Université Paul Valéry Montpellier 3 : les apprentis sorciers tentés par l’Evaluation Continue Intégrale

La période de crise sanitaire semble propice à l’innovation pédagogique dans le milieu universitaire Français. A l’Université Paul Valéry Montpellier 3, la présidence, dirigée par Patrick Gilli, a tenté lors de la séance du CEVU/CFVU de mardi 9 juin 2020 de proposer rien de moins que la suppression de la seconde évaluation et des examens terminaux, en faveur d’un contrôle continu intégral. Face à l’opposition du syndicat étudiant local (le SCUM) qui y voit un accroissement des logiques sélectives et élitistes, et aux craintes d’enseignants redoutant d’avoir un surplus de copies à corriger (chacun ses priorités !), le projet a été retiré. Mais ce retrait, n’est-ce pas finalement reculer pour mieux sauter ?

Retrouvez ici l’analyse du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) : Continuer la lecture

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

La question des examens universitaires en période de Pandémie de Covid-19 continue à révéler chaque jour un peu plus l’incurie de certaines présidences d’universités. Aujourd’hui, c’est l’Université de Montpellier qui est mise à l’honneur suite à une séance épique de la Commission Formation et Vie Universitaire de ce jeudi 14 mai. Le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) revient dans un communiqué sur ce moment d’anthologie.

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

Lors de la séance du jeudi 14 mai de la CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire), l’élue étudiante du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a soumis au vote une proposition de cadrage des notes afin que le contexte particulier lié au confinement soit pris en compte de façon exceptionnelle. Il s’agissait d’autoriser et d’encourager les composantes et les enseignante.s à ne prendre en​ compte dans le calcul de la moyenne du second semestre que les évaluations en contrôle​ continu s’étant déroulées avant le 13 mars, ainsi que les notes strictement supérieures à​ 10/20 à l’issue des examens en distanciel.​
En complément, nous proposions dans notre cadrage que la « règle du max » serait appliquée pour ce semestre entre​ les examens et les rattrapages, afin de conserver la meilleure des deux notes obtenues​. Cette modalité est en vigueur depuis de nombreuses d’années dans beaucoup d’universités, comme à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, et encourage les étudiant.e.s à aller aux secondes évaluations afin d’améliorer leurs notes.
Balayant d’un revers de la main les difficultés rencontrées par des milliers d’étudiante.s, la présidence de l’université et ses affidés ont voté contre toute forme de cadrage des notes (19 contre, 3 pour, 1 abstention, 1 ne prend pas part au vote). Les 3 votes favorables à la prise en compte des difficultés liées à la situation sanitaire et sociale étaient ceux de notre élue du SCUM, et de deux enseignant.e.s, que nous remercions pour leur soutien et leur engagement en faveur des étudiant-e-s. Nous regrettons que les autres représentant.e.s étudiant.e.s se soient rangés du côté d’une présidence qui méprise ouvertement les conditions d’études et les chances de réussite de milliers d’étudiants.
Plusieurs membres des directions de composantes se sont opposés aux mesures de bon sens que nous proposions, prétendant que les étudiant.e.s ne rencontrent « aucun problème » numérique. Apparemment, nous « dramatisons » les conditions d’études pendant le confinement…
Nous rappelons que face à l’ampleur de la précarité alimentaire étudiante pendant le confinement, des associations humanitaires et le CROUS ont du organiser des distributions de nourriture. Nous rappelons aussi que face à la détresse et l’anxiété généralisée, des lignes téléphoniques d’écoutes ont du être ouvertes par de nombreuses institutions et associations.
Comment osent-ils nier la gravité d’une pandémie mondiale qui nous a imposé d’être enfermés pendant 55 jours, parfois dans des logements exigus et insalubres ?
On pourrait se demander dans quelle tour d’ivoire vivent ces gens !
Force est de constater ici qu’il ne s’agit ni d’ignorance, ni d’incompétence, mais juste d’une mauvaise foi assumée mise au service d’un élitisme débridé et déconnecté de la réalité.
Depuis plusieurs semaines, des centaines d’étudiant.es de plusieurs composantes de l’Université de Montpellier ont lancé l’alerte à travers des pétitions, démontrant ainsi l’ampleur des difficultés rencontrés. Les étudiant.e.s de la Faculté de Droit et Sciences Politique, de la Faculté des Sciences, en Master et Doctorat, ou encore de la Faculté de Pharmacie, ont alerté de façon massive et répétée les directions de leurs composantes sur les conditions inégalitaires et dégradées dans lesquelles se déroulent les examens en ligne.
Ces pétitions et alertes montrent bien que l’absence de cadre d’organisation et l’autonomie laissée aux composantes de l’université revient à créer d’importantes inégalités entre étudiant.e.s face à leurs partiels, dans un contexte sanitaire et social inédit.
Encore une fois à l’Université de Montpellier, les étudiant.e.s sont juste une variable d’ajustement.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

L’étudiant qui s’était immolé à Lyon est « totalement réveillé » annonce sa famille, selon Actu

Anas, l’étudiant de 22 ans qui s’est volontairement immolé devant le Crous de Lyon le 8 novembre 2019 est « totalement réveillé » annonce sa famille ce jeudi 30 avril 2020.

