Initiatives internationales en soutien aux universitaires et étudiant·es ukrainiens

  1. Lettre ouverte des géographes russes contre les actions de guerre en Ukraine
  2. Ressources pour les étudiant·es africain·es en Ukraine
  3. Artistes solidaires avec l’Ukraine“ – une initiative d’Instituts culturels étrangers à Paris
  4. alliance4ukraine” – une initiative allemande qui regroupe des réseaux et des organisations proposant de l’aide aux réfugiés ukrainiens
  5. AIIC, l’Association Internationale des Interprètes de Conférence, a créé une liste d’interprètes et de traducteurs volontaires pour aider les réfugiés ukrainiens et les ressortissants des pays tiers
  6. L’Université Lomonossov de Moscou (MGU) contre la guerre en Ukraine
  7. La BULAC, Bibliothèque universitaire des langues et civilisations, ouvre l’accès à ses ressources en ukrainien, russe et biélorusse
  8. L’Université de Tartu crée un fond de soutien aux étudiants ukrainiens

Lettre ouverte des géographes russes contre les actions de guerre en Ukraine

Liste des signataires


https://twitter.com/_n0name_____/status/1498005858097188865?s=20&t=lJVnitG1PPCRtnD3OZAJKw

Le monde part en rouille. Crédit: @_n0name_____, 27 février 2022

Continuer la lecture

Soutien à la résistance de Bogazici University, Turquie

Liberté au monde académique,
à nos murs, à nos amis
– Signé: Des collectifs.
Mur d’Istanbul, 2022


→ Signez la pétition en françaisen anglais


Comme vous le savez peut-être, le gouvernement Erdogan viole l’autonomie institutionnelle de l’Université Bogazici depuis le 1er janvier 2021, dans une tentative de faire taire le dernier bastion de la liberté académique dans le pays.

Le traitement infligé à l’Université de Bogazici est similaire à celui qui a conduit soit à la destruction de nombreuses institutions et unités administratives séculaires en Turquie, soit au remplacement des cadres par des individus fidèles au gouvernement. Remplacer les autorités légitimes par des acolytes est une arme des pouvoirs autoritaires à notre époque, malheureusement. Bogazici n’est pas le premier à souffrir de cette stratégie. Mais les professeurs, étudiants et anciens de Bogazici sont les premiers en Turquie à s’élever contre la violation drastique des libertés académiques et de l’autonomie institutionnelle perpétrée depuis 2016. Depuis plus d’un an maintenant, nous menons une lutte non seulement pour Boğaziçi, mais pour toutes les universités publiques en Turquie.

La Magna Charta Universitatum et Scholars at Risk ont ​​récemment publié des lettres de préoccupation adressées au président Recep Tayyip Erdogan, à Erol Özvar, le président du Conseil turc de l’enseignement supérieur, et à Naci Inci, le recteur nommé par le gouvernement de l’Université de Bogazici.

En tant que réseau d’anciens universitaires, nous avons également préparé la pétition suivante en coopération avec des universitaires de l’Université de Bogazici.

Nous recueillons maintenant des signatures d’institutions, syndicats et organisations académiques et des universitaires individuels (doctorants, auxiliaires, enseignants, chercheurs) ainsi que d’autres membres du personnel universitaire.

Nous espérons que vous envisagerez de signer la pétition et/ou d’écrire une lettre exprimant votre soutien aux universitaires de Bogazici qui résistent aux violations.

