L’amour de la recherche : à quel prix?

En queue de peloton pour les vaccins, la recherche en France pâtit aussi d’une ambiance malsaine. Certes, nombre de collègues se dévouent à leur métier sans compter leurs heures ni leurs efforts. Mais cet engagement vertueux dissimule un cercle vicieux: l’inégalité de traitement ne fait que s’accroître entre titulaires et précaires, de plus en plus contraints au travail gratuit.

Manifestation du 17 septembre 2020. Crédit: Gilles Martinet

Quantitativement, le fossé se creuse : le nombre de postes diminue tandis que le nombre de candidat∙es s’accroît. En 2017, on comptait 110 000 enseignant∙es vacataires, contre 130000 aujourd’hui, qui assurent à eux seuls 40% des enseignements à l’université. En vingt ans, la diminution du nombre de postes de MCF mis au concours a été drastique (-65 %): nous sommes passés de 3000 par an à la fin des années 1990, à 1200 ces dernières années. Parallèlement, le nombre d’étudiant∙es dans les universités a augmenté de 15%.

Qualitativement, les relations se détériorent, la dissymétrie augmente car, pour compenser le manque de postes, le travail dissimulé s’accroît. On recourt aux services de moins en moins rémunérés et même gratuits de doctorant∙es ou docteur∙es sans poste pour boucher les trous, surveiller et corriger des examens, organiser des colloques, gérer des revues, animer la vie de leur laboratoire. Les situations et le degré de rémunération sont variés, mais il s’agit souvent pour un∙e non-titulaire d’accepter toutes sortes de vacations sous-payées (sous le SMIC horaire) pour éponger les déficits structurels.

Certain∙es s’épuisent à joindre les deux bouts et il leur faut encore « produire » des publications pour rester dans la course. Juridiquement, le non-titulaire peut se retrouver ainsi tour à tour bénévole, contractuel (à formes multiples), voire auto-entrepreneur, avec zéro cotisation sociale.

Mais le long terme aussi a changé: traditionnellement, le non-titulaire pouvait espérer une compensation plus tard, en devenant titulaire à son tour, le mérite aidant. Mais le processus est de plus en plus sélectif, l’avenir de plus en plus bouché. La structure institutionnelle, l’autonomie des universités, permet aux autorités locales de varier dans les justifications à apporter aux étudiant∙es. La structure sociale s’en mêle aussi, pour aider les un∙es à tenir, qui trouvent le temps de franchir les obstacles, et pousser les autres à abandonner, rattrapé∙es par les contingences matérielles. L’aspect psychologique n’est pas négligeable: une sorte d’emprise perverse se développe sur le précaire, incité à rester pour maintenir un système déficient. Que deviendraient en effet les alpinistes sans les sherpas?

Continuer la lecture

Akhésa vous rappelle l’importance de bienveillance envers soi-même et envers les collègues … comme outil de la lutte contre les attaques politiques envers les SHS

Je relaye ici mes tweets de ce matin afin de garder une trace de cette invitation : ne jamais cesser d’être bienveillant.e avec les collègues attaqué.e.s, ne jamais oublier que les attaques politiques ne méritent pas notre énergie face à la montagne de travail, face à la précarité étudiante, face à l’épuisement qui nous guette tous. Nous ne devons pas dévier de nous-même, de nos étudiant.e.s, de nos recherches.

Se soutenir, se protéger et lutter pour nous-même, c’est déjà bien assez.

Se soutenir et se protéger

Face à la précarité, refusons les vacations !

Nous relayons aujourd’hui une campagne lancée par Université Ouverte autour de la lutte contre la précarité dans le monde de l’ESR. Il s’agit de participer à un mouvement large de refus des recrutements des vacataires (et des heures complémentaires des titulaires), mettant le gouvernement devant une impossibilité de reprendre les cours face au manque de postes de titulaires.

Pour prendre part au mouvement, rendez-vous au lien suivant : https://framaforms.org/pas-de-recrutements-pas-de-rentree-1613164983

 

La rédaction d’Académia compte sur votre engagement !

