Les organisations syndicales étudiantes appellent à la grève le 26 janvier!

En l’absence de la Ministre, qui distribuait des bonbons. Communiqué CHSCT MESR, 14 janvier 2021

Fichage politique. Lettre ouverte à l’Intérieur, au MESRI et au pdg du CNES à propos du licenciement d’un ingénieur

Signer la pétition pour demander la réintégration l’ingénieur licencié

 

Communiqué: Texte soutien Mathieu CNES-1

La réouverture des facs à tout prix, une fausse bonne solution

La réouverture des universités en 100% présentiel dès janvier ne fait pas l’unanimité chez les étudiants. Deux syndicats étudiants, la CGT Salarié-e-s-Etudiant-e-s Doubs et le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM publient aujourd’hui un communiqué commun concernant les enjeux liés à une éventuelle réouverture des universités.

La réouverture des facs à tout prix, une fausse bonne solution

Le communiqué des syndicats étudiants

Nous observons, depuis plusieurs jours des interventions médiatiques des patrons d’universités, et même des manifestations de quelques enseignants ayant pour revendication la réouverture immédiate des établissements de l’enseignement supérieur.
Cette revendication est dangereuse et hors sol.
Ce que subissent les étudiants c’est le surmenage couplé à une grande précarité et à des modalités d’études inadaptées déjà d’ordinaire mais d’autant plus en cette période. La charge de travail des étudiants a été multipliée par 2, par 4, selon le bon vouloir des professeurs, nombreux sont ceux qui ont dû se maintenir concentrés pendant des visios de 2, 3h, ce qui n’est certainement pas une demande raisonnable et sans oublier de conjuguer tout cela aux pertes de revenus des étudiants travaillant en parallèle de leurs études (nous rappelons que c’est le cas de 3 étudiants sur 4).
Actuellement, des étudiants rentrés dans leur famille le temps du confinement ont dû trouver des moyens de revenir dans leur ville d’études car de nombreuses filières, y compris des filières à concours, font passer des examens en présentiel. En cette période, cela est dangereux. Cette volonté absolue de maintenir le calendrier universitaire comme si tout allait pour le mieux est un non sens et un multiplicateur de la détresse étudiante.
Vouloir la réouverture et en 100% présentiel, c’est continuer à absolument pousser à maintenir le calendrier universitaire inchangé, la charge de travail étudiante également. Pour de nombreux étudiants, c’est déjà trop tard.
La détresse face à la perte de revenus, face à une inadéquation totale de la charge de travail avec les moyens et modalités d’études les aura déjà fait décrocher, aura vu s’évaporer leurs chances aux concours et pour ceux qui persistent, la sélection ne les a pas oublié, elle non plus ne ferme jamais l’œil et se tient prête à sanctionner tous ceux qui auront été touchés de plein fouet par la gestion calamiteuse de cette crise, soit la quasi totalité des étudiants.
Que changera la réouverture des facultés à cela ?
Seuls les moins touchés par la crise pourront reprendre comme si cela n’avait été qu’une courte interruption. D’autant que ces problèmes étaient déjà antérieurs, croire que la fermeture des établissements les a créés est une illusion propre à émerger là où l’on ne constatait pas déjà avant la grande précarité dont est synonyme la condition étudiante. Et la condition sanitaire ? Déjà laisser se faire les examens en présentiel alors que les mesures tendent à se durcir est un non sens et une mise en danger des étudiants et personnels, mais tout rouvrir? Nous savons comment la fac réagit à la réouverture, nous l’avons constaté en septembre : Comme si de rien n’était. Des clusters ont émergés dans toutes les facultés de France.
Nous ne voulons pas, une fois de plus, être mis en danger.
Non, ce que nous revendiquons, ce sont :
– Une suspension de l’année universitaire, ses examens et concours.
– Des cours en ligne adaptés
– Une mise en ligne de tous les supports de cours
– Quand le présentiel sera à nouveau sanitairement envisageable, qu’il soit facultatif avec cours enregistrés et mis à disposition en ligne
– Que la liberté pédagogique concernant le travail imposé aux étudiants cesse.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) – CGT Salarié-e-s-étudiant-e-s Doubs

