Seconde tribune du collectif des chargé·es d’enseignement précaires à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

12 mai 2020

Mesdames, Messieurs,
Nous, doctorant·es, docteur·es, chargé·es d’enseignement actuel·le·s, passé·es ou futur·es à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour en sciences humaines et sociales, adressons d’abord tous nos plus sincères remerciements aux 78 personnes (directeur·rice·s de laboratoires, Professeur·es, enseignant·es-chercheur·se·s, chargé·es d’enseignement, membres de l’administration, personnel BIATSS, représentant·es syndicaux·ales) qui ont manifesté publiquement leur soutien à notre « Tribune des chargé·es d’enseignement précaires de l’UPPA » ainsi que celles et ceux qui l’ont fait en privé.
Nous nous trouvons cependant dans l’obligation d’interpeller à nouveau la Communauté universitaire sur la situation qui frappe certain·es d’entre nous :
En ce début de mois de mai 2020, certain·es enseignant·es vacataires en SSH n’ont reçu qu’un acompte pour les enseignements qu’il·elle·s ont effectués et d’autres n’ont toujours pas été payé·es pour les cours dispensés au cours du 1er et/ou 2nd semestre.
L’épidémie de COVID-19 a frappé le quotidien de toutes et tous. Nous demandons cependant que la situation des enseignant·es précaires de l’Université ne soit pas pour autant passée sous silence.
Retraçons à ce sujet les évènements qui se sont produits ces derniers mois dans notre Université. Le 6 mars, un communiqué de presse réunissant 54 signataires et destiné à alerter l’opinion publique sur la situation des vacataires de l’UPPA a fait l’objet d’articles dans La République des Pyrénées et Sud Ouest, en sus d’un entretien sur France Bleu Béarn. En réponse à notre première Tribune du 9 mars envoyée en interne, 78 voix se sont élevées publiquement pour soutenir notre action. Le 11 mars, la Présidence de l’Université faisait part de sa position vis-à-vis des réactions suscitées par notre Tribune, dans un e-mail ayant pour objet « Situation des vacataires à l’UPPA ». Il était notamment annoncé avec réserve((« Nous allons nous attacher à régler ces situations d’ici avril 2020 sous réserves que les étapes 1 à 6 supra soient traitées par le collège avant fin mars 2020. Nous allons les accompagner pour cela. » (extrait de l’e-mail du Président du 11 mars 2020).)) que les paiements des vacations interviendraient au plus tard à la fin du mois d’avril et non en mars, comme nous le demandions (raisonnablement puisqu’étaient en cause des enseignements dispensés depuis septembre 2019).
Quelques heures plus tard, M. Sébastien Riguet informait la Communauté universitaire que le vote d’une motion destinée à soutenir notre Tribune avait été rejeté en Conseil de collège pour des questions de forme. Le 14 mars, Mme Anne Combarnous relayait l’information selon laquelle le paiement des enseignant·es vacataires serait désormais subordonné à la preuve du service fait via la transmission des supports de cours sur une plate-forme numérique.
Confronté·es à l’indignation de la Présidence de l’UPPA et au silence de la direction du Collège SSH, nous avons décidé de créer un Collectif des chargé·es d’enseignement précaires de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour en sciences humaines et sociales. Pour lever toute incertitude réelle ou supposée à ce sujet, précisons bien sûr que le Collectif n’est pas seulement composé des vacataires dont les paiements sont en souffrance ; il s’étend bien au contraire à tou·te·s les enseignant·es, doctorant·es et docteur·es, actuellement, auparavant ou bientôt précaires qui souhaitent manifester leur soutien à celles et ceux que l’Université néglige de payer et qui souhaitent dénoncer, plus largement, la précarité sous toutes ses formes qui frappe notre Faculté afin d’y remédier.
En réponse à notre e-mail adressé à la direction du Collège le 20 mars où nous demandions un entretien à distance portant sur nos demandes, nous avons été invité·es faire preuve de patience et de compréhension en cette période troublée. Nous en avons convenu et nous pensions donc que les promesses sur le paiement des vacations au plus tard fin avril seraient au moins tenues.
Dans la mesure où cela n’a pas été le cas, nous avons à nouveau sollicité un entretien le 30 avril auprès de la direction du Collège qui a eu lieu ce lundi 4 mai.
En dépit de la collaboration de la direction, des explications données et du travail accompli, aucune garantie n’a été donnée, que ce soit sur une date de paiement des vacations ou un allègement planifié des procédures.
L’un des arguments avancés sur le traitement différencié des paiements réside dans le fait que l’Etat et l’Université prioriseraient le paiement des vacataires « les plus fragiles » en cette période de confinement. Cette explication ne nous convainc pas au vu de la diversité des situations que nous avons pu constater et au regard du fait qu’elle ne justifie pas, en tout état de cause, la dette de l’Université qui s’est étendue du mois de septembre 2019 jusqu’au 17 mars 2020.
À l’heure où nous nous sommes toutes et tous prêté·es au jeu de la « continuité pédagogique »,
À l’heure où les notes attribuées par les enseignant·es non-titulaires en SSH constituent une part non-négligeable, si ce n’est majoritaire, des résultats de contrôle continu (CC) et d’examens terminaux à distance (ET),
À l’heure où il nous est demandé de saisir ces notes en faisant fi de l’absence totale ou partielle de paiement qui frappe certain·es d’entre nous,
À l’heure où les CDD d’enseignement qui nous sont proposés prévoient des rémunérations intolérables,
Et maintenant que notre aimable patience de précaires (dé)confiné·es est parfaitement épuisée,

