorat j’ai laissé tomber
Trop compliqué de gagner sa vie et d’étudier
Course aux petits boulots, allocations chômage…

Alors le jour où je suis tombée à 30 F/jour
J’ai basculé définitivement dans le salariat
Contractuelle B de la Fonction publique en CDD
J’ai oublié la réécriture du mémoire de maîtrise
Et le démarrage du DEA

Par contre je n’ai pas oublié
mes amies et amis d’enfance, qui sont restés dans le coin
Caissiers et caissières, ouvriers et ouvrières,
paysans et paysannes, infirmières et infirmiers,
techniciens et techniciennes, artisans et artisanes
Prenant aujourd’hui de plus les « ribins » difficiles
pour se maintenir à flots
Sans doute pour certains et certaines
engagés dans les luttes,
Tenant les ronds-points

Aujourd’hui je suis titulaire depuis environ 15 ans
Une « Sapinette », plan de résorption de l’emploi précaire
Personnel de soutien à la recherche (IE)
En lutte et beaucoup en grève

Alors le texte de Mona me touche
Et comme dans un Kan a Diskan
Je lui fait un respons
Et ce texte à vous, adressé
Raisonnera, j’espère

Catherine
(ex étudiante à Brest puis Rennes 2 dans les années 80)

« Le kan ha diskan, que l’on peut traduire par « chant et contre-chant », « chant et re-chant » ou « chant et déchant », est, en Bretagne, une technique de chant à danser a cappella traditionnel et tuilé en breton, pratiquée à deux ou plus ».

#8 – Chroniques de grève – Mona R – Lettre ouverte à mes enseignant·e·s de l’Université Rennes-2

« Lettre ouverte à mes enseignant·e·s de l’Université Rennes-2 »

à la campagne

war ar maez \vaʁaʁˈmɛːs\ à la campagne
Crédit Catherine Guillou

Mon nom est Mona. J’ai 22 ans. Je suis étudiante. Avant de venir faire mes études à Rennes, j’étais scolarisée en Centre-Bretagne, en milieu rural, War Ar Maez. Mon père est ouvrier. Il travaille comme cariste dans l’industrie agroalimentaire. Après plus de vingt ans dans le même groupe, il gagne, à quelques euros près, 1700 euros brut par mois, auxquels s’ajoute une prime de Noël. La « prime des dindes » comme il dit. Une farce. Quelques centaines d’euros dont ma mère se sert pour acheter nos cadeaux et nous organiser un repas de fête qu’elle tient chaque année à arroser de mauvais champagne : « Nous aussi on y a droit ! ». Ma mère, elle, est employée. Employée de maison pour être précise. Une manière bien aimable pour dire qu’elle fait partie de ce salariat subalternisé, essentiellement féminin, qui travaille à temps partiel au service de personnes âgées ou de riches familles, pour pas grand-chose. Une grande partie de son salaire passe d’ailleurs dans les frais d’essence de ses trajets professionnels. Chez nous, les fins de mois sont difficiles, cela va de soi. D’autant que mes deux frères aînés sont au chômage et restent à la charge de mes parents. Maël sort d’un BTS et n’a le droit à aucune indemnité. Gurvan, un CAP de boulanger en poche, ne travaille qu’en intérim… quand il travaille. Il a vu ses allocations chômage fondrent comme neige au soleil ces derniers temps. Moi, je suis boursière, je vis en cité U à Villejean. Mais j’ai aussi des petits boulots à côté : du baby sitting, des inventaires ; caissière ou vendeuse, c’est selon. Nous sommes une famille de Gilets jaunes. Mes frères ont longtemps squatté les ronds-points avant de se faire déloger et sont de toutes les manifs. Ce week-end, c’était l’acte 66. Ils sont montés à Rennes pour dire qu’« ils étaient là », pour gueuler leur colère de n’être rien et se prendre au passage quelques mauvais coups de matraque. Forcément, se faire taper dessus, ça agace et ils ne se sont pas laissés faire. Je suis fière d’eux, de leur détermination à rester debout et à se battre. Ne pas se laisser faire, ne pas se laisser aller à la résignation, ne pas se laisser détruire, reprendre ne serait-ce qu’un peu la main sur son existence. Comme de plus en plus d’individus, mes frères sont déterminés à ne plus se laisser prendre au jeu de la cadence et de l’ordre. C’était chouette cette manif. Des femmes et des hommes qui se battent pour leur dignité, pour ne pas s’abîmer davantage, pour ne pas crever.

