L’absurdité des classements universitaires

Le personnel et les équipes dirigeantes des universités accordent une grande importance aux classements des universités et les résultats de leurs systèmes de classement peuvent avoir d’importantes conséquences matérielles/financières. S’appuyant sur l’exemple particulier de sa propre institution, Jelena Brankovic fait valoir que le fait de corréler de manière linéaire les classements comme des indicateurs de qualité ou de performance est une manière fondamentalement erronée de saisir la valeur d’une université, en particulier lorsque les universitaires seul∙es s’en prévalent.

Au début du mois, QS a publié son classement annuel des universités mondiales par discipline, suscitant l’enthousiasme des médias sociaux universitaires. “Je suis ravi de faire partie du numéro 1 mondial”, a déclaré un membre du corps enseignant. “Fier∙e d’être ancien∙e élève et membre du personnel”, a écrit un∙e autre. “Tellement fier∙e de faire partie de l’équipe. Bravo à tous et à toutes”… Et ainsi de suite. Vous voyez le tableau.

Il n’y a rien de mal en soi à ce que les gens aiment leur travail et apprécient de travailler dans un environnement stimulant. Cependant, il y a quelque chose de troublant dans le fait que les universitaires considèrent des éléments tels qu’un classement établi par QS, Shanghai ou toute autre organisation, comme un indice ou une preuve de la qualité — ou de la médiocrité, d’ailleurs — de leur situation relativement à celle des autres.

On peut se demander si les universitaires ont réagi aux classements de cette manière dans l’enthousiasme du moment ?  u parce qu’ils prennent les classements au sérieux ? Ou peut-être s’agit-il d’autre chose ?

Pour être clair dès le départ, mon intention ici n’est pas de critiquer les classements. Du moins pas de la manière dont on le fait habituellement. En ce sens, il ne s’agit pas d’une histoire sur les méthodologies défectueuses des classements ou leurs effets négatifs, sur la façon dont certains classements sont produits pour faire du profit, ou sur l’opacité ou la mauvaise gouvernance de ces classements. Rien de tout cela n’a d’importance ici.

Ce que je souhaite plutôt faire, c’est attirer l’attention sur une hypothèse très problématique à laquelle de nombreux universitaires semblent souscrire : l’hypothèse selon laquelle il existe, ou pourrait exister, une relation significative entre un classement, d’une part, et ce qu’une université est et fait par rapport aux autres, d’autre part.

Je commencerai par raconter une histoire qui concerne ma propre université et je conclurai par un thèse plus générale expliquant pourquoi l’approbation publique des classements rend un mauvais service au monde universitaire.

Qu’y a-t-il dans un classement ?

En septembre 2019, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a publié un article sur le classement mondial des universités du Times Higher Education (THE), qui venait alors de paraître. Le statut de l’Allemagne en tant que “troisième pays le plus représenté dans le Top 200”, selon l’article, était une fois de plus confirmé. L’article développe une autre information “particulièrement digne d’être soulignée” : “L’université de Bielefeld est passée de la position 250 à 166”.

Continuer la lecture

  1. Une version distincte a été initialement publié en allemand So verrückt können Rankings sein” , Frankfurter Allgemeine Zeitung, 11 mars 2020. []

Soutien à notre collègue Rachele Borghi. Communiqué de la Commission de Géographie Féministe du CNFG, 22 mars 2021

Depuis plusieurs semaines, les propos répétés de Frédérique Vidal, qui prétend que l’université et la recherche publiques françaises sont “gangrénées” par un supposé “islamo-gauchisme”, ont déclenché de nombreuses attaques, individuelles et collectives, contre des collègues et leurs travaux. Ces attaques, qui devraient se limiter à des débats d’idées, dérivent dangereusement vers des dénonciations calomnieuses de la part de certain·es personnalités universitaires qui se servent des privilèges que leur accordent à la fois leur statut dans le monde académique et leur notoriété liée à la multiplication de prises de parole dans la sphère, pour simuler un débat scientifique alors que dévoyant toute rigueur scientifique.

Dans ce contexte de remise en cause des libertés académiques et d’assauts (politiciens et médiatiques) contre les sciences sociales et celles et ceux qui les font, la commission de géographie féministe du CNFG souhaite réagir aux attaques portées par Nathalie Heinich à deux reprises contre notre collègue Rachele Borghi : une première fois dans l’émission “le temps du débat” diffusée le 22 février dernier sur France Culture, puis dans un article publié le 4 mars sur le site de  l’observatoire du « décolonialisme » (sic) intitulé « La militantisation de la recherche, et ses ravages ».

