Que la Higher School of Economics de Moscou se conforme aux exigences de liberté d’expression et de liberté académique. Une pétition

Pétition

À la direction et au conseil académique de l’École supérieure d’économie :

Nous vous écrivons pour vous faire part de notre profonde inquiétude concernant les développements au sein de votre Faculté des sciences humaines qui, à notre avis, menacent les principes de la liberté d’expression et de la liberté académique.

Comme l’indique le site web de l’université, ses organes directeurs ont approuvé la fusion de l’École de philosophie et de l’École d’études culturelles en une seule École de philosophie et d’études culturelles, ainsi que la fusion du Département de philologie générale et appliquée et du Département d’histoire et de théorie de la littérature pour créer une École d’études philologiques. Cette lettre n’entend pas critiquer ces décisions en elles-mêmes, ni exprimer une opinion sur les processus complexes et importants de restructuration que les institutions universitaires du monde entier doivent parfois entreprendre. Toutefois, nous souhaitons exprimer notre inquiétude face aux indications selon lesquelles l’administration de l’université pourrait appliquer des critères d’évaluation des membres du corps professoral douteux et non transparents dans le cadre de ces transitions.

Au cours des dernières semaines, de nombreux rapports médiatiques ont indiqué que les activités des membres de la faculté universitaire dans le domaine des médias et des médias sociaux, en particulier leur défense des droits des autres membres de la faculté et des individus à la liberté d’expression et à la liberté académique, sont devenues un facteur d’annulation de contrats ou d’ajustement dans le processus de restructuration administrative. Dans certains cas, des universitaires primés et de renommée mondiale ayant de brillants antécédents en matière de publications internationales sont menacés de perdre leur poste. Leur départ contredirait clairement les affirmations publiques selon lesquelles l’administration de l’université fonde ses décisions de restructuration sur des critères académiques uniquement – y compris, et c’est le plus important, les résultats de la recherche et des publications – pour remodeler l’institution.

En tant qu’universitaires, nous tenons la Faculté des sciences humaines de l’École supérieure d’économie en très haute estime. Nous collaborons fréquemment avec les membres du corps professoral de tous les départements et écoles qui sont actuellement en cours de restructuration et nous citons leur travail. Nous craignons que, si la réorganisation se déroule effectivement d’une manière aussi inadaptée, l’école perde certains de ses plus brillants esprits et ternisse sa réputation mondiale d’excellence académique. Non seulement les étudiants seraient privés d’une expertise académique de renommée internationale, mais une telle évolution entraînerait une érosion des partenariats, tant institutionnels que collégiaux, qui lient la Haute école d’économie à son groupe de pairs composé d’institutions internationales de premier plan.

À la lumière de ce qui précède, nous appelons l’administration de l’université à réévaluer le processus de restructuration en cours et à réaffirmer sa conformité avec le principe institutionnel internationalement reconnu de la liberté académique ainsi qu’avec le droit de l’homme à la liberté d’expression. Les considérations politiques ne doivent pas entrer en ligne de compte dans les décisions relatives au personnel enseignant, qui doivent être fondées sur une évaluation sobre des seuls critères académiques et professionnels. Ce serait une grave perte pour la communauté scientifique mondiale si, à la suite de décisions administratives mal motivées, la Higher School of Economics devait saper son bilan international enviable en matière de recherche pionnière en sciences humaines.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués,

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Continuer la lecture

Haro sur la liberté universitaire en Hongrie et en Russie

Une nouvelle législation vient d’être introduite à l’Assemblée nationale hongroise (Országgyűlés) qui vise la Central European University spécifiquement, une des plus prestigieuses universités d’Europe centrale et orientale.

CEU est une université privée « dédiée à l’enquête intellectuelle socialement et moralement responsable »: elle est accréditée à la fois en Hongrie et aux États-Unis, et reconnue par une loi hongroise spécifique éponyme ; elle est financée de façon indépendante par une fondation, auxquels s’ajoutent des donations philanthropiques, des partenariats, les frais de scolarité étudiante et les contrats de recherche. La CEU dispose d’une réputation élevée, et sert annuellement environ 1500 étudiants originaires de plus de 100 pays.

Des inquiétudes touchant à « l’influence étrangère potentielle » ont conduit le gouvernement populiste Orbán à s’attaquer à la CEU. Les propositions d’amendement à la loi CCIV de 2011 sur l’enseignement supérieur national, viennent d’être présentées le 28 mars 2017 au parlement, afin de :

  • D’interdire la Central European University de continuer ses activités sous son nom actuel, sauf si elle adopte un nouveau nom pour son organisation hongroise

  • D’imposer un permis de travail aux enseignants non originaires de l’Union européenne qui serait accordé par le gouvernement hongrois ;

  • D’interdire à la CEU de délivrer des diplômes américains à ses étudiants dans le cadre de son organisation hongroise même si la Hongrie et les États-Unis sont des membres OECD ;

  • D’exiger que la CEU ouvre un campus dans l’État de New York.

Début de la pétition Save Central European Université sur Change.org

L’inquiétude gagne les universités privées en Europe orientale, comme on peut l’apprendre sur le site de pétition Change.org ou par différentes tribunes dans la presse occidentale. Le modus operandi n’est pas si différent de celui qui s’est exercé contre la European University at St. Petersburg. Le 7 décembre 2016, Rosobrnadzor, le gendarme russe pour l’éducation, a suspendu l’autorisation de cet établissement d’enseignement supérieur de niveau Master et doctorat pour les sciences humaines et sociales. Le 20 mars 2017, la licence a été révoquée par décision judiciaire, ce qui prendra effet après l’examen de l’appel interjeté par la EUSP. Une autre université majeure pour les sciences humaines et sociales en Russie et en Europe orientale sera ainsi contrainte à arrêter ses enseignements. Il s’agit là d’un ultime avatar de la politique de Vlad1m1r Pout1ne vis-à-vis, notamment, des historien.ne.s dont les recherches viendraient entraver la politique de l’histoire que le président russe met en œuvre, grâce aux financements internationaux – ce qui les affuble du stigmate « agents de l’étranger ». La bataille, pourtant, se joue davantage au cœur de l’Europe, à Budapest.

Continuer la lecture