Université de Pau et Pays de l’Adour

Nous rappelons une dernière fois nos revendications avant d’annoncer les mesures auxquelles tou·te·s les enseignant·es s sont invité·es s à se joindre.

L’autre université que nous souhaitons !

  • par le Collectif de précaires de l’Université de Caen

La crise que nous vivons actuellement révèle au grand jour, sous une forme sensible et immédiatement perceptible, l’impasse dans laquelle mène le modèle néolibéral. Elle a montré à quel point les biens communs, les services publics, au premier rang desquels l’hôpital public, avaient été soumis à l’austérité budgétaire et à la mise en concurrence généralisée au détriment de la santé. De même, les conditions du confinement ont révélé une fois encore les fractures sociales et territoriales qui structurent le pays.

Cette crise a illustré l’importance de nombres des moins considéré.es d’entre nous : les ouvrières et ouvriers « non qualifié·es » comme les éboueuses et éboueurs ; les aides soignant·e·s ; les infirmièr·e·s ; les salarié·e·s de la grande distribution ; et tant d’autres qui ont été mis·es en danger pour permettre aux services essentiels de continuer à tourner. Certaines de ces professions connaissent souvent la précarité et méritent une meilleure considération.

Des services publics déstructurés, des brutalités policières dans « les quartiers populaires » qui ne s’arrêtent plus, une pénurie des moyens de protection élémentaires comme les masques et le gel hydroalcoolique, des situations de famine dans certains départements français : est-ce ça le progrès tant vanté par les chantres de la « start-up nation » ? Ces idéologies ont failli. Il n’est plus acceptable de devoir quémander et compter sur le bon vouloir d’institutions austéritaires pour l’obtention d’un travail digne de ce nom, de subventions, de masques ou de nourriture ! La crise du coronavirus n’a pas généré ces modes de gestion des services publics, basés sur la pénurie généralisée dont nous souffrons déjà au quotidien depuis longtemps, elle les a simplement rendus plus saillantes.

Toutefois, avec le déconfinement, à l’heure où la « haute société » priorise la reprise économique à la santé des gens, il n’est plus temps de se limiter aux diagnostics, aux expressions abstraites de solidarité et aux vœux pieux d’un « monde d’après » qui n’aboutira que si nous le construisons ensemble. Il est en effet vain d’attendre des mêmes institutions qui ont échouées hier à anticiper puis à gérer la crise, de nous en sortir demain. Au contraire, il faut impulser un nouvel imaginaire d’émancipation et construire collectivement un commun radicalement autre, à la place de la mise en concurrence généralisé des institutions et des individus, pour l’obtention des moyens concrets de notre subsistance collective.

