Misère des universités et universités de la misère (I)

Le 4 février 2020

Novembre 1997. L’Association de réflexion sur les enseignements supérieurs et la recherche (ARESER) publie un ouvrage auquel de nombreux universitaires et chercheur-e-s-ont participé1. Parmi eux, Pierre Bourdieu qui, avec l’historien Christophe Charle et le sociologue Bernard Lacroix, a coordonné cette publication. Les diagnostics établis sont graves et, déjà, révélateurs de la situation alarmante des universités Sous-investissement chronique de la puissance publique, manque d’encadrement des étudiant-e-s en particulier en sciences humaines et en droit ce qui a notamment pour conséquence un taux d’échec élevé en premier cycle dont sont victimes les personnes socialement et culturellement les plus fragiles, démoralisation des enseignants toujours plus absorbés par des tâches administratives multiples2 et incapables d’accomplir dans de bonnes conditions les missions d’enseignement et de recherche qui sont les leurs, opacité des mécanismes de recrutement des enseignants-chercheurs et « poids croissant du localisme » auxquels s’ajoute une « concurrence » exacerbée « pour des postes raréfiés » en raison de restrictions budgétaires et d’une politique malthusienne qui ne s’est jamais démentie.

Et les auteurs de rappeler ce paradoxe singulier. Alors que l’éducation et la scolarité des enfants sont des préoccupations majeures des familles dans un contexte de chômage de masse et de longue durée, de même la poursuite des études supérieures après l’obtention du baccalauréat, les responsables politiques ne s’inquiètent de l’état des universités, de la situation des étudiant-e-s, de celle des personnel-le-s administratifs et des enseignant-e-s qu’à l’occasion de mobilisations significatives et/ou de difficultés financières d’une particulière gravité en alternant mesurettes élaborées dans la précipitation pour rétablir le calme et poursuite des politiques de « rigueur ».

Vingt-trois ans plus tard, la situation n’a cessé d’empirer et ce quels que soient les majorités à l’Assemblée nationale, les gouvernements en place et les présidents. Le quinquennat de François Hollande l’a confirmé. Qui se souvient des diaphanes secrétaires d’État à l’enseignement supérieur, Geneviève Fioraso d’abord, Thierry Mandon ensuite, et de leurs actions significatives en faveur des universités ? Après avoir servi avec docilité le fossoyeur en chef de la majorité présidentielle et du Parti socialiste, ils ont, comme beaucoup d’autres, disparu corps et bien avec la débâcle politique que l’on sait. À droite comme au sein de la défunte gauche gouvernementale, nonobstant de menues oppositions rhétoriques sans grandes conséquences pratiques, le budget de l’enseignement supérieur est depuis longtemps une variable d’ajustement toujours conçue comme une dépense, jamais comme un investissement à long terme exigeant une constance certaine dans l’allocation des ressources financières et humaines afin de bâtir des universités capables d’assurer de façon optimale leurs missions d’enseignement et de recherche.

https://www.flickr.com/photos/pvarney3/13537216353/in/photolist-mCeLMX-9yi4nS-e6inkb-2iJKxmr-2favGew-2fmqnWU-2iXErhp-GZ64z-F9Hde7-HVX1k-X7rpA6-iB4bg2-84rfC4-84rezX-REExpp-2iTuv9c-2e2vKoM-2fduJNU-edLur9-5LK2L7-RN84n6-24WXqta-WKXNKz-rYf4UV-rdS3Sq-25m8EVs-VMF4JU-Tofd7Z-22XPqqY-s4kR7V-e6SJsQ-HgWJPE-Tjb81Q-9uUu1D-SUFM1c-HgWKSG-e6MgBv-2e854Th-VFnkXk-2g4RJnN-X9kua6-rYaQ4c-e6SGTE-e6Mghn-nuoMLs-e6MiJX-2erRdv9-2ebezLP-VYFu2D-KmJyb

Débâcle à Arabia Mountain, Georgia,, par Phil Varney, 29 mars 2014
Arabia Mountain

Continuer la lecture

  1. ARESER, Quelques diagnostics et remèdes urgents pour une université en péril, Paris, Liber-Raisons d’Agir, 1997. Furent également associés F. Balibar (Paris-VII), C. Baudelot (ENS Ulm) et D. Roche ( Paris-I), notamment. []
  2. En 1964, déjà, Paul Ricœur écrivait : « Il faut mettre fin à l’écrasement stupide des universitaires sous les tâches administratives, sinon ancillaires, à la monumentale bêtise du gaspillage d’énergie que le manque de moyens entraîne. » « Faire l’université. » In Lectures 1. Autour du politique, Paris, Seuil, 1991, p. 375. Le chef de l’Etat, qui a réussi à faire croire qu’il est un disciple de ce philosophe, serait bien inspiré de le lire au plus vite. []