En critiquant les travaux portant sur les pratiques de l’espace de la plage par les lesbiennes — publiés notamment dans L’Espace Politique, une revue à comité de lecture dont les articles sont donc évalués anonymement par des scientifiques — elle tente de disqualifier sans autre forme de procès la géographie des sexualités comme un domaine de recherche légitime. Nier que les sexualités se déploient dans l’espace c’est faire comme si l’intime, le privé n’étaient pas politiques, ce qui renforce la répression des sexualités dissidentes à la norme et les politiques sexuelles réactionnaires. Chercher à museler les recherches dans ce domaine revient à se mettre au service d’un projet politique précis et qui ne va pas dans le sens d’une plus grande liberté.

À la volonté de discréditer les travaux de Rachele Borghi, s’ajoute la remise en cause de la pertinence de son recrutement à l’université, au seul motif que celle-ci revendique un positionnement politique queer et féministe. Or, on peut s’étonner que Nathalie Heinich parle d’une « activiste » qui « vient d’être recrutée pour enseigner à la Sorbonne » alors que Rachele Borghi a été recrutée en 2013. Ces termes rappellent en effet directement ceux des différents sites qui ont violemment attaqué la chercheuse après son élection, tels que l’observatoire (encore un) « de la théorie du genre » animé par le syndicat étudiant d’extrême-droite UNI, les sites conspirationnistes Diatala ou Fawkes news, les sites catholiques réactionnaires Gloria TV ou le Salon beige, ou encore le site d’Égalité & Réconciliation. Alors qui sont les idéologues ? Et qui sont les militant·es ? La rigueur scientifique ne peut être atteinte que lorsque le ou la chercheuse précise son positionnement politique, plutôt que de prétendre qu’elle n’en a pas ou qu’elle opère une distinction étanche entre son militantisme et sa recherche.

Continuer la lecture

Soutien aux géographes attaquées: Communiqué de la section 23 du CNU, 18 mars 2021 et réponse de Rachele Borghi

Le 18 mars 2021
Les membres de la section géographie du CNU ont eu connaissance des attaques inadmissibles dont sont victimes des collègues enseignant.es chercheur.ses dans plusieurs établissements (Angers, Grenoble, Sorbonne Université, Tours et ailleurs). La section géographie du CNU envoie un message de soutien fort et clair à ces collègues, tout particulièrement à Anne-Laure Amilhat-Szary, menacée de mort dans le cadre de ses fonctions de directrice du laboratoire Pacte.
La section géographie dénonce le climat hostile qui s’installe depuis plusieurs semaines à la suite des propos du ministre de l’éducation nationale en novembre 2020 et de la ministre de l’enseignement supérieur en février dernier, unanimement dénoncés par la CPU, le CNRS et d’autres organisations représentatives du monde académique. A travers ces attaques d’une extrême gravité, c’est l’ensemble de la communauté scientifique qui est visée. Ce n’est pas seulement l’indépendance, la transparence et la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche qui sont remises en cause, c’est aussi la place des sciences dans notre société qui est menacée.
Le bureau de la section géographie du CNU

Message des libraires. Volet d’une librairie pendant le confinement, Paris 2021. Credit: Rachele Borghi


Réponse de Rachele Borghi

Continuer la lecture

“Nous avons l’impression d’être l’instance à abattre”. Interview de Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU, par AEF

  • Interview de Sylvie Bauer, publiée sur AEF, 16 mars 2021. Extraits

AEF info : La concertation sur la mise en œuvre de l’article 5 de la LPR sur le recrutement hors CNU, menée par Fabienne Blaise, Pierre Desbiolles et Patrick Gilli, doit se terminer fin mars. Y avez-vous participé ?

Sylvie Bauer : Nous avons rencontré les rapporteurs une fois – je voudrais d’ailleurs souligner que leur questionnaire est très orienté… – et devons leur remettre prochainement une contribution écrite. Tout cela est à nos yeux une mascarade, mais nous avons fait le choix d’y participer car nous devons des comptes à nos collègues qui nous ont élus et nous avons des choses à dire. Nous avons donc consulté toutes les sections et sommes en train de faire la synthèse. Y aura-t-il ensuite des négociations ? Avec qui ? Nous n’en savons strictement rien.

