L’Université, le Covid-19 et le danger des technologies de l’éducation

La crise actuelle et la solution proposée d’un passage des enseignements en ligne en urgence ont accéléré des processus systémiques déjà en cours dans les universités britanniques, en particulier dans le contexte du Brexit. Même si l’enseignement en ligne peut avoir une portée radicale et égalitaire, sa pérennisation dans les conditions actuelles ouvrirait la voie à ce que les fournisseurs privés de technologies de l’éducation (edtech d’après l’anglais educational technology) imposent leurs priorités et fassent de l’exception une norme.

Mariya Ivancheva, sociologue à l’université de Liverpool dont les recherches portent sur l’enseignement supérieur, soutient, dans un billet publié le 3 juin 2020 dans Contretemps – revue de critique communiste, que nous devons repenser ce phénomène et y résister, sans quoi le secteur de l’enseignement supérieur britannique continuera d’opérer comme un outil d’extraction et de redistribution de l’argent public vers le secteur privé.

Pour lire l’intégralité de l’article de Mariya Ivancheva, dont l’intérêt dépasse largement le Royaume-Uni, cliquez ici.

 

Petition. The Assault on Universities

Alors que la plus grande menace plane sur l’emploi dans les universités britanniques, menacées d’un plan social d’envergure pour compenser les pertes de revenus générés par les étudiant·es étranger·es, des universitaires britanniques lancent un manifeste de résistance contre les nouvelles attaques contre les univertés. Voici le lien vers la pétition, reproduite ci-dessous. 

The New Assault on Universities:
A Manifesto for Resistance in Covid Times

4 May 2020

Our higher education system was in crisis before the coronavirus emerged. It now risks collapse.

Before the pandemic, a quarter of all universities were already in deficit – the result of unregulated competition in the sector that was unleashed in order to construct a higher education market. This has led to increased instability, far higher levels of government and student debt following the trebling of fees and introduction of loans in 2012, and the emergence of a corporate mentality and market logic that puts higher education at odds with its status as a public good. As the Public Affairs Committee put it in 2018, the ‘Higher Education market [is] not working in interests of students or taxpayers’.

Universities have been effectively privatised – dependent on tuition fees and accommodation revenue and, increasingly, reliant on income from international students.

The UK comes bottom of OECD countries in relation to the proportion of public spending as part of overall spending on tertiary education. Only 25% of its spending on higher education comes from the public purse, a mere 0.5% of GDP. Compare this to the US where 35% of spending on tertiary education comes from the government or 97% as in the case of Finland.

Covid-19 is going to intensify the problems that were already there. International – and possibly home – students are likely to sit out the year leading to a ‘black hole’ of at least £2.5 billion in the sector producing enormous operating deficits and heaping yet more stress on an already creaking system.

Yet much like the pandemic itself, we are not all in this together. Universities are ‘hoarding’ some £44 billion of reserves, with Oxford and Cambridge alone sitting on almost £21 billion of wealth, and the sector as a whole regularly runs a surplus over more than £1 billion.

Management teams are now drawing up contingency plans and recovery packages and are set to announce mass redundancies, pay and recruitment freezes, promotion pauses and programme cuts. Again, as with the pandemic, the axe will not fall evenly with casualised workers, BME staff and women set to bear the greatest brunt of the cuts.

Many employers will attempt to take advantage of the pandemic to institutionalise a form of ‘shock higher education’ where online delivery becomes standard, where surveillance becomes routine, where precarity becomes acceptable, where the right to a pension becomes obsolete and where funding becomes ever more tied to employability.

Our response has to be national and local, short-term and far-sighted, practical and visionary. We need a set of actions based around solidarity with the most vulnerable and a commitment that the burden should be borne by those most able to bear it: institutional reserves should be used; excessive salaries of vice-chancellors and senior staff cut dramatically; vanity capital expenditure projects suspended; marketing budgets and the use of consultants scaled right back; government intervention as described below.

We will need to resist the imposition of a ‘new normal’. In the immediate future, we need to collectivise the risk of redundancy by demanding that instead of job cuts, we have smaller classes; instead of sacking hourly-paid staff, we should make sure that excessive salaries are curbed and the money used for contract extensions for casualised staff; instead of scrapping research leave for the year, we should use this time to investigate the political, economic and cultural challenges posed by coronavirus.

Higher education is at the centre of the scientific and critical response to Covid-19. It is not just another industry like aviation and energy. Instead it needs a full bail-out and a massive increase in public funding. We have to reject a return to the ‘old normal’ of cut-throat competition, market logic, endless bureaucracy and rampant managerialism.