Les proches de l’étudiant qui s’est immolé à Lyon (Rhône) s’étaient rassemblés devant le Crous de Lyon quatre jours après son acte pour afficher leur solidarité et revendiquer la dimensions politique de son geste. (©FH / Actu Lyon )

(…)

C’est sur la page Facebook « Soutenons Anas et sa famille », que la sœur du jeune homme a pris la parole pour révéler la nouvelle. « C’est avec une grande joie que je vous annonce qu’Anas est réveillé, depuis quelques semaines maintenant. Il était de moins en moins sédaté et était réveillé d’abord 1h par jour puis 2h etc. Jusqu’à être totalement réveillé », raconte-t-elle.

Nous sommes extrêmement heureux et heureuses de cette bonne nouvelle et souhaitons lui dire que nous sommes toujours et encore plus mobilisé·es pour que la précarité et la pauvreté étudiante soient anéanties.

Lire la suite sur Actu.fr

19 novembre 2019.  Étudiants, personnels administratifs et militants ont participé au rassemblement. DDM – A.P.

Enquête sur les conditions d’étude en période de confinement auprès d’étudiant∙es de sociologie de l’Université de Lorraine (Nancy)

  • Synthèse réalisée par Simon Paye et Elsa Martin

Ce compte-rendu d’enquête vient s’ajouter à ceux déjà publiés par des collègues des universités de Grenoble, de Nanterre, de Dauphine, de Paris 8, ainsi que de Rennes 2.

À Nancy, le conseil de formation de l’Université de Lorraine a indiqué que « des possibilités d’examen à distance sont bien réelles et opérationnelles. Il appartient à chacun d’adapter l’évaluation au regard des possibilités offertes. » Nous souhaitions avant tout vérifier s’il était possible pour tous les étudiants de poursuivre leurs études à distance et sans interaction en présentiel avec leurs enseignants et leurs camarades de promotion. Sont abordés ici les aspects matériels de la question du travail à distance, ce qui constitue à nos yeux une des bases essentielles pour l’appréhender sereinement.

Méthodologie d’enquête et profil des répondants

Un court questionnaire (19 questions, cf. Rapport complet) a été envoyé à l’ensemble des étudiants de sociologie de Nancy sur leur messagerie électronique de l’université. Nous avons également mis sur l’ENT le lien vers le questionnaire et avons demandé aux tuteurs de relayer l’information sur les réseaux sociaux (Facebook, Messenger).

La première sollicitation auprès des étudiants a été faite le vendredi 3 avril et a été suivie de deux relances (les 6 et 7 avril). L’analyse des données porte sur les questionnaires exploitables à la date du 8 avril. Les étudiants ont donc eu 5 jours complets pour répondre.

On compte 299 étudiants officiellement inscrits au semestre B de l’année 2019-2020 en sociologie à Nancy. Au total, l’enquête en ligne a conduit à la collecte de 210 questionnaires exploitables (sans doublons). Le taux de réponse s’élève à 70,2% (cf. Tableau 1). Ce taux plutôt élevé n’est pas pour autant satisfaisant, puisque nous restons sans nouvelle de 89 étudiants. On ne peut connaître les raisons de leur absence parmi les répondants, mais on peut faire l’hypothèse que la part des étudiants mal équipés pour étudier à distance est plus élevée parmi les non-répondants à l’enquête. Ainsi, les problèmes rencontrés pour étudier à distance seront sans doute sous-estimés dans nos analyses.

Tableau 1 : Nombre d’inscrits et de répondants par année

Effectifs des inscrits Effectifs des répondants Taux de réponse
L1 142 67 47,2%
L2 68 52 76,5%
L3 52 43 82,7%
M1 23 17 73,9%
M2 24 12 85,7%
Ensemble 299 21 70,2%

Le taux de réponse le plus bas se trouve chez les étudiants de première année, qui ne sont que 47,2% à avoir répondu à l’enquête. De manière générale, le taux de réponse croît avec le niveau d’études, pour atteindre chez les étudiants en master 2 un niveau très élevé, autour de 85%.

Il est utile de rappeler que parmi les étudiants en sociologie, plus de 60% sont des femmes et que seule la promotion de master 2 compte plus d’hommes que de femmes (respectivement 6 et 8). Les profils d’âge sont relativement homogènes en L1 et en L2, puis plus dispersés dans les années d’études ultérieures.

Dans le questionnaire, nous avons fait le choix de limiter le nombre de questions pour obtenir un taux de réponse le plus élevé possible. Nous n’avons donc pas inclus de questions visant à objectiver les positions et les trajectoires sociales des étudiants. Une question en revanche permet de connaître leurs conditions de logement et de vie au moment de l’enquête :

  • les trois quarts des enquêtés déclarent vivre dans un ménage de plusieurs personnes au moment de l’enquête ;
  • ils sont un peu plus de 7% à vivre seuls ;
  • ils sont 4% à vivre en résidence universitaire.

Il est difficile de savoir lesquelles de ces situations sont les plus propices pour faire face à l’épreuve du confinement.

https://actu.fr/societe/blocage-facs-metz-de-nancy-cours-annules-reportes-examens-maintenus_16393177.html

Etudiant-es à Nancy (2018),

Principaux enseignements

Consulter des contenus ou déposer des devoirs est permis par l’existence de plusieurs supports de communication internes à l’Université de Lorraine, mis à disposition sur un Environnement Numérique de Travail, supposés favoriser le maintien des liens entre étudiants et enseignants.

