Omerta mode d’emploi

Update. 14/9/2020

Hier, jeudi 10 septembre 2020, nous avons republié sur Academia du texte émouvant de Camille Zimmermann à la mémoire de sa consœur doctorante qui avait mis fin à ses jours. Est-ce son témoignage ou plutôt la pression syndicale qui a pesé ? Ce matin, la présidence s’est fendu d’une lettre au personnel de l’Université de Lorraine.

La lettre de Prof. Pierre Mutzenhardt, Président de l’Université de Lorraine, Président de la commission Recherche et Innovation de la CPU, a connu une large diffusion et n’était en rien confidentielle : nous la reproduisons en l’assortissant d’une petite explication de texte.

À: « all-ncy-ens » <all-ncy-ens@univ-lorraine.fr>, « all-ncy-ater-ens » <all-ncy-ater-ens@univ-lorraine.fr>, « all-ncy-lecteur-ens » <all-ncy-lecteur-ens@univ-lorraine.fr>, all-ncy-biatss@univ-lorraine.fr
Cc: « president » <president@univ-lorraine.fr>
Envoyé: Vendredi 11 Septembre 2020 09:04:13
Objet: [all-ncy] Evénement tragique

Mesdames, Messieurs,

Une doctorante de notre établissement a mis fin à ces jours au début du mois d’août. Il s’agit d’un événement plus que terrible et dramatique. Très rapidement, avec la directrice de l’école doctorale, nous avons été en contact avec la famille de la doctorante et avons, je l’espère, respecté au mieux ses volontés. Nous avons pu rencontrer ses parents à la fin du mois d’août.

Il apparaît que ce drame pourrait être lié en partie aux conditions de sa thèse et à son environnement professionnel. En conséquence, l’ouverture d’une enquête du CHSCT sera proposée le vendredi 11 septembre lors d’un CHSCT exceptionnel de l’établissement pour examiner ces conditions de travail et faire des recommandations.

Par ailleurs des témoignages récents, indépendants de ce que peuvent diffuser les réseaux sociaux, font état de faits qui pourraient être qualifiés de harcèlement. Ils m’ont amené à diligenter une enquête administrative rapide qui a pour but d’établir les faits de manière contradictoire et d’en tirer toutes les conséquences.

J’ai également suspendu de manière conservatoire le professeur et directeur de thèse de la doctorante le temps de l’investigation administrative pour protéger l’ensemble des personnes y compris lui-même.

Enfin, nous devons être attentifs également aux jugements hâtifs, à ne pas confondre ce qui relève de témoignages avec les accusations qui se propagent sur les réseaux sociaux. Si les réseaux sociaux peuvent être des révélateurs de situations, ils sont aussi devenus des armes qui blessent, harcèlent et propagent trop souvent la haine. Nous avons pu nous en rendre compte à d’autres occasions.

Très attaché aux valeurs de notre établissement, je m’engage à prendre toutes les mesures qui apparaîtront nécessaires à l’issue de cette enquête pour s’assurer qu’une telle situation ne puisse pas se reproduire. Le doctorat est, en effet, une période très importante dans le développement de la carrière d’un chercheur. Il appartient à l’établissement de garantir que cette période soit la plus fructueuse possible dans un contexte professionnel favorable pour les doctorants.

Bien cordialement,
Prof. Pierre Mutzenhardt
Président de l’Université de Lorraine
Président de la commission Recherche et Innovation de la CPU

Il me semble que cette correspondance est parfaitement exemplaire du fonctionnement de l’omerta qui pèse sur les violences faites aux femmes à l’Université, dans le cadre d’un fonctionnement universitaire analogue à l’emprise mafieuse, comme l’ont récemment argumentés des collègues anthropologues1.

https://www.flickr.com/photos/leftymgp/27001049624/in/photolist-H8Zrmm-Fe63ZG-bmAz1-qLj55Z-5DC811-21FsLfY-siartr-cGHLy5-ET5KpR-5nwc5b-PLwCMj-TmjkZs-hUtP5d-v7KBR-8ayiD4-eYcLS9-okbWeV-howvfr-nm2hB3-26diz1-dTyCqj-oEwNhP-qkhW2s-no8FVw-f9oj2C-kafR1V-kyakq-D3fqGw-87fiQo-m9qs9-9ZgDjV-Hm2DqC-4FLXz1-9ierJ3-oZHbQr-RPEM3-tfTy8-5tB2Ei-qvh6cd-avUcvv-7pUnj2-qwXZNW-CTUGSm-4G8yY4-cekTiy-e712bc-4gdHi-9xwTPZ-cHWkaf-YnTM71

Arbres, Yosemite, par Matthew Peoples, 2016

Considérons le courriel.