Confinée libérée – édition du WE – 23-24 mai 2020

Édition du WE. Samedi 23 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #7
  • 21 mai 2020 —  Facs et Labos en Lutte : une mobilisation féministe ? Retour d’expérience par celles qui l’ont vécue

    Durant la mobilisation de cet hiver, dans les facs et dans les labos comme ailleurs, les femmes ont été particulièrement actives, et ce dans des rôles pas toujours conformes aux stéréotypes de genre : dans les assemblées générales et les coordinations nationales, elles intervenaient voire introduisaient les discussions, elles n’hésitaient pas à apparaître dans les médias, occupaient l’espace de la parole en réunion, etc. Les premières initiatives pour l’emploi scientifique et contre la LPPR ont d’ailleurs été portées avant tout par des femmes, qui ont assumé un rôle d’organisatrices syndicales et politiques. Cette contribution collective propose un retour sur cette lutte, en analysant nos pratiques afin de saisir comment cette dynamique féministe a pu émerger et être perpétuée au sein du mouvement. L’enjeu est moins de livrer une analyse réflexive approfondie de cette séquence militante – qui se poursuit toujours, bien que sous d’autres formes, du fait du confinement – ce qui nécessiterait une plus grande prise de recul, que de consigner nos expériences d’organisation et de mobilisation, afin d’en laisser une trace qui pourrait être utile aux luttes à venir.

    photographies prises le mars 2020 par Gilles Martinet

Confinée libérée – édition du WE – 16-17 mai 2020

Édition du WE. Dimanche 17 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #6
  • 12 mai 2020. COVID : la colère en prime – opposition des soignant·es aux primes COVID« A la mi-avril, dans le contexte de crise sanitaire que nous connaissons tou·tes, le gouvernement annonce aux soignant·es des « primes COVID ». Loin de nous réjouir, ces primes nous choquent et nous humilient. Nous nous y opposons et refusons tout ce qu’elles représentent. » Tribune du collectif Hôpital Ouvert.

Le 29 février, devant l’Assemblée nationale. Alors que la crise du COVID se dessine, l’usage du 49.3 est utilisé pour la réforme des retraites et les protestations sont réprimées (photographe anonyme).

  • 14 mai 2020Et si la Loi de Privatisation Programmée de la Recherche c’était demain ?, par Paola Bertelli
    Dans un état de crise sanitaire et sociale sans précédent, la ministre Frédérique Vidal s’acharne dans ce projet, malgré la contestation qu’il a soulevé. Il paraît donc d’autant plus important de se mobiliser aujourd’hui pour que demain ne ressemble pas au monde décrit dans les lignes qui vont suivre.
  • 16 mai 2020Autoritarisme à Saclay
    La présidente de l’université Paris-Saclay, établissement expérimental lancé au 1er janvier 2020 et navire amiral de la « politique d’excellence », vient de suspendre un professeur des universités en droit, sans même l’entendre, dans l’unique but de l’empêcher de siéger dans un jury d’examen. Il lui est reproché d’avoir mis de trop bonnes notes aux étudiant·es lors d’un examen en ligne, en période de confinement.

L’Université retrouvée ?

En ce dimanche soir de Pâques, alors que la lumière et la chaleur nous donnent une furieuse envie d’aller retrouver la liberté et la verdure, que nous nous posons des questions sur l’après — celui que nous ne voulons pas, et celui auquel nous aspirons — pourquoi ne pas voir ou revoir le magnifique documentaire de Virginie Linhart, Vincennes, L’université perdue. Arte & Agat Films, 2016.

Lettre des enseignant·es aux étudiant·es de l’UFR de de sciences de l’éducation de Paris-8

Bonjour à tous et toutes,

Nous sommes quelques enseignant·es de l’UFR de sciences de l’éducation de l’université Paris 8 à nous poser des questions sur ce qui nous arrive et nous tenons à partager avec vous nos interrogations.

Nous voici confiné.e.s pour au moins quinze jours, mais probablement le double si l’on en croit les expériences du Hubeï ou d’Italie.

Nous sommes passé·e·s d’une vie publique et politique intense à une vie resserrée sur l’espace domestique. Pourtant rien ne cesse vraiment de nous indigner.

Paraît-il que les journalistes se sont organisé·e·s pour assurer la « continuité de l’information » et nous voici avec un flot continu de discours sur l’évolution à la minute de la pandémie, la réaction de nos politiques en temps réel et les soubresauts de la bourse, tout ceci bien enrobé « d’unité nationale ». Alors à nous tous et toutes, professionnel·le·s de l’éducation de la maternelle à l’université, de prendre nos responsabilités pour assurer la « continuité pédagogique » et de faire vivre cette « nation apprenante » dont on voit mal ou trop bien (c’est selon) ce qu’elle peut bien signifier ! Nous savons tous et toutes que les plus vulnérables seront les plus touché·e·s par le virus, mais aussi par la nécessité d’assurer toutes formes de continuité, de s’occuper des proches, de gérer le quotidien.