Pour une défense des libertés académiques à l’Université. Communiqué du laboratoire Temos UMR CNRS 9016, 23 février 2021

Tirer les conséquences (1). Communiqué du Lest (AMU-CNRS), 18 février 2021

Grève féministe des chargé∙es de cours de Paris-3 : l’université à bout de bras

#ResistESR
Malgré notre combat depuis des années, nous ne sommes toujours pas tenu·es au courant des affaires qui nous concernent (sans parler d’y être pleinement associé·es), comme la mise en place de la mensualisation. Celle-ci nous aurait été enfin accordée à l’échelle d’un « test », avec une sorte de contractualisation des doctorant·es non contractuel·les, jugées les « plus précaires » (qu’en est-il des docteur·es sans poste?). Nous ne sommes pas informé·es de sa mise en place. Et elle n’est PAS suffisante. Nous exigeons la mensualisation des chargé·es de cours, une revalorisation de l’heure équivalent TD, pour le moment inférieure au SMIC, suivant l’augmentation du SMIC horaire du 1er Janvier 2021 et prenant en compte 1h de travail supplémentaire de préparation. La mensualisation peut passer par une contractualisation des chargé·es de cours. En effet, nous rappelons qu’aujourd’hui, être vacataire requiert d’avoir un « emploi principal » à côté d’au moins vingt-cinq heures, ce qui entraine les chercheur·ses à prendre des « petits boulots » pour pouvoir assurer leurs charges de cours. Comment les chargé·es de cours vont trouver un emploi à 25h pour pouvoir donner leurs cours avec la crise sanitaire ? Le contexte vous incitera de toute façon à la contractualisation, quand vous serez en pénurie de vacataires, et nous demandons dès maintenant que ces contrats soient dignes et incluent directement nos droits les plus élémentaires, comme le remboursement des frais de transport, les congés payés, la sécurité sociale.
Nous rappelons que les chargé·es de cours assurent largement le socle de formation en Licence de nos étudiant·es et que les titularisations ne sont qu’un mirage pour une grande majorité de docteur·es formé·es, brillant·es et désireux·ses de travailler à l’Université. Rappelons aussi que les femmes et minorités de genre chargées de cours sont les principales pénalisées dans l’ESR, du fait de leur statut précaire et de leur position hiérarchique : en plus de nuire à leurs activités de recherche et de publications scientifiques, cela les expose de manière privilégié au harcèlement sexuel et sexiste. Certes, nous avons la passion de nos métiers, mais nous ne sommes pas des bénévoles, nous sommes des travailleur·ses et exigeons d’être considéré·es comme tel·les.
La vraie résolution de la crise consisterait à créer des postes et titulariser les chargé·es de cours pour augmenter les effectifs et ainsi soulager la charge de travail de chacun·e. C’est pour cela que nous demandons à la Présidence de rendre compte de notre grève auprès du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et de demander la création immédiate de postes. On ne peut nous demander, alors que nous sommes déjà à bout, de tenir l’université à bout de bras, en nous auto-formant en distanciel, sans moyens supplémentaires. Les étudiant·es sentent une proximité générationnelle avec nous et se confient plus aisément qu’à des titulaires (aussi car beaucoup d’entre nous s’impliquent dans des pédagogies bienveillantes) : nous sommes les premières oreilles pour leurs difficultés et, trop souvent, leur détresse. Nous craignons des décrochages supplémentaires, mais nous craignons surtout des suicides.
La décence consisterait a minima à nous recevoir, ce que nous avons demandé à plusieurs reprises sans réponse, et d’avoir un calendrier clair concernant une mensualisation et une contractualisation. 
