Parcoursup a échoué à rendre acceptable la pénurie de places dans l’enseignement supérieur

Thibaud Boncourt, maître de conférences en science politique, président de la commission d’examen des vœux Parcoursup de la licence science politique, université Paris-I Panthéon-Sorbonne, nous propose un bilan sous forme de tribune en trois temps : 1. Produire un classement juste est impossible ; 2. Cette injustice génère une frustration propre à alimenter l’extrême-droite ; 3. Plutôt que modifier le modèle d’affectation, nous ferions mieux de modifier le modèle de création de places.

  • par Thibaud Boncourt, maître de conférences en science politique, paru initialement dans Le Monde, 22 mai 2021

À l’été 2017, des milliers de néo-bacheliers se sont retrouvés sans proposition d’affectation dans l’enseignement supérieur. Parmi eux, d’excellents candidats présentés par Frédérique Vidal comme les victimes d’une « injustice », car écartés des formations auxquelles ils prétendaient, non du fait de leurs résultats, mais à cause du tirage au sort opéré par la plate-forme « Admission Post Bac » (APB).

Confronté, dans les termes d’Edouard Philippe, à  « une immense insatisfaction, un sentiment de gâchis et de colère dans les familles » (Le Monde, 30 octobre 2017), le gouvernement a remplacé APB, en 2018, par Parcoursup et remis le « mérite » au centre de l’admission dans l’enseignement supérieur. Les établissements ont alors été appelés à classer eux-mêmes les candidatures, en fonction d’une série de « critères » et d’ « attendus ».

Cette réforme n’a pas réglé le problème de fond : l’enseignement supérieur n’est toujours pas en capacité d’accueillir tous les candidats, chaque année plus nombreux, dans les filières de leur choix. Elle a simplement visé à rendre l’éviction d’une partie d’entre eux plus acceptable, en écartant « l’injustice » du tirage au sort.

Amertume et sentiment d’injustice

Trois ans plus tard, l’échec de cette stratégie est patent. Parcoursup, comme APB, continue d’alimenter l’incompréhension et les sentiments d’injustice. L’amertume suscitée par les résultats d’admissibilité à Sciences Po Paris, publiés la semaine dernière sur la plate-forme, en est l’illustration la plus récente. Elle est emblématique des déceptions que produisent, chaque année, les classements des nombreuses filières « en tension ».

https://www.flickr.com/photos/soulsurvivor08/14936835887/in/photolist-oKVbVe-SrRRW-dfoBGP-5tV3Av-6YkeWe-iRpgP-6vQoQA-5ChNKn-6HC9cQ-efiAQ-hziwx-83ji75-6Ypf2A-8ofewt-cK7kZ1-83jy9Q-emU748-sCtjN-6YkiRk-dbv7ry-3bxukP-e81EL-737Gss-6yeUF-8uW9Qr-5f3soD-kiYDf-dG9yWw-7VN1zH-nw1HeH-429qz-7ZG2L-NHULd-3FxJ6-9Zehzd-4kdxR-3ehUT9-83jAuo-8P8sGj-KrwHRU-hziwy-aip2xw-8ar7wZ-7ZT9N8-um7eca-83g5hK-d7jTCu-8isEcQ-48isEm-6YkgXX

Passifore. Crédit: Bree McGhee, 2017

Continuer la lecture

Le temps est au changement ! Lancement du site Réussite noire

On y trouve notamment des informations pour son livre, Ouvrir la voix. Être Noire à l’université française aujourd’hui (2021), les dernières mises à jour concernant le projet antiraciste ainsi que des nouveaux témoignages qui seront publiés au fur et à mesure.
S’y trouve aussi recensée l’étroite collaboration nouée avec des collègues de Science Po Paris.

Au sujet de la proposition de loi visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle: LPR et mécanismes du patriarcat

Le 23 avril 2021, Céline Bessière et Sibylle Gollac ont été auditionnées par la commission des Affaires sociales de l’Assemblée Nationale et Marie-Pierre Rixain,députée de l’Essonne, rapporteure sur la proposition de loi visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle. Voici le texte de l’exposé présenté lors de cette audition.

Madame la rapporteure,

Mesdames et Messieurs les député·es,

Tout d’abord, nous vous remercions pour l’intérêt que vous portez à notre travail. Nous sommes heureuses de contribuer aux travaux de l’Assemblée Nationale sur le sujet d’importance que constitue l’égalité économique et professionnelle entre les femmes et les hommes.