Opération de collage de témoignages de précaires sur le campus, Caen (c) Ouest-France

Continuer la lecture

Terrains suspendus jusqu’à nouvel ordre

  • par Saskia Meroueh, Université de Nantes

Frédéric Restagno a présenté dans une lettre à Madame Frédérique Vidal les conséquences désastreuses que la situation actuelle va engendrer chez les doctorant·es en sciences dites « dures ». Ce court texte a pour vocation de compléter cette démarche importante en prenant en compte les spécificités des sciences sociales. Les circonstances actuelles vont avoir des conséquences de très long terme pour les thèses qui s’appuient sur des enquêtes ethnographiques1.

Ces retards ne vont pas se résumer à la seule période de confinement. Une thèse de sciences sociales s’appuie essentiellement sur le recueil de matériaux sur le terrain. La réussite de nos enquêtes est dépendante des liens plus ou moins durables que nous créons avec nos enquêté-e-s, surtout lorsque nous sommes au début de nos recherches.

Le terrain se travaille, se négocie, la présence d’un·e ethnographe ne va jamais de soi, même quand elle est acceptée. Plusieurs semaines sans terrain peuvent remettre en cause notre présence sur ce terrain, fragiliser les relations humaines que nous avions commencé à construire. Les liens que nous tissons avec nos enquêté·es se fondent sur une relation quotidienne, ou du mois régulière, sur le terrain.

Négocier une présence de long terme dans une organisation est déjà un processus long et non linéaire habituellement et nécessite un temps long devant soi. Les consignes sanitaires vont sûrement rendre plus difficiles encore les négociations de présence d’un·e ethnographe dans des organisations quand cette présence est non essentielle à son fonctionnement. La légitimité de notre présence sera sans doute mise à mal par ces consignes de sécurité, notamment par le nombre de personnes maximum par lieu, qui vont s’étendre sur plusieurs mois à partir du déconfinement.

Les conséquences de la crise sanitaire sur la durée des thèses ne vont donc pas s’arrêter le 11 mai, les retards accumulés ne se résumeront pas à quelques semaines de terrain suspendu, lequel reprendrait naturellement son cours une fois le déconfinement acté. Il est probable que l’accès à certains terrains soit compromis jusqu’à la fin de l’année 2020.

Les prolongations de financements sont nécessaires, mais les promesses qui se limitent à deux ou trois mois de prolongation pour les doctorant·es en fin de contrat (et au cas par cas, car les établissements ne peuvent pas financer ces prolongations sur leurs fonds propres) montrent que le problème n’est pas vraiment pris au sérieux. Les doctorant·es, quelle que soit leur année de thèse, vont être retardé·es de nombreux mois dans l’avancée de leurs recherches, du fait de l’absence d’accès aux terrains, mais aussi aux ressources bibliographiques et à leur lieu de travail.

L’angoisse de ne pas mener à bien nos thèses dans les délais impartis, déjà si pesante habituellement, va être décuplée si les promesses de financement de notre Ministre ne sont pas accompagnées du budget nécessaire pour les honorer.

D’après Hilary Allison, The New Yorker

Sur Academia

 

  1. NDLR. Le raisonnement se tient aussi pour les thèses sociologiques, mais aussi historiques, exigeant la fréquentation de fonds d’archives et de collections patrimoniales. []

Les revers de l’excellence (académique)

  • par Camille Noûs, laboratoire Cogitamus, et par une docteure en sociologie
    33 ans
    qualifiée aux fonctions de maitresse de conférences en section 19

Actuellement recrutée pour un projet d’un an au sein d’un projet ANR, je souhaite témoigner de mon parcours de doctorante puis de jeune docteure.

Après un master de sociologie et un an passé en tant que chargée d’études dans une entreprise, j’ai obtenu un CDD de 6 mois à Paris au CNRS afin de mener à bien une revue de littérature pour une chercheuse CNRS. Elle avait évoqué un voyage à la clé dans une université aux États-Unis qui hébergeait une unité mixte du CNRS. Durant mon stage de 6 mois, j’ai pris des cours de sociologie dans cette université, puis postulé

au programme de doctorat, dans lequel j’ai fini par être acceptée (mon niveau d’anglais n’était pas tout à fait suffisant pour y entrer).

