Mécène fantôme, mécène fantoche — BNP Paribas, financeur quasi-exclusif de la licence Sciences pour un Monde Durable

Grâce à une décision de justice, nous avons enfin les montants versés par les deux mécènes de la licence BNP !

Après deux ans de bataille judiciaire, le Tribunal administratif de Paris a ordonné à l’Université PSL de nous communiquer les montants du financement de BNP Paribas et Foncia pour la licence « Sciences pour un monde durable ».

PSL nous a enfin envoyé les montants du financement de la licence BNP. C’est atterrant, bien pire que tout ce que nous pouvions imaginer.

7.985.129 € sur 6 ans pour la BNP.
300.000 € sur 3 ans pour Foncia.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : Foncia, avec un montant presque 30 fois inférieur à celui de la BNP, est là pour la figuration. Engie n’est pas impliquée, contrairement à ce qui avait été indiqué en Conseil d’administration (CA) de PSL1 ! La direction de PSL se félicitait d’une pluralité de mécènes, renforçant l’indépendance de la formation vis-à-vis de ceux-ci. Un mécène fantôme et un autre fantoche, pour une indépendance en carton.

Par ailleurs, Alain Fuchs, le président de PSL, prétendait que la formation était en majorité financée par l’État. Mais cela ne tient pas si on compare le montant des dons de la BNP par rapport aux dépenses annuelles nécessaires pour un étudiant·e en France.

En effet, le mécénat de la BNP est d’environ 2 millions d’euros par an pour 3 promotions de 30 étudiant·es, soit plus de 22.000 € par étudiant·e et par an, bien au-dessus du coût moyen, à savoir environ 12.000 €2. Avec les seuls mécènes, la formation serait déjà extrêmement bien dotée. Si, comme le dit M. Fuchs, l’État la finançait en majorité, le coût par étudiant·e reviendrait au moins à 44.000 € par étudiant·e et par an, une somme complètement invraisemblable. À moins que M. Fuchs ne fasse allusion aux réductions d’impôt dont la BNP a pu bénéficier en contrepartie du don, soit 60 % du montant des dons.

La confidentialité est bien pratique puisqu’elle permet de raconter n’importe quoi. Comment PSL peut-elle encore prétendre que cette formation est indépendante de son (quasi-)unique mécène ? Comment croire qu’au moment de renouveler ou non son financement après 2024, BNP Paribas ne sera pas en position de force pour imposer ses conditions ? Il serait désastreux que la formation cesse brusquement d’être financée, alors qu’elle dure trois ans et que des étudiant·es s’y seront engagées pour décrocher un diplôme de niveau licence. PSL n’aura alors pas le choix que de supplier le mécène de renouveler son aumône…

Enfin, PSL promettait qu’il n’y aurait pas de contrepartie. Notons que Laurent David, le PDG de BNP Paribas Personal Finance, et Philippe Salle, le président de Foncia, ont été nommés au Conseil d’administration de la fondation PSL en février 20213.

Où est l’indépendance de l’enseignement supérieur public ? Toute compromission de ce service public avec des intérêts privés fait courir le risque d’une perte d’indépendance, d’un enseignement dégradé, de pressions, d’une recherche aux ordres4.

Merci de nous avoir suivi·es dans cette aventure qui prend fin maintenant, sur une belle victoire qui en appelle d’autres. Luttons pour un enseignement supérieur public, gratuit, égalitaire et émancipateur pour tout·es !


Sur Academia

  1. Voir le compte rendu du Conseil d’administration de PSL du 28 mai 2020, p. 12 : https://www.psl.eu/sites/default/files/Compte-rendu%20du%20CA%20de%20l’Universit%C3%A9%20PSL%20du%2028%20mai%202020%20-%20version%20adopt%C3%A9e%20au%209%20juillet%202020.pdf []
  2. Voir https://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/la-formation-d-un-etudiant-dans-l-enseignement-superieur-a-coute-en-moyenne-11530-euros.html []
  3. Voir le compte rendu du Conseil d’administration de la fondation PSL du 9 février 2021, p. 3 : https://psl.eu/sites/default/files/CR_Conseil_administration_Fondation_UniversitePSL_09022021.pdf []
  4. Nous conseillons la lecture de : https://blogs.mediapart.fr/edition/au-coeur-de-la-recherche/article/060611/lappel-de-la-chaire []

