Des vacataires au bord de la rupture se mettent en grève

Depuis le 23 novembre 2020, les vacataires en sociologie de l’université de Bourgogne sont en grève illimitée. Ils et elles dénoncent les conditions de précarité dans lesquelles ils et elles travaillent, et demandent qu’un dialogue autour de ces problématiques soit enfin instaurer.

Suite à leur communiqué, les enseignant·e·s–chercheur·e·s du département de sociologie ont décidé de leur apporter tout leur soutien.

#ResistESR

https://www.flickr.com/photos/krassycandoit/431229964/in/photolist-E7aDo-FygMU1-FSwYgr-5aFz32-FSxfMc-Fyh6cC-DDxSh-4XZkNf-FW6wuN-FW6As7-FQdxkJ-86bccT-F4937x-uAT4E-FSwTzx-zEVeUA-FW6Kyy-cuMfFJ-4A6PkX-UvM8n7-G1uxFv-eobWYk-2hnvq78-2hnvpRd-2hnsQJB-bcDyP6-2hiaKEL-2iuNHah-2jH33Um-2iuMuvR-4JHoJL-9PCzqB-Ug9s2R-aaNWfM-2ixRswE-4pc3fr-goTXv-5dyhgq-FYovca-F495Hz-FQdMtd-FYopuP-Vm5vaT-F3XpX9-dCW5NK-Fyhq2G-FSxeJk-F48JMn-8QARAC-Fyhrch

Credit: Krassy can do it, 2007

Communiqué des vacataires en sociologie à l’université de Bourgogne au bord de la rupture

Nous, docteur·es et doctorant·es, vacataires et contractuel.le.s au département de sociologie, prenons aujourd’hui la parole pour dire notre colère face aux dysfonctionnements structurels au sein de l’université de Bourgogne, qui nous mettent, nous et nos collègues titulaires, dans des situations ubuesques. Nous tirons la sonnette d’alarme !

L’université de Bourgogne, comme tant d’autres universités en France, recourt aux vacataires et aux contractuel·les pour réaliser des missions pourtant pérennes. Ainsi, en termes d’enseignement, nous vacataires, assurons en moyenne 20 % des enseignements des formations de l’université de Bourgogne. Et au département de sociologie cette proportion grimpe à près de 30%.

Le statut de vacataire est, à l’origine, pensé pour que des spécialistes, qui ne seraient pas enseignant·es-chercheur·ses à l’université, puissent venir effectuer quelques heures de cours dans leur domaine de spécialité. Cependant aujourd’hui ce statut est utilisé pour pallier le manque de postes, puisque sans nous, la continuité des formations ne peut être assurée : en comptant les vacations ainsi que les heures complémentaires imposées aux enseignants titularisés, ce sont en effet 46% des cours qui dépassent le cadre normal des services des enseignant-chercheurs. Nous sommes donc des rouages essentiel du fonctionnement de l’université.

Doctorant·es (bien souvent non financé·es, notamment en Sciences Humaines et Sociales) et docteur·es sans postes, nous sommes payé·es deux fois dans l’année, nous commençons nos cours bien souvent plusieurs semaines (à plusieurs mois !) avant que nos contrats de travail soient effectivement signés. Nous sommes par ailleurs rémunéré·es à l’heure de cours effectuée, ce qui, lorsqu’on prend en compte le temps de préparation des enseignements et le temps de corrections des copies, donne une rémunération en dessous du SMIC horaire1.

Au delà de nos situations personnelles, bien souvent complexes, nous constatons tous les jours les difficultés de nos collègues titulaires, qui tentent de « faire tourner » l’université avec des ressources toujours plus limitées, et en faisant face aux injonctions contradictoires de l’administration, la surcharge de travail qu’induit le nombre croissant d’étudiant·es et les tâches ingrates à laquelle oblige l’indigne sélection mise en place par Parcoursup ! Sans compter, aujourd’hui, les charges administratives qui s’alourdissent tout particulièrement avec la situation sanitaire actuelle. Nous sommes contraint·es d’adapter les modalités d’enseignement, sans matériel et sans moyens supplémentaires, et dans des situations d’incertitudes absolues sur l’évolution de la situation. Nous sommes toutes et tous au maximum de nos services et heures complémentaires et supplémentaires, à tel point que, quand l’un·e ou l’autre doit s’absenter pour quelques raisons que ce soit, nos équipes sont au bord de l’effondrement ! Et nous ne disons rien ici du sens perdu de notre travail : ce sentiment de participer à un vrai service public de l’enseignement supérieur gratuit et ouvert à toutes et tous, systématiquement saboté par les réformes en cours du lycée et de l’ESR !

