L’université allemande comme horizon de la LPPR ?

En tant qu’universitaires inscrits dans des carrières entre France et Allemagne, nous exprimons notre vive inquiétude vis-à-vis du projet de loi LPPR. Nous sommes d’autant plus inquiets que cette réforme s’inscrit dans l’horizon des transformations mises en œuvre depuis plus de vingt ans en Allemagne et qui ont profondément dégradé le fonctionnement de l’université à l’Est du Rhin.

Mis de côté pendant la pandémie, le projet de réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche, dit « Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) », très fortement contesté au sein de la communauté universitaire, fait son retour au pas de charge mais par la petite porte. La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a en effet décidé d’accélérer l’examen du projet de loi LPPR en annonçant début juin la discussion du texte devant les instances consultatives (le passage devant le CNESER est fixé au 12 juin) avant un passage en conseil des ministres le 8 juillet. Alors que le fonctionnement de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR), dont l’énergie a été consacrée à la « continuité pédagogique » et à la préparation de la prochaine rentrée universitaire, est encore très fortement perturbé par la pandémie, la ministre semble donc décidée à jouer le calendrier pour contourner la contestation.

https://www.flickr.com/photos/thechoprasconsultants/19689468706/in/photolist-vZTF5o-2iGoiPV-8ArZCY-EMRmWz-BQC8nD-W6ePGR-24o1zvj-gpXHnY-2i3q83D-27XYV3E-PKSYJf-SxwyWU-5pHtrK-2ghKWE6-23zk9TM-v2KAMN-E8qpQz-2iL2h3y-2gfGVpP-2gn7AHc-X4zUBJ-2gg8YR4-AN8ijg-QNEcr3-PHN8dQ-2hmjTBw-EouSaj-2gudMXH-p1ng6n-8ApbtB-EHRZSk-2hScr9a-G7t1WM-2j3cz4a-22by9xr-zdxHqZ-2ivefju-2gmZyrM-2hsyv2Y-2geaJUj-2iaYb3L-oKeceC-2iz3QT2-H2YAkD-22SabTP-NR48ML-2iNr3ma-2d8M6Bd-8WkFzr-TmmUhc

Study in German university – The Chopras, 2015

En tant qu’universitaires inscrits dans des carrières entre France et Allemagne ou dans des institutions académiques franco-allemandes, nous tenons à exprimer notre vive inquiétude vis-à-vis du projet de loi LPPR en cours de discussion en France. Nous doutons en effet profondément de la pertinence, jamais démontrée, des mesures proposées et contestons en particulier la remise en cause des emplois durables, le pilotage politique de l’évaluation, la mise en concurrence budgétaire des unités de recherche, l’assèchement des crédits récurrents des laboratoires et des universités, tout comme la généralisation des financements sur projets fléchés et les logiques managériales d’allocation des ressources. Nous sommes d’autant plus inquiets que cette réforme s’inscrit dans l’horizon des transformations mises en œuvre depuis plus de vingt ans en Allemagne et qui ont profondément dégradé le fonctionnement de l’ESR à l’Est du Rhin.

Nous proposons dans ce qui suit un aperçu de la situation dans le monde académique allemand telle que nous la percevons à partir de notre expérience partagée entre les deux systèmes de recherche en sciences humaines et sociales. Les analyses critiques sur les évolutions du monde académique allemand (voir par exemple l’article de Kolja Lindner « Le modèle allemand : précarité et résistances dans l’enseignement supérieur et la recherche d’outre-Rhin »), ainsi que les mobilisations qui s’y déroulent actuellement, sont en effet particulièrement instructives du point de vue français. Il en va de même pour nos collègues allemand.e.s qui regardent la situation française avec beaucoup d’intérêt. Des ressources sont disponibles sur le blog « Réflexions sur les politiques de recherche en France et en Allemagne » qui propose un espace de traduction, d’échange d’informations, et d’analyses sur les politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche en France et en Allemagne, ainsi que la plateforme Mittelbau.net).

Continuer la lecture

Précarité et diversité dans l’enseignement supérieur en Allemagne… parlons-en !