Cordialement,

Continuer la lecture

Invasion militaire de l’Ukraine par la Russie: communiqué du CISR

English version                  русский язык

Nous, membres du Centre de recherche sociale indépendante (CISR)1 , demandons la fin immédiate de la guerre et le retrait de toutes les troupes russes du territoire de l’Ukraine. Le 24 février 2022, le gouvernement de la Russie a lancé une soi-disant “opération militaire spéciale pour libérer les résidents de la DNR et de la LNR“. Chaque jour, cette opération tue des gens dans toute l’Ukraine, transforme des centaines de milliers de personnes en réfugié·es et détruit les infrastructures non seulement militaires mais aussi civiles. Cette guerre** cause des dommages irréparables aux sociétés ukrainienne et russe, ainsi qu’au monde entier. Toute guerre entraîne une catastrophe sociale, des vies brisées, des familles en souffrance et de graves fractures sociétales. Elle inflige des traumatismes qui hanteront les gens pendant des générations. Nous pleurons les victimes de la guerre, les vies interrompues et brisées. Nous sommes solidaires de nos amis et collègues ukrainiens, de tout le peuple ukrainien qui lutte pour son indépendance et de tous ceux qui protestent contre cette guerre2

Non à la guerre !

Trad. Ch. Rabier, avec Deepl

“War is evil”. St Peterburg, 5 mars 2022


CISR’S STATEMENT ON RUSSIA’S MILITARY ASSAULT ON UKRAINE

We, the team of the Centre of Independent Social Research (CISR)3, call for an immediate end to the war and the withdrawal of all Russian troops from the territory of Ukraine. On February 24, 2022 the government of Russia launched a so-called “special military operation to liberate the residents of DNR and LNR.” Everyday this operation kills people all around Ukraine, turns hundreds of thousands of people into refugees and destroys not only military but also civil infrastructure. This war4 deals irreparable damage for Ukrainian and Russian societies, as well as for the whole world. All war leads to social catastrophe, broken lives, suffering families and grave societal splits. It inflicts trauma that will haunt people for generations. We mourn for the war victims, for the lives that are interrupted and crippled. We stand in solidarity with our Ukrainian friends and colleagues, all Ukrainian people that fight for their independence and all of those who protest this war. No to war!


Continuer la lecture

  1. Le ministère de la Justice de la Fédération de Russie exige que, dans les déclarations publiques, le CISR se marque comme “une organisation remplissant les fonctions d’un “agent étranger”.” “Les agents étrangers” sont contre la guerre ! []
  2. ROSKOMNADZOR a exigé que nous considérions ceux qui sont morts ou ont été blessés dans la guerre avec l’Ukraine comme des dommages collatéraux dans une “mission de sauvetage”. Nous affirmons notre droit d’appeler “guerre” le meurtre de personnes au nom de leur “sauvetage”. []
  3. The Ministry of Justice of the Russian Federation demands that, in public statements, CISR marks itself as “an organization performing the functions of a “foreign agent.”” “Foreign agents” are against the war! []
  4. ROSKOMNADZOR has demanded that we view those who have died or have been injured in the war with Ukraine as collateral damage in a “rescue mission.” We affirm our right to call the killing of people in the name of “rescuing” them a “war.” []

Soutien à l’Ukraine et aux opposant·es russes à la guerre dans l’ESR français

https://pxhere.com/fr/photo/1456491

Ukraine, Kiev.Statue de la mère-patrie

Continuer la lecture

Plagiat à l’Université de Lorraine. Quand la Délégation à l’intégrité scientifique vient au secours du plagiaire

  • par un·e spécialiste des media studies

Un scandale politique au Luxembourg

Le 27 octobre 2021, Pol Reuter, journaliste de Reporter.lu, quotidien en ligne luxembourgeois, révélait que le mémoire de DEA soutenu en 1999 par Xavier Bettel, actuel Premier ministre du Grand-Duché, était presque entièrement plagié :

Près de 96% du mémoire de Xavier Bettel est plagié. Crédit: reporter.lu

L’Université de Lorraine s’était aussitôt engagée à lancer une “instruction”, dont elle a confié la charge à sa Délégation à l’intégrité scientifique.