Thus we also need to build a radical new settlement for the period following Covid-19. The scale of this crisis provides an opportunity to undo the damage that the market has caused in the last decade: to restore free education accessible to all as a vital public good; to reintroduce incentives, like the Education Maintenance Allowance, for marginalised communities to study; to restructure higher education so that it is no longer dependent on casualised and zero-hours contracts; and to abolish the gender and race pay gaps that remain endemic throughout the sector.

Higher education is on the brink. This is a time for imagination, solidarity and resistance.

https://www.thecanary.co/uk/news/2020/02/03/74-uk-universities-to-strike-over-pay-and-pensions/

(c) The Canary, 3 février 2020

THE MANIFESTO

Continuer la lecture

Solidarité avec les précaires. Initiatives étrangères

Twitter, 5 mai 2020

Alors que la perspective de faire cours à distance à la rentrée se précise, avec moins d’étudiant·es et plus d’étudiant·es étranger·es, les universités « de service », dont l’équillibre financier repose sur les frais d’inscription, procèdent à des licenciements massifs des casual staff ou adjuncts.

Des collectifs s’organisent pour essayer de préserver la communauté professionnelle, dont font partie intégrantes les précaires, à l’instar de la vidéo réalisée par les personnels de la City Université of New York.

Fariba Adelkhah et Kylie Moore-Gilbert toujours emprisonnées

©Stéphanie Samper

La veille de Noël, l’Australienne-Britannique Kylie Moore-Gilbert et la Franco-iranienne Fariba Adlelkhah, ont commencé une grève de la faim et de la soif  pour dénoncer leur maintien en prison. Depuis, nous avons appris que l’époux de Fariba, Robert Marchal, avait été libéré.

Kylie Moore-Gilbert, qui semble plus isolée de Fariba, est emprisonnée depuis octobre 2018. Elle avait pris un avion de Melbourne le 24 août 2018 pour la ville de Qom afin de participer à un programme scientifique sur l’islam à destination des universitaires étranger·es. Elle est arrêtée en août 2018 et condamnée à 10 ans d’emprionnement depuis septembre 2019. Elle a laissé entendre en janvier 2020 que son emprisonnement s’expliquait par son refus de travailler comme espionne pour l’Iran.

Je ne suis pas une espionne, a-t-elle écrit aux autorités de la prison.Je n’ai jamais été une espionne et je n’ai aucun intérêt pour travailler pour aucune organisation d’espionnage pour quelque pays que ce soit. Quand je quitterai l’Iran, je peux être une femme libre et vivre une vie libre, sans me sentir à la merci d’extorsions ou de menaces.

En janvier 2020, Kylie Moore-Gilbert était privée de tout contact avec sa famille et connaissait des conditions de détention insupportables, aux dires des universitaires et des avocats qui la connaissent.

The Guardian, 21 janvier 2020

Dans sa correspondance que The Guardian avait lu en janvier, Kylie Moore-Gilbert écrivait :

“Je suis une femme innocent […] Je pense me trouver au coeur d’un sérieux problème psychologique. Je ne peux plus supporter les pressions de la vie  dans ce quartier aux conditions de détention extrêmement restrictives. Ma situation est rendue encore plus dure en raison de l’interdiction d’avoir des appels téléphoniques avec ma famille. Je m’inquiète beaucoup de leurs réactions à mon verdict mais je ne peux pas leur parler. C’est vraiment inhumain.

Je me trouve dans une solitude totale en Iran. Je n’ai pas d’amis ou de famille et, en plus des souffrances que j’ai endurées ici, je me sens comme si j’avais été abandonnée et oubliée, après avoir fait tant de demandes auprès de mon ambassade, je n’ai toujours pas d’argent pour supporter toute cette situation. (Trad. Christelle Rabier)

Les associations n’ont cessé de dénoncer l’isolement politique dans lequel Kylie Moore-Gilbert s’est trouvée depuis son incarcération, jugeant en janvier que « Rester silencieux, ou traiter la situation avec précaution donne un feu vert pour que l’establishment (justice et police secrète) continue à piétiner les droits humaines sans avoir de comptes à rendre » (Hadi Ghaemi, directeur exécutif du Center for Human Rights in Iran basé à New York).