Continuer la lecture

  1. Sur le silence qui entoure les pratiques criminelles de la mafia, voir les travaux de Deborah Puccio-Den et l’intervention de Vinicius Kaué Ferreira (Le regard et le non-dit : les formes du silence dans une enquête sur le milieu académique) au colloque Faire silence: expériences, matérialités, pouvoirs, 24 mai 2019). Voir également  []

Emprise : Camille Zimmermann arrête sa thèse à l’Université de Lorraine

Alors que le Haut Conseil à l’égalité auditionne plusieurs collègues au sujet de la Loi de programmation Recherche, Academia republie un texte poignant paru sur le site Medium ,sous le titre DE LA TOUTE PUISSANCE DES PRÉDATEURS HAUT PLACÉS, le 7 septembre 2020. Nous le republions avec l’accord de son autrice.

Alors que la rentrée a lieu avec les étudiant·es dans quelques jours, que leur dire ? Comment briser l’omerta qui, à l’Université de Lorraine ou ailleurs, continuent de maintenir au pouvoir des prédateurs comme le directeur de thèse de Camille Zimmerman, des harcèleurs sexuels ou moraux, des violeurs, hommes et femmes ? Je dis omerta car, Academia en atteste depuis 2013, le harcèlement sexuel et moral est systémique à l’université. À chaque nouvel article, chaque nouvelle affaire, les collègues, souvent masculins, découvrent l’eau chaude et se demandent comment cela est possible. En dépit de leurs ravages, qui concernent en priorité les femmes et leurs carrières,  les violences psychologiques et sexuelles envers les membres de la communauté universitaire font l’objet d’un déni tout aussi constant.

Collages féministes Tours, septembre 2020

Comment mettre en œuvre une éthique professionnelle de la protection et non de la compétition ? Telle est la question que pose le texte de Camille Zimmerman. Étrange conflagration, à l’occasion d’un abominable suicide, entre le vote d’une loi concernant l’université et ses fondements idéologiques. Fondements idéologiques qui, si on en doutait encore, tuent. 

La publication de ce texte a donné lieu à une suite le lendemain : Omerta mode d’emploi.

  • Par Camille Zimmermann, ancienne doctorante de l’Université de Lorraine

[TW : Violences psychologiques]

[TW : Mention de suicide]

Ce texte est long, mais il mérite d’être lu. Il vous raconte ce que c’est que l’emprise.

Vous êtes autorisé·es et même plus que bienvenu·es à le partager largement.

— — — — — — — — — — — — — — — — — — –

Novembre dernier, j’ai pris la décision de quitter ma thèse et la licence dans laquelle je donnais cours pour les mêmes raisons qui ont poussé mon amie, que nous allons appeler « Ewilan », à mettre fin à sa vie.

Continuer la lecture

L’évaluateur évalué (6). Ne pas publier : qui ? pour quelles raisons ?

L’évaluation quantitative promue par le HCÉRES et de plus en plus nombreux jurys de recrutements et organismes de recherche, repose sur l’idée que les meilleur(e)s sont ceux qui publient beaucoup et dans de « bonnes» revues1. Pour tester la qualité de cet indicateur, il est indispensable de répondre à la question en suspens : qui ne publie pas ou plus, et pourquoi.
C’est à ce problème de sociologie des sciences que c’est attelé Louis Gabrysiak, dans le dernier numéro de la revue Zilsel.
« Publish or What? Identité professionnelle et position dans le champ universitaire français d’enseignants-chercheurs peu ou pas publiants », en accès libre pour une dizaine de jours, a mené une enquête auprès d’une quarantaine d’enseignant·es-chercheur·ses hommes et femmes d’une université non parisienne, décrite comme « 1 des 10 premières en nombre d’étudiant-es ».  Parmi elleux, l’auteur repère un douzaine de personnes peu publiantes et en dessine le profil : pour l’essentiel, des hommes et des femmes aux origines sociales plus modestes, dominé·es selon des critères de classe et de race, qui ont mis leur carrière au service du couple – plus précisément du mari. Considérant qu’ils ou elles ne pouvaient pas être promus (localement)  ils ou elles se sont investis sur d’autres activités (enseignement, associatif, famille, etc.). Le faible nombre de publications permet ainsi de repérer les dominations sociales internes et externes à l’université, qui, selon le Code de l’édudcation (article L 123-2), en ses points 3 et 3 bis pour mission de lutter contre les discriminations et construire une société inclusive2.
https://www.flickr.com/photos/stanzim/36660477435/in/photolist-XRywHa-9Frsog-quo1dr-FuWyHL-rEJq34-5JBBWa-LFyZSC-azhEon-HiN1qg-uaC4vA-uqNZd-2TW42y-woUp1W-22mmFSf-zkRRHc-ELTCkD-XKsp6S-zAMbLL-be9np2-74vpt-cJg4gS-9qFzJx-6jRLH5-hJU6bS-5De4EU-hBt2TR-g98JKJ-913rMY-FSdXnk-7285tr-3bg5d3-9YF3Su-76R81j-TvRjqF-Sk4M-dJjnGQ-3kwkNA-5x5B5n-79wjmo-JkKYbs-4VwXHd-a8g3Ne-JmXVVX-aVA4Sr-tYFK-rnSaAR-5DLmFe-2v5E9-aCEZcg-CqaaP