Continuer la lecture

“Il nous reste heureusement la possibilité de retourner à notre travail… Pour combien de temps encore ?”. Trbune, Le Monde, 17 mars 2021

« Cette affaire est une illustration des pressions politiques et économiques qui s’exercent sur l’université »,

Tribune. Depuis plusieurs jours, l’Institut d’études politiques de Grenoble et le laboratoire Pacte sont au centre de l’attention médiatique et de campagnes haineuses et calomnieuses sur les réseaux sociaux à la suite du collage sauvage d’affiches mettant en cause très violemment deux enseignants accusés d’islamophobie et de fascisme.

Les enseignants, chercheurs, étudiants, personnels et responsables de ces deux institutions ont apporté aux deux enseignants attaqués un soutien très clair en condamnant fermement l’injure et l’intimidation dont ils ont été victimes dans un contexte particulièrement inquiétant. Ce collage, qui a fait l’objet d’une saisine du procureur de la République par la directrice de l’Institut d’études politiques, est odieux. Il met en danger non seulement les deux enseignants cités mais aussi l’ensemble des personnels et des étudiants qui forment notre communauté et sur lesquels pèse aujourd’hui un poids trop lourd à porter.

Incendie médiatique hors de contrôle

En dépit de ce soutien, nous assistons à la propagation d’un incendie médiatique apparemment hors de contrôle dans lequel se sont associées des forces qui dépassent largement le cadre auquel aurait dû se limiter ce collage, y compris pour assurer la sécurité des personnes citées. Cet incendie est attisé depuis plus d’une semaine par les commentaires de ceux qui, tout en ignorant généralement les circonstances de cette affaire, s’en emparent pour stigmatiser la prétendue faillite de l’université et la conversion supposée de ses enseignants, particulièrement dans les sciences sociales, à l’« islamo-gauchisme ».

Les circonstances qui ont conduit aux collages commencent à être connues. Parmi elles, les pressions inacceptables exercées en novembre et décembre 2020 pour faire supprimer le mot « islamophobie » d’une conférence organisée par l’Institut ont joué un rôle déterminant. Il appartient désormais aux différentes instances qui sont saisies des faits de rétablir la vérité qui a été tordue et abîmée sur les plateaux de télévision et les réseaux sociaux.

Il nous revient en revanche, comme enseignants et comme chercheurs, d’alerter sur la gravité de ce qui est en train de se passer depuis ces collages. Nous assistons en effet à la mise en branle dans les médias d’un programme de remise en cause inédite des libertés académiques – en matière de recherche comme d’enseignement – ainsi que des valeurs du débat intellectuel à l’université.

Les principes du débat d’idées

La première liberté qui a été bafouée dans cette affaire n’est pas, en effet, la liberté d’expression ou d’opinion, comme le prétendent de nombreux commentateurs mal informés brandissant à contresens l’argument de la cancel culture. Les deux enseignants visés par les collages ont en effet eu tout loisir de s’exprimer pendant cette affaire.

Ce qui est en jeu, et qu’ils ont délibérément refusé de respecter, ce sont les principes du débat d’idées dans le cadre régi par l’université. Au premier rang de ces principes figure la nécessité de faire reposer son enseignement et ses recherches sur l’analyse des faits et de les séparer clairement de l’expression de valeurs, de la manifestation de préjugés et de l’invective.

Cette affaire est une illustration des pressions politiques et économiques qui s’exercent aujourd’hui sur l’université dans son ensemble en France. Comment ne pas voir dans les tensions qu’a connues notre établissement ces derniers mois, un des effets de la misère psychique et matérielle imposée à toute la communauté académique – particulièrement aux étudiants – par la pandémie et la fermeture des campus.

Dans ce contexte, où chacun frôle et certains dépassent l’épuisement, invoquer seulement la « radicalisation gauchiste » des syndicats étudiants, c’est alimenter une polémique dont l’agenda politique est assez évident au vu des acteurs qui ont porté cet argument.

Les étudiants de l’IEP de Grenoble se sont rassemblés mardi 9 mars 2021 contre l’islamophobie. • © Marie-Charlotte Perrier – France3

Parole violemment hostile aux sciences sociales

Comment ne pas voir non plus derrière la libération généralisée d’une parole violemment hostile aux sciences sociales sur les plateaux de télévision l’effet d’une stratégie politique navrante du gouvernement depuis des mois.

Continuer la lecture

“Une situation devenue ingérable et surtout menaçante tant pour ma santé physique et mon équilibre psychique que pour mon intégrité professionnelle”. Démission d’une responsable de diplôme à l’Université de Lille

Décrochage de l’exposition 100% APV, Galerie commune du pôle arts plastiques de Tourcoing, crédit photo: Delphine PK

Continuer la lecture

En Guyane, la violence contre les libertés académiques et syndicales

la notoriété ne suffit pas pour gérer une composante universitaire : il faut aussi des compétences et un sens des responsabilités auquel vous avez totalement failli”.

