Travail d’archive (9). « Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème… » — Virginie Despentes

https://twitter.com/laveritepradama/status/1380475550632927234?s=20

« STOP À L’ACHARNEMENT CONTRE ASSA TRAORÉ. Lundi 12 avril TGI de Paris 10h00 »
@laveritepradama, 9 avril 2021

Le 10 juin, Emmanuel Macron lançait une offensive contre les universitaires accusé·es de « couper la République en deu », chiffon rouge agité après le succès de le rassemblement du 2 juin 2020, organisé à l’initiative du collectif La Vérité pour Adama. Dix mois plus tard, la vague n’a pas tari, pas moins que la détermination d’Assa Traoré et de ses soutiens pour demander vérité et justice pour Adama.

Assa Traoré est convoquée demain, lundi 12 avril à 10h, au Tribunal de grande instance de Paris pour se voir signifier une mise en examen pour avoir désigné nommément les trois hommes qu’elle dit avoir tué son frère Adama Traoré, il n’est inutile de reproduire et d’entendre de nouveau la voix d’Augustin Trapenard lire la lettre d’intérieur de Virginie Despentes écrite le mercredi 3 juin 2020, au lendemain du rassemblement appelé par le collectif La Vérité pour Adama, à Paris, Marseille, Lillet et de nombreuses villes françaises.


Paris, le 3 juin 2020

Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème.

En France nous ne sommes pas racistes mais je ne me souviens pas avoir jamais vu un homme noir ministre. Pourtant j’ai cinquante ans, j’en ai vu, des gouvernements. En France nous ne sommes pas racistes mais dans la population carcérale les noirs et les arabes sont surreprésentés. En France nous ne sommes pas racistes mais depuis vingt-cinq ans que je publie des livres j’ai répondu une seule fois aux questions d’un journaliste noir. J’ai été photographiée une seule fois par une femme d’origine algérienne. En France nous ne sommes pas racistes mais la dernière fois qu’on a refusé de me servir en terrasse, j’étais avec un arabe. La dernière fois qu’on m’a demandé mes papiers, j’étais avec un arabe. La dernière fois que la personne que j’attendais a failli rater le train parce qu’elle se faisait contrôler par la police dans la gare, elle était noire. En France on n’est pas raciste mais pendant le confinement les mères de famille qu’on a vues se faire taser au motif qu’elles n’avaient pas le petit papier par lequel on s’auto-autorisait à sortir étaient des femmes racisées, dans des quartiers populaires. Les blanches, pendant ce temps, on nous a vues faire du jogging et le marché dans le septième arrondissement. En France on n’est pas raciste mais quand on a annoncé que le taux de mortalité en Seine Saint Denis était de 60 fois supérieur à la moyenne nationale, non seulement on n’en a eu un peu rien à foutre mais on s’est permis de dire entre nous « c’est parce qu’ils se confinent mal ».  C’est en Seine-Saint-Denis qu’il y a le moins de médecins par habitant de tout le territoire. Ils ont pris le RER tous les jours pour que le travail essentiel à notre vie commune continue d’être assuré. Dans le Centre, c’était « garden-party » tous les jours, en poussette, à vélo, en voiture, à pieds… il ne manquait que les trottinettes. Mais il a fallu qu’on commente : « C’est qu’ils se confinent mal »

Continuer la lecture

Les œillets rouges, par Louise Michel

F. Roy, libraire-éditeur, (p. 158-159).

Dans ces temps-là, les nuits, on s’assemblait dans l’ombre,
Indignés, secouant le joug sinistre et noir
De l’homme de Décembre, et l’on frissonnait, sombre,
Comme la bête à l’abattoir.

L’Empire s’achevait. Il tuait à son aise,
Dans sa chambre où le deuil avait l’odeur du sang.
Il régnait, mais dans l’air soufflait la Marseillaise.
Rouge était le soleil levant.

