Solidarité avec les universités grecques: la motion de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3

Communiqué de presse du CAC de l’université Paul-Valéry Montpellier 3, 9 février 2021

Dans une conjoncture de pandémie et de confinement, le gouvernement grec a annoncé en janvier 2021 sa décision d’instituer une véritable police des universités, autorisée à patrouiller en uniforme dans les établissements et ne rendant compte à aucun organe d’administration des universités. Cette décision arrive dans la foulée d’une large campagne de diffamation des universités et de désinformation de l’opinion publique grecque contre la prétendue délinquance au sein des établissements.

Le CAC de l’université Paul-Valéry Montpellier 3, réuni le 9 février 2021, voit, dans ces mesures, un écho à la fin des franchises universitaires qu’essaye de mettre en place le gouvernement avec la LPR. Le CAC soutient les conseils des universités grecques, les associations des enseignants-chercheurs et des étudiants, qui s’opposent fortement à ce projet de loi, tant il s’agit d’une violation du principe de la libre administration des universités. Les établissements universitaires ne doivent pas être transformés en un milieu de surveillance et de répression car cela menace et compromet la démocratie et la libre circulation des idées entre université et société.

Motion votée à l’unanimité (moins 1 NPPV)

Plus d’info sur le sujet:

Grèce: les étudiant·es dans la rue pour dire NON à la police sur le campus

Grèce, 10 février 2021

Des milliers d’étudiant·es sont à nouveau descendu·es dans la rue pour protester contre un projet de loi déposé au Parlement grec qui prévoit des mesures de sécurité strictes dans les universités et la création d’une force de police sur le campus.

Images: Savvas Karmaniolas (@savvaskarma) diffusées sur twitter par @th1an1 

Pour voir la vidéo sur twitter, cliquez ici.

Pour en savoir plus sur le projet de loi grec: « Grèce: Pas de police dans les universités« .

Grèce: Pas de police dans les universités

Όχι Αστυνομία στα Πανεπιστήμια – Pas de police dans les universités

Texte du collectif des enseignant·es – chercheur·es contre la création d’une force de police au sein des Universités en Grèce

 Communiqué du 17 janvier 2021:
Nous traversons actuellement en Grèce une période particulièrement critique à cause de la pandémie, la crise du système de santé publique et aussi des répercussions des mesures de confinement dans les domaines de l’économie, la culture et l’éducation.

Au milieu de ces conditions, le monde universitaire a été stupéfait d’apprendre, via des divulgations journalistiques et des déclarations ambiguës des ministres, la décision du gouvernement d’instituer une « brigade de protection » dans les Universités. Ce nouveau corps ne sera pas rattaché au rectorat, comme cela correspond au caractère autonome des universités, mais directement à la Police Nationale.

Le gouvernement a déjà déposé un projet de loi sur la création de ce corps, sans pour autant consulter au préalable les Universités. Il veut par ailleurs procéder au recrutement immédiat d’un millier de policiers afin de constituer ce corps de police dans les Universités.

Des objections ont été avancées, aussi bien de la part de la Conférence des Présidents d’Université de Grèce, que par la Fédération des Associations des Enseignants – Chercheurs (POSDEP). Cependant, ces objections ne sont prises en compte.

Nous déclarons que nous ne consentirons pas à la création, ni au fonctionnement de quelconque corps de garde ou de sécurité qui sera hors du contrôle de la Communauté Universitaire. Nous considérons que la décision de financer ce corps par le budget des Universités grecques est une provocation à un moment où les ressources pour l’éducation, la recherche et les infrastructures sont déjà minimes. Le recrutement de 1000 policiers pour les Universités, au moment où ces dernières souffrent d’une diminution des ressources et des effectifs pendant plus qu’une décennie, rend cette provocation encore plus flagrante.

Dans une période de pandémie où les Universités, espace unique de l’éducation et de la recherche, éprouvent des grandes difficultés dans leur fonctionnement, il est inconcevable que la police universitaire constitue un sujet auquel ils accordent une priorité absolue.

Nous appelons les autorités universitaires, les associations des enseignements et des chercheurs, le personnel administratif et les étudiants à dénoncer le projet gouvernemental qui vise à créer encore un « corps de sécurité », et de faire le nécessaire pour l’empêcher.

Contact: NoUniPolice@gmail.com

Nouvelles du 19.01.2021:

Plusieurs réactions ont été soulevées. La majorité des conseils des universités, les associations des enseignants-chercheurs et des étudiants, s’oppose fortement à ce projet de loi. Même la fédération nationale de la police rejette ce projet dans son communiqué. Il s’agit d’une violation de la Constitution grecque et du principe de la libre administration des universités. Les établissements universitaires seront transformés en un milieu de surveillance, de répression, et de l’ordre. Ceci menace et compromet la démocratie et la libre circulation des idées entre université et société. Il est aussi possible qu’il engendra des agitations et de conflits violents.
Le collectif « non à la police dans les universités », qui a déjà assemblé plus de 1000 signatures des professeurs et des enseignants des universités grecques, demande par ailleurs que toutes les forces démocratiques s’opposent à l’adoption et l’application de cette intervention anticonstitutionnelle dans l’autonomie universitaire. En même temps, le collectif dénonce les attaques contre lui, tantôt via les discours haineux contre l’université publique, entrepris par les mass médias, tantôt via les attaques violentes et sexistes s’adressant personnellement à ses membres dans les réseaux sociaux. La page du collectif https://www.facebook.com/OxiAstynomiaStaPanepistimia et les publications sur Facebook ont été temporairement bloquées.