Apprentie chercheuse aux États-Unis

L’insertion dans un PhD program de 5 ans (dont 2 de master) m’a conduite à mener la vie d’une doctorante en sociologie sur un campus états-unien, à bénéficier des installations et des services (bibliothèque, salle de sport) et à suivre sur trois ans des cours et des séminaires, 18 au total, donc à rendre des papiers, à obtenir des notes, à passer des examens (comprehensive exams), à écrire une proposition de thèse de 70 pages.

J’ai pu y vivre des expériences individuelles riches que je ne cherche pas à minorer par ce témoignage. J’y ai appris l’importance du positionnement théorique en fonction de littératures et d’auteurs à citer (savoir à quelle audience on s’adresse) mais aussi à rédiger des papiers selon le formatage intro/ littérature/ méthode/ résultats. J’ai été formée aux multiples pratiques de l’ethnographie, et aux débats qui la traversent (qui opposent de manière plus ou moins cachée celle de Burawoy, multi-située, celle de Wacquant, incarnée ou celle de Duneier, dans l’héritage de l’école de Chicago). Avec le tsunami de l’affaire Alice Goffman1, je voyais apparaitre les règles de l’édition universitaire, des livres qui doivent parler d’inégalités, surtout raciales, et de sujets considérés comme médiatiques, sexy ou intéressants pour le grand public et qui influencent grandement le fonctionnement du travail scientifique.

https://www.flickr.com/photos/8404101/31397800390/in/photolist-PQvWb3-yAsDy4-7G6LN2-6FoEsU-T5n9n-2c7ftJ2-4SSopu-25zQzDo-244fmKV-dvaM8x-LL3Xxj-4v4UdH-VP3kP5-9JGUtp-o5oYSS-6W1cNB-9CAzpy-6EVU1H-2ioJz3q-5TsqQJ-8Y8xVv-NGTvka-2e4Wkpu-bAcrUP-aAAhj5-QErhLj-8w7e8e-6jLCiE-7qRquk-JNEaQj-cX3h21-ppU5o-m2UU-9hiMWv-4sF7xv-RGeJMx-GUwBC3-82dgJ9-7t2ocV-7fJwEj-6usDue-c6v7MQ-6bX6Rt-9qgen8-adFXch-LGrV-2htuPzS-p5MHR-nDgjv-4wPJHw

Touch, par Philippe, 2016

Ce que j’ai pu observer, c’est aussi le fonctionnement d’un département de sociologie en fonction de son classement dans la hiérarchie universitaire. Le programme de sociologie de cette université locale était généralement classé entre 15e et 20e. Ce classement, dont tout le monde dans le département prend bien conscience, positionne le programme au sein même de l’université et définit certaines lignes de crédit pouvant ouvrir des postes, ce qui conditionne de fait toute une série de pratiques : l’importance du recrutement des doctorant·es à profils prometteurs, l’importance des publications dans des revues indexées pour les doctorant·e·s qui expliquent notamment la multiplication de séminaires collaboratifs du type publish or perish, des publications qui de préférence ont gagné auparavant toute une série de prix (awards) pour espérer être repérées par des universités qui recrutent, et obtenir un poste tenure track (CDD de 5 ans pour un éventuel CDI à la clé) dans une université dite de rang A (recherche).

Si ces conditions de fonctionnement et ces rites de passage ont constitué en soi une des richesses du parcours doctoral (j’y ai été suivie, relue et encadrée, et cela m’a permis d’y apprendre le métier de chercheur·e, d’avoir un nombre conséquent de publications à mon actif et de produire de fait un document de thèse), elles sont aussi tributaires d’un fonctionnement très inégalitaire du monde de la recherche académique aux États-Unis.