Il arrivait souvent qu’un effluve bardique,
Nous enveloppant tous, faisait vibrer nos cœurs.
À celui qui chantait le recueil héroïque,
Parfois on a jeté des fleurs.

De ces rouges œillets que, pour nous reconnaître,
Avait chacun de nous, renaissez, rouges fleurs.
D’autres vous reprendront aux temps qui vont paraître,
Et ceux-là seront les vainqueurs.

Freedom day celebrations, Portugal. Crédit: Jaime Silva, 2015

Quand les syndicats professionnels de l’INRAE soutiennent les étudiantEs !

Sur le front des luttes sociales et étudiantes dans l’ESR, professionnel(le)s et étudiant(e)s font maintenant bloc comme en témoigne l’INRAE !

Alors que la direction de l’établissement cherche à décrédibiliser les étudiant(e)s en les accusant d’une action violente, les personnels de l’INRAE s’insurgent et s’unissent pour rappeler le pacifisme de l’engagement étudiant ; dénonçant par là-même la tendance de la direction du site de Grignon à déplacer le curseur de la violence. La vraie violence n’est-elle pas de mettre en vente une partie du site d’AgroParisTech sans impliquer ni les étudiant(e)s, ni les personnels ?

« Les jeunes s’imaginent… » Lettre d’Élisée Reclus à Clara Koettlitz, 12 avril 1895

Elisée Reclus en Suisse. Crédit photo: inconnu

Elisée Reclus, géographe, est condamné à la déportation en Nouvelle-Calédonie le 15 novembre 1871, après son arrestation par les Versaillais le 4 avril 1871. Sa renommée scientifique, ainsi que les réseaux créés par son frère Élie dans les milieux intellectuels et coopératifs britanniques, valent à Élisée une pétition de soutien regroupant essentiellement des scientifiques britanniques et réunissant une centaine de noms (dont Charles Darwin). Le , la peine est commuée en dix années de bannissement. Élisée Reclus se refuse à signer un recours en grâce. Sa peine sera remise le

« Une faute politique et stratégique majeure »: les nouvelles « mesures » de privation de liberté, par Paul Cassia

  • par Paul Cassia, professeur de droit public – Initialement publiée sur Le Monde, 18 mars 2021

Tribune. Rentrant de son séjour irakien en Italie, le 8 mars, le pape François a fait savoir sa joie d’avoir pu effectuer un voyage à l’étranger après tant de « mois de prison ». Cette expression, qui fait écho à celle employée en France par de nombreux résidents d’Ehpad privés de sortie par décision ministérielle pendant près d’un an jusqu’au 12 mars, dit beaucoup de l’intensité inouïe des restrictions de liberté mondialement accumulées, à des degrés divers, depuis le début de la pandémie en mars 2020.

Notre pays a été à l’avant-garde des mesures qui ont le plus contraint les libertés individuelles et collectives au nom de la préservation de la santé publique, avec un résultat pour le moins mitigé, puisque par exemple le nombre de morts du Covid-19 par million d’habitants (1 370) était, au 10 mars, supérieur à celui de la Suède (1 291) et même à celui du Brésil (1 263), où, pourtant, des stratégies sanitaires diamétralement opposées à la nôtre ont été mises en œuvre.

La source profonde de ces mesures coercitives tient à la logique comptable et entrepreneuriale appliquée depuis 2002 au moins sur les services publics en général et l’hôpital public en particulier. Que l’Ile-de-France et ses 12,2 millions d’habitants ne comptent encore que 1 050 lits de réanimation un an après l’apparition du Covid-19 est une faute politique et stratégique majeure, dès lors que les atteintes aux libertés fondamentales prises au nom de la santé publique sont partiellement indexées sur la saturation des services de réanimation. Ce coupable attentisme sanitaire oblige désormais à superposer des reconfinements locaux le week-end à un couvre-feu national de douze heures par jour, en vigueur sans interruption depuis le 16 janvier. 

