#BnFgate. Pour défendre le service public, pour les créations de postes nécessaires et contre l’ultra-précarité : grève à partir du 23 mai

Deutsch-ÜbersetzungEnglish translationTraducción al españolTraduzione in italiano

Toute la BnF en grève à partir du 23 mai pour défendre le service public,

pour les créations de postes nécessaires et contre l’ultra-précarité :

L’Intersyndicale CGT-FSU-SUD Culture des personnels de la BnF, les représentants élus des lecteurs et usagers au Conseil d’Administration de la BnF, l’ALUBnF et le public mobilisé réaffirment leur opposition totale à la réduction drastique de la communication directe des documents conservés en magasins aux usagers de la Bibliothèque de recherche, ainsi qu’aux mesures qui l’accompagnent : augmentation du tarif d’entrée pour les lecteurs, réorganisation des plannings et dégradation des conditions de travail des personnels, politique de recrutement de contractuels ultra-précaires pour travailler en service public…

La direction de la BnF a choisi de passer en force en mettant en place dès le 2 mai cette réforme qui ne répond qu’à une logique budgétaire et comptable (comme le reconnaît désormais elle-même la direction), la BnF souffrant d’un manque massif de postes pour assurer à la fois ses missions essentielles et les nouveaux chantiers en cours. En effet, en 10 ans, la BnF a perdu plus de 400 postes, dont 270 de magasinage, ces pertes continuant ces dernières années avec 122 postes de catégorie C perdus entre 2017 et 2021, malgré une relative stabilité des effectifs globaux, montrant bien le choix marqué de la direction de la BnF de continuer à supprimer des postes pourtant nécessaires au service public. La réduction des services rendus au public est donc la conséquence directe d’une politique d’embauche délétère que l’intersyndicale CGT-FSU-SUD dénonce depuis des années. De plus, la mise en place précipitée de cette réorganisation, imposée sans concertation et contre l’avis de l’unanimité des organisations syndicales, des représentants élus des usagers, de l’ALUBnF et de plus de 18 000 lecteurs, usagers et amis de la BnF, s’avère déjà concrètement intenable, provoquant une désorganisation de plus en plus grave des services aux lecteurs et une dégradation inquiétante des conditions de travail des personnels.

Tout cela était, malheureusement, prévisible. Les organisations syndicales et les lecteurs n’ont cessé d’alerter la direction sur ces problèmes depuis des mois, et sur les dangers que cette réforme fait peser sur l’ensemble des personnels et des usagers de la BnF, mais aussi sur son image nationale et internationale, aujourd’hui fortement écornée par cette réforme et par le refus de tout dialogue entretenu par la direction.

En conséquence, l’Intersyndicale CGT-FSU-SUD Culture et les personnels, avec le soutien total des représentants élus des usagers, de l’ALUBnF et des lectrices et lecteurs mobilisés, appellent à une grève reconductible des personnels à partir de ce lundi 23 mai, qui vise à obtenir :

  • le retrait immédiat de la réforme actuelle et le retour aux conditions de communication directe en vigueur avant mars 2020
  • la suspension des chantiers internes supplémentaires pour permettre à la BnF d’assurer ses missions essentielles au public
  • la mise en place immédiate de toutes les mesures nécessaires pour pourvoir les postes dont la BnF a besoin, en particulier de magasiniers titulaires, avec la publication dès maintenant des postes vacants, puis l’organisation rapide d’un recrutement direct conséquent.
  • l’abandon immédiat du recrutement des contractuels à temps incomplet sur besoins permanents sur des CDD d’un an, contrats ultra-précaires sans droit, et retour à leur recrutement en CDI.
  • – l’augmentation des moyens en personnel et financiers de la BnF pour pouvoir remplir dans de bonnes conditions l’ensemble de ces missions.
  • – la révision du fonctionnement prévu pour le site de Richelieu et la fermeture des salles de recherche à 18h. Le recrutement du personnel titulaire nécessaire pour le musée, la salle ovale et les salles de lecture.
  • l’ouverture de consultations élargies sur les priorités de la BnF

Contacts : cgt@bnf.fr ; fsu@bnf.fr ; sud@bnf.fr ; lecteurs.ca.bnf@gmail.com ;  alubnf@gmail.com

Continuer la lecture

Liberté d’expression du fonctionnaire : lettres à Jean-Michel Blanquer, ministre

Academia republie la correspondance de Sebastian Nowenstein avec le Ministère de l’Éducation nationale. Courageusement, cet enseignant met en évidence les intimidations subies par les fonctionnaires, pourtant doté‚es de liberté d’expression. Ces échanges, consultables sur son blog ou sur ses pages Club de Mediapart, nous apparaissent comme un outil de formation à la défense de l’exercice de ce droit fondamendal. Elles montrent, surtout, que face à une réponse déterminée et argumentée, les intimidations restent souvent sans suite.

