Dans la gueule du loup, nous toutes

Je dédie ce long billet à mes étudiantes normaliennes de l’ENS Tunis qui, en décembre 2019, ont dénoncé publiquement le harcèlement que leur faisait subir un de leurs enseignants. —N. Hebaz, L’ancêtre d’enfanthèse

Omerta mode d’emploi #15

Nadia Hebaz, membre de la rédaction d’Academia, publie aujourd’hui un témoignage poignant et engagé sur son blog. Elle revient sur un événement douloureux : l’abandon d’une thèse commencée en 1997. Devenue enseignante, de nouveau doctorante, elle déclare d’entrée de jeu son admiration pour les étudiantes normaliennes de Tunis qui ont courageusement dénoncé les pratiques sordides d’un homme  censé  leur assurer un enseignement et une formation académiques et compare son comportement à celui de l’enseignant harceleur, qui a fini par lui faire abandonner sa thèse. En leur rendant hommage, Nadia Hebaz reconnaît sa dette : celle d’avoir mis des mots sur un tourment enfoui. Par la démonstration de leur courage, elles ont aussi montré la voie.

Alors que, en France, le mouvement #MeToo peine à prendre à l’université — où l’omerta prévaut1 — Nadia Hebaz décrit les raisons des harceleurs et les effets dévastateurs du harcèlement, qui survient au début d’une carrière étudiante ou professionnelle. Elle souligne aussi que le geste harceleur — qui “écrabouille”, comme on le ferait pour une punaise, d’une manière un peu différente des incesteurs dont parle Dorothée Dussy  — prend place dans une institution qui les protège. L’université choisit de jeter ces toutes jeunes femmes, critiques, vivantes, créatives, “dans la gueule du loup” pour en aspirer le gai savoir et l’envie de transmettre, pour les anéantir. De ce constat glaçant, Nadia Hebaz restitue la flamme, légère, qu’elle a vue naître.

“Ici ou ailleurs”, conclut-elle, “dans un système qui prospère par notre appauvrissement collectif, les harceleurs ont de beaux jours devant eux. Mais nous aussi”.

#MetooESR

Départ à l’aube sur la Route 99, en direction du Mont Saint Helen. Par Murray Foubister, 2013


L’ancêtre d’enfanthèse : chronique d’un échec programmé

Je dédie ce long billet à mes étudiantes normaliennes de l’ENS Tunis qui, en décembre 2019, ont dénoncé publiquement le harcèlement que leur faisait subir un de leurs enseignants.

La raison de cette dédicace est simple : avant Enfanthèse, entre 1997 et 2002, j’ai été la doctorante d’un harceleur. Les témoignages des normaliennes m’ont brusquement replongée dans ces cinq années de cauchemar. Je me propose donc dans ce billet, à partir d’une comparaison des deux harceleurs, le mien et celui des normaliennes, de présenter quelques réflexions sur le harcèlement et son rôle dans l’université. Je commencerai par un portrait des protagonistes; je présenterai ensuite une brève réflexion sur le rôle de l’institution universitaire dans le harcèlement, et sur les fonctions du harcèlement dans cet espace.

L’opposant et le “poète”

C’est l’histoire de deux hommes tunisiens : Harceleur1 ou H1, né en 1952, qui était mon DR; et Harceleur2 ou H2, né en 1981, qui était enseignant à l’ENS Tunis. Au moment des faits, le premier avait 45 ans, le second 38 . Mariés, pères (3 filles pour H1, un garçon et une fille pour H2), ils se présentent comme des hommes modernes, ouverts, tolérants, “de gauche”, portant un regard critique sur les traditions et la religion, et assez portés sur la boisson : H1 donnait rendez-vous aux membres de son équipe et à ses doctorant·es au Shilling, un bar de la place Pasteur1 ; H2 proposait de même à ses étudiantes de l’accompagner pour des apéritifs, et les encourageait à boire.

Pour lire la suite →

  1. Academia propose depuis septembre 2020 une collection “Omerta mode d’emploi” sur les rapports de pouvoir et tout particulièrement le harcèlement sexel à l’université et sur la résistance de l’institution à sanctionner des pratiques pénalement répréhensibles. []