La grève prend ainsi une drôle de tournure dans un moment où la défense de nos services publics et une plus juste répartition des richesses semblent d’une brûlante actualité. Il ne s’agit évidemment pas de contester la décision de confinement mais de ne pas cesser d’être critiques et solidaires parce que nous avons cessé de sortir et de nous réunir. Il ne s’agit peut-être pas non plus d’assurer une « continuité de la grève » plutôt qu’une continuité pédagogique… mais peut-être d’accepter la rupture !

Continuer la lecture

… et il n’y a toujours pas de masques

  • par Sébastien Leroux, enseignant à l’université Grenoble Alpes

« Pour les étudiant·es, les collègues et toustes les autres »

Il y a elle ; elle est chez ses parents au fin fond de quelque part, et ne capte pas grand chose, d’un point de vue informatique je veux dire, elle a bien la 3G mais c’est littéralement au fond du jardin.

Il y a ma compagne ; elle est professeure de français histoire géographie dans un lycée professionnel. Elle a des classes et des élèves. Elle a des « elle » et des « il » aussi. Il faut qu’elle s’en occupe.

Il y a mon groupe 2 en DIG2 ; il faut que je m’en occupe, il faut que je m’en occupe, il faut que…

Il y a lui ; il est réquisitionné et travaille dans l’alimentaire à 125% depuis le début du confinement, il est inquiet pour la suite de ses études.

Il y a les courses parfois, les repas souvent, la machine et tout le reste.

Il y a elle ; elle dit que « Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas, compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser la France entière pour aller récolter des fraises gariguette »

… et il n’y a toujours pas de masques.

Photo: Claude TRUONG-NGOC

Continuer la lecture

Lucidités universitaires

  • par une étudiante de Master

« Aux étudiantes et étudiants de première et deuxième années de master, je veux dire que cette année universitaire bien singulière ne doit pas les conduire à renoncer à leur projet. Vous vous y êtes engagés avec passion, celle de comprendre et de savoir, vous devez poursuivre cette aventure intellectuelle, (…) aventure qui se nourrit aussi de ce moment particulier. » Un président d’université, le 25 mars 2020

 Et jamais ne s’arrête la petite musique bien rythmée de ceux et celles qui croient nécessaire de ne surtout pas s’arrêter.

Déjà aux temps des mobilisations, les diktats de la « continuité » nécessaire se faisaient entendre. Si « faire la grève (à l’université), c’est jouer le jeu du gouvernement » on pourra se demander si « faire une trève » ce n’est pas jouer le jeu du COVID-19 ? Alors, non, il ne faut surtout pas s’arrêter, il ne faut surtout pas casser les rythmes (déjà bien ébranlés) et il faut, cependant, à tout prix, maintenir, une continuité —… – pédagogique. Même pas drôle.

Pourtant ce n’est pas un jeu.

https://www.flickr.com/photos/irinavorotyntseva/4563233868/in/photolist-7XeLs1-9yCKsS-PQvWb3-yAsDy4-7G6LN2-6FoEsU-T5n9n-2c7ftJ2-4SSopu-25zQzDo-244fmKV-dvaM8x-LL3Xxj-4v4UdH-VP3kP5-9JGUtp-o5oYSS-9CAzpy-6W1cNB-6EVU1H-2ioJz3q-5TsqQJ-8Y8xVv-2e4Wkpu-NGTvka-bAcrUP-aAAhj5-JNEaQj-QErhLj-8w7e8e-6jLCiE-7qRquk-cX3h21-ppU5o-m2UU-RGeJMx-4sF7xv-9hiMWv-GUwBC3-82dgJ9-7t2ocV-7fJwEj-6usDue-c6v7MQ-6bX6Rt-2htuPzS-9qgen8-adFXch-LGrV-p5MHR

Self-portrait, by Irina Vorotyntseva, 2010

Quelle « continuité » existe dans de telles circonstances ? D’une situation inconnue, toujours plus imprévisible et incertaine, qui peut prétendre à une « continuité » ? Au voisinage de la mort, le terme même de « pandémie » ne semble pas affecter plus que ça le corps universitaire, puisqu’il n’y a peut-être déjà plus de corps universitaire… On n’a cessé de délabrer les conditions d’études et de travail à l’université, la destruction programmée du service public de l’enseignement et de la recherche n’a de cesse depuis bon nombre d’années. Alors on se côtoie et se croise dans des locaux — où il fait parfois froid, très froid même — sans être capable de tenir le lien. Le lien, nos liens, n’ont eût de cesse d’être brisés par le capitalisme, le néolibéralisme et une fois de plus l’université — bien qu’elle se croit souvent dans un nuage à part — n’y échappe pas.

