Prime d’activité chez les semi-précaires de l’ESR (ATER et contrats doctoraux) : halte au non-recours !

Peu d’étudiant·es et contratuel·les de l’ESR en connaissent l’existence. Cette information n’est pas toujours connue ni par les intéressé·e·s, ni par les titulaires, ni par les services administratifs, d’où un taux de non recours qui peut être important… y compris chez des semi-précaires qui enseignent cette question ! Guide de voyage dans le maquis indemnitaire.

Le 10 décembre 2018, alors que le mouvement des gilets jaunes battait son plein, inquiétant le pouvoir, le président de la République Emmanuel Macron annonçait dans son discours « Faire de cette colère une chance » une augmentation de 100 euros par mois des salariés au SMIC sans coût supplémentaire pour les entreprises.

Pour y parvenir, le gouvernement a augmenté le montant la prime d’activité tout en élargissent son plafond d’accessibilité d’1,3 à 1,5 SMIC (1828,5 € net en 2020) (décret n° 2018-1197 du 21 déc. 2018). Non fiscalisée, cette allocation sociale versée depuis 2016 pour compléter les revenus des « travailleurs pauvres » n’offre pas les avantages sociaux d’une hausse de salaire. Elle doit faire l’objet de procédures régulières auprès de la CAF, d’où un non-recours important. Les ressortissants extra-communautaires n’y ont pas accès. La demander permet cependant de bénéficier d’un complément de revenu précieux.

https://www.flickr.com/photos/68704638@N04/16591038796/in/photolist-rh6pP3-a158nU-vYj2Ls-Hy8usW-5CorSF-72eBe5-72i3X5-9TFdNf-5y5jAY-dtJBtd-6r3zHE-9ZgTkh-9z4r8f-Tds8yG-a61Ryz-rWNjU-dEuqWt-72i3Uj-bA7QsV-7W8iT7-qKy4WF-bwcmuf-4esUNi-4gEyUw-23w3xZx-id84EC-8HU4r2-9qbRyT-aqSiAc-o2FfMj-7nC1a9-5dafJZ-fP8AMj-sJAig-bxoRdF-4KG1bq-8qUdaa-9wHXgD-RQJ1gP-aqUWUf-91wC1Q-aBFLc2-9WBb8U-dkk8Lr-4Lgb9v-9z6myp-7wX6Cz-5Ttqfe-aqSjg4-7D1Ztr

(c) M. Dreibelbis, 2015

 

Continuer la lecture

La LPPR, une loi sans chercheuses. Sur la note Vigilance égalité du HCEfh

La fabrique de la loi #20

← Article précédent

Article suivant­ →

Pour établir une note Vigilance égalité au sujet de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), le Haut Conseil à l’Égalité (HCE) a auditionné jeudi 10 septembre quatre chercheuses et un chercheur. Academia analyse pour vous le contenu de cette table ronde dont se dégage un message univoque :

« Ni la question de l’égalité entre les femmes et les hommes, ni celle d’une approche du genre dans la recherche, ni l’objectif prioritaire d’attirer les jeunes filles vers les sciences ne sont manifestement pris en compte » dans la LLPR.

Continuer la lecture

C’est la rentrée : Dr. Animula n’a plus de bureau

https://www.flickr.com/photos/bibliotequescat/11098726856/in/photolist-hUKSPA-7w3E4o-8GAD1x-bZYBgG-6nPBXk-bmwFnQ-82mFsT-4uTxr5-2nsFX-8Mi2Ez-aRWE6x-aRWTyB-bNgMAe-a9Znjh-6QQtUZ-bjk9N4-AEMXLA-PEMnB-dsMgZG-nQjjva-6VdENH-5nNLhr-4mxxtE-AJ2V1j-mHsJJK-iWvDRY-d2KqvS-2FUu8-5FzqxL-2itTS2-836dHv-4awsdb-6hF1WE-2kyGgz-fKJW6s-b6PLXa-vov5zm-5ScSoD-f92xj-FPgQRr-d1Yndb-6Bpost-79Nsyg-64Jk8L-6M6LRA-KEXEV-4BfeuX-t2dLd-pz73sY-Nhyeh

Ceci n’est pas un bureau (© Jordi Casañas, 2017)

 

Le dramatique décrochage de l’encadrement universitaire

Julien Gossa, arpenteur infatigable avec Guillaume Miquelard, des données publiques sur l’enseignement supérieur, propose une traduction graphique des relations entre encadrant·es et enseignant·es.

