#BnFgate. Communiqué de presse des personnels et public mobilisés contre les politiques d’austérité, 14 avril 2022

Personnels et public de la Bibliothèque nationale de France mobilisés
contre les politiques d’austérité et
un projet de dégradation sans précédent des services rendus au public

Depuis de nombreuses années, le Ministère de la Culture poursuit une politique d’austérité ayant pour effet un manque de moyens humains et budgétaires consacrés au fonctionnement de la Bibliothèque nationale de France. Les personnels, lecteurs et usagers de la BnF continuent d’être soumis à des mesures régressives qui dégradent chaque jour davantage les services proposés au public et les conditions de travail des agents. Ainsi plus de 300 emplois ont-ils été détruits en dix ans.

 Dans le but de supprimer à nouveau des postes, la direction de la BnF, après avoir automatisé les vestiaires, veut imposer à partir du mois de mai la fin des communications directes des documents de magasins jusqu’à 13h, tous les jours, la communication directe n’étant désormais possible que l’après-midi.

Pour justifier ce recul sans précédent du service rendu par notre établissement public, la direction utilise des éléments de langage laissant croire que cette nouvelle organisation soulagerait les agents de la BnF. Il n’en est rien : en réalité cette réorganisation ne fera que concentrer la charge de travail et les cadences sur des périodes toujours plus courtes, au détriment des collectifs et des conditions de travail. Elle va entraîner une vraie dégradation de la situation pour le personnel et permettre de continuer à supprimer des postes.

De plus, la direction de la BnF veut mettre en place des contrats ultra-précaires, sous la forme de CDD d’un an non-renouvelables, à mi-temps avec un salaire de misère pour faire fonctionner les services aux lecteurs. Pourtant, en 2016 la présidente de la BnF Laurence Engel s’engageait en signant un protocole de fin de grève à cesser ce type d’embauche et à recruter directement en CDI le personnel « vacataire » travaillant sur des missions permanentes. La présidente de la BnF, soi-disant attachée au dialogue social, doit tenir son engagement !

Le public de la BnF quant à lui n’est pas dupe et démontre, à travers une mobilisation éclaire et massive (15 000 pétitionnaires en quelques jours*) ((https://www.mesopinions.com/petition/art-culture/bibliotheque-nationale-france-retour-aux-communications/175704 & https://www.leslignesbougent.org/petitions/tous-ensemble-defendons-le-services-public-de-la-bnf-7384/)), que le service public de la BnF mérite non pas une énième réorganisation aux conséquences antis ociales mais bien des moyens à la hauteur des missions de la plus grande bibliothèque de France.

L’INTERSYNDICALE BnF CGT-FSU-SUD, AVEC LES AGENTS LARGEMENT MOBILISÉS PAR LE BIAIS D’UNE PÉTITION INTERNE QUI A DEJA RÉUNI PLUSIEURS CENTAINES DE SIGNATURES ET L’ASSOCIATION DES LECTEURS ET USAGERS DE LA BnF RÉCLAMENT :

  • le maintien de la communication directe des documents ;

  • des créations de postes et des moyens financiers pour la BnF ;

  • le non-recours à des contrats ultra-précaires ;

Contacts : cgt@bnf.fr ; fsu@bnf.fr ; sud@bnf.fr ; alubnf@gmail.com


Version .pdf

Élections présidentielles : pas une voix pour l’extrême-droite. La jeunesse mobilisée pour un droit à l’avenir. Communiqué de l’Alternative, 14 avril 2022

En passant

« Dépasser les polémiques militantes »… pour mieux retomber dans l’idéologie À propos d’un « débat » sur la transidentité

