Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal, à propos de la LPPR-rémunérations, 15 janvier 2020

En passant

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal, à propos de la LPPR-rémunérations, 15 janvier 2020

En attendant le communiqué préparé par Sud Education et Sud Recherche, paru le lundi 20 janvier, seul syndicat invité par Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le 15 janvier 2020, voici le communiqué du SNTRS-CGT publié ce vendredi 17 janvier 2020.

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal,
Ministre de l’enseignement supérieur et la recherche du 15 janvier 2020
sur le thème LPPR – rémunérations

Continuer la lecture

« Inutile de pousser le bouchon trop loin » : réflexions de Thierry Coulhon, Conseiller du Président de la République sur l’avenir de (l’évaluation de) l’ESR

Update 18 janvier 2020

À l’occasion du colloque Bilan et perspectives de l’évaluation de l’ESRI : 2015-2025, Thierry Coulhon, Conseiller Enseignement supérieur et recherche du Président Macron, sort de son silence élyséen, remplaçant au pied levé, nous dit-il, Cédric Villani. Il rappelle avec satisfaction l’œuvre accomplie avec quelques frères d’armes depuis 2007, en lien avec l’Australie, et expose le rôle à venir de l’HCERES, dont il est aujourd’hui le seul candidat à la direction.
Avec brio et conviction, il nous rappelle que la science française a réussi à avoir une évaluation digne de ce nom, qu’il faudrait qu’elle puisse disposer au moins d’un établissement universitaire parmi les 30 premiers du classement de Shangai, et que le Haut Conseil a pour vocation à évaluer à l’avenir tout ce qui est évaluable afin d’affecter correctement des moyens.
Bon visionnage (à partir de la minute 24’20)

Transcription (Hcéres)

C’est un véritable honneur1 pour moi d’ouvrir ce colloque, parce qu’il marque sans aucun doute un moment important de l’histoire de notre système d’enseignement supérieur et de recherche. Je mesure le chemin parcouru depuis cette année 2007, où Jean-Marc Monteil portait pour l’Agence d’évaluation issue de la loi de 2006 une vision qui transcendait le Comité National d’Évaluation. Je me souviens, quelques années après, de l’occupation du Siège de la rue Vivienne, que nous essayions de traiter depuis le cabinet de Valérie Pécresse.

Je me rappelle également l’année 2012, où je percevais des échos lointains de débats aussi enfiévrés que byzantins sur l’évaluation depuis un autre pays, situé beaucoup plus au sud, un pays où la scie

Une maison en feu au Lac Coniola, New South Wales, lors de la Saint-Sylvestre (c) Matthew Abbott, The New York Times, 2019

nce était plus jeune mais où l’évaluation était considérée comme naturelle et depuis longtemps opérée avec soin. Je dois avouer que j’avais omis d’expliquer aux Australiens2 que nous avions passé six mois et dépensé une grande énergie à transformer une agence en Haut Conseil et que cela était considéré en France comme une avancée substantielle. Je me souviens également de tout ce qu’ont accompli les présidents successifs et les équipes de l’AERES puis du Hcéres. Au moment de la prise de fonction de Michel Cosnard, nous partagions tous le sentiment d’une grande construction.

En principe, un conseiller du Président de la République3 n’émet pas de déclaration publique. Considérons donc que c’est comme collègue, témoin de la douzaine d’années qui viennent de s’écouler et acteur pour encore quelques années du monde de l’ESR que je partage ces quelques réflexions avec vous.

Continuer la lecture

  1. La transcription n’a pas retenu toutes les expressions plus familières, à l’instar de celle qui donne le titre de ce billet : elles figurent dans le discours oral. []
  2. Professeur de classe exceptionnelle, Thierry Coulhon a administré le Mathematical Sciences Institute de l’Australian National University (ANU) à Canberra. Sur le modèle universitaire australien et ses dérives documentées depuis longtemps et encore aujourd’hui, voir Connell Raewyn, 2019, The Good University: what universities actually do and why it’s time for radical change, Clayton, Victoria, Monash University Publishing — recension ici — ou encore “Dreadful uncertainty’ plagues Australian researchers. Delays in the name of political PR ‘forcing academics overseas” by John Ross, Times Higher Education, November 10, 2019. []
  3. Thierry Coulhon est Conseiller Enseignement supérieur et recherche du Président de la République depuis mai 2017. []

Vrai ou faux ? Sur les primes discrétionnaires des directeurs académiques

En passant

Les directeurs académiques touchent-ils une prime de fin d’année de 50 000 euros ?

Des élèves devant le lycée du Parc, à Lyon, en 2012. (Jean-Philippe Ksiazek / AFP)

Les directeurs académiques de l’Education nationale peuvent être indemnisés annuellement jusqu’à plus de 50 000 euros. Des sommes dont les critères d’attribution restent cependant opaques.

