La revue SAMAJ se mobilise pour les libertés académiques en Inde

  • par Aminah Mohammad-Arif et Jules Naudet, de la revue SAMAJ

L’université, la science et la liberté d’expression sont attaquées de toutes parts en Inde. Ce n’est pas simplement une métaphore car ces attaques sont parfois physiques, comme lorsque le 15 décembre 2019 la police brutalisa des étudiants alors qu’ils étaient paisiblement en train de travailler dans la bibliothèque de l’université Jamia Millia ou lorsque, le 5 janvier 2020, sous le regard bienveillant de la police, des membres des milices de l’extrême droite hindoue attaquèrent un rassemblement pacifique organisé par l’Association des enseignants de l’Université Jawaharlal Nehru (JNU).

Des éditeurs sont contraints de retirer ou de détruire des livres à la suite d’intimidations, comme celui de Wendy Doniger, The Hindus : An Alternative History, publié par Penguin. La liberté à l’intérieur et à l’extérieur des amphithéâtres universitaires est également sapée par l’annulation de conférences, de films, de pièces de théâtre et de séminaires. Certaines universitaires comme Nandini Sundar et Archana Prasad ont même fait l’objet de fausses accusations de meurtre par la police. Dans les pires cas, cette violence peut aller jusqu’à l’assassinat d’universitaires, dits « rationalistes » comme l’ancien président d’université, M. M. Kalburgi. Les données du V-Dem report 2020, qui suivent depuis 1945 l’évolution des libertés académiques et de la liberté d’expression, donnent à voir un déclin qui s’est accentué à partir de 2014, soit la date de l’élection de Narendra Modi au pouvoir (cf. Figure 1 ; pour davantage de détails sur ce sujet, voir aussi le rapport par Nandini Sundar et Gowhar Fazili).

Les chercheurs et enseignants en sciences sociales sont désormais désignés comme des ennemis de l’intérieur. Nombre d’enseignants autocensurent leurs propos (portant, par exemple, sur d’éventuelles critiques à l’encontre de la politique de Modi) dans leur propre salle de cours, tant ils craignent d’être dénoncés ensuite par des étudiants gagnés à la cause des nationalistes hindous. Les spécialistes des sciences de la nature sont de plus en plus souvent sommés de mettre en place des protocoles d’étude visant à démontrer les bénéfices de la bouse et de l’urine de vache (rebaptisée par les nationalistes hindous Gau mata, la « Vache mère »), ou les vertus de l’eau présumée sacrée du Gange. Pour obtenir des visas, les chercheurs étrangers en sciences sociales sont fréquemment contraints de travestir la présentation de leurs projets de recherche, habités par la crainte de se voir refuser l’accès au territoire indien. C’est déjà le cas chez un nombre croissant d’entre eux.

Figure 1: L’évolution des libertés académiques, de la liberté d’expression et de l’État de droit en Inde

En tant que revue spécialisée sur l’Asie du Sud, SAMAJ considère que notre mission principale —  produire des connaissances scientifiques sur les sociétés — est donc menacée. Cette situation a incité le comité de rédaction de la SAMAJ à réunir des universitaires spécialistes des questions pour réfléchir à cet état de fait.

Notre principal objectif dans ce numéro est de montrer que les sciences sociales proposent des outils analytiques utiles pour comprendre l’évolution politique de l’Inde sous le régime de Narendra Modi. Afin de sensibiliser et d’aider les lecteurs non spécialistes à comprendre ce qui se passe actuellement en Inde, nous avons choisi de faire une exception à notre format habituel et d’ouvrir la revue à des publications s’écartant du traditionnel article académique pour y inclure également des essais, des interviews ou des portraits de personnalités importantes. Le sommaire de ce numéro et les liens vers les articles (tous enaccès ouvert) sont disponibles ci-dessous.

Continuer la lecture

Attaques fascistes contre étudiant-es et enseignant-es à Jawaharlal Nehru University (Dehli)

The Sabarmati hostel at the Jawaharlal Nehru University campus in New Delhi, India, after the attack. Photograph: Harish Tyagi/EPA

Aishe Ghosh, leader étudiant, après l’attaque à JNU

Dans la nuit du 5 au 6 janvier 2020, des bandes armées de marteaux et de barres de fer ont envahi Jawaharlal Nehru University, bastion universitaire de gauche. L’attaque, commanditée selon le porte-parole du syndicat étudiant,a été conduite par des hommes cagoulés que la police n’a pu identifier.

L’attaque a eu lieu alors que les étudiant-es ont initié un vaste mouvement de protestation contre la loi sur la citoyenneté voulue par le premier ministre Narendra Modi. Cette loi exclut les musulmans indiens de la citoyenneté indienne1.

La police est accusée d’avoir refusé d’intervenir alors qu’elle se trouvait aux abords de l’Université. Plusieurs victimes, dont Aishe Gosh, leader de la protestation étudiante contre la loi sur la citoyenneté, ont été inculpés pour des coups et blessures sur les gardiens de l’université.

Continuer la lecture

  1. “The law allows Hindus, Christians and other religious minorities who are in India illegally to become citizens if they can show they were persecuted because of their religion in Muslim-majority Bangladesh, Pakistan and Afghanistan. It does not apply to Muslims”. (The Guardian, “Narendra Modi defends contentious citizenship law among protests“, 22 décembre 2019). []