Spring trees, by Stanley Zimmy, 2015

  1. Je renvoie ici à l’introduction de Faire revue, hors-série 2019 de Tracés. Revue de sciences humaines qui renvoie à d’autres références. []
  2. Sur les objectifs et les missions de l’enseignement supérieur, voir le billet de rappel d’Academia. []

Depuis la Belgique: Un manifeste slow science post-corona

Réinventons l’enseignement supérieur après la pandémie: un manifeste slow science signé « Slow Science in Belgium« 

À tous les recteurs, directeurs-présidents, organismes de financement et gouvernements compétents

La pandémie actuelle et les mesures prises pour l’arrêter affectent profondément nos vies. La vie académique est elle aussi touchée de plein fouet par la crise sanitaire. Même si l’enseignement supérieur semble continuer ses activités, les campus en ressentent l’impact et cette crise va les affecter durablement. La continuité pédagogique apparente, assurée à distance et en ligne, masque une crise dans les universités de notre pays. Tous les laboratoires de recherche, sauf ceux qui travaillent activement sur le Covid-19, sont à l’arrêt. Le travail de terrain des chercheur·euse·s est devenu impossible. Le bibliothèques et les archives sont fermées. Quelques soient leurs statuts, les étudiant·e·s, le personnel technique et administratif, les enseignant·e·s et les chercheur·euse·s sont tous confrontés à des difficultés importantes : précarité financière, surcharge de travail, séparation, maladie voire décès des proches. Et l’impact est d’autant plus dur que leurs situations sont précaires.

Les autorités universitaires ne sont pas restées insensibles aux effets de la crise sur le personnel et les étudiant·e·s. Elles ont envoyés de messages de gratitude et de soutien soulignant le courage, la résilience et les efforts d’adaptation de tous à cette situation inédite. Néanmoins, sur le terrain, elles ont choisi de maintenir leurs activités, en recourant massivement à l’enseignement à distance et au télétravail, forçant ainsi les étudiant·e·s et le personnel à s’adapter coûte que coûte. En l’absence de toutes mesures d’aide concrètes, ces discours sur la bienveillance et la possibilité de reporter les “tâches non-essentielles” servent essentiellement à renforcer la pression sur le personnel, les chercheur·euse·s et les étudiant·e·s, exacerbant les rapports de forces existants.

Avant la crise sanitaire, la communauté universitaire était déjà fracturée par les inégalités : statuts précaires et sous-payés, recours à la sous-traitance, charge familiale inégalitaire, racisme,… La situation actuelle aggrave encore ces inégalités structurelles liées au genre, à la classe sociale, à l’orientation sexuelle et à l’origine raciale, entraînant un recul du progrès social. Nous constatons également que la situation actuelle sert de prétexte à une gestion autoritaire, au mépris des processus de décision démocratique existants dans nos institutions, ce qui risque de compromettre le futur de l’éducation supérieure dans notre pays.

En annexe à cette lettre ouverte (ci-dessous), nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

Au delà des mesures qui s’imposent à court terme, nous demandons aux gouvernements, aux autorités universitaires et aux organismes finançant la recherche d’envisager des changements profonds dans l’organisation de l’enseignement et de la recherche:

  1. Des moyens financiers supplémentaires. A l’heure où nos gouvernements et la commission européenne mettent sur pied des aides au monde économique, l’éducation supérieure ne doit pas être oubliée. A court terme, les contrats à durée déterminée de nos chercheur·euse·s doivent être prolongés, des aides pour les étudiant·e·s les plus précaires doivent être mises en place. Des moyens doivent être dégagés pour faire face à la charge de travail due à la crise et qui ne fait qu’aggraver une situation qui était déjà difficile. A long terme, il est nécessaire d’améliorer les conditions de travail dans nos universités et de repenser les mécanismes d’attribution des moyens qui reposent trop souvent sur une compétition exacerbée à tous les niveaux.
  2. Adapter les critères d’évaluation de la recherche et de l’enseignement. A court terme, les écoles doctorales, les organismes de financement de la recherche et les universités doivent tenir compte de la situation des chercheur·euse·s et des étudiant·e·s en reconnaissant explicitement l’impact de la pandémie dans leurs processus d’évaluation et en adaptant les échéances. A plus long terme, les processus de recrutement, d’évaluation et de promotion dans nos universités doivent être réformés afin d’être plus inclusifs notamment en valorisant le travail reproductif et de soins (tout travail qui rend la vie au sens large possible, (se) nourrir, (se) reproduire, élever les enfants, prendre soin de ses proches, etc.), permettant ainsi un meilleur équilibre entre vie professionnelle et privée.
  3. Prendre en compte la santé mentale et charge de travail. Les universités doivent immédiatement mettre en oeuvre des plans d’action pour la santé mentale et adapter les conditions de travail à la fois pour les étudiant·e·s, les chercheur·euse·s et le personnel. A plus long terme, il faut remédier aux causes systémiques des problèmes de santé mentale dont l’existence est connue et liés aux conditions de travail dans le milieu académique.
  4. Les gouvernements, les universités et les organismes finançant la recherche doivent, au plus vite, dialoguer pour coordonner leurs actions afin de mettre sur pied des mesures collectives pour minimiser les effets de la crise sanitaire. Ce dialogue doit aussi avoir lieu démocratiquement au sein de chaque université, en évitant toute dérive autoritaire. Ceci afin que tous les travailleur·euse·s et les étudiant·e·s puissent recevoir l’information et l’aide nécessaire dans les mêmes conditions. A long terme, ce dialogue et cette coordination ne peuvent qu’être bénéfiques.