Un groupe de chercheur·es s’est réuni à Cologne le 6 mars 2020 pour former une sorte alliance symbolique avec les grèves ayant cours en France et au Royaume-Uni.

Le groupe diversity precarious lutte, depuis l’Allemagne, contre la poussée néolibérale dans le monde universitaire.

Une chercheuse a envoyé à Academia une carte mentale réalisée à partir des notes du brainstorming issues de cette journée : qu’elle en soit remeciée.

Royaume-Uni, Allemagne : les précaires comme variable d’ajustement en temps de crise

La crise sanitaire en cours en Europe met dans une lumière encore plus crue que les mois passée la situation fragile des hommes et des femmes chargé·es de cours dans les universités européennes, Lumpenproletariat dont la crise supprime les ressources.

Royaume-Uni. La grève des personnels universitaires britanniques contre la précarisation généralisée des personnels a été largement parallèle au mouvement social des universités et labos en lutte. Plus de 50 % des salariés des universités britanniques occuperaient des emplois précaires selon le syndicat UCU. Déjà fin janvier, l’équivalent anglais des Langues O, la SOAS, avait licencié l’ensemble de ses salariés précaires en mettant en avant sa situation financière jugée intenable. L’épidémie de Covid-19, qui a des conséquences budgétaires majeures pour des universités qui vivent très largement de frais d’inscription et notamment des frais payés par les étudiants étrangers, frappe donc les précaires des universités britanniques avec une violence toute particulière. Le Guardian signalait, jeudi 2 avril, que les universités du Sussex, de Bristol et de Newcastle avaient commencé à licencier leurs salariés précaires par dizaines pour ajuster leur masse salariale aux recettes en chute, en attendant de ne pas renouveler les CDD arrivant à échéance dans les semaines à venir, malgré les protestations des syndicats et des étudiants.

https://www.ucu.org.uk/he-action-resources

Extrait de la Our Four Fights campaign de UCU, 2020

En Allemagne, où le Mittelbau (le corps enseignant universitaire hors-statut de professeur) ne bénéficie d’aucun statut de référence comparable à celui de maître de conférences et doit survivre de post-doctorat en chaire junior et de vacation en poste d’assistant auprès d’un mandarin, de nombreux cours seront annulés lors du « semestre d’été » qui devait démarrer vers le 20 avril et qui se déroulera essentiellement en ligne. Certaines président·es, mais aussi des syndicalistes et le réseau des précaires NGA, envisagent publiquement l’hypothèse d’un « non-semestre » (Nichtsemester), sans enseignements ou presque. Il n’y a pas d’année universitaire en Allemagne et la notion même de durée de référence d’un cursus y est d’introduction assez récente, ce qui rend cette hypothèse viable sous réserve d’un accompagnement financier des étudiants, des salariés des universités et des établissements eux-mêmes. Si les président·es cherchent à éviter le Nichtsemester, les précaires du NGA ont publiquement pris position pour cette option, en demandant qu’elle soit adossée à un accompagnement institutionnel et notamment à une prolongation de l’ensemble des contrats en cours.

https://www.flickr.com/photos/jrej/21632775039/in/photolist-yXBCkZ-8wJM6S-oXTBQr-4jNobf-6rZMhi-9jiwWs-2hFxDDX-5bPRp-2d5dQQQ-9hMYaK-avoQNb-34Hys7-fH768N-5F1hRj-HeSxTp-8gi5pW-avnjek-rNuWB-2i4FByG-6d9Cx9-5EVHvD-avoUbL-duDBff-TrejkB-avmcMv-23oJW48-avmdSi-hQZ1oZ-fr9r1J-8hfyCe-8hiPL9-avmfAH-dhfuXJ-4YwLML-cdSAZQ-5Gg62c-avoQyN-6pn8EL-aj7bff-bKEGWi-Uhgy8w-22yGqRG-4wFXtN-6d5txk-2hKddPQ-avoTtE-3aDiDz-2bhXTrn-6d5sQX-4M4R52

« Unser Leben », Walter Womacka (1964) – Haus des Lehrers, Berlin (Photo: GrégoireC, 2015)