À l’INSPE Guyane, les nouvelles du conflit qui parviennent à Academia depuis une semaine sont très alarmantes : alors que le conflit s’envenime avec la directrice de l’INSPE, les agrégatifs d’anglais ont vu leur épreuve perturbée par des contre-manifestants. Un communiqué intersyndical très ferme sur les responsabilités de la directrice est aussitôt paru ; le traitement médiatique du conflit laissant tellement à désirer qu’un droit de réponse a été demandé. Nous choisissons de publier aujourd’hui la “Lettre ouverte” que les enseignants ont publié.

Continuer la lecture

“Les libertés académiques ne sont pas négociables et ne le seront jamais”. Communiqué des associations d’historien∙nes du supérieur, 22 février 2021

La société des professeurs d’histoire ancienne de l’université (SoPHAU), la société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (SHMESP), l’association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF) et l’association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR) expriment leurs plus vives préoccupations face aux propos tenus par Madame Frédérique Vidal, ministre chargée de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, évoquant un supposé “islamo-gauchisme” qui “gangrène[rait] la société dans son ensemble” et auquel “l’université [ne serait] pas imperméable”. La SoPHAU, la SHMESP, l’AHMUF et l’AHCESR se joignent fermement à de nombreuses autres associations et instances (CP-CNU, CNRS, Alliance Athéna) pour rappeler le principe d’indépendance des enseignants-chercheurs et que, particulièrement en sciences humaines, le choix de leurs objets de recherche et de leurs méthodes de travail ne doit faire l’objet d’aucune forme de pression ou d’intimidation de la part du pouvoir politique. Enfin, elles déplorent cette instrumentalisation politicienne, signe d’une marque de défiance envers la communauté des enseignants et chercheurs. Les libertés académiques ne sont pas négociables et ne le seront jamais.

Tirer les conséquences (1). Communiqué du Lest (AMU-CNRS), 18 février 2021

Je n’ai plus de ministre

Après le président de la République, après plusieurs autres ministres, c’est notre ministre de tutelle, Frédérique Vidal, qui a repris à son compte la rhétorique de l’ “islamo gauchisme” en déclarant notamment

“Moi, je pense que l’islamo-gauchisme gangrène la société dans son ensemble et que l’université n’est pas imperméable et fait partie de la société”

et en annonçant commissionner une enquête du CNRS sur les pratiques universitaires1.

Ces déclarations sont extrêmement graves et forment une attaque frontale non seulement contre les libertés universitaires qui garantissent l’indépendance de la recherche au pouvoir politique, mais aussi contre toutes celles et ceux qui à l’université et ailleurs mettent leur énergie à rendre la société meilleure : plus juste, plus inclusive, moins discriminante, où tous et toutes ses membres ont place égale. L'”islamo gauchisme” est un mot dont le flou est une fonction. Côté pile, une demande de définition — dont on notera l’absence chez madame la ministre — on trouvera un contour restreint, qui se veut repoussoir, et dont on aura bien du mal à trouver des signes tangibles. Mais côté face, en utilisant le mot on convoque sans avoir besoin de l’expliciter un grand nombre d’idées et d’actions qui se retrouvent stigmatisées. Là où des chercheurs et chercheuses révèlent des discriminations et leur mécanisme de racialisation, c’est-à-dire d’assignation d’autrui à une race qui n’existe que dans l’esprit de ceux qui discriminent ; là où des militantes et militants dénoncent ces discriminations, les documentent, les exposent ; on les désigne comme nouveaux racistes ou “obsédés de la race”.

Ainsi le gouvernement espère-t-il sans doute protéger son action des critiques virulentes qu’elle appelle. Déclare-t-on ne pas voir le problème si des femmes choisissent de s’habiller d’une façon ou d’une autre pour suivre leurs cours à l’université, y compris la tête couverte d’un foulard ? Islamo-gauchisme. Déclare-t-on qu’il faut se préoccuper d’une très faible représentation des femmes et des personnes racisées aux postes titulaires de recherche et d’enseignement, alors que le jury d’admission du CNRS déclasse l’une de ces personnes trois fois en désavouant le jury d’admissibilité ? Islamo-gauchisme. Dénonce-t-on la destruction illégale des tentes de migrants par les forces de l’ordre ? Islamo-gauchisme.