#BnFgate. Mobilisation à Tolbiac pour le Conseil d’administration

16400 signatures de la pétition pour le retour aux communications directes et le respect des usager·es, une très grande couverture presse — émission “Grève à la BNF : symoble de la précarité de la recherche ?” à France culture, des artcles et interviews de L’Humainté à Le Figaro, en passant par Le Monde et Télérama  — des centaines de témoignages de lecteurices étrangères,  un tardif communiqué de la CFDT Culture contre la grève mais pour l’arbitrage de la ministre en faveur de lacréation de postes : la grève continue aujourd’hui en ce jeudi 30 juin 2022, après un vote consultatif incompréhensible de la part d’un Conseil scientifique qui n’aurait de scientifique que le nom1

Alors que le Conseil d’administration se réunion cet après-midi, rendez-vous à Tolbiac pour libérer le livres ! Et rendre les communications directes.

Préparation en Assemblée générale de la grève du 30 juin 2022

Merci aux agent·es qui seront en grève aujourd’hui pour soutenir le service public de la Bibliothèque nationale de France : n’hésitez pas à cotiser à la caisse de grève.

  1. Faute de chercheur-ses en activité en son sein? []

Annonces de vacations. Communiqué du bureau de l’ANCMSP

Cher·es collègues,

La fin de l’année universitaire approchant, les offres de vacations se multiplient sur la liste de diffusion en perspective de l’année à venir. En tant qu’association de défense des droits des jeunes chercheur·ses, l’ANCMSP surveille les annonces de postes publiées sur la liste en veillant non seulement à leur légalité mais en s’assurant également que celles-ci soient les plus lisibles pour celles et ceux qui souhaitent postuler. 

Le bureau de l’ANCMSP tient tout d’abord à rappeler à toutes fins utiles qu’il s’est prononcé depuis plusieurs années contre les vacations en général : 

  • Nous souhaitons la suppression du statut d’ATV (agent temporaire vacataire) ce qui permettrait l’ouverture de postes plus pérennes pour les jeunes chercheur·ses. 
  • Nous exigeons le recrutement des chargés d’enseignement vacataires (CEV) qui effectuent plus de 64 heures de cours par an en contrat LRU. 
  • Nous insistons sur la nécessité de revaloriser la rémunération horaire des vacations. À l’heure actuelle, celle-ci est de 41,41€ pour 1 HETD, niveau de rémunération en deçà du SMIC horaire.

Continuer la lecture

#BnFgate Les raisons de la colère

 

La fonction essentielle d’une bibliothèque est de favoriser la découverte de livres dont le lecteur ne soupçonnait pas l’existence et qui s’avèrent d’une importance capitale pour lui. » — Umberto Eco.

  En mars dernier, Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France, annonçait une réduction drastique, absolument stupéfiante, de la mission historique qui incombe à l’institution qu’elle est chargée de protéger, mission historique assurée pourtant sans faillir par un service public d’exception depuis son inauguration en 1996. Jusqu’en mars dernier, lectrices et lecteurs pouvaient en effet consulter librement sur le site François-Mitterrand, au « Rez-de-Jardin », des ouvrages en communication directe toute la journée, de 9 heures à 17 heures Ces conditions, inchangées depuis l’ouverture, appartiendraient désormais au passé. Désormais, depuis mai, les lectrices et les lecteurs de la bibliothèque de recherche ont l’autorisation de commander et directement consulter directement les ouvrages conservés dans les riches magasins de l’institution seulement durant 3h30 les après-midis, de 13h30 à 17H30. 3 heures 30 sur 11heures d’ouverture quotidienne pour accéder directement à ces ouvrages. 3 heures 30 seulement pour choisir de lire tel livre plutôt qu’un autre. 3 heures 30 seulement pour accueillir les imprévus de la pensée, pour choisir les ouvrages consultés, pour lire librement les livres qu’on a besoin de lire. Pourquoi imposer un temps à ce point étriqué aux lectrices, lecteurs, chercheuses, chercheurs alors même que le temps de la pensée, on le sait, est un temps long, fécond en raison de sa durée justement ? Pourquoi nier à la pensée et à la lecture qu’elles nécessitent la liberté de lire en commandant les livres dont elles ont besoin dans le moment où elles ont besoin ? Cette réforme des communications est imposée du sommet de la direction de la Bibliothèque nationale de France, pour des raisons comptables et managériales.*