C’est pour ces raisons, et face au manque de réponse de la part de l’administration, que nous avons pris la difficile décision d’entamer un mouvement de grève illimité à partir du lundi 23 novembre 2020 à 8 h. Ce mouvement prendra fin lorsqu’un dialogue nous sera proposé.

Nos revendications sont les suivantes :

  • Mensualisation des rémunérations des vacataires ;
  • Souplesse vis-à-vis des « revenus extérieurs » insuffisants des vacataires, particulièrement en cette période de crise sanitaire ;
  • Exonération des frais d’inscription pour les doctorant.e.s vacataires;
  • Titularisation des contractuelles et contractuels exerçant des fonctions pérennes à l’université ;
  • Plus de moyens humains dans les composantes de l’université de Bourgogne.

Nous avons bien conscience des conséquences difficiles que cette décision va provoquer, autant pour nos étudiant.e.s, que pour le fonctionnement du département de sociologie. Nous ne l’avons pas pris à la légère : elle ne s’est imposée qu’à la suite d’abondantes discussions et de mûres réflexions. Nous en sommes arrivé.es à la conclusion suivante : la défense de nos conditions de travail, c’est aussi la défense de la qualité des formations de l’université de Bourgogne.

Continuer la lecture

  1. NDLR: sur ce point, voir sur Academia Temps de travail #ESR (1): 192h de service ?, 31 mai 2019, et Le MESRI envisage un jour peut-être de rémunérer ses enseignements à un montant supérieur ou égal au SMIC horaire, 23 février 2020. []

Se déclarer en grève … auprès des étudiant∙es

Il y a des moments où l’inquiétude est telle que faire cours est impossible. C’était le cas au lendemain de la nuit noire au Sénat, du 28 au 29 octobre 2020. La préparation d’un enseignement méthodologique de M1 était impossible. Aussi ai-je décidé de me déclarer en grève — à moins que ma formation puisse organiser une autre date.Ce n’était pas à mon employeur qu’il me fallait me déclarer, mais bien à celles et ceux pour qui j’étais indéfectiblement engagée : mes étudiant·es.

#ResistESR

https://www.flickr.com/photos/jamesjardine/7979165037/in/photolist-da6iLZ-4vo1di-9EqBX3-9WnTG5-b8CdRx-n679tN-5Ffe-eRqoR-6Jgqgp-4Spi4-8qLq8D-78aqi1-a9pD7q-4SphS-5Wqa-GasYf-kNyj-3gay-FQFHjh-o9qrpR-wwoog5-7DuV-4ygpJ8-nAMvtF-2qq3Bt-6KqnRV-e4rdo6-QVekvR-wecKZu-21tR91-6rnXKo-hWbuo7-56kJu8-8SiX-cqJu-9kN91C-mGFFtL-5rzS-NC8EuN-5AGB-RbqJ9R-tJke-9ch6oJ-d9dY-4ZL5-Ma3rq3-5WmAeo-bBe73z-294NBiZ-bYa7fj

Crédit: James Jardine,2011

Continuer la lecture

Un service de référencement des tribunes et des motions, par la CPESR

Credit: Nana Smirnova

#ResistESR

La CPESR propose un service de référencement des tribunes et motions, qu’elles soient à propos de la LPPR ou d’autre chose.
N’hésitez pas à l’utiliser pour donner plus de visibilité aux expressions locales.

https://cpesr.fr/referencement-de-tribunes-motions-et-petitions/

Mardi 17 novembre 2020, 15h. Place de la Sorbonne. Toutes et tous contre la LPR et son monde

En passant

Appel à Manifestation contre le projet de loi de réforme de l’Université

Mardi 17 novembre – 15 heures – Place de la Sorbonne, Paris

#ResistESR Nous sommes nombreux·ses à être indigné·es par le contenu et les conditions d’adoption, en plein confinement et dans l’urgence, du projet de loi de programmation de la recherche (LPR).