Les élu·es ont donc encore besoin de la recherche publique ?

L’expertise que vous sollicitez auprès de nous aujourd’hui est le résultat de vingt années de recherche. Ce travail a débuté bien avant que le constat de l’augmentation des inégalités de patrimoine entre les femmes et les hommes ne soit établi. Les modalités d’accumulation et de transmission des patrimoines familiaux, leurs liens avec l’organisation de la production domestique, n’intéressaient à l’époque qu’une poignée de chercheuses et chercheurs. Nous avons eu la chance de mener notre travail au seul gré de l’évolution de nos questionnements scientifiques. Nous avons eu aussi la chance de collaborer avec des collègues bénéficiant de la même liberté, en coopération et non en compétition. C’est ainsi qu’ont pu être produits les résultats scientifiques que nous mobiliserons ici. Aujourd’hui, avec la mise en œuvre de la loi de programmation de la recherche, cette autonomie scientifique comme nos possibilités de mener des recherches collectives sont plus que jamais mises à mal. Certes, vous trouverez toujours des experts ou des expertes pour vous indiquer où changer une virgule dans tel alinéa de tel article de tel projet de loi. Mais il arrivera un jour où vous ne trouverez plus de chercheur ni de chercheuse pour vous ouvrir les yeux sur des réalités qui vous sont inconnues ou pour changer votre regard sur le monde qui vous entoure.

Pour lire la suite de l’audition

Käthe Leichter. La conscience et la raison

Dr. Käthe Leichter avec ses fils, Franz et Heinz. Crédit: DÖW Dokumentationsarchiv des Österreichischen Widerstandes [Centre de documentation de la résistance autrichienne)

Le coeur a ses raisons que la Raison se doit de reconnaitre. Dans les dernières décennies du XIXe siècle cette affirmation, portée au premier plan par la philosophie de Schopenhauer, se posait en contre-vérité à la pensée néo-kantienne qui dominait et domine encore le scientisme européen : révolte à la fois intellectuelle et éthique contre la stricte séparation du perçu et de l’induction, affirmation du rôle du temporel et du social contre la prétendue pureté de la science. À Vienne cette révolte prend place sous l’égide de Sigmund Freud, Ludwig Boltzmann, Albert Einstein, Ernst Mach, du juriste Hans Kelsen, et d’un marxisme qui se veut plus social que scientifique, préoccupé par la question de l’intégration de la subjectivité humaine à l’être social.

Encore jeune, Käthe Leichter s’était liée d’amitié avec Anna Freud, la fille de Sigmund, qui allait bouleverser la compréhension de l’autonomie psychique des enfants. Après avoir triomphé de la loi qui interdisait aux femmes l’accès à la faculté de sciences politiques, Leichter dut pourtant partir en Allemagne à Heidelberg pour finir son doctorat. Dans les dernières années de la Première Guerre elle rejoignit le mouvement des conseils ouvriers en Autriche.

Interdite de séjour en Allemagne, elle obtint par exception son doctorat avec la plus haute distinction sous la direction de Max Weber, professeur d’économie. Weber lui-même n’était pas en accord avec les jeunes militants dont faisaient partie, entre autre, Leichter et le poète Ernst Toller, mais envers et contre les autorités il fit tout son possible pour les protéger et pour soutenir la pluralité des opinions — la fameuse « neutralité axiologique » pratique. 

Plus tard, Leichter fut invitée par son ancien professeur à Vienne, Carl Grünberg, à enseigner à la prestigieuse École de Francfort, poste qu’elle refusa. Contrairement à la gauche allemande, après la chute de l’Empire les socialistes et les progressistes autrichiens sacrifiaient leurs différends théoriques pour faire avancer l’urbanisme, la santé, l’aide sociale à Vienne, surnommée “Vienne-la-Rouge.” Leichter fut brièvement conseillère d’Otto Bauer, chef de fait du Parti Social-Démocrate Autrichien (SDAP), puis collaboratrice régulière du quotidien du Parti et de son organe théorétique, et enfin Referentin für Frauenarbeit, Kammer für Arbeiter und Angestellte (conseillère pour le travail des femmes à la Chambre du travail et des employés de Vienne). Leichter fut une des premières à initier la psychologie sociale, qui accordait les données subjectives de la psychologie individuelle avec l’empirisme le plus rigoureux quant à la collection des données. Ce système devait aboutir à l’œuvre classique de Marie Jahoda, Paul Lazarsfeld et Hans Zeisel, « Les Chômeurs de Marienthal » [1933], parrainé par la Chambre du travail de Vienne.