Le réseau ESPAS, GHU-Sainte-Anne psychiatrie & neurosciences et la Société internationale d’histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse ont annoncé la tenue le 20 mai 2022 d’un débat sur « la transidentité, histoire, clinique, éthique », animé par Serge Hefez et Elisabeth Roudinesco. Que la SIHPP et sa présidente Madame Roudinesco, psychanalyste et essayiste, organisent ce débat n’est pas étonnant. La participation de plus en plus réduite de psychanalystes aux protocoles pluridisciplinaires de soins prenant en charge les transitions de la partie des personnes trans passant par ces protocoles hospitaliers plutôt que par le secteur libéral, réduction qui s’est confirmée à l’échelle internationale au cours du XXe siècle et a aussi, quoique plus tardivement que dans d’autres pays, touché la France, si elle a été accueillie avec un enthousiasme et soulagement explicites par la majorité de la patientèle trans, a occasionné des plaintes de la part de plusieurs psychanalystes, probablement soucieuses et soucieux de voir un secteur de soin de plus en plus échapper à leur corporation.

Plus surprenantes sont l’organisation et la participation à cet événement de la part d’un certain nombre de praticien∙nes de santé suivant des personnes trans dans les protocoles hospitaliers ou le secteur libéral : Messieurs et Mesdames Serge Hefez, coorganisateur, David Cohen, Agnès Condat, Jean Chambry et Patrick Landman. On s’étonne en effet de ce que ces soignant∙es au contact de la transidentité acceptent comme interlocutrice Mme Roudinesco, qui n’est nullement spécialiste de la transidentité, et dont la seule réputation à ce sujet provient d’une sortie médiatique ordurière invoquant une « épidémie de transgenres », allégation qu’un certain nombre de soignant∙es ont d’ores et déjà réfuté dans un récent article1.

Pinel, médecin en chef de la Salpêtrière, délivrant les aliénés de leurs chaînes , huile sur toile par Tony Robert-Fleury, 1876. Wikicommons

Il semble que l’acceptation d’un tel débat relève d’un pari de bonne foi : celui que Mme Roudinesco, et sans-doute avec elle les autres psychanalystes et essayistes divers qui inondent depuis quelques années les librairies de pamphlets transphobes dépourvus de travail scientifique sur leur objet, sont simplement ignorant∙es, et le pari que des soignant∙es, en témoignant « enfin » (pour citer l’argumentaire du débat) de leur pratique clinique auprès des personnes trans, apaiseraient les craintes exprimées par Mme Roudinesco.

Un tel pari est compréhensible et bien intentionné, de la part de ces soignant∙es. Il est malheureusement affecté de naïveté et d’une erreur.

NaÏveté ou erreur ?

La naïveté consiste à croire que l’inquiétude exprimée par Mme Roudinesco, comme par d’autres intellectuel∙les, relève d’une position rationnelle, prête à entendre des raisons adverses et à changer en fonction de celles-ci. Ce n’est hélas pas le cas. Les réactions et propos virulents représentés par Mme Roudinesco ne relèvent pas de la crainte mais de l’hostilité envers les personnes trans, et ne relèvent pas de l’ignorance mais du préjugé envers la transidentité. Une telle position militante contre la transidentité ne cherche pas le débat et n’évoluera pas par lui. ∙elle cherche à s’imposer pour des raisons politiques et à peser sur le soin apporté aux personnes trans, dans le but de restreindre les transitions.

Continuer la lecture

  1. Rozenn Le Carboulec, « Comment les mineurs trans sont pris en charge : face à la désinformation, des médecins racontent », Mediapart, 4 avril 2022. []

#BnFgate. Communiqué de presse de l’AluBNF, 8 avril 2022

Les usagers et les usagères de la Bibliothèque nationale de France exigent le retour à des conditions de travail dignes

Communiqué de presse de l’AluBnF (Association des lectrices, lecteurs, usagères et usagers de la BnF), 8 avril 2022

