Reprise en présentiel partielle. Mustélucie va dire adieu à la validation de sa licence

#ResistESR

LUTTE, le labo des initiatives citoyennes: Sit-in étudiant à Toulouse

[Photo-sonore] «Combien de suicides faudra-t-il?»

Jeudi 21 janvier, des centaines d’étudiant·es ont manifesté place du Capitole à Toulouse. Face à l’extrême précarité économique et psychique de leurs situations, ils demandent la réouverture des universités. Les appels à la mobilisation se multiplient pour s’auto-organiser, se soutenir et s’opposer aux « mesures liberticides ».

Pour en savoir plus, lire le texte de LUTTE sur le Blog de Médiapart.

Plusieurs d’entre eux/elles se sont livré.e.s au micro et à l’objectif de LUTTE.

Retrouvez les témoignages sonores de Juliette, Leia, Eva, Eva, Rachel, Mathéo, X (anonyme), Lucile et Damien sur souncloud.

Des centaines d’étudiants et de professeurs place du Capitole à Toulouse © Justin Carrette

 

Le mur des lamentations

  • par Liam Kelsen. étudiant L3 LAC, Université de Paris

Contexte

Continuer la lecture

Détresse étudiante : mobilisons-nous le 26 janvier 2021

#etudiantsfantomes, Paris, 20 janvier 2021 : “Vidal démission” à fond

“Crise sanitaire : la souffrance des étudiants”. Allons plus loin, Public Sénat, 18 janvier 2021

  • Débat avec Christelle Rabier, maîtresse de conférences à l’EHESS, Ulysse Guttmann-Faure, président de l’association étudiante Co’p1, Dominique Monchablon, psychiatre, Rémi Cardon,sénateur (PS) de la Somme — À partir de la 30e minute

Lettre à la ministre de l’enseignement supérieur “à propos du brassage”

Lettre publiée sur le blog Lundimatin, le 18 janvier 2021.

“On pouvait s’y attendre mais c’est enfin annoncé, les universités ne réouvriront pas pour le début du second semestre. Des centaines de milliers d’étudiants vont devoir continuer à s’instruire cloitrés dans leurs 9m2, les yeux vissés à quelques petites fenêtres Zoom. Alors que des centaines de témoignages d’élèves désespérés inondent les réseaux sociaux, Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, a justifié ces mesures d’isolement par le « brassage » qu’impliquerait la vie étudiante avec ses pauses cafés et les « bonbons partagés avec les copains ». Un étudiant lyonnais nous a confié cette lettre de réponse à la ministre dans laquelle il insiste sur le stress, le vide et l’errance qui règnent dans les campus et auxquels le gouvernement semble ne rien vouloir comprendre.” (Lundimatin, 18.01.2021)

Extraits:

Je suis en Master 2 de philosophie, à Lyon 3. Deux étudiant·e·s de ma ville ont tenté de mettre fin à leurs jours, dans la même semaine, et tout ce que vous [Madame Vidal] avez trouvé à dire, c’est :

 

« Le problème, c’est le brassage. Ce n’est pas le cours dans l’amphithéâtre mais l’étudiant qui prend un café à la pause, un bonbon qui traîne sur la table ou un sandwich avec les copains à la cafétéria ».

(parole de Madame Vidal)

sweet candy lollipops flavors colors background vector illustration

Nous interdire d’étudier à la fac en demi-groupe mais nous obliger à venir tous passer un examen en présentiel en plein confinement ? Absurde. Autoriser l’ouverture des lycées, des centres commerciaux, mais priver les étudiants de leurs espaces de vie sous prétexte que le jeune n’est pas capable de respecter les mesures barrières ? Absurde. Faire l’autruche, se réveiller seulement au moment où l’on menace de se tuer, et nous fournir (encore) des numéros de téléphone en guise d’aide ? Absurde. Vous ne pouvez pas continuer de vous foutre de notre gueule comme ça. C’est tout bonnement scandaleux, et vous devriez avoir honte.

Pour lire la lettre entière, cliquez ici.

Suicides des étudiant·es. Aux vrais problèmes, les vraies solutions

AVANT

AVANT – Tweet de @VontBien, 16 janvier 2021

APRÈS

APRÈS – Tweet de @VontBien, 16 janvier 2021. Source: MESRI  (nombre d’étudiant·es) et Ministre (80 psychologues annoncés), arrondi favorable à la Ministre

Tweet d’@irisameha, 16 janvier 2021

Le fini-parti niçois

Les étudiant·es fantômes

  • par des étudiant·es de Licence 1 de science politique, Université de Montpellier

Crédit photo:  Debs (ò‿ó)♪, 2010

Les étudiant·es entrent en grève. Les policiers besognent. Libération, 7 janvier 2021

En passant

A la Sorbonne, des violences policières émaillent les mobilisations étudiantes

Ce jeudi matin, un étudiant a été interpellé et plusieurs blessés lors de l’intervention des forces de l’ordre, à l’occasion du blocus de l’université parisienne. La veille, des violences policières avaient déjà été dénoncées lors d’un autre blocus.

  • par Cassandre Leray, Libération, 7 janvier 2020 [sous embargo]. Extraits

Depuis le début des partiels, Suzanne, 20 ans, n’a pas passé le moindre examen. Boycott complet, pour un ras-le-bol total. Ce jeudi ne fait pas exception. Etudiante en troisième année d’anglais, elle est censée composer à 8h30. Mais au lieu de ça, dès 7h du matin, elle se pointe avec sa meilleure amie Ilona1 et plusieurs dizaines d’autres étudiantes et étudiants devant la Sorbonne (Ve arrondissement). Le groupe installe collectivement chaînes, grilles et poubelles pour bloquer l’entrée. «Puis on a fait une chaîne humaine. On était pacifiques, on ne disait rien, on ne bougeait pas. C’est là que les policiers sont arrivés et qu’il y a eu des violences…» raconte Ilona, la voix enrouée. «Je suis encore sous le choc», embraye sa meilleure amie.

Depuis plusieurs jours, les mobilisations s’enchaînent sur différents sites de la Sorbonne, prestigieuse université parisienne. À leur échelle, les étudiants tentent de se faire entendre face à une administration qui «n’écoute pas», déplore Suzanne : «Tout ce qu’on veut, c’est l’égalité pour les partiels. On ne dénonce pas seulement les examens inadaptés, mais aussi les conditions dramatiques dans lesquelles on vit depuis des mois et le silence de l’université», ajoute-t-elle.

Continuer la lecture

  1. Les prénomns ont été modifiés. []

Comprendre les décrochages massifs des étudiant·es

@AltoMediefuck, 9 janvier 2020. « J’ai fait une image pour mieux me faire comprendre sur la situation actuelle des étudiant·e·s et les décrochages massifs enregistrés »