La suppression de la qualification par le Conseil national des universités (CNU), la création d’un délit de « trouble à la tranquillité et au bon ordre des établissements » qui pourra servir à réprimer les contestations étudiantes, et, plus généralement, la poursuite d’une programmation budgétaire indigente et d’une précarisation accrue des emplois dans l’enseignement supérieur et la recherche suscitent une réaction collective massive de la communauté universitaire. Ce sont notamment le statut des jeunes chercheur·es, la qualité et l’indépendance de la recherche publique qui se trouvent menacées.

Contre ce projet de loi, les enseignements en distanciel se sont arrêtés dans toutes les universités vendredi 13 novembre, dans le cadre de l’opération « Écrans noirs ». Nos écrans continueront de rester éteints au moins jusqu’au mardi 17 novembre, jour de l’examen final de la loi par l’Assemblée nationale.

Mais ces écrans noirs ne suffisent pas à exprimer notre opposition à un texte qui, sous couvert d’excellence, va creuser encore davantage les inégalités entre les établissements, entre les universitaires eux-mêmes et, au final, entre les étudiant·es. Face au refus de la ministre de tout dialogue et au mépris dans lequel elle tient les universitaires, nous appelons à une manifestation le mardi 17        novembre 2020, à 15 h, sur la place de la Sorbonne à Paris et à l’organisation de rassemblements dans l’ensemble des villes universitaires.

Si nous sommes confiné·es au quotidien, le confinement n’a pas supprimé la liberté de manifester. Les personnels de l’Université, titulaires et précaires, veulent à travers ce rassemblement exprimer physiquement leur opposition à un texte qui porte une lourde charge contre le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche, dans une période où il apparaît plus essentiel que jamais pour l’avenir de notre société.

Le « chant des mâles et des forts ». Olivier Long, sur lundi matin

Le retour des « mauvais maîtres »
L’inquiétante radicalisation de Jean-Michel Blanquer

  • Texte d’Olivier Long,  initialement publié sur lundi matin le 3 novembre 2020
La sidération suscitée par l’assassinat de Samuel Paty semble avoir autorisé le gouvernement, ainsi que son ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer, à sombrer dans une radicalisation express. Alors que le ministre annonce la mise au pas du monde de la recherche universitaire et des sciences humaines en reprenant à son compte et quasiment mot à mot les analyses les plus indigentes et stupides de l’extrême droite, Olivier Long, maître de conférence à la Sorbonne, nous rappelle ici que ce type de tournant fascisant connaît quelques précédents. Notamment la « querelle des mauvais maîtres » en 1940 qui vit l’extrême droite attribuer à Proust, Gide, Mauriac, Valery, Rimbaud et Cocteau mais aussi aux surréalistes, aux dadaïstes et jusqu’à Racine, la responsabilité intellectuelle d’une défaite militaire, et qui n’est pas sans rappeler les accusations de complicités actuelles avec l’islamisme radical.

C’est en surfant sur la vague de sidération produite par les dernières décapitations, que le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, développe ce syllogisme :

« …Moi, je pense surtout aux complicités intellectuelles du terrorisme. (…) ce qu’on appelle l’islamo-gauchisme fait des ravages (…) Il fait des ravages à l’université, il fait des ravages quand l’Unef cède à ce type de choses, il fait des ravages quand dans les rangs de la France Insoumise, vous avez des gens qui sont de ce courant-là et s’affichent comme tels. Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire ». Jean Michel Blanquer sur Europe 1 le 22 octobre 2020….

Au-delà de la cuistrerie assumée de ce type de sophisme, une question se pose : est-il énoncé simplement par bêtise, par intérêt ou par idéologie ?

Une radicalisation solitaire de Jean-Michel Blanquer ?

La démonstration a toutes les apparences d’une implacable logique. Mais qui pourrait croire sans rire qu’il existe une communication directe ou indirecte entre lieux de « culte » et lieux de « culture » ? Si l’on a bien une certitude sur les auteurs des récents attentats c’est qu’aucun des décapiteurs n’a fréquenté les bancs des facs. Ceux qui ânonnent et rabâchent péniblement quelques sourates du Coran pour réussir une carrière éclair de martyr, que savent-ils de ce qui s’enseigne ou se discute dans les amphithéâtres de nos universités ?