Continuer la lecture

L’évaluateur évalué (6). Ne pas publier : qui ? pour quelles raisons ?

L’évaluation quantitative promue par le HCÉRES et de plus en plus nombreux jurys de recrutements et organismes de recherche, repose sur l’idée que les meilleur(e)s sont ceux qui publient beaucoup et dans de « bonnes» revues1. Pour tester la qualité de cet indicateur, il est indispensable de répondre à la question en suspens : qui ne publie pas ou plus, et pourquoi.
C’est à ce problème de sociologie des sciences que c’est attelé Louis Gabrysiak, dans le dernier numéro de la revue Zilsel.
« Publish or What? Identité professionnelle et position dans le champ universitaire français d’enseignants-chercheurs peu ou pas publiants », en accès libre pour une dizaine de jours, a mené une enquête auprès d’une quarantaine d’enseignant·es-chercheur·ses hommes et femmes d’une université non parisienne, décrite comme « 1 des 10 premières en nombre d’étudiant-es ».  Parmi elleux, l’auteur repère un douzaine de personnes peu publiantes et en dessine le profil : pour l’essentiel, des hommes et des femmes aux origines sociales plus modestes, dominé·es selon des critères de classe et de race, qui ont mis leur carrière au service du couple – plus précisément du mari. Considérant qu’ils ou elles ne pouvaient pas être promus (localement)  ils ou elles se sont investis sur d’autres activités (enseignement, associatif, famille, etc.). Le faible nombre de publications permet ainsi de repérer les dominations sociales internes et externes à l’université, qui, selon le Code de l’édudcation (article L 123-2), en ses points 3 et 3 bis pour mission de lutter contre les discriminations et construire une société inclusive2.
https://www.flickr.com/photos/stanzim/36660477435/in/photolist-XRywHa-9Frsog-quo1dr-FuWyHL-rEJq34-5JBBWa-LFyZSC-azhEon-HiN1qg-uaC4vA-uqNZd-2TW42y-woUp1W-22mmFSf-zkRRHc-ELTCkD-XKsp6S-zAMbLL-be9np2-74vpt-cJg4gS-9qFzJx-6jRLH5-hJU6bS-5De4EU-hBt2TR-g98JKJ-913rMY-FSdXnk-7285tr-3bg5d3-9YF3Su-76R81j-TvRjqF-Sk4M-dJjnGQ-3kwkNA-5x5B5n-79wjmo-JkKYbs-4VwXHd-a8g3Ne-JmXVVX-aVA4Sr-tYFK-rnSaAR-5DLmFe-2v5E9-aCEZcg-CqaaP

Spring trees, by Stanley Zimmy, 2015

  1. Je renvoie ici à l’introduction de Faire revue, hors-série 2019 de Tracés. Revue de sciences humaines qui renvoie à d’autres références. []
  2. Sur les objectifs et les missions de l’enseignement supérieur, voir le billet de rappel d’Academia. []

Rentrée à l’Université de Limoges : Olivier fulmine

Continuer la lecture

Rentrée 2020 : les préconisations du Haut Conseil de la santé publique

Le 20 août dernier, le Haut Conseil de la santé publique a émis des préconisations pour l’enseignement supérieur, que le media spécialisé Newstank vient de publiciser.

voici le document. Alors que tous recevons, en cette rentrée des injonctions surprises contradictoires et évolutives d’une heure à l’autre, il n’est pas inutile de lister les dernières recommendations en matière de santé publique dans un contexte épidémique de COVID19, après avoir fourni un argumentaire détaillé.