Alors que Pap Ndiaye vient de prendre ses fonctions de Ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse — lui qui dans sa mission de directeur du Musée de l’histoire de l’immigration n’a pas semblé soucieux de protection des libertés syndicales ou de protection des agent·es de la fonction publique — il est important de défendre notre liberté d’expression en l’exerçant.

https://twitter.com/marephilo/status/1477259205639905281?s=20&t=hmBSglaxcyX1EVmDtsgvRA

Lever de soleil. Crédit: @marephilo, 1er janvier 2022


Lettres adressées au ministre Blanquer par la voie hiérarchique et restées sans réponse.

A Lille, le 15 février 2022.

Monsieur le Ministre,

s/c du chef d’établissement,

Peu de temps après votre arrivée aux affaires, je recevais un recommandé du Recteur de mon Académie. Il y affirmait que les écrits que je publiais dans mon blog contrevenaient à mon devoir de réserve et à mon obligation de neutralité.

Suite à ma réponse, consultable ici, j’ai été invité à me rendre au Rectorat, où, lors d’une réunion en présence du doyen des inspecteurs et de deux autres hauts responsables de l’académie, les allégations du Recteur ont été examinées.

J’ai exprimé ma perplexité devant le manque de précision des reproches que l’on m’adressait et ai défendu la position que mes écrits s’inscrivaient dans le cadre de la liberté d’expression que la loi garantit au fonctionnaire.

Je ne pense pas avoir convaincu mes interlocuteurs, mais j’ai poursuivi mes publications et aucune procédure disciplinaire n’a été entamée à mon endroit.

Par son inaction, l’administration a reconnu le bien-fondé de ma position.

Continuer la lecture

Mettre fin aux stages dans les études supérieures ?

Car loin de son rôle de formation affichée, la fonction réelle du stage est de mettre en concurrence les travailleurs salariés avec des travailleurs non-salariés, sans droit, ultra-précarisés et dociles.

Les stages, comme modalité d’emploi sous-rémunérée, posent problème. Dénoncés depuis longtemps par les stagiaires, à compter au nombre des formes déguisées d’exploitation. Les stages ont envahi les formations supérieures. On sait que certaines réinscriptions dans le supérieur ne trouvent de justification que par l’obligation requise pour effectuer un stage : être en formation. Certaines filières sont concernées dès la licence, à l’instar de l’archéologie ; les Master pro les imposent dans leur curriculum. Les Master MEEF imposent des stages sous-rémunérés, d’étudiant·es non formées placé·es devant des classes — ce qui conduit parfois à les dégoûter du métier et bifurquer.  Depuis un an, les Master Recherche doivent également faire réaliser des stages à leurs étudiant·es. Mais le phénomène le plus inquiétant est l’expansion du nombre de projets de recherche — merci l’ANR — dont la réalisation repose sur le travail des stagiaires.

https://www.flickr.com/photos/182229932@N07/48196465777/in/photolist-2gqXu8T-fqs5g6-fqs3S6-fqrXQ4-fqs4w8-fqrUUR-fqGkwj-fqGka7-fqGefb-fqrW1V-fqs6Pe-fqGgb5-fqs3Z4-fqrZEX-fqs2Kc-fqs6px-fqGhY5-fqrWZP-fqs4TM-zMpYLm-ML5Cw-5VyWRg-oF3b5D-6hkWGY-oDhkBv-ML5CA-yyRQJG-zQCJR8-zNAEsL-zPHRmT-oF3uwi-pKrJrq-ySFTSN-omNB7n-omMRSP-oD1Mnr-oBfDQm-oD1KeZ-omMLbD-omMV4N-oDheYM-oDhi7R-omMHU5-omN34v-oDhub4-oDfBey-2542DVs-8WZQF8-oDfPto-2g5dgE3

Crédit: EpicTop10.com

Que faut-il en comprendre ? L’article dont est tiré l’exergue y saisit une volonté de façonner, par le stage, une main-d’œuvre docile, sous-rémunérée, qui se place directement en concurrence avec les salarié·es. L’affaire Claire Despagne — et l’exploitation des stagiaires — vient rappeler que l’université a une responsabilité vis-à-vis des étudiant·es, vis-à-vis de leurs conditions de travail et de de rémunération. #ResistESR

Continuer la lecture

« J’ai raison et je n’écouterai personne » : la présidente de #BnFgate donne le coup d’envoi de la prochaine Assemblée générale

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France, propose une “réponse” aux lecteurices, aux usager·es et aux agent·es.

Sans répondre à aucune dee leurs revendications légitimes — en particulier aux 272 suppressions de postes depuis 2009 auxquelles s’ajoutent 32 supplémentaires depuis 2018 – entravant les missions de service public qui sont les siennes, Les 15 000 signataires, de France et d’ailleurs, qui ont signé la pétition n’apprécient pas le mépris qui émaillent la tribune émaillée de plusieurs inexactitudes et de silences éloquents.

La CGT Bnf a rendu publics les éléments de langage fournis aux agent·es pour répondre aux questions des lecteurices prodigieusement agacé·es par les choix politiques assumés par la présidence.

https://twitter.com/CgtBnf/status/1526529098792718336?s=20&t=6kBHrzwOGMtumsyzCX2ghA

Réponses_types aux remarques des lecteurs sur le service public en 2022. (c) Bibliothèque nationale de France

Éléments de langage aussitôt traduits par une lectrice.

https://twitter.com/grr_dr/status/1526670619684876288?s=20&t=6kBHrzwOGMtumsyzCX2ghA

Les collègues états-unien·nes se préparent à accompagner le mouvement de grève lors de leurs séjours de l’été, en s’interdisant de franchir les piquets de grève.

En attendant, le piquet de grève du jour a reconduit la grève pour demain, jeudi 19 mai 2022?

https://twitter.com/BnfSud/status/1526896656347693064?s=20&t=XmcQdyzAjXO8ppdW1C9-1gBandeau :  piquet de grève, BNF, Tolbiac, 18 mai 2022. Crédit: SudBnf

#BnFgate. Question écrite du vice-président du Sénat

Situation de la BNF

Question écrite n° 27992, 16 mai 2022

Crédit: Julien Jaulin/hanslucas

M. Pierre Laurent attire l’attention de Mme la ministre de la culture sur la situation de la Bibliothèque nationale de France (BNF). Plus de 300 emplois y ont été détruits en dix ans dans le cadre d’une politique d’austérité engendrant des moyens budgétaires réduits. C’est dans ce contexte préjudiciable que s’inscrivent la suppression des communications directes des documents en bibliothèque de recherche (site François-Mitterrand) le matin, la restriction des communications directes à la tranche horaire 13h30-17h00, ainsi que la mise en place de contrats très précaires sous la forme de contrats à durée déterminée (CDD) d’un an non-renouvelables, à mi-temps avec un salaire très faible, pour faire fonctionner les services aux lecteurs. Cette dernière mesure est, de plus, en rupture avec les engagements pris par la présidente de la BNF en 2016. La réforme de la communication des documents en bibliothèque de recherche va à l’encontre des principes et des besoins de la recherche scientifique. Elle indigne la communauté des lectrices et lecteurs et elle est porteuse d’un risque de déclassement de la production scientifique française. À la BNF comme dans beaucoup d’autres endroits, la restriction des moyens publics se fait de plus en plus forte alors qu’en même temps les missions confiées au service public ne cessent d’augmenter. Ainsi les nouvelles missions de la BNF, dont le dépôt légal numérique, la réouverture du site Richelieu, la poursuite de la numérisation des documents ou encore la préparation de l’ouverture du futur conservatoire de la presse à Amiens, devraient générer non seulement une récupération des effectifs perdus d’année en année, mais une croissance des postes pérennes, statutaires ou a minima de contrats à durée indéterminée (CDI), à plein temps et ouvrant droit à une formation professionnelle, et non pas des emplois précaires qui ne peuvent que dégrader la qualité du service public. Les salariés de la BNF mobilisés contre de telles logiques ainsi que plus de 15 000 usagères et usagers de ce grand établissement culturel souhaitent la remise en cause des mesures détaillées ci-dessus. Par conséquent il lui demande dans l’immédiat ce qu’elle compte faire en vue d’un dialogue social et plus largement en vue de la mise en place des moyens nécessaires pour que la BNF assure pleinement ses missions au service du public et participe ainsi au rayonnement international de la production intellectuelle française notamment.

Revoir nos priorités dans le choix de nos sujets de recherche. Tribune des élèves de Écoles normales supérieures

Nous, étudiants et étudiantes au sein des Ecoles normales supérieures, prenons un engagement : revoir nos priorités dans le choix de nos sujets de recherche, en alignant notre pratique scientifique sur les enjeux impérieux de ce siècle.

⚠️ Les sciences ne se montrent pas à la hauteur

Malgré de considérables avancées1, l’état du monde actuel reste tragique par de nombreux aspects : populations vivant dans un dénuement extrême, fléau des maladies infectieuses, fossé des inégalités, destruction des écosystèmes. Dans les années à venir, l’intégrité même de nos sociétés est menacée par l’émergence de crises globales – climatiques, géopolitiques, technologiques – qui mettent en péril le potentiel formidable que nous pourrions transmettre aux générations futures. Si ces menaces ne sont pas examinées au cœur du débat public, nous en subirons les conséquences de plein fouet.

Les causes majeures qui maintiennent ce statu quo délétère2 se trouvent bien souvent dans le champ d’action politique. Les sciences ne peuvent apporter que des réponses partielles, mais, dans un monde de plus en plus changeant et incertain, elles gardent un rôle essentiel. En science aussi, l’inaction n’est pas sans conséquence. Un récent rapport de Digital Science3 pointe que seulement 10 % de la littérature scientifique mondiale est liée à au moins un des 17 Objectifs de développement durable adoptés par l’ONU. Ces objectifs, bien qu’imparfaits et critiquables, regroupent une grande palette des plus importants enjeux contemporains à l’échéance 2030 (sécurité alimentaire, énergies durables, égalité de genre, préservation des écosystèmes…), et la trajectoire actuelle s’annonce très loin du compte.

Par ailleurs, les dernières années nous ont brutalement rappelé que des crises majeures pouvaient surgir sans prévenir, et que nos sociétés n’étaient pas préparées à y faire face. Une pandémie nous frappe et met au jour une déficience dramatique en matière de prévention pandémique ainsi que notre incapacité à véritablement apprendre de nos erreurs4. L’invasion russe en Ukraine fait ressurgir la menace nucléaire et met en exergue l’utilité des travaux en sciences politiques ou en sociologie pour éclairer la prise de décision institutionnelle en situation d’urgence. Quid des nombreux autres risques catastrophiques dont nous peinons à réaliser l’ampleur et qui restent trop peu étudiés ? Empêcherons-nous les bactéries résistantes aux antibiotiques de devenir la première cause de mortalité mondiale5 d’ici une génération ? Laisserons-nous encore longtemps les réseaux sociaux et leurs algorithmes d’intelligence artificielle manipuler notre attention en détériorant sciemment notre santé mentale6 ?

✊ Nous avons une marge d’action, utilisons-la

Si nous n’arrivons pas à nous hisser à la hauteur de ces enjeux, c’est sans doute que le système scientifique international actuel n’est pas adapté pour y répondre. L’International Science Council7 note que si ce système excelle à produire des connaissances ciblées, ces dernières sont fragmentaires et souvent déconnectées des besoins de la société. Leur rapport alerte également : “trop souvent, la science soutient la reproduction des systèmes et des modes de fonctionnement existants, renforçant ainsi les formes de pouvoir social, économique et politique existantes”. Une refonte majeure serait nécessaire, et il faut le faire entendre, mais beaucoup n’ont pas attendu cela pour agir. Ainsi, plusieurs scientifiques s’engagent à privilégier des voies de publication en accès ouvert8 ; d’autres, en intelligence artificielle, refusent de prendre part à la dangereuse course actuelle à la performance et choisissent de déployer leur énergie à les rendre plus bénéfiques.

https://www.flickr.com/photos/carolannie/26859536973/in/photolist-GVu9z4-2nhAGps-aeyLfj-2jqKjNj-2g5QUSk-dsk5ck-2m8us35-2jqZ67D-e9rY5Y-dB1hBG-2czZuqP-2jL4npx-h7JABa-2hHENY8-9Nvon8-2jwQuji-NZXNyY-MGFHHM-kx5yoM-29zPZX8-LAa6nJ-bVhA7M-FMUcfh-6bq3LL-dfLshX-2mceztf-5vZ35Q-e4YtzQ-bvH7Rm-2kfEZkw-2hWaFAT-2jGSxDz-kSSbN5-Cz78nt-CGpiUi-KmFz4W-2hHENok-aSSoHF-2gKgbT7-2jLamNX-2gLPH8L-dskeUQ-2jHWCGP-8YW7hM-2jLkWiW-2ndnEFD-LkxYHA-2kWXGkq-2jdicvy-2njQjLg/

CAJC: in the PNW, 2016

Continuer la lecture

  1. Our World in Data, 2018. The world is much better; The world is awful; The world can be much better. []
  2. 6eRapport d’évaluation du GIEC, Groupe de travail III, 2022. []
  3. Digital Science, 2020. Contextualizing Sustainable Development Research. []
  4. Amy Maxmen, Nature, 2021. Has COVID taught us anything about pandemic preparedness? []
  5. Jim O’Neill, Government of the UK, Tackling drug-resistant infections globally : final report and recommendations. []
  6. Le Monde. Facebook files []
  7. International Science Council, 2021. Unleashing Science: Delivering Missions for Sustainability. []
  8. Peer Community In, PCI Manifesto. []

Interpeler/ déserter. Le collectif Paris-Saclay répond à Sylvie Retailleau

Dans la lignée de la mobilisation des étudiant·es d’AgroParisTech, le collectif d’étudiant·es et de personnels de l’université Paris-Saclay a interpellé la présidente de l’Université à l’occasion de la Week of Innovative Regions in Europe.

Le texte qui a été lu est une réponse à une tribune que Sylvie Retailleau a signé dans l’entre-deux tours appelant à soutenir sans réserve ni nuance le candidat Macron, présenté comme le tenant de “l’espoir et de l’ambition”.
L’événement WIRE est symptomatique de la vision néolibérale de la recherche, confondue pour l’occasion avec l’innovation. Elle ne correspond pas à une remise en question de nos modes de productions et de consommations qui nous ont conduits dans l’impasse que dénonce avec force le GIEC, mais en accentue au contraire les tendances mortifères.

 

Continuer la lecture

#BnFgate. Friture sur la communication à la Bibliothèque nationale de France : une tribune

Faute de réponse après la précédente journée de grève du 10 mai, nouvel appel à mobilisation ce jeudi 12 mai, 12h30, site Tolbiac, Hall Ouest.

La Bibliothèque nationale de France veut contraindre
la recherche au temps partiel

Depuis plusieurs semaines, la Bibliothèque nationale de France communique sur l’extraordinaire exposition Champollion, sur la réouverture complète, après dix ans de travaux, du site Richelieu et l’inauguration de son musée (Paris 2e), sur l’évolution de ses services sur le site Tolbiac (Paris 13e)… Ce que ne dit pas la BnF, c’est que ces accomplissements scintillants s’effectuent au prix d’une dégradation sans précédent du service public et d’une remise en cause des missions essentielles d’un établissement à l’envergure nationale et internationale. Ce que ne dit pas la direction de la BnF, c’est que les restrictions d’accès aux collections le 2 mai dernier entravent lourdement le travail des chercheuses et des chercheurs tout en dégradant les conditions de travail des personnels.

https://www.flickr.com/photos/claudeattard/51034097033/in/photolist-2kKH63H-dfb3k3-61he5v-6w8cjo-4rJYtH-4rP2V7-nPvomG-q2gzUd-2ipdrHD-4NENwM-4rJXQX-6w8bjJ-4rP2K9-4rJXBi-iPgg2-phoaiy-dfb79Q-Hngs5-QGVMGs-phEjn5-phEGmJ-pzafmv-gpeYs-pxfLTW-BCWbH-pyTbc6-pzadxv-29MeAQ-73e5df-SPFtcN-9Cv42k-FcPKQX-phEjLb-4mp1Cz-5XxNW8-7v6gH8-fFEqKA-phZKBJ-4NENa4-8HTKph-PtZDF3-kp96na-Wr9ZbL-8Qctpp-cvNXfh-2hMmSYD-2fFvEvR-px7TgS-2ehygkB-N5WjvV

La BNF, ce grand établissement culturel public installé sur plusieurs sites à Paris et en région, remplit des missions patrimoniales essentielles : de la collecte, à la conservation et à l’enrichissement du patrimoine national dont elle a la garde, à la communication de ses collections au plus grand nombre. Crédit: Claude Attard, 2020

Continuer la lecture

#BnFgate. « D’abord et avant tout pour défendre les usagers » : retour sur la grève du 10 mai à la BnF

Continuer la lecture

#BnFgate. Pourquoi la Bibliothèque nationale de France fâche ses lecteurs

«BNFgate» : pourquoi la Bibliothèque nationale de France fâche ses lecteurs, par Paul Sugy, Le Figaro, 2 mai 2022

Extraits.

À partir de ce lundi [2 mai 2022], les lecteurs matinaux de la BnF ne pourront plus demander un ouvrage qu’ils n’ont pas réservé à l’avance. Les chercheurs redoutent que cette décision ne ralentisse leur travail.

Le calme feutré des salles de lecture de la Bibliothèque nationale de France est trompeur. Dans le silence studieux des lieux sourd en réalité un vent de tempête : à compter de ce lundi, de nouvelles modalités concernant la communication des documents entrent en vigueur sur le site François-Mitterrand – le plus fréquenté – et suscitent l’ire des «lecteurs», les usagers réguliers de la BnF.

Sur le blocage des établissements comme mode d’action

En passant

À Paris, des jeunes bloquent leurs établissements pour faire entendre leur voix

Les résultats du premier tour de la présidentielle étaient à peine tombés que les appels à la mobilisation se sont multipliés partout en France. À Paris, notamment, cette opposition s’est caractérisée par un blocage massif des universités.

Extraits.

Les étudiant·es, posé·es sur un banc, profitent du soleil et se remémorent les premiers instants du blocage : « Dès le premier jour, Alain Fuchs [président de l’université Paris Sciences et Lettres – ndlr] nous a dit : “Ici, c’est l’élite, et l’élite, ça ne bloque pas” », affirme l’un du groupe. Un autre renchérit, prenant l’exemple d’« HEC, Assas, c’est sûr que ça va pas bloquer là-bas », provoquant le rire de ses camarades. Discutant des blocus démantelés et du manque de mobilisation dans certaines facs, une étudiante relativise, car « c’est aussi une période où deux tiers des Français sont en vacances. On a commencé notre blocus au moment où les vacances ont commencé. » (…)

https://twitter.com/SorbonnePartout/status/1517624414682107908/photo/1

Drapeau noir symbole d’occupation. Crédit: SorbonnePartout, 23 avril 2022

Continuer la lecture

#BnFgate. L’ALUBnF au Comité technique du 14 avril 2022

Un représentant de l’AluBNF était invité par les organisations syndicales à participer au Comité technique de la BnF du 14 avril. La présidence s’est prévalu d’un point de réglement pour refuser sa présence, signe de l’extrême fébrilité des directions de l’institution. La présidente, Laurence Engel, n’a pas fait évoluer sa position d’un iota.

https://www.flickr.com/photos/gilz99/1269600485/in/photolist-2Wc2Zx-u3zXV-pxfLTW-TTXA4J-phZKBJ-faCDMT-phEGmJ-5bxswU-iTkvtW-2k6Hmf9-gzPWxG-faSz5y-6pGCvM-uqg7h-6pGCXr-6pGDnT-2mLof3U-6pLL8Y-6pLLW9-4P52AP-6pGDwp-6pGCGH-dTsfYU-4YcK47-phoaiy-JK7mkX-4egUUB-nUcufo-2mPRrKX-2jgzeAa-PCyFxZ-QioJEx-8KXQeX-2ha3qsj-99cgTY-4XGUiM-EKf6U9-2ha1Eta-gzPWGj-2iC6tBJ-RffLEf-gzPWee-2aC79Uj-r3V3Q7-gzPWFh-2iC4EnB-2iBRc1X-gzPWmZ-RffLCm-2jnAzjA

Bibliothèque nationale de France. Crédit: Gilles Guerraz, 2007

Le courrier de Francisco Bao Rastos, pour l’AluBNF a néanmoins pu être lu en séance. Prochaine étape : nouveau comité technique du 22 avril 2022.


Courrier du représentant de l’AluBnF et du comité de lectrices et lecteurs opposés aux mesures évoquées au point 6
du Comité technique de la BnF du 14 avril

Version .pdf

Madame la Présidente,
Mesdames et Messieurs les membres du comité technique de la BnF,

À l’invitation de l’Intersyndicale des syndicats de personnels, que je remercie vivement pour cela, je m’apprêtais à venir aujourd’hui, au nom de l’association AluBnF, témoigner et porter la voix de plus de 13 000 lectrices et lecteurs, opposés formellement aux mesures que vous allez discuter lors de ce point 6 du comité technique, et contre lesquelles l’unanimité des syndicats s’est déjà exprimée lors du CHSCT du 31 mars dernier.

Continuer la lecture

« Siamo tutti antifascisti ». Sorbonne occupée, 13 avril 2022

Sorbonne, 13 avril 2022. Tous droits réservés

#BnFgate. 13 000 signataires, mais la direction reste sur ses positions anti-service public

Suite à l’importante mobilisation des lecteurs, lectrices, usagers et usagères de la Bibliothèque nationale de France, la direction des Publics a répondu la même langue de bois à ses correspondant·es. La BnF s’est fendue d’un entretien à l’Actualitté1
L’AluBNF fait de nouveau entendre sa voix.et participera demain au Comité technique de la BnF. Elle vous invite à reprendre la campagne de mailing dès aujourd’hui.
Pour signer les deux pétitions en cours

La direction de la Bibliothèque nationale de France refuse d’entendre le mécontentement et la mobilisation massive de ses lectrices et lecteurs  #BnFGate

Communiqué de presse de l’AluBnF
(Association des lectrices, lecteurs, usagères et usagers de la BnF)

12 avril 2022

La mobilisation massive contre la restriction des conditions de consultation et de travail à la BnF se poursuit. A ce jour, ce sont plus de 13 000 personnes qui ont signé la pétition des usagères et usagers et plus de 2500 personnes celle de lIntersyndicale des personnels, pour la défense de conditions de travail et de recherche dignes en BnF.

Les actuelles représentantes et représentants élus, alertés par l’AluBnF et de nombreuses lectrices et lecteurs, constatent également dans un courrier que « la direction de la BnF n’associe pas suffisamment les représentants des usagères et usagers à la prise des décisions qui ont un impact sur les services au public », décisions que la direction adopte sans concertation et sans tenir compte de leur opposition comme de celle des personnels (comme en témoigne le vote unanime contre la mesure de restriction de la consultation directe lors du CHSCT du 31 mars, vote écarté dun revers de main par la direction).

Face à cette mobilisation inédite contre une mesure incohérente et injustifiable, la seule réponse de la direction est de botter en touche, comme le fait Laurence Engel dans un entretien accordé à Actualitté le 11 avril et reprenant les éléments de langage du courrier de réponse standard envoyé par la directrice des publics aux plaintes reçues par mail.

Cette nonréponse témoigne dune logique comptable inaudible et sans lien avec le service public rendu par la BnF, qui semble seulement destinée à pallier le manque de
moyens supplémentaires pour assumer dautres projets, comme la réouverture du site
Richelieu ou la création du centre de conservation dAmiens. Cette nonponse est par
ailleurs contradictoire quand elle affirme que les effectifs de la BnF sont constants, alors quà certains postes cruciaux les effectifs sont bel et bien en baisse depuis 15 ans (388 ETPT en 2021 dagents de catégorie C à la Direction des collections, contre 517 en 2009, soit une baisse de presque 25%). La seule concession marginale proposée pour linstant est un report de lhoraire de réservation du jour pour le lendemain de 17h à 19h, ce qui ne répond en rien aux demandes formulées par les lectrices et lecteurs.

LAluBnF appelle donc à la poursuite et à lamplification de la mobilisation, en lien avec
lIntersyndicale des personnels. Nous exigeons :

  • le retrait définitif de la mesure limitant la consultation directe à certains horaires.
  • le retour aux conditions de consultation directe prépandémie, avec possibilité de
    demande directe d’ouvrages le jourmême, sur toute l’étendue des horaires d’ouverture des salles de lecture.
  • l’ouverture de consultations élargies sur les conditions de consultation (tarifs d’inscription, nombre d’ouvrages, politiques d’acquisition…) et les conditions de travail et recrutements de personnels.

(Contact : alubnf@gmail.com / @ALUBnF)


Continuer la lecture

  1. ““Faire des choix, en tenant compte des usages” : la BnF répond aux chercheurs”, entretien par Antoine Oury, Actualitté, 11 avril 2022. []