Continuer la lecture

Qui veut noyer son chien (ce dont islamo-gauchisme est le nom)

L’exercice de possession coloniale procède d’un geste de re-nomination. Le nom colonial vient toujours par-dessus un autre nom, une autre histoire, une épistémologie qui dit d’autres rapports au monde. Il est une manière de d’imposer une origine, de marquer une propriété, de dire que la chose commence à exister comme objet ou comme sujet à partir d’un nom qui la convoque depuis le néant surune scène de la dignité en même temps que sur un marché qui lui attribue une valeur – de transaction ou d’épouvante, c’est selon. Pour cette bouche coloniale donc, tout ce qu’il y avait avant le nom qu’elle prononce ne peut être que sauvagerie inarticulée, obscurité sans valeur, vaines croyances improductives. Cette manière de nommer par-dessus est ainsi un geste d’appropriation mais également de dissimulation et d’effacement qui rompt les généalogies, les alliances, les attachements, embrouille l’Histoire. Un geste qui sépare et rend les relations impraticables.

Dans « islamo-gauchisme », le préfixe « islamo » est donc d’abord une façon de nommer sans le nommer l’antiracisme politique. Grâce à de longues années de lutte et à la dynamique récente du mouvement Black Lives Matter en France, les sensibilités, les mots et les prises du mouvement antiraciste ont élargi brutalement leur audience. Les violences policières ont mobilisé plus que jamais, le racisme systémique est apparu soudainement –même brièvement –comme une évidence qui s’est même invitée, parfois à des heures de grand eécoute, à la radio et à la télévision. La fête fut courte. Ça ne pouvait durer. Mais l’antiracisme ne peut être contré sur son terrain sauf à revendiquer la légitimité à être raciste – ce qu’a fait Donald Trump de manière continue durant son mandat de Président de la plus grande démocratie du monde. Le moins que l’on puisse dire c’est que personne ne s’attendait au succès de cette approche qui fracasse à la hache la table des négociations et anéantit tout débat d’idées. Cette méthode épuise par la transparence et l’aveu de sa violence. Elle a inspiré. L’inconvénient est qu’elle fait une confession à laquelle certains leaders européens se refusent; celle de reconnaître le privilège et la domination, voire l’impunité du patriarcat blanc. Ce qui va à Donald n’est pas encore confortable pour tous et toutes. Pas encore. Mais en France, l’État a quelques autres atouts dans sa manche. Il arrive au même point par un chemin détourné grâce à des invité·es de choix: les indigènes musulman·es. Ceci nous obligent au passage à redéfinir de manière située – plutôt que d’en chercher une traduction – ce que pourrait bien vouloir dire « blackness » dans le contexte particulier de la société postcoloniale française. Puisqu’une Matière Noire politique y fait irruption, y reçoit des coups etque le seul terme de « négritude » ne saurait suffire à nommer cette apparition dérangeante.

Olivier Marboeur, 2021

Continuer la lecture

Les missions Égalité-Université des universités répondent à Frédérique Vidal !

Le flot des critiques ne s’arrête plus pour Frédérique Vidal, suite à sa dénonciation d’un prétendu « islamo-gauchisme » dans nos universités. C’est maintenant au tour de la Conférence permanente des chargé·es de mission Égalité-Diversité de l’enseignement supérieur et de la recherche (CPED) de prendre position en rejetant fermement les accusations de la ministre.

Cette instance, qui regroupe 94 universités, grandes écoles ou COMUE, dénonce d’un même geste, les accusations fausses de la ministre et le terrible manque de moyens dont souffre l’enseignement supérieur et la recherche en France, et en particulier en matière de lutte contre les discriminations et le racisme dans les établissements d’enseignement supérieur.

Cette instance s’engage, en réponse à la ministre, à ne plus transmettre les différentes actions de l’ESR en faveur de la lutte contre les discriminations et le racisme. Ceci est une réponse ferme à la « défiance » maintenant clairement installée envers la ministre et à des « positions politiques démagogiques et dénuées de fondements ».