Le 31 mars dernier, le CHSCT de la Bibliothèque nationale de France (BnF) a adopté, sur proposition de la direction, une mesure visant à limiter drastiquement la communication d’ouvrages en bibliothèque de recherche. À partir du 2 mai prochain, si cette mesure s’applique, il sera impossible de demander le jour même des livres des magasins de la BnF en dehors du créneau réduit 13h30-17h00, ce qui va altérer radicalement les conditions de recherche. Cette mesure témoigne d’une méconnaissance complète de la pratique des chercheurs et chercheuses qui travaillent dans ses collections, et remet en cause ce qui faisait la valeur de la BnF aux yeux de ses usagers et usagères : la possibilité d’y mener des recherches complexes, aux ramifications imprévues, qui nécessitent de pouvoir consulter parfois de grandes quantités d’ouvrages non repérés à l’avance, dans un délai resserré. Cette pratique exigeante de la recherche nécessite certes des moyens, et c’est la raison pour laquelle nous soutenons, depuis des années, les demandes des syndicats de personnels visant à enrayer la suppression de postes et la précarisation de leurs métiers, qui est inacceptable pour un service public comme la Bibliothèque nationale de France, institution centrale pour l’enseignement supérieur et la recherche française, mais aussi pour la communauté scientifique européenne et internationale.

Cette mesure de dégradation du service public s’accompagne, en outre, de l’annonce d’une augmentation à partir de septembre prochain de 10 % du tarif de la carte Recherche. Où sont passées les promesses pourtant réitérées de la direction de la BnF de tendre progressivement vers la gratuité d’accès ? Faut-il inlassablement rappeler qu’entre les murs de la BnF sont conservées des collections publiques pour l’essentiel issues du dépôt légal et pour partie acquises sur des fonds publics ou grâce à des donations faites aux collections publiques ?

Continuer la lecture

Bibliothèque nationale de France. Pour le respect du service public et des usager∙es

Academia relaie ici deux pétitions qui s’alarment de la dégradation du service public à la Bibliothèque nationale de France et de l’atération considérable de ses missions recherche.

→Signer la pétition intersyndicale Tous ensemble, défendons le service public de la BNF

Signer la pétition (lecteurs et lectrices) 

Actions supplémentaiires

https://www.flickr.com/photos/108661836@N08/17179118329/in/photolist-sb4tnk-2Wc2Zx-u3zXV-TTXA4J-dTsfYU-5bxswU-iTkvtW-pxfLTW-2k6Hmf9-phZKBJ-faCDMT-phEGmJ-gzPWxG-faSz5y-6pGCvM-uqg7h-6pGCXr-6pGDnT-6pLL8Y-6pLLW9-4P52AP-2mLof3U-6pGDwp-6pGCGH-4YcK47-QioJEx-4XGUiM-2aC79Uj-r3V3Q7-2mPRrKX-2jgzeAa-PCyFxZ-phoaiy-8KXQeX-JK7mkX-2ha3qsj-99cgTY-EKf6U9-2ha1Eta-2iC6tBJ-gzPWGj-4egUUB-RffLEf-gzPWee-nUcufo-gzPWFh-2iC4EnB-2iBRc1X-gzPWmZ-RffLCm

Bibliothèque nationale de France. Crédit: Manu Dreuil, 2014

Bibliothèque nationale de France. Pour un retour aux communications directes et au respect des usager∙es

À l’attention de Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France
de Kevin Riffault, directeur général de la BNF
de Marie de Laubier, directrice des Collections de la BNF
de  Anne-Elisabeth Buxtorf, directrice des Publics de la BNF

À l’attention de Sophie-Justine Lieber, directrice du cabinet de la Ministre de la Culture

Nous soussigné∙es lectrices et lecteurs de la Bibliothèque nationale de France, apprenons que nos conditions de travail vont être sérieusement compromises à partir du 2 mai et de manière définitive.

 En effet, le Comité Hygiène Sécurité et Conditions de travail (CHSCT) qui s’est tenu le 31 mars 2022 a confirmé deux décisions dont les syndicats avaient fait part1
  • à partir du 2 mai, il n’y aura plus de communication le matin et la communication directe n’aura lieu que de 13h30 à 17h. 
  • à partir de septembre, le pass recherche va passer de 50€ à 55€ et le tarif réduit de 35€ à 38€. 

