Vidal on a la dalle, on veut des postes et d’la maille ! Mobilisation anti-Vidal à Angers et au Mans, 23 octobre 2020

Jeudi 22 et vendredi 23 octobre, F. Vidal a poursuivi sa tournée des universités en France pour défendre sa LPPR face à une communauté universitaire toujours vent debout contre le manque de moyens pérennes pour la recherche, contre la précarisation accrue des personnels et le manque de logement pour les étudiant·es. A l’Université d’Angers, nous étions chacun des deux jours plus de 80 collègues et étudiantes à accueillir la ministre avec nos revendications affichées sur nos banderoles. Ce sont plus de 700 postes, 7 millions d’euros et 500 logements étudiants dont nous manquons pour atteindre la dotation moyenne des universités en France. Cette situation est inacceptable pour nos étudiant·es toujours plus pauvres, pour les personnels toujours plus précaires et pour les titulaires au bord du burn-out collectif.

Alors que la ministre à ignoré nos plaintes le jeudi, elle n’a pas été en capacité de répondre à nos revendications lors d’un échanges avec des collègues mobilisé·es, à l’extérieur mais aussi à l’intérieur des réunions qu’elle menait, ce vendredi.

L’intersyndicale de l’Université d’Angers a, part la suite, eu un entretien avec le directeur de cabinet de la ministre, qui propose une dotation exceptionnelle d’urgence pour l’Université. Cependant, le chiffre officieux donné la veille faisait état de 8 postes, soit 1% des besoins immédiats.

Le compte n’est pas bon et les personnels et étudiant·es de l’Université d’Angers resteront mobilisées jusqu’a l’obtention des moyens nécessaires pour pouvoir fonctionner et accueillir les étudiant·es dans des conditions décentes.

Nous ne voulons toujours pas de la LPPR.

Vidal on a la dalle, on veut des postes et d’la maille!

Le comité de mobilisation et l’intersyndicale de l’Université d’Angers

Université d’Angers, 23 octobre 2020

Frédérique Vidal déclare au comité de mobilisation : « J’ai été présidente d’une université qui était aussi sous-dotée »

#FactChecking L’Université de Nice est dans la moyenne des universités avec 9.7k€/étudiant, soit 30% de plus que celle d’Angers, dans le quart le moins bien traité avec 6.9k€/étudiant.

(c) Julien Gossa

Continuer la lecture

#7 – Chroniques de grève – Hommage aux correcteurs et correctrices anonymes

Régles typo et art de la ponctuation

Les indispensables de la correction
Collection personnelle

A Jean-Luc, un amoureux des mots

Je te surnommais amicalement le correcteur fou
Nous pouvions passer des heures à parler de la ponctuation
Tu m’avais offert ton exemplaire de La ponctuation, Art et finesse de Jean-Pierre Colignon
Parce que de la correction tu n’en faisais plus guère
Un correcteur mort à la guerre
Des restructurations, externalisations, compétitions mortifères

De ces difficultés tu ne parlais guère
Je n’ai jamais su pourquoi
Tu me disais : syndicat des correcteurs, tarifs conventionnés, respect du métier
Et je t’ai écouté

Et quand dans mon métier d’éditrice
J’ai arrêté de corriger tous les manuscrits
Qu’il m’a fallu recruter des correctrices et correcteurs extérieurs
J’ai appliqué des tarifs, du respect, des délais,
De l’éthique en accord avec nos principes
Et je sais pourquoi

Tarif à l’heure non rabaissant
Pas de dumping sur le nombre de signes traités à l’heure
Délai de rendu calculé en jours ouvrables sur une base de 35 heures
Un tiers à la commande, un tiers à mi-parcours, le solde au rendu possible
Paiement rapide, oui c’est possible
Ça nécessite juste de mettre les mains
Dans le cambouis administratif