C’est pendant ces années de crise que Jahoda, Leichter, Wilhelm Reich et d’autres se concentrent sur le cercle vicieux de la dégradation politique et de la régression psychologique, considérant l’apathie et le désespoir des jeunes et des classes ouvrières comme des manifestations éminemment politiques. À la prise du pouvoir par les Austro-fascistes le 12 février 1934, Leichter entra dans la clandestinité et prit en charge le Revolutionären Sozialisten Österreichs (Conseil d’éducation des Socialistes révolutionnaires). En mai 1938 elle est se livre elle-même à la Gestapo à la suite d’un chantage abject: les Nazis menaçaient sa mère si elle ne se livrait pas. Internée à Ravensbrück, elle discutait souvent avec la résistante Rosa Jochmann de cette décision, tout-à-fait conforme à son sens du devoir. Elle fut exécutée en mars 1942.

L’Histoire n’est pas une science où les actions correctes sont entérinées par les bons résultats. Pourtant le fils ainé, Franz Leichter, est un ancien homme politique à New York, connu pour avoir fait passer la première loi autorisant l’avortement aux USA.

Sens et perte de sens dans les services publics : une enquête

Le collectif Nos services publics  lance une enquête auprès des agents des services publics.

Agents des services publics : comment y êtes-vous venu·e·s ?
Qu’est-ce qui vous fait y rester ?
Qu’est-ce qui limite le sens de vos missions ?

3 minutes pour répondre à notre enquête sur le sens des services publics, par ses agents.

#ResistESR

Violences sexistes et sexuelles et déontologie à Sciences po: les rapports et leurs recommandations « ambitieuses »

Les deux groupes de travail consacrés respectivement à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles et à la déontologie au sein de Sciences Po ont remis mardi 4 mai 2021 les conclusions de leurs travaux à l’administratrice provisoire Bénédicte Durand.

Depuis la mise en place de ces deux commissions le 17 février 2021, les présidentes, Danièle Hervieu Léger et Catherine de Salins, ainsi que les différents membres se sont mobilisés avec un engagement remarquable, et en toute indépendance, pour tirer les leçons de la crise traversée par Sciences Po ces derniers mois.

Dans leurs rapports respectifs, les commissions dressent un état des lieux détaillé des dispositifs de déontologie et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles au sein de l’établissement, et formulent des recommandations concrètes et ambitieuses afin de renforcer ces dispositifs.

Continuer la lecture

« Les femmes représentent 67% des bénéficiaires de l’aide alimentaire ». Une étude de Cop’1, avril 2021

« À un moment, je ne me nourrissais plus que de pizzas à 1€50 : matin, midi, soir,… toute la semaine. Je n’avais pas assez pour m’acheter du pain, de la viande etc. »
L‘association Co’p1 – Solidarités Étudiantes est née à la rentrée 2020 ; elle organise des distributions alimentaires et de produits d’hygiène pour plus de 750 étudiants en difficulté par semaine.

Constatant le manque de chiffres et afin de mieux cerner leur profil et leurs besoins, Co’p1 mène depuis plusieurs mois une étude socio-statistique sur les étudiants précaires.

Constituée d’un volet quantitatif (1122 réponses) et de témoignages de bénéficiaires (volet qualitatif), « l’étude ne fait pas seulement état d’une précarité financière et alimentaire inquiétante, mais également de la multiplicité des précarités étudiantes, ayant également des conséquences psychologiques importantes ».
  •   79% des étudiants bénéficiaires sollicitent une aide alimentaire pour la toute première fois à la rentrée universitaire 2020-2021, découvrant ainsi la précarité.
  •  Les femmes sont surreprésentées et représentent près de 7 étudiants sur 10 (67% des bénéficiaires).
  • Parmi les répondants, 1 étudiant sur 2 affirme ne pas avoir mangé à sa faim depuis le début de la rentrée universitaire.
Synthèse des résultats : Version .pdf
 #ResistESR
Contacts : Ulysse Guttmann-Faure, Président de Co’p1 — presidence@cop1.fr / Paul Bouscary, Directeur des études de Co’p1 – Solidarités Étudiantes — etudes@cop1.fr