Continuer la lecture

Paris-1. Décisions de la CFVU contestées par la Présidence : communiqué étudiant

Signer la pétition : Partiels de S2: stop au carnage

Pour aller plus loin : Ne pas neutraliser les semestres pairs dans les universités: une consigne de la DGESIP, par Benoît Kloekner, 17 avril 2020

L’Université Paul Valéry Montpellier 3 vote ses modalités d’examens : les « bonnes intentions » au détriment des étudiants

En pleine pandémie mondiale, les directions des universités Françaises sont actuellement en train de mettre en place les modalités d’évaluation des étudiants. Bien souvent, la situation sanitaire et sociale engendrée par le Coronavirus ne semble pas prise en compte. A Montpellier, l’Université Paul Valéry ne semble pas déroger à règle, comme en témoigne ce communiqué du syndicat étudiant local, le SCUM (Syndicat de Combat universitaire de Montpellier).


L’Université Paul Valéry vote ses modalités d’examens : les « bonnes intentions » au détriment des étudiants

Mercredi 15 avril se tenait le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’université Paul Valéry Montpellier 3, chargé de définir les modalités d’examens du second semestre, dans un contexte de fermeture de l’établissement et confinement généralisé.

Pendant plus de 6h d’affilée, les élus étudiants du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), soutenus par la voix de la CGT des universités, ainsi que l’ensemble des élus étudiants ont défendu, par de multiples propositions, qu’un cadre unique soit appliqué à toutes les évaluations.

Le Règlement des Etudes que nous avions dévoilé et analysé le 10 avril a été adopté. La validation et neutralisation du semestre furent refusés en bloc par les enseignants et la présidence. Même la proposition du vice-président étudiant, de maintenir les examens en ligne avec, en cas de note inférieure à 10, un report de la note du premier semestre fut rejetée.
A chaque fois, les 19 enseignants et personnels se sont coalisés pour refuser l’ensemble des propositions émises par les 16 voix étudiantes et du personnel CGT.
Trois voix de différence, c’est peu, mais cela change tout pour les près de 22000 étudiants de l’université.

L’échec du recensement des difficultés numériques : l’université sans nouvelles de 64,3 % des étudiants.

Pourtant, rien ne permet actuellement de garantir que l’ensemble des étudiants de l’université Paul Valéry Montpellier 3 pourra effectivement passer ses examens. L’université a envoyé des SMS et e-mails aux 21664 étudiants de l’université afin de recenser celles et ceux étant en situation de « rupture numérique ». Si cette initiative a été abondamment médiatisée par la présidence de l’université, les résultats réels de ce sondage n’ont été communiqués qu’après le dépôt d’une motion spécifique par les élus étudiants du SCUM. Ce peu d’empressement à communiquer les résultats s’explique par l’échec cuisant de cette campagne de recensement des difficultés numériques : sur les 21664 étudiants contactés, seuls 7725 ont répondu, soit uniquement 35,7%. Ainsi, l’université n’a aucune nouvelle de 64,3% de ses étudiants, et personne ne sait combien parmi ceux-ci ne pourront pas être en mesure de passer leurs examens.

Plébiscités par les étudiants, les Devoirs Maison « encouragés » mais pas généralisés.

Dans un sondage publié par un étudiant du SCUM sur le groupe Facebook des étudiants de l’université deux jours avant la séance du CEVU, plus de 800 étudiants ont répondu. Moins de 1% des étudiants se sont prononcés pour le report des examens, et seulement 11% en faveur des devoirs en ligne, pourtant privilégiés par la présidence de l’université. A contrario, 36% des étudiants ont demandé la neutralisation ou la validation automatique du semestre. Et ce fut plus de 52% des étudiants ayant répondu au sondage qui ont demandé des examens sous forme de Devoirs Maison à rendre sous 21 jours.
Cette dernière proposition, formulée par le SCUM et la Corpo Lettres Epsylone permettait de garantir les conditions d’examens les plus équitables et les plus accessibles pour l’ensemble des étudiantes et étudiants de l’université. L’amendement au Règlement des Etudes que nous avons soumis au vote afin de généraliser cette solution fut rejeté par 19 voix contre 16.
Cependant, malgré la non-généralisation des Devoirs Maison, l’université a accepté lors des réunions et échanges précédant le CEVU d’« encourager » les enseignants à recourir à cette modalité d’évaluation. Ainsi, entre 60% et 70% des examens se feront effectivement sous forme de Devoirs Maison.

Une rupture d’égalité préjudiciable pour l’ensemble des étudiants.