https://www.flickr.com/photos/126472301@N02/45359340801/in/photolist-2c7ftJ2-4SSopu-25zQzDo-244fmKV-dvaM8x-LL3Xxj-4v4UdH-VP3kP5-9JGUtp-o5oYSS-9CAzpy-6W1cNB-6EVU1H-2ioJz3q-5TsqQJ-8Y8xVv-2e4Wkpu-NGTvka-bAcrUP-aAAhj5-JNEaQj-QErhLj-8w7e8e-6jLCiE-7qRquk-cX3h21-ppU5o-m2UU-RGeJMx-4sF7xv-9hiMWv-GUwBC3-82dgJ9-7t2ocV-7fJwEj-6usDue-c6v7MQ-6bX6Rt-2htuPzS-9qgen8-adFXch-LGrV-p5MHR-nDgjv-4wPJHw-wMLgfU-2hePFLn-7mLN4g-pwasQ6-6YQaG8

#touch, by Massimo Angelini, 2018

Et alors que du peu qu’il nous restait de partage de salles de cours, bibliothèques ou cafétéria, il n’en n’est plus. Le temps commun se brise et chacun reste chez soi. Mais qu’est-ce que « chez soi » ? Quelles sont les inégalités dont l’université est (une fois de plus) incapable d’admettre l’existence ?

L’afflux de mails pour la continuité pédagogique a tendance à me faire plonger dans un gouffre d’impossibilités à faire quoi que ce soit dans de telles circonstances. Chaque jour ma boîte mail universitaire, autant que ma boîte mail personnelle (puisqu’il semble toujours plus prudent de la part des expéditeurs de doubler leurs communications) sature de mails autour d’une prétendue nécessité de la « continuité pédagogique ». Le confinement est une épreuve (mentalement aussi) très difficileProposer des ressources et des possibilités, soit.Parler de rendus même décalés, de cours en vidéo sans questionner plus que cela nos possibilités d’accès ne fait qu’accroître ma culpabilité face à mon incapacité à faire quoi que ce soit (ou mon incapacité à me connecter à l’heure voulue, définie – voir même l’incapacité à répondre aux mails de mes professeurs). Pourtant, je suis de ces étudiant∙es plus que privilégié∙es, je n’ai jamais manqué de rien — si ce n’est d’une connexion internet illimitée — et mon confinement se fait dans un endroit bien agréable en soi. Mais l’angoisse devant une situation tellement inconnue dont nous n’avons aucune idée du temps qu’il nous faudra pour sortir devrait amener à plus de questionnements sur ces questions de continuités. Alors il va certainement falloir inventer des façons de faire et de communiquer mais à mon sens aussi surtout déculpabiliser ceux, celles, qui juste n’arriveront à rien dans ces temps-là ou tout simplement par précarité ne pourront pas accéder à ces ressources numériques.

https://www.flickr.com/photos/moncouer/4489348811/in/photolist-7QH5ZH-9K7ag1-SobaaA-69Mk5B-24eAmJW-NrSsDt-5uH4c7-NbuHUN-2hPdC2n-4Mekij-ZwSpHN-r5HHGL-z9Ggq7-5bnyBi-8t8rba-XZtvnw-Sju6ag-pKnXjZ-SvJ4Ti-XrHoR3-ZR4MVh-64fh1v-RWAMkE-2gm68rv-2fZg3hZ-tRBRW-8LQJmc-p8gSDx-p3ZNoo-4ToNki-fmFU1s-24k5BrA-86Gn8e-6jF1nb-fUqSSR-3jX1wS-uju7D-9AqT3M-24fuktK-YDRPD9-3nZuUu-2PkFz-2dEJgih-FcMchb-6YY3xf-oSg7K3-avyn8e-3nV16v-Td3UYN-56YsFR

touch, by Eszter Tomori, 2006

Quelles sont les possibilités d’accès — en temps normal—pour chaque étudiant à un ordinateur, à internet, à un espace calme, à de la nourriture —non, travaillez le ventre vide ce n’est pas simple—, à du repos ? Ce sont des données qu’on a trop peu, pourtant, on ne compte plus le nombre d’étudiants qui travaille à côté de ses études, qui vit en logement insalubre, qui ne peut se soigner, qui ne peut manger à sa faim ou sainement, qui ne peut prendre le temps du repos nécessaire pour faire face au devoir universitaire. Alors déjà au « temps normal » et bien indigeste, aucune égalité n’existe mais qu’en est-il ces derniers jours, en plein cœur d’une pandémie ? Qui sont les étudiants qui peuvent « lire et travailler » et ceux, celles, qui doivent gérer les frères et les sœurs, les parents, les grands-parents, les voisins ? On n’en sait rien. Et au milieu de tout ça, ce sont souvent, encore, les plus précaires qui sont au cœur des réseaux de solidarités pour le voisinage, pour les personnes sans-domiciles, pour ceux encore plus ou autant : précaires. Alors le temps de la continuité pédagogique n’a pas fini d’être brisé, le « temps de la continuité pédagogique n’a jamais existé » —ou n’existe plus depuis bien longtemps — et en ce moment, il n’a certainement pas lieu d’être. Ou plutôt, s’en réclamer est simplement indécent.