« Concertation sur le recrutement des enseignants-chercheurs ». Communiqué du bureau de l’Association françaises des études américaines (AFEA), 6 mai 2021

Ayant lu attentivement le rapport intitulé « Concertation sur le recrutement des enseignants-chercheurs » signé de MM. Blaise, Desbiolles et Gilli et remis en avril 2021 à la ministre de l’ESR, le bureau de l’AFEA en conclut que les principaux objectifs sont les suivants :

  • retirer au CNU toute mission de qualification, y compris pour devenir MCF (d’abord par « expérimentation », puis très rapidement de manière généralisée) ;
  • abolir la CP-CNU, précisément parce qu’elle est le lieu de l’expression collégiale des EC et qu’elle a fait entendre la voix de la communauté opposée à la LPR ;
  • instaurer partout le localismedans le recrutement des EC, avec des comités de sélection 100% locaux et des avis extérieurs exprimés uniquement par écrit et consultatifs seulement, ce qui permettra aux présidents d’université d’être véritablement des « patrons » d’universités devenues des entreprises sur le plan managérial ;
  • faire revenir le suivi de carrière, en obligeant le CNU, qui s’y est refusé dans la très grande majorité des sections des humanités et dans la majorité des sections toutes disciplines confondues, à faire ce travail d’évaluation tous les 5 ans pour celles et ceux qui n’auront obtenu ni promotion ni PEDR ni CRCT.

Les rapporteurs font référence, dans leur note de bas de page numéro 9, aurapport de l’IGAENR n° 2015-073 (Le recrutement, le déroulement de carrière et la formation des enseignants-chercheurs) de septembre 2015 qui préconisait de cesser de payer les heures complémentaires dans tous les établissements en se servant du suivi de carrière pour résorber ce volant d’heures grâce à la « modulation des services » à la hausse pour les mal évalués, dits « non publiants ». « Suivi de carrière » rime donc bien avec « modulation des services à la hausse ». Le rapport de l’IGAENR le disait crûment : le « suivi de carrière » a vocation à être imposé sans le consentement de l’intéressé-e. 50% de tous les EC sont classés « C » pour l’attribution de la PEDR – imaginons ces mêmes quotas appliqués à la modulation des services.

Par conséquent, le bureau de l’AFEA appelle l’ensemble des américanistes à refuser cette reprise en main managériale des enseignants-chercheurs. Tout comme nous avons appelé nos collègues à refuser de participer aux comités d’évaluation HCERES, nous les appelons à ne faire remonter aucun dossier individuel de « suivi de carrière ». Nous réitérons ici notre attachement indéfectible au CNU, instance nationale issue du programme du CNR, et seul réel défenseur de notre statut national d’EC aujourd’hui gravement menacé.
#ResistESR
Crédit bandeau: Vulture Capitol of Silicon Valley. Credit: Steve Jurvetson, 2020

Sakharov, physicien nucléaire et militant des droits de l’homme, à l’honneur à Paris, du 7 au 19 mai 2021

Il y a 100 ans, le 21 mai 1921 naissait à Moscou Andreï Sakharov. Grand savant, il est devenu un acteur de la paix, un avocat des droits humains, un dissident et la voix démocratique de la perestroïka. Ce physicien atomiste et prix Nobel de la paix en 1975, est un homme-symbole qui donna son nom au « Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit » remis chaque année depuis 1988 par le Parlement européen pour soutenir l’action des personnes ou des organisations engagées dans la défense des droits humains.

Une exposition organisée par Mémorial France avec la Mairie de Paris et le Parlement européen, en partenariat avec le Centre Sakharov et Memorial International (Moscou).

Pour plus d’information →

« Guy va faire une grève de la faim pour sauver Boubacar et Sidiki »

Guy commencera ce 5 mai une grève de la faim pour sauver Boubacar et Sidiki de l’expulsion. Quelles sont donc les motivations de la préfète de la Somme pour faire preuve de si peu d’humanité et risquer ainsi de mettre des vies en danger ? La situation de ces deux jeunes Guinéens est celle de centaines d’étudiants étrangers, soumis à la triple peine de la crise sanitaire, de l’exil et du rejet.