Toutefois, nous ne pouvons-nous satisfaire de ce résultat. En effet, les modalités d’examens consacrent le principe de l’inégalité entre les étudiants. Tout dépendra des modalités choisies par chaque enseignant. Certaines évaluations se feront en ligne, de façon chronométrées sur la plateforme pédagogique Moodle, connue pour ses bugs, d’autres par le rendu de Devoirs Maison, et certaines se feront même par des oraux en visiophonie ! Ces examens ne prennent pas en compte les difficultés de confinement rencontrées par beaucoup d’étudiants (bruit, connexion fluctuante, crises d’angoisse)

Continuer la lecture

Enquête sur les conditions actuelles d’étude à distance auprès d’étudiants d’Aix-Marseille Université

  • Synthèse réalisée par Corine Eyraud Département de Sociologie,14 avril 2020

Passation des questionnaires réalisée par Caroline Renard (Arts du spectacle et Cinéma), Pascal Romeas et Sylvie Wharton (Sciences du langage), Corine Eyraud, Alice Pavie et Patrick Perez (Sociologie), Estrella Massip i Graupera (Espagnol), Hervé Rostaing (Administration publique), Julien Lefèvre (Math/Informatique/physique) et Clothilde Melot (Sciences de l’ingénieur).

À la lecture du billet de Pierre Merklé (http://pierremerckle.fr/2020/03/la-continuite-pedagogique-vraiment/) diffusé le 26 mars sur son blog, nous avons décidé de réaliser la même petite enquête auprès d’étudiants d’Aix-Marseille Université de différentes disciplines. Pierre Merklé nous a fourni son questionnaire et nous l’en remercions. Nous reprenons ici son analyse et le cheminement de son billet en y intégrant nos propres résultats ainsi qu’un nombre important de réponses aux questions ouvertes, à même de donner une idée de la pluralité des situations concrètes et des difficultés rencontrées par nos étudiants en matière de travail à distance.

Un sondage sur les capacités à suivre des cours et à travailler à distance ? Encore faut-il y répondre…

Le questionnaire de cette mini-enquête a été mis en ligne sur « Ametice » — dénomination pour Aix-Marseille Université de la plate-forme Moodle d’apprentissage en ligne — le lundi 30 mars après-midi, et il est resté ouvert jusqu’au lundi 6 avril minuit. Les étudiant.es ont été invité.es à y répondre par plusieurs messages envoyés par Ametice, et relayés de différentes façons (pages Facebook, emails personnels…). Le choix de mesurer la capacité des étudiant.es à suivre des cours à distance à partir d’un sondage sur Ametice était délibéré : cela devait permettre déjà tout simplement de déterminer la proportion des étudiant.es qui recevraient le message les invitant à répondre à ce sondage, par un canal ou un autre, et qui y répondraient dans Ametice. La non-participation au sondage peut de ce fait être tenue comme un indice d’une très grande difficulté à utiliser les outils les plus simples mis à notre disposition pour faire cours à distance, et qui sont ceux que notre établissement nous recommande très fortement d’utiliser.

De ce point de vue, la conclusion est malheureusement sans ambiguïté, le taux de réponse général au sondage est très faible :

Tableau 1. Le taux de réponse au sondage (en %)

Discipline, diplôme N’a pas répondu A répondu Total (%, n=effectifs)
Licence Arts du spectacle + Master Cinéma 70 30 100 (n=134)
Licence Sciences du langage 57 43 100 (n=366)
Licence Espagnol 66 34 100 (n=96)
Licence + Master Sociologie 63 37 100 (n=323)
L3 Adm. Publique, Parcours Info Com 37 63 100 (n=46)
L1 Math/Informatique/physique 75 25 100 (n=400)
L2 Sciences de l’ingénieur 81 19 100 (n=91)
ENSEMBLE 66 34 100 (N= 1 456)

La capacité à répondre à une demande très simple dans Ametice en huit jours n’est observable que pour un tiers (34%) des 1 456 étudiant.es enquêté.es. Les plus « connectés » ne sont pas forcément ceux que l’on croit : le taux de réponse est le plus bas chez les étudiant.es de sciences (L1 Math/Informatique/physique et L2 Sciences de l’ingénieur).

Avant même d’invoquer des difficultés de connexion liées à la crise sanitaire et au confinement, ou la démobilisation, il faut d’abord tout se demander si même avant le début de cette crise, les étudiant.es utilisaient Ametice. Il nous faudrait donc avoir une meilleure connaissance de leurs usages d’Ametice en « temps normal ».

Principaux enseignements

  • Un accès basique à internet apparemment correct, mais un accès compliqué aux plateformes nécessitant un débit élevé et un ordinateur fixe
  • Des conditions de travail dégradées pour un nombre significatif d’étudiant·es