https://www.flickr.com/photos/enrica_corvino/2186239498/in/photolist-4kc3Qs-fGZbZk-fHgLk1-bLLLo-x84ieY-5xvcmW-3T8dDr-EQUTU3-2hap9GP-8u6EGP-9TcJAP-br6wdf-6TqTcE-2g7THjx-pVoKe-9wJjWG-fGZb9z-bvfp7x-7FU2De-ETwwo9-pXgsJz-CKiPcB-2irKDtE-7JEC6r-Hhq5Jz-Y592Vg-AeLrqm-92mMYf-ciPYH3-2getECr-4noeVC-2gg8Mq3-2g7ah6R-8YAuJt-8Pb9sJ-7yX4pF-abgiWb-2hwUCnj-ac5sFU-2ze3L4-5oVh2r-9K4CGn-69hNBN-ntCFer-2h1piWe-4uyyVC-eysQXf-2ibPW3m-9f1krA-2gKqfF5

touch, by Enrica Corvino, 2008

Puis si certains tirent parti de cette situation, il est à craindre que ce seront toujours les mêmes, comme ceux qui déjà en difficulté le seront sans doute bien plus pendant et après cette crise sanitaire. Il y a plus inquiétant selon moi : la santé mentale des étudiant∙es, déjà si fragile et dont on parle trop peu dans le monde universitaire. J’ai été dans le peu de rencontres que j’ai faites cette année1 plus qu’attristée de découvrir le nombre d’étudiant∙es sous anxiolytiques, antidépresseurs ou ceux en détresse qui n’ont accès à rien. Je suis ce qu’on pourrait qualifier de déléguée de classe, et lors de prises de contacts avec les étudiant∙es, certains mails étaient tels des appels à l’aide dont il nous était quasiment impossible de répondre pour nous délégué∙es. Les discussions avec la direction nous ont sans cesse ramené∙es à nos devoirs de délégué∙es sans que ces derniers prennent la mesure du risque en cours, de la détresse. Ce qui était certain, c’est que, vivant des situations parfois parallèles nous n’étions en mesure de répondre aux appels à l’aide. Nous avons vu et entendus nos camarades pleurer face à des conditions de vies inacceptables, face la détresse quant à l’absence deperspective d’avenir, devant la préparation de la LPPR qui brise encore nombre d’espérances pour de jeunes étudiants chercheurs, face au mépris de certain∙es titulaires autant que de nos gouvernements et de l’université en tant qu’institution((Cette institution s’est avérée plutôt malveillante.)).

Et aujourd’hui qu’en est-il ? Je pense à mes camarades dans des chambres de 9m2 où les bâtiments répondent déjà à des hautes normes anti-suicide, tellement la plupart des conditions de vies offertes sont précaires et insatisfaisantes. Je me rappelle une année en cité universitaire que j’ai fini par quitter l’année suivante pour aller en foyer théologien,bien que je ne sois pas croyante). Une chambre de 9m2 et une cuisine partagée souvent sale, sans poubelle à disposition, ni four. Souvent juste deux plaques, un micro-ondes. Des murs si fins que les moindres gestes de vos voisins vous parviennent. Des sortes de cellules à étudiants qu’on ne peut à peine nommer car il y a encore pire. Il y a toujours pire. Il y a des cités universitaires dans des états d’une insalubrité impensable. Et j’ai là aussi une pensée pour ceux, celles, qui réellement emprisonnées actuellement dans les Centres de rétention administrative2 vivent dans des conditions souvent inhumaines. Mais il y a encore une fois toujours pire.

Les conditions de vie du plus grand nombre sont aujourd’hui intolérables, inacceptables et il faudra le dire, le redire, encore et encore, voir le crier et trouver des moyens pour se faire entendre pour que ça change. Puisque, non, non, nous ne voulons pas de cette « continuité ».

https://www.flickr.com/photos/47018556@N06/4415473854/in/photolist-7Jbsxy-2iFEim6-4nD1Jh-reR3Bn-2ccHVfG-KNtNah-7UHc3W-86q4t3-8ZxJE-6diumX-9ReMRp-5UvXQq-rf3vcH-9Nwx2q-4npHtG-UXyxKs-gE7QFT-9Gc1Ax-NJRMAJ-N8uaP-83MSbR-3mDM7W-5SC1tL-2h5HqFG-244TzNs-pLLe65-aCXtzj-6z3euf-bgey5k-96LV6T-6wp59R-5uJZr5-5ieZWx-2ijoyKk-5VvbWu-2itbUfF-8QKB1x-5zwFAx-4nkbLM-rEttcE-724Qny-e4B1Zs-FEMjCy-517Pdn-JNPFud-5j9HEp-3pkvwo-FLiJT1-4159Vh-7J3NjF