Continuer la lecture

Dix jours de grève commencent aujourd’hui au Royaume-Uni

  • Semaine 1 (pour les retraites, USS pension only, 44 institutions): 5 jours; du lundi 14 au vendredi 18 février
  • Semaine 2 (grève pour les retraites, les salaires et les conditions de travail, 68 institutions): 2 jours; lundi 21 and mardi 22 février
  • Semaine 3 (salaires et conditions de travail: 63 institutions): 3 jours; ludni 28 février, mardi 1 and mercredi 2 mars

Pour en savoir plus →

Coupes budgétaires antisociales à l’université de Gand : Les syndicats annoncent un plan d’action

Alors que la présidence de l’Université de Gand (UGent) annonce des coupes budgétaires en défaveur des personnels les plus précaires et suite à un premier mouvement de grève dans les crèches, une intersyndicale s’est montée et appelle à la mobilisation de tout le personnel de l’université. Nous publions ici après traduction le message diffusé par les syndicats ACOD (CGSP Centrale Générale des Services Publics), ACV (CSC Confédération des Syndicats chrétiens) et VSOA (SLFP Syndicat Libre de la fonction publique). Une première réunion publique se déroulera le 25 janvier prochain, suivie d’une manifestation le 23 février sur le campus, qui pourrait être suivie par un mouvement de grève.

English version                                                                   in het Nederlands

19 janvier 2022

    • La réduction des congés payés, à un moment où la pression du travail est très élevée et où le repos se révèle essentiel au bien-être
    • La privatisation des services de garde d’enfants, avec un impact dramatique sur les conditions de travail et la qualité des soins
    • Le doublement des frais d’inscription pour les étudiants en doctorat, ce qui met les programmes de doctorat hors de portée de beaucoup d’entre eux
    • Une augmentation substantielle du prix de l’assurance hospitalisation pour les travailleurs âgés et les retraités, précisément ceux pour qui cette assurance est indispensable
    • Une augmentation de 50 % des prix pour le personnel utilisant les restaurants de UGent, ce qui marquera de facto le début de la fin de nos restos étudiants.
    • Une restructuration, dont l’objectif principal semble être la suppression d’emplois.
    • La fermeture du restaurant ‘t Pand, sans envisager la possibilité de créer un restaurant durable qui pourrait être à la fois un modèle pour notre ville et une aide pour le personnel et les visiteurs.
    • L’externalisation des services postaux et de l’entreposage au fournisseur le moins cher, ce qui soulève la perspective désagréable de voir PostNL distribuer notre courrier interne dans un avenir proche.

Chers collègues,

Les mesures ci-dessus ne sont que quelques-unes des mesures de réduction des coûts décidées par le Conseil d’administration mardi dernier. Cette annonce a provoqué une certaine agitation à l’UGent ces derniers jours. Le personnel des crèches, l’un des services menacés de privatisation par le plan, s’est spontanément mis en grève.

Continuer la lecture

Université de Genève: une enquête dévoile un système académique à bout de souffle

Dans un article du 20 janvier 2022, le journal suisse Le Temps analyse le résultat d’une enquête commandée par l’Université de Genève sur la situation professionnelle du corps intermédiaire, c’est-à-dire le personnel non-titularisé (post-doctorant·es, collaborateurs et collaboratrices scientifiques, maître·sses-assitant·es, etc.).

La parole est notamment donnée à Mathilde Matras, membre du comité de l’Association commune du corps intermédiaire des collaborateur·rice·s de l’enseignement et de la recherche (Accorder) à l’Université de Genève. Elle déclare:

«Les conclusions de cette enquête montrent que les problèmes pesant sur les personnels du corps intermédiaire ne sont pas des cas individuels, mais bien un mal structurel»

L’enquête relève aussi un nombre jugé “inquiétant” par le journal suisse de cas de harcèlements: “22% des répondants disent y avoir été confrontés personnellement. Par ailleurs, 3,4% des sondés ont affirmé être victimes de harcèlement sexuel et 12,9% signalent avoir été témoins de tels agissements.”

Mathilde Matras ajoute: “Une grande partie des personnes qui se disent précaires sont âgées de 35 à 40 ans et ont parfois derrière elles sept à huit ans de contrats courts; 50% ne prennent pas l’intégralité de leurs congés et 95% disent travailler sur leur temps libre. Le système académique actuel résume l’excellence scientifique d’un chercheur à sa productivité», commente Mathilde Matras.”

