#8mars J-1 — Recherche : quand est-ce qu’on se lève et qu’on se barre ?

Compte-rendu d’un conseil de Laboratoire. Deux heures où le mot argent remplace le mot recherche. Où les moyens deviennent la fin, et de la fin, on n’en parle plus.

Tribune. C’était la semaine dernière. C’était avant les Césars. C’était avant Despentes. J’étais au conseil de labo, il a commencé à 10 heures. À midi, le sujet de la discussion n’avait pas changé : on parlait budget. La fac risquait de revenir sur son soutien financier annuel pour la salle blanche. Le surplus que le laboratoire avait, grâce aux impôts prélevés des nombreux projets qu’il accueille, et qu’il souhaitait redistribuer parmi ses membres, était sous menace. Il était question qu’il serve à combler le trou, ce nouveau trou qui vient tout juste d’apparaître à la suite des changements administratifs à l’université. Car il faut entretenir la salle blanche. «C’est grâce à la salle blanche qu’on a pu attirer untel ici, avec son ERC, ça aide énormément le labo», a dit le directeur. Deux heures à parler budget, à tenir de tels propos, où le mot argent remplace le mot recherche. Où les moyens deviennent la fin, et de la fin, on n’en parle plus.

Des situations d’urgence et de stress comme celles-ci sont devenues courantes dans le quotidien des laboratoires de recherche, des situations de maltraitance professionnelle. Une vingtaine de chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et personnels administratifs autour d’une table pour deux heures et le seul sujet abordé : du pognon. Je n’ai pas vu la fin de la réunion. Je suis atteinte de malaises vagaux ces derniers temps, souvent au labo, souvent les matins avant d’y aller. J’ai été retournée dans tous les sens par des toubibs et ils n’ont rien trouvé : c’est psychologique, ils me disent. Ça dure depuis quand ? Depuis le mois de novembre. Mais ça fait plus longtemps que ça que je subis. Ça fait plus longtemps que je cherche à retrouver le plaisir de la recherche, que je cherche à trouver un chemin au milieu de toutes ces pressions, ces «urgences» et de ces discours qui m’atteignent avec une violence que j’ai mis du temps à nommer. Oui, ici aussi, ça fait mal. Ça fait très mal, et depuis longtemps. Je me suis levée et je suis partie, malade. Je ne me sentais pas bien. J’étais cassée, mais je ne me suis pas cassée. Je me suis tout simplement excusée et je suis partie.

«Je ne comprends pas pourquoi ça te fait ça, m’a dit le lendemain une copine chef d’entreprise. Moi, ça fait des années que je vis comme ça, qu’est-ce que ça peut te faire, un peu de pression ? Moi, ça ne me donne pas de malaise.» Vous savez, je comprends bien ce qui attire dans le pouvoir et en particulier dans l’argent. Il représente beaucoup de choses, socialement. Il est joli, coloré, il se compte facilement, et avec lui on peut se comparer aux autres. Je suis très fière de pouvoir regarder les banquiers, des vrais, en face, de leur demander des sous, et de les avoir. J’estime même avoir un petit talent pour ça : je gère, je négocie, et je sais compter mille fois mieux qu’eux. Mais ça, ce n’est pas de la recherche, ça n’a rien à voir. Ça, c’est un petit jeu pervers de pouvoir qui excite, auquel on peut s’adonner avec les types qui aiment bien se masturber devant des images et des projections morbides d’où on sort avec quelques milliers de plus et on imagine ce que l’on va faire avec. Mais ce n’est pas ce que je fais au boulot, ça n’a rien à voir. Ce n’est pas ce qu’un chercheur est supposé faire, ce n’est pas la même sensation.