Touch, by LorC8, 2008

Ce temps de la prétendue continuité pédagogique devrait plutôt s’interroger sur ce qu’est devenu notre monde, notre société autant que son université. Puisque l’université aujourd’hui ne répond plus à son devoir de service public, elle est inégalitaire, raciste, sexiste, et j’en passe. Que faire ? Je n’ai même pas d’idée. Dernièrement, je pense à ceux, celles, qui ne seront pas aussi protégés que je le suis. À ceux, celles en détresse pour qui je ne sais même pas quoi faire. Je pense à ce gouvernement qui offre d’abord des solutions aux entreprises et se congratule alors que la gestion de la crise est plus que lamentable et coûtera de nombreuses vies. Mais qu’importe pour eux, il n’est plus à démontrer que nous ne comptons pas. Il y a mille questions à se poser actuellement, mais je crois en effet que la continuité pédagogique n’est pas la première d’entre elles.

Alors je ne répondrais pas aux injonctions pour maintenir la « lucidité des universitaires » dont nous avons besoin mais qui fait cruellement défaut. Et si rien n’est produit pour la machine universitaire dans ce temps de confinement insupportable, personne ne devrait en être tenu responsable. Il y a des moments où il faut admettre que plus rien ne tient. Et quand plus rien ne tient, la seule chose à faire, c’est prendre soin. Prendre soin de ceux et celles qui côtoieront la mort dans leurs proches, dans leurs familles, prendre soin de ceux et celles qui iront travailler pour s’assurer un revenu minimum autant que pour faire vivre ceux et celles qui peuvent restés confinés, prendre soin de ceux et celles qui plus que jamais d’une santé psychique fragile sont peut-être au bord d’un précipice qu’on ne voudrait voir mais auquel il va falloir faire face. Prendre soin des autres, prendre de soin de nous autant que de soi.

Juste prendre soin et jouer le contre-courant de ce que joue notre gouvernement qui ne prête plus d’attention ni aux corps, ni aux vies.

https://www.flickr.com/photos/speechlesstalking/6050803906/in/photolist-adFXch-LGrV-p5MHR-nDgjv-4wPJHw-wMLgfU-2hePFLn-7mLN4g-pwasQ6-6YQaG8-7xdFof-ecpidC-4kc3Qs-fGZbZk-fHgLk1-bLLLo-x84ieY-5xvcmW-3T8dDr-EQUTU3-8u6EGP-2hap9GP-9TcJAP-br6wdf-6TqTcE-2g7THjx-pVoKe-9wJjWG-fGZb9z-bvfp7x-7FU2De-ETwwo9-pXgsJz-CKiPcB-2irKDtE-7JEC6r-Hhq5Jz-Y592Vg-AeLrqm-92mMYf-ciPYH3-2getECr-4noeVC-2gg8Mq3-2g7ah6R-8YAuJt-8Pb9sJ-7yX4pF-abgiWb-2hwUCnj

touch, by Kate, 2011

  1. Je précise puisque je n’arrive pas à me faire à ce milieu universitaire []
  2. NDLR – Cf. sur Academia, Détenu·es confin·ées : discontinuité pédagogique, 20 mars 2020. []

Confiné·es, organisons nos solidarités et nos luttes ! Communiqué de facs et labo en lutte

Communiqué du 18 mars 2020 du comité de mobilisation des Facs et Labos en Lutte.

Après la mise en place du confinement, il complète et actualise celui du 14 mars.

Face à la crise sanitaire que nous connaissons, la priorité est désormais de prendre soin les un·es des autres et de participer, autant que nous le pouvons, à l’organisation de la solidarité. La situation alarmante dans laquelle nous place le Covid-19 est grandement aggravée par une violente austérité : la fermeture de milliers de lits dans les hôpitaux publics, les choix politiques de protéger l’économie plutôt que nos vies, ainsi que les baisses de financement public et pérenne de la recherche et de l’emploi scientifique participent au caractère dramatique de cette crise sans précédent.

Dans ce contexte, après plusieurs réunions, le comité de mobilisation national des Facs et des Labos en Lutte élu lors de la coordination nationale du 6 et 7 mars 2020 :

  • Renonce au calendrier des luttes voté en coordination ;
  • Appelle chacune et chacun au strict respect des mesures sanitaires adoptées pour ralentir et contenir la propagation du virus dans la population et en premier lieu à la mise à l’abri de tou·tes les travailleur·ses, par la désertion massive de tous nos lieux de travail ;
  • Appelle à l’organisation de la solidarité hors l’université et au sein de celle-ci. S’agissant de l’université, en particulier, les comités locaux doivent veiller à ce que les vacataires soient rémunéré·es durant cette période, à ce que les concours soient reportés, à ce que les personnels BIATT·O·S et IT·A bénéficient également des mesures de confinement, à ce que la pression à la « continuité pédagogique » ne pèse pas sur les plus vulnérables, étudiant·es ou travailleur·ses, à ce que les plus privé·es de liens d’entre nous, notamment les étrangèr·es, ne soient pas livré·es seul·es à des difficultés plus importantes que d’autres encore, isolé·es et démuni·es ;
  • Appelle à la vigilance concernant la mise en place de mesures qui, adoptées dans une période exceptionnelle, risquent de devenir ensuite la norme lors du retour à l’ordinaire : dispositions prises à l’égard du travail à distance (intrusion dans la vie personnelle, heures supplémentaires), normalisation et prolifération des cours en ligne sur le modèle de vidéoconférences présentées comme des substituts à de véritables enseignements, etc.