syndicat.scum@live.fr – cgt.salaries.etudiants@protonmail.com

Pendant la crise sanitaire, à l’Inria, la destruction continue

Réuni en congrès les 10 et 11 décembre, le SNCS/FSU a adopté la motion ci dessous:
La section nationale Inria SNCS-FSU alerte sur l’accélération d’un processus de transformation radicale de l’Inria.
Bien avant la crise sanitaire, bien avant le vote de la LPR (loi de programmation de la recherche), le contrat d’objectifs et de performance (COP) annonçait dès octobre 2019 la disparition de l’Inria, destiné à se découper en « centres Inria de l’université XXX ». La précarisation des statuts a commencé par un recrutement massif en juin 2020 de 24 chercheurs et chercheuses en CDI – autant que de chargé-es de recherche. Ces personnes recrutées en CDI doivent s’engager à enseigner dans lesdites universités. Leur contrat stipule que « l’intéressé qui souhaite effectuer une publication doit solliciter de manière expresse, de l’autorité hiérarchique, l’autorisation de publier », en contradiction avec la liberté académique de la recherche scientifique.
À l’automne, alors que l’institut se reconfine, et que le travail à distance généralisé dégrade à nouveau les conditions d’un travail de qualité, la direction annonce :
  • la création de postes de chercheu-ses en CDD, où les personnes recrutées doivent s’engager à postuler deux fois à un projet ERC, avec la promesse d’avoir un poste pérenne en cas de succès; cela est en convergence avec les pressions à candidature ERC rapportées dans un des concours CNRS de 2019 ;
  • avant même la discussion sur le protocole LPR, la proposition que les primes au mérite soient décidées par les « managers » ;
  • la mise en œuvre d’une « ambition commune » entre le centre Inria Saclay–Île-de-France et l’Institut Polytechnique de Paris, avec l’engagement que 75% des chercheur-ses permanent-es des équipes concernées assurent au moins 40 heures d’enseignement en 2023.

Ces annonces se font sans la consultation des instances statutaires. Le conseil scientifique n’est plus réuni et valide  par e-mail les nominations des directeurs de centre (consultation statutaire obligatoire). Le conseil d’administration est retardé, le comité technique est retardé, le CNHSCT d’octobre est annulé. Les réunions DRH/Syndicats ne se tiennent plus et sont remplacées par des groupes de travail qui travaillent dans l’urgence de la deadline (télétravail, parité). De ce fait, les services concernés, par exemple les services et direction de « ressources humaines » vivent une pression insupportable.

Le SNCS-FSU demande que la direction de l’Inria stoppe cette stratégie du choc qui balaie le fonctionnement démocratique, qu’elle cesse de prendre des initiatives de manière autoritaire et qu’elle réhabilite les conditions d’un fonctionnement serein en cette période difficile pour tous et toutes.
Le SNCS-FSU continuera à s’opposer à toutes les mesures qui déconstruisent l’Inria en tant qu’Établissement Public à caractère Scientifique et Technologique.

Motion adoptée par leCongrès du SNCS-FSU le 11 décembre 2020 par 67voix pour, 0contre, 2abstentions, 0refus de vote.


Communiqué de presse contre l’interdiction de la manifestation du 24 novembre

Les organisations syndicales et associations de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) dénoncent l’interdiction de la manifestation prévue à Paris le mardi 24 novembre contre la loi de programmation de la recherche. Elles appellent, dans le respect des règles sanitaires demandées, à participer massivement au rassemblement autorisé place Jussieu à 14h « pour que la Loi de programmation de la recherche reste lettre morte ».

La direction de l’ordre public et de la circulation de la préfecture de police de Paris a interdit la manifestation organisée par les syndicats et associations de l’ESR le 24 novembre, qui devait prendre la forme d’un défilé reliant la place Jussieu à la rue de Varennes. Elle a accordée uniquement une autorisation pour un rassemblement place Jussieu à 14h.

Elle indique que cette restriction de la liberté de manifestation prend appui sur « un avis sanitaire sur les manifestations revendicatives rendu le 9 novembre 2020 », par lequel « le directeur général de l’agence régionale de santé d’Île-de-France considère que seules les participations organisées de manière statique sont susceptibles d’éviter le brassage des populations et donc de prévenir la propagation du virus, ou du moins la ralentir fortement ». Une interdiction générale des défilés et cortèges aurait donc été établie en Île-de-France le 9 novembre, sans que nul n’en ait été informé et sur la seule base d’un « avis sanitaire » du directeur général de l’agence régionale de santé ?

Comment croire que confiner des manifestant.·es sur une place est moins risqué sur le plan sanitaire qu’un défilé dans les rues de Paris ? Nous rappelons que le 13 octobre une manifestation du personnel de l’ESR à Paris a pu se dérouler dans de très bonnes conditions et dans le respect des règles sanitaires avec accord de la préfecture de police de Paris.

Nous ne comprenons pas cette décision qui outrepasse les pouvoirs que la loi reconnaît au préfet d’interdire une manifestation précisément déterminée, s’il considère, sur la base d’éléments objectifs et sérieux, que cette manifestation, par les conditions dans lesquelles elle est prévue, est de nature à susciter des troubles à l’ordre public, du point de vue de la sécurité publique, de la tranquillité publique ou de la salubrité publique.

