Rouen, février 2020

#7 – Chroniques de grève – Hommage aux correcteurs et correctrices anonymes

Régles typo et art de la ponctuation

Les indispensables de la correction
Collection personnelle

A Jean-Luc, un amoureux des mots

Je te surnommais amicalement le correcteur fou
Nous pouvions passer des heures à parler de la ponctuation
Tu m’avais offert ton exemplaire de La ponctuation, Art et finesse de Jean-Pierre Colignon
Parce que de la correction tu n’en faisais plus guère
Un correcteur mort à la guerre
Des restructurations, externalisations, compétitions mortifères

De ces difficultés tu ne parlais guère
Je n’ai jamais su pourquoi
Tu me disais : syndicat des correcteurs, tarifs conventionnés, respect du métier
Et je t’ai écouté

Et quand dans mon métier d’éditrice
J’ai arrêté de corriger tous les manuscrits
Qu’il m’a fallu recruter des correctrices et correcteurs extérieurs
J’ai appliqué des tarifs, du respect, des délais,
De l’éthique en accord avec nos principes
Et je sais pourquoi

Tarif à l’heure non rabaissant
Pas de dumping sur le nombre de signes traités à l’heure
Délai de rendu calculé en jours ouvrables sur une base de 35 heures
Un tiers à la commande, un tiers à mi-parcours, le solde au rendu possible
Paiement rapide, oui c’est possible
Ça nécessite juste de mettre les mains
Dans le cambouis administratif

Et cela a fait de belles rencontres et amitiés
Jeunes doctorants et doctorantes apprenant le métier
Dans l’attente du poste tant espéré de MC
Jeune correcteur et moins jeune correctrice
Débutant le métier

Continuer la lecture

Les précarisés

En passant

#universitedeToursmobilisee

Être précarisé, savez-vous ce que c’est ?
Vous ne le savez pas, mais moi, je le sais !
Compter ses sous et les pages de sa thèse,
Vivre entre guillemets et entre parenthèses,
Avoir le ventre vide et l’esprit encombré
De théories, le cœur souvent enténébré
Comme un grand ciel d’hiver, se sentir pauvre et bête,
Marcher dans des brouillards, marcher dans des tempêtes,
Ne pas savoir, plongé dans de profonds émois,
Comment on va vivre jusqu’à la fin du mois,
Être au pied de l’Olympe et n’être qu’un satyre,
Entendre de la vie les sombres satires :
« Vacataire ! Bouche-trou ! Laquais ! Moins-que-rien ! »,
Ramer funèbrement comme les galériens,
Porter de pesants fers, dormir dans un bagne,
Pousser son roc jusqu’au sommet de la montagne
Comme Sisyphe, pour qu’il retombe sur nous,
Prier de comprendre sa banque à genoux,
Tout cela, dans les vers d’un vain prolétaire,
C’est porter le fardeau du petit vacataire.

Radeau de la Méduse, de Théodore Géricault, 1819

BibCNRS: les docteur.e.s sans postes sans accès aux revues?

Sur la liste hist-eco (8 décembre 2016) par docsansposte@precairesesr.frbibcnrs


Au cours des dernières semaines, sans avertissement, les différents portails d’accès aux publications scientifiques ont été remplacé par un nouveau portail intitulé BibCNRS, où l’accès y devient individualisé. Cela exclut de fait les sans-postes, avec des conséquences évidentes quant à leur capacité à poursuivre des recherches.

Continuer la lecture