Continuer la lecture

Chronique de grève #12 – « Chers cousins français »

Chers cousins français,

https://www.flickr.com/photos/12355559@N03/48387462377/in/photolist-2gHQoLH-T3phoh-59ZeD-EBxSdE-2gyRcra-R2BcHQ-2dsjb2A-b4kNQn-8zntHj-4WZVL-qzTFv3-5cfCoz-2hjV6hV-27ob7kf-WuLvBG-ATjF5W-6qr27z-2aVpomo-4swhht-V7mX2e-27sVu7D-X8ys1L-GmeUC4-q6grEA-qMxnzT-7oX4b9-DjcrkA-29gAyTe-CPbcJm-JeAkYW-2i987x4-9fgumx-2ivTwM6-EkTiNa-2ixrL8z-JWX7df-2dxc5Xx-JmeJxK-2iBTKaU-Qdd7nX-VXk32g-c2tky7-25Jirbp-Ls3sX-bDnoNC-3hKpvB-bxNc4z-NGxEZ-2hTr3ww-GSwyno/

Couple marchant à Prague, par William, 2017

Si on arrive à survivre, le problème, en Italie, sera de comprendre si les couples, avec ou sans enfants, les femmes et les hommes seuls, résisteront à l’enfermement dans leur maison, s’ils réussiront à rester ensemble, à jouir encore de la compagnie réciproque ou de la solitude choisie, après une convivance forcée et ininterrompue d’un mois entier. Le décret du gouvernement dit que nous pouvons sortir pour faire une promenade, mais seulement avec ceux qui vivent déjà avec nous, pas d’amis ou d’amies, pas même de visites à des parents qui vivent dans d’autres maisons. Seule la famille proche, ou personne si nous sommes seuls. Pas de cinémas, pas de théâtres, pas de concerts, musées, restaurants, bureaux, écoles, universités. Seul un membre de la famille peut aller faire les courses. Devant les supermarchés, il y a des queues silencieuses de gens portant le masque, chaque personne doit être à 1 mètre de distance d’une autre, qui attend la sortie de quelqu’un pour pouvoir entrer à son tour. Même chose devant les pharmacies. Dans la rue, on fait un écart quand on croise un autre passant.

Continuer la lecture

Chronique de grève #12 – Gilets jaunes. Des lettres et des voix

Plein le dos, 365 gilets jaunes, par le collectif Plein le dos, Editions du Bout de la Ville, 372 p., 20 euros.

Chronique de grève #11 — Où étiez-vous ?

  • Médéric Gasquet-Cyrus, 5-6 mars 2020

Où étiez-vous ?

Vous étiez là j’espère ?

Aujourd’hui, 5 mars 2020, la fac est redevenue une fac.

Pas une enfilade de couloirs mal finis aux murs blancs et sans affiches (on n’a pas le droit : « ça appartient à Eiffage »), pas des salles quelconques qui se ressemblent un peu toutes, pas des amphis « fonctionnels » mais assez inconfortables, pas un préau sombre et glacé traversé par le vent où roulent des détritus et où l’on ne se rassemble que lorsque sonne l’alarme et que l’on doit évacuer le bâtiment. Pas une « UFR ALLSH », pas une « composante », pas une « faculté ». Non.

Une fac.

Avec des gens, jeunes et vieux, qui passaient, parlaient, mangeaient, pensaient, rêvaient, écrivaient, riaient, luttaient.

Vous étiez là j’espère ?

Où étiez-vous ?

J’ai vu des banderoles sur les murs ou déployées sur les grilles, j’ai vu des affiches, j’ai vu des panneaux. J’ai vu des mots, des discours, des slogans, des phrases, des livres, des témoignages, des pensées, des injonctions, des idées.

 

J’ai vu et entendu des gens, des profs, des étudiants, chanter dans les couloirs. Ou s’allonger devant les portes d’entrée, et chanter encore. Pour dire non, en riant. Mais non quand même.

Fermement. « Allongééééeees par terre-euh / Contr’ la LPPR euuuuh / On veut pas de cette loi ! // Allongées par terre / On bloqu’ l’UFoùR / On veut pas de cette loiiiiii ! »

Où étiez-vous ?

J’ai vu des collègues venir partager leur savoir, leur expérience, leur regard, dans des « cours » ouverts, gratuits. Pas d’UE, pas de crédits, pas de MCC, pas de CCI, pas de session 2, pas de Gigue, pas d’Ametice, pas de Parcoursup, pas d’HETD. Des cours de fac. Gratuits, ouverts, modestes, généreux. J’ai vu des étudiants lire et commenter des textes qu’aucun prof ne leur avait recommandé. Sans attendre de note. Sans attendre d’évaluation. Sans attendre de compensation. J’ai vu des étudiants se poser des questions, argumenter, se contredire, se rejoindre, penser ensemble.

J’ai entendu des débats des questions, des idées, des projets, des envies, des interrogations, des convictions, des curiosités insatisfaites, des espoirs. Avec des gens qui parlaient parfois avec des « tremblos » (non, pas des trémolos) dans la voix.

Où étiez-vous ?

J’ai vu des tables, des chaises, des fauteuils que chacun pouvait investir pour se poser, parler, créer.

J’ai vu des gens qui pouvaient se servir librement du café, du thé, du couscous, du pain, du jus d’orange, des gâteaux, des tartes ; pas de cocktail, pas de petits fours, pas de traiteur avec « devis » et « bon de commande » ; et des prix libres : tu donnes ce que tu peux. Pas de Moneo obligatoire, pas de présentation de sa carte pour avoir droit au tarif ceci-cela pour un sandwich spongieux du CROUS, de la salade en plastoc ou des carottes repeintes au Stabilo Boss. Des trucs à boire et à manger portés par des étudiants qui ont bricolé de quoi nourrir tout le monde.

Continuer la lecture

#10 – Chroniques de grève : Nanterre, 6-7 mars 2020

Sankara, la liberté et la lutte – À propos d’une signature et d’un engagement politique et féministe

 

« L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Seule la lutte libère »
Thomas Sankara, Discours à l’ONU, 4 octobre 1984

Depuis le début de la grève, j’ai adopté dans ma signature une citation de Thomas Sankara, qui a suscité quelques interrogations, étonnements et perfidies1. Je souhaite revenir sur les raisons qui ont présidé à ce choix, afin que celles et ceux qui avaient manifesté une curiosité ou une inquiétude puissent bénéficier des réponses que j’ai eu l’occasion de faire en privé. Et ainsi objecter publiquement aux remarques infondées, sinon maladroites ou malveillantes, dont mon épitaphe signature a fait l’objet.


Photo: Frédérique Lagny, Ordre et désordre – Manifeste#2,  gracieusement mise à disposition pour l’affiche de Fabriquer l’Afrique, EHESS Marseille, 2015

La citation, même si la référence que j’en donne est bien le discours à l’ONU de 1984, est une remémoration de citation. Je m’explique : elle donne à entendre les mots prononcés par les héritiers et des héritières de la révolution burkinabè de 1984, ces hommes et ces femmes qui ont mobilisé les maximes de Thomas Sankara dans leur révolte contre Blaise Compaoré en 2014-2015. Ces hommes et ses femmes, membres d’organisations de quartier, du Balai citoyen ou du Mouvement en rouge,— comme ici à la min 10’18 du film Djama mourouti la La Colère du peuple de Frédérique Lagny (2016) — ont fait entendre la voix du président assassiné à 37 ans, pour justifier leur marche contre la modification de la Constitution burkinabè, notamment son article 37 instituant un Sénat, et autorisant ainsi Blaise Compaoré de prolonger son mandat présidentiel.  

La mémoire de Thomas Sankara était également présente par la vibrante hagiographie cinémagraphique qu’en a proposé Christophe Cuppelin deux ans auparavant. Avant d’imaginer une forme aux couleurs du drapeau rouge-jaune-vert, le cinéaste suisse avait patiemment collecté des archives sonores et visuelles pendant plus de quinze ans. Capitaine Thomas Sankara (2014), qui retrace le parcours du chef d’État assasiné, utilise des écrans colorés pour séquencer le film , sur lesquels un machine à écrire reporte les lettres des mots d’ordre que le grand homme a prononcées. Les sentences, ainsi mises en images, invitent à mieux saisir le caractère, sinon prosélyte, du moins très engagé du soldat et du père de famille envers ses concitoyen·nes :c’est un des moyens quil se donne pour extirper son peuple de la pauvreté, de la dépendance financière étrangère et du sexisme.

Continuer la lecture

  1. Sur Thomas Sankara, outre la page Wikipedia, on peut consulter avec intérêt ses textes, notamment dans l’édition de Bruno Jaffré, Thomas Sankara, La liberté contre le destin, Paris, Éditions Syllepse, 2017; la notice de Saïd Bouamama, « Thomas Sankara », p. 271-288, in Figures de la révolution africaine. De Kenyatta à Sankara, sous la direction de Bouamama Saïd. La Découverte, 2017. []