Article de Julien Nguyen Dang, franceinfo , mis à jour le 15/01/2020 | 20:09

Une belle prime de fin d’année de 50 000 euros. C’est ce qu’auraient touché les directeurs académiques des services de l’Education nationale (Dasen, les anciens inspecteurs d’académie des départements), en plus de leur traitement indiciaire de fonctionnaires, en 2019. Une prime annuelle qui aurait augmenté en décembre, rapportent les syndicats SNUipp-FSU de l’Ain et SUD Education dans des communiqués, ce qui n’a pas manqué de faire réagir les internautes.

Continuer la lecture

Faire grève dans l’ESR : communiqué de l’AG des précaires de l’ESR en France

Nous republions ici le Communiqué de l’Assemblée générale Ile-de-France des précaires de l’Enseignement supérieur et de la recherche du 11 janvier, publié initialement sur le site du collectif Université ouverte. Ce qui nous intéresse particulièrement dans ce communiqué, en tant que personnels ITA et BIATSS, ce sont les différentes actions proposées, qui portent sur des activités incluant nos métiers (édition, communication, administration, etc.) et donc permettent une solidarité dans la grève entre toutes les catégories de personnels de l’université et de la recherche.

*
*    *

 

Communiqué de l’Assemblée Générale Ile-de-France des précaires de  l’Enseignement Supérieur et de la Recherche du 11 janvier 2020

Contact : precairesesr_idf[at]@riseup.net
facebook : « Précarités de l’ESR mobilisées »

Nous, personnels précaires de divers établissements d’enseignement supérieur de la région parisienne (Paris 1, Paris 3, Paris 7, Paris 8, Paris Nanterre, Paris 13, Université de Marne-la-Vallée, Université d’Evry, EHESS, ENS), réuni⋅es en assemblée générale ce samedi 11 janvier 2020 à Paris, nous déclarons en grève. Nous réaffirmons ainsi notre statut de travailleur⋅euses et rappelons que sans nous et notre travail, trop souvent invisibilisé ou non rémunéré, les facs et les labos ne sont pas en mesure de fonctionner.

"Guillotina", par Escif, Valencia, España, 2012

“Guillotina”, par Escif, Valencia, España, 2012 : http://www.streetagainst.com/wp-content/uploads/2012/01/g01.jpg

Continuer la lecture

Former des stagiaires ou les exploiter ?

https://www.flickr.com/photos/internetarchivebookimages/14577449369/in/photolist-odaePX-wLpojD-wLfcKk-owcW5r-wwEAVZ-t8y1g2-oe5p9v-tMNYeq-xbXyhY-xrmxS5-xsHXKJ-x37BU5-r6j3MK-t4vF24-jMqUKm-rpxr1U-rpCEua-qsDPVb-xvbhrw-rpvoLr-wyCNpo-r6kxXX-qsSyVp-xe3cRU-x3LB9p-oycUWK-oeSjaa-xxuNSx-rpDqaB-rpyKHw-r85y1S-wL8qrW-owrAFu-x1tZAf-wLiJn7-rpCEHr-xtF9ik-8eqRCx-x3VAv2-r6jgNK-x3Vyyr-w6QhP9-wLfnwJ-oxZuoR-owcSTC-ovYpEW-oevdmG-oekJZe-ouTS6a-osMK6y

Image from Course catalogue, North Western University (Boston), 1909

Le stage est une mise en situation temporaire en milieu professionnel de l’élève ou de l’étudiant, lui permettant d’acquérir les compétences professionnelles liées sa formation. Les missions qui lui sont confiées doivent être conformes au projet pédagogique de son établissement d’enseignement1.

Un stage d’étudiant ne peut pas être proposé pour :

  • remplacer un salarié en cas d’absence, de suspension de son contrat de travail ou de licenciement ;
  • exécuter une tâche régulière correspondant à un poste de travail permanent (le stagiaire n’a pas d’obligation de production comme un salarié) ;
  • faire face à un accroissement temporaire d’activité ;
  • occuper un emploi saisonnier.

Il est pour le moins étonnant de lire l’annonce ci-dessous
Continuer la lecture

  1. Voir le site Service public pro.fr : https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F20559 []

Vers une police politique à l’Université ? Malaise à la fac de Toulouse

En passant

https://www.flickr.com/photos/javier1949/7501405024/in/photolist-cqSEno-bcSiAa-aaVQaR-a6uxaT-a3WDup-a1SJTy-a1eVrh-7xHghe-7vemtV-6PqMbk-697YDS-5w9D9E-4Z48rP-6zVdSe-egyFYP-bWCkrw-6N7rRb-4JTctF-Lm8zo-52vCz-asqnD7-8aex7X-7z5y2Z-2ezxrca-2acMC9c-JzhH7P-jCB72c-ePbdmc-eJA1Ks-eyVsu9-dqAb8Q-dpfoyJ-bUCAGh-bsB64o-aVYKg8-aoNMaW-a716AL-a2pToZ-a2rB8S-a1XVhB-9Hkv1N-9BxHXD-9ATKBR-9kET2D-9dAWgS-91bK57-8EBH9S-8x3onX-86KUWW-263Nko6