Kylie Moore-Gilbert n’a pas fait partie des prisonniers libérés par l’Iran en raison de l’épidémie de covid-19, pas davantage de Fariba Adelkhah. Le 30 mars, le comité de soutien de Fariba a écrit à une Lettre à Mme la Ministre Frédérique Vidal à propos de la détention de Fariba Adelkhah.

#FreeFariba

#FreeKylieMooreGilbert

Signez la pétition pour la libération de Kylie Moore-Gilbert

Continuer la lecture

Royaume-Uni, Allemagne : les précaires comme variable d’ajustement en temps de crise

La crise sanitaire en cours en Europe met dans une lumière encore plus crue que les mois passée la situation fragile des hommes et des femmes chargé·es de cours dans les universités européennes, Lumpenproletariat dont la crise supprime les ressources.

Royaume-Uni. La grève des personnels universitaires britanniques contre la précarisation généralisée des personnels a été largement parallèle au mouvement social des universités et labos en lutte. Plus de 50 % des salariés des universités britanniques occuperaient des emplois précaires selon le syndicat UCU. Déjà fin janvier, l’équivalent anglais des Langues O, la SOAS, avait licencié l’ensemble de ses salariés précaires en mettant en avant sa situation financière jugée intenable. L’épidémie de Covid-19, qui a des conséquences budgétaires majeures pour des universités qui vivent très largement de frais d’inscription et notamment des frais payés par les étudiants étrangers, frappe donc les précaires des universités britanniques avec une violence toute particulière. Le Guardian signalait, jeudi 2 avril, que les universités du Sussex, de Bristol et de Newcastle avaient commencé à licencier leurs salariés précaires par dizaines pour ajuster leur masse salariale aux recettes en chute, en attendant de ne pas renouveler les CDD arrivant à échéance dans les semaines à venir, malgré les protestations des syndicats et des étudiants.

https://www.ucu.org.uk/he-action-resources

Extrait de la Our Four Fights campaign de UCU, 2020

En Allemagne, où le Mittelbau (le corps enseignant universitaire hors-statut de professeur) ne bénéficie d’aucun statut de référence comparable à celui de maître de conférences et doit survivre de post-doctorat en chaire junior et de vacation en poste d’assistant auprès d’un mandarin, de nombreux cours seront annulés lors du « semestre d’été » qui devait démarrer vers le 20 avril et qui se déroulera essentiellement en ligne. Certaines président·es, mais aussi des syndicalistes et le réseau des précaires NGA, envisagent publiquement l’hypothèse d’un « non-semestre » (Nichtsemester), sans enseignements ou presque. Il n’y a pas d’année universitaire en Allemagne et la notion même de durée de référence d’un cursus y est d’introduction assez récente, ce qui rend cette hypothèse viable sous réserve d’un accompagnement financier des étudiants, des salariés des universités et des établissements eux-mêmes. Si les président·es cherchent à éviter le Nichtsemester, les précaires du NGA ont publiquement pris position pour cette option, en demandant qu’elle soit adossée à un accompagnement institutionnel et notamment à une prolongation de l’ensemble des contrats en cours.

https://www.flickr.com/photos/jrej/21632775039/in/photolist-yXBCkZ-8wJM6S-oXTBQr-4jNobf-6rZMhi-9jiwWs-2hFxDDX-5bPRp-2d5dQQQ-9hMYaK-avoQNb-34Hys7-fH768N-5F1hRj-HeSxTp-8gi5pW-avnjek-rNuWB-2i4FByG-6d9Cx9-5EVHvD-avoUbL-duDBff-TrejkB-avmcMv-23oJW48-avmdSi-hQZ1oZ-fr9r1J-8hfyCe-8hiPL9-avmfAH-dhfuXJ-4YwLML-cdSAZQ-5Gg62c-avoQyN-6pn8EL-aj7bff-bKEGWi-Uhgy8w-22yGqRG-4wFXtN-6d5txk-2hKddPQ-avoTtE-3aDiDz-2bhXTrn-6d5sQX-4M4R52

« Unser Leben », Walter Womacka (1964) – Haus des Lehrers, Berlin (Photo: GrégoireC, 2015)