    Commentaires (extraits) :
    Conditions matérielles

    • Mes sœurs étant respectivement étudiantes en 3ème année de fac et en terminale, il est difficile de travailler dans de bonnes conditions car nous devons partager un ordinateur pour 3. (L3)
    • J´ai des problèmes de connexion puisque ma mère entreprend le télé-travail. Et le réseau est saturé. (L1)
    • Quand mon forfait sera épuisé ou mon débit réduit, j’aurais des difficultés pour envoyer mon travail ou bien même carrément pour accéder à internet et Ametice car je n’ai pas de box WIFI chez mes parents seulement mon forfait internet sur mon téléphone qui me permet de faire des partages de connexion à mon ordinateur. (L2)
    • Je ne dispose pas des logiciels afin d’ouvrir les fichiers audio de mes enseignants pénalisant ainsi ma compréhension des cours. (L2)
    • C’est aussi compliqué car moi qui de base imprime mes cours car je n’arrive pas à réviser directement sur ordinateur, je suis en manque d’encre, par conséquent je ne sais pas si je vais pouvoir tenir tout le long pour imprimer tous les cours car ils sont encore plus longs que d’habitude. (L2)
https://www.flickr.com/photos/31408335@N03/3613747647/in/photolist-pVFLpM-RVf1Jw-SBQuA1-T1iGzM-RXMjiV-6vkpgV-4cMa1C-4cH9Me-nE3SoV-27U7nyM-rXznnp-29Hqqk5-JsxcVX-dAynHL-2dRUbEb-5mrMPM-RNuRQf-mb9eb-T2CNV8-Kc1mAR-2eGNJWW-W4pJjs-Xzv9Bq-5ZFzgi-RzJXtu-Stesuw-2ioVAyi-2ioUtGi-xvBTsU-2ioUvAi-2iMzQZk-4cHayK-4cM9mN-5A2vZj-4cMapu-7cboH3-4cHaCV-8vNWen-8ZMxpD-4cHamD-5vecas-4cHafV-4Eaju3-4cManS-7XCKLp-KdTHbn-pmRinQ-4cM9oN-cHrHFw-VA7CUC/

My old student room, by Harry Hendricks, 2007

Continuer la lecture

Rennes-2. Une enquête sur l’expérience du confinement à 10 jours auprès des étudiant·es

Confinement : enquête sur les conditions de vie et d’études

Dès le 26 mars, l’université a ouvert une enquête anonyme en ligne sur les conditions de vie et d’étude de ses étudiant·e·s. Synthèse des 1ers résultats, grâce aux 3400 contributions recueillies.

Panorama global de l’ensemble des réponses

La consultation étudiante a été organisée avec 2 objectifs : cerner les conditions dans lesquelles se trouvent nos étudiant·e·s en cette période de confinement et identifier au mieux les difficultés rencontrées (financières, pédagogiques, pratiques, psychologiques…).

Une majorité d’ étudiant·e·s déclarent ne pas être isolé·e·s, se sentir plutôt bien, mais une part importante déclare également rencontrer des difficultés. Une proportion non négligeable d’étudiant.e.s se trouve dans des situations problématiques, voire préoccupantes (entre 10 et 20% des étudiant·e·s selon les indicateurs retenus).


L’enquête en bref

3468 répondants, soit 16 % des étudiant·e·s de l’Université Rennes 2 (21500 étudiant·e·s)

Chiffres clefs : 

  • + de 10% d’étudiant·e·s seul·e·s dans leur confinement
  • Entre 10 et 15% avec des difficultés d’accès aux outils numériques (matériel, connexion…)
  • 10% disent se sentir mal ou très mal
  • Plus de 50 % déclarent des difficultés : scolaires (35%), psychologiques (27%), pratiques (17%) et financières (14%)
  • Malgré tout … 2/3 satisfait·e·s par la continuité pédagogique de leurs enseignants

    Source : Confinement : enquête sur les conditions de vie et d’études, Université de Rennes-2, 3 avril 2020

 

Les étudiants face à la pression scolaire : « je n’ai jamais eu autant de travail que depuis le confinement »

L’Université a affiché cette semaine sa priorité : la « continuité pédagogique », sans considérer les inégalités entre les étudiants, que ce soit au niveau sanitaire, des conditions de confinement ou d’accès aux matériels informatiques : témoignages d’étudiants de l’Université Paris 1 confinés.

https://www.revolutionpermanente.fr/IMG/arton19797.jpg

Site de Tolbiac, Université de Paris-1. Crédit: Denis Tanchereau

La « continuité pédagogique », c’est tout ou rien : surcharge de travail ou silence Radio du corps enseignants. De la même manière qu’elle avait maintenu des partiels en période de grève, l’université, toujours sous couvert de sa « valeur du diplôme », s’acharne à maintenir une notation plutôt que de dispenser un enseignement.

A Paris 1, malgré les directives de la Présidence, les étudiants sont soumis aux exigences inégales de leurs professeurs. La plupart font reposer sur leurs chargés de TD la tâche de rassurer les étudiants, sans leur donner de réelles informations à communiquer. S’il faut reconnaitre que certains ont assoupli le contrôle continu, en évaluant sur la base du volontariat, la majorité laisse les étudiants totalement livrés à eux même.

Comme en témoignent Maria et Irene* [*les prénoms ont été modifiés], étudiantes en Droit, le stress et la pression sont décuplés : « je suis plus stressée qu’en présentiel. Sous prétexte d’une soi-disant valeur du diplôme, on autorise ce genre de conditions. Il est temps que les étudiants se fassent entendre, on n’est pas des robots ».

Continuer la lecture

Lucidités universitaires

  • par une étudiante de Master

« Aux étudiantes et étudiants de première et deuxième années de master, je veux dire que cette année universitaire bien singulière ne doit pas les conduire à renoncer à leur projet. Vous vous y êtes engagés avec passion, celle de comprendre et de savoir, vous devez poursuivre cette aventure intellectuelle, (…) aventure qui se nourrit aussi de ce moment particulier. » Un président d’université, le 25 mars 2020

 Et jamais ne s’arrête la petite musique bien rythmée de ceux et celles qui croient nécessaire de ne surtout pas s’arrêter.