En fin de manifestation, avant de repartir, ils m’ont payé une bière en terrasse. Il faisait froid, mais nous étions bien. Je les trouvais beaux tous les deux. Beaux comme la lutte. J’aurais aimé vous les présenter mais vous n’étiez pas là. Quelques heures avant, quand nous avons réussi à « prendre le centre-ville », je vous ai pourtant aperçu. Vous flâniez après un retour du marché des Lices, vous vous baladiez en famille, à vélo, vous sortiez d’une librairie avec quelques bouquins en poche, vous rentriez dans un cinéma. La vie peut être douce. J’ai envie d’y croire. Cette douceur est néanmoins réservée à quelques-un.e.s. Ni mes parents, ni mes frères, ni moi n’y avons franchement droit. Dans quelques mois, je décrocherai un bac+5. Ma mère ouvrira une de ces mauvaises bouteilles de champagne. Pourtant, j’irai certainement grossir les rangs des dominé.e.s aux études longues (j’ai lu ça dans un livre passionnant d’Olivier Schwartz).

L’inflation-dévaluation des titres scolaires me fera rejoindre Pôle emploi, ou bien je trouverai un job sous-payé pour sur-qualifié.e, à moins que ça ne soit juste un énième stage croupion. Alors peut-être devrais-je plutôt continuer à étudier ; faire une thèse. Ma directrice de mémoire me l’a proposé à demi-mots, mais seulement si j’ai un financement. On ne prête qu’aux riches répète souvent mon père.

La Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) contre laquelle vous devriez être logiquement tou.te.s vent debout ne m’y invite pas. Pourquoi me lancer dans un doctorat ? Pour gonfler les rangs du précariat de l’ESR ? Pour assurer vos TD, corriger des tombereaux de copies et faire la petite main sur vos projets de recherche, sous pression – surtout ne pas décevoir –, en étant payée moins que le SMIC horaire, plusieurs mois après avoir effectué avec zèle ces missions ? Et puis ça ne sera évidemment pas suffisant pour assurer ma survie matérielle. Alors il faudra que je continue un « travail à côté ». Condamnée à prendre le premier bullshit job ? Surveillante de musée me permettrait de pouvoir lire pendant le temps de travail, ou bien me lancer dans le travail du sexe, nettement plus rémunérateur. Mais quel temps me resterait-il pour mes propres recherches ? À la précarité s’ajouterait sans doute le surmenage, voire le mépris de soi. On y passe tou.te.s paraît-il. Et en admettant que je m’en sorte, ce serait quoi la suite ? L’Université à la sauce LPPR ne donne pas très envie : précarisation accrue, mise en concurrence généralisée, course à l’excellence, marchandisation des savoirs, recul des solidarités, bureaucratisation mortifère. Devenir une sorte d’intello camériste allant de tenure tracks en CDI-chantiers pour espérer peut-être, à près de 40 ans et après avoir porté nombre de vos valises, devenir titulaire d’une institution à la main du néolibéralisme ? C’est ça la promesse ? Et puis c’est sans compter la réforme des retraites : bouffer de l’amphi jusqu’à 67, 68, 69 ans… pour finir épuisée et être finalement pensionnée au lance-pierre ? Ça existe la pénibilité pour port de charge cognitive lourde ?

Si parmi les 37% d’enseignant.e.s-chercheur.e.s qui ont voté Macron dès le premier tour, il en est sans aucun doute qui se repaissent de la sélection, de l’augmentation des frais d’inscription et de ce que cela permettra de politiques discrétionnaires dont ils.elles s’imaginent tirer idiotement quelque bénéfice, je sais aussi, pour vous avoir fréquentés, que la plupart d’entre vous voyez dans le macronisme pas autre chose que ce qu’il est : une saloperie qui signe la fin de la citoyenneté sociale, de l’État redistributeur et de tous les services publics (ESR, santé, justice, énergie, etc.). Je me doute que vous n’êtes pas d’accord pour que la pension des femmes soit inférieure à celles des hommes, que vous êtes contre la prolifération des emplois précaires, contre la compétition généralisée, les logiques d’exclusion et les discriminations. Vous pensez que l’Université doit être ouverte à tou.te.s, fondée sur la coopération, qu’elle doit produire des connaissances critiques et transmettre des savoirs émancipateurs. Alors pourquoi êtes-vous si peu solidaires du mouvement social ? Pourquoi restez-vous si timoré.e.s à vous engager pleinement dans cette grève dont nous avons tant besoin ? Ma colère est grande de vous voir englué.e.s dans des réflexes corporatistes, dans le narcissisme de vos petites différences, dans vos postures d’intellos embourgeoisé.e.s défendant votre tout petit pouvoir symbolique (faire cours, nous dispenser vos lumières, nous évaluer). Comment pouvez-vous imaginer qu’un engagement de gréviste puisse ne pas être au moins aussi formateur que vos enseignements ? Dans la grève, on apprend à travailler collectivement, à argumenter, débattre, à élaborer du commun politique.