Même si les sommes en jeu peuvent paraître considérable, il faut noter que l’État allemand et les Länder, exceptionnellement, semblent prêts à mettre beaucoup d’argent sur la table pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise, y compris sous la forme d’aides financières directes aux particuliers frappés par les conséquences de l’épidémie. Mais faute de concertation sur le Nichtsemester, la précarité massive des enseignants et la grande flexibilité des cursus allemands est en train de déboucher sur un quasi-Nichtsemester de fait, avec des suppressions d’enseignement massives dans tous les cursus de façon à faire tourner la machine universitaire à bas régime et en ligne. La variable d’ajustement, ici aussi, ce sont les plus précaires, payés à la tâche comme les chargés d’enseignement vacataires français, et dont beaucoup d’enseignements seront suspendus pour le semestre d’été, avec comme conséquence une chute de revenus… qui n’a pas été anticipée dans les accords sur les aides financières directes mises en place par les pouvoirs publics. La radio publique bavaroise vient d’alerter sur le fait qu’à l’heure actuelle, en Bavière tout du moins, les freiberufliche Dozenten — ces chargés de cours vacataires, dont le système allemand ne fait pas semblant de croire qu’ils ont forcément une activité principale hors de l’université — ne sont pas éligibles à ces aides directes et n’auront pas d’autre solution, si leur cours est supprimé, que de demander directement l’allocation Hartz IV, le RSA allemand.

France, Royaume-Uni, Allemagne : trois traditions universitaires dont la différence est proverbiale, mais trois évolutions conjointes vers le culte du management par projets, une dépendance accrue vis-à-vis des financements extérieurs, et un bouleversement de la nature même du métier d’universitaire par la précarisation généralisée. Aujourd’hui, dans ces trois pays, les comptables du naufrage de l’université publique traitent les précaires, qui sont l’université telles que les réformes l’ont redéfinie, comme la variable d’ajustement du choc financier et institutionnel de la pandémie. Cette violence qui laissera des traces souligne la nécessité de regarder comme un enjeu prioritaire le combat pour des statuts protecteurs et pour des garanties matérielles de l’indépendance des universitaires, dans toute l’OCDE.

Liens

Coronavirus. My name is Bruno Canard. English translation

« J’ai pensé que vous avions momentanément perdu la partie ». Bruno Canard à propos la recherche sur le coronavirus

English translation

This text is a translation of the testimony of Bruno Canard that was read at the end of the national  demonstration « L’Université et la recherche s’arrêtent » [University and Research on hold] on March 5th 2020 in Paris.

My name is Bruno Canard, research director at the CNRS [the French National Research Institute] at Aix-Marseille Université. My research team works on RNA (ribonucleic acid) viruses, which include coronaviruses. In 2002, our young team was working on dengue fever, which got me invited to an international conference where we discussed coronaviruses, a large family of viruses that I did not yet know. Then, in 2003, the SARS (severe acute respiratory syndrome) epidemic emerged and the European Union launched major research programs to try not to be caught off guard by an unforeseen epidemic. The approach was very simple: how to anticipate the behavior of a virus that we do not know? Well, simply by studying all of the known viruses, in order to understand what can be transposed to new viruses, and in particular how they replicate. This type of research is uncertain, its results cannot be planned, and it takes a lot of time, energy, patience.

Infection par Coronavirus

This is patiently validated basic research, on long-term programs, which may eventually have therapeutic outlets. It is also independent: it is the best vaccine against a scandal like the Mediator one [This was a large-scale scandal in France in which the drug Mediator of the French pharmaceutical company Servier, which was introduced on a large scale without prior careful and independent investigation, after several years was found to cause serious heart complaints, involving approximately 2,000 deaths and more than 4,000 victims in the trial, (note by translators)].

In my team, we participated in European collaborative networks, which led us to find results from 2004. But, in viral research, in Europe as in France, the tendency is rather to strain ourselves during an epidemic event and then forget about it. By 2006, political interest in SARS-CoV had disappeared; no one knew if it was going to come back. Europe has withdrawn from these major anticipation projects in the name of taxpayer satisfaction. Now, when a virus emerges, researchers are asked to mobilize urgently and find a solution for the next day. With Belgian and Dutch colleagues, five years ago we sent two letters of intent to the European Commission saying that we have to be prepared. Between these two letters, Zika appeared…

Continuer la lecture

Les professeurs des universités britanniques contre la précarisation, 20 janvier 2020

Nous refusons de tenir les examens tant que les universités ne règlent pas le problème des employé·es –  Lettre ouverte, The Guardian, 22 janvier 2020

« Notre rôle est crucial pour renforcer la qualité de la formation dispensée aux étudiant∙es, mais tout aussi nécessaires sont rémunérationjuste , retraite et  sécurité de l’emploi pour celles et ceux qui travaillent dans les universités », affirment 29 professeurs d’universités britanniques.