Déjà aux temps des mobilisations, les diktats de la « continuité » nécessaire se faisaient entendre. Si « faire la grève (à l’université), c’est jouer le jeu du gouvernement » on pourra se demander si « faire une trève » ce n’est pas jouer le jeu du COVID-19 ? Alors, non, il ne faut surtout pas s’arrêter, il ne faut surtout pas casser les rythmes (déjà bien ébranlés) et il faut, cependant, à tout prix, maintenir, une continuité —… – pédagogique. Même pas drôle.

Pourtant ce n’est pas un jeu.

https://www.flickr.com/photos/irinavorotyntseva/4563233868/in/photolist-7XeLs1-9yCKsS-PQvWb3-yAsDy4-7G6LN2-6FoEsU-T5n9n-2c7ftJ2-4SSopu-25zQzDo-244fmKV-dvaM8x-LL3Xxj-4v4UdH-VP3kP5-9JGUtp-o5oYSS-9CAzpy-6W1cNB-6EVU1H-2ioJz3q-5TsqQJ-8Y8xVv-2e4Wkpu-NGTvka-bAcrUP-aAAhj5-JNEaQj-QErhLj-8w7e8e-6jLCiE-7qRquk-cX3h21-ppU5o-m2UU-RGeJMx-4sF7xv-9hiMWv-GUwBC3-82dgJ9-7t2ocV-7fJwEj-6usDue-c6v7MQ-6bX6Rt-2htuPzS-9qgen8-adFXch-LGrV-p5MHR

Self-portrait, by Irina Vorotyntseva, 2010

Quelle « continuité » existe dans de telles circonstances ? D’une situation inconnue, toujours plus imprévisible et incertaine, qui peut prétendre à une « continuité » ? Au voisinage de la mort, le terme même de « pandémie » ne semble pas affecter plus que ça le corps universitaire, puisqu’il n’y a peut-être déjà plus de corps universitaire… On n’a cessé de délabrer les conditions d’études et de travail à l’université, la destruction programmée du service public de l’enseignement et de la recherche n’a de cesse depuis bon nombre d’années. Alors on se côtoie et se croise dans des locaux — où il fait parfois froid, très froid même — sans être capable de tenir le lien. Le lien, nos liens, n’ont eût de cesse d’être brisés par le capitalisme, le néolibéralisme et une fois de plus l’université — bien qu’elle se croit souvent dans un nuage à part — n’y échappe pas.

https://www.flickr.com/photos/126472301@N02/45359340801/in/photolist-2c7ftJ2-4SSopu-25zQzDo-244fmKV-dvaM8x-LL3Xxj-4v4UdH-VP3kP5-9JGUtp-o5oYSS-9CAzpy-6W1cNB-6EVU1H-2ioJz3q-5TsqQJ-8Y8xVv-2e4Wkpu-NGTvka-bAcrUP-aAAhj5-JNEaQj-QErhLj-8w7e8e-6jLCiE-7qRquk-cX3h21-ppU5o-m2UU-RGeJMx-4sF7xv-9hiMWv-GUwBC3-82dgJ9-7t2ocV-7fJwEj-6usDue-c6v7MQ-6bX6Rt-2htuPzS-9qgen8-adFXch-LGrV-p5MHR-nDgjv-4wPJHw-wMLgfU-2hePFLn-7mLN4g-pwasQ6-6YQaG8

#touch, by Massimo Angelini, 2018

Et alors que du peu qu’il nous restait de partage de salles de cours, bibliothèques ou cafétéria, il n’en n’est plus. Le temps commun se brise et chacun reste chez soi. Mais qu’est-ce que « chez soi » ? Quelles sont les inégalités dont l’université est (une fois de plus) incapable d’admettre l’existence ?

L’afflux de mails pour la continuité pédagogique a tendance à me faire plonger dans un gouffre d’impossibilités à faire quoi que ce soit dans de telles circonstances. Chaque jour ma boîte mail universitaire, autant que ma boîte mail personnelle (puisqu’il semble toujours plus prudent de la part des expéditeurs de doubler leurs communications) sature de mails autour d’une prétendue nécessité de la « continuité pédagogique ». Le confinement est une épreuve (mentalement aussi) très difficileProposer des ressources et des possibilités, soit.Parler de rendus même décalés, de cours en vidéo sans questionner plus que cela nos possibilités d’accès ne fait qu’accroître ma culpabilité face à mon incapacité à faire quoi que ce soit (ou mon incapacité à me connecter à l’heure voulue, définie – voir même l’incapacité à répondre aux mails de mes professeurs). Pourtant, je suis de ces étudiant∙es plus que privilégié∙es, je n’ai jamais manqué de rien — si ce n’est d’une connexion internet illimitée — et mon confinement se fait dans un endroit bien agréable en soi. Mais l’angoisse devant une situation tellement inconnue dont nous n’avons aucune idée du temps qu’il nous faudra pour sortir devrait amener à plus de questionnements sur ces questions de continuités. Alors il va certainement falloir inventer des façons de faire et de communiquer mais à mon sens aussi surtout déculpabiliser ceux, celles, qui juste n’arriveront à rien dans ces temps-là ou tout simplement par précarité ne pourront pas accéder à ces ressources numériques.

