L’Université de Montpellier transformée en EPE (établissement public expérimental) : le point de vue des élus étudiants.

L’Université de Montpellier va connaître une importante évolution statutaire en 2022. En tant que deuxième organisation étudiante, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a rencontré le président de l’UM afin de défendre les intérêts étudiants en matière de montant des frais d’inscriptions, d’exonérations des frais d’inscription, de pédagogie, des conditions d’examens et au niveau de la gouvernance (arrivée de la Banque Populaire dans la direction de l’université).

Retrouvez-ici leur compte-rendu et leur analyse : Continuer la lecture

Derrière les écrans. Les conditions d’études des étudiants de sociologie de Nancy lors 2e confinement

Ali Boulayoune, Elsa Martin et Simon Paye, du Département de sociologie – UFR SHS Nancy – Université de Lorraine, ont eu l’obligeance de partager le rapport établi par leurs soins en mars 2021, à propos du 2e confinement à l’Université de Lorraine. Nous en reproduisons ici les conclusions. L’intégralité du rapport peut être téléchargé ici. .

« Rappelons les principaux résultats de cette étude :

  • 182 étudiants sur 332 n’ont pas répondu au questionnaire. Les problèmes identifiés dans ce rapport, calculés sur les seuls répondants, sont sans doute sous-estimés
  • Le taux de réponse le plus bas se trouve chez les étudiants de première année : moins d’un quart d’entre eux ont répondu
  • Le caractère volontaire de l’étude ne s’est pas traduit par une sous-représentation des étudiants aux résultats les plus faibles
  • La structure résidentielle des étudiants confinés ne semble pas avoir changé entre le premier et le second confinement : la plupart des répondants résidaient, au moment de l’enquête, dans un ménage collectif (le plus souvent avec leur famille)
  • Les étudiants d’une même promotion devraient, en toute logique, déclarer suivre le même nombre de cours synchrones. Or, ce n’est pas le cas : leurs réponses font état de disparités très importantes, ce qui interroge le rapport même aux études
  • Nos données ne reflètent pas l’idée d’une amélioration massive du sentiment d’être bien équipé pour suivre les cours à distance entre le premier et le deuxième confinement
  • De manière générale, le passage au distanciel est vécu comme une dégradation d’ensemble des conditions d’étudesAlors que l’assiduité et la compréhension en cours en présentiel posent déjà nombre de questions en temps normal, nos données font état d’une augmentation systématique de l’absentéisme, des retards et de l’inattention suite au passage au distanciel
  • La grande majorité des répondants préfèrent globalement les cours en présentiel. Les « amateurs de distanciel » ne représentent que 18% des répondants. C’est davantage leur goût pour le distanciel qui distingue ces derniers des autres étudiants qu’une moindre appréciation du présentiel
  • À propos des cours à distance, la grande majorité des répondants disent préférer le direct au différé, que ce soit pour les cours magistraux (81%) ou pour les travaux dirigés (82%)
  • Le reconfinement et les cours à distance ont induit chez nombre d’étudiants un sentiment d’isolement et de solitude, ainsi qu’une intensification du travail universitaire
  • Certaines propriétés sociales (l’origine sociale, le type de baccalauréat obtenu) jouent comme des discriminants forts sur les conditions d’études dans une situation où les liens avec l’institution universitaire sont affaiblis

« En plein pandémie, nous refusons le sacrifice de la 1e génération des étudiant∙es en santé post-réforme ». Communiqué du collectif national PASS/LAS

Signez la péition : Réforme des études de santé : Nous voulons les Moyens promis!Pas de génération sacrifiée !

Dessin : Manon Wicky

#ResistESR

Enquête sur la situation étudiante : « l’enseigement supérieur face au corona », par LesÉtudiantsVontBien

Étudiantes et étudiants de santé, c’est de la chair à pâté !

@lamanonette, février 2021

Étudiantes et étudiants en PACES n’obtiennent aucune réponse à faire l’objet d’un traitement équitable depuis mars 2020. Après avoir bâclé sa réforme, la Ministre Frédérique Vidal ne répond pas aux inquiétudes de la promo 2020. ,

#VidalDemission

Sur Academia

Tirer les conséquences (1). Communiqué du Lest (AMU-CNRS), 18 février 2021

Bienvenue dans « l’enfer » du Crous de Nanterre. Reportage par Loopsider, 11 février 2021

Agressions, insalubrité, promiscuité, saleté… Voici comment on vit dans une résidence universitaire, en France, en 2021.

À l’EHESS, étudiant∙es en détresse surveillée

UPDATE. 12 février 2021

Depuis plusieurs semaines, les étudiant∙es de l’École des hautes études en sciences sociales se mobilisent : Masterant∙es et doctorant∙es sont très inquiets et inquiètes de leur situation et demandent à la présidence un soutien financier, des espaces de travail et de convivialité pour lutter contre l’isolement mais aussi des cours en hybride, de façon à ce que celles et ceux qui ont besoin de retrouver des relations de travail en présence, et celles et ceux qui ont quitté Paris ou Marseille, ou n’ont pas encore pu se rendre sur le sol de la métropole puissent suivre l’ensemble des séminaires, et pas uniquement ceux de tronc commun, que la direction des études a accordé en application de la circulaire présidentielle de janvier.