Un representant syndical UCU harangue une manifestation aux abords du siège de University College London le 4 décembre 2019. Photograph: Guy Smallman/Getty Images

La plaie de la précarisation (Des milliers d’universitaires britanniques traité∙es comme des citoyen∙nes de deuxième classe’, 20 janvier) ne représente malheureusement qu’un des problèmes de ressources humaines que les universités doivent de toute urgence s’atteler à traiter.

Par la présente, nous faisons savoir, en notre qualité d’universitaires expérimenté∙es, que nous nous démissionnons de nos fonctions d’examinateur∙trices externes (external examiners) et/ou refusons d’accepter de nouveaux contrats d’expertise pour des formations d’universités ou de collègues dans tout le Royaume-Uni, et exhortons nos collègues à faire de même. Nous refusons d’endosser la fonction d’examinateur externe parce que nous croyons que ce rôle est crucial pour renforcer la qualité de la formation dispensée aux étudiant∙es, il est tout aussi crucial d’offrir une juste rémunérations, retraite et sécurité de l’emploi pour celles et ceux qui travaillent dans les universités.

Dans le conflit qui oppose actuellement le syndicat University and College Union et les employeurs universitaires, le syndicat a mis en lumière la proliferation de la précarisation, la moitié des personnels de première ligne à ne disposant pas de contrat ; des coupes dans les allocations de retraite qui ont appauvri les membres du Universities Superannuation Scheme ; de scandaleux écarts de salaire en raison du genre ou de l’ethnicité : et une culture systémique de la surcharge de travail qui contribue à l’existence de hauts niveaux de stress et de maladie. Cela fait trop longtemps que les universités auraient dû traiter ces maux, et nous croyons qu’il est de notre responsabilité de prendre maintenant position pour marquer notre soutien aux collègues au début de leur carrière. Nous vous invitons à nous rejoinder et à démissionner de vos fonctions d’examinateur externe et de refuser de souscrire à tout nouveau contrat jusqu’à ce que les universités prennent des mesures pour régler ces problèmes.

Prof Melanie Simms University of Glasgow, Prof Jane Holgate University of Leeds, Prof Phil Taylor University of Strathclyde, Prof Jo Brewis The Open University, Prof Sian Moore University of Greenwich, Prof John Kelly Birkbeck, Prof Megan Povey University of Leeds, Prof Claire Squires University of Stirling, Prof Richard Taffler University of Warwick, Prof Cathy Urquhart Manchester Metropolitan University, Prof Keith Attenborough The Open University, Prof Jenny Pickerill University of Sheffield, Prof Natalie Fenton Goldsmiths, Prof Nicki Hitchcott University of St Andrews, Prof Andreas Bieler University of Nottingham, Prof Mike Danson Heriot-Watt University, Prof Julian Eastoe University of Bristol, Prof Erik Swyngedouw Manchester, Prof Jeremy Guggenheim University of Cardiff, Prof Victor van Daal Edge Hill University Prof Sally Munt University of Sussex Prof Ozlem Onaran University of Greenwich, Prof Albert Sanchez Graells University of Bristol, Prof Ruth Aylett Heriot-Watt University, Prof Tony Carbery, University of Edinburgh, Prof Raphael Salkie University of Brighton, Prof Sarah Salway University of Sheffield, Prof Peter Styles Keele University, Prof Willy Maley University of Glasgow

traduction: Christelle Rabier

Source: We refuse to act as external examiners until universities deal with staffing issues. Tribune. The Guardian, 20 janvier 2020

Outre Manche 74 universités entrent en grève en février et en mars

https://www.worldatlas.com/r/w728-h425-c728x425/upload/9b/e8/30/british-college-students.jpg

Students in Britain

Le syndicat UCU (Universtiy and College Union) déclare une grève de14 jours dans 75 universités en février et en mars. Communiqué

Traduction : Christelle Rabier

3 February 2020

Soixante-quatorze universités britanniques seront touchées par 14 jours de grève en février et en mars, selon le communiqué de UCU aujourd’hui. La grève commencera le jeudi 20 février et prendra de l’ampleur chaque semaine jusqu’à culminer en un arrêt total du travail du lundi 9 au mardi 13 mars.