Rappelons aussi que l’on n’a JAMAIS été consulté·es sur les modalités des cours à distance. On n’est TOUJOURS pas éligibles aux différents conseils. On n’est TOUJOURS pas remboursé·es des transports. Les doctorant·es n’ont TOUJOURS pas été exonéré·es des frais d’inscription (pour pouvoir travailler auprès de… leur propre employeur ?).On n’a eu le droit qu’à 2 salles ouvertes à la Maison de la Recherche pour les cours à distances, à 3 ordinateurs à l’UFR Arts et Médias, et moins de 10 tablettes pour pallier la fracture numérique des un·es et des autres. On n’a TOUJOURS aucune création de postes de MCF.
De plus, on a dû gérer tout un semestre en distanciel, refonder nos pratiques pédagogiques, essayer tant bien que mal de prendre soin des étudiant·es, écouter leurs plaintes des 4 PDF de cinquante pages laissés par des collègues titulaires en guise de cours, et à quoi s’ajoutent en plus, nos propres problèmes personnels : les morts Covid de nos proches, nos dépressions, nos burn-out, nos remises en question de vocation, notre fatigue de rédaction de thèse, pour celles et ceux dont les activités de recherches ne sont pas à l’arrêt, nos enfants, nos emplois principaux, et tant d’autres choses encore.
Qui soutient nos luttes pendant qu’on essaye de soutenir les étudiant·es et nos collègues démoralisé·es par un semestre complètement dégradé ?
Redisons-le : nous n’avons même pas été REÇU·ES par la Présidence.
Face à cette indifférence, et parce que nous refusons d’imposer un autre semestre de souffrance, à nous-mêmes, mais aussi visiblement aux étudiant·es, nous décidons d’entrer en grève pédagogique.
Auront lieu une rétention des notes du SM1 et/ou du SM2 et les cours ne reprendront pas normalement tant que nous n’aurons pas été reçu·es par la Présidence, qu’il n’y aura pas de réponses à nos revendications, c’est-à-dire un calendrier clair de contractualisation/ mensualisation, et qu’un message ne sera pas adressé au gouvernement pour la création de postes dont nous serons dûment informé·es.
Tou·tes les doctorant·es et docteur·es sans poste n’ont pas de charges de cours, et/ou n’ont pas les moyens de faire grève de par leur précarité matérielle ou psychologique, mais iels soutiennent aussi nos actions, et se lancent dans l’esprit de grève et réflexions pédagogiques féministes.
Nous ne pouvons pas continuer avec un tel bilan. Malgré nos efforts individuels, et pour beaucoup, la tentative de prendre soin des étudiant·es, le manque de postes et de matériel fait que nous pouvons seulement assurer un enseignement dégradé, aux dépens de notre santé et de celles des étudiant·es.
Nous demandons aussi à la Présidence de se positionner clairement auprès du gouvernement pour la réouverture de l’université dans des conditions sanitaires permettant d’assurer la sécurité de celles et ceux qui peuvent et veulent reprendre en présentiel. Et nous exigeons que ne soient pas appliquées les mesures précarisantes de la LPR telle que les tenure tracks, les chaires d’excellence ou CDI de chantier. Ces mesures vont précariser d’avantage les chargé·e·s de cours et par conséquent augmenter et accroitre très significativement les inégalités et les discriminations sexistes, racistes, clavistes et validistes qui existent déjà.
Nous incitons aussi toutes les directions de département à soutenir nos revendications, et à mettre en place des mesures concrètes pour que les chargé·es de cours, les personnels et étudiant·es puissent faire remonter, anonymement et distinctement, leurs revendications.
Enfin, nous appelons notre grève « féministe », d’une part car la majorité des vacataires de l’université sont des femmes et minorités de genre, et que notre grève et nos réflexions pédagogiques prennent sens dans ce cadre.
Le Collectif des Non-titulaires de Paris 3 – Page Facebook
Pour soutenir la grève féministe, signez la tribune