Sous une apparence logique, tout est volontairement confus dans la formulation de Jean-Michel Blanquer. L’« islamo-gauchisme », expression empruntée à l’extrême droite, mêle islam et islamisme dans une stigmatisation commune. Qui sont les « islamo » ? Les musulmans dans leur ensemble ou les islamistes, une secte ultra minoritaire de l’islam actuel ? Le terme d’« islamo-gauchisme » a l’avantage de concilier deux peurs ancestrales : celle du « révolutionnaire-judéo-bolchévique-à-couteau-entre-les-dents » et celle du « musulman-ex-colonisé-égorgeur-et-coupeur-de-tête ». Ce monstre subirait aujourd’hui l’influence occulte des recherches universitaires.

Dans cette chasse aux sorcières, le maccarthysme républicain de Jean-Michel Blanquer use donc d’emblée d’un concept botoxé d’une peur de petit blanc mêlée d’antibolchévisme des années 30. Ce méli-mélo lui permet de conclure devant les sénateurs que des « courants islamo-gauchistes très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur commettent des dégâts sur les esprits ».

Jean-Michel Blanquer, hussard noir d’une laïcité rigoriste communique sur le fait qu’il existerait un rapport logique, direct, évident, entre l’université, ses bibliothèques ouatées, ses colloques déserts, ses pompes désuètes, et d’affreux coupeurs de tête. Le ministre de l’éducation nationale, ne s’embarrasse pas de pensée critique pour expliquer que les guerres de religion mondiales sont pilotées depuis quelques chaires obscures de l’université française. Si bien que l’on comprend vite que ces tours de passe-passe langagiers visent à faire exploser la langue, comme on use de bombes médiatiques. Un maximum de « dégâts sur les esprits » s’ensuit, car ces manigances relèvent d’une forme de terrorisme intellectuel qui vise à neutraliser toute résistance critique.

Jean-Michel Blanquer, a de toute évidence choisi la voie de la radicalisation pour assurer son salut politique mais est-il un loup solitaire ? Comment a-t-il pu commettre seul cet acte qui consiste à répandre de telles sornettes ? La vérité c’est qu’il n’est pas seul, c’est une organisation. Une organisation sur le déclin donc dangereuse. Jean-Michel Blanquer n’est que le ventriloque, l’âme damnée de son maître Emmanuel Macron. Celui-ci, afin d’imposer son projet de loi sur le « séparatisme » et faire oublier les violences policières, répète depuis le mois de juin que des universitaires ont « encouragé l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon. Or, le débouché ne peut être que sécessionniste. Cela revient à casser la République en deux ».

« Assujetir l’hérétique », affiche, 2015

Continuer la lecture

Un appel à la grève venant des facultés de droit

Comme évoqué dans un précédent billet sur le refus de faire remonter les rapports au Hcéres, la contestation de la loi de programmation de la recherche se réorganise désormais très rapidement, et Academia dans sa nouvelle collection #ResistESR s’engage à relayer dans ses pages les différentes initiatives locales ou disciplinaires qui lui seront signalées et qui sont susceptibles d’être reprises ailleurs.
L’initiative qui suit est triplement intéressante. D’abord, parce qu’il s’agit d’un appel à la grève venant des facultés de droit – ce qui, c’est dit sans ironie aucune, n’est pas non plus très courant. Ensuite, parce qu’elle se présente sous une forme originale, en période de confinement général, celle d’un appel aux « écrans noirs », c’est-à-dire éteints, à partir de vendredi 13 novembre.
https://www.unsa-pole-emploi.fr/.a/6a00e54edb35dd8833013483829364970c-piEnfin, et peut-être surtout, parce qu’elle prend la forme d’un appel des titulaires – plus de 150 maître·sses de conférences et professeur·es des universités – à leurs quatre sections CNU, celles du groupe 1 (sections 01 à 04) à assumer pleinement leurs responsabilités d’instances de représentation propre et authentique, et à relayer en conséquence l’appel à la grève à l’ensemble des enseignant·es-chercheur·ses rattaché·es à ces sections.