Et cela a fait de belles rencontres et amitiés
Jeunes doctorants et doctorantes apprenant le métier
Dans l’attente du poste tant espéré de MC
Jeune correcteur et moins jeune correctrice
Débutant le métier

Continuer la lecture

#6 – Chroniques de grève – Slam de la tech’

Pour les petites mains des plateformes, sites web et autres lieux déshumanisés, les usines d’aujourd’hui …

Ca dys’fonctionn’
Fait un ticket
Tu veux d’ l’info
C’est dans le driv’

Procédur’
Il faut appliquer les procédur’

Tu te questionn’
C’est pour ta pom’
Y a pas un hom’
Ya pas une fem’

Procédur’
Il faut appliquer les procédur’

L’ Turn over
de l’enfer tech’
Abat tage
On a la rage

La claviste

NDC [Note de la claviste] : 

Mes choix iconographiques sont soit des images de la lutte en court mises à disposition par les  collectifs en lutte , soit des images personnelles également mises à disposition des collectifs de lutte soit issues de Gallica.

Je me refuse à utiliser les banques d’images mondialisées alimentées par des photographes non rémunérés et spoliés de leurs droits d’auteurs.

Et mon penchant d’éditrice en histoire me fera naturellement aller vers des images issues de Gallica et mises en valeur grâce au travail des bibliothécaires de la BNF

Crédit photographique : Olivetti écriture électrique l’Editor est la machine d’Ursula, [éditeur inconnu], [ca 1970] (Paris), lithogr., en coul. ; 173 x 119 cm. Reproduction réservée à un usage strictement privé. Source :Ville de Paris / Bibl. Forney. Permalien : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0000833927

Image repérée grâce à l’excellente bibliographie sélective de la BNF publiée en janvier 2020 : Machine(s) à écrire

 

#3 -Chroniques de grève- Je ne suis « que fonction support » alors je grève

 

INHA en lutte

Via Bibliothèques en lutte

Je ne suis que fonction administrative, technique, financière
Pas de démission de celles-ci possible
Pas de « service fait », pas de paye
Alors je grève perlée

Je ne suis qu’étudiante salariée dans les années 80
Jonglant entre cours et petits boulots
Sans bourse, sans RSA
Alors je rame

Six ans pour gravir Deug, licence, maitrise
Jonglant entre cours, lectures et crise
Alors je cane
DEA, doctorat ne sera pas pour moi

Je ne suis que travailleuse
Entre petits boulots, CDD courts et fin de droits
Alors j’écris nouvelles et poésie
Et j’agis, réagit, parfois sur-réagit

Je ne suis que contractuelle de la fonction publique
CDD de trois ans qui s’enchainent depuis 14 ans
Alors je trime et dis toujours oui
La peur au ventre, peur du chômage

Je suis quasi quarante ans, femme seule avec enfant
Négociant une augmentation, salaire gelé depuis 8 ans
Pas de grille, pas de prime, dalaire de B pour travail de A
Pas d’espoir, salaire plat, alors je frappe aux portes des syndicats

Plan de résorption de l’emploi précaire, et je me bats
Négociation, formation, reclassement, concours
Nous sommes devenus des « sapins » et sapinettes »
De catégorie C, B ou A

Attachée désormais d’administration
Détachée de la précarité
Je ne vois pas cette novlangue
Qui envahit les esprits

Performance, cost control, optimisation
Faire plus avec moins
Tenir par tous les bouts cette fonction publique
Qui s’amenuise sous les coups

Je suis 57 ans, carrière longue
Je trime depuis mes 18 ans
Mais précaire toujours deter’, car c’est ce qui m’a construit
Alors j’écris, je lis, j’agis

La claviste

Ce texte est dédié à @Affordanceinfo2
11 fév 2020 – Pourquoi je démissionne de toutes mes fonctions (administratives) à l’université de Nantes
dont la lecture hier m’a profondément remuée

Capture écran Affordance Info

Capture écran