La situation de ces étudiant·es est grave. Alors que l’EHESS n’avait pas fait d’enquête lors du premier confinement contrairement à d’autres universités, une initiative — « Étudier à l’EHESS en temps de COVID » — d’un enseignant assisté d’une enseignante donne désormais la pleine mesure de la détresse que ces étudiant·es connaissent depuis la rentrée universitaire : 60% d’entre elleux disent éprouver un sentiment de mal‐être, de tristesse, de dépression, d’anxiété souvent ou en permanence ; plus de trois-quart d’entre elleux ont d’immenses difficultés à se concentrer, pour de multiples raisons matérielles et psychologiques, engageant à court terme leur devenir professionnel.

Academia a rassemblé ici une série de communiqués émanant des étudiant·es et des agents de l’établissement, ainsi que des médias documentant l’évacuation policière du samedi 6 février 2021. Les étudiant·es appellent à une distribution alimentaire et à un rassemblement contre les violences sociales, institutionnelles et policières.

Rassemblement contre la précarité étudiante

Vendredi 12 février, 12h, 54 bd Raspail. Paris 6e

Événement Facebook

RENCONTRE POUR LA SOLIDARITE ETUDIANTE – RASSEMBLONS-NOUS CONTRE LA VIOLENCE SOCIALE, POLICIERE ET D’ETAT.
ROUVRONS LES FACS! CHASSONS LA BAC!
Contre la précarité grandissante des étudiant.es, contre la violence institutionnelle et policière déployée contre les mobilisations étudiantes et pour le redéploiement des solidarités universitaires, étudiant.es, nseignant.es-chercheur.ses et personnel de toutes les facs, retrouvons-nous nombreux.ses vendredi midi devant les bâtiments de l’EHESS au 54 boulevard Raspail !
Vendredi soir, des étudiant.es de l’EHESS ont occupé leurs lieux d’étude dans le but de se réapproprier des espaces de solidarité, d’entraide et de travail. 14 camions de police pour expulser les étudiant.es, voilà la réponse du gouvernement et de la présidence de l’EHESS samedi matin face à la détresse et la précarité étudiante ! La répression policière est leur moyen pour combler l’insuffisance et le mépris des quelques mesures concédées.
Mais cela ne nous fera pas taire, nous appelons à la mobilisation collective et réaffirmons nos revendications :
    • Reprise effective de tous les cours au format hybride
    • Accès autonome et sans réservation à des salles de travail
    • Aide financière pour tou.tes les étudiant.es ( boursier ou non)
    • Augmentation des bourses, RSA dés 18 ans
    • Accès effectif à un soutien psychologique spécialisé
    • Accès au budget prévu pour les initiatives étudiant-es (épicerie, création artistique, activités sportives etc)
Grâce à la recup, nos mains et le soutien de collectifs retrouvons nous pour une DISTRIBUTION de panier de nourriture (légumes, fruits) + Sandwichs (vegan et non vegan) + produits hygiéniques (savon corps, shampoing, protections hygiéniques, dentifrice, brosse à dents)
L’AG des étudiant.e.s de l’EHESS qui ont hâte de vous rencontrer !

Vous aimez l’EHESS et son esprit critique : venez le dire avec des banderoles1 !

Continuer la lecture

  1. La rédaction cherche une photo de la banderole violette et verte bien connue. Écrire à la rédaction []

Reprise en présentiel partielle. Mustélucie va dire adieu à la validation de sa licence

#ResistESR

LUTTE, le labo des initiatives citoyennes: Sit-in étudiant à Toulouse

[Photo-sonore] «Combien de suicides faudra-t-il?»

Jeudi 21 janvier, des centaines d’étudiant·es ont manifesté place du Capitole à Toulouse. Face à l’extrême précarité économique et psychique de leurs situations, ils demandent la réouverture des universités. Les appels à la mobilisation se multiplient pour s’auto-organiser, se soutenir et s’opposer aux « mesures liberticides ».

Pour en savoir plus, lire le texte de LUTTE sur le Blog de Médiapart.

Plusieurs d’entre eux/elles se sont livré.e.s au micro et à l’objectif de LUTTE.

Retrouvez les témoignages sonores de Juliette, Leia, Eva, Eva, Rachel, Mathéo, X (anonyme), Lucile et Damien sur souncloud.

Des centaines d’étudiants et de professeurs place du Capitole à Toulouse © Justin Carrette

 

Le mur des lamentations

  • par Liam Kelsen. étudiant L3 LAC, Université de Paris

Contexte

Continuer la lecture

Détresse étudiante : mobilisons-nous le 26 janvier 2021

« Pandémie : des étudiants sacrifiés », Les Pieds sur terre, France Culture, 19 janvier 2021