La presse quotidienne régionale craint les suicides des étudiant∙es

Mettons que ça parte en reconfinade…

Chroniques des cours en démerdentiel — épisode 3

« Notre discipline se trouve désormais en danger ». Motion CNU 72, automne 2020

Nous, membres de la section 72 du Conseil National des Universités (Épistémologie, histoire des sciences et des techniques), nous inquiétons des dangers de démotivation et de démoralisation auxquels font face les enseignant∙e∙s-chercheur∙se∙s dans le contexte actuel. Nous souhaitons à la fois témoigner de notre entier soutien aux membres relevant de la section 72, en poste ou souhaitant le devenir, et alerter le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, sur les menaces pesant sur l’investissement, la qualité du travail et jusqu’à la santé des personnels de l’ESR.

Depuis plusieurs années, les syndicats et les universitaires à titre individuel alertent sur la dégradation des conditions de travail en matière d’enseignement et de recherche. L’accumulation des charges administratives peu ou mal reconnues produit un état de stress chronique et peut conduire à la démission réelle ou effective, voire au « burn out ». Ces situations, traitées tant bien que mal par la médecine du travail, restent aujourd’hui appréhendées comme des cas isolés qui devraient être traités individuellement, sans que ne soient dénoncées les conditions générales de travail qui peuvent en être directement à l’origine.

Constatant que la situation déjà difficile s’aggrave avec une rentrée mal préparée par le MESRI, sans moyen supplémentaire, et par une reprise de la pandémie ; que des changements majeurs dans les conditions d’exercice de nos métiers sont décidés en procédures accélérées sans que les besoins et souhaits de notre communauté soient pris en compte ; que nos doctorant∙e∙s et docteur∙e∙s non titulaires font parfois le choix difficile de ne plus continuer leur thèse ou leur recherche d’emploi permanent, nous jugeons que notre discipline (entre autres) se trouve désormais en danger.

Même si nous refusons d’appliquer le suivi de carrière souhaité par le MESRI en tant qu’évaluation récurrente, obligatoire et potentiellement pénalisante, nous tenons à rappeler que nous avons toujours exprimé le souhait d’accompagner les collègues qui rencontreraient des difficultés professionnelles de tous ordres. Nous invitons ceux et celles qui se sentiraient concerné∙e∙s, titulaires ou non, à prendre contact avec la section, qui s’efforcera dans la mesure du possible de les aider.

Nous engageons les autres sections de Conseil national des universités (CNU) à suivre notre initiative, en coordination avec la Commission permanente.

Motion adoptée par voie électronique le 16 octobre 2020, par 28 voix pour et 1 refus de se prononcer. 

Rentrée 2020 : grosse tension entre cours à distance et clusters du virus, pour RFI

https://mail.google.com/mail/u/0/#inbox/WhctKJWHzTLgbXlpPbLjRnwssqNFQdWsVwvWDvLHPsnNhftXrGsqdGmrvhhxHFrVrNjwBXB

Un amphi à moitié plein – Université de Paris Nanterre – entrée 2020. RFI/Inès Edel-Garcia

Avec des dizaines de clusters dans les universités françaises, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal a rapidement pris des mesures pour limiter les contaminations dont l’enseignement à distance. Aujourd’hui, la capacité de certaines universités, dont Paris et Aix-Marseille est limitée à 50%. Ce mode dégradé peut-il durer ? Quel risque de décrochage pour les étudiants, dont les effectifs ne cessent d’augmenter depuis 10 ans ?

Avec :
– Paul Mayaux, président de la Fage, Fédération des associations générales étudiantes
– Anne Roger, co-secrétaire générale du SNESUP-FSU, Syndicat National de l’Enseignement Supérieur et enseignante en Sciences et Techniques des activités physiques et sportives (Staps) à l’Université CLaude Bernard- Lyon 1. 

Un reportage d’Inès Edel-Garcia à l’Université Paris Nanterre.

« Il n’y avait pas de place pour s’asseoir ». La rentrée universitaire selon France Info

En passant

Covid-19 : “Les universités ont avancé en ordre dispersé” jusqu’à la mise en place de la jauge de 50%

Les bâtiments universitaires ne pourront pas accueillir plus de 50% de leur capacité habituelle, dans les zones d’alerte renforcée et d’alerte maximale. Cette nouvelle mesure doit mettre un terme aux stratégies variables d’un établissement à l’autre.