Aux membres des sections 01 (droit privé), 02 (droit public), 03 (histoire du droit) et 04 (science politique) :

Chères et chers Collègues, 
Comme vous le savez, nous sommes nombreux à être indignés du contenu et des conditions d’adoption, en commission mixte paritaire, du projet de loi de programmation de la recherche.
Le court-circuitage du CNU comme la création d’un délit nouveau d’atteinte au bon ordre des établissements nous semblent, en particulier, devoir appeler une réaction collective forte de toutes nos instances, et notamment des instances qui assurent notre représentation propre et authentique, dans la lignée des prises de position de Sylvie Bauer, la présidente de la CP-CNU.
Nous nous permettons donc de suggérer que les bureaux des sections du groupe 1 du CNU appellent l’ensemble des collègues relevant de ces sections à éteindre leurs écrans et à entrer en grève de vendredi 13 novembre à mardi 17 novembre, date de l’adoption de la loi par l’Assemblée.
Nous sommes bien conscients que la période est déjà très dure pour nos étudiants, mais nous sommes aussi persuadés que trois jours d’écrans noirs ne changeront pas grand chose au semestre déjà très dégradé qui est en cours alors qu’ils peuvent encore contribuer à pousser le gouvernement à amender en ultime lecture la LPR.
Espérant compter sur votre soutien,
170 signataires relevant de ces sections au 11 novembre à 22h15

Continuer la lecture

Préférer ne pas. Pourquoi et comment refuser d’être évalué∙e par le Hcéres

« Présidence du Hcére: le projet qu’avait présenté Thierry Coulhon au MESRI et au comité de sélection », Newstank, article n°198790, 10 novembre 2020

La résistance #ResistESR — résistance aux décisions de la Commission mixte paritaire fixant les formes de la loi désormais « scélérate » dite de programmation de la recherche 2021-2030, à la nomination entachée de conflits d’intérêts — se réorganise désormais rapidement. La suppression de la qualification et l’invention du délit « d’atteinte à la tranquilitié et au bon ordre des établissements », puni jusqu’à trois ans de prison et 45 000€ d’amendes ont achevé de raviver la flamme endormie avec le chaos de la rentrée. Academia invite les membres de la communauté universitaire à présenter dans ses pages toute initiative locale susceptible d’être reprise ailleurs. Commençons, avec Rennes-2, par ne plus répondre aux attentes collège du HCERES, dont son désormais président Thierry Coulhon juge que c’est du « travail de qualité, non contestable, mais menacé de vanité » (Newstank, 10 novembre 2020) et que même « les DG du Ministère ne lisent pas les rapports du Hcéres ».

Que rédiger un rapport Hcéres, pour Academia, Camille Noûs et Thierry Coulhon, relève bien, selon le concept popularisé par David Graeber, d’un « bullshit job ».

https://www.flickr.com/photos/mikecogh/14759733468/in/photolist-ouguxf-Gxr7ai-VVP3-PgGXXU-29DMS41-2bE4mym-sSCCR-edGaCF-J8t12P-wgSZLh-212xpze-2bdby2z-FUce2o-25RCbC1-24yi9Ee-28eD3kd-2dG5UHn-9caLD8-Kscige-JTfLe4-LMtNS5-2fA5FzV-M4f6n9-29ZFSf6-FXY9z9-J18ZNV-24qbsUE-2b1x836-23fMprB-2eBTroE-24uFhxr-XkyoSB-SFXiWW-2dUyD94-9nQLYm-yj83k-25zAia3-d2PFdG-2cq2hZA-27UzQyh-SSeJSv-azA5Ky-Hrvfbz-2F3NSm-bJ9dD6-QGcNCv-JLpKW4-iExFdj-3aSPsc-281AV6J/

Young trees (c) Michael Coghlan, 2014


  • par Camille Noûs, Université de Rennes-2

Le 1er novembre, Emmanuel Macron a nommé Thierry Coulhon à la tête de l’Hcéres, alors même que le conflit d’intérêt de la candidature du conseiller du président est évident et qu’une majorité de parlementaires s’est prononcée contre sa nomination. Cette décision achèvait de délégitimer une instance d’évaluation dont l’inutilité pour le bien commun est évidente puisque les évaluations de l’Hcéres ne sont pas là pour aider les composantes en difficulté à régler des problèmes qui trouvent généralement leur origine dans le manque de moyens pérennes.

La vague B des évaluations Hcéres en 2020-2021 concerne 70 établissements d’enseignement supérieur et de recherche publics et privés, 484 entités de recherche, 1379 formations et 41 écoles doctorales.

