Käthe Leichter. La conscience et la raison

Dr. Käthe Leichter avec ses fils, Franz et Heinz. Crédit: DÖW Dokumentationsarchiv des Österreichischen Widerstandes [Centre de documentation de la résistance autrichienne)

Le coeur a ses raisons que la Raison se doit de reconnaitre. Dans les dernières décennies du XIXe siècle cette affirmation, portée au premier plan par la philosophie de Schopenhauer, se posait en contre-vérité à la pensée néo-kantienne qui dominait et domine encore le scientisme européen : révolte à la fois intellectuelle et éthique contre la stricte séparation du perçu et de l’induction, affirmation du rôle du temporel et du social contre la prétendue pureté de la science. À Vienne cette révolte prend place sous l’égide de Sigmund Freud, Ludwig Boltzmann, Albert Einstein, Ernst Mach, du juriste Hans Kelsen, et d’un marxisme qui se veut plus social que scientifique, préoccupé par la question de l’intégration de la subjectivité humaine à l’être social.

Encore jeune, Käthe Leichter s’était liée d’amitié avec Anna Freud, la fille de Sigmund, qui allait bouleverser la compréhension de l’autonomie psychique des enfants. Après avoir triomphé de la loi qui interdisait aux femmes l’accès à la faculté de sciences politiques, Leichter dut pourtant partir en Allemagne à Heidelberg pour finir son doctorat. Dans les dernières années de la Première Guerre elle rejoignit le mouvement des conseils ouvriers en Autriche.

Interdite de séjour en Allemagne, elle obtint par exception son doctorat avec la plus haute distinction sous la direction de Max Weber, professeur d’économie. Weber lui-même n’était pas en accord avec les jeunes militants dont faisaient partie, entre autre, Leichter et le poète Ernst Toller, mais envers et contre les autorités il fit tout son possible pour les protéger et pour soutenir la pluralité des opinions — la fameuse « neutralité axiologique » pratique. 

Plus tard, Leichter fut invitée par son ancien professeur à Vienne, Carl Grünberg, à enseigner à la prestigieuse École de Francfort, poste qu’elle refusa. Contrairement à la gauche allemande, après la chute de l’Empire les socialistes et les progressistes autrichiens sacrifiaient leurs différends théoriques pour faire avancer l’urbanisme, la santé, l’aide sociale à Vienne, surnommée “Vienne-la-Rouge.” Leichter fut brièvement conseillère d’Otto Bauer, chef de fait du Parti Social-Démocrate Autrichien (SDAP), puis collaboratrice régulière du quotidien du Parti et de son organe théorétique, et enfin Referentin für Frauenarbeit, Kammer für Arbeiter und Angestellte (conseillère pour le travail des femmes à la Chambre du travail et des employés de Vienne). Leichter fut une des premières à initier la psychologie sociale, qui accordait les données subjectives de la psychologie individuelle avec l’empirisme le plus rigoureux quant à la collection des données. Ce système devait aboutir à l’œuvre classique de Marie Jahoda, Paul Lazarsfeld et Hans Zeisel, « Les Chômeurs de Marienthal » [1933], parrainé par la Chambre du travail de Vienne.

C’est pendant ces années de crise que Jahoda, Leichter, Wilhelm Reich et d’autres se concentrent sur le cercle vicieux de la dégradation politique et de la régression psychologique, considérant l’apathie et le désespoir des jeunes et des classes ouvrières comme des manifestations éminemment politiques. À la prise du pouvoir par les Austro-fascistes le 12 février 1934, Leichter entra dans la clandestinité et prit en charge le Revolutionären Sozialisten Österreichs (Conseil d’éducation des Socialistes révolutionnaires). En mai 1938 elle est se livre elle-même à la Gestapo à la suite d’un chantage abject: les Nazis menaçaient sa mère si elle ne se livrait pas. Internée à Ravensbrück, elle discutait souvent avec la résistante Rosa Jochmann de cette décision, tout-à-fait conforme à son sens du devoir. Elle fut exécutée en mars 1942.

L’Histoire n’est pas une science où les actions correctes sont entérinées par les bons résultats. Pourtant le fils ainé, Franz Leichter, est un ancien homme politique à New York, connu pour avoir fait passer la première loi autorisant l’avortement aux USA.

Cours à distance: « A Vienne, il y a une alternative… »

Beschauliches Ambiente der 1920er Jahre im Café Goldegg. Source: Wikipedia

« En Autriche, les étudiants suivent toujours les cours à distance. Certains des traditionnels cafés de Vienne – cinq pour l’instant – ont rouvert leurs portes pour leur permettre de venir y travailler. »

Source: A l’air libre – Mediapart sur twitter. 03.03.2021.