https://www.flickr.com/photos/nellsjourney/33873554285/in/photolist-TBhPy2-2mrH6K7-2djd8km-PCyGog-8jKFn7-8jGrxt-uqggZ-2djd1tf-6oCFP2-Pmfawc-BCWbH-EmMkwe-7dJ3WK-2jVcMDA-TLNCQN-2aC7a2o-fgr2Bj-nocX7C-2jVcMEx-2kS7YsJ-2jAQbCn-AdkGaH-2mgKaac-5S4DcS-2mPL2xN-266vZb3-RfRxAj-2kMSMbd-2kMrMtf-2kMriCw-nqRNmf-2kMriD3-nocXnN-2jWKBah-25Pn55A-2mPQDhx-9zu7sJ-2kMWDWz-2kMWcZ3-Gd7C9g-2kMCAC6-B6hdQX-2kS9BbP-2kSag6A-8p9AnQ-2miZdxU-2k4Yf5j-fBcmfH-24W9wCE-ounXNZ

BNF, Paris. Crédit: Nell’s journey, 2016

Continuer la lecture

#BnFgate. Réaction à la réforme de la BNF. Communiqué de l’AFS

L’Association française de sociologie exprime son indignation face à la réforme des communications directes de documents en bibliothèque de recherche mise en œuvre depuis le 2 mai 2022 par la Bibliothèque nationale de France. Alors que chercheuses et chercheurs aspiraient, après deux ans de contraintes considérables sur leurs travaux, à retrouver un fonctionnement le plus normal possible, la décision de restreindre la communication directe des documents aux seuls après-midis de 13h30 à 17h constitue un recul considérable des conditions d’accueil en bibliothèque de recherche et une entrave au déroulement même de toute recherche.

Nous tenons à protester contre cette réforme qui est dû à la suppression de postes, en particulier sur les fonctions de magasinage qui sont pourtant essentielles et au sous-effectif et qui ne suit qu’une logique comptable qui n’est pas à la hauteur du rôle de la Bibliothèque nationale de France.

L’Association française de sociologie s’inquiète en outre de la dégradation des conditions de travail des personnels entraînée par cette réforme, dégradation qui ne leur permettra plus de répondre comme il se doit à deux des missions statutaires de la Bibliothèque nationale de France : assurer l’accès du plus grand nombre aux collections d’une part, et participer à l’activité scientifique nationale et internationale d’autre part.

L’Association française de sociologie exprime le vœu que la direction de la Bibliothèque nationale de France renonce au plus vite à cette réforme et revienne aux conditions d’accueil des lectrices et lecteurs de la bibliothèque de recherche en vigueur avant le mois de mars 2020. Nous demandons aussi qu’il y ait les créations de postes nécessaires pour permettre à la Bibliothèque nationale de France d’assurer pleinement ses missions essentielles en garantissant de bonnes conditions de travail au personnel. Nous exigeons aussi le retrait de la mesure visant à embaucher les agents contractuels à temps incomplet sur des CDD d’un an, forme d’ultra-précarité insupportable et le retour aux contrats en CDI sur ce type de postes. Nous apportons tout notre soutien à la mobilisation en cours des lectrices, lecteurs et des personnels et à la grève qui a lieu en ce moment, afin que ces revendications légitimes soient acceptées.

Enquête sur la dotation promise par la LPR aux néo-recruté·es

  • Par plusieurs membres de l’ESR issu·es d’universités différentes

L’une des dispositions de la Loi de Programmation de la Recherche prévoit que les maitre·sses de conférences (MCF) et chargé·es de recherche (CR) nouvel·les arrivant·es reçoivent à partir de la rentrée 2021 une enveloppe budgétaire leur permettant de s’équiper et financer de premiers travaux :

« De plus, tous les nouveaux recrutés comme chargés de recherche et maîtres de conférences se verront allouer une dotation de démarrage pour lancer leurs travaux. »1

Ce budget, délivré par le Ministère au 1er janvier 2022, est censé transiter par l’établissement de recrutement. l’établissement délivre alors ce budget à l’unité de recherche accueillant la·le nouvel·le arrivant·e. Comme pour un certain nombre de financements, tout euro non-dépensé au bout d’un certain temps serait perdu (quoiqu’à l’heure actuelle, nous ignorons s’il retournera à l’université tutélaire ou au Ministère).