Continuer la lecture

  1. Update 6/4/22: “Cette décision a été prise malgré l’opposition unanime des représentants des lecteurs et des syndicats de la BnF”. []

Assises de la précarité dans l’ESR, 30 mars (Paris)

Mercredi 30 mars 2022 à l’INSPE Paris Batignoles

Avec la participation de : l’Alternative, ANCMSP, CGT FercSup, CJC, collectif des enseignants-chercheurs Précaires de Nanterre, le collectif des travailleur·ses précaires d’Aix-Marseille et de Paris-Saclay, FO ESR, SNESUP-FSU, SNCS-FSU, SNASUB-FSU, SNETAP-FSU, SNEP-FSU, SNTRS-CGT, SUD EDUCATION, SUD RECHERCHE EPST,  SOLIDAIRES Étudiant·es, UNEF…

Les assises contre la précarité sont ouvertes à tous·tes, et bien sûr notamment à l’ensemble des personnels non-titulaires des établissements, qu’iels soient contractuel·les ou vacataires. Pour en finir avec la précarité des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche, il nous faut construire collectivement des modalités d’action et d’organisation renouvelées. C’est l’un des principaux objectifs de ces assises.

→ Inscription ici ←

Programme prévisionnel

Continuer la lecture

8 mars pour la Fédération syndicale étudiante

Un syndicat étudiant obtient 111 remboursements de frais d’inscription à l’université Paul-Valéry Montpellier 3

Le syndicat étudiant de Montpellier annonce aujourd’hui dans un communiqué avoir obtenu le remboursement des frais d’inscription pour 111 étudiantes et étudiants de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. La question des frais d’inscription, indissociable de l’accès à l’enseignement supérieur, revient régulièrement sur le devant de la scène, que ce soit à propos de ses augmentations ciblées pour les étudiants étrangers (le plan “Bienvenue en France”, ou à propos des récentes déclaration d’Emmanuel Macron qui préfigurent une augmentation plus générale.

Voici ici le communiqué du SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier)

Continuer la lecture

À l’Inria, les “conflits d’intérêts” peuvent cacher des conflits d’intérets. Une motion SGEN-SNCS-SNTRS

Update : 24/2/2022
À l’Inria, la Commission d’Évaluation (CE) est l’instance en charge de l’évaluation scientifique de l’institut (équivalente du Comité National du CNRS (CoNRS)). Elle contribue à l’élaboration des orientations scientifique de l’établissement, participe au recrutement et à la promotion des chercheurs et des chercheuses, ainsi qu’à l’évaluation de l’activité des équipes-projets Inria.

En janvier, le PDG de l’institut a décidé de nommer une mission en charge d’évaluer les conflits d’intérêt des processus de promotions (DR1, CRHC), des PEDR et de recrutements DR2. C’est à-dire couvrant exactement le périmètre des processus dont les jurys d’évaluation scientifique sont présidés par la CE. Et rien d’autre.

Cette mission est composée de trois personnes que Bruno Sportisse connaît bien, au moins pour deux d’entre elles. Éric Germain, titulaire d’une thèse en histoire de l’Afrique du Sud, travaille depuis une dizaine d’années pour le Ministère des armées ; Malik Ghallab, directeur de recherche émérite au CNRS a été délégué général de l’INRIA de 2007 à 2010 et ainsi supérieur hiérarchique de l’actuel Pdg ; Catherine Rivière est désormais à la direction générale de l’IFPEN1, au Conseil d’administration auquel siège Bruno Sportisse.