L’injonction à la productivité

Il existe dès la deuxième année du doctorat une forte pression à produire  en effet : cela est en partie dû à la raréfaction des postes et à la titularisation des chercheur·e·s. Les doctorant·e·s apprennent dès le départ la hiérarchie des revues en sociologie (ASR, AJS, Social Forces), elles·ils apprennent à maitriser les plateformes des éditeurs, à se confronter à 3 sessions de R&R (revise and resubmit) qui peuvent durer jusqu’à plus de 2 ans pour être rejeté·e (reject) à la fin. Continuer la lecture

  1. Voir par exemple, https://www.nytimes.com/2016/01/17/magazine/the-trials-of-alice-goffman.html []

#8 – Chroniques de grève – Mona R – Lettre ouverte à mes enseignant·e·s de l’Université Rennes-2

« Lettre ouverte à mes enseignant·e·s de l’Université Rennes-2 »

à la campagne

war ar maez \vaʁaʁˈmɛːs\ à la campagne
Crédit Catherine Guillou

Mon nom est Mona. J’ai 22 ans. Je suis étudiante. Avant de venir faire mes études à Rennes, j’étais scolarisée en Centre-Bretagne, en milieu rural, War Ar Maez. Mon père est ouvrier. Il travaille comme cariste dans l’industrie agroalimentaire. Après plus de vingt ans dans le même groupe, il gagne, à quelques euros près, 1700 euros brut par mois, auxquels s’ajoute une prime de Noël. La « prime des dindes » comme il dit. Une farce. Quelques centaines d’euros dont ma mère se sert pour acheter nos cadeaux et nous organiser un repas de fête qu’elle tient chaque année à arroser de mauvais champagne : « Nous aussi on y a droit ! ». Ma mère, elle, est employée. Employée de maison pour être précise. Une manière bien aimable pour dire qu’elle fait partie de ce salariat subalternisé, essentiellement féminin, qui travaille à temps partiel au service de personnes âgées ou de riches familles, pour pas grand-chose. Une grande partie de son salaire passe d’ailleurs dans les frais d’essence de ses trajets professionnels. Chez nous, les fins de mois sont difficiles, cela va de soi. D’autant que mes deux frères aînés sont au chômage et restent à la charge de mes parents. Maël sort d’un BTS et n’a le droit à aucune indemnité. Gurvan, un CAP de boulanger en poche, ne travaille qu’en intérim… quand il travaille. Il a vu ses allocations chômage fondrent comme neige au soleil ces derniers temps. Moi, je suis boursière, je vis en cité U à Villejean. Mais j’ai aussi des petits boulots à côté : du baby sitting, des inventaires ; caissière ou vendeuse, c’est selon. Nous sommes une famille de Gilets jaunes. Mes frères ont longtemps squatté les ronds-points avant de se faire déloger et sont de toutes les manifs. Ce week-end, c’était l’acte 66. Ils sont montés à Rennes pour dire qu’« ils étaient là », pour gueuler leur colère de n’être rien et se prendre au passage quelques mauvais coups de matraque. Forcément, se faire taper dessus, ça agace et ils ne se sont pas laissés faire. Je suis fière d’eux, de leur détermination à rester debout et à se battre. Ne pas se laisser faire, ne pas se laisser aller à la résignation, ne pas se laisser détruire, reprendre ne serait-ce qu’un peu la main sur son existence. Comme de plus en plus d’individus, mes frères sont déterminés à ne plus se laisser prendre au jeu de la cadence et de l’ordre. C’était chouette cette manif. Des femmes et des hommes qui se battent pour leur dignité, pour ne pas s’abîmer davantage, pour ne pas crever.

En fin de manifestation, avant de repartir, ils m’ont payé une bière en terrasse. Il faisait froid, mais nous étions bien. Je les trouvais beaux tous les deux. Beaux comme la lutte. J’aurais aimé vous les présenter mais vous n’étiez pas là. Quelques heures avant, quand nous avons réussi à « prendre le centre-ville », je vous ai pourtant aperçu. Vous flâniez après un retour du marché des Lices, vous vous baladiez en famille, à vélo, vous sortiez d’une librairie avec quelques bouquins en poche, vous rentriez dans un cinéma. La vie peut être douce. J’ai envie d’y croire. Cette douceur est néanmoins réservée à quelques-un.e.s. Ni mes parents, ni mes frères, ni moi n’y avons franchement droit. Dans quelques mois, je décrocherai un bac+5. Ma mère ouvrira une de ces mauvaises bouteilles de champagne. Pourtant, j’irai certainement grossir les rangs des dominé.e.s aux études longues (j’ai lu ça dans un livre passionnant d’Olivier Schwartz).