Cependant, nous avons repéré des différences de traitement et, surtout, de montants (avec parfois des écarts de plusieurs milliers d’euros), entre différentes universités et unité de recherche.

Pour faire un point sur la situation, et éventuellement demander des précisions au Ministère et aux universités sur ces écarts de traitements et de montants, nous réalisons donc une enquête à destination des nouvelles et nouveaux MCF et CR recruté·es dans une université ou EPST français depuis la rentrée 2021. Vous pouvez y répondre ici (durée = 5 minutes) :

https://survey.eu.qualtrics.com/jfe/form/SV_0CiCzCaffqPC6t8

En vous remerciant d’avance pour votre aide !

  1. Rapport annexé à la loi n° 2020-1674 du 24 décembre 2020 de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l’enseignement supérieur []

La responsabilité des savants

Je voudrais revenir ici — peut-être assez naïvement — sur la question de la responsabilité des savants. Ce n’est pas que cette question n’ait jamais été posée, elle n’a cessé de l’être, mais il me semble qu’elle appelle aujourd’hui des réponses un peu plus fortes, en tout cas plus audibles, et peut-être  plus collectives.

Dans son autobiographie A mathematician’s apology, publié au début de la seconde guerre mondiale, le mathématicien Godfrey Hardy avait repris un texte dans lequel il se félicitait de faire des mathématiques pures (il emploie le terme “real mathematics”), car ce serait une activité totalement innocente :

Un mathématicien pur en tire une conclusion réconfortante : les mathématiques pures n’ont aucun effet sur la guerre. Personne n’a encore découvert d’objectif guerrier que rendrait la théorie des nombres ou la relativité, et il est fort peu vraisemblable que cela ne soit le cas avant des années. Il est vrai qu’il y a des branches en mathématiques appliquées, telles la balistique ou l’aérodynamique, qui ont été délibérément développées pour la guerre et qui exigent une technique assez élaborée. Il est difficile de les appeler « triviales », mais aucune d’elles n’a le titre de « pure ». Elles sont effet laides à repousser, et ennuyeuses à mourir ; même Littlewood n’est pas parvenu à rendre la balistique respectable, et si lui n’y est pas parvenu, qui pourrait le faire ? C’est pourquoi un mathématicien pur a la conscience claire ; il n’y a rien à redire à la valeur de son travail ; les mathématiques sont, comme je le disais à Oxford, une occupation « innocente et sans danger »1.

La clairvoyance ne faisait pas partie des talents indéniables de ce spécialiste de théorie des nombres. Au même moment, Shannon développait les prémices de la théorie de l’information et la notion d’entropie pour lutter contre le brouillage des télécommunications et améliorer les systèmes de défense anti-aérienne ; un peu plus tard, la cryptographie à clef publique (au cœur de la sécurité d’Internet) reposera sur des questions subtiles de théorie des nombres ; et quant à la relativité, il n’y aurait pas de GPS sans elle, et en attendant le déploiement du réseau Galileo ce sont essentiellement des satellites militaires américains ou russes qui nous permettent de nous orienter si facilement.

https://www.flickr.com/photos/samsanford/1214890824/in/photolist-2RmCHw-agzytn-4ZH3jN-uMnNw-52LTVM-4vKy4T-qJ1F6V-cKDJ9-7mqi1z-9X29t-5UihB-5K5FCK-7dakJo-bQBZYV-5CQ66P-4MihaL-95Kr9h-a7sby9-QLXcV-52caqE-dY7d2H-8yUkyb-xLMB2k-rbcakc-af7ige-75nj6f-6SodZE-2jd5QBo-5VFkBX-avybw5-CC3GPE-2acuS-8A46mm-ruoST7-CGvx3R-fmJhXG-NUaJs-2f1i3-yk12P-GJzo8-8bwPU6-9ixqhU-5kYuvF-uYp-6KvDDZ-6BvuzW-5WuTyZ-63Lt5R-5CUkJG-27bax