Des vacataires au bord de la rupture se mettent en grève

Depuis le 23 novembre 2020, les vacataires en sociologie de l’université de Bourgogne sont en grève illimitée. Ils et elles dénoncent les conditions de précarité dans lesquelles ils et elles travaillent, et demandent qu’un dialogue autour de ces problématiques soit enfin instaurer.

Suite à leur communiqué, les enseignant·e·s–chercheur·e·s du département de sociologie ont décidé de leur apporter tout leur soutien.

#ResistESR

https://www.flickr.com/photos/krassycandoit/431229964/in/photolist-E7aDo-FygMU1-FSwYgr-5aFz32-FSxfMc-Fyh6cC-DDxSh-4XZkNf-FW6wuN-FW6As7-FQdxkJ-86bccT-F4937x-uAT4E-FSwTzx-zEVeUA-FW6Kyy-cuMfFJ-4A6PkX-UvM8n7-G1uxFv-eobWYk-2hnvq78-2hnvpRd-2hnsQJB-bcDyP6-2hiaKEL-2iuNHah-2jH33Um-2iuMuvR-4JHoJL-9PCzqB-Ug9s2R-aaNWfM-2ixRswE-4pc3fr-goTXv-5dyhgq-FYovca-F495Hz-FQdMtd-FYopuP-Vm5vaT-F3XpX9-dCW5NK-Fyhq2G-FSxeJk-F48JMn-8QARAC-Fyhrch

Credit: Krassy can do it, 2007

Communiqué des vacataires en sociologie à l’université de Bourgogne au bord de la rupture

Nous, docteur·es et doctorant·es, vacataires et contractuel.le.s au département de sociologie, prenons aujourd’hui la parole pour dire notre colère face aux dysfonctionnements structurels au sein de l’université de Bourgogne, qui nous mettent, nous et nos collègues titulaires, dans des situations ubuesques. Nous tirons la sonnette d’alarme !

L’université de Bourgogne, comme tant d’autres universités en France, recourt aux vacataires et aux contractuel·les pour réaliser des missions pourtant pérennes. Ainsi, en termes d’enseignement, nous vacataires, assurons en moyenne 20 % des enseignements des formations de l’université de Bourgogne. Et au département de sociologie cette proportion grimpe à près de 30%.

Le statut de vacataire est, à l’origine, pensé pour que des spécialistes, qui ne seraient pas enseignant·es-chercheur·ses à l’université, puissent venir effectuer quelques heures de cours dans leur domaine de spécialité. Cependant aujourd’hui ce statut est utilisé pour pallier le manque de postes, puisque sans nous, la continuité des formations ne peut être assurée : en comptant les vacations ainsi que les heures complémentaires imposées aux enseignants titularisés, ce sont en effet 46% des cours qui dépassent le cadre normal des services des enseignant-chercheurs. Nous sommes donc des rouages essentiel du fonctionnement de l’université.

Doctorant·es (bien souvent non financé·es, notamment en Sciences Humaines et Sociales) et docteur·es sans postes, nous sommes payé·es deux fois dans l’année, nous commençons nos cours bien souvent plusieurs semaines (à plusieurs mois !) avant que nos contrats de travail soient effectivement signés. Nous sommes par ailleurs rémunéré·es à l’heure de cours effectuée, ce qui, lorsqu’on prend en compte le temps de préparation des enseignements et le temps de corrections des copies, donne une rémunération en dessous du SMIC horaire1.

Au delà de nos situations personnelles, bien souvent complexes, nous constatons tous les jours les difficultés de nos collègues titulaires, qui tentent de « faire tourner » l’université avec des ressources toujours plus limitées, et en faisant face aux injonctions contradictoires de l’administration, la surcharge de travail qu’induit le nombre croissant d’étudiant·es et les tâches ingrates à laquelle oblige l’indigne sélection mise en place par Parcoursup ! Sans compter, aujourd’hui, les charges administratives qui s’alourdissent tout particulièrement avec la situation sanitaire actuelle. Nous sommes contraint·es d’adapter les modalités d’enseignement, sans matériel et sans moyens supplémentaires, et dans des situations d’incertitudes absolues sur l’évolution de la situation. Nous sommes toutes et tous au maximum de nos services et heures complémentaires et supplémentaires, à tel point que, quand l’un·e ou l’autre doit s’absenter pour quelques raisons que ce soit, nos équipes sont au bord de l’effondrement ! Et nous ne disons rien ici du sens perdu de notre travail : ce sentiment de participer à un vrai service public de l’enseignement supérieur gratuit et ouvert à toutes et tous, systématiquement saboté par les réformes en cours du lycée et de l’ESR !

C’est pour ces raisons, et face au manque de réponse de la part de l’administration, que nous avons pris la difficile décision d’entamer un mouvement de grève illimité à partir du lundi 23 novembre 2020 à 8 h. Ce mouvement prendra fin lorsqu’un dialogue nous sera proposé.

