L’université Potemkine

Communiqué de l’Assemblée générale des précaires de l’ESR d’Ile-de-France
au sujet de la rentrée 2020/2021

 
« Rien ne vous oblige à donner vos TD si vous en considérez ses conditions inacceptables, étant donné  la forte proportion de doctorants à demander chaque année une charge de cours»,
un collègue titulaire que nous ne nommerons pas.

À en croire notre ministre et nos président·es d’université, la rentrée 2020/2021 et l’adaptation des universités aux consignes sanitaires se dérouleraient avec ordre, souplesse et innovation technologique, un peu comme dans un monde enchanté. Ces discours pourraient presque nous conduire à oublier l’essentiel : plus que jamais avec la crise sanitaire, le fonctionnement de l’Université repose sur les travailleur·ses précaires.

La pluie de mails qui s’abat sur nous et qui nous « incite » à utiliser telle ou telle e-plateforme de cours en ligne est d’ailleurs révélatrice d’un profond décalage entre l’utopie mercantile d’un enseignement dématérialisé et la réalité de nos conditions de travail. Car si le confinement nous a bien appris une chose, c’est que pour pouvoir suivre ou assurer un cours en ligne, il faut au minimum disposer d’une bonne connexion internet, d’un matériel adapté, ainsi que d’un endroit où l’on peut travailler. La précarité tout autant produite qu’ignorée par le système, celle des travailleur·ses non-titulaires et celle des étudiant·es, celle que nous ne cessons de rappeler, empêche, ô surprise, que ces conditions soient réunies. Mais qu’un tiers des effectifs ne soit pas en mesure de suivre les cours à distance, que les frais d’équipements soient à la charge des non-titulaires et des étudiant·es, tout cela semble normal. La fracture numérique, la précarité (pour ne pas dire pauvreté) visiblement n’existent pas.

Dans cette mer de difficultés, on voit ici et là des non-titulaires s’atteler à écoper le navire pour qu’il ne coule pas, à constituer des groupes d’entraide et de pédagogie à distance (tandis que des titulaires se réservent les cours en présentiel). Et de temps en temps, entre deux communiqués provocateurs appelant à la responsabilité individuelle, on peut voir passer un remerciement général à l’adresse des travailleur·ses de l’université.

Les présidences et les membres du ministère peuvent applaudir à leurs fenêtres, mais qu’est-ce qu’on donne concrètement ? Continuer la lecture

Vidal on a la dalle, on veut des postes et d’la maille ! Mobilisation anti-Vidal à Angers et au Mans, 23 octobre 2020

Jeudi 22 et vendredi 23 octobre, F. Vidal a poursuivi sa tournée des universités en France pour défendre sa LPPR face à une communauté universitaire toujours vent debout contre le manque de moyens pérennes pour la recherche, contre la précarisation accrue des personnels et le manque de logement pour les étudiant·es. A l’Université d’Angers, nous étions chacun des deux jours plus de 80 collègues et étudiantes à accueillir la ministre avec nos revendications affichées sur nos banderoles. Ce sont plus de 700 postes, 7 millions d’euros et 500 logements étudiants dont nous manquons pour atteindre la dotation moyenne des universités en France. Cette situation est inacceptable pour nos étudiant·es toujours plus pauvres, pour les personnels toujours plus précaires et pour les titulaires au bord du burn-out collectif.

Alors que la ministre à ignoré nos plaintes le jeudi, elle n’a pas été en capacité de répondre à nos revendications lors d’un échanges avec des collègues mobilisé·es, à l’extérieur mais aussi à l’intérieur des réunions qu’elle menait, ce vendredi.

L’intersyndicale de l’Université d’Angers a, part la suite, eu un entretien avec le directeur de cabinet de la ministre, qui propose une dotation exceptionnelle d’urgence pour l’Université. Cependant, le chiffre officieux donné la veille faisait état de 8 postes, soit 1% des besoins immédiats.