Miroir. Crédit: Sam Sanford, 2007

Au delà de la pollution du débat intellectuel

L’interminable pandémie de Covid-19, le réchauffement climatique, les OGM et pesticides… autant de sujets où le traitement journalistique interpelle les savants et met en scène leur parole. Beaucoup a été dit autour de la liberté académique, c’est-à-dire la liberté illimitée qu’ont ces savants d’exprimer les réponses que leur dictent leurs connaissances, notamment face à l’instrumentalisation par une frange réactionnaire du pouvoir politico-médiatique de certains concepts et à une érosion de la démocratie universitaire2

La façon dont des scientifiques, depuis des années, polluent le débat intellectuel en inondant le débat médiatique de biais, d’arguments trompeurs, sinon de mensonges est également assez bien documentée. Tel géophysicien, tel sociologue, telle géographe, tel médecin, tel mathématicien… Ils sont assez peu nombreux, pour que les professions vous indiquent de qui il s’agit, mais leur emprise sur le système médiatique est profonde3.

Mais la question qui m’intéresse plus spécifiquement est non pas celle de ces savants « en errance », ou « en déshérence », mais celle des savants qui « travaillent bien ». C’est la question que se sont posé Einstein, Oppenheimer ou von Neumann après la seconde guerre mondiale et leur effort fantastique pour la fabrication de la bombe atomique, et les doutes profonds qui les ont ensuite assaillis devant les conséquences de cette arme.

Continuer la lecture

  1. “There is one comforting conclusion which is easy for a real mathematician. Real mathematics has no effects on war. No one has yet discovered any warlike purpose to be served by the theory of numbers or relativity, and it seems very unlikely that anyone will do so for many years. It is true that there are branches of applied mathematics, such as ballistics and aerodynamics, which have been developed deliberately for war and demand a quite elaborate technique: it is perhaps hard to call them ‘trivial’, but none of them has any claim to rank as ‘real’. They are indeed repulsively ugly and intolerably dull; even Littlewood could not make ballistics respectable, and if he could not who can? So a real mathematician has his conscience clear; there is nothing to be set against any value his work may have; mathematics is, as I said at Oxford, a ‘harmless and innocent’ occupation.” []
  2. Lire La panique woke, d’Alex Mazoudeau, le blog de RogueESR ou ce carnet Academia, je ne peux pas dire mieux. []
  3. Lire Marchands de doutes, d’Erik Conway et Naomi Oreskes, ou bien La fabrique du doute, de Stéphane Foucart, Stéphane Horel et Sylvain Laurens, là encore je ne peux pas dire mieux. []

Harcèlement universitaire : comment être un ou une allié∙e

Deuxième volet de la série d’articles sur le harcèlement universitaire, publiés par Morteza Mahmoudi et ses collègues dans les grandes revues en STEM.

  • par Morteza Mahmoudi, Science, 21 août 2021

Le harcèlement et le harcèlement sexuel sont bien trop fréquents à l’université, et les réactions institutionnelles sont bien souvent inadéquates1 Bien que les enquêtes se préoccupent souvent de ce que les collègues cibles du harcèlement peuvent faire pour se protéger2, il est important de reconnaître que toustes les membres de la communauté scientifique peuvent et doivent s’attaquer au harcèlement universitaire. Si les témoins de harcèlement, les membres de commissions d’enquête, les rédacteurices-en-chef de revues, et autres gardien∙nes de l’institution académique, et toustes les individus à tous les niveaux de la communauté scientifique mettaient à profit leurs connaissances et leur pouvoir pour combattre le harcèlement, nous pouvons créer un environnement scientifique plus sûr et plus policé.

https://www.flickr.com/photos/42868587@N00/26192888756/in/photolist-FUzphh-2ckP8ez-24av2Xu-65CF1i-J5v6J-Gavyks-6BoGRt-28x5ro-7TDqAh-bPcxtT-29ySpsf-6kjeTK-52uLrv-fy8Ek-g11VKj-6buRG3-74raaL-gywA4-fy8Ej-ed5tf-7UpyAW-pXLc1X-65CF9e-7SqjEF-FpVzJ1-n15ccY-4FkDaf-6pt71Y-83772-bRNSye-6hcthm-ajc1gy-opfCy3-ehqjX-9rTFYn-9Lp4ue-bwZqyt-nvgfvc-o5gaLx-7Mnyix-6a6ZLx-n15ocU-4LFLoF-5UazDf-7PuGJQ-65spaU-6CEiZs-86QCzA-21Aki-5xESz1