Une crise telle que la pandémie que nous vivons pose de nombreux défis, mais c’est aussi une occasion de repenser l’enseignement supérieur. Plutôt que de se limiter à quelques mesures de sauvetage, nous avons l’occasion d’ouvrir une large discussion sur ce que devrait être l’université et sur comment la transformer. Comment garantir que l’éducation et la recherche restent des services publics ? Comment permettre un équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée dans les carrières académiques ? Comment participer à la diminution des inégalités structurelles sur nos campus et dans la société ? Nous devons réfléchir collectivement pour créer l’université que nous voulons pour l’éducation, pour une recherche de qualité, pour de bonnes conditions de travail, pour des campus où le dialogue démocratique constitue la base d’une communauté vivante.

En dessous vous trouverez le manifeste complet, dans celui-ci nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

Soutenez le manifeste en signant!

ESR : après la crise, réduire la production, la compétition et l’empreinte environnementale

Source: https://labos1point5.org/wp-content/uploads/2020/06/ESR_transition_LPPR.pdf

Les discriminations dans l’enseignement supérieur : une enquête de l’UNEF

Enquête sur les discriminations dans l’enseignement supérieur : il faut mettre fin à l’inertie et agir concrètement pour l’égalité !

Alors que les jeunes se mobilisent de plus en plus fortement contre les discriminations (récemment contre le racisme et les violences policières), celles-ci se matérialisent aussi dans l’enseignement supérieur. Si depuis le début du quinquennat Frédérique Vidal s’est exprimée plusieurs fois sur le sujet, aucun dispositif contraignant n’a été créé. Il était donc essentiel de faire un état des lieux précis des dispositifs mis en place. Ainsi, pour le première fois, l’UNEF s’est penchée en détail sur les dispositifs de lutte contre le sexisme, le racisme et les LGBTI+phobies mis en place par les universités.

Les discriminations, un frein au quotidien à la réussite des étudiant·e·s

Nos universités ne sont pas imperméables à la société : les oppressions systémiques qui s’y expriment le font également dans nos établissements. Le racisme, les lgbti+phobies et le sexisme sont bel et bien présent dans nos établissements. Ces discriminations nous empêchent d’étudier sereinement, rompent l’égalité face à la réussite, freinent notre émancipation, affectent notre santé mentale et vont parfois jusqu’à nous ôter la vie. Elles ne nous garantissent pas tou·te·s les mêmes conditions de vie et le même avenir. Démocratiser nos universités doit donc passer à la fois par l’accession de tou·te·s à la formation de son choix et une protection sociale de qualité, par la lutte contre la reproduction sociale et par la lutte contre tous les déterminismes et toutes les discriminations. Pour cela la première étape est de pouvoir recueillir la parole des étudiant·e·s victimes. Les cellules de veille et d’écoute, au départ mise en place pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, ne sont toujours pas une réalité puisque 45,1% de nos universités n’en disposent pas.

Les universités carrefour de la société : agir dans l’enseignement supérieur pour transformer la société

L’égalité réelle revendiquée dans la rue par des milliers de jeunes à plusieurs reprises cette année doit se construire d’abord dans nos universités. Comment lutter efficacement contre des comportements collectifs sans former la génération de demain ? Nos universités sont au carrefour de la société, c’est par elles qu’il faut pourvoir déconstruire les stéréotypes et permettre l’émancipation de chacun·e. C’est dans nos universités qu’il faut étudier le genre pour mieux le déconstruire, c’est dans nos universités qu’il faut pouvoir développer une analyse critique de la colonisation par le biais des études postcoloniales, c’est dans nos universités qu’il faut étudier l’histoire des luttes LGBTI+ (comme vient de la décider l’Irlande). En ce sens nos établissements doivent être exemplaire dans la lutte contre les discriminations, cette enquête démontre que ce n’est pas le cas. Au total, 7% des universités ne communiquent sur aucun dispositif de lutte contre les discriminations.

Continuer la lecture

Inégalités Femmes/Hommes, après le confinement encore la LPPR ?