Le conflit porte sur la viabilité financière du système de retraites Universities Superannuation Scheme (USS) et de l’accroissement de son coût pour ses membres, et sur l’échec des universités à n universitieséchec des universités à faire des améliorations significatives sur la rémunérations, leur équiités, la flexibilité et la charge de travail. Voici les jours de grève prévus :

  • Semaine 1 – Jeudi 20 & vendredi 21 février
  • Semaine 2 – lundi 24, mardi 25 & mercredi 26 février
  • Semaine 3 – lundi 2, mardi 3, mercredi 4 & jeudi 5 mars
  • Semaine 4 – lundi 9, mardi 10, merciredi 11, jeudi 12 & vendredi 13 mars

Continuer la lecture

Grève très suivie dans les Universités britanniques

En passant

The Guardian relate les raisons qui conduisent plus de 40 000 personnels dans 60 Universités à s’engager dans une semaine de grève sur les retraites et les salaires. Très suivie, la grève porte sur les fortes inégalités de salaire et les choix stratégiques des Universités, mettant en danger les retraites des personnels.

Contractuel.le.s français.e.s et britanniques: même combat?

En passant

Deux articles du Guardian évoquent une situation à l’Université de Cambridge qui s’apparente fort à celles dénoncée par les « précaires » français.

Le premier, paru le 4 juillet 2019, informe de la grève des enseignants à propos de la précarité du travail. Les syndicats dénoncent le fait que les contrats temporaires sont à l’origine des niveaux extrêmes de difficultés personnelles et financières. Deux-tiers des enseignant.e.s deCambridge sont payés à l’heure de travail effectuées et les deux-tiers n’ont pas de contrat, selon University and College Union (UCU). Les grévistes assurent que la nature incertaine de leur emploi a un impact sur leur santé mentale et d’autres ont des problèmes à régler leurs factures. L’article ajoute que l’écart de salaire lié au genre est de 19% 7 à Cambridge à comparer au 15,1% du secteur.

Peu de temps auparavant, The Guardian posait assez crûment la question: les doctorant.e.s représentent-il/elles du travail bon marché pour les Universités?

L’Université de Cambridge vient de descendre dans les classements internationaux, à l’instar de la recherche française. À quand une réflexion européenne sur l’emploi et ses abus dans l’enseignement supérieur et ses conséquences pour la recherche ?

Continuer la lecture

Un point de vue d’Outre-Manche sur la grève dans les universités

Par Yaël Kreplak

Depuis le 22 février, un mouvement de grève est en cours dans les universités britanniques, à l’initiative de l’University and College Union. Cette grève est une réaction à la réforme du système des retraites des employés de l’UUK (Universities UK), qui transformerait un régime de prestations définies (defined benefit scheme) – où le revenu est calculé en fonction de l’ancienneté et de l’échelle de salaire – en un régime à cotisations définies (defined contribution scheme) – où la gestion des fonds de retraite sera confiée à un organisme gestionnaire, et où le montant sera calculé en fonction des performances du marché,  sans aucune garantie.

Sur le site Brave New Europe, dédié à l’analyse critique du néo-libéralisme en Europe, Michael Mair, Senior Lecturer en sociologie à l’Université de Liverpool, suit la grève et en rapporte les évolutions, à travers une série de billets que l’on peut consulter ici :

Continuer la lecture

Mind the (gender pay) gap – ou le parti-pris d’aligner des salaires moyens hommes-femmes à l’Université

L’écart de salaire est un indicateur remarqué de l’inégalité professionnelle entre hommes et femmes. Déterminées par de nombreux facteurs, cette différence se révèle structurelle et les politiques usuelles de réduction des inégalités ne l’atténuent que très lentement. C’est pourquoi l’University of Essex a décidé de compenser directement cet écart, en opérant une péréquation salariale.

 

Voici comment l’Université justifie cette décision:

Notre action est déterminée par l’impatience croissante que nous éprouvons vis-à-vis d’autres politiques qui ont échoué à résorber l’écart de salaire de façon suffisamment rapide; aussi avons-nous pris la décision d’effectuer une augmentation [salariale] exceptionnelle pour le résorber.

Après un audit et des corrections statistiques,il a été constaté une nette différence au rang des professeurs. Les femmes se présentent moins à ces postes et elles le font plus tard, et par la suite, elles ont une moindre propension à demander bonus et augmentations.

Aussi, les instances de l’université ont-elles décidé de relever directement, au 1er octobre 2016, les salaires des professeures pour aligner leur moyenne sur celle de leurs collègues masculins. Conscientes que cette mesure ne saurait être suffisante, ces instances ont également instauré une série de mesures pour maintenir cet équilibre et envisagent d’appliquer la mesure à d’autres grades et groupes professionnels, nous aurons donc l’occasion d’y revenir.

Source :