> Pour lire l’article paru dans Le Temps, cliquez ici.

> Pour télécharger l’enquête “Conditions de travail et de carrière du corps intermédiaire à l’Université de Genève”, cliquez ici.

 

 

À Uppsala, l’université ferme le département de neurologie suite à des sérieux problèmes de gestion financière et de harcèlement moral et sexuel

Informée des problèmes touchant à l’environnement de travail insolubles, l’université d’Uppsala a décidé de fermer le département des neurosciences. Plusieurs employés dénoncent une culture du silence et affirment avoir été victimes de harcèlement sexuel, #MeTooESR

Le 29 octobre 2021, la région et la direction de l’université ont fait savoir qu’iels cherchaient une solution qui donne à la recherche et à l’enseignement les meilleures conditions pour continuer à se développer positivement et que la fermeture du département de neuroscience était envisagée.

“L’objectif est de trouver une solution qui renforce les activités dans un nouvel environnement fonctionnel offrant de bonnes conditions pour la poursuite du développement et où les gens se sentent à l’aise et veulent travailler”, *

explique le vice-recteur Mats Larhed, en charge du processus et est en dialogue permanent avec le vice-chancelier.

Le département des neurosciences, créé en 1998, résulte de la fusion de plusieurs petits départements cliniques et précliniques, ce qui était jugé intéressant et positif par les chercheurs de l’époque. Il compte aujourd’hui près de 150 personnes. Plusieurs défis administratifs, tels que les différents systèmes de suivi, ont été résolus au fil des ans, mais certaines difficultés subsistent. Cependant, lors de l’évaluation des environnements de recherche de l’Université, KOF17, réalisée en 2016-2017, il est apparu que le département était aux prises avec des problèmes insolubles d’environnement de travail. Des mesures ont été prises, mais les problèmes ont persisté, affectant, entre autres, la capacité du département à prendre et à mettre en œuvre des décisions. Conflits entre groupe à propos du budget, comportements toxiques qui ont affecté le bien-être et la performance au travai, même si elle n’ont pas concerné l’ensemble du personnel, elles ont eu collectivement un impact négatif sur l’institution qui entendait développer la formation, la recherche et la collaboration.

Biomedicinskt centrum, Upsala Universitët

Au printemps dernier [2021], il a été décidé d’introduire un responsable externe, faute d’accord sur une candidature interne. Lars Rönnblom, ancien chef de service expérimenté dans le domaine scientifique, s’est vu confier cette mission. Après avoir considéré plusieurs options, il a été jugé que la dissolution du département est considérée comme la meilleure solution, tant par la direction de l’Université et celle de la région, que par les employés du département, comme ayant les meilleures chances de résoudre la situation à long terme. En parallèle, les cas personnels ont été examinés ; les personnes concernées se sont vues offrir soutien et accompagnement. Toutefois cette décision n’est pas consensuelle, certains jugeant que cette extrémité n’était pas nécessaire. .

Pour le vice-chancelier adjoint Mats Larhed, interrogé par Anneli Waara,  l’objectif est clair : il faut donner à la recherche et à l’éducation les meilleures conditions possibles.

“Et je tiens à souligner que de grandes parties du département mènent des activités de recherche et d’enseignement de grande qualité, il ne s’agit pas d’une disparition des activités. Nous voulons vraiment trouver une solution pour le bien de tous,”, précise-t-il.

La dissolution du département ne devra pas affecter les groupes de recherche, pas davantage que les cours ou le planning des salles de cours.

Après cette date, une procédure visant la dissolution du département s’est tenue: consultations début novembre, évaluation des risques pour l’environnement de travail le 17 novembre. Le 15 décembre, le comité disciplinaire de la faculté répartit les équipes, afin que le vice-chancelier puisse prendre la décision de fermeture le 16 décembre 2021.