Nous relayons donc leur communiqué complet et les tweets par lesquels ils ont publicisé celui-ci.

 

« Je me parlais à moi-même de la Violence ». Bertold Brecht

Als Herr Keuner, der Denkende, sich in einem Saale vor vielen gegen die Gewalt aussprach, merkte er, wie die Leute vor ihm zurückwichen und weggingen. Er blickte sich um und sah hinter sich stehen – die Gewalt.

„Was sagtest du?“, fragte ihn die Gewalt.

„Ich sprach mich für die Gewalt aus“, antwortete Herr Keuner.

Als Herr Keuner weggegangen war, fragten ihn seine Schüler nach seinem Rückgrat. Herr Keuner antwortete: „Ich habe kein Rückgrat zum Zerschlagen. Gerade ich muss länger leben als die Gewalt.“

Bertholt Brecht témoignant devant la House Un-American Affairs Committee, 30 octobre 1947. (Photo by Leonard Mccombe/The LIFE Images Collection/Getty Images)

Alors que Herr Keuner, le Penseur était en train de parler de la violence dans une salle de conférence à un public nombreux, il remarqua que les gens assis devant lui se retournaient et s’en allaient. Il jeta un coup d’oeil derrière lui et vit que s’y tenait -la Violence.
– Que disais tu donc ? Lui demanda la Violence.
– Je me parlais à moi-même de la Violence, répondit Herr Keuner.
Lorsque Herr Keuner fut parti, ses étudiants lui posèrent des questions au sujet de sa colonne vertébrale (Rückgrat) c’est à dire ses convictions.  Herr Keuner répondit :
« Je n’ai pas de colonne vertébrale à briser. Précisément, je dois vivre plus longtemps que la Violence ».
Traduction de Rahmenund Binnengeschichte: Claire Chatelain
#ResistESR

« On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent ».✒ B. Brecht. Crédit: Valk, 2019
Pensées pour #SteveMaiaCanico & ses proches et fuck aux centaines d’injonctions contradictoire que ces derniers reçoivent
Samedi 22 juin à 4h40 du matin, Steve Maia Caniço est mort, noyé, lors d’une attaque policière extrêmement violente à la fin de la Free Party de la Fête de la Musique posée comme tous les ans depuis 20 ans au bord de la Loire. Comme pour les multiples autres meurtres des « Forces de l’Ordre », nous exigeons la #VéritéPourSteve et la #JusticePourTous.

« Au triomphe qui s’approche de l’indestructible inégalité ». Jean Macé, Noël 1848

Noël 1848. Paris, salle Valentino. Lors du banquet des femmes socialistes, Mme Granet porte un toast à un autre Noël:

« Noël à Saint-Simon, à Fourier ! Noël à tous les peuples, qu’ils soient unis entre eux ! Noël à tous les exilés qui souffrent ! À la fraternité donc ! »

Puis Jean Macé prend la parole.

« Au triomphe qui s’approche de l’indestructible inégalité, de celle qui s’appelle égalité quand elle a, à sa gauche, la liberté veillant sur les facultés et, à sa droite, la fraternité veillant sur les besoins »

#ResistESR

L’université : notre entrée dans la mort

On a l’habitude de mobiliser la biopolitique de Foucault pour penser la gestion et le gouvernement des vivants1, qui passent aujourd’hui par des mesures managériales, administratives, chargées d’optimiser nos rythmes, à la fois professionnels et ordinaires, pour les rendre plus efficaces, en célébrant les vertus de la flexibilité, de l’adaptation, de la mobilité, de l’instabilité.