https://www.flickr.com/photos/moncouer/4489348811/in/photolist-7QH5ZH-9K7ag1-SobaaA-69Mk5B-24eAmJW-NrSsDt-5uH4c7-NbuHUN-2hPdC2n-4Mekij-ZwSpHN-r5HHGL-z9Ggq7-5bnyBi-8t8rba-XZtvnw-Sju6ag-pKnXjZ-SvJ4Ti-XrHoR3-ZR4MVh-64fh1v-RWAMkE-2gm68rv-2fZg3hZ-tRBRW-8LQJmc-p8gSDx-p3ZNoo-4ToNki-fmFU1s-24k5BrA-86Gn8e-6jF1nb-fUqSSR-3jX1wS-uju7D-9AqT3M-24fuktK-YDRPD9-3nZuUu-2PkFz-2dEJgih-FcMchb-6YY3xf-oSg7K3-avyn8e-3nV16v-Td3UYN-56YsFR

touch, by Eszter Tomori, 2006

Quelles sont les possibilités d’accès — en temps normal—pour chaque étudiant à un ordinateur, à internet, à un espace calme, à de la nourriture —non, travaillez le ventre vide ce n’est pas simple—, à du repos ? Ce sont des données qu’on a trop peu, pourtant, on ne compte plus le nombre d’étudiants qui travaille à côté de ses études, qui vit en logement insalubre, qui ne peut se soigner, qui ne peut manger à sa faim ou sainement, qui ne peut prendre le temps du repos nécessaire pour faire face au devoir universitaire. Alors déjà au « temps normal » et bien indigeste, aucune égalité n’existe mais qu’en est-il ces derniers jours, en plein cœur d’une pandémie ? Qui sont les étudiants qui peuvent « lire et travailler » et ceux, celles, qui doivent gérer les frères et les sœurs, les parents, les grands-parents, les voisins ? On n’en sait rien. Et au milieu de tout ça, ce sont souvent, encore, les plus précaires qui sont au cœur des réseaux de solidarités pour le voisinage, pour les personnes sans-domiciles, pour ceux encore plus ou autant : précaires. Alors le temps de la continuité pédagogique n’a pas fini d’être brisé, le « temps de la continuité pédagogique n’a jamais existé » —ou n’existe plus depuis bien longtemps — et en ce moment, il n’a certainement pas lieu d’être. Ou plutôt, s’en réclamer est simplement indécent.

https://www.flickr.com/photos/enrica_corvino/2186239498/in/photolist-4kc3Qs-fGZbZk-fHgLk1-bLLLo-x84ieY-5xvcmW-3T8dDr-EQUTU3-2hap9GP-8u6EGP-9TcJAP-br6wdf-6TqTcE-2g7THjx-pVoKe-9wJjWG-fGZb9z-bvfp7x-7FU2De-ETwwo9-pXgsJz-CKiPcB-2irKDtE-7JEC6r-Hhq5Jz-Y592Vg-AeLrqm-92mMYf-ciPYH3-2getECr-4noeVC-2gg8Mq3-2g7ah6R-8YAuJt-8Pb9sJ-7yX4pF-abgiWb-2hwUCnj-ac5sFU-2ze3L4-5oVh2r-9K4CGn-69hNBN-ntCFer-2h1piWe-4uyyVC-eysQXf-2ibPW3m-9f1krA-2gKqfF5

touch, by Enrica Corvino, 2008

Puis si certains tirent parti de cette situation, il est à craindre que ce seront toujours les mêmes, comme ceux qui déjà en difficulté le seront sans doute bien plus pendant et après cette crise sanitaire. Il y a plus inquiétant selon moi : la santé mentale des étudiant∙es, déjà si fragile et dont on parle trop peu dans le monde universitaire. J’ai été dans le peu de rencontres que j’ai faites cette année1 plus qu’attristée de découvrir le nombre d’étudiant∙es sous anxiolytiques, antidépresseurs ou ceux en détresse qui n’ont accès à rien. Je suis ce qu’on pourrait qualifier de déléguée de classe, et lors de prises de contacts avec les étudiant∙es, certains mails étaient tels des appels à l’aide dont il nous était quasiment impossible de répondre pour nous délégué∙es. Les discussions avec la direction nous ont sans cesse ramené∙es à nos devoirs de délégué∙es sans que ces derniers prennent la mesure du risque en cours, de la détresse. Ce qui était certain, c’est que, vivant des situations parfois parallèles nous n’étions en mesure de répondre aux appels à l’aide. Nous avons vu et entendus nos camarades pleurer face à des conditions de vies inacceptables, face la détresse quant à l’absence deperspective d’avenir, devant la préparation de la LPPR qui brise encore nombre d’espérances pour de jeunes étudiants chercheurs, face au mépris de certain∙es titulaires autant que de nos gouvernements et de l’université en tant qu’institution((Cette institution s’est avérée plutôt malveillante.)).