Même si les sommes en jeu peuvent paraître considérable, il faut noter que l’État allemand et les Länder, exceptionnellement, semblent prêts à mettre beaucoup d’argent sur la table pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise, y compris sous la forme d’aides financières directes aux particuliers frappés par les conséquences de l’épidémie. Mais faute de concertation sur le Nichtsemester, la précarité massive des enseignants et la grande flexibilité des cursus allemands est en train de déboucher sur un quasi-Nichtsemester de fait, avec des suppressions d’enseignement massives dans tous les cursus de façon à faire tourner la machine universitaire à bas régime et en ligne. La variable d’ajustement, ici aussi, ce sont les plus précaires, payés à la tâche comme les chargés d’enseignement vacataires français, et dont beaucoup d’enseignements seront suspendus pour le semestre d’été, avec comme conséquence une chute de revenus… qui n’a pas été anticipée dans les accords sur les aides financières directes mises en place par les pouvoirs publics. La radio publique bavaroise vient d’alerter sur le fait qu’à l’heure actuelle, en Bavière tout du moins, les freiberufliche Dozenten — ces chargés de cours vacataires, dont le système allemand ne fait pas semblant de croire qu’ils ont forcément une activité principale hors de l’université — ne sont pas éligibles à ces aides directes et n’auront pas d’autre solution, si leur cours est supprimé, que de demander directement l’allocation Hartz IV, le RSA allemand.

France, Royaume-Uni, Allemagne : trois traditions universitaires dont la différence est proverbiale, mais trois évolutions conjointes vers le culte du management par projets, une dépendance accrue vis-à-vis des financements extérieurs, et un bouleversement de la nature même du métier d’universitaire par la précarisation généralisée. Aujourd’hui, dans ces trois pays, les comptables du naufrage de l’université publique traitent les précaires, qui sont l’université telles que les réformes l’ont redéfinie, comme la variable d’ajustement du choc financier et institutionnel de la pandémie. Cette violence qui laissera des traces souligne la nécessité de regarder comme un enjeu prioritaire le combat pour des statuts protecteurs et pour des garanties matérielles de l’indépendance des universitaires, dans toute l’OCDE.

Liens

Continuité pédagogique : conseils de Suisse et d’Allemagne

Les collègues et administrations européennes s’organisent ailleurs en Europe. Compte tenu de la réaction névrotique qu’on observe en France, il n’est pas inutile de faire lire et traduire les instructions envoyées. Aujourd’hui, de Suisse, David Giauque, professeur associé et directeur de l’Institut d’études politiques de l’Université de Lausanne. En Allemagne, le DFG prévoit des mesures comptables pour passer la période de quarantaine.

https://www.flickr.com/photos/mfdudu/91096416/in/photolist-93TMS-2i6mY6a-bDvgbb-25owTmd-8zihQw-7URtpH-7srGnh-2gtUtuf-8zihYC-8zfbqp-8ziinE-8zfv6i-8ziDeY-8zfrup-8zftJc-8zfajv-8ziBEd-8zijYE-8zfbP6-8zijxU-oeNnCA-8zfrSZ-6PSJZw-bE3MR7-2i8Zqd9-QtCGye-s7vEym-BgmU5q-6PSJHj-6MYS65-2bexmRk-6PSJRw-JRFet-BXsFoG-23kKB4N-5JmeyF-61Lq2S-8aWs5Y-nXfknc-nF4aPQ-nXqWr1-nXrFC3-nXqWwS-nXqWvu-nF3ZhP-nXqWtf-nXrFuN-nXqWzC-8ziEuE-VwMfqj

Davoz, par Marie-France Durieux, 2005

  • SUISSE
De : Direction.iep <direction.iep@unil.ch>
Envoyé : lundi 23 mars 2020 08:53
À : inst-iep-ssp@unil.ch
Objet : Rappel – à situation exceptionnelle, travail proportionné en évitant tout zèle!

