Deux syndicats demandent désormais le départ de Frédérique Vidal

Aujourd’hui, la rédaction d’Academia a reçu deux communiqués qui demandent tous les deux la démission de la Ministre, après qu’elle a renchéri ce dimanche dans le JDD.

  1. Communiqué de presse du SNCS-FSU du 23 février 2021

 

 Le SNCS-FSU demande la démission de la ministre Frédérique Vidal

 

Dans un communiqué de presse du 17 février 202, le Syndicat national des chercheurs scientifiques (SNCS-FSU) et le Syndicat national de l’enseignement supérieur (SNESUP-FSU) dénonçaient les propos tenus entre les 14 et 16 février 2021 par la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal, sur « l’islamo-gauchisme » dans les universités. Malgré la dénonciation de ces polémiques, stériles scientifiquement et dangereuses politiquement, par de nombreux acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, la ministre Frédérique Vidal s’obstine. Elle confirme le 21 février 2021 dans la presse ses propos et sa demande d’« enquête » ou « étude » sur des recherches menées en sciences humaines et sociales.

En s’arrogeant un droit de regard politique sur des recherches qui sont menées dans les universités et les laboratoires de recherche en France, la ministre Frédérique Vidal porte une atteinte majeure aux libertés académiques et s’attaque ainsi au principe fondamental de l’indépendance de la recherche scientifique. Le SNCS-FSU demande avec fermeté que le projet d’« étude » commandé par la ministre soit abandonné.

En commandant la participation du CNRS à cette « étude », la ministre Frédérique Vidal oppose des travaux de recherche effectués d’un côté dans les universités et de l’autre au CNRS, divisant la recherche publique en France qui repose sur la coopération des universités et des organismes de recherche nationaux. Le SNCS-FSU demande expressément que le CNRS ne participe pas à l’« étude » commandée par la ministre. Il rappelle qu’un état des lieux exhaustif des recherches menées dans les laboratoires du CNRS et des universités est produit tous les cinq ans par le Comité national de la recherche scientifique dans ses rapports de conjoncture et de prospective.

Considérant que la ministre Frédérique Vidal maintient ses positions et que celles-ci portent atteinte aux libertés académiques et à la cohésion de la recherche publique, le SNCS-FSU estime que la ministre Frédérique Vidal n’est plus à sa place et demande sa démission. Le SNCS-FSU considère que quiconque tiendrait des propos similaires ne serait pas à sa place au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Retrouvez ce communiqué en ligne ici : https://sncs.fr/2021/02/23/le-sncs-fsu-demande-la-demission-de-la-ministre-frederique-vidal/

2. Communiqué du SNESUP, 23 février 2021#ResistESR

Harcèlements à l’Université de Paris. Communiqué intersyndical au sujet du Département d’études psychanalytiques

Omerta mode d’emploi #7

← Article précédent

Article suivant →

Courrier à la ministre : Mesure de protection de la santé et de la sécurité d’une enseignante-chercheuse

À Mme Frédérique VIDAL, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Montreuil, le 18 janvier 2021

Objet : Mesure de protection de la santé et de la sécurité d’une enseignante-chercheuse

Madame la Ministre,

Nous avons été informés de la mise en place d’une mission d’information par MM. Aubert et Abad (députés du Vaucluse et de l’Ain) sur les « dérives intellectuelles idéologiques dans les milieux universitaires » le 25 novembre 2020, ciblant particulièrement la « cancel culture » et « l’islamo-gauchisme ». Dans un tweet, le lendemain, M. Aubert a affiché sur twitter une capture d’écran des profils twitter de 7 universitaires disant : « Les coupables s’auto-désignent. Alors que la privation du débat, l’ostracisation et la censure est constatée par nombre de professeurs, étudiants ou intellectuels, certains se drapent dans des accusations de fascisme et de maccarthysme. »

Une enseignante-chercheuse ciblée par ce tweet, consécutivement à cette attaque de son travail et de son intégrité professionnelle par un membre de la représentation nationale, a demandé à la présidence de son établissement de bénéficier de la protection prévue à l’article 11 de la loi n° 83-634. Nous précisions que cette attaque a entraîné des conséquences graves sur la santé de l’agente.

Dans un courrier en date du 14 janvier, le président de l’établissement évoque un «  accord de principe », déclarant être « vigilant dans la défense des libertés académiques et du travail des enseignants-chercheurs », a « condamn(é) à nouveau les propos de M. Aubert  », et « réitér(é) tout (s)on soutien  » à l’enseignante-chercheuse mais n’entendait pas donner suite à la demande de l’enseignante-chercheuse pour la mise en place de l’assistance juridique dans le cadre de la protection fonctionnelle. Lors de l’entrevue qui s’est déroulée le 3 février, la présidence de l’établissement a maintenu sa volonté de ne pas le faire. En l’état, aucune mesure de protection au sens de l’article 11 du statut général de la fonction publique n’a jusqu’ici été déployée, ce qui est contraire à l’esprit et à la lettre de la circulaire interministérielle MEFI-D20-09086 du 2 novembre 2020 qui a pour objet le souci de « Renforcer la protection des agents publics face aux attaques dont ils font l’objet dans le cadre de leur fonction ».

Continuer la lecture

Détresse étudiante : mobilisons-nous le 26 janvier 2021

Macron et Vidal à l’Université Paris-Saclay, 21 janvier 2021. Communiqué intersyndical

Communiqué CGT, FSU, SUD éducation, SUD Recherche de l’Université Paris-Saclay

Aujourd’hui, E. Macron et F. Vidal étaient à l’université pour l’inauguration du plan quantique Les quelques personnels et étudiant.e.s venu.e.s s’exprimer contre la LPR et la fermeture des universités ont été retenue.s sans motif à plusieurs centaines de mètres du rond-point de Bures pendant plus de 2h.

Aujourd’hui, le dialogue pour l’université c’est :

  • Ne pas prévenir les personnels et les étudiant.e.s de cet évènement alors qu’il est publié sur tous les médias.
  • Prendre prétexte de travaux pour justifier le bouclage des bâtiments d’enseignement et la fermeture des routes.
  • Encercler et retenir dans un coin reculé au bord de l’Yvette avant même l’entrée du campus pendant plus de 2h les personnels et étudiant.e.s venu.e.s crier quelques vérités et afficher quelques banderoles.
La souffrance des étudiant.e.s est réelle et grandissante.

Cacher son expression derrière des rangées de gendarmes mobiles ne va pas résoudre les problèmes de fond.

Les organisations syndicales étudiantes appellent à la grève le 26 janvier!