Javier, Museo de Colecciones Reales. Obra en Proceso. Work in progress. En memoria de Luis Moreno Mansilla. 2011

L’université Jean-Jaurès de Toulouse est secouée par la récente révélation d’un échange de courriels internes datant de 2018 invitant à pénaliser des personnels engagés dans le mouvement de grève. Une authentique « liste noire » qui pose la question du fichage politique et celle de la mainmise technologique exercée sur les personnels de l’Université. C’est ce que nous fait découvrir Médiapart dans un article récent.

Continuer la lecture

« Les promesses n’engagent que ceux qui y croient » : sur l’avant-projet de loi Retraites

Le gouvernement vient de dévoiler l’avant-projet de loi sur les retraites. Faute de pouvoir en faire une lecture cursive rapidement, Academia vous propose dès à présent de consulter les textes. Ce billet sera complété aussi vite que possible.

D’ores et déjà, sachez qu’en échange de l’adoption de cette loi, “le gouvernement s’engage à revaloriser” les traitements des enseignants et des enseignants-chercheurs.

https://www.flickr.com/photos/83071998@N06/8192085307/in/photolist-dtUzy8-5G8VfD-97u1mQ-dtZUXy-NpujG1-9MMcs2-22wT5YW-8FXkCF-ywf1Df-5Hhhxk-HVzCGx-FSzB3R-7ssJ8-dNSgGz-GgcMN-rmcFJa-siTm8S-9Urqer-AnR2V-dNTieB-s9odrg-X1gvN7-aMXvr-apMxj9-6gFtta-dvqxCn-CFLRR8-2cBG2UU-gMjjQe-99QFic-dvqyWP-FiXi78-27u854m-HMsrP5-8ox8XF-6CPSKN-pUTxqk-Ab11xY-5SdXgn-QzZsiX-dPgyXC-sViqfT-8aU4uS-pRSbbs-eX6vfu-7gdkdh-5DDuQ4-osTAf3-a7GQsR-71Sf

O2cu, Faith, 2012

Attaques fascistes contre étudiant-es et enseignant-es à Jawaharlal Nehru University (Dehli)

The Sabarmati hostel at the Jawaharlal Nehru University campus in New Delhi, India, after the attack. Photograph: Harish Tyagi/EPA

Aishe Ghosh, leader étudiant, après l’attaque à JNU

Dans la nuit du 5 au 6 janvier 2020, des bandes armées de marteaux et de barres de fer ont envahi Jawaharlal Nehru University, bastion universitaire de gauche. L’attaque, commanditée selon le porte-parole du syndicat étudiant,a été conduite par des hommes cagoulés que la police n’a pu identifier.

L’attaque a eu lieu alors que les étudiant-es ont initié un vaste mouvement de protestation contre la loi sur la citoyenneté voulue par le premier ministre Narendra Modi. Cette loi exclut les musulmans indiens de la citoyenneté indienne1.

La police est accusée d’avoir refusé d’intervenir alors qu’elle se trouvait aux abords de l’Université. Plusieurs victimes, dont Aishe Gosh, leader de la protestation étudiante contre la loi sur la citoyenneté, ont été inculpés pour des coups et blessures sur les gardiens de l’université.

Continuer la lecture

  1. “The law allows Hindus, Christians and other religious minorities who are in India illegally to become citizens if they can show they were persecuted because of their religion in Muslim-majority Bangladesh, Pakistan and Afghanistan. It does not apply to Muslims”. (The Guardian, “Narendra Modi defends contentious citizenship law among protests“, 22 décembre 2019). []

Une nouvelle place de Grève? – Retour sur un blocage numérique

Texte paru le 10 janvier 2020, faisant suite à un premier billet paru sur Academia,  sur le blog de Les invisibles de l’USR 2004 qui nous autorisent aimablement à republier.

La lutte en cours contre la réforme des retraites donne lieu à une série d’expériences d’actions de mobilisation numérique. À la suite de la prise de parole des camarades Community managers de Mediapart, nous prenons la plume et restituons notre expérience1..

Dans le cadre de la journée interprofessionnelle du 17 décembre 2019 contre une réforme des retraites inique et idéologique avancée par le gouvernement, le personnel de l’Unité de Service et de Recherche 2004, aka OpenEdition, réuni en Assemblée générale, a décidé le 16 décembre 2019 plusieurs actions. Parmi celles-ci : l’inaccessibilité des sites produits et hébergés par OpenEdition (livres, revues, blogs et annonces d’événements académiques en sciences humaines et sociales) pour une durée de 24h via la redirection vers un texte de soutien au mouvement de grève.