Dans le cadre de la journée de lutte du 5 mars 2020 des personnels et syndicats mobilisés contre la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), s’est tenu sur le campus d’Orsay un atelier sur les inégalités Femmes/Hommes dans l’enseignement supérieur et la recherche. Un des objectifs était d’interpeller la présidente de l’Université Paris Saclay et le Président du CNRS qui, tout à la fois, prétendent agir pour réduire les discriminations et les inégalités envers les femmes et soutiennent la LPPR que la ministre remet à nouveau à l’agenda. La pandémie du COVID-19 et le confinement ont interrompu la rédaction de cette adresse. En voici le texte repris et actualisé.

  • par Atelier inégalités Femmes/Hommes du 5 mars 2020 des personnels et syndicats mobilisés contre la LPPR

Orsay, juin 2020

Inégalités Femmes/Hommes, après le confinement encore la LPPR ?

Adresse à Sylvie Retailleau (Présidente de l’Université Paris Saclay) et Antoine Petit (Président directeur général du CNRS)

Les deux mois de confinement dus à la pandémie du COVID-19 ont vu l’exacerbation brutale des discriminations, et violences envers les femmes. Concernant l’enseignement supérieur et la recherche (ESR), des éditeurs, des associations et des tribunes ont alerté sur la dégradation spécifique des conditions de travail des femmes scientifiques et ses prévisibles conséquences négatives sur leur avenir et leurs carrières, notamment pour les plus jeunes et les plus précaires. Cette crise démontre – s’il en était encore besoin – combien les choix politiques qui ont prévalu jusqu’ici dans l’ESR, et qui seront aggravés par la loi de programmation de la recherche (LPPR) que la ministre Frédérique Vidal compte présenter au parlement en juillet, loin d’être une réponse à ces inégalités, en sont une des causes principales.

Comment pouvez-vous prétendre agir pour réduire les discriminations et les inégalités envers les femmes en défendant le système actuel de l’ESR et en soutenant son aggravation via la LPPR ?

Les violences sexistes, sexuelles et morales, au premier rang des inégalités et discriminations subies par les femmes.

Si elles ont dramatiquement explosé dans le cadre familial durant le confinement, elles sont une réalité à laquelle les femmes ont trop souvent à faire face également dans l’ESR. Une étude menée dans 159 pays sur plus de 30000 scientifiques révèle que les femmes sont 14,4 fois plus victimes de harcèlement sexuel au travail que les hommes1. Or, il est avéré que les trois facteurs les plus corrélés à ces violences sont (outre le genre) : travailler dans un univers à dominante masculine, être jeune, et avoir un emploi précaire2. Ainsi, en renforçant les rapports hiérarchiques par la généralisation des contrats précaires et le recul des postes permanents (contrats court terme, CDI de chantier, tenure tracks…), la LPPR augmenterait les risques de harcèlement sur les personnels précaires, et donc en particulier les femmes. Continuer la lecture

  1. Cf Gender Gap in Science – A Global Approach to the Gender Gap in Mathematical, Computing and Natural Sciences – How to Measure it, How to Reduce it (janvier 2020) []
  2. Le Défenseur des Droits, « Enquête sur le harcèlement sexuel au travail«  []

La LPPR et les femmes : une priorité majeure ?

  • par Une femme1.

« On a beau le savoir, on a beau vous connaître,
on a beau l’avoir pris des dizaines de fois
votre gros pouvoir en travers de la gueule,
ça fait toujours aussi mal. »

Virginie Despentes, Libération daté du 1er mars 2020

« 4.5.1 impacts sur l’égalité entre les femmes et les hommes

Tout dispositif qui permet aux femmes d’entrer plus tôt dans les métiers de la recherche leur est favorable. En effet les Françaises ont en moyenne leur deuxième enfant vers 31 ans et les femmes diplômées de l’enseignement supérieur ont leur premier enfant en moyenne à 29,6 ans. Les recrutements dans le corps des maîtres de conférences se font en moyenne à 34 ans, soit un âge auquel les besoins éducatifs des enfants sont encore particulièrement importants.

Le dispositif prévoit à cet égard que le contrat de pré-titularisation peut être prolongé dans la limite de la durée des congés pour maternité ou adoption et des congés de paternité et d’accueil de l’enfant. »

Étude d’impact
du Projet de loi de programmation pluriannuelle
de la recherche pour les années 2021 à 2030, p. 46

À un moment, un Jean-Christophe ou un Damien quelconque, une Stéphanie peut-être, a reçu un appel de son n+quelque chose : « Il faut tout de suite rédiger un paragraphe pour dire que la LPPR, c’est bien pour les femmes, même plus : c’est mieux, pour les femmes. Tu sais, comme pour les retraites, vas-y, je compte sur toi ! » Alors Jean-Christophe s’est exécuté mais il devait avoir d’autres choses plus marrantes à faire donc il a été un peu vite, un truc bref qui claque avec des stats – c’est bon les chiffres, Jean-Chri – à midi c’est torché, envoyé avant le déj et hop, on passe à un truc vraiment intéressant.

Soit, ça s’est passé comme ça, soit. Disons que ça s’est passé comme ça, c’est préférable pour tout le monde.