Adenium Obesum – Desert Rose Flower. Crédit: rpphotos, 2016

Continuer la lecture

  1. Tamar L. Goulet, « Institutions key to inclusion and equity », Science 373, 170 (2021). ; Alexandra Witze, « Astronomers victimized colleagues — and put historic Swedish department in turmoil », Science 595, 15-16 (2021). []
  2. Voir, par ex. Morteza Mahmoudi, « A survivor’s guide to academic bullying » Nat. Hum. Behav. 4, 1091 (2020). []

La syndicalisation des apprenti·es, un aspect essentiel de l’activité du SELA 31

L’apprentissage en France existe formellement depuis le XXe siècle, et il consiste en la mise en relation de phases pratiques en entreprise et de phases théoriques en centre de formation. Un·e apprenti·e, en tant qu’employé·e par l’entreprise dans le cadre d’une formation en alternance, est donc considéré·e comme un·e salarié·e. À ce titre, la CGT a toujours aspiré à la syndicalisation des apprenti·es, à la base dans les syndicats professionnels et de branche correspondants aux domaines de formation des apprenti·es. En réalité, la syndicalisation des apprenti·es n’est jamais parvenue à vraiment se développer au sein de la grande centrale des travailleuses et des travailleurs en France, à part aux moments où la CGT se trouvait hégémonique dans tous les secteurs professionnels et dans la société civile. Le taux de syndicalisation des moins de 30 ans en France, de 2,7% seulement, nous renseigne sur le mal que rencontre la CGT concernant la syndicalisation des travailleurs “jeunes” ; de plus, nos observations sur le terrain valident l’idée que la syndicalisation des apprentis est difficile de nos jours.

Les réformes dernières de l’apprentissage en France, sous le quinquennat Macron notamment, propulsent le nombre d’apprenti·es : en 2021, on recense plus de 700 000 nouveaux contrats d’apprentissage. Cette évolution suit particulièrement la loi de 2018 relative à la “liberté de choisir son avenir professionnel”. Tout ceci s’inscrit plus généralement dans un processus de professionnalisation de l’enseignement, avec le développement des licences professionnelles, l’importance grandissante des acteurices privé·s dans les établissements de formation, la sélection de plus en plus importante à l’université, etc. Dans un objectif de maximisation de la plus-value pour les capitalistes, l’investissement dans la formation professionnelle est accru dans l’optique d’augmenter les qualifications des travailleuses et des travailleurs. Également, le besoin en main-d’œuvre qualifiée se développe en suivant les transformations du mode de production capitaliste contemporain, comme l’explique la majeure partie des études sociologiques du travail à ce sujet1. Ces considérations conduisent à la forte mise en avant politique de l’apprentissage en alternance, pour lutter contre le chômage par exemple2.

https://www.flickr.com/photos/nebarnix/4107188977/in/photolist-7fWqc4-aTbapt-ocUQBr-3YMfMT-7Yhw8D-pph19S-p4Rkzh-4U5oRg-KZ6bP-csy2kL-cfCkbG-2FzvxZ-56RN2X-9KX8KX-9HJXtT-METC-5Be6g-8PHG7Y-UdpZh5-5tenQB-9JLTxk-cD9275-ag3pLP-7WQLSQ-ijpAq-H6KXTq-2dnXHE2-7Cnjed-sMNniL-7TWUBN-77tsdA-83ycd2-csy2Z1-EejVUW-6qEC3h-Rv4q-rYPTfb-5yJFLp-GqAXJy-a8kMye-dWnzV6-5iK3kt-5YLHbt-bBiA2H-N3BimD-aBxTMe-KZ6bH-bAS6gj-8HpTm9-gAMwps

Bourgeonnement. Credit: Jasper Nance, 2009

Étant donnée la faiblesse relative de la CGT concernant la syndicalisation des apprentis et leur nombre grandissant, la démocratisation de l’alternance et l’accent politique mis sur les formations dites “professionnalisantes”, le patronat a les mains libres pour exploiter au mieux les apprentis. En parallèle, le syndicalisme apprenti représente un terrain vierge de luttes, dans un contexte particulier où les apprentis auraient le plus besoin de représentation syndicale pour défendre leurs intérêts matériels et moraux. En effet, l’ensemble des réformes contemporaines de l’apprentissage suit la libéralisation économique et sociale capitaliste défavorable au camp des travailleuses et des travailleurs, comme l’illustre par exemple le rôle de plus en plus important que jouent les acteurices privé·es dans la formation des apprenti·es.