Et aujourd’hui qu’en est-il ? Je pense à mes camarades dans des chambres de 9m2 où les bâtiments répondent déjà à des hautes normes anti-suicide, tellement la plupart des conditions de vies offertes sont précaires et insatisfaisantes. Je me rappelle une année en cité universitaire que j’ai fini par quitter l’année suivante pour aller en foyer théologien,bien que je ne sois pas croyante). Une chambre de 9m2 et une cuisine partagée souvent sale, sans poubelle à disposition, ni four. Souvent juste deux plaques, un micro-ondes. Des murs si fins que les moindres gestes de vos voisins vous parviennent. Des sortes de cellules à étudiants qu’on ne peut à peine nommer car il y a encore pire. Il y a toujours pire. Il y a des cités universitaires dans des états d’une insalubrité impensable. Et j’ai là aussi une pensée pour ceux, celles, qui réellement emprisonnées actuellement dans les Centres de rétention administrative2 vivent dans des conditions souvent inhumaines. Mais il y a encore une fois toujours pire.

Les conditions de vie du plus grand nombre sont aujourd’hui intolérables, inacceptables et il faudra le dire, le redire, encore et encore, voir le crier et trouver des moyens pour se faire entendre pour que ça change. Puisque, non, non, nous ne voulons pas de cette « continuité ».

https://www.flickr.com/photos/47018556@N06/4415473854/in/photolist-7Jbsxy-2iFEim6-4nD1Jh-reR3Bn-2ccHVfG-KNtNah-7UHc3W-86q4t3-8ZxJE-6diumX-9ReMRp-5UvXQq-rf3vcH-9Nwx2q-4npHtG-UXyxKs-gE7QFT-9Gc1Ax-NJRMAJ-N8uaP-83MSbR-3mDM7W-5SC1tL-2h5HqFG-244TzNs-pLLe65-aCXtzj-6z3euf-bgey5k-96LV6T-6wp59R-5uJZr5-5ieZWx-2ijoyKk-5VvbWu-2itbUfF-8QKB1x-5zwFAx-4nkbLM-rEttcE-724Qny-e4B1Zs-FEMjCy-517Pdn-JNPFud-5j9HEp-3pkvwo-FLiJT1-4159Vh-7J3NjF

Touch, by LorC8, 2008

Ce temps de la prétendue continuité pédagogique devrait plutôt s’interroger sur ce qu’est devenu notre monde, notre société autant que son université. Puisque l’université aujourd’hui ne répond plus à son devoir de service public, elle est inégalitaire, raciste, sexiste, et j’en passe. Que faire ? Je n’ai même pas d’idée. Dernièrement, je pense à ceux, celles, qui ne seront pas aussi protégés que je le suis. À ceux, celles en détresse pour qui je ne sais même pas quoi faire. Je pense à ce gouvernement qui offre d’abord des solutions aux entreprises et se congratule alors que la gestion de la crise est plus que lamentable et coûtera de nombreuses vies. Mais qu’importe pour eux, il n’est plus à démontrer que nous ne comptons pas. Il y a mille questions à se poser actuellement, mais je crois en effet que la continuité pédagogique n’est pas la première d’entre elles.

Alors je ne répondrais pas aux injonctions pour maintenir la « lucidité des universitaires » dont nous avons besoin mais qui fait cruellement défaut. Et si rien n’est produit pour la machine universitaire dans ce temps de confinement insupportable, personne ne devrait en être tenu responsable. Il y a des moments où il faut admettre que plus rien ne tient. Et quand plus rien ne tient, la seule chose à faire, c’est prendre soin. Prendre soin de ceux et celles qui côtoieront la mort dans leurs proches, dans leurs familles, prendre soin de ceux et celles qui iront travailler pour s’assurer un revenu minimum autant que pour faire vivre ceux et celles qui peuvent restés confinés, prendre soin de ceux et celles qui plus que jamais d’une santé psychique fragile sont peut-être au bord d’un précipice qu’on ne voudrait voir mais auquel il va falloir faire face. Prendre soin des autres, prendre de soin de nous autant que de soi.

Juste prendre soin et jouer le contre-courant de ce que joue notre gouvernement qui ne prête plus d’attention ni aux corps, ni aux vies.

https://www.flickr.com/photos/speechlesstalking/6050803906/in/photolist-adFXch-LGrV-p5MHR-nDgjv-4wPJHw-wMLgfU-2hePFLn-7mLN4g-pwasQ6-6YQaG8-7xdFof-ecpidC-4kc3Qs-fGZbZk-fHgLk1-bLLLo-x84ieY-5xvcmW-3T8dDr-EQUTU3-8u6EGP-2hap9GP-9TcJAP-br6wdf-6TqTcE-2g7THjx-pVoKe-9wJjWG-fGZb9z-bvfp7x-7FU2De-ETwwo9-pXgsJz-CKiPcB-2irKDtE-7JEC6r-Hhq5Jz-Y592Vg-AeLrqm-92mMYf-ciPYH3-2getECr-4noeVC-2gg8Mq3-2g7ah6R-8YAuJt-8Pb9sJ-7yX4pF-abgiWb-2hwUCnj

touch, by Kate, 2011

  1. Je précise puisque je n’arrive pas à me faire à ce milieu universitaire []
  2. NDLR – Cf. sur Academia, Détenu·es confin·ées : discontinuité pédagogique, 20 mars 2020. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search