Nous avons commencé à voir venir cette “vague” d’évaluation fin 2019, en même temps qu’une grande partie du pays s’opposait au projet de réforme du système de retraite et que la communauté universitaire commençait à s’inquiéter de la LPPR qui s’annonçait. Nous n’étions évidemment pas imperméables à la situation. La vague s’est rapprochée au premier trimestre 2018 alors qu’il fallait commencer à compléter les dossiers d’auto-évaluation, que la mobilisation contre la LPPR s’amplifiait et que le Covid-19 se rapprochait. Le tout alors que comme d’habitude beaucoup d’entre nous font de nombreuses heures complémentaires d’enseignement pour combler l’absence de recrutement pérennes. Bref, tout ça pour dire que nous n’avions pas que ça à faire et que cette vague charriant des tableaux excel à n’en plus finir achevait de nous mettre la tête sous l’eau.

Continuer la lecture

L’universitaire et la sénatrice. Newsletter du 26 octobre au 8 novembre 2020

Madame la sénatrice,
chère Laure Darcos,

Vous ne me connaissez pas, moi à peine plus : d’ici quelques heures nos chemins se sépareront, à l’issue de la Commission mixte paritaire dans laquelle vous tiendrez la place éminente qui a été la vôtre au début du processus législatif — la Loi de programmation pour la recherche 2021-2030 et autres dispositions délétères — qui m’occupe depuis près d’un an, comme universitaire et comme fondatrice d’un blog, Academia.hypotheses.org qui en a documenté jusqu’en ses derniers rebondissements.

Nous sommes début novembre : il y a un an quasiment jour pour jour, Anas, étudiant en science politique de l’Université de Lyon-2 tentait de mettre fin à ses jours par le feu. Désespéré par les conditions de précarité dans lesquelles il vivait, ce jeune homme s’était engagé très tôt contre la précarisation générale qu’il voyait à l’université, et dont la fusion des universités et établissements stéphanoise et lyonnaises dans un Idex représentait un dernier avatar des évolutions délétères en cours. Par son geste — et sans en mesurer les conséquences — il a initié une série de mouvements, à commencer par la grève étudiante, puis celle des enseignant∙es et chercheur∙ses non titulaires dits « précaires », avant d’enclencher celle de toute l’Université au printemps contre la Loi que vous finaliserez peut-être peut-être cet après-midi.

Depuis le début de l’année, Academia publie quotidiennement des billets sur ce formidable mouvement. Au sein de la rédaction, je me suis donné le rôle de rédiger un éditorial hebdomadaire, dit « Newsletter », exercice consistant à établir la table des matières des billets publiés dans la semaine et depuis six mois, à en faire une chronique, la contrainte tenant à mettre en lien dans le texte la totalité des billets de la semaine. La Newsletter de cette semaine prendra un peu de liberté avec cette règle : le choc de la « nuit noire au Sénat » m’a empêchée de tenir la chronique de la semaine dernière — je me retrouve donc avec deux semaines de matière éditoriale, qui n’a cessé de croître à mesure que la fébrilité gagnait. Elle prend aussi une liberté formelle : je vous fais une lettre, à laquelle je pense depuis longtemps, et que vous lirez peut-être.

J’ai opté pour ce format, avant de me souvenir de l’analogie entre nos métiers et nos vocations respectives, esquissée par Max Weber dans Le savant et le politique. En raison du confinement, je n’ai eu accès qu’au pan récemment retraduit par Isabelle Kalinowski sous le titre La science, profession et vocation, (Marseille, Agone. 2005) — initialement prononcé comme une conférence à l’invitation de l’association libre des étudiants, en 1917, avant de donner son pendant « Le métier et la profession de politique » en 1919. Weber, à la culture immense — allant de l’économie et de l’histoire au droit, discipline dans laquelle il était habilité — était au sommet d’une carrière partagée entre enseignement, recherche, et recherche appliquée au service du gouvernement de l’Empire allemand. Pourtant, à quelques années de sa mort en 1920, il avait choisi de donner sa faveur à la démocratie. Dans La science, comme métier et profession, Weber dresse un portrait assez misérable de l’université allemande, notamment des contraintes qui pèsent sur le début de carrière académique, contraintes ou plutôt exploitation des Privatdozent. Lorsque j’avais lu ce texte avec mes étudiant∙es, j’avais été frappée par l’actualité de cette conférence à un siècle d’écart. Peut-être est-ce pour cela que j’ai voulu y revenir aujourd’hui en vous invitant, Madame la sénatrice, à me lire.