Le compte n’est pas bon et les personnels et étudiant·es de l’Université d’Angers resteront mobilisées jusqu’a l’obtention des moyens nécessaires pour pouvoir fonctionner et accueillir les étudiant·es dans des conditions décentes.

Nous ne voulons toujours pas de la LPPR.

Vidal on a la dalle, on veut des postes et d’la maille!

Le comité de mobilisation et l’intersyndicale de l’Université d’Angers

Université d’Angers, 23 octobre 2020

Frédérique Vidal déclare au comité de mobilisation : « J’ai été présidente d’une université qui était aussi sous-dotée »

#FactChecking L’Université de Nice est dans la moyenne des universités avec 9.7k€/étudiant, soit 30% de plus que celle d’Angers, dans le quart le moins bien traité avec 6.9k€/étudiant.

(c) Julien Gossa

Continuer la lecture

Alexandre est l’avenir de la recherche

Continuer la lecture

Le gouvernement Castex sacrifie la génération de Dr. Animula

Le gouvernement Castex sacrifie une génération de jeunes chercheurs et chercheuses, ultra compétentes et engagés, avec l’aide active du SGEN-Cfdt, du SNPTRES et de l’UNSA.

Qu’hommage leur soit rendu.

Don’t forget me…

  • par Penelope II, le retour

Alors que Dexter Morgan n’est qu’un tueur en série de fiction, l’État français, quant à lui, écartèle et démantèle bel et bien l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Pour illustrer ce triste constat, j’ai souhaité vous partager deux œuvres extraites de mon corpus de thèse1.

Laocoon, par Saâdane Afif (2005)

Continuer la lecture

  1. Ma thèse porte sur les références à l’Antiquité grecque et romaine dans l’art contemporain (post 1980). []

Dr Animula reçoit sa première évaluation de l’ANR

Pour suivre les aventures de Dr Animula en cette rentrée 2020, nous commençons une série : Dr Animula fait sa rentrée 2020.
En voici le 2e épisode.

  • Les aventures de Dr Animula en Dystopie – épisode n°2

La chute de l’Université

À l’instar d’Université ouverte, et du recueil de témoignages « Notre Université est de qualité, mais jusqu’à quand ? » depuis février, Academia accueille les réflexions et les témoignages de collègues, jeunes ou expérimentées, que la rentrée 2020 ou l’expérience du conflit LPPR leur inspirent. La collègue qui écrit ici énonce enfin ce que nous craignons depuis plusieurs années : elle ne choisira pas de travailler à l’université, toxique. Le choix de l’anonymat — demandé par l’autrice — est un autre indicateur d’un monde gouverné par l’omerta.

  • par Claire C., chercheuse en sciences humaines et sociales

À l’heure où la LPPR est débattue à l’Assemblée nationale, plusieurs générations de jeunes chercheur·es sont désespéré·es. La dépression est une constante dans notre milieu face au panorama auquel nous faisons face. La précarité s’accroit et touche peu à peu aussi celles et ceux qui ont eu des financements… Comment attendre 15 ans sur le banc de touche en faisant des missions similaires à des titulaires, sans en avoir la reconnaissance matérielle, ni aucune assurance qu’une issue heureuse — un emploi de titulaire — arrivera au bout du chemin ?

Face aux politiques menées ces dernières années, le Ministère et ses rares partenaires se sont engagés à faire des réformes qui n’en ont que le nom : elles approfondissent la privatisation de l’enseignement supérieur et la recherche et sacrifient sans vergogne la jeune génération sur l’hôtel du profit. Pour les jeunes chercheur·es  plusieurs éléments vont achever définitivement de faire sombrer le navire de l’ESR, qui prend l’eau depuis de trop nombreuses années.