Madame la ministre, j’avais beaucoup à critiquer dans vos actions, votre inaction, vos discours et vos non-dits. Vous avez choisi d’achever de démontrer publiquement que vous n’êtes pas là pour servir les universités, leurs étudiantes et étudiants, leur personnel, mais pour servir votre carrière, quitte à l’adosser à un projet politique mortifère. Je ne vous reconnais aujourd’hui plus comme ma ministre, Madame Vidal. Je ne me sens plus lié par vos écrits. Vous avez rompu le lien de confiance qui doit lier une ministre aux agents et usagers de son ministère. Seule votre démission pourrait encore redonner son sens à la fonction que vous occupez sur le papier.

#ResistESR

  1. voir The Sound of Science et Academia pour plus de détails. []

Politique universitaire. “De l’anticipation, de la cohérence et des moyens à la hauteur de l’enjeu”

  • par Gabriel Galvez-Behar, professeur des universités, doyen de la faculté de Humanités de l’Université de Lille, initialement paru dans Le Monde, 8 février 2021

Tribune. L’accueil des étudiants en présentiel, décidé par le président de la République le 21 janvier, permettra peut-être de limiter les effets nocifs d’un enseignement à distance imposé. La mise en place de cette mesure est cependant difficile du fait des contraintes – une limite à 20 % des capacités d’accueil, les problèmes de restauration des étudiants –, du retard mis à fixer le cadre réglementaire – le décret autorisant ce retour a été publié plus d’une semaine après l’annonce – et enfin de la versatilité des décisions – celle du chef de l’Etat annulant celles que le premier ministre avait prises une semaine plus tôt.

Ces incohérences ne contribuent pas à entretenir la mobilisation de la communauté universitaire ; elles nourrissent plutôt son sentiment de découragement. En effet, cet épisode est le dernier d’une longue série d’atermoiements qui caractérisent la gestion de la crise par le ministère de l’enseignement supérieur. Curieusement, au début de l’année universitaire, ce dernier a fait preuve d’une détermination autrement plus forte pour mener à son terme une loi de programmation de la recherche critiquée par la quasi-unanimité de la communauté, ou pour laisser entamer les prérogatives du Conseil national des universités. Il a ainsi choisi ses priorités, laissant les établissements et leurs personnels préparer une rentrée de septembre souvent avec les moyens du bord.

La suspension des enseignements en présentiel, à la fin du mois d’octobre, avait déjà été ressentie comme la négation de tous ces efforts. La décision était d’autant plus incompréhensible que l’enseignement secondaire, les classes préparatoires et les sections de technicien supérieur conservaient un enseignement présentiel, voire des cours à effectifs complets. Le passage au distanciel à l’université n’a jamais été justifié chiffres à l’appui, et la ministre Frédérique Vidal a reconnu, à l’Assemblée nationale, que nous ne savions pas quelles étaient les conditions de diffusion du virus sur les campus. Pourtant, c’est bien dès ce moment que, sur le terrain, on pouvait sentir les effets délétères que ne manquerait pas de causer une telle mesure. La Conférence des présidents d’université elle-même avait donné l’alerte.

Le ministère aura attendu les vacances de Noël pour publier une ordonnance permettant d’organiser des examens qui l’étaient déjà par la force des choses, ainsi qu’une circulaire dont les derniers revirements auront empêché la pleine application. Le jeudi 7 janvier, le premier ministre n’eut aucun mot pour les 2,7 millions d’étudiants dont les médias mettaient déjà en lumière le malaise, voire la détresse. Face à l’émotion suscitée par les actes désespérés de plusieurs étudiants, le gouvernement a renforcé sa communication et tente de prendre la mesure du problème.

Bien entendu, on peut comprendre les difficultés des autorités pour décider des mesures appropriées dans un tel contexte. Mais celles et ceux qui les mettent en œuvre sont en droit d’attendre que l’on tienne compte de leurs propres contraintes et qu’on leur donne un cadre de travail qui ne soit pas éphémère. Il est impossible de préparer une rentrée la veille pour le lendemain. Il est aussi impossible de croire que le basculement des enseignements en distanciel n’aura pas eu d’incidence forte sur la qualité des formations.

En dépit de la mobilisation des équipes pédagogiques et administratives, les conditions d’enseignement actuelles sont tellement dégradées que la présente génération d’étudiants paie un lourd tribut à cette crise, sans parler des effets psychologiques maintenant identifiés. Mme Vidal refuse de parler de génération sacrifiée mais, sans action forte et concrète, cette réaction s’apparentera simplement à un déni.

Continuer la lecture