Le pouvoir, dans la recherche, n’a pas tellement de sens. En recherche, on veut savoir. On veut apprendre, questionner. Je ne veux pas parler d’argent avec mes collègues, je veux parler d’atomes, de photons, et de ce que nous ne connaissons pas encore. C’est vraiment très différent de l’argent, tout ça. Mais bizarrement, quelque chose s’est passé, car à chaque fois, il revient. Et là, à ce dernier conseil, on ne parlait que d’argent, que des stratégies pour en avoir, pour s’en sortir, qui prélever, où en demander… et j’ai commencé à me sentir cassée. Cassée, je n’arrivais pas à me lever et à me casser comme Adèle Haenel, je n’arrivais pas à dire à tous de faire de même. Leur dire de me suivre, d’abandonner la réunion, d’envoyer la fac et l’ERC se faire foutre, de casser une banque, de casser les chaises, de nous mettre à faire ce que nous sommes censés faire et, si vous voulez parler argent, à faire ce que nous sommes payés pour faire : casser les idées reçues, casser les codes, casser la médiocrité, chercher des nouvelles idées, étudier, lire! Lire toutes ces belles tribunes qui pullulent, écrites par des chercheurs et des penseurs compétents, créatifs, impliqués, nous régaler avec l’effervescence des discussions. Prendre le temps de réfléchir. Arrêter. Changer. Casser le temps tel qu’on nous le compte. Mais je n’ai rien fait de cela. Je me suis laissée vautrer dans la boue, rouler dans le caca, envahir partout par ces vagues d’«inévitables» desquelles on veut à tout prix se sauver sa peau, alors que je me sentais partir par la bonde, et mon malaise venait de la lutte avec moi-même pour essayer de rester. Je suis partie de la salle, tête basse.

https://www.liberation.fr/debats/2020/03/06/recherche-quand-est-ce-qu-on-se-leve-et-qu-on-se-barre_1780683

Lors d’une manifestation de chercheurs contre la future réforme de l’enseignement supérieur et la précarisation qu’ils subissent, jeudi à Bordeaux. Photo Valentino Belloni. Hans Lucas

Une semaine après, je relève un peu la tête. Je lis Despentes. Je revois Haenel. Je pense à ces derniers mois, à cette tribune signée de 200 chercheurs exceptionnels qui s’autoproclament «la communauté scientifique», qui pensent que la taille de leur… médaille suffit pour nous faire avaler un texte digne d’un élève de CM2, qui ne sait que hurler : je veux du pognon ! Il est où mon argent de poche ? Je pense à ces dernières années, au long, lent et sûr parcours de nous tous vers l’acceptation de ce système violent, abusif, de compétition infructueuse, injuste et injustifiée. Je vois sa force, en regardant les césars, en regardant autour de moi les collègues qui s’arrachent pour un projet, pour un article publié. Elle impressionne, l’attraction de l’argent, la séduction du pouvoir, la force de la domination et surtout : la difficulté de la détruire. Et je me demande : quand est-ce qu’on se lève et qu’on se barre ?

#8mars J-2 — Le temps de travail des maîtresses de conférences

Études, analyses, témoignages établissent régulièrement, depuis longtemps, le sexisme à l’endroit des personnels féminins dans l’enseignement supérieur et la recherche. Plafonds de verre, salaire différents à statuts équivalents, retards de carrière, qui pèsent à leur tour sur les retraite, sont connus, mais ne sont pas devenus une prioirité nationale, en dépit de l’urgence qu’il y a à traiter, par l’exemple, l’inégalité sexuelle dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Les réformes en cours, imposées par le MESRI et le Ministère de l’Économie et des Finances depuis dix ans, non seulement ne proposent aucune solution aux inégalités de revenus, mais font peser sur les femmes des conditions de travail de plus en plus difficiles, qui confinent désormais à de la maltraitance.

Nous republions ici deux textes, en prélude à la manifestation de demain.

  1. «Le travail des universitaires sous tension : les femmes maîtresses de conférences», entretien avec Sophie Devineau, mars 2020
  2. Une tribune de Pérola Milman, directrice de recherches au CNRS, parue dans Libération du 6 mars 2020

Continuer la lecture

Compte à rebours #8mars J-11 — Violences sexuelles

En passant

Violences sexuelles dans l’ESR : il n’y a pas de neutralité !