L’arrivée du doctorat « chocolatine » nous rend allergiques au chocolat

Commençons par la mauvaise surprise de cette fête de célébration désespérée et précipitée à l’occasion de l’examen du projet de loi de la LPPR par l’Assemblée nationale : la mort du doctorat comme titre universitaire validant un niveau d’expertise et de réflexion dans le secteur de la recherche. Depuis quelques années, la production des thèses sur article avait déjà creusé un fossé, entre la production de 3 à 5 articles enrobée à l’anglo-saxonne, face à la rédaction de manuscrits de plusieurs centaines de pages auxquelles s’ajoutent des publications d’articles. La dévalorisation de la recherche doctorale était déjà à l’œuvre, sous prétexte que la quantité ne reflète pas la quantité, articulée à une pression accrue pour la réduction de la durée des thèses.

https://www.flickr.com/photos/deniscollette/22707255250/in/photolist-2j3dJTy-HD9QHV-BVGy5u-21fLwuX-2bt1ghH-qZXa4E-jvVe5Z-2jsUs4J-REey14-iAXAFi-9nMn1M-xgjdCm-p6S9YX-p5sXxN-AAyBSS-61oaBY-qZsHY4-23umT7z-oEtYio-4VFLSq-Vpvwrm-6b3fih-bs5t5D-G8FJP4-qHbwp6-D2McAH-7aUXws-hZFdJL-83NdDX-aJFHMK-2j6UWbL-AFrZKJ-Bicw6r-9EGzrg-g37yuu-GN5G5F-qZwAUY-6Vj2XZ-2iKGwvi-2gs95pw-25rxXMh-2ir6CYs-23Mjeh5-DgJgYY-Y8XFmM-92mYK1-r64zq7-5GEC3N-4BKhvS-5QG33D

Arbre des marais, par Denis Collette, 2015

Continuer la lecture

C’est la rentrée : Dr. Animula n’a plus de bureau

https://www.flickr.com/photos/bibliotequescat/11098726856/in/photolist-hUKSPA-7w3E4o-8GAD1x-bZYBgG-6nPBXk-bmwFnQ-82mFsT-4uTxr5-2nsFX-8Mi2Ez-aRWE6x-aRWTyB-bNgMAe-a9Znjh-6QQtUZ-bjk9N4-AEMXLA-PEMnB-dsMgZG-nQjjva-6VdENH-5nNLhr-4mxxtE-AJ2V1j-mHsJJK-iWvDRY-d2KqvS-2FUu8-5FzqxL-2itTS2-836dHv-4awsdb-6hF1WE-2kyGgz-fKJW6s-b6PLXa-vov5zm-5ScSoD-f92xj-FPgQRr-d1Yndb-6Bpost-79Nsyg-64Jk8L-6M6LRA-KEXEV-4BfeuX-t2dLd-pz73sY-Nhyeh

Ceci n’est pas un bureau (© Jordi Casañas, 2017)

 

« Écœuré par l’Université » : un précaire témoigne sur Révolution permanente

Jeune étudiant, j’ai fait le rêve d’exercer un métier, celui d’être enseignant-chercheur, maître de conférences. J’ai fait tout ce qu’il fallait pour y parvenir…