 « Tout dispositif qui permet aux femmes d’entrer plus tôt dans les métiers de la recherche leur est favorable. »

« Plus tôt » que quand, que quoi, que qui, Jean-Chri ? Au-delà du fait qu’asséner des phrases non argumentées contredit la volonté de rationalité accrue affirmée par la ministre dans sa lettre du 15 mars 20192 il faudrait préciser. La réduction du temps entre la soutenance et l’embauche dans l’ESR n’est pas synonyme de dispositif favorable aux femmes. Le nombre d’étudiantes est supérieur à celui des étudiants mais la proportion de femmes dégringole dès la thèse et l’écart va se creusant à mesure qu’on grimpe les échelons hiérarchiques3.

Pour augmenter le nombre de femmes à l’embauche, avant de regarder leur utérus, il faudrait s’assurer qu’elles puissent équitablement atteindre le diplôme requis. Si elles sont moins nombreuses au départ, peu importe qu’elles attendent moins longtemps pour entrer dans une carrière (où elles seront moins reconnues), elles seront logiquement moins nombreuses que les hommes à intégrer l’ESR.

Tôt ou tard, il faudra les embaucher à parts égales avec les hommes. Idem pour les salaires.

Enfin, au risque de paraître excessivement susceptible, moi qui suis femme, je ne demande pas qu’un dispositif me soit « favorable ». « Juste » me conviendra parfaitement. Ce n’est pas une « faveur » de lutter contre les inégalités, c’est la base. Et pour établir la parité, il faut recruter autant d’hommes que de femmes. Simple, basique.

Or l’ESR manque déjà de mixité et de diversité et en manquera davantage dans l’avenir grâce à ses nombreux dispositifs récents : « Bienvenue en France », « Parcoursup » et la « Loi Recherche » étant les plus évidents freins à la richesse du débat par la diversité des participant.e.s et à l’égalité des chances entre tous et toutes.

Je corrigerai donc, s’agissant des femmes, par ceci : « Tout dispositif qui permet aux femmes d’entrer dans les métiers de la recherche dans les mêmes proportions qu’en premier cycle est favorable à la recherche ».

Et il n’y a aucune raison logique pour que cela signale une ambition démesurée.

Continuer la lecture

  1. dans le civil, Camille Noûs []
  2. Vidal Frédérique, Lettre de la Ministre aux acteurs de la recherche, consulté le 14 juin 2020. []
  3. MESRI, Vers l’égalité femmes-hommes, chiffres-clés 2020, p.14, consulté le 14 juin 2020. []

Aucune université française ne souhaite « décoloniser » ses cursus

Un cinquième seulement des universités britanniques indiquent qu’elles sont actuellement en train de « décoloniser» leurs programmes de cours

24 des 128 universités interrogées à propos des réformes à apporter pour traiter de l’héritage colonial se sont engagées à ce projet

Lire l’article du Guardian : Only a fifth of UK universities say they are ‘decolonising’ curriculum, by David Batty, The Guardian, 11 juin 2020.

Mais l’hypocrisie deumeure:

Il n’en reste pas moins que le  contraste avec le gouvernement et les universités françaises, restés silencieux, est assourdissant.

Le 10 juin, les universitaires appellent à l’arrêt des universités en soutien des vies noires aux Etats-Unis

Scientists Call for Academic Shutdown in Support of Black Lives

La science et l’enseignement supérieur sont pétris de suprémacie blanche, depuis le discours raciste qui imprègne les manuels jusqu’à la culture qui exclut les universitaires Noirs d’innover et d’avancer au m^me rythme que leurs collègues.  Mais davantage que des déclarations mielleuses et des actions pour plus de diversité, les chercheur·ses veulent de l’action. Les organisateurs et organisatrices demandent que la communauté scientifique participe à un arrêt de travail ce mercredi 10 juin  pour porter l’attention au racisme dans le monde de la recherche [aux États-Unis].

Lire la suite (en anglais) →

Pour en savoir davantage

Archéo-sexisme – ou l’été de tous les dangers pour les apprenties archéologues

En passant

En archéologie, des étudiantes et chercheuses dénoncent le sexisme de la « culture chantier »

Elles témoignent de brimades et d’agressions dans ce milieu, en particulier lors des chantiers de fouille. L’exposition « Archéo-Sexisme » a recueilli leur parole et fait le tour de France des campus.

 

Alors que s’ouvre la période des chantiers de fouilles, maintenus pendant cet été de déconfinement, les « histoires » commencent à circuler de nouveau. Des histoires qui se murmurent dans les couloirs, puis sont rangées dans un tiroir. « On en a toujours à se raconter, entre étudiantes. Sur tel terrain de stage, le chef d’opération met la main dans le pantalon des filles. Sur ce terrain-là, les blagues sexistes fusent… », détaille Béline Pasquini, doctorante en archéologie à l’université Paris-I. La jeune chercheuse passe en revue les témoignages rassemblés pour l’exposition « Archéo-Sexisme », qui, pendant plus d’un an, a fait un tour de France des campus pour alerter sur le sexisme qui règne dans le milieu universitaire de l’archéologie, et qui continuera de tourner dans les universités l’année prochaine.