En tant qu’enseignant-chercheur, comme tant d’autres (les collègues, les étudiant.e.s des universités, les personnels administratifs, etc.), j’ai d’abord eu du mal à qualifier ou à comprendre ce qui m’arrivait (tendinites, stress, insomnie, repli, etc.) ; j’ai trouvé d’infinies ressources depuis, notamment grâce à la stabilité matérielle que permet encore la titularisation, grâce aux amies — je suis clairement privilégié et chanceux. L’une des manières de penser ces réactions corporelles est d’invoquer le corollaire de la biopolitique : les “contre-conduites” (Foucault) ; le corps informe, alerte, s’inquiète ; il résiste.

Mais le corps s’use aussi : il diminue, s’amoindrit, s’anéantit (voir “Repenser la mort : perspectives queers et féministes”). Autrement dit  : la biopolitique ne suffit pas à comprendre ce qui nous arrive car nous n’assistons plus seulement à une optimisation managériale de nos vies. Nous avons davantage affaire à des nécropolitiques (Achille Mbembe) qui optimisent notre entrée dans la mort, nous trient, hiérarchisent, désignent les plus fragiles — et certains plus que d’autres : les non titulaires, les vacataires, les étudiant.e.s — comme des cibles dans une indifférente nationale d’autant moins étonnante que ces vies jugées trop coûteuses, improductives, ne comptent déjà plus ; elles entrent dans la mort sans cri.

Voir aussi :

  1. Sur ces questions, voir l’excellent livre de Daniele Lorenzini : Éthique et politique de soi. Foucault, Hado, Cavvell et les techniques de l’ordinaire, Vrin, 2020. []

Le mur des lamentations

  • par Liam Kelsen. étudiant L3 LAC, Université de Paris

Contexte

Continuer la lecture

#etudiantsfantomes, Paris, 20 janvier 2021 : « Vidal démission » à fond

Des vacataires au bord de la rupture se mettent en grève

Depuis le 23 novembre 2020, les vacataires en sociologie de l’université de Bourgogne sont en grève illimitée. Ils et elles dénoncent les conditions de précarité dans lesquelles ils et elles travaillent, et demandent qu’un dialogue autour de ces problématiques soit enfin instaurer.

Suite à leur communiqué, les enseignant·e·s–chercheur·e·s du département de sociologie ont décidé de leur apporter tout leur soutien.

#ResistESR

https://www.flickr.com/photos/krassycandoit/431229964/in/photolist-E7aDo-FygMU1-FSwYgr-5aFz32-FSxfMc-Fyh6cC-DDxSh-4XZkNf-FW6wuN-FW6As7-FQdxkJ-86bccT-F4937x-uAT4E-FSwTzx-zEVeUA-FW6Kyy-cuMfFJ-4A6PkX-UvM8n7-G1uxFv-eobWYk-2hnvq78-2hnvpRd-2hnsQJB-bcDyP6-2hiaKEL-2iuNHah-2jH33Um-2iuMuvR-4JHoJL-9PCzqB-Ug9s2R-aaNWfM-2ixRswE-4pc3fr-goTXv-5dyhgq-FYovca-F495Hz-FQdMtd-FYopuP-Vm5vaT-F3XpX9-dCW5NK-Fyhq2G-FSxeJk-F48JMn-8QARAC-Fyhrch

Credit: Krassy can do it, 2007

Communiqué des vacataires en sociologie à l’université de Bourgogne au bord de la rupture

Nous, docteur·es et doctorant·es, vacataires et contractuel.le.s au département de sociologie, prenons aujourd’hui la parole pour dire notre colère face aux dysfonctionnements structurels au sein de l’université de Bourgogne, qui nous mettent, nous et nos collègues titulaires, dans des situations ubuesques. Nous tirons la sonnette d’alarme !

L’université de Bourgogne, comme tant d’autres universités en France, recourt aux vacataires et aux contractuel·les pour réaliser des missions pourtant pérennes. Ainsi, en termes d’enseignement, nous vacataires, assurons en moyenne 20 % des enseignements des formations de l’université de Bourgogne. Et au département de sociologie cette proportion grimpe à près de 30%.