Jeune étudiant, j’ai fait le rêve d’exercer un métier, celui d’être enseignant-chercheur, maître de conférences. J’ai fait tout ce qu’il fallait pour y parvenir : un master recherche avec mention dans la prestigieuse école de Sciences Po Paris, celle-là même qui produit présidents et ministres (qui n’ont pas choisi la même voie professionnelle et politique que moi, la comparaison s’arrête là, je ne veux rien avoir de comparable avec ces minables) ; j’ai écrit une thèse validée avec la plus haute mention qui soit ; j’ai été qualifié à exercer les fonctions de maître de conférences dans trois disciplines ; je viens de publier un livre que j’ai coécrit et un autre que j’ai co-dirigé va sortir prochainement ; j’ai publié également treize articles dans des revues à comité de lecture, dont trois classés, sept chapitres d’ouvrage, quatorze articles dans des revues sans comité de lecture, organisé deux colloques internationaux et trois journées d’études ; j’ai enseigné plus de 900 heures. Et pourtant. Et pourtant, je suis au chômage depuis maintenant près de 6 ans. J’ai bien eu une audition l’année dernière à la Sorbonne, la prestigieuse Université dont le nom fait rêver dans le monde entier. Je suis arrivé deuxième attestant que j’ai sans aucun doute le niveau, le CV requis pour devenir enseignant-chercheur titulaire à l’Université mais sans m’offrir aucune perspective. Les rapports pour chacune de la vingtaine de candidatures que je fais chaque année depuis cinq ans attestent d’un « parcours brillant », de « grande qualité », du « dynamisme de l’activité de recherche » et pourtant, à l’exception de ce comité de sélection de la Sorbonne, tous les autres depuis maintenant cinq ans refusent de m’auditionner, pas assez de formation en langues, pas assez dans le profil du poste, pas assez de publications classées, chacun a sans doute une bonne raison pour ne pas m’auditionner ou plutôt tous ont en dernière instance, la même raison, trop de candidats pour pas assez de postes, trop de jeunes docteurs, une centaine en moyenne pour chaque poste, aux profils toujours plus brillants pour des postes toujours plus rares malgré le nombre d’étudiants qui augmente, un déséquilibre qui conduit forcément à une sélection toujours plus délirante.

Et pourtant, je tente de jouer le jeu de ce milieu professionnel toujours plus sélectif, je travaille à plein temps, les soirs, les week-ends, avec des statuts toujours plus variés (salariés dans certains établissements privés, auto-entrepreneurs dans d’autres établissements privés qui utilisent la législation pour ne pas payer de cotisations sociales, vacataires à l’Université, suivant les préceptes du néolibéralisme « multipliez les statuts pour individualiser la condition de chaque travailleur »). Cette année scolaire qui s’achève, j’ai dispensé 277 heures équivalent TD de cours, soit 144 % d’un service d’un maître de conférences titulaire. En ne comptant que mes activités d’enseignement, sans parler de mes activités de recherche : l’organisation d’un colloque international, la publication d’un chapitre d’ouvrage dans une maison d’édition prestigieuse, la publication d’un ouvrage… Près d’une fois et demi le travail d’un enseignant titulaire donc, mais pas la même paye évidemment, et de loin. Si les entreprises privées payent mensuellement comme le prévoit le Code du travail depuis 1971, les Universités françaises se permettent de payer avec plusieurs mois de retard. Ainsi, le paiement de mes cours dispensés entre septembre et décembre a été versé en février, le paiement de ceux dispensés entre janvier et mars est « en attente ». Mon contrat de travail, qui d’après le Code du Travail doit être signé avant le début des tâches à réaliser, je ne l’ai signé qu’en décembre, trois mois après le début de mes cours. Que se serait-il passé si j’avais eu un accident de travail entre septembre et décembre, par exemple ? Je l’ignore. Les règles les plus élémentaires du droit du travail ne sont donc pas respectées à l’Université mais la précarité a évidemment surtout un objectif budgétaire. Ainsi, en réalisant donc une fois et demi un service de maître de conférences, je gagne un peu moins que le SMIC, soit environ 40 % de ce que gagne un titulaire (tout dépend de son degré d’avancement dans sa carrière évidemment).