Il faut écouter Guy qui nous dit que les migrants « profitent à notre pays parce que ce sont des gens fabuleux ». Il faut regarder la vidéo qui accompagne cette pétition et la diffuser jusqu’à ce que la honte et la réprobation publique submergent la préfète de la Somme et le gouvernement tout entier.

Pour signer la pétition, cliquez ici.

Billet de Pascal Maillard (02.05.2021) à lire sur le Club de Médiapart.
Pour signer la pétition, cliquez ici.

Revue Tracés: « Documenter l’université qui lutte »

Numéro spécial de la revue Tracés. Revue de Sciences humaines (2020 | 2), dédié aux luttes universitaires.

2020 a été une année particulière à bien des égards : le Covid-19, mais aussi la forte mobilisation contre la loi de programmation de la recherche en France, y compris au sein des revues de sciences humaines et sociales qui ont été nombreuses à se positionner en lutte. Tracés, comme d’autres revues, s’est déclarée en grève puis a repris ses activités au cours d’un printemps pas comme les autres… C’est dans ces conditions qu’est adoptée l’idée de chambouler notre calendrier, de changer la thématique prévue pour ce numéro.

Il nous importait de faire un numéro mobilisé qui rende compte de ce qui s’est joué au cours de cette année inhabituelle. Et puisqu’il n’était pas possible dans cette temporalité de fabriquer des articles comme nous le faisions habituellement, l’enjeu est devenu précisément de penser et de faire un pas de côté par rapport à nos manières de faire, et par rapport aux contenus mêmes qui sont les nôtres.

Documenter, c’est faire ce pas de côté aussi comme manière de refuser une course à l’excellence qui nous demande de produire plus et plus vite, et dans un système d’évaluation toujours plus global et complexe. Plus qu’une autocritique, ce numéro suggère de se repositionner au sein d’un processus temporel scientifique dans une nécessaire et salutaire lenteur, et donc de prêter plus d’attention à la matière des sciences humaines et sociales, ainsi qu’à la fabrique de ses écritures.

Le numéro est consultable en ligne en cliquant ici.

Création d’une mailing list consacrée au MEEF histoire-géographie

Les récents évènements montrent à quel point manque un espace de discussion pour les responsables et enseignant·e·s des préparations aux concours de l’enseignement en histoire et géographie. Une mailing list vient donc d’être créée, destinée à constituer un espace de discussion et d’information pour les responsables des préparations aux concours de l’enseignement en histoire et géographie, ainsi que leurs enseignant·e·s. Son périmètre inclut en particulier les parcours histoire-géographie des master MEEF second degré, préparant au CAPES/CAFEP, mais aussi les parcours lettres-histoire-géographie, préparant au CAPLP, ainsi que les préparation aux agrégations externes et internes.

Celles et ceux qui seraient intéressé·e·s peuvent s’inscrire ici : https://groupes.renater.fr/sympa/info/meefhistgeo

Depuis la Suisse: Communiqué de solidarité aux collègues de l’ESR en France

Contre la stigmatisation des sciences humaines et sociales, pour l’indépendance de la recherche !

Face aux attaques du gouvernement français et de la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal dirigées contre la communauté universitaire et en particulier les sciences humaines et sociales, nous, chercheur·e·s des universités suisses, tenons à affirmer notre soutien aux collègues de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) en France.

Nous condamnons fermement la stigmatisation des recherches en sciences humaines et sociales sur les rapports sociaux de race, l’intersectionnalité ou le postcolonialisme. Les attaques récurrentes du gouvernement français qui s’intensifient depuis octobre 2020 et la volonté exprimée récemment par Frédérique Vidal de mener une enquête sur « l’islamo-gauchisme qui gangrène l’université » remettent non seulement profondément en cause la liberté académique, mais semblent également s’inscrire dans un recul net de la démocratie et des libertés individuelles en France.

Ces remises en cause de l’autonomie de la recherche, qui présentent des similarités glaçantes avec la rhétorique illibérale et les mesures d’intimidation des gouvernements hongrois, turc et indien contre les universitaires de leurs pays, stigmatisent de plus un secteur déjà visé par les politiques néolibérales de privatisation. Elles interviennent en effet dans un contexte de précarisation croissante de l’ESR français avec la loi de programmation de la recherche, couplé à une mauvaise gestion de la crise sanitaire dont pâtissent en premier lieu les étudiant-es, doctorant-es, chercheur-es précarisé-es et l’ensemble du corps enseignant.