Autant de choses auxquelles vous avez, en temps normal – reconnaissez-le –, bien du mal à nous éduquer. J’en rage de vous voir accroché.e.s à vos si insignifiantes prérogatives, alors que nous nous trouvons à un tournant historique. Notre avenir, celui de vos enfants et petits-enfants, mais aussi le vôtre, celui de mes parents et de mes frères se joue maintenant. Il nous faut mener la lutte aux côtés des autres secteurs mobilisés pour qu’ensemble nous obligions le gouvernement à retirer l’ensemble de ses contre-réformes. Nous n’avons pas le choix. Contre la marchandisation de nos existences, contre les violences policières et la fascisation rampante de la société, contre les inégalités et les injustices sociales, contre une université à la main du néolibéralisme nous avons le devoir de faire gronder encore plus fort notre colère. Vous avez le devoir d’y prendre votre part. Le 5 mars prochain débutera une autre phase du mouvement universitaire, à l’appel de la Coordination des facs et des labos en lutte : une grève sectorielle illimitée qui pourrait bien prendre des allures de grève majoritaire et générale. Parce que vous m’avez tant apportée et que nous nous sommes tant aimés – comme titre le film –, je n’ose croire que vous resterez figé.e.s dans ces comportements crépusculaires à défendre une identité et des préséances professionnelles qui ne correspondent à aucune des nécessités portées par les luttes actuelles. Le monde universitaire est en crise. Non parce qu’il va mal (bien que ce soit le cas), mais parce qu’il bouge, que ses structures sont fragilisées par les coups de boutoir d’un macronisme pour qui le travail n’est devenu qu’une variable d’ajustement. Nous n’avons d’autres choix que de faire le pari que nous pourrons profiter de cette crise pour imposer pratiquement une autre vision de l’avenir. Si nous devions en rester là et donner, par inertie, avantage au probable sur le possible, nous le payerions au prix fort. Je sais que vous savez. Et si je vous écris cette lettre, c’est que je nourris l’espoir de vous voir pleinement engagé.e.s à nos côtés et, ensemble, de participer à ce mouvement général de construction d’un monde meilleur. J’aimerais, enfin, donner une bonne raison à ma mère d’ouvrir une bouteille de champagne digne de ce nom.

Rennes, le 17 février 2020.
Mona R.

Publié avec l’autorisation de l’autrice et de Révolution Permanente que nous remercions.

Source : Texte paru le samedi 22 février

OBJECTIF MARS      J-16 avant le 5 mars, le jour où « l’université et la recherche s’arrêtent »

Cher·es collègues, enseignant·es-chercheur·es, chercheur·es, titulaires ou précaires de l’ESR, BIATSS contractuel·les et BIATSS titulaires, étudiant·es,

Nous vous écrivons ce message pour préparer la journée du 5 mars et ses suites.

Vous le savez, le projet de réforme des retraites et les propositions concernant la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, mais aussi la loi de transformation de la fonction publique et la réforme de l’assurance-chômage, s’inscrivent dans des attaques globales contre les services publics et les protections sociales. Elles ne feront qu’aggraver la précarisation des conditions de vie, d’études et d’emploi des usager.es et personnels de l’enseignement et de la recherche, déjà bien entamée. Contre ces menaces, la journée du 5 mars sera une grande journée de mobilisation et de grève dans tous les labos et les facs. 

Depuis des décennies, nous subissons, réforme après réforme, une dégradation de la situation de nos lieux d’études, d’enseignement et de recherche. Toutefois, depuis le 5 décembre et le début du mouvement interprofessionnel et multisectoriel contre la réforme des retraites, la mobilisation prend une ampleur toujours plus grande dans les universités, les centres de recherche et les laboratoires, et la lutte s’organise.

Il est temps de réunir nos forces contre ces multiples attaques, en se mobilisant fortement et partout le 5 mars, pour marquer notre refus d’une évolution de l’enseignement supérieur et de la recherche vers encore plus de précarité et de compétition. Il nous faut maintenant revendiquer et reconstruire une université libre et ouverte à tou·tes, par une politique de recrutement et de titularisation ambitieuse, et par des budgets publics systématiques alloués aux unités d’enseignement et organismes de recherche.

Le 5 mars, pour la refondation de l’enseignement supérieur et de la recherche, nous passons à l’offensive ! 

Cette journée de grève et d’actions, appelée par la coordination nationale des Facs et Labos en Lutte des 1er et 2 février et l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et la recherche (L’alternative, CGT FERC Sup, CGT INRA, SNTRS CGT FO ESR, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNEP-FSU, SNESUP-FSU, SUD ÉDUCATION, SUD Recherche, Solidaires étudiant-e-s, UNEF) se prépare dès aujourd’hui.

Continuer la lecture