https://www.flickr.com/photos/prachatai/49718934141/in/photolist-2iKuwWr-2iNTrPk-2iKw951-2ju3GRG-2iKrLH2-2iHKtKP-2iLwack-2iHM3tD-2j6pnV2-2jpXkpG-2iU7vAa-2iYbjef-2jknxQF-2iJZ8tT-2jaH47e-2jkHPdE-2jzdsKS-2iQwiNi-2j8cAii-2jaJG4h-2iG53i7-2iSBqRz-2jmeKKJ-2iTPMMC-2iZE5jv-2jyvUWk-2jcjU2Z-2jaS5r4-2jaPqrY-2iXYfFo-2iJdhqc-2jcjSjF-2jrHi6F-2iSyAxB-2iSBqPq-2iSoU1W-2j4VX1S-2iLtNvP-2j7P7fE-2iT8azQ-2j6iR47-2j9vhDi-2jaNSjb-2iSyBdV-2iSBrtS-2j4ys1y-2iJz27s-2iVeDaF-2jrBuSD-2iQHeTo

Covid-19, by Prachatai, mai 2020

Le HCSP recommande:

D’une manière générale:

  • De favoriser le port de masque grand public en tissu réutilisable (selon les préconisations Afnor) par la population française, en facilitant le choix et l’accès des masques pouvant être réutilisés jusqu’à 50 fois, ayant des performances de respirabilité et de filtration constantes et validées et en simplifiant les conditions d’entretien.
  • De poursuivre la recherche et le développement de masques grand public faciles d’emploi, d’un grand confort d’utilisation, réutilisables un grand nombre de fois par des procédures d’entretien simples, et d’un faible coût d’utilisation.
  • De responsabiliser les porteurs de masque « S’approprier son masque réutilisable » par des messages d’information simples et actualisés envers la population générale avec mise en évidence de leur intérêt en termes de réduction des risques directs pour le porteur et son entourage et de réduction de la circulation du virus dans la population générale.
  • De rappeler la nécessité de jeter dans des poubelles les masques à usage unique lorsqu’ils sont utilisés.
  • De continuer à respecter l’ensemble des mesures barrières notamment l’hygiène des mains et les gestes barrières, comme déjà précisé par le HCSP dans ses avis antérieurs.
  • D’inciter les responsables d’établissements scolaires/universitaires/professionnels ou d’entreprises à organiser des réunions d’information sur les modalités de transmission du SARS-CoV-2, sur les moyens de prévention et sur la perception du risque individuel et de la bonne utilisation des masques dès la reprise des activités scolaires/universitaires et socio-économiques dans chaque établissement, auprès des élèves/étudiants, salariés et autres intervenants en entreprise.

Pour les établissements d’enseignement supérieur, en plus des recommandations précédentes :

Continuer la lecture

Marie-Anne se demande qui rédige certaines fiches de postes honteuses

À propos d’un CDD en 19e section à l’Université de Bretagne Occidentale. Mais ils existent aussi à l’Université de Saint-Etienne et sans doute ailleurs…

Dans les académies de Créteil et Versailles, les disponibilités et détachements pour travailler dans le supérieur deviennent quasiment impossibles

  • par le Collectif des doctorant-e-s de Versailles et Créteil

Carte des Académies de l’Education nationale, (Source: wikipedia)

Alors que dans de nombreuses matières, principalement en sciences humaines et sociales, avoir un concours de l’enseignement secondaire – si possible l’agrégation, car l’élitisme se porte bien – est un prérequis plus ou moins implicite à l’obtention d’un CDD (contrat doctoral, ATER, post-doc, contrat LRU) dans le supérieur, les académies franciliennes refusent désormais presque systématiquement à leurs agent-e-s une mise en disponibilité ou un détachement pour exercer à l’université. A Versailles, le problème est ancien (“déjà il y a vingt ans”, nous dit-on) mais s’est accentué l’année dernière avec l’arrivée d’une nouvelle rectrice proche d’Emmanuel Macron et de Jean-Michel Blanquer. A Créteil, cette année, de nouvelles consignes de management ont conduit au refus presque systématique des demandes de détachement et de disponibilité pour les néo-entrant-e-s dans l’académie : en quelques jours, près d’une cinquantaine de personnes ont fait état de ce type de refus, et leur dossier n’a parfois même pas été examiné. Les syndicats de l’académie ont interpellé le recteur lors d’un Comité Technique Administratif : il se serait engagé oralement à ce que les dossiers refusés soient réexaminés. C’est l’organisation des doctorant-e-s entre elles/eux et leur lien avec les syndicats qui a permis de peser dans la balance et de dépasser les recours strictement individuels.