L’idée de m’adresser à vous m’est venue en écoutant les derniers moments de l’examen de la loi au Palais du Luxembourg. Vous vous étiez émue alors — je ne me souviens plus de vos mots exacts, et le temps manque pour les retrouver : c’était l’émotion d’une femme se défendant de soupçons de malhonnêteté au vu de l’énorme réaction suscitée par votre amendement 234 proposant d’encadrer les libertés académiques par les « valeurs de la République », indice a minima de votre engagement et du sentiment d’incompréhension, voire de trahison.

À l’occasion de la chronique de cette semaine, où nos vies se sont entremêlées, je tenterais une description de ce qui fait mon métier et ma vocation aujourd’hui. Peut-être y verrez-vous comme moi des proximités avec celui de sénatrice.

Intégrité

Commençons par les présentations.

Vous êtes élue sénatrice, sous la bannière Les Républicains (LR), en 2017 : auparavant, après des études d’histoire et d’histoire de l’art, vous avez navigué entre le monde politique, comme assistante de François Bayrou puis de Xavier Darcos, et celui de l’édition. Pour ma part, je suis maîtresse de conférences en sciences sociales depuis 2013, après des études, l’agrégation et un doctorat en histoire, et un parcours professionnel entre Paris, Tours, Angers, et Londres, entre l’université et un musée de sciences. En raison de mon objet d’études — L’économie politique de la médecine et de la chirurgie à l’époque moderne — et aussi par affinité professionnelle, je me suis spécialisée en « épistémologie, histoire des sciences, de la médecine et des techniques », pour reprendre le titre de la section du Conseil national des universités à laquelle j’ai choisi d’appartenir lorsque je suis devenue titulaire — section du CNU où je suis membre nommée depuis tout juste un an.

Autumn Colour, October 2015Thornes Park and Nostell Priory (National Trust), Wakefield, by Clive, October 2015

Continuer la lecture

« On vit mieux en luttant qu’en se résignant ». Éric Fassin sur Mediapart

Hebdo #91: être debout avec… Éric Fassin !

(c) Institut français à Izmir

Le monde est sens dessus dessous, au bord de l’abîme, nous ne pouvons pas nous permettre de nous réfugier dans nos jardins secrets. L’heure est à la résistance, sur tous les fronts, et en premier lieu sur le terrain de la démocratie, car s’il bascule dans la barbarie et la guerre civile, nous serons tous responsables d’avoir laissé la terreur et la peur nous gouverner, ou tout simplement d’avoir détourné le regard.

Dimanche dernier, un de nos contributeurs réguliers, le sociologue Eric Fassin, publiait un billet de blog inquiétant (à lire ici) sur les menaces dont il fait l’objet sur Twitter de la part de la mouvance néonazie. « Je suis professeur. Le 16 octobre, un professeur est décapité. Le lendemain, je reçois cette menace sur Twitter : “Je vous ai mis sur ma liste des connards à décapiter pour le jour où ça pétera. Cette liste est longue mais patience : vous y passerez“ ». Loin de vouloir faire de lui une victime, il explique alors comment l’offensive contre les musulmans, en réaction aux attaques terroristes, prolongée par les accusations folles contre la pensée critique, taxée d’ « islamo-gauchisme », a donné un blanc-seing aux offenses d’extrême droite et ouvert une brèche à la remise en cause des libertés académiques.

Extraits                                                               Lire l’entretien complet sur Mediapart

  • Désolée pour cette question triviale, comment allez-vous ? Les menaces ont-elles cessé ? Les avez-vous signalées à Pharos ? Et de manière générale, êtes-vous inquiet pour votre sécurité ?

Qui peut aller très bien dans un monde qui va mal ? Mais je ne suis pas à plaindre, j’en ai bien conscience. Les insultes continuent ; pour l’instant les menaces, sont moins ouvertes. Je les signale désormais. La police, qui a recueilli ma plainte, prend au sérieux le risque d’un terrorisme d’extrême droite. Mais il ne s’agit pas seulement de moi. J’ai voulu parler à la première personne du singulier d’une situation qu’il faut penser à la première personne du pluriel : « nous ».

Continuer la lecture