Si le sens de ces actions était guidé par la volonté de refuser une réforme des retraites dont l’impact sur la société et sur nous-mêmes (techniciens, ingénieurs et assistants ingénieurs) allait être considérable, les modalités de ces actions partaient d’interrogations sur l’invisibilité des grèves « classiques » dans le vaste secteur des métiers du numérique. Ainsi, le vote largement majoritaire de ces actions reflétait le refus profond d’une réforme des retraites injuste mais aussi le désir de rendre enfin visible ce qui ne l’était pas dans le numérique : des travailleuses et travailleurs en grève.

Tweets de Martin Clavey, des 16 et  17 décembre 2019

Continuer la lecture

  1. Ce témoignage a été rédigé par plusieurs employés d’OpenEdition et n’engage pas le collectif de l’Assemblée générale des personnels de cette unité. []

Des historiens sans corps, ni vieillesse (XXe-XXIe siècles)

————————————————————————————————
De:Association d’histoire de France <contact@ahf.fr>
Envoyé: Samedi 16 Juin 2164 18:52:09
Objet: AAC – Des historiens sans corps, ni vieillesse (XXe-XXIe siècles)

Cette journée d’études vise à combler un vide historiographique significatif. Par un curieux mystère, il semblerait que les historiens du XXet du XXIe siècle aient pu traverser la séquence 2019-2020 sans s’inquiéter outre mesure pour leur pension de retraite. Étant pourtant exposés à la réforme du gouvernement Édouard Philippe (1er), aucune trace archivistique signifiante de leur mobilisation ne subsiste sur leur liste professionnelle principale. Si plusieurs spécialistes ont déjà pu souligner la faiblesse du répertoire d’action protestataire de cette corporation souvent limité à la pétition (Tilly 1984, Contamin 2005), un doute subsiste quant aux régimes de justification que ces derniers ont pu se donner à eux-mêmes dans un contexte de fluidité politique marqué, au contraire, par la mobilisation de plusieurs corps professionnels pourtant réputés peu enclins à se mobiliser.

https://www.flickr.com/photos/yumanuma/5421234992/in/photolist-9g4fhQ-7Jth8-9pxyk-4U7Wk1-aB2eft-dzYVMu-bhQLnk-yKQTzH-bmEJi-6CrxvD-32tB4-754kbu-98HT-6miB8z-okBRdy-22Ub2yH-aST7np-LAZuh1-4UDUhZ-eqa1R-rEzPCk-mdj2S-6jDs9K-7X6jth-5Cgsy5-5gZcCE-9maVsf-6ywXei-83G7tP-aBedH-7qmyar-5Nzss-4QRj9p-4Ec4Ab-aQAJEn-ejaLfu-ad3wp5-7HGKcj-4oBFqX-7CpEv8-48NCC-yZNUTk-RPv7Fw-P8dFEb-Uf7coV-J9z7ir-2hmfy7B-2gerSn9-JHj5sR-2hxdeeq

YuMaNuMa, Emptiness, 2011

En faisant varier le plus possible les jeux d’échelle (Revel 1996) et en n’hésitant pas le cas échéant à mobiliser des sources subalternes mêlant l’analyse de traces laissées par des précaires en lutte face à une telle inertie et des archives de rectorat ou d’administration centrale, il sera possible d’écrire une histoire « à parts égales » de ces régimes de doute afin de parfaire la mise en récit de cette abstention silencieuse.

Sans pour autant que les propositions se limitent à ces deux aspects, deux axes pourront être envisagés.

Continuer la lecture

La commission permanente du Conseil National des Universités vote à l’unanimité une motion sur la LPPR

La commission permanente du CNU, réunie le mardi 7 janvier 2020 à Paris en vue de l’installation de son bureau, rappelle son attachement aux missions nationales du CNU, instance garante d’équité, d’impartialité, d’expertise et de collégialité dans l’appréciation des différents aspects de la carrière des enseignants-chercheurs.

L’assemblée s’alarme de certains éléments évoqués dans les rapports préalables au futur projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche : la suppression de la procédure de qualification, de la clause d’accord des intéressés pour la modulation des services, de la référence aux 192 heures (équivalent TD) d’enseignement et donc de la rémunération des heures complémentaires, ainsi que la création de nouveaux contrats de travail d’exception aux dispositions statutaires.

Si elles devaient obtenir force de loi, ces dispositions équivaudraient à une remise en cause du statut d’enseignant-chercheur et des fonctions du CNU.

L’assemblée demande instamment que la CP-CNU soit désormais associée à la réflexion sur la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

NPPV : 0
ABST : 0
CONTRE : 0
POUR : unanimité des présents