L’Association Française de Sociologie a diffusé en date du 11 février 2020 un communiqué intitulé «  Mise en place d’un groupe de travail sur les violences sexistes, sexuelles et de genre  » https://afs-socio.fr/creation-dun-groupe-de-travail-sur-les-violences-sexistes-sexuelles-et-de-genre/. Ce communiqué est inédit. Il marque un tournant dans notre profession en nous invitant à agir collectivement face aux situations de violences sexuelles sur nos lieux de travail (dans nos congrès mais aussi dans nos laboratoires, nos départements, nos séminaires, etc.). Cette prise de position, qui fait suite à des années de mobilisation du CLASCHES (Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche), est salutaire. Elle doit aboutir à une véritable prise de conscience collective qui seule permettra d’en finir avec de tels agissements.

La prise de position de l’AFS est aussi l’occasion pour nous, enseignant·es et/ou chercheur·es en sciences sociales, de lancer un appel à notre communauté professionnelle : chacun·e de nous doit apprendre à réagir face aux dénonciations de violences sexuelles ! En effet, trop souvent encore, quand des collègues ou des étudiant·es osent en parler, les réactions immédiates protègent le mis-en-cause et renforcent la violence subie par la personne dénonçant les violences.

Ainsi, lorsqu’est évoquée, au détour d’un séminaire ou d’une pause-café, une « affaire » de violences sexuelles dans notre communauté professionnelle, on entend encore trop souvent :

  • « C’est compliqué, il vaut mieux rester neutre ».

Continuer la lecture

Les professeurs des universités britanniques contre la précarisation, 20 janvier 2020

Nous refusons de tenir les examens tant que les universités ne règlent pas le problème des employé·es –  Lettre ouverte, The Guardian, 22 janvier 2020

« Notre rôle est crucial pour renforcer la qualité de la formation dispensée aux étudiant∙es, mais tout aussi nécessaires sont rémunérationjuste , retraite et  sécurité de l’emploi pour celles et ceux qui travaillent dans les universités », affirment 29 professeurs d’universités britanniques.

Un representant syndical UCU harangue une manifestation aux abords du siège de University College London le 4 décembre 2019. Photograph: Guy Smallman/Getty Images

La plaie de la précarisation (Des milliers d’universitaires britanniques traité∙es comme des citoyen∙nes de deuxième classe’, 20 janvier) ne représente malheureusement qu’un des problèmes de ressources humaines que les universités doivent de toute urgence s’atteler à traiter.

Par la présente, nous faisons savoir, en notre qualité d’universitaires expérimenté∙es, que nous nous démissionnons de nos fonctions d’examinateur∙trices externes (external examiners) et/ou refusons d’accepter de nouveaux contrats d’expertise pour des formations d’universités ou de collègues dans tout le Royaume-Uni, et exhortons nos collègues à faire de même. Nous refusons d’endosser la fonction d’examinateur externe parce que nous croyons que ce rôle est crucial pour renforcer la qualité de la formation dispensée aux étudiant∙es, il est tout aussi crucial d’offrir une juste rémunérations, retraite et sécurité de l’emploi pour celles et ceux qui travaillent dans les universités.

Dans le conflit qui oppose actuellement le syndicat University and College Union et les employeurs universitaires, le syndicat a mis en lumière la proliferation de la précarisation, la moitié des personnels de première ligne à ne disposant pas de contrat ; des coupes dans les allocations de retraite qui ont appauvri les membres du Universities Superannuation Scheme ; de scandaleux écarts de salaire en raison du genre ou de l’ethnicité : et une culture systémique de la surcharge de travail qui contribue à l’existence de hauts niveaux de stress et de maladie. Cela fait trop longtemps que les universités auraient dû traiter ces maux, et nous croyons qu’il est de notre responsabilité de prendre maintenant position pour marquer notre soutien aux collègues au début de leur carrière. Nous vous invitons à nous rejoinder et à démissionner de vos fonctions d’examinateur externe et de refuser de souscrire à tout nouveau contrat jusqu’à ce que les universités prennent des mesures pour régler ces problèmes.