Cette mission est censée évaluer l’intégralité des processus de promotions: considérant que le PDG est seul décisionnaire pour les promotions et les primes, comment une mission qu’il a lui même nommée pourrait-elle juger les conflits d’intérêts que lui-même pourrait avoir dans ces processus? Comment ne pas y voir la définition même d’un conflit d’intérêt ?

Personne n’est dupe : avec ces sous-entendus de “conflits d’intérêt”, c’est bien le travail de la Commission d’Évaluation que le PDG essaye de saper
Car, s’il y avait réellement eu des conflits d’intérêt, il aurait fallu nommer une commission d’enquête et pas une mission sans pouvoir d’investigation. Et si le sujet est vraiment celui des conflits d’intérêt à l’Inria, il aurait fallu inclure dans la mission l’ensemble des processus d’évaluation, et pas uniquement ceux gérés par la CE.
Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le PDG de l’Institut tente de décrédibiliser le travail des instances statutaires.

Communiqué des organisations syndicales SGEN-SNCS-SNTRS
en soutien la Commission d’Évaluation

Continuer la lecture

  1. Institut Français du Pétrole Énergies nouvelles, où elle a conduit une partie de sa carrière comme ingénieure de recherche. []

Prion. Fin du moratoire sans concertation : de nouveaux décès sont à craindre. Motion CGT, 4 février 2022

Communiqué de presse de la CGT Ferc, la CGT Inrae, le SNTRS, la CGT FercSup

PRION À l’INRAE, LA CHARRUE AVANT LES BŒUFS

La communauté scientifique française travaillant sur les prions, et plus particulièrement sur le prion responsable de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, a été frappée par deux décès dus à des contaminations professionnelles : en juin 2019 une jeune collègue de 33 ans, Émilie Jaumain, CDD INRA à Jouy-en-Josas, et en novembre 2021 une collègue retraitée de 67 ans de l’unité mixte INRAE-Ecole Vétérinaire à Toulouse.
En 2019, une mission d’inspection de l’IGÉSR et du CGAAER a été diligentée, et une des préconisations d’octobre 2020 était la rédaction, à l’échéance d’un an, d’un « guide de bonnes pratiques dans les laboratoires manipulant des prions infectieux ».

En juillet 2021, à l’annonce du deuxième cas de maladie de Creutzfeldt-Jakob, un moratoire sur ces recherches a été décidé par l’INRAE, le CNRS, l’INSERM, l’ANSES et le CEA, soutenus par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR). Une deuxième mission d’inspection a été mandatée et la nécessité de la rédaction du guide rappelée.
La seule lecture de ces deux rapports d’inspection, commandés par les ministères de l’enseignement supérieur et de la recherche et de l’agriculture à l’issue de ces deux décès, fait apparaître des manquements graves à la sécurité et des multiples accidents et incidents non-déclarés. Des témoignages pointent en effet une « forte pression au travail », un « manque d’information des agent·es » et « une culture où la nécessité du gain de savoir a pu prendre le pas sur d’autres contingences », « contingences » que nous identifions comme la sécurité et la vie des agent·es. Pour
des manipulations de tissus hautement pathogènes, une seule infection peut conduire, des années plus tard, au déclenchement de cette maladie, incurable et rapidement mortelle. Il est donc à craindre que de nouveaux décès surviennent.

LE CHS IGNORÉ ET MÉPRISÉ : 2004-2005

Si le Comité d’Hygiène et de Sécurité avait été informé des accidents de 2004 et 2005 de la collègue de Toulouse, et si, conformément à la réglementation, une enquête et une analyse des risques avaient été effectuées, permettant une évolution des pratiques et des moyens de protection adaptés aux risques identifiés, alors notre jeune collègue Émilie n’aurait probablement pas été contaminée en 2010, soit plusieurs années après ces premiers accidents.

AUJOURD’HUI, LE CHSCT UNE NOUVELLE FOIS CONTOURNÉ ET MÉPRISÉ

Le CCHSCT INRAE et le CHSCT ministériel de l’ESR devaient être consultés sur le guide des bonnes pratiques avant sa publication lors de leurs séances respectivement prévues les 19 janvier et 3 février 2022. Ces deux séances ont été reportées, le 11 février pour les CCHSCT INRAE et le 17 mars pour le CHSCT MESR.