Mon activité étant irrégulière, dépendant du calendrier scolaire, les mois où ma paie est faible, c’est le RSA qui la complète, depuis plus de 4 ans désormais. Le RSA et son cortège de flicage, ses rendez-vous à Pôle Emploi pour se donner l’illusion de vérifier que le chômeur cherche bien un emploi, ses rendez-vous au Pôle Insertion du Conseil départemental aussi. L’an dernier, j’ai dû reculer de deux jours un aller-retour chez ma chérie pour un rendez-vous de dix minutes avec un conseiller qui me proposait de donner des cours dans l’ « école » de Maréchal-Le Pen. Toujours la même démarche, convoquer, humilier pour que certains renoncent à leurs droits à l’indemnisation, pour pouvoir radier un maximum de personnes. Si on ne veut pas que le RSA coûte un « pognon de dingue », la logique ne voudrait elle pas qu’on le consacre à ceux qui sont véritablement exclus du marché du travail et pas à ceux qui sont mis dans une position intermédiaire par les pratiques de l’État. Le véritable problème est que des établissements public ou privé refusent d’établir un véritable contrat de travail avec des congés payés comme l’exige le Code du Travail et que quelqu’un comme moi se retrouve à se faire financer ses mois d’inactivité par les budgets normalement dévolus aux plus démunis.

La précarité, l’incertitude au travail, a des effets destructeurs sur un individu, la perte d’estime de soi, des dizaines d’ouvrages de sociologie l’ont démontré. Le fonctionnement de l’Université a désormais ce pouvoir magique de le faire vivre. Á force de travail pour suivre le rythme effréné d’une sélection sans fin, à force de statuts individualisant ma condition, je me désocialise. Je le constate, année après année, le temps consacré à ma chérie, à mes amis diminue peu à peu. Á force d’enseignements supérieurs de près d’une fois et demi à mes collègues titulaires et d’une activité de recherche sans doute supérieure à nombre d’entre eux, je me sens usé physiquement. Je n’aurais bien évidemment pas l’indécence de le comparer avec ceux qui exercent un travail manuel et qui ont quelque fois leur vie mise en danger par l’exploitation patronale. Depuis le mois de janvier, j’ai chopé deux petites maladies bénignes que j’ai mis des semaines à éliminer. Mon corps en a marre. Lorsque le confinement a été déclaré, j’ai dû passer un mois à m’en remettre, à me soigner mes petits bobos, à enfin retrouver un rythme de sommeil réparateur.

La précarité de l’ESR me désocialise, m’use physiquement, elle devrait logiquement me radicaliser politiquement contre ceux qui sont responsables des maux dont je souffre. Et paradoxalement, et comme des dizaines d’ouvrages de sociologie l’ont montré, ce ne sont pas les plus précaires qui peuvent se mobiliser. Précisément parce qu’on est dans cet aliénation. Parce qu’il faut absolument prendre en charge ce nouveau cours, publier cet article supplémentaire pour avoir une chance de plus de pouvoir obtenir un poste l’année suivante, cette aliénation est tellement puissante. J’ai bien pu participer à quelques manifestations contre la réforme des retraites en décembre quand les cours du premier semestre s’achevaient mais j’ai été forcé d’arrêter toute activité dès la rentrée de janvier en raison de ces cours que je ne pouvais pas déplacer, de ce statut tellement précaire qu’il aurait fait passer ma grève pour une simple fainéantise. Je n’ai même pas pu participer au mouvement naissant en mars contre la Loi Pluriannuelle de Programmation de la Recherche (LPPR) qui promet de précariser encore plus des personnes comme moi, de remplacer les hypothétiques statuts de maîtres de conférences que l’on pourrait avoir par des tenures tracks où l’on serait licenciables tous les cinq ans (et qu’on devrait penser reconversion à 45 ans, j’imagine, dans la logique de Mme Vidal). Et pourtant, cette mobilisation me concernerait et j’aurais tenu à y participer. Et pourtant, il ne manquera pas d’un petit porte-parole du capital dans les médias pour dire que les précaires sont absents de ces mobilisations, omettant de préciser que nous sommes absents par l’exploitation que l’on subit.

Pour lire la suite →

Alexandra voit ses chances d’être titularisée encore repoussées

NB: Section 25 : Neurobiologie moléculaire et cellulaire, neurophysiologie.PI – cher de projet (principal investigator)