Prof Melanie Simms University of Glasgow, Prof Jane Holgate University of Leeds, Prof Phil Taylor University of Strathclyde, Prof Jo Brewis The Open University, Prof Sian Moore University of Greenwich, Prof John Kelly Birkbeck, Prof Megan Povey University of Leeds, Prof Claire Squires University of Stirling, Prof Richard Taffler University of Warwick, Prof Cathy Urquhart Manchester Metropolitan University, Prof Keith Attenborough The Open University, Prof Jenny Pickerill University of Sheffield, Prof Natalie Fenton Goldsmiths, Prof Nicki Hitchcott University of St Andrews, Prof Andreas Bieler University of Nottingham, Prof Mike Danson Heriot-Watt University, Prof Julian Eastoe University of Bristol, Prof Erik Swyngedouw Manchester, Prof Jeremy Guggenheim University of Cardiff, Prof Victor van Daal Edge Hill University Prof Sally Munt University of Sussex Prof Ozlem Onaran University of Greenwich, Prof Albert Sanchez Graells University of Bristol, Prof Ruth Aylett Heriot-Watt University, Prof Tony Carbery, University of Edinburgh, Prof Raphael Salkie University of Brighton, Prof Sarah Salway University of Sheffield, Prof Peter Styles Keele University, Prof Willy Maley University of Glasgow

traduction: Christelle Rabier

Source: We refuse to act as external examiners until universities deal with staffing issues. Tribune. The Guardian, 20 janvier 2020

« Désabusés et en colère » : les jeunes chercheuses et chercheurs et la LPPR

Réforme de la recherche : vers des jeunes chercheurs toujours plus précaires

par un collectif de chercheurs Libération, 5 février 2020

En s’attaquant aux spécificités du modèle de la recherche publique française, la future loi de programmation pluriannuelle risque de renforcer les difficultés de début de carrière des jeunes chercheurs, alerte un collectif. Vous pouvez co-signer la tribune par le lien ci-après: pour signer la tribune.

Tribune. En cette période de préparation de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), nous, jeunes chercheurs et chercheuses, sommes inquiets pour notre avenir dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR). En effet, lors de ses vœux à l’ESR le 21 janvier dernier, Mme Frédérique Vidal a déclaré que «tout chargé de recherche (CR) et tout maître de conférences (MCF) sera recruté à au moins 2 smic». Cette mesure est censée redonner, selon elle, une « attractivité » aux carrières de chercheuses et chercheurs qui ainsi « n’hésiteraient plus à embrasser » la voie de la recherche. Cependant, les jeunes chercheurs et chercheuses motivées sont bien là et n’hésitent déjà pas à s’engager pleinement dans une carrière dans l’ESR ! Malgré la chute vertigineuse du nombre de postes ouverts au cours des deux dernières décennies, tous les ans plusieurs centaines de candidats et candidates se battent pour une demi-dizaine de postes dans chaque discipline. En 2020, le nombre de postes de CR au CNRS a atteint le niveau historiquement bas de 239 postes, alors qu’il était de 359 en 2011, augmentant d’autant la pression de recrutement sur chaque poste. Une chute similaire a eu lieu du côté des universités : c’étaient près de 3 500 postes de MCF qui étaient publiés chaque année jusqu’à la fin des années 1990, pour uniquement 1 600 en 2019, alors même que la démographie étudiante ne cesse d’augmenter.

tiré de « La réforme Macron de l’université », par Stéphane Beaud & Mathias Millet , La Vie des idées, le 20 février 2018

 

Continuer la lecture

Le CNESER soutient le Département d’informatique de Paris-8

En passant

Suite à la décision du Département d’informatique de l’Université de Paris-8 de ne pas ouvrir la licence en 2020

CNESER en CP du 5 février 2020
MOTION ADOPTÉE À L’UNANIMITÉ DES 21 VOIX  

https://www.flickr.com/photos/twm_news/27326269001/in/photolist-HCJgJZ-8TPawa-8TPbqR-HBVuLf-247sESN-MHn7vN-fq18wE-TAt8LD-V8zEZq-baopPn-2dPwqob-R73A1P-9Pyp6J-aAtQ7A-2eAv7Px-dRvFYq-KkQrHH-dHqzgx-eX4TSz-25yUM3e-SNdcjb-MYBEyf-5aEAjy-yDt3bL-25UZgJq-RJdVow-t5bL3U-QwY4LZ-UHWXFR-yTMQom-gjybdX-2i4hxoY-gjxubU-5FytjL-fpNg6t-AKRtz5-RP1HJz-Un9EFm-55EDQ1-M1MrdQ-HEcr4U-2eL8TqU-8ptvCs-2fQnj2X-HtJGy3-2hCJjM8-b8SQmD-V2gY75-8S6FyS-82Z2xC

Dégâts subi par Sa Majesté Broke à la bataille du Jutland, juin 1916 (fonds: Tyne & Wear Archives & Museums)

Le CNESER soutient la démarche et les efforts réalisés par l’université de Paris 8 pour continuer d’exercer sa mission de service public d’enseignement supérieur et de recherche, dans un contexte de très forte pression démographique et une insuffisance de dotation récurrente de l’État.