Au-delà de ces cas, de plus en plus difficiles, qui mettent les doctorant-e-s et jeunes docteur-e-s dans des situations impossibles (faut-il renoncer au bénéfice du concours ou bien au contrat doctoral chèrement acquis ?), la question des passerelles entre le secondaire et le supérieur doit être repensée : peut-on légitimement demander à des personnes désireuses de se lancer dans la recherche de passer des concours du secondaire, en privant au passage les académies d’enseignant-e-s ? Si cette situation était tenable quand il y avait davantage de postes, tant dans le secondaire que dans le supérieur, elle ne l’est plus aujourd’hui. L’attachement au “prestige” de l’agrégation renforce ces logiques contradictoires : à dossier égal, pour obtenir un ATER ou un contrat doctoral, on choisira un-e agrégé-e, mais l’agrégé-e en question ne pourra pas prendre son poste car l’Education Nationale ne le laissera pas partir pour “nécessités de service”…

Twitter @Collectifdocto1

En attendant des P.O.S.T.E.S titulaires, les arrangements à Paris-1

Academia souhaite recenser toutes les initiatives de collègues qui n’ouvriront pas leurs formations l’an prochain, faute d’enseignant·es statutaires suffisant·es. En attendant, lu sur une liste de diffusion

De: “Selponi Yohan”
À: Liste de diffusion EHESS
Envoyé: Lundi 29 Juin 2020 14:56:30
Objet: [tlm] Recrutement doctorant·e·s contractuel·le·s chargé·e·s d’enseignement sociologie IAES Paris 1

Bonjour à toutes et tous,

A défaut d’obtenir les postes pérennes que nous demandons, l’institut d’administration économique et sociale (IAES) de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne recrute plusieurs doctorant·e·s contractuel·le·s chargé·e·s d’enseignement (DCE, ex-monitorat) en sociologie pour l’année universitaire prochaine. Ces postes sont ouverts aux doctorant·e·s contractuel·le·s n’ayant pas de charge d’enseignement dans leur université.

La charge d’enseignement est de 64 HETD par poste. Le doctorant ou la doctorante chargé·e d’enseignement effectuera des travaux dirigés de sociologie des groupes sociaux (L1AES) et/ou de sociologie des relations sociales (L2AES) et/ou de sociologie du travail (L3AES) et/ou de sociologie des problèmes sociaux (M1AES).

Plusieurs postes sont à pourvoir car nous souhaitons limiter au maximum le recours aux vacations. Le 28 mai 2020, nous avons adressé une lettre à la présidence de l’Université pour lui signifier notre refus de fonctionner structurellement grâce à des vacations. Dans ce cadre, nous avons demandé le déblocage immédiat des 10 demi ATER qui sont nécessaires pour assurer les besoins pérennes d’enseignement dans l’IAES. A terme, nous revendiquons la création de postes statutaires pour assurer le fonctionnement normal de nos cursus et donner à nos étudiant·e·s l’encadrement pédagogique qu’ils·elles méritent. Ces demandes sont toujours sans réponse.

Si vous êtes intéressé·e·s par ces DCE contactez yohan.selponi@univ-paris1.fr

Les sociologues de l’IAES de l’université Paris 1 : Valérie ASENSI, Pascal BARBIER, Christel COTON, Camille FRANCOIS, Anne PAILLET, Yohan SELPONI, Anne-Catherine WAGNER

Lien:

Questionnaire sur les vacations 2020

De la part du bureau d’ANCMSP

La situation des vacataires doit tou·te·s nous alarmer et nous amener à nous mobiliser. Il s’agit d’un statut indigne dont les établissements abusent largement. De plus, les injonctions à la “continuité pédagogique” et la communication hasardeuse du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation sur leur rémunération, depuis la fermeture des universités et le confinement, ont pu fragiliser la situation déjà précaire de nombreux·ses vacataires. 