Jets de gravier dans le décolleté

Dans l’un d’entre eux, une étudiante anonyme confie : « C’était mon premier chantier. Le responsable d’opération est passé derrière moi. Il m’a attrapée par les tresses et a mimé qu’il me prenait par-derrière. Ça l’a beaucoup fait rire. » Une autre évoque les « jets de gravier » dans le décolleté des fouilleuses. Une troisième raconte que son responsable lui a lancé : « Toi, tu passes le balai (…), comme ça, je peux te surveiller et mater tes fesses. »

Ces situations sont loin d’être nouvelles. Pour les trois membres de l’association Archéo-Ethique, qui portent cette exposition, « l’aspect physique et terrain des fouilles archéologiques, qui engage le corps dans des positions souvent inconfortables – les mains dans la terre, les fesses en l’air –, en fait un domaine à risque où, en tant qu’étudiantes, on peut être très exposées », estime Béline Pasquini, la coprésidente.

Séjours en vase clos

Des faits fréquents et même « banalisés » sur de nombreux terrains de stage, pointe une autre membre de l’association, Laura Mary, archéologue à Namur (Belgique) et jeune chercheuse qui étudie les discriminations dans sa discipline.

Lire la suite sur Le Monde

Lien: Vice de forme? Sur les sanctions disciplinaires pour fait de harcèlement moral et sexuel, 8 mars 2017

À l’université, un homme reste un homme

On trouve énormément de témoignages venant d’enseignantes-chercheuses qui dénoncent les comportements sexistes de collègues qui se trouvent en position de pouvoir vis-à-vis d’elles : elles sont non-titulaires et ils sont titulaires, elles sont doctorantes et ils sont directeurs de thèse ou en comité de suivi, elles sont MCF et ils sont PU. Le genre croise et produit alors de façon consubstantielle d’autres rapports de pouvoir, ce qui rend les phénomènes de domination d’autant plus brutaux et les manifestations de l’asymétrie particulièrement aiguës.

Mais il existe une autre situation, loin d’être inintéressante. C’est lorsque l’enseignante-chercheuse se trouve dans une position de pouvoir vis-à-vis de l’homme qu’elle a en face d’elle, qui se trouve dans une situation plus précaire, moins installée, plus incertaine, etc. Il est doctorant, elle est docteure. Il est ATER, elle est MCF. Il est en début de thèse, elle est en fin de thèse. Et là, c’est éclairant d’observer ce que se « permettent » les hommes dans une situation où l’asymétrie statutaire est en leur défaveur, dans un milieu où écrire « cordialement » plutôt que « respectueusement » à la fin d’un courriel peut vous coûter un poste, dans un milieu où il ne faut pas craindre que les génuflexions finissent par vous mettre à genoux, dans un milieu où « ne pas faire preuve d’obséquiosité » peut vite être compris comme « manquer d’égard » ou « être indélicat ».

L’autrice considère que cet habitus est délétère, elle exècre ce climat qui oblige les plus vulnérables à marcher sur des œufs alors qu’ils sont eux-mêmes malmenés et méprisés quotidiennement, elle ne souscrit pas à ces codes (implicites, bien sûr) qui font que les puissants finissent par prendre goût à la soumission de celles et ceux qui les entourent. Mais elle considère que l’impolitesse, le culot et l’indélicatesse de certains interlocuteurs masculins vis-à-vis desquels elle est pourtant en position de pouvoir en dit long sur les rapports de genre et en particulier sur le travail invisible sans contrepartie qu’on attend et qu’on considère exigible des femmes. Elle n’est pas victime d’un rapport d’exploitation, car elle a les ressources et le pouvoir pour refuser ces requêtes. En revanche, elle se dit que si ces hommes-là se sont comportés ainsi avec une femme relativement « puissante » ou « légitime » vis-à-vis d’eux, alors elle ne préfère pas imaginer la façon dont ils se comporteront un jour avec des étudiantes, doctorantes, collègues, etc. en position de moindre pouvoir.

Voici donc un échantillon ; l’autrice précise que ces sollicitations librement retranscrites proviennent toutes, sans exception, d’hommes, et qu’elle n’a pas retrouvé d’équivalent provenant de femmes dans ses souvenirs (en revanche, elle avait d’autres exemples masculins mais elle a choisi de s’arrêter à trois anecdotes).