Nos revendications sont les suivantes :

  • Mensualisation des rémunérations des vacataires ;
  • Souplesse vis-à-vis des « revenus extérieurs » insuffisants des vacataires, particulièrement en cette période de crise sanitaire ;
  • Exonération des frais d’inscription pour les doctorant.e.s vacataires;
  • Titularisation des contractuelles et contractuels exerçant des fonctions pérennes à l’université ;
  • Plus de moyens humains dans les composantes de l’université de Bourgogne.

Nous avons bien conscience des conséquences difficiles que cette décision va provoquer, autant pour nos étudiant.e.s, que pour le fonctionnement du département de sociologie. Nous ne l’avons pas pris à la légère : elle ne s’est imposée qu’à la suite d’abondantes discussions et de mûres réflexions. Nous en sommes arrivé.es à la conclusion suivante : la défense de nos conditions de travail, c’est aussi la défense de la qualité des formations de l’université de Bourgogne.

Continuer la lecture

  1. NDLR: sur ce point, voir sur Academia Temps de travail #ESR (1): 192h de service ?, 31 mai 2019, et Le MESRI envisage un jour peut-être de rémunérer ses enseignements à un montant supérieur ou égal au SMIC horaire, 23 février 2020. []

« À Mesdames et Messieurs les députés de la République », par 160 jeunes chercheurs et chercheuses en droit pour le rejet de la LPR

 

« Rééduquer l’éducation ». Affiche, 2008

Continuer la lecture

Zoë, doctorante, va pour la première fois de sa vie chercher un colis alimentaire

Continuer la lecture

« Une dégradation continue d’un modèle universitaire qui rayonnait pourtant à travers le monde » : motion des doctorant∙es de l’université de Clermont-Ferrand

« Soyons libres de ne plus l’être ». Affiche, 2015

Je milite. Je me qualifie

Malgré les nombreuses alertes d’universitaires, de chercheuses et de chercheurs, de collectifs, de syndicats ou encore de la Commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) et de sections CNU (ici et ici), la commission mixte paritaire a entériné la suppression de la qualification —pour un certain nombre de cas— en validant son inscription dans la loi de programmation de la recherche (LPR).

Bien entendu, il y a toujours eu — et il y a encore — des débats sur les avantages et les inconvénients de la procédure de qualification. Mais selon moi, ce n’est pas le principal sujet ici. Le problème majeur vient bien plus de la façon par laquelle la loi a été amendée et votée, c’est-à-dire en catimini et sans consultation.

En tant que très jeune docteur, je n’ai aucune expérience de la procédure de qualification.Jusqu’à très récemment, je ne la connaissais que via les « on dit » et autres retours d’expériences d’enseignant·e·s-chercheur·e·s. Je voyais ainsi la qualification comme une lourdeur administrative supplémentaire. Ne devrais-je pas me réjouir de cette suppression/dérogation de la qualification ? Ne va-t-elle pas me faciliter la vie et me permettre d’obtenir un poste d’enseignant-chercheur permanent plus rapidement ?

La réponse est clairement non. C’est pourquoi je crois que poursuivre la qualification en cette période est aussi un acte militant.

Premièrement et de manière factuelle, la loi ne supprime pas la qualification pour les concours de maîtres·ses de conférences (MCF) mais permet seulement des dérogations (expérimentales) au bon vouloir des établissements et de leurs instances. Il y a donc rupture de l’égalité des chances entre les candidats, ainsi qu’un risque accru de mandarinat ou de localisme, ce qui ne me satisfait pas.

Deuxièmement, plus que vouloir régler un supposé problème d’attractivité de la France à l’internationale, ces dérogations à la qualification ont pour finalité d’affaiblir le CNU, qui est pourtant l’organe élu représentatif des universitaires à l’échelle nationale, tout en accroissant le pouvoir des présidences d’universités. Cela ne peut pas non plus me satisfaire.

Troisièmement, j’aime à croire que la qualification possède des vertus et permet de donner au recrutement des MCF un certain caractère national auquel je suis attaché. L’abandonner purement et simplement à la suite d’une unique nuit au Sénat ne peut pas me satisfaire.

Continuer la lecture