Enfin, elles s’inscrivent dans un contexte alarmant de remise en cause des libertés individuelles, marqué par une islamophobie croissante et un racisme anti-Musulmans si décomplexé qu’il peut désormais être déployé sur le mode de l’évidence comme une arme de délégitimation. Nous sommes préoccupé·e·s par la dérive autoritaire du gouvernement et de la classe politique française qui s’attaquent désormais au secteur de la recherche et semblent vouloir instrumentaliser la production scientifique à des fins politiques et idéologiques. Comme celles d’autres disciplines connexes, les recherches académiques en sciences sociales visent à documenter les logiques sociales de discrimination et d’exclusion, non à y participer.

Pour ces raisons, nous, chercheur·e·s des université suisses, soutenons les organisations et institutions universitaires françaises (CNRS, ANCMSP, ASES, et d’autres) qui demandent que soit préservées l’indépendance de la recherche et la liberté académique en France.

*** Signataires ***

Agnès Aubry, Université de Lausanne
Alain Kaufmann, Université de Lausanne
Alain Simon, Association Pouvoir d’agir
Alix Heiniger,Université de Lausanne
Anastasia Koukouna, Université de Lausanne
André Berchtold, Université de Lausanne
Anne-Christine Trémon, Université de Lausanne
Anne-Laure Bertrand, Université de Neuchâtel
Annelise Erismann, Université de Lausanne
Anouk Jasmine Albien, UNIL
Baptiste Dufournet, Université de Lausanne
Barbara Duc, IFFP
Bennani-Chraïbi Mounia, Institut d’études politiques, Université de Lausanne
Bernard Debarbieux, Université de Genève
Bernard Voutat, Université de Lausanne
BOCCO Riccardo, The Graduate Institute, Genève, Suisse
Boris Beaude, UNIL
Bruno Corthésy, chercheur indépendant
Camille Bajeux, Université de Genève
Camille Jaccard, Unil
Carole Christe, Université de Lausanne
Cécile Péchu, Institut d’Etudes Politiques, Université de Lausanne
César Jaquier, Université de Neuchâtel
Charlène Calderaro, Université de Lausanne
Charles-Antoine Courcoux, Université de Lausanne
Christian Staerklé, Université de Lausanne
Christin Achermann, Université de Neuchâtel
Claske Dijkema, Université de Bâle
Claudio Bolzman, HES-SO
Collet Isabelle, UNIGE
Cynthia Kraus , Université de Lausanne, Suisse
Damian Rosset, Université de Neuchâtel
Dana Landau, Universität Basel
David COMTE, Université de Lausanne
Déborah Da Silva, Université de Lausanne
Dr Jeremy Moulard, UNIL
Ehemann, Université de Lausanne (UNIL)
Eléonore Lépinard, Université de Lausanne
Elisabeth Militz, Universität Bern
Ellen Hertz, Université de Neuchâtel, Suisse
Elsa Raynal, Université de Lausanne
Emilie Martini, Université de Lausanne
Emmanuel Charmillot, Université de Neuchâtel
Eva NADA, Université de Genève
Farinaz Fassa, Université de Lausanne
Fautras Mathilde, Université de Fribourg
Felix Bühlmann, Université de Lausanne
Fiona Friedli, Université de Lausanne
Florence Carpentier, Université de Lausanne
Florence Carpentier, Université de Lausanne
François Allisson, Université de Lausanne
François Schoenberger, Université de Lausanne
Françoise Grange Omokaro, IHEID Genève
Françoise Messant-Laurent, Université de Lausanne
Frédérique Leresche, Université de Genève
Garance Clément, Laboratoire de Sociologie Urbaine – EPFL
Gardey Delphine, Université de Genève
Gil Viry, University of Edinburgh, UK
Giraut, Université de Genève
Gottraux Philippe, UNIL-IEP Institut d’études politiques
Graziella Moraes Silva, IHEID
Hagen Steinhauer, Universität Bremen
Ibrahim Soysüren, Université de Neuchâtel
Ilana Eloit, Université de Lausanne, Centre en Études Genre
Irene Maffi, Université de Lausanne