  • « Peux-tu relire cet article sur un sujet que tu maîtrises (et moi beaucoup moins, mais j’essaie de me frayer une place dans ce champ, parce que je suis assez opportuniste), sachant que c’est urgent ? Par contre, c’est presque un brouillon que je te donne, même si je ne te préviens pas, tu verras qu’il y a des passages qui sont à peine rédigés. C’est très mauvais et tu vas devoir corriger énormément de choses et me donner énormément de références. Bon, j’ai dit que c’était « urgent » mais je te ferai un retour sur tes retours seulement trois mois après et parce que tu m’as relancé par mail, et je te demanderai alors sans honte de relire la V2. Tu refuseras gentiment, du coup je pillerai la bibliographie de ta thèse et bien sûr je ne te remercierai pas dans l’article finalement publié [soyons honnête, tu es soulagée, car tu ne veux pas voir ton nom associé au mien et surtout pas à un article aussi mauvais]. Par contre, quelques mois plus tard, j’enverrai une proposition en réponse à un appel à contributions de revue pour un dossier que tu codiriges, et là, ne t’inquiète pas, la bibliographie sera constituée pour moitié d’articles à toi, dans un appel du pied particulièrement subtil [pourtant ma proposition va être refusée, pas de chance…] »
  • « Tu es spécialiste du sujet Y, et je m’y suis mis il y a peu de temps moi aussi parce que c’est assez bankable et à la mode. J’organise un séminaire dans lequel j’invite un peu n’importe qui. Tu as beau être dans mon laboratoire et même dans mon axe, je ne t’ai jamais invitée [et ça t’arrange en réalité parce que j’y défends une conception de Y que tu considères théoriquement et politiquement très problématique, pour ne pas dire catastrophique]. Par contre je vais t’écrire pour te demander les coordonnées personnelles de cette chercheuse star sur le sujet, qui m’évite et ne répond pas à mes mails sur son adresse institutionnelle, alors que je cherche à l’inviter depuis des mois. Comme elle était dans ton jury de thèse, je me dis qu’il y a moyen que tu aies son adresse mail perso … [mais tu vas prétendre naïvement ne pas avoir d’autre adresse que son mail universitaire parce que tu considères que tu n’es pas un pigeon…voyageur]. »
  • « Je monte un dos

    La New Home [machine à coudre] : médaille d’or, Paris 1889 : [affiche] / [non identifié] sur Gallica 

    sier de demande de financement auprès d’un organisme pour lequel tu as déjà obtenu des aides. Je te demande des conseils. Enfin… des conseils… je te demande de m’envoyer tous tes documents, j’insiste pour que tu rejoignes le projet (dans lequel tu ne trouves aucun intérêt scientifique) pour que tu participes à l’élaboration du dossier (donc que tu travailles pour moi), et je ne suis pas foutu de faire une simple recherche Google pour trouver des coordonnées alors je te sollicite pour le moindre contact. Et dans un énième mail qui sera le dernier parce que vraiment tu en as marre, j’ai quand même le culot de commencer ma demande par : « Désolé de quémander tes conseils de mandarin(E???) une fois encore… ». Quand tu me répondras que le terme « mandarin(e) » est déplacé parce qu’il sous-entend des formes d’abus de pouvoir, je rétropédalerai piteusement en disant que « il s’agit d’une erreur de formulation ; je voulais dire que je m’adresse à toi en tant qu’exemple »… allez, ce n’est pas comme si les mots étaient mon matériau de travail [si !]… et puis j’ai quand même sorti l’italique, alors sois sympa stp… »

Racisme dans l’ESR : où en est-on (au CNRS) ?

L’immense rassemblement pour la vérité pour Adama Traoré dans plusieurs villes de France ce mardi 2 juin 2020, ainsi que la dénonciation de la discrimination systémique pratiquée par la police pour le Défenseur des droits1, amène Academia à reposer la question du racisme dans une autre institution républicaine : l’Université. Nous avons commencé, timidement, à faire émerger cette question dans nos pages, en inaugurant une collection « The Elephant in the Room: Racisme et discriminations dans l’ESR » en mai dernier.

Au lendemain de cet événement anti-raciste majeur en France, et par solidarité avec nos collègues universitaires états-unien·nes, n’est-il pas temps de nous demander où nous en sommes en France?

Pas très loin. Sans doute est-il temps de recenser les travaux qui portent sur l’ESR et le racisme. Soulignons tout de même le léger frémissement venu du CNRS, à l’Institut national des sciences humaines et sociales (INSHS). À l’occasion d’un colloque « Quelle politique postcoloniale et genrée des carrières scientifiques et universitaires et quels mots pour le dire? » le 2 octobre 2018, le Conseil scientifique de l’INSHS a émis des recommendations transmises non seulement au PDG Petit, gagné depuis au darwinisme social, mais aussi aux autres CS du CNRS.

L’InSHS en tant qu’institution de recherche dédiée notamment à l’analyse des sociétés contemporaines devrait se donner pour mission de promouvoir la recherche sur ces sujets, ce serait la première phase d’un édifice à construire.
Actuellement, en effet, on ne dispose pas de travaux historiques et sociologiques sur la question de la contribution des étrangers et des nationaux d’origines étrangères (et tout particulièrement des citoyens descendants des anciennes colonies françaises). (p.3)

Les conclusions sont de la même eau.

Continuer la lecture

  1. Sur ce point, voir Didier Fassin, La Force de la police, Paris, Le Seuil, 2011. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search