Nous souhaitons travailler à une cartographie des conditions d’emploi des vacataires par établissement, notamment pour faire pression sur les établissements où la situation est inacceptable (ceci avant et/ou pendant l’épidémie). Nous invitons ainsi l’ensemble des abonné·e·s de notre liste ayant réalisé des vacations ce semestre ou cette année universitaire, et qui souhaiteraient nous aider à faire ce travail, à répondre au questionnaire au lien suivant. Nous vous invitons tou·te·s à le diffuser largement et remercions celles et ceux qui y ont déjà répondu ! 

Nous sommes ouvert·e·s à toute suggestion ou commentaire à ce propos. 

Le bureau de l’ANCMSP

La science politique à l’INRAE, c’est un métier d’homme

Sur le wiki de l’ASES, on trouve décidemment des choses intéressantes.

Postes en sociologie ou science politique à l’INRAE (fusion de l’INRA et de l’IRSTEA)

Poste 2 : N° POSTE CRCN20-ECOSOCIO-4
– Profil “Chargé-e de recherche en science politique”
– Mots clés du poste : https://jobs.inrae.fr/concours/concours-charges-recherche-classe-normale-h/f/crcn20-ecosocio-4
– Localisation : Bordeaux (Cestas)
– composition du comité de sélection : https://jobs.inrae.fr/sites/jobs/files/decision_de_composition_crcn-adb_0.pdf
– date d’examen des dossiers : fin avril 2020
– date d’audition : 11-12 juin 2020

– liste des candidat.es auditionnées (liste commune à l’ensemble des postes du concours n°13, qui inclut également deux postes en économie non indiqués ci-dessus)

Mme BOURBLANC Magalie
Mme BUCKLEY Penelope
M. CHAILLEUX Sébastien, Nicolas, Arnaud
M. CHEMO DZUKOU Kevin, Randy
Mme COMER Clémentine, Mylène, Charlotte
Mme CORNILLEAU Lise, Laure
M. FALLUCCHI Francesco
Mme GAUDEUL Alexia
M. KOTRAS Baptiste, Paul
Mme LAMANI Viola
M. LE BERRE Sylvain, Gérard
M. LUNEAU Aymeric, Claude, Noël
M. OUVRARD Benjamin
M. PAROISSIEN Emmanuel
M. RAIMBAULT Benjamin, Marc, Denis

Résultat:
# ADMIS SUR LISTE PRINCIPALE:

M. KOTRAS Baptiste, Paul
M. LE BERRE Sylvain, Gérard
M. OUVRARD Benjamin
M. PAROISSIEN Emmanuel

# LISTE COMPLEMENTAIRE:

Mme BUCKLEY Penelope
M. CHAILLEUX Sébastien, Nicolas, Arnaud
Mme COMER Clémentine, Mylène, Charlotte
Mme GAUDEUL Alexia
M. RAIMBAULT Benjamin, Marc, Denis

Ainsi, l’INRAE auditionne 15 candidat·es, soit 11 candidats et 6 candidates. Au final les femmes se retrouvent sur la liste complémentaire, aucune en liste principale.

Poste MCF Paris 8 : sur un recrutement sexiste en études de genre ?

Rien que cette semaine, l’INRAE en science politique s’illustre sur ce plan : 4 postes en science politique, 15 candidat·es dont 9 hommes, 4 hommes retenus en liste principale. Nous l’avions fait pour les concours du CNRS, qui ont très majoritairement déclassé des femmes ; à l’université, c’est plus diffus – et nettement moins publicisé. Nous appelons donc candidat·es et membres du jury à contribuer à l’information collective, en particulier du côté des concours de recrutements de professeur·es d’université, qui contribuent à l’élaboration de véritable « bastions masculinistes », tout particulièrement en SHS. 
Pour que les pratiques changent.


Emploi à bac+5 : rémunération possible via Aix-Marseille Université