Iris Stricker, Université de Berne
Jackie Vorpe, IFFP
Janick Marina Schaufelbuehl, Université de Lausanne
Janine Dahinden, Université de Neuchâtel
Jérémie Forney, Université de Neuchâtel
Joanna Menet, Université de Neuchâtel
Jobin Raphaël, Université de Lausanne
Johanna Yakoubian, UNIL et UNIGE
Jonas Masdonati, Université de Lausanne
Jonathan Klemp, Université de Lausanne
Karel Héritier, Université de Lausanne
Karin Schwiter, Universität Zürich
Karine Duplan, Université de Genève
Kate Schipper, Université de Lausanne
Kerstin Duemmler , IFFP
Koorosh Massoudi, Université de Lausanne
Kornelia Imesch Oechsin, Université de Lausanne
Kristine Balslev, Université de Genève
Kwaku Adomako, Université de Lausanne
Kwaku Adomako, Université de Lausanne
Laura Nkula-Wenz, Universitaet Basel
Laura Perler, Universität Bern, Universität St.Gallen
Laure Kaeser, Université de Lausanne
Laurence Bachmann, Haute école de travail social, Genève (HES SO)
Lucile Franz, Université de Lausanne
Lucile Maertens, Université de Lausanne
Lucile Quéré, Université de Lausanne
Lysiane Adamini, Université de Lausanne
Maëlys Tirehote-Corbin, Université de Lausanne
Magali Feller, Institut Fédéral des hautes études en formation professonnelle
Marc Perrenoud, Université de Lausanne
Marianne Modak, HES-SO
Marine Kneubühler, Université de Lausanne
Maroua Sbyea, UNIL – CEG
Martina Avanza, Université de Lausanne
Martine Schaer, Université de Neuchâtel, Suisse
Marylène Lieber, Université de Genève
Meier Daniel, Université de Genève
Michael Strebel, Université de Lausanne
Milana Aronov, Université de Lausanne, University of Warwick
Miriam Odoni, Université de Neuchâtel
Muriel Bruttin, Université de Lausanne
Nadia Lamamra, Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle – IFFP
Nelly Valsangiacomo, Université de Lausanne
Nicholas Pohl, Université de Lausanne
Nicolas Bancel, Université de Lausanne
Nils Kapferer, Université de Bâle
Nora Komposch, Institute of Geography, University of Bern
Olivier Ejderyan, ETH Zurich
olivier fillieule, Institut d’Etudes Politiques de Lausanne
Olivier Voirol, Université de Lausanne
Oriane Sarrasin, Université de Lausanne
oscar mazzoleni, université de Lausanne
Pascal Roman, Université de Lausanne
Patricia Roux, Revue Nouvelles Questions Féministes
Philip Balsiger , Université de Neuchâtel
Pierre Eichenberger, UNIL
Prof. Grégoire Mallard, Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID), Genève
Prof. Laure KLOETZER, Université de Neuchâtel
Prof. Véronique Mottier, Université de Lausanne
Quentin Tonnerre, Université de Lausanne
Rafaël Lazega, Université de Lausanne, Centre Walras Pareto
Rahel Kunz, Université de Lausanne
René Levy, Université de Lausanne
Rey Séverine, Haute école de santé Vaud HES-SO
Robert Avery, University of Lausanne
Robin Stünzi, Université de Neuchâtel
Roca escoda marta, Université de Lausanne
Romaine Girod, Université de Lausanne
Sabot Cléolia, UNIL – Université de Lausanne
Sandrine Billeau, Université de Genève
Sébastien Chauvin, Université de Lausanne
Silvia Wojczewski, Université de Lausanne
Stefan Manser-Egli, Université de Neuchâtel
Stefan Schlegel, Université de Berne
Stefanie Boulila, Hochschule Luzern
Stéfanie Prezioso, Université de Lausanne
Stephane Rothen, Université de Genève
Stéphanie Ginalski, Institut d’Etudes politiques, Université de Lausanne
Sunčana Laketa, Université de Neuchâtel
Tamara Constantin, Université de Lausanne
Thomas Bouchet, Université de Lausanne
Verschuuren, Université de Lausanne
Vonnard Philippe, Université de Lausanne
Yves von Roten, Université de Lausanne

Pour lire le communiqué en allemand, cliquez ici.