Objectif : des amphis à moitié remplis. Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, a demandé aux universités de réduire le nombre d’étudiants accueillis dans leurs locaux à partir du mardi 6 octobre, quand elles sont situées dans une zone d’alerte renforcée ou d’alerte maximale. Dans le détail, les salles d’enseignement, les cantines et les bibliothèques ne pourront plus accueillir plus de 50% “de leur capacité nominale”.

Branle-bas de combat dans les facs ? “Pour nous, ces nouvelles mesures ne changent rien”, répond le président d’Aix-Marseille Université, Eric Berton. Après les annonces d’Olivier Véran concernant Marseille, il y a une dizaine de jours, il a donné la consigne aux 18 facultés, écoles et instituts de réserver la présence des étudiants aux TP, aux étudiants en fracture numérique, aux examens et aux évaluations. Chaque doyen ou directeur de composante doit ensuite affiner le dispositif en fonction des équipements et de la taille des locaux.

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-les-universites-ont-avance-en-ordre-disperse-jusqu-a-la-mise-en-place-de-la-jauge-de-50_4129415.html#xtor=CS2-765-[twitter]-

Des étudiants en médecine lors d’un cours magistral à l’université de Nantes (Loire-Atlantique), le 24 septembre 2020. (MAXPPP)

Continuer la lecture

Bons baisers de rentrée

Academia a décidé de recenser des témoignages écrits et photographiques de la rentrée universitaire 2020, dont nous avons reçu de premiers échos épouvantables, dont la presse s’est fait l’écho.

Selon une stratégie du choc (Noemi Klein, 2008) inacceptable1, Frédérique Vidal profite d’une rentrée hors norme pour achever de faire passer sa loi rétrograde dite « de programmation de la recherche 2021-2030 ». Enseignant·es et étudiant·es subissent des conditions d’accueil épouvantables, en licence, en Master, tandis que l’administration réclame sans vergogne les droits de Contribution de la vie étudiante et de campus (CVEC) —doctorant·es doivent s’acquitter d’une cotisation de la vie étudiante et de campus — dont déjà ielles n’avaient pas profiter l’année dernière.

Voici une galerie de portraits de l’engagement pédagogique des maîtres·ses et des élèves, qui illustrent le mépris dans lequel leur Ministère de tutelle les tient.

Academia invite tous et toutes celleux qui le souhaitent de lui communiquer leurs clichés ou leur témoignage.

(c) Yann Leredde, UFR de sciences, Université de Montpellier, 9 septembre 2020

https://twitter.com/cjytheb/status/1303362655793614849?s=20

(c) Christophe Thebaud, 8 septembre 2020

 

Vicky 15 septembre 2020. Et vous remarquerez que la prof ne porte pas non plus de masque sous prétexte qu’elle ne veut pas avoir à crier sur ses 6 heures de cours consécutives 🙂
Mais sinon Sorbonne prestigieuse université apparement

 

 

https://twitter.com/elinalemaire/status/1305852328822665218/photo/1

(c) ElinaLemaire. Université de Bourgogne.
Les TD en L2 droit à l’Université, c’est 40 étudiants par groupe. Deux fois plus qu’il y a dix ans. Pas de place assise pour tout le monde. La misère de l’Université française, par-delà les beaux discours et les classements absurdes.

 

 En réponse:

BELLAMY David @davbellamy,
“L’université a été abandonnée par certaines de nos élites depuis decennies. Voilà où nous en sommes. Perso, en L1 d’histoire je dois faire entre 360 étudiants dans un amphi de 400 avec une obligation de ne pas dépasser une jauge de 50%……”
https://twitter.com/Dina_Morgabiin/status/1306270194390765568?s=20

Les conditions de cours à la Sorbonne en plein milieu d’une pandémie. @Dina_Morgabiin, 16 septembre 2020

Continuer la lecture

  1. Cf. la stupeur de Fred Restagno dénonçant la conflagration vote LPPR et rentrée COVID. []