Chères et chers collègues, chères enseignantes et chers enseignants suppléant.e.s,

De nombreux témoignages m’ont été rapportés la semaine passée et ces derniers sont de nature à m’inquiéter. Quelques constats relativement simples peuvent être dressés par rapport au vécu des enseignant.e.s/chercheurs.euses ainsi que des étudiant.e.s:

    • La plupart d’entre vous ont pris très à coeur le défi de l’enseignement à distance et avez investi avec ferveur et ardeur les différentes options offertes par le centre elearning de l’UNIL. Avec un regain de stress perceptible parmi les enseignant.e.s mais également parmi les assistant.e.s qui ont été fortement sollicité.e.s la semaine passée. Qui plus est, certains de ces outils d’enseignement à distance ont connu des couacs importants vous mettant parfois dans des situations d’énervement et de découragement.
  • Vous avez tendance à vouloir proposer un enseignement de qualité, ce qui vous honore bien sûr, voire à contre-balancer cette situation de crise en proposant un programme « complexe » et « conséquent » aux étudiant.e.s. Dans certains cas, dès lors, les exigences relativement aux cours, aux activités et aux apprentissages exigés des étudiant.e.s ont tendance à augmenter. Or, il est important de ne pas oublier, dans cette période particulièrement tendue et anxiogène, que nos étudiant.e.s sont confronté.e.s, au même titre que nous, à de nombreux défis parallèles: travailler, souvent plus, dans des entreprises de grande distribution, ou ailleurs, pour gagner les moyens de vivre; s’occuper des parents ou grands-parents vulnérables; parfois aussi s’occuper de petits enfants; etc. Autrement dit, ne partons pas de l’idée selon laquelle nos étudiant.e.s s’ennuient et ne savent plus quoi faire. Si certain.e.s d’entre eux.elles peuvent se trouver dans cette situation, la plupart clairement non.
Les résultats de cette situation sont évidents: des enseignant.e.s stressés et qui se mettent une pression formidable pour être à la « hauteur » de l’enseignement à distance, des pressions qui s’exercent sur les assistant.e.s/doctorant.e.s pour qu’ils.elles augmentent leur investissement (y compris en dehors des heures de travail normales). De même que des étudiant.e.s qui témoignent de leur situation très difficile et qui ne souhaitent pas devoir en faire plus qu’en temps normal pour leurs études, notamment parce qu’ils ou elles ne le peuvent tout simplement pas.
Dès lors, mon appel est simple: dans ce contexte, chères et chers collègues, merci de ne pas faire trop de zèle. Vous êtes des professionnels.elles accompli.e.s et personne ne le contestera au vu des efforts réalisés ces derniers temps. Mais il serait clairement contre-productif d’augmenter nos exigences pédagogiques dans la situation actuelle. Résistons à la tentation d’en faire trop, de se mettre trop de pression, mais également d’exiger trop de nos étudiant.e.s, de même que des collègues et doctorant.e.s/assistant.e.s. Ce d’autant plus que nous ne savons pas encore quelles formes prendront les examens de fin d’année et si ceux-ci pourront avoir lieu. Ne perdons pas de vue que les conditions de travail sont, précisément, exceptionnelles et que c’est tout le rythme de notre vie qui doit ralentir.
Profitez-en pour lire les articles et les ouvrages que vous vous êtes promis de lire depuis 5 ans et que vous n’avez pas encore eu le temps de faire. Prenez le temps de l’écriture. Soignez vos proches, vos voisins, vos amis (à distance bien sûr). Mais surtout ne devenons pas stakhanovistes dans ce contexte, la médaille du travail nous fera à toutes et tous une « belle jambe ». Dès lors, songez-y en ce début de semaine, ne vous fixez pas des objectifs intenables qui auront pour effet un stress sur toute la chaîne des acteurs, des enseignant.e.s aux doctorant.e.s/assistant.e.s, jusqu’aux étudiant.e.s. Un sur-investissement ne peut conduire qu’à des conséquences inattendues et bien souvent négatives. En un mot, prenons soin de nous toutes et tous!
Il me reste à vous transmettre mes meilleurs messages d’amitiés et de soutien. A très bientôt dans nos murs de Geopolis, courage et santé à toutes et tous.
David Giauque
_________
Professeur associé et directeur de l’IEP
UNIL | University of Lausanne
Institut d’études politiques
Geopolis – bureau 4350
CH-1015 Lausanne
Suisse/Switzerland

Continuer la lecture