L’inflation-dévaluation des titres scolaires me fera rejoindre Pôle emploi, ou bien je trouverai un job sous-payé pour sur-qualifié.e, à moins que ça ne soit juste un énième stage croupion. Alors peut-être devrais-je plutôt continuer à étudier ; faire une thèse. Ma directrice de mémoire me l’a proposé à demi-mots, mais seulement si j’ai un financement. On ne prête qu’aux riches répète souvent mon père.

La Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) contre laquelle vous devriez être logiquement tou.te.s vent debout ne m’y invite pas. Pourquoi me lancer dans un doctorat ? Pour gonfler les rangs du précariat de l’ESR ? Pour assurer vos TD, corriger des tombereaux de copies et faire la petite main sur vos projets de recherche, sous pression – surtout ne pas décevoir –, en étant payée moins que le SMIC horaire, plusieurs mois après avoir effectué avec zèle ces missions ? Et puis ça ne sera évidemment pas suffisant pour assurer ma survie matérielle. Alors il faudra que je continue un « travail à côté ». Condamnée à prendre le premier bullshit job ? Surveillante de musée me permettrait de pouvoir lire pendant le temps de travail, ou bien me lancer dans le travail du sexe, nettement plus rémunérateur. Mais quel temps me resterait-il pour mes propres recherches ? À la précarité s’ajouterait sans doute le surmenage, voire le mépris de soi. On y passe tou.te.s paraît-il. Et en admettant que je m’en sorte, ce serait quoi la suite ? L’Université à la sauce LPPR ne donne pas très envie : précarisation accrue, mise en concurrence généralisée, course à l’excellence, marchandisation des savoirs, recul des solidarités, bureaucratisation mortifère. Devenir une sorte d’intello camériste allant de tenure tracks en CDI-chantiers pour espérer peut-être, à près de 40 ans et après avoir porté nombre de vos valises, devenir titulaire d’une institution à la main du néolibéralisme ? C’est ça la promesse ? Et puis c’est sans compter la réforme des retraites : bouffer de l’amphi jusqu’à 67, 68, 69 ans… pour finir épuisée et être finalement pensionnée au lance-pierre ? Ça existe la pénibilité pour port de charge cognitive lourde ?

Si parmi les 37% d’enseignant.e.s-chercheur.e.s qui ont voté Macron dès le premier tour, il en est sans aucun doute qui se repaissent de la sélection, de l’augmentation des frais d’inscription et de ce que cela permettra de politiques discrétionnaires dont ils.elles s’imaginent tirer idiotement quelque bénéfice, je sais aussi, pour vous avoir fréquentés, que la plupart d’entre vous voyez dans le macronisme pas autre chose que ce qu’il est : une saloperie qui signe la fin de la citoyenneté sociale, de l’État redistributeur et de tous les services publics (ESR, santé, justice, énergie, etc.). Je me doute que vous n’êtes pas d’accord pour que la pension des femmes soit inférieure à celles des hommes, que vous êtes contre la prolifération des emplois précaires, contre la compétition généralisée, les logiques d’exclusion et les discriminations. Vous pensez que l’Université doit être ouverte à tou.te.s, fondée sur la coopération, qu’elle doit produire des connaissances critiques et transmettre des savoirs émancipateurs. Alors pourquoi êtes-vous si peu solidaires du mouvement social ? Pourquoi restez-vous si timoré.e.s à vous engager pleinement dans cette grève dont nous avons tant besoin ? Ma colère est grande de vous voir englué.e.s dans des réflexes corporatistes, dans le narcissisme de vos petites différences, dans vos postures d’intellos embourgeoisé.e.s défendant votre tout petit pouvoir symbolique (faire cours, nous dispenser vos lumières, nous évaluer). Comment pouvez-vous imaginer qu’un engagement de gréviste puisse ne pas être au moins aussi formateur que vos enseignements ? Dans la grève, on apprend à travailler collectivement, à argumenter, débattre, à élaborer du commun politique.