Capture d’écran du site web du Département de neurosciences, Université d’Upsala, 24 décembre 2021

L’université a fait ainsi savoir qu’elle prenait cette décision en raison de tensions “liées aux finances et à des problèmes d’environnement de travail insolubles”. Pourtant selon le journal Dagens ETC, qui a été en contact avec des employés du département, il y a également eu du harcèlement sexuel, des brimades et des abus de pouvoir. Entre autres choses, les doctorantes auraient été classées en fonction de leur sex-appeal et auraient subi des avances malvenues de la part de leurs collègues masculins.

Les personnes auxquelles Dagens ETC a parlé témoignent également d’une culture du silence ; elles ont ressenti la peur de voir leur carrière détruite si elles parlaient ouvertement de leur expérience au sein du Département. Les personnes interrogées parlent également de la façon dont les doctorant·es ont connu un traitement favorable ou défavorable, et ont été menacés de se taire.

Selon l’université, les équipes de recherche et la service de la formation seront incessamment transférées à d’autres départements. Selon le CTE de Dagens, certains chercheurs seront “réaffectés”1

  1. NDLR: doute sur le sens de ce dernier mot : “suspendus”, “licenciés”? []

Le mode hybride à l’université : une normalité dystopique

Dans cet article — plus riche que ce qui en est rapidement résumé ici – Mariya Ivancheva, anthropologue et sociologue de l’enseignement supérieur et du travail universitaire1, , enseignante-chercheure au Royaume-Uni, revient sur la numérisation du travail universitaire et sa précarisation, tendances que la pandémie de Covid-19 n’a fait que renforcer dans les universités du monde entier avec l’installation d’un « modèle plus ou moins hybride de travail ».

Elle souligne en particulier que « les technologies numériques et les modèles de travail hybrides ont remodelé le travail universitaire. Cela s’est produit de plusieurs manières interconnectées, pointant toutes vers une hybridité pré-existante qui exploitait déjà ». La nouvelle conjoncture issue de la pandémie « a mis en lumière deux tendances qui se renforcent mutuellement : (i) la normalisation de la flexibilité du temps de travail et de la présence sur le lieu de travail ; et (ii) l’expansion de notre vie professionnelle dans notre vie hors travail, brouillant les frontières entre les deux. »

« Parler de charges de travail hybrides dans le monde universitaire d’aujourd’hui revient donc à discuter de l’impact de cette réalité sur toutes ces nouvelles subjectivités complexes des travailleurs ainsi que sur celles façonnées par des descriptions de poste […]. Les intitulés de postes tels que “développeurs de programmes”, “conservateurs de contenu en ligne” et “modérateurs de forum MOOC” cachent une main-d’œuvre universitaire de plus en plus fragmentée, précarisée et en partie externalisée. », précise-t-elle.

The Great Quadrangle (Tom Quad), Christ Church, Oxford, England, by Billy Wilson, 2019

Elle évoque les conditions et charges de travail « toxiques » déjà « signalées par des syndicats comme l’University and College Union (UCU) du Royaume-Uni » en 2016, rappelant que « les charges de travail toxiques sont également citées comme la principale raison – à côté de la précarisation croissante, des inégalités (genre et race) et de l’insécurité des retraites et des salaires – qui a alimenté les grèves sectorielles au Royaume-Uni depuis 2018, avec une nouvelle vague commençant en décembre 2021. »

Continuer la lecture

  1. Projet The Unbundled University. Researching Emerging Models in an Unequal Landscape, conjoint avec University of Cape Town, 2016. []

Italie : victoire totale pour Precari Uniti CNR

English below

Le 18 novembre, une occupation permanente au Conseil national italien de la recherche (CNR) a été initiée par ses travailleurs précaires avec  les syndicats afin d’exprimer leur insatisfaction devant l’absence de volonté de mener à bien le processus de stabilisation [de l’emploi]. La mobilisation a eu un fort impact médiatique : un grand nombre d’articles de journaux ont été publiés et plusieurs reportages diffusés. Plusieurs hommes politiques, de différents partis, ont soutenu les travailleurs temporaires. L’ancien premier ministre Giuseppe Conte lui-même a directement interpelé la président du CNR :