Continuer la lecture

  1. Voir les travaux du sociologue Michel Lallement, ou encore Le Nouvel esprit du capitalisme, de Luc Boltanski et d’Ève Chiapello, 1999. []
  2. Voir les aides financières récentes importantes pour soutenir le développement de l’apprentissage, notamment le Guide pratique à destination de l’employeur. Ministère du travail, novembre 2021. []

Violences sexistes et sexuelles : les missions Égalités en souffrance, sur Rapports de force

Après les scandales qui ont éclaté dans les Instituts d’études politiques et d’autres grandes écoles, les établissements du supérieur ont renforcé leurs dispositifs de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Ces derniers se matérialisent le plus souvent par la formation de cellules d’écoute destinées à recueillir les signalements de violences, préalables à l’ouverture d’enquêtes internes. Dans les faits, les chargées de mission et référentes Égalités, personnages centraux de ces dispositifs, ont bien du mal à remplir les tâches auxquelles elles sont affectées.

Extraits. Au tout début, il y a l’excitation de la prise de poste, renforcée par les discours institutionnels promouvant plus que jamais l’égalité, ainsi que la lutte contre toutes les formes de discriminations et de violences : sexistes, sexuelles et racistes. « Quand on parvient à obtenir un poste à temps plein, plutôt bien rémunéré, sur ce sujet, qui plus est à l’université, ça nous met dans une dynamique vraiment positive », se souvient Georgia, recrutée comme chargée de mission Égalités dans une université française. (…) Or, de nombreux témoignages font état d’un rapport difficile entre les victimes et certains membres des services de santé universitaire et révèle que ce fonctionnement tend à médicaliser une question éminemment sociale et politique. Si les établissements de l’enseignement supérieur programment des webinaires et autres sessions de sensibilisation sur la question, les remontées de terrain indiquent que les obligations de formation sont souvent à moitié respectées.

Collages féministes Lyon, sd

Des violences sexistes et sexuelle encore banalisées

Continuer la lecture

Incompréhensible licenciement d’une chargée de recherche à l’INRAE. Que vaut la parole d’un PDG ? Communiqué intersyndical

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Visite_de_Mr_Philippe_Mauguin_%C3%A0_l%27_INRA_de_Versailles-48-cliche_Jean_Weber.jpg

Philippe Mauguin, actuel PdG de l’INRAE, à l’ INRA de Versailles, 23 février 2017. Crédit: Jean Weber

Vous avez été nombreux à soutenir notre action de représentants du personnel (RP) l’année dernière pour défendre une jeune Chargée de Recherche recrutée sur poste handicap, victime d’un accident du travail, puis injustement licenciée en janvier 2021, contre l’avis de la Commission Administrative Paritaire des Chargés de Recherche (CAP des CR). Grâce aux nombreuses signatures de la pétition en faveur de son maintien dans l’institut (1500 signatures en une semaine), le PDG Philippe Mauguin nous avait accordé une entrevue le 22 janvier 2021 à l’issue de laquelle il s’était formellement engagé à lui accorder une nouvelle année probatoire sur un poste handicap CR ou IR, sans nouveau processus de sélection. Il confiait au DRH la charge de mettre en œuvre ce recrutement. Notre collègue, au chômage depuis janvier 2021, a eu confiance dans cet engagement fort et s’est pleinement investie dans cette voie plutôt que de contester juridiquement le non renouvellement de son contrat. Malgré les souffrances précédemment accumulées résultant de l’échec du premier recrutement et des tensions associées, puis de l’attente d’une décision la concernant, attente d’une durée incompréhensible (un an) révélant la légèreté avec laquelle la direction générale s’occupe des agents en situation difficile, elle a activement contribué à co-construire un projet de recrutement avec une unité, en accord avec la DRH. Contrairement aux engagements pris par la DG, le processus de recrutement, au bout de huit mois de co-construction (soit huit mois de chômage consacrés à cette perspective), s’est conclu par une procédure sélective que rien ne laissait prévoir. Ceci a profondément déstabilisé notre collègue lors de l’épreuve, ce qui l’a finalement écartée et a mis un terme définitif à un possible recrutement à l’INRAE. Continuer la lecture