Pourtant, le 26 janvier 2022, le PDG de l’INRAE Ph. Mauguin, écrit à ses agents que l’institut s’est «
doté d’un guide de bonnes pratiques dans les laboratoires manipulant des prions infectieux, qui a reçu un avis favorable de la part des inspections générales » et que : « Les ministères ont rendu public ce jour leur rapport d’inspection ». Continuer la lecture

Rester mobilisé·s dans l’unité pour la défense du CNU. Communiqué SneSup-CGT FercSup, Université de Rennes-2

En passant

Maintien du contingent national des promotions des Enseignants-Chercheurs:

Communiqué du SNESup-FSU et de la FERC-Sup-CGT de Rennes 2

 
Nos deux organisations s’étonnent du message ci-dessous publié par le SGEN-CFDT sur le dossier du maintien du contingent des promotions nationales des enseignants-chercheurs par le CNU.
Pour notre part, nous saluons une victoire collective, suite à une mobilisation animée en premier chef par la CP-CNU et sa présidente, notre collègue de Rennes-2 Sylvie Bauer, et relayée dans les instances locales et nationales par toutes les organisations syndicales.
Les sections CNU ont toutes pris des positions fortes sur cette question, montrant l’attachement de la communauté universitaire dans son ensemble au paritarisme et à la collégialité.
Le CA de Rennes 2 a voté une motion en ce sens vendredi 28 janvier, motion pour laquelle les élus SGEN-SO ont préféré s’abstenir ou ne pas prendre part au vote (motion en PJ).
De plus, le recul du Ministère sur la question des promotions nationales ne doit pas faire illusion; le CNU et les instances nationales paritaires sont clairement menacées (suppression de la qualification aux fonctions de Professeur des Universités effective depuis l’année dernière, menace réelle sur la qualification aux fonctions de MCF, suppression de l’évaluation nationale par le CNU pour les primes d’encadrement doctoral dans le cadre du Ripec, etc.).
Nous nous réjouissons donc de l’issue positive de la mobilisation des sections CNU, de la CP-CNU, et de nos organisations syndicales.
Nous appelons maintenant  l’ensemble des enseignants-chercheurs et toutes les organisations syndicales à rester mobilisés dans l’unité pour la défense du CNU.
 

Les organisations syndicales SNESup-Fsu – FERC-Sup-CGT de Rennes-2

Continuer la lecture

Le SNCS-FSU et le SNTRS-CGT s’opposent à la transformation des organismes de recherche en agences de moyens

Communiqué du SNCS-FSU et du SNTRS-CGT du 17 janvier 2022 – version pdf

Le président de la République, M. Emmanuel Macron, a présenté son projet pour l’Enseignement supérieur et la recherche dans les dix ans qui viennent, dans son discours du 13 janvier 2022 à l’occasion du Congrès des 50 ans de la Conférence des présidents d’universités.

Dans son discours, le président de la République envisage de réduire les organismes de recherche à des agences de moyens, et de les séparer « de la logique d’en bas, où les équipes, on le sait bien, doivent avoir le plus de synergie possible sur le terrain ». Lors de ce même congrès, la Conférence des présidents d’université a exposé vouloir « confier aux universités la délégation pleine et entière de gestion de toutes les unités mixtes de recherche ». Ces propositions font suite aux préconisations de la Cour des comptes qui, dans une note du 21 octobre 2021, envisage de déléguer la gestion pleine et entière des unités mixtes de recherche (UMR) aux univer­sités, de transférer le personnel de ces UMR aux universités, et de transformer les organismes de recherche en agences de moyens qui pourraient fusionner avec l’Agence nationale de la recherche.

Continuer la lecture