“Les ressources économiques sont là ! Le deuxième gouvernement Conte a alloué 22,8 millions dans le décret de relance 2020, 3,3 millions ont été alloués à cette fin dans la loi budgétaire 2021 et 10 millions supplémentaires sont inclus dans la manœuvre en cours de discussion. On ne peut pas parler tous les jours de “jeunes”, d'”avenir” et d'”espoir” et ne pas intervenir de manière décisive sur une question aussi cruciale. Éliminer le chantage à la précarité de leur vie et de celle de nombreuses excellences italiennes est un devoir moral pour toute la classe dirigeante italienne”.

Il a ajouté :

“Investir dans la recherche est une prérogative indispensable pour l’Italie et les deux dernières années de la pandémie ont nouvellement affirmé l’importance de cet investissement au niveau mondial. La recherche est synonyme de développement social et économique, de progrès, de protection de la santé de toute l’humanité. Si elle n’est pas financée, l’espoir d’un meilleur pays mourra”.

Le 30 novembre, le conseil d’administration du CNR a décidé de l’embauche de tous les intérimaires déjà inscrits dans les classements du concours effectué en 2018 (ces classements arrivaient à échéance dans quelques jours) ! C’est un grand succès pour le mouvement “Precari Uniti CNR”, rendu possible grâce à la motivation, l’unité des participant·s et la coordination. Malheureusement, le précariat historique au CNR n’est pas encore anéanti car les concours pour le recrutement de techniciens et d’administrateurs n’ont pas encore été annoncés. En outre, près d’une centaine de chercheurs attendent leur embauche : ils ont les mêmes exigences que le personnel embauché à la fin de 2017, sauf qu’il y a un hiatus entre le début de leur contrat et la date d’entrée en vigueur de la loi italienne qui a permis de commencer le processus de stabilisation (Dlgs.75/17 de 2017 dite ” legge Madia “). Actuellement le gouvernement italien discute d’une réforme du recrutement pour lutter contre le précariat, d’autres travailleurs disposant déjà des conditions établies par la “legge Madia” pour leur stabilisation. Il serait donc souhaitable que le CNR annonce de nouveaux concours réservés aux travailleurs temporaires.Stay tuned!

Precari Uniti CNR – trad. Ch. Rabier d’après Deepl

Twitter : @PrecariUnitiCNR
Facebook : Precari Uniti CNR
Instagram : precariuniti.cnr

Continuer la lecture

“Faire la grève est notre dernier moyen pour réparer notre système universitaire cassé”: grève dans 58 établissements d’enseignement supérieur britanniques

58 établissements d’enseignement supérieur ont commencé une grève dont les revendications portent sur les salaires, les conditions de travail, les inégalités salariales hommes-femmes, les charges de travail trop lourdes et l’insécurité de l’emploi, affectant un million d’étudiant·es. 42, dont Imperial College, London, sont également en grève pour leurs retraites.

Les vice-chancellors (équivalent de président·e), jugeant que le mouvement est dirigé  par une minorité de “gauchistes”, ne montrent aucune volonté de négotiation. Les syndicats étudiants, quant à eux, soutiennent la grève. Selon un sondage, 78% des étudiant’es soutiennent la grève, tandis que 9% s’y opposent. À Londres, les étudiant·es se joignent à la manifestation des grévistes universitaires ce vendredi 3 décembre 2021 à Londres.

Grève à SOAS, University of London. Photo: Naaz Rashid, 2 novembre 2021

Les universités prestigieuses n’attirent plus les chercheurs et les chercheuses, en raison de l’insécurité de l’emploi, selon Times Higher Education

Alors que les universités britanniques s’apprêtent à connaître à partir du 1er décembre une grève historique, en faveur des salaires, des retraites et des conditions de travail, la vice-chancelière de Cardiff Metropolitan University précise que le désir de travailler pour des universités prestigieuses s’affaiblit, dans certains cas, à cause de leur utilisation massive de contrats à court terme.

Pour lire l’article