Les organisations syndicales et associations de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) ne considèrent pas que la liberté de manifester puisse dépendre du seul bon vouloir du préfet de police. A l’évidence, l’interdiction du défilé prévu le 24 novembre, parce qu’elle révèle une interdiction générale de tout cortège ou défilé en Île-de-France à compter du 9 novembre, excède les pouvoirs qui lui sont conférés par la loi.

Les organisations syndicales et les associations appellent le personnel de l’ESR à se rassembler nombreux le 24 novembre place Jussieu à Paris pour renouveler notre opposition toujours aussi vive contre la loi de programmation de la recherche et signifier par notre présence notre détermination à préserver nos droits fondamentaux.
Vous pouvez télécharger l’attestation de déplacement dérogatoire ici.

Signataires : SNTRS-CGT, CGT FERC SUP, CGT-INRAE, SNESUP-FSU, SNEP-FSU, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNETAP-FSU, FO-ESR, SUD EDUCATION, SUD RECHERCHE EPST, SOLIDAIRES ETUDIANT-E-S, UNEF, L’ALTERNATIVE, FACS ET LABOS EN LUTTE

Dérive liberticide pour la recherche, par Stéphane Foucard. Le Monde, 21 novembre 2020

En passant

« La recherche n’échappe pas à la dérive liberticide »

Dans sa chronique, Stéphane Foucart, journaliste au « Monde », revient sur la loi de programmation de la recherche, dénoncée avec force pour les risques qu’elle fait peser sur les libertés académiques, l’autonomie de la recherche et la sécurité de l’emploi scientifique.

Chronique. L’action du gouvernement est marquée par une dérive liberticide qui inquiète jusque dans les rangs de la majorité. Cette érosion des libertés, sans doute inédite en France à l’échelle des dernières décennies, va au-delà de quelques dispositions controversées du projet de loi dite « sécurité globale », examiné ces jours-ci par les députés, et sur lequel l’attention médiatique est focalisée.

De fait, il est surprenant que le gouvernement d’un pays démocratique manifeste, dans un même élan législatif, la volonté d’interdire de facto la diffusion d’images des forces de l’ordre par les journalistes et les particuliers, et celle de permettre la surveillance de la population par des drones, dans une étourdissante variété de situations (le recours à la reconnaissance faciale n’étant à ce stade pas exclu).

La recherche n’échappe pas à cette dérive liberticide. Adoptée par le Sénat le 20 novembre, la loi de programmation de la recherche (LPR) est dénoncée avec force pour les risques qu’elle fait peser sur les libertés académiques, l’autonomie de la recherche et la sécurité de l’emploi scientifique.

Continuer la lecture

Appel de la CGT FercSup à la mobilisation dans l’ESR ! Abrogation de la LPR ! Des postes de titulaires et des locaux immédiatement pour l’Université !

Appel adopté par le congrès de l’Union CGT FERC Sup le 20 novembre par 69 pour, 2 contre et 10 abstentions.

vendredi 20 novembre 2020

Après des mois de mobilisations et dans un flagrant déni de démocratie (pseudo-concertations, passage en force dans les instances, aggravation du texte par le Sénat avec le soutien du gouvernement), la Loi de Programmation de la Recherche (LPR) a été adoptée par l’Assemblée nationale le 17 novembre. Le même jour, des mobilisations importantes ont eu lieu dans toute la France, avec notamment un rassemblement de plus de 1200 personnels et étudiant·es devant la Sorbonne à Paris, contre la LPR et pour l’attribution immédiate de moyens pour l’ESR.

La LPR privilégie le financement de la recherche sur projet (VOTE : maintien texte initial) amplifiée par l’ANR, n’ouvre aucun poste supplémentaire de titulaire, aggrave la précarité et attaque les statuts (chaires juniors ou “tenure tracks”, CDI de « mission scientifique », contrats doctoraux de droit privé…). Enfin, cerise pourrie sur un gâteau empoisonné, la LPR ouvre au privé les écoles vétérinaires, supprime la qualification par le CNU et attaque les franchises universitaires [1] en pénalisant la contestation dans les établissements (trois ans d’emprisonnement et 45·000 € d’amende).

Dans ce combat pour les libertés, les manifestant·es ont ensuite rejoint le rassemblement du 17 novembre devant l’Assemblée nationale contre le nouveau projet de loi liberticide dite de « sécurité globale », qui, dans la continuité de nombreuses autres lois répressives, vise entre autres à empêcher de filmer les violences policières. La CGT FERC Sup dénonce ce gouvernement coupé de la population et autoritaire, qui restreint les libertés fondamentales, qui réprime et cherche à museler toute forme de contestation et appelle aux rassemblements samedi 21 novembre contre la loi de « sécurité globale ».

Voilà la réponse du gouvernement Macron à l’urgence dans les universités : précarisation et répression !