Autant de choses auxquelles vous avez, en temps normal – reconnaissez-le –, bien du mal à nous éduquer. J’en rage de vous voir accroché.e.s à vos si insignifiantes prérogatives, alors que nous nous trouvons à un tournant historique. Notre avenir, celui de vos enfants et petits-enfants, mais aussi le vôtre, celui de mes parents et de mes frères se joue maintenant. Il nous faut mener la lutte aux côtés des autres secteurs mobilisés pour qu’ensemble nous obligions le gouvernement à retirer l’ensemble de ses contre-réformes. Nous n’avons pas le choix. Contre la marchandisation de nos existences, contre les violences policières et la fascisation rampante de la société, contre les inégalités et les injustices sociales, contre une université à la main du néolibéralisme nous avons le devoir de faire gronder encore plus fort notre colère. Vous avez le devoir d’y prendre votre part. Le 5 mars prochain débutera une autre phase du mouvement universitaire, à l’appel de la Coordination des facs et des labos en lutte : une grève sectorielle illimitée qui pourrait bien prendre des allures de grève majoritaire et générale. Parce que vous m’avez tant apportée et que nous nous sommes tant aimés – comme titre le film –, je n’ose croire que vous resterez figé.e.s dans ces comportements crépusculaires à défendre une identité et des préséances professionnelles qui ne correspondent à aucune des nécessités portées par les luttes actuelles. Le monde universitaire est en crise. Non parce qu’il va mal (bien que ce soit le cas), mais parce qu’il bouge, que ses structures sont fragilisées par les coups de boutoir d’un macronisme pour qui le travail n’est devenu qu’une variable d’ajustement. Nous n’avons d’autres choix que de faire le pari que nous pourrons profiter de cette crise pour imposer pratiquement une autre vision de l’avenir. Si nous devions en rester là et donner, par inertie, avantage au probable sur le possible, nous le payerions au prix fort. Je sais que vous savez. Et si je vous écris cette lettre, c’est que je nourris l’espoir de vous voir pleinement engagé.e.s à nos côtés et, ensemble, de participer à ce mouvement général de construction d’un monde meilleur. J’aimerais, enfin, donner une bonne raison à ma mère d’ouvrir une bouteille de champagne digne de ce nom.

Rennes, le 17 février 2020.
Mona R.

Publié avec l’autorisation de l’autrice et de Révolution Permanente que nous remercions.

Source : Texte paru le samedi 22 février

Rouen, février 2020

#7 – Chroniques de grève – Hommage aux correcteurs et correctrices anonymes

Régles typo et art de la ponctuation

Les indispensables de la correction
Collection personnelle

A Jean-Luc, un amoureux des mots

Je te surnommais amicalement le correcteur fou
Nous pouvions passer des heures à parler de la ponctuation
Tu m’avais offert ton exemplaire de La ponctuation, Art et finesse de Jean-Pierre Colignon
Parce que de la correction tu n’en faisais plus guère
Un correcteur mort à la guerre
Des restructurations, externalisations, compétitions mortifères

De ces difficultés tu ne parlais guère
Je n’ai jamais su pourquoi
Tu me disais : syndicat des correcteurs, tarifs conventionnés, respect du métier
Et je t’ai écouté

Et quand dans mon métier d’éditrice
J’ai arrêté de corriger tous les manuscrits
Qu’il m’a fallu recruter des correctrices et correcteurs extérieurs
J’ai appliqué des tarifs, du respect, des délais,
De l’éthique en accord avec nos principes
Et je sais pourquoi

Tarif à l’heure non rabaissant
Pas de dumping sur le nombre de signes traités à l’heure
Délai de rendu calculé en jours ouvrables sur une base de 35 heures
Un tiers à la commande, un tiers à mi-parcours, le solde au rendu possible
Paiement rapide, oui c’est possible
Ça nécessite juste de mettre les mains
Dans le cambouis administratif

Et cela a fait de belles rencontres et amitiés
Jeunes doctorants et doctorantes apprenant le métier
Dans l’attente du poste tant espéré de MC
Jeune correcteur et moins jeune correctrice
Débutant le métier

Continuer la lecture