Le CNESER insiste sur la nécessité de poursuivre et d’amplifier l’accompagnement budgétaire pérenne de l’État pour dégeler et ouvrir de nouveaux postes de titulaires (en particulier en L1 pour diminuer les effectifs en TD et aussi à l’IUT de Tremblay), améliorer les conditions d’étude et de travail et maintenir la qualité de l’enseignement.

Le maintien d’une université de qualité est essentiel pour le département de Seine-Saint-Denis et le CNESER ne saurait accepter sa mise en danger.
Continuer la lecture

La licence d’informatique de Paris-8 n’ouvrira pas l’an prochain

En passant

Motion du Conseil des enseignant·es de la licence informatique, 4 février 2020

À l’Université Paris 8, le Collectf des enseignant·es de la licence informatique1 s’est réuni le 4 février 2020 et a pris la décision de ne pas ouvrir la première année de licence à la rentrée 2020.

https://www.flickr.com/photos/124172291@N07/27727436508/in/photolist-JfbmS9-ypaxnv-2ieEMyJ-26i78GX-FAk2H-2eWhzz2-2drRpc7-wSaDVk-qf5EA-2ik84ee-4Y36gN-2gyM6No-23rfC7K-4y5APV-qoot6P-Jtttuu-8MZRK1-5bL5u6-2hci248-yqURQP-H2Q1MM-24NCBgZ-4qAuPr-2gQwMfo-2hMJbHe-sFF6Wa-2gAa9PJ-eFzN6-2gVEfRr-8yAByC-2hNBtX3-NazcJV-LNrZ3H-VMk8um-nsUzZo-JomJnp-Jqjvv9-rT9P9F-7szLEq-dL6yFv-2hE1QPV-nf7jE-6Jr6PK-XHxgKF-24cYDWB-bFGhuP-2age3K-d2rRG-euKPsT-dwBk5Z

La femme qui pleure, de Serena Carone (Photo: Christian Lemaäe, 2018)

Cette décision, lourde de conséquences et difficile à prendre, est la conclusion inévitable d’une situation catastrophique. Depuis des années, l’équipe pédagogique n’est plus en mesure d’assurer correctement sa mission de service public d’enseignement supérieur. Les groupes d’étudiant·es sont de plus en plus surchargés alors que le nombre d’enseignant·es diminue (non-remplacement des départs en retraite, etc).

Cela fait plusieurs années que les séances de travaux pratiques ne sont plus assurées en demi-groupe comme c’est censé être le cas, que chaque cours de première et deuxième année est amputé d’une dizaine d’heures, que plus aucune option n’est ouverte en troisième année, et depuis l’an dernier, des cours obligatoires de deuxième année ne sont plus dispensés. Tout cela malgré une équipe pédagogique dévouée qui assurait jusque là en moyenne une centaine d’heures de service complémentaire (au-delà du service réglementaire de 192h) par enseignant·e titulaire, en plus du recrutement de plusieurs chargé·es de cours vacataires.

Crying teachers, by gradyjamielee, 2015

La situation n’est plus tenable, et il ne serait pas correct d’accueillir dans ces conditions de jeunes étudiant·es en demande légitime d’une formation de qualité : celle-là même que nous voudrions pouvoir leur offrir, celle pour laquelle nous avons choisi d’exercer ce métier.

Continuer la lecture

  1. instance créée par le conseil de l’UFR MITSIC du 19 novembre 2019 pour s’occuper de la licence informatique, et regroupant l’ensemble des enseignant·es intervenant dans la licence, quelque soit leur statut, y compris les étudiant·es tuteurices. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search