L’augmentation du nombre d’étudiant·es et l’insuffisance des recrutements depuis de nombreuses années ont pour conséquences le manque de plus de 50.000 postes et de locaux (équivalent de 2 universités) pour répondre aux besoins du service public. Ce qui était déjà inacceptable jusqu’ici a été rendu indigne et dangereux par la gestion lamentable de la crise sanitaire. L’enseignement à distance dégrade encore les conditions d’enseignement et de travail, aggrave les inégalités sociales entre étudiant·es ; il ne doit pas se généraliser ni se pérenniser. L’enseignement présentiel, avec les conditions sanitaires qui garantissent la santé des personnels et des étudiant·es, doit être rétabli dès que possible.

La CGT FERC Sup exige le recrutement immédiat d’au moins 50.000 personnels titulaires, BIATSS et enseignant·es-chercheur·ses, la titularisation de tous les contractuel·les et précaires sur emploi pérenne, la mise à disposition d’urgence de locaux et la construction de bâtiments, et le retrait de la LPR.
Elle s’associe aux combats des autres secteurs publics comme l’hôpital, l’Éducation nationale… Elle lutte pour un service public de qualité, ouvert à tou·tes et émancipateur.

La CGT FERC Sup, réunie en congrès du 16 au 20 novembre 2020 en visio, reprend sans réserve l’appel intersyndical à la mobilisation :

« Les organisations signataires appellent toutes et tous les collègues à multiplier les assemblées générales, y compris en visioconférence, pour discuter des modalités permettant d’amplifier la mobilisation par la grève, l’extinction des écrans, les rassemblements et les manifestations.
Elles appellent à participer à la réunion nationale de Facs et Labos en Lutte le 23 novembre et à faire nationalement du 24 un moment fort de la mobilisation pour que la LPR ne soit pas appliquée et pour un ESR libre et ouvert à toutes et tous. »
Signataires : SNTRS-CGT, CGT FERC SUP, CGT-INRAE, SNESUP-FSU, SNEP-FSU, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNETAP-FSU, FO-ESR, SUD EDUCATION, SUD RECHERCHE EPST, SOLIDAIRES ETUDIANT-E-S, UNEF, L’ALTERNATIVE, FACS ET LABOS EN LUTTE, CJC


Appel adopté par le congrès de l’Union CGT FERC Sup le 20 novembre par 69 pour, 2 contre et 10 abstentions.

Inria recherche précaires, chasseurs de financements de prestige

Dans un document récent, la Direction Générale vient d’inventer dans l’urgence un nouveau mode de recrutement : la tenure-track sur ERC.
Essentiellement, elle propose un CDD de 3 ans (SRP) aux postdocs/SRP d’équipes Inria qui s’engagent (i) à candidater à l’ERC en 2021 et (ii) à y recandidater en cas d’échec. Elle s’engage à leur fournir un “poste pérenne” en cas de succès.
Le SNCS-FSU et le SNTRS-CGT s’opposent complètement à cette circulaire qui témoigne d’un triple mépris :
 
        1. Un mépris des chercheur.se.s précaires de la part de la direction, qui ne réfléchit pas aux conséquences en cas d’échec ;
 
        2. Un mépris du travail des jurys de recrutement, en déléguant à l’ERC la décision de recruter
 
        3. Un mépris du travail des instances internes; alors que plusieurs réunions d’instances sont retardées et qu’il n’y a pas eu concertation entre DG/DRH et OS sur ce dispositif.
 
Nous (SNCS-FSU et SNTRS-CGT) exigeons le retrait de cette idée précipitée. Le budget pourra être réutilisé à augmenter les budgets de fonctionnement (ex: thèses, postdoc).
Si la direction générale souhaite augmenter le nombre de soumissions à l’ERC, elle pourrait donner plus de temps aux chercheurs et chercheuses et leur donner les moyens d’un travail de qualité. À l’opposé, les jeunes chercheurs sont de plus en plus fortement encouragés à aller enseigner (PEDR jeunes chercheurs, ISFP etc).
Les seuls postes garants de l’indépendance nécessaire, de la liberté académique (régulièrement attaquée) et d’une recherche de qualité sont ceux de statutaires. Ainsi,
  • Nous rejetons toute tentative de recrutement par tenure track ;
  • Nous rejetons toute tentative permettant de court-circuiter le processus de recrutement par les pairs ;
  • Nous continuons d’alerter face aux risques des politiques qui repose sur l’instrumentalisation et la précarisation des jeunes avec un poste stable promis pour une minorité. 
Enfin, nous notons que cette procédure est un premier effet néfaste de ce COP déjà dénoncé par nos syndicats, elle exacerbe le danger d’indicateurs quantitatifs pour la recherche scientifique: oublier ce qui fait la qualité de la science au profit de la satisfaction stricte de ces indicateurs, en piétinant au passage la liberté académique, les instances et les jurys.
SNCS-FSU & SNTRS-CGT