Le statut de vacataire est, à l’origine, pensé pour que des spécialistes, qui ne seraient pas enseignant·es-chercheur·ses à l’université, puissent venir effectuer quelques heures de cours dans leur domaine de spécialité. Cependant aujourd’hui ce statut est utilisé pour pallier le manque de postes, puisque sans nous, la continuité des formations ne peut être assurée : en comptant les vacations ainsi que les heures complémentaires imposées aux enseignants titularisés, ce sont en effet 46% des cours qui dépassent le cadre normal des services des enseignant-chercheurs. Nous sommes donc des rouages essentiel du fonctionnement de l’université.

Doctorant·es (bien souvent non financé·es, notamment en Sciences Humaines et Sociales) et docteur·es sans postes, nous sommes payé·es deux fois dans l’année, nous commençons nos cours bien souvent plusieurs semaines (à plusieurs mois !) avant que nos contrats de travail soient effectivement signés. Nous sommes par ailleurs rémunéré·es à l’heure de cours effectuée, ce qui, lorsqu’on prend en compte le temps de préparation des enseignements et le temps de corrections des copies, donne une rémunération en dessous du SMIC horaire1.

Au delà de nos situations personnelles, bien souvent complexes, nous constatons tous les jours les difficultés de nos collègues titulaires, qui tentent de « faire tourner » l’université avec des ressources toujours plus limitées, et en faisant face aux injonctions contradictoires de l’administration, la surcharge de travail qu’induit le nombre croissant d’étudiant·es et les tâches ingrates à laquelle oblige l’indigne sélection mise en place par Parcoursup ! Sans compter, aujourd’hui, les charges administratives qui s’alourdissent tout particulièrement avec la situation sanitaire actuelle. Nous sommes contraint·es d’adapter les modalités d’enseignement, sans matériel et sans moyens supplémentaires, et dans des situations d’incertitudes absolues sur l’évolution de la situation. Nous sommes toutes et tous au maximum de nos services et heures complémentaires et supplémentaires, à tel point que, quand l’un·e ou l’autre doit s’absenter pour quelques raisons que ce soit, nos équipes sont au bord de l’effondrement ! Et nous ne disons rien ici du sens perdu de notre travail : ce sentiment de participer à un vrai service public de l’enseignement supérieur gratuit et ouvert à toutes et tous, systématiquement saboté par les réformes en cours du lycée et de l’ESR !

C’est pour ces raisons, et face au manque de réponse de la part de l’administration, que nous avons pris la difficile décision d’entamer un mouvement de grève illimité à partir du lundi 23 novembre 2020 à 8 h. Ce mouvement prendra fin lorsqu’un dialogue nous sera proposé.

Nos revendications sont les suivantes :

  • Mensualisation des rémunérations des vacataires ;
  • Souplesse vis-à-vis des « revenus extérieurs » insuffisants des vacataires, particulièrement en cette période de crise sanitaire ;
  • Exonération des frais d’inscription pour les doctorant.e.s vacataires;
  • Titularisation des contractuelles et contractuels exerçant des fonctions pérennes à l’université ;
  • Plus de moyens humains dans les composantes de l’université de Bourgogne.

Nous avons bien conscience des conséquences difficiles que cette décision va provoquer, autant pour nos étudiant.e.s, que pour le fonctionnement du département de sociologie. Nous ne l’avons pas pris à la légère : elle ne s’est imposée qu’à la suite d’abondantes discussions et de mûres réflexions. Nous en sommes arrivé.es à la conclusion suivante : la défense de nos conditions de travail, c’est aussi la défense de la qualité des formations de l’université de Bourgogne.

Continuer la lecture

  1. NDLR: sur ce point, voir sur Academia Temps de travail #ESR (1): 192h de service ?, 31 mai 2019, et Le MESRI envisage un jour peut-être de rémunérer ses enseignements à un montant supérieur ou égal au SMIC horaire, 23 février 2020. []