“Islamo-gauchisme” à l’université : la ministre Frédérique Vidal accusée d’abus de pouvoir devant le Conseil d’Etat. Le Monde, 10 juin 2021

Six enseignants-chercheurs ont déposé en avril un recours devant le Conseil d’État. La ministre de l’enseignement supérieur va devoir justifier sa décision d’ouvrir une enquête sur l’”islamo-gauchisme à l’université”.

Lire la suite sur Le Monde

Extraits.

Qu’est devenue l’enquête sur “l’islamo-gauchisme à l’université” voulue par la ministre de l’enseignement supérieur ? Le 14 février, Frédérique Vidal annonçait sur CNews qu’elle allait demander, notamment au CNRS”, de mener une enquête portant sur “l’ensemble des courants de recherche” en lien avec “l’islamo-gauchisme” à l’université. Deux jours plus tard, à l’Assemblée nationale, elle confirmait la mise en place d “un bilan de l’ensemble des recherches” en vue de “distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme et de l’opinion”.

Quatre mois ont passé et c’est le silence complet. Sollicité par Le Monde à de multiples reprises, l’entourage de la ministre refuse d’indiquer si une enquête a été lancée et, le cas échéant, à qui a été confié le soin de la mener, le CNRS ayant décliné la demande.

Continuer la lecture

“Ça y est : l’université craque”. Communiqué des précaires de la section des sciences politiques de l’Université de Lille, 1erjuin 2021

De : Précaires ESR Lille
Date: mar. 1 juin 2021 à 14:28
Subject: [ancmsp] Arrêt maladie collectif des précaires de la section de science politique de l’Université de Lille
To: Liste de diffusion ANCMSP

Bonjour,

Par le présent mail, nous vous informons que 16 arrêts maladie ont été
déclarés parmi les précaires du département de science politique de
l’Université de Lille (soit 38 jours cumulés) pour la journée du 31 mai
2021, jour du rendu des notes du second semestre dans notre faculté. Ces
arrêts maladie illustrent l’état physique et psychologique des précaires
du département de science politique de l’Université de Lille après une
année de surcharge globale de travail, d’un manque de prise en compte de
la dégradation des conditions de travail et des multiples
réorganisations du passage du présentiel au distanciel.

À cela s’est ajoutée la charge induite par les corrections des examens
du second semestre aboutissant à des situations intenables (allant
jusqu’à plus de 400 copies à corriger pour certain·e·s). L’accumulation
subie par les doctorant·e·s, docteur·e·s sans postes, vacataires,
post-doc et ATER depuis plusieurs années (austérité, LPR, pandémie,
manque de postes, absence totale d’horizons professionnels et bas
salaires) ont provoqué la détresse dans laquelle nous nous trouvons.
Nous nous mettons en arrêt aujourd’hui en pensant aussi à tout.es celles
et ceux qui mènent leurs recherches sans contrat de travail et ne
peuvent pas faire reconnaître leur souffrance au travail, ainsi qu’à
toutes les fois où nous nous sommes retrouvé.es dans cette situation.

Crédit: Arria Belli 2008

Continuer la lecture

Parcoursup a échoué à rendre acceptable la pénurie de places dans l’enseignement supérieur

Thibaud Boncourt, maître de conférences en science politique, président de la commission d’examen des vœux Parcoursup de la licence science politique, université Paris-I Panthéon-Sorbonne, nous propose un bilan sous forme de tribune en trois temps : 1. Produire un classement juste est impossible ; 2. Cette injustice génère une frustration propre à alimenter l’extrême-droite ; 3. Plutôt que modifier le modèle d’affectation, nous ferions mieux de modifier le modèle de création de places.

  • par Thibaud Boncourt, maître de conférences en science politique, paru initialement dans Le Monde, 22 mai 2021

À l’été 2017, des milliers de néo-bacheliers se sont retrouvés sans proposition d’affectation dans l’enseignement supérieur. Parmi eux, d’excellents candidats présentés par Frédérique Vidal comme les victimes d’une “injustice”, car écartés des formations auxquelles ils prétendaient, non du fait de leurs résultats, mais à cause du tirage au sort opéré par la plate-forme “Admission Post Bac” (APB).

Confronté, dans les termes d’Edouard Philippe, à  “une immense insatisfaction, un sentiment de gâchis et de colère dans les familles” (Le Monde, 30 octobre 2017), le gouvernement a remplacé APB, en 2018, par Parcoursup et remis le “mérite” au centre de l’admission dans l’enseignement supérieur. Les établissements ont alors été appelés à classer eux-mêmes les candidatures, en fonction d’une série de “critères” et d’ “attendus”.

Cette réforme n’a pas réglé le problème de fond : l’enseignement supérieur n’est toujours pas en capacité d’accueillir tous les candidats, chaque année plus nombreux, dans les filières de leur choix. Elle a simplement visé à rendre l’éviction d’une partie d’entre eux plus acceptable, en écartant “l’injustice” du tirage au sort.

Amertume et sentiment d’injustice

Trois ans plus tard, l’échec de cette stratégie est patent. Parcoursup, comme APB, continue d’alimenter l’incompréhension et les sentiments d’injustice. L’amertume suscitée par les résultats d’admissibilité à Sciences Po Paris, publiés la semaine dernière sur la plate-forme, en est l’illustration la plus récente. Elle est emblématique des déceptions que produisent, chaque année, les classements des nombreuses filières “en tension”.

https://www.flickr.com/photos/soulsurvivor08/14936835887/in/photolist-oKVbVe-SrRRW-dfoBGP-5tV3Av-6YkeWe-iRpgP-6vQoQA-5ChNKn-6HC9cQ-efiAQ-hziwx-83ji75-6Ypf2A-8ofewt-cK7kZ1-83jy9Q-emU748-sCtjN-6YkiRk-dbv7ry-3bxukP-e81EL-737Gss-6yeUF-8uW9Qr-5f3soD-kiYDf-dG9yWw-7VN1zH-nw1HeH-429qz-7ZG2L-NHULd-3FxJ6-9Zehzd-4kdxR-3ehUT9-83jAuo-8P8sGj-KrwHRU-hziwy-aip2xw-8ar7wZ-7ZT9N8-um7eca-83g5hK-d7jTCu-8isEcQ-48isEm-6YkgXX

Passifore. Crédit: Bree McGhee, 2017

Continuer la lecture

Sens et perte de sens dans les services publics : une enquête

Le collectif Nos services publics  lance une enquête auprès des agents des services publics.

Agents des services publics : comment y êtes-vous venu·e·s ?
Qu’est-ce qui vous fait y rester ?
Qu’est-ce qui limite le sens de vos missions ?

3 minutes pour répondre à notre enquête sur le sens des services publics, par ses agents.

#ResistESR

“Les femmes représentent 67% des bénéficiaires de l’aide alimentaire”. Une étude de Cop’1, avril 2021

« À un moment, je ne me nourrissais plus que de pizzas à 1€50 : matin, midi, soir,… toute la semaine. Je n’avais pas assez pour m’acheter du pain, de la viande etc. »
L‘association Co’p1 – Solidarités Étudiantes est née à la rentrée 2020 ; elle organise des distributions alimentaires et de produits d’hygiène pour plus de 750 étudiants en difficulté par semaine.

Constatant le manque de chiffres et afin de mieux cerner leur profil et leurs besoins, Co’p1 mène depuis plusieurs mois une étude socio-statistique sur les étudiants précaires.

Constituée d’un volet quantitatif (1122 réponses) et de témoignages de bénéficiaires (volet qualitatif), “l’étude ne fait pas seulement état d’une précarité financière et alimentaire inquiétante, mais également de la multiplicité des précarités étudiantes, ayant également des conséquences psychologiques importantes”.
  •   79% des étudiants bénéficiaires sollicitent une aide alimentaire pour la toute première fois à la rentrée universitaire 2020-2021, découvrant ainsi la précarité.
  •  Les femmes sont surreprésentées et représentent près de 7 étudiants sur 10 (67% des bénéficiaires).
  • Parmi les répondants, 1 étudiant sur 2 affirme ne pas avoir mangé à sa faim depuis le début de la rentrée universitaire.
Synthèse des résultats : Version .pdf
 #ResistESR
Contacts : Ulysse Guttmann-Faure, Président de Co’p1 — presidence@cop1.fr / Paul Bouscary, Directeur des études de Co’p1 – Solidarités Étudiantes — etudes@cop1.fr

“Concertation sur le recrutement des enseignants-chercheurs”. Communiqué du bureau de l’Association françaises des études américaines (AFEA), 6 mai 2021

Ayant lu attentivement le rapport intitulé « Concertation sur le recrutement des enseignants-chercheurs » signé de MM. Blaise, Desbiolles et Gilli et remis en avril 2021 à la ministre de l’ESR, le bureau de l’AFEA en conclut que les principaux objectifs sont les suivants :

  • retirer au CNU toute mission de qualification, y compris pour devenir MCF (d’abord par « expérimentation », puis très rapidement de manière généralisée) ;
  • abolir la CP-CNU, précisément parce qu’elle est le lieu de l’expression collégiale des EC et qu’elle a fait entendre la voix de la communauté opposée à la LPR ;
  • instaurer partout le localismedans le recrutement des EC, avec des comités de sélection 100% locaux et des avis extérieurs exprimés uniquement par écrit et consultatifs seulement, ce qui permettra aux présidents d’université d’être véritablement des “patrons” d’universités devenues des entreprises sur le plan managérial ;
  • faire revenir le suivi de carrière, en obligeant le CNU, qui s’y est refusé dans la très grande majorité des sections des humanités et dans la majorité des sections toutes disciplines confondues, à faire ce travail d’évaluation tous les 5 ans pour celles et ceux qui n’auront obtenu ni promotion ni PEDR ni CRCT.

Les rapporteurs font référence, dans leur note de bas de page numéro 9, aurapport de l’IGAENR n° 2015-073 (Le recrutement, le déroulement de carrière et la formation des enseignants-chercheurs) de septembre 2015 qui préconisait de cesser de payer les heures complémentaires dans tous les établissements en se servant du suivi de carrière pour résorber ce volant d’heures grâce à la “modulation des services” à la hausse pour les mal évalués, dits “non publiants”. “Suivi de carrière” rime donc bien avec “modulation des services à la hausse”. Le rapport de l’IGAENR le disait crûment : le « suivi de carrière » a vocation à être imposé sans le consentement de l’intéressé-e. 50% de tous les EC sont classés « C » pour l’attribution de la PEDR – imaginons ces mêmes quotas appliqués à la modulation des services.

Par conséquent, le bureau de l’AFEA appelle l’ensemble des américanistes à refuser cette reprise en main managériale des enseignants-chercheurs. Tout comme nous avons appelé nos collègues à refuser de participer aux comités d’évaluation HCERES, nous les appelons à ne faire remonter aucun dossier individuel de “suivi de carrière”. Nous réitérons ici notre attachement indéfectible au CNU, instance nationale issue du programme du CNR, et seul réel défenseur de notre statut national d’EC aujourd’hui gravement menacé.
#ResistESR
Crédit bandeau: Vulture Capitol of Silicon Valley. Credit: Steve Jurvetson, 2020

Sakharov, physicien nucléaire et militant des droits de l’homme, à l’honneur à Paris, du 7 au 19 mai 2021

Il y a 100 ans, le 21 mai 1921 naissait à Moscou Andreï Sakharov. Grand savant, il est devenu un acteur de la paix, un avocat des droits humains, un dissident et la voix démocratique de la perestroïka. Ce physicien atomiste et prix Nobel de la paix en 1975, est un homme-symbole qui donna son nom au “Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit” remis chaque année depuis 1988 par le Parlement européen pour soutenir l’action des personnes ou des organisations engagées dans la défense des droits humains.

Une exposition organisée par Mémorial France avec la Mairie de Paris et le Parlement européen, en partenariat avec le Centre Sakharov et Memorial International (Moscou).

Pour plus d’information →

“Guy va faire une grève de la faim pour sauver Boubacar et Sidiki”

Guy commencera ce 5 mai une grève de la faim pour sauver Boubacar et Sidiki de l’expulsion. Quelles sont donc les motivations de la préfète de la Somme pour faire preuve de si peu d’humanité et risquer ainsi de mettre des vies en danger ? La situation de ces deux jeunes Guinéens est celle de centaines d’étudiants étrangers, soumis à la triple peine de la crise sanitaire, de l’exil et du rejet.

Il faut écouter Guy qui nous dit que les migrants “profitent à notre pays parce que ce sont des gens fabuleux”. Il faut regarder la vidéo qui accompagne cette pétition et la diffuser jusqu’à ce que la honte et la réprobation publique submergent la préfète de la Somme et le gouvernement tout entier.

Pour signer la pétition, cliquez ici.

Billet de Pascal Maillard (02.05.2021) à lire sur le Club de Médiapart.
Pour signer la pétition, cliquez ici.

Revue Tracés: “Documenter l’université qui lutte”

Numéro spécial de la revue Tracés. Revue de Sciences humaines (2020 | 2), dédié aux luttes universitaires.

2020 a été une année particulière à bien des égards : le Covid-19, mais aussi la forte mobilisation contre la loi de programmation de la recherche en France, y compris au sein des revues de sciences humaines et sociales qui ont été nombreuses à se positionner en lutte. Tracés, comme d’autres revues, s’est déclarée en grève puis a repris ses activités au cours d’un printemps pas comme les autres… C’est dans ces conditions qu’est adoptée l’idée de chambouler notre calendrier, de changer la thématique prévue pour ce numéro.

Il nous importait de faire un numéro mobilisé qui rende compte de ce qui s’est joué au cours de cette année inhabituelle. Et puisqu’il n’était pas possible dans cette temporalité de fabriquer des articles comme nous le faisions habituellement, l’enjeu est devenu précisément de penser et de faire un pas de côté par rapport à nos manières de faire, et par rapport aux contenus mêmes qui sont les nôtres.

Documenter, c’est faire ce pas de côté aussi comme manière de refuser une course à l’excellence qui nous demande de produire plus et plus vite, et dans un système d’évaluation toujours plus global et complexe. Plus qu’une autocritique, ce numéro suggère de se repositionner au sein d’un processus temporel scientifique dans une nécessaire et salutaire lenteur, et donc de prêter plus d’attention à la matière des sciences humaines et sociales, ainsi qu’à la fabrique de ses écritures.

Le numéro est consultable en ligne en cliquant ici.

Travail d’archive (9). “Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème…” — Virginie Despentes

https://twitter.com/laveritepradama/status/1380475550632927234?s=20

“STOP À L’ACHARNEMENT CONTRE ASSA TRAORÉ. Lundi 12 avril TGI de Paris 10h00”
@laveritepradama, 9 avril 2021

Le 10 juin, Emmanuel Macron lançait une offensive contre les universitaires accusé·es de “couper la République en deu”, chiffon rouge agité après le succès de le rassemblement du 2 juin 2020, organisé à l’initiative du collectif La Vérité pour Adama. Dix mois plus tard, la vague n’a pas tari, pas moins que la détermination d’Assa Traoré et de ses soutiens pour demander vérité et justice pour Adama.

Assa Traoré est convoquée demain, lundi 12 avril à 10h, au Tribunal de grande instance de Paris pour se voir signifier une mise en examen pour avoir désigné nommément les trois hommes qu’elle dit avoir tué son frère Adama Traoré, il n’est inutile de reproduire et d’entendre de nouveau la voix d’Augustin Trapenard lire la lettre d’intérieur de Virginie Despentes écrite le mercredi 3 juin 2020, au lendemain du rassemblement appelé par le collectif La Vérité pour Adama, à Paris, Marseille, Lillet et de nombreuses villes françaises.


Paris, le 3 juin 2020

Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème.

En France nous ne sommes pas racistes mais je ne me souviens pas avoir jamais vu un homme noir ministre. Pourtant j’ai cinquante ans, j’en ai vu, des gouvernements. En France nous ne sommes pas racistes mais dans la population carcérale les noirs et les arabes sont surreprésentés. En France nous ne sommes pas racistes mais depuis vingt-cinq ans que je publie des livres j’ai répondu une seule fois aux questions d’un journaliste noir. J’ai été photographiée une seule fois par une femme d’origine algérienne. En France nous ne sommes pas racistes mais la dernière fois qu’on a refusé de me servir en terrasse, j’étais avec un arabe. La dernière fois qu’on m’a demandé mes papiers, j’étais avec un arabe. La dernière fois que la personne que j’attendais a failli rater le train parce qu’elle se faisait contrôler par la police dans la gare, elle était noire. En France on n’est pas raciste mais pendant le confinement les mères de famille qu’on a vues se faire taser au motif qu’elles n’avaient pas le petit papier par lequel on s’auto-autorisait à sortir étaient des femmes racisées, dans des quartiers populaires. Les blanches, pendant ce temps, on nous a vues faire du jogging et le marché dans le septième arrondissement. En France on n’est pas raciste mais quand on a annoncé que le taux de mortalité en Seine Saint Denis était de 60 fois supérieur à la moyenne nationale, non seulement on n’en a eu un peu rien à foutre mais on s’est permis de dire entre nous « c’est parce qu’ils se confinent mal ».  C’est en Seine-Saint-Denis qu’il y a le moins de médecins par habitant de tout le territoire. Ils ont pris le RER tous les jours pour que le travail essentiel à notre vie commune continue d’être assuré. Dans le Centre, c’était “garden-party” tous les jours, en poussette, à vélo, en voiture, à pieds… il ne manquait que les trottinettes. Mais il a fallu qu’on commente : “C’est qu’ils se confinent mal”

Continuer la lecture

Les œillets rouges, par Louise Michel

F. Roy, libraire-éditeur, (p. 158-159).

Dans ces temps-là, les nuits, on s’assemblait dans l’ombre,
Indignés, secouant le joug sinistre et noir
De l’homme de Décembre, et l’on frissonnait, sombre,
Comme la bête à l’abattoir.

L’Empire s’achevait. Il tuait à son aise,
Dans sa chambre où le deuil avait l’odeur du sang.
Il régnait, mais dans l’air soufflait la Marseillaise.
Rouge était le soleil levant.

Il arrivait souvent qu’un effluve bardique,
Nous enveloppant tous, faisait vibrer nos cœurs.
À celui qui chantait le recueil héroïque,
Parfois on a jeté des fleurs.

De ces rouges œillets que, pour nous reconnaître,
Avait chacun de nous, renaissez, rouges fleurs.
D’autres vous reprendront aux temps qui vont paraître,
Et ceux-là seront les vainqueurs.

Freedom day celebrations, Portugal. Crédit: Jaime Silva, 2015

L’amour de la recherche : à quel prix?

En queue de peloton pour les vaccins, la recherche en France pâtit aussi d’une ambiance malsaine. Certes, nombre de collègues se dévouent à leur métier sans compter leurs heures ni leurs efforts. Mais cet engagement vertueux dissimule un cercle vicieux: l’inégalité de traitement ne fait que s’accroître entre titulaires et précaires, de plus en plus contraints au travail gratuit.

Manifestation du 17 septembre 2020. Crédit: Gilles Martinet

Quantitativement, le fossé se creuse : le nombre de postes diminue tandis que le nombre de candidat∙es s’accroît. En 2017, on comptait 110 000 enseignant∙es vacataires, contre 130000 aujourd’hui, qui assurent à eux seuls 40% des enseignements à l’université. En vingt ans, la diminution du nombre de postes de MCF mis au concours a été drastique (-65 %): nous sommes passés de 3000 par an à la fin des années 1990, à 1200 ces dernières années. Parallèlement, le nombre d’étudiant∙es dans les universités a augmenté de 15%.

Qualitativement, les relations se détériorent, la dissymétrie augmente car, pour compenser le manque de postes, le travail dissimulé s’accroît. On recourt aux services de moins en moins rémunérés et même gratuits de doctorant∙es ou docteur∙es sans poste pour boucher les trous, surveiller et corriger des examens, organiser des colloques, gérer des revues, animer la vie de leur laboratoire. Les situations et le degré de rémunération sont variés, mais il s’agit souvent pour un∙e non-titulaire d’accepter toutes sortes de vacations sous-payées (sous le SMIC horaire) pour éponger les déficits structurels.

Certain∙es s’épuisent à joindre les deux bouts et il leur faut encore “produire” des publications pour rester dans la course. Juridiquement, le non-titulaire peut se retrouver ainsi tour à tour bénévole, contractuel (à formes multiples), voire auto-entrepreneur, avec zéro cotisation sociale.

Mais le long terme aussi a changé: traditionnellement, le non-titulaire pouvait espérer une compensation plus tard, en devenant titulaire à son tour, le mérite aidant. Mais le processus est de plus en plus sélectif, l’avenir de plus en plus bouché. La structure institutionnelle, l’autonomie des universités, permet aux autorités locales de varier dans les justifications à apporter aux étudiant∙es. La structure sociale s’en mêle aussi, pour aider les un∙es à tenir, qui trouvent le temps de franchir les obstacles, et pousser les autres à abandonner, rattrapé∙es par les contingences matérielles. L’aspect psychologique n’est pas négligeable: une sorte d’emprise perverse se développe sur le précaire, incité à rester pour maintenir un système déficient. Que deviendraient en effet les alpinistes sans les sherpas?

Continuer la lecture

L’absurdité des classements universitaires

Le personnel et les équipes dirigeantes des universités accordent une grande importance aux classements des universités et les résultats de leurs systèmes de classement peuvent avoir d’importantes conséquences matérielles/financières. S’appuyant sur l’exemple particulier de sa propre institution, Jelena Brankovic fait valoir que le fait de corréler de manière linéaire les classements comme des indicateurs de qualité ou de performance est une manière fondamentalement erronée de saisir la valeur d’une université, en particulier lorsque les universitaires seul∙es s’en prévalent.

Au début du mois, QS a publié son classement annuel des universités mondiales par discipline, suscitant l’enthousiasme des médias sociaux universitaires. “Je suis ravi de faire partie du numéro 1 mondial”, a déclaré un membre du corps enseignant. “Fier∙e d’être ancien∙e élève et membre du personnel”, a écrit un∙e autre. “Tellement fier∙e de faire partie de l’équipe. Bravo à tous et à toutes”… Et ainsi de suite. Vous voyez le tableau.

Il n’y a rien de mal en soi à ce que les gens aiment leur travail et apprécient de travailler dans un environnement stimulant. Cependant, il y a quelque chose de troublant dans le fait que les universitaires considèrent des éléments tels qu’un classement établi par QS, Shanghai ou toute autre organisation, comme un indice ou une preuve de la qualité — ou de la médiocrité, d’ailleurs — de leur situation relativement à celle des autres.

On peut se demander si les universitaires ont réagi aux classements de cette manière dans l’enthousiasme du moment ?  u parce qu’ils prennent les classements au sérieux ? Ou peut-être s’agit-il d’autre chose ?

Pour être clair dès le départ, mon intention ici n’est pas de critiquer les classements. Du moins pas de la manière dont on le fait habituellement. En ce sens, il ne s’agit pas d’une histoire sur les méthodologies défectueuses des classements ou leurs effets négatifs, sur la façon dont certains classements sont produits pour faire du profit, ou sur l’opacité ou la mauvaise gouvernance de ces classements. Rien de tout cela n’a d’importance ici.

Ce que je souhaite plutôt faire, c’est attirer l’attention sur une hypothèse très problématique à laquelle de nombreux universitaires semblent souscrire : l’hypothèse selon laquelle il existe, ou pourrait exister, une relation significative entre un classement, d’une part, et ce qu’une université est et fait par rapport aux autres, d’autre part.

Je commencerai par raconter une histoire qui concerne ma propre université et je conclurai par un thèse plus générale expliquant pourquoi l’approbation publique des classements rend un mauvais service au monde universitaire.

Qu’y a-t-il dans un classement ?

En septembre 2019, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a publié un article sur le classement mondial des universités du Times Higher Education (THE), qui venait alors de paraître. Le statut de l’Allemagne en tant que “troisième pays le plus représenté dans le Top 200”, selon l’article, était une fois de plus confirmé. L’article développe une autre information “particulièrement digne d’être soulignée” : “L’université de Bielefeld est passée de la position 250 à 166”.

Continuer la lecture

  1. Une version distincte a été initialement publié en allemand So verrückt können Rankings sein